Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38DossierLe cas de Victor de l’Aveyron au ...

Dossier

Le cas de Victor de l’Aveyron au regard de l’acquisition du langage

The case of Victor of Aveyron from the perspective of language acquisition
Guillaume Roux
p. 105-118

Résumés

Cet article a pour objectif de replacer les travaux de Jean Itard dans le domaine de l’histoire de la pensée sur le langage de l’enfant. En effet, il a développé ses travaux au tout début du xixe siècle et ceux-ci ont influencé les méthodes de rééducation concernant les sourds. Mais en acquisition du langage, les réflexions qu’il a développées à partir du cas de Victor reflètent certaines des préoccupations du xviiie siècle et du xixe siècle naissant à partir de la pensée de Condillac notamment (rôle de l’imitation, ordre d’accès au langage, origine des langues, accès au signe linguistique), et mettent en avant certaines problématiques nouvelles (réitération de la production de l’enfant, fonction symbolique, désir) qui occupent les chercheurs encore aujourd’hui (principalement autour de la notion de seuil critique). Il s’agira donc, dans ce travail, de resituer que les travaux d’Itard sur le cas de Victor dans l’histoire de la pensée sur le langage de l’enfant, et de mettre en avant les usages que certaines de ses réflexions jouent dans le débat actuel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il y a eu une traduction en anglais des travaux d’Itard publiée en 1932.

1Cet article vise à replacer le travail du médecin Jean-Marc Gaspard Itard (1774-1838) sur le cas de Victor de l’Aveyron dans le champ de l’histoire de la linguistique, plus particulièrement encore dans celui des théories sur l’acquisition du langage. Il s’agit de comprendre comment ses réflexions permettent d’alimenter le débat actuel sur les modalités d’apprentissage du langage par l’enfant. Itard s’inscrit dans la continuité des connaissances disponibles sur cette thématique au xviiie siècle et développe des réflexions inédites sur le sujet. Ses apports restent néanmoins longtemps ignorés dans le champ des recherches menées sur l’acquisition du langage. De nombreux scientifiques, utilisant certains des concepts nouveaux qu’il avait introduits, ne le citent pas, comme le psychologue russe Lev Vygotski (1896-1934) ou le psychologue suisse Jean Piaget (1896-1980). Rare, la référence à ses travaux n’est pourtant pas totalement inexistante : Itard est par exemple cité dans l’article « The physiological basis of linguistic development and of the ontogeny of meaning » du psychologue Israil Latif en 19341, et surtout dans l’ouvrage du psychologue Roger Brown Words and Things (1958). Cependant, la plupart des travaux faisant un état de l’art sur ce sujet ont longtemps occulté son nom. C’est le cas notamment de l’ouvrage Le langage, introduction linguistique à l’histoire (1921) du linguiste français Joseph Vendryes (1875-1960) qui remonte pourtant jusqu’à Hérodote, de l’article « À propos de l’acquisition du langage » (1966) de la linguiste française Andrée Tabouret-Keller ou encore de l’exhaustif ouvrage Child Language: A Book of Readings (1971) des linguistes Aaron Bar-Adon et Werner Leopold, alors que ce dernier ouvrage commence pourtant par le travail du philosophe allemand Dietrich Tiedemann de 1787.

  • 2 Avant que la supercherie ne soit dévoilée (voir Aroles, 2007).
  • 3 Fromkin fait référence à la réédition des travaux d’Itard en anglais en 1962, mais pas à l’ouvrage (...)
  • 4 Cet ouvrage est souvent cité dans les publications en anglais qui font référence au cas de Victor.

2À la suite des travaux du sociologue Kingsley Davis (1940) sur le cas d’une jeune fille isolée et de ceux de Singh et Zingg (1966) sur le cas de deux enfants loups2 (Amala et Kamala), l’intérêt pour les enfants isolés grandit. C’est surtout à partir du cas de Genie, une adolescente élevée dans des conditions tragiques retrouvée en 1970, et des travaux de la linguiste Victoria Fromkin (et de son étudiante Susan Curtiss) qui travaille sur les aspects du développement langagier de Genie (Fromkin et al., 1974), que les travaux d’Itard vont se diffuser dans les études sur l’acquisition du langage3. Peu après, la publication du livre The Wild Boy of Aveyron du psychologue Harlan Lane en 1976, a contribué à populariser la redécouverte du cas4. En conséquence, des travaux plus récents sur l’histoire de la pensée sur le langage de l’enfant, font régulièrement mention d’Itard, comme l’ouvrage Sur le langage de l’enfant (2010) du linguiste Odéric Delefosse, ou l’article « Victor of Aveyron: A reappraisal in light of more recent cases of feral speech » (1980) d’Yvan Lebrun. Ainsi, la postériorité des travaux d’Itard est à analyser à partir de deux points de vue : le contexte du cas de Victor ; comment ses travaux sont utilisés dans les recherches actuelles et au regard des hypothèses les plus récentes.

Itard et l’acquisition du langage

  • 5 Dictionnaire de l’Académie française, 1740, 3e éd., Paris, Coignard et 1762, 4e éd., Paris, Brunet
  • 6 L’expression n’est pas encore fréquente à l’époque : Condillac parle d’« enfant élevé parmi les ou (...)

3L’intérêt pour le langage de l’enfant est déjà présent au xviiie siècle. À cette époque, des mots liés à la petite enfance comme « joujou » et « bonbon » font leur entrée dans le Dictionnaire de l’Académie française5, tandis que des mots comme « bégayer », « balbutier », « jaser », « babiller » servent d’entrée dans ce dictionnaire et dans l’Encyclopédie (Diderot et d’Alembert, 1751-1780/1966) pour faire référence à la période où l’enfant apprend à parler. Ces mots se retrouvent dans des ouvrages de grammaire (Roubaud, 1796 ; Piis, 1785), de philosophie (Fourcroy, 1774 ; Raynal, 1770/1776 ; Holbach, 1776) ou de littérature (Restif de la Bretonne, 1794-1797 ; Berquin, 1782-1783 ; Staël, 1777-1788 ; Saurin, 1768 ; Rousseau, 1762). Par ailleurs, l’intérêt pour les enfants sauvages6 augmente en France, comme en témoignent les ouvrages de Linné (1735) et de Hecquet (1761). Dans le domaine du langage, le thème de l’enfant sauvage est notamment repris afin d’expliquer le développement langagier. Dans son Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746, chap. 2. § 19 et 23), le philosophe français Étienne Bonnot de Condillac (1714-1780) cite l’exemple d’un enfant retrouvé en 1694 qui a été élevé par des ours. Cet enfant ne parlait pas car, selon Condillac, il avait imité les ours jusque dans la façon de marcher et de s’exprimer, l’imitation étant au centre de l’acquisition du langage. Ce même argument est présent dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1754) de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), puis développé dans l’article « Langue » de l’Encyclopédie (1966), du grammairien Nicolas Beauzée (1717-1789), qui rappelle, à partir de cas (qu’il ne cite pas), que les hommes élevés dans les forêts imitaient les cris des animaux qu’ils côtoyaient, soulignant le rôle de l’imitation ; il fait aussi le lien avec la « surdité originelle », reliant l’ouïe et la parole pour expliquer que beaucoup de muets de naissance n’ont jamais entendu parler.

  • 7 Depuis celui de Jean Héroard (1551-1628), médecin du futur Louis XIII, qui a livré un journal déta (...)

4Parallèlement, durant les années qui précèdent le travail d’Itard, les méthodes de recherche commencent à changer. Diderot (1751) et Berquin (1783) retranscrivent des paroles de leurs propres enfants tandis que Rousseau explique avoir établi nombre de ses réflexions dans l’Émile (1964 [1762], I, 39) à partir de l’observation d’enfants. La retranscription des observations sous forme de journaux commence alors à se développer : le pasteur norvégien David Schönfeldt (1715-1781) appelle en 1764 à réaliser des collectes de données sur le développement des enfants (Reinert, 1979) ; le pédagogue Johann Pestalozzi (1746-1827) initie, en 1774, un journal sur le développement de son fils (Guimps, 1888). Le linguiste et pédagogue allemand Joachim Campe (1746-1818) invite à collecter un grand nombre de données sur le développement de l’enfant sous la forme de journaux. Surtout, en 1787, le philosophe allemand Dietrich Tiedemann (1748-1803) publie un journal sur le développement de son fils. Bien qu’assez court, ce journal est le premier à livrer une description détaillée du développement langagier d’un enfant durant ses trente premiers mois7.

5C’est dans ce contexte qu’apparaissent les travaux d’Itard sur Victor. Il récupère le cas en 1800 et il s’en chargera pendant cinq années. Il explique son procédé concernant l’enseignement de la langue dans la « IVe vue » du Mémoire sur les premiers développements de Victor de l’Aveyron (1842 [1801]) et dans les chapitres « Développement des fonctions des sens » et « Développement des fonctions intellectuelles » du Rapport sur les nouveaux développements de Victor de l’Aveyron (1842 [1806]), en reprenant la méthode de la prise de notes, encore rare à l’époque. Tout d’abord, dans la mesure où Itard constate que Victor a toutes les aptitudes pour apprendre à parler, le lien avec le langage s’établit sur le constat de l’absence d’éléments nécessaires à l’interaction humaine, c’est-à-dire la parole. Se basant alors sur les connaissances du xviiie siècle, Itard suit une approche dans laquelle la réflexion sur le langage est indissociable de la pensée, de l’expérience et de l’affect, ce qui se retrouvera dans sa démarche : la première étape qu’il aborde se fonde sur « l’exercice de l’imitation » (ibid., 458), notion développée par Platon dans La République et Aristote dans La Poétique, soulignant le rôle central de l’imitation (mimesis) dans l’apprentissage de l’homme, naturellement enclin à imiter. Au xviiie siècle, elle est notamment développée par Beauzée, Rousseau, et surtout Condillac, figure centrale dans le domaine de la pédagogie et de la pensée sur le langage, qui a influencé Itard. C’est une faculté propre à tout homme et pour laquelle Victor a « un penchant inné » (ibid., 462) qui le dispose à apprendre à parler. À partir de l’imitation, Itard suit un ordre dont l’idée est développée par Diderot dans la Lettre sur les sourds et muets (1751), Beauzée (article « Langue ») et Voltaire dans son Dictionnaire philosophique (1769), qui considèrent que les sons apparaissent d’abord, puis les syllabes et enfin les mots. Pour Itard, l’ordre commence par l’habituation de l’ouïe, c’est-à-dire par l’expérience. Reprenant alors l’idée de Beauzée, il considère que l’ouïe est en lien avec la parole. Il note que si Victor ne parle pas, c’est que son ouïe n’a jamais été habituée aux sons de la parole ; mais il serait capable de s’y habituer au regard de sa sensibilité à la voix humaine et à certains sons. Itard poursuit donc par l’enseignement des sons, puis des syllabes. Mais chez Victor, Itard considère que toutes ces productions de syllabes et d’expressions imitées se résument à des signes expressifs et non linguistiques, complétés par un « langage à pantomimes » ou « langage d’action » (1842, 467) non verbal. L’expressivité a été abordée par Herder (1772), Rousseau (1781) ou encore Condillac (1746), qui mettent en avant que l’enfant a un premier langage, naturel, qui se centre sur les affects, et auquel se superposera un deuxième langage, acquis. L’étape suivante est, pour Itard, déterminante et consiste à enseigner des mots à Victor, car il considère que l’accès au signe linguistique est la condition de l’accès à la parole : « Si ce mot fût sorti de sa bouche avant la concession de la chose désirée, c’en était fait, le véritable usage de la parole était saisi par Victor » (1842, 464). Cette caractéristique est présente chez Condillac (1746) et Dumarsais (1730 ; article « Construction de la pensée » de l’Encyclopédie). Itard commence par des mots isolés « eau », puis « tasse », sous forme d’holophrases, sans succès.

6L’aspect novateur apparaît avec le mot « lait ». Après les efforts considérables du médecin, Victor finit par répéter ce mot (Itard, 1842 [1801], 463-464) après qu’Itard en eut versé dans la tasse que l’enfant lui présentait. Cette production est considérée comme une sorte de signe par Itard, car elle en possède certaines caractéristiques (entendu, selon Itard, comme une production reliant un mot et une idée dans le bon contexte, désignant un objet absent désiré, non imitée et réitérée), mais pas toutes. En premier lieu, Itard affine la définition de l’accès au signe en considérant qu’un enfant restitue un signe lorsque la production est réalisée dans un contexte approprié (Victor qui veut du lait), qu’elle n’est pas imitée (après le travail d’imitation, l’enfant doit être capable d’une production spontanée), qu’elle est réitérée (la production est répétée par l’enfant). Le deuxième apport concerne les limites de ce qui correspond à un signe chez Victor, liées à deux raisons qui se retrouvent dans l’exemple de Condillac sur l’enfant ours : « Sans mémoire, il n’aurait aucun signe pour suppléer à l’absence des choses » (1998 [1746], § 19). Tout d’abord, il s’agit de la fonction de symbolisation qui concerne le fait qu’un signe désigne un objet en son absence. Victor produit le mot « lait » une fois qu’Itard en a versé dans la tasse, et non avant. Ensuite, il s’agit de l’« intention » ou du désir (Itard, 1842, 464). La production du mot doit servir à obtenir l’objet absent afin de répondre au désir de cet objet. L’idée de désir ou d’intention a été exprimée par Condillac (1746) et Rousseau (1781 ; 1762) pour le premier langage, mais Itard associe ce concept au stade suivant, à la restitution du signe linguistique. Cependant, dans le cas de Victor, cela se résume à une « vaine exclamation de joie » (Itard, 1842, 464), au résultat de l’obtention de l’objet. Enfin, dans cette relation désir de la chose/mot, Itard reprend le rôle de la mémoire mentionné par Condillac, afin de développer une distinction dans le cadre du signe linguistique : « Il fallait, pour faire disparaître cette difficulté, établir entre chaque objet et son signe, une liaison plus directe et une sorte d’identité qui les fixât simultanément dans la mémoire » (ibid., 503). Avec les termes de « rapport immédiat » et d’« identité » qui relient la chose et le mot, Itard met en évidence le rôle de l’idée (représentation mentale), élément manquant permettant, dans la mémoire, de faire le lien entre la chose et la production sonore du mot. Il s’agit alors, ici, de considérer la relation entre langage et pensée. Ainsi, les réflexions d’Itard sur le signe linguistique sont dans la continuité d’une « sémiotique » du xviiie siècle (Auroux, 1979 ; Eco, 1988) dans le sens où la pensée sur le langage est homogène chez les philosophes et les grammairiens de l’époque. En reprenant leurs réflexions, Itard prolonge cette sémiotique au regard de l’observation et de l’étude de cas, tout en formulant ses propres apports. De plus, sa réflexion, basée un cas concret, se centre avant tout sur la dimension orale du langage, et non plus écrite.

7Un dernier apport repose sur le fait que, selon Voltaire (1769) et Rousseau (1781), tout enfant exposé à une langue finira par la parler correctement même s’il n’est pas corrigé. Cependant, Victor n’apprendra jamais à parler, malgré le fait d’être exposé au français et malgré les tentatives d’Itard. Itard pense alors que Victor, jeune adolescent, « n’était qu’un sourd-muet » (Itard, 1842, 470) en ce qui concerne le langage et considère « qu’à mesure que l’homme s’éloigne de son enfance, l’exercice de ses sens devient de jour en jour moins universel » (ibid., 459), comme une forme de spécialisation irrémédiable au-delà d’un certain seuil temporel.

Postériorité(s)

8Durant le xixe siècle, les méthodes de travail mises en œuvre par Itard (observations, prises de notes) se généralisent. Dans le même temps, la quantité de publications traitant exclusivement de l’acquisition du langage augmente considérablement à partir des années 1870 (Ingram, 1989 ; Roux, 2012). Ainsi, le philosophe et historien français Hippolyte Taine (1828-1893) publie, en 1876, « Note sur l’acquisition du langage chez l’enfant et dans l’espèce humaine » dans la Revue philosophique. Le naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882) va prendre connaissance de cet article et va reprendre des notes prises sur le développement de son fils trente ans plus tôt pour publier, en 1877, dans la revue Mind, « A biographical sketch of an infant ». L’augmentation du nombre de publications consacrées au langage de l’enfant qui suit cette période 1876-1877 permet de supposer que la réputation des deux hommes et de la revue Mind (l’une des plus importantes de l’époque), a largement contribué au développement de l’intérêt pour l’acquisition du langage.

9Cependant, malgré cet engouement pour le langage de l’enfant, et si les références aux travaux d’Itard sont nombreuses aujourd’hui, il a fallu attendre longtemps pour qu’elles émergent dans le domaine des études portant sur l’acquisition du langage. En effet, elles ne sont pas mentionnées dans les réflexions à ce sujet, même par ses contemporains comme le pédagogue Joseph-Marie de Gérando dans De l’éducation des sourds-muets de naissance (1827). Plusieurs hypothèses sont à considérer à ce niveau : tout d’abord, l’histoire de la linguistique a commencé à se développer tout particulièrement à partir des années 1960-1970 avec des linguistes tels que Mounin, Swiggers, Auroux, ou encore Hymes, Robins ou Parret dans le monde anglophone. Concernant les études sur l’acquisition du langage, la démarche historique reste encore très rare (par exemple Tabouret-Keller, 1966). Ensuite, l’influence de la linguistique structurale empêche souvent de regarder ce qui se passe avant Ferdinand de Saussure (1857-1913), jusqu’à ce que d’autres courants se développent dans les années 1960. Il ne faut pas oublier également que l’acquisition du langage a longtemps été étudiée indépendamment de toute autre discipline : jusqu’aux années 1970, les travaux en pédagogie ou sur la surdité sont rarement mis en relation avec l’acquisition du langage, ce qui marginalise Itard, médecin pédagogue spécialiste de la surdité, du champ de l’acquisition du langage. Enfin, Itard est mentionné dans de rares travaux comme celui de Brown (1958) ; cependant, même si Brown est un grand linguiste à l’époque, il ne bénéficiera pas de la renommée de Chomsky, de son influence en acquisition du langage et de sa démarche historique (Chomsky, 1966), et de la médiatisation des travaux de Fromkin et Curtiss qui vont suivre.

10En effet, il faut attendre le début des années 1970 avec les travaux dirigés par Victoria Fromkin, rattachée alors au département de linguistique à l’Université de Californie (Los Angeles), au croisement entre la linguistique, la psychologie et la neurologie, pour que ceux d’Itard soient utilisés dans les études consacrées à l’acquisition du langage. Les travaux de Fromkin et al. (1974) portent sur le cas de Genie, une adolescente états-unienne qui a été élevée dans des conditions tragiques, qui n’avait pas appris à parler, sinon quelques mots. À cette époque, le regain d’intérêt pour les travaux d’Itard sur Victor peut être lié à trois hypothèses : d’une part, l’intérêt pour les fondements historiques de la linguistique commence à se développer au sortir d’une linguistique structurale. Dans le monde anglophone, sous l’influence de l’ouvrage La linguistique cartésienne de Noam Chomsky, publié en 1966. Chomsky y fait la généalogie de sa théorie générativiste en remontant jusqu’au xviie siècle. D’autre part, l’ouvrage de Lucien Malson Les enfants sauvages est traduit et publié en anglais en 1972 par New York University Press sous le titre Wolf Children and the Problem of Human Nature. Enfin, le cas de Genie a bénéficié d’une couverture médiatique très importante, ce qui a contribué à populariser son cas et les travaux de ceux qui l’ont étudiée (Rymer, 1994).

11L’article de Fromkin et al. (1974) cherche à s’inscrire dans une perspective historique et commence par un résumé des mentions de cas d’enfants isolés depuis Hérodote avant de mettre en avant le cas de Victor comme le cas le plus célèbre d’enfant sauvage. Cette perspective est soulignée dans l’article par le faible nombre de cas de ce genre recensés et l’importance du cas de Victor comme le premier ayant fait l’objet d’une véritable analyse scientifique. Les travaux de Fromkin et, plus encore, de son étudiante Susan Curtiss font souvent part de leur reconnaissance envers le travail d’Itard pour leurs propres travaux (Fromkin et al., 1974 ; Curtiss, 1977). Concrètement, le travail de Fromkin suit le même ordre que celui qui avait été adopté par Itard, la sensibilité au langage verbal et sa compréhension, l’acquisition des sons (phonologie) puis des syllabes et des mots, l’acquisition de la syntaxe, le développement cognitif. Cette idée d’ordre est donc reprise et rejoint d’autres travaux sur la question qui, sans citer ceux d’Itard (Piaget, 1966 ; Bruner, 1966), développent des modèles en stades ou étapes (babillage, prélangage, premiers mots, explosion lexicale, phrases à deux mots, étape syntaxique, etc.) dans le processus d’acquisition. La différence est qu’à l’image d’Itard, Fromkin et ses collaborateurs travaillent dans une perspective de rééducation.

12Cependant, les éléments novateurs développés par Itard sont encore peu utilisés dans des réflexions sur l’acquisition du langage, comme l’importance de l’accès à la fonction symbolique (Perkins, 2011). Le travail de Fromkin s’inscrit dans une perspective innéiste de la parole. D’ailleurs, Chomsky est cité dans l’article, et son influence est reconnue dans les travaux sur Genie (Goldin-Meadow, 1978). Cet innéisme se retrouve dans la notion de seuil critique, qui est la notion à partir de laquelle les travaux d’Itard alimentent le plus le débat aujourd’hui. En effet, Itard avait déjà remarqué que Victor avait une forme de surdité pour le langage, et affirmait que plus le temps passe, plus les capacités de l’homme se spécialisent (voir Section 1.2). La notion de seuil critique a été proposée par les neurochirurgiens Penfield et Roberts (1956) dans le domaine des neurosciences, et a été popularisée par le linguiste et neurologue Eric Lenneberg dans son ouvrage Biological Fundations of Language (1967), qui fixe le seuil à l’âge de douze/treize ans environ (sans jamais faire allusion à Itard). Selon cette hypothèse, en raison de la spécialisation et de la latéralisation du cerveau humain avec le temps, il existe un âge au-delà duquel la langue maternelle ne peut pas être acquise. Le linguiste russe Nikolaï Troubetzkoy parlait déjà de surdité phonologique (1939-1949, 54) pour expliquer que les êtres humains, au-delà d’un certain âge, sont spécialisés dans la perception des sons de leur langue maternelle, ce qui les rend sourds aux sons d’autres langues. C’est à ce niveau que Fromkin et al. réactualisent le travail d’Itard. En effet, l’étude du cas de Genie se centre principalement sur l’hypothèse du seuil critique telle que l’a développée Lenneberg, auquel il est fait référence dans l’article. Dans ce domaine, depuis les travaux de Fromkin et al., la littérature scientifique abonde en références aux travaux d’Itard jusqu’aux années les plus récentes (par exemple Friedman et Rusou, 2015). En effet, une recherche rapide par mots-clés (Itard, language acquisition, critical period) et par année sur Google Scholar confirme qu’avant 1974, les références à Itard sont peu nombreuses dans le domaine de l’acquisition et du seuil critique : hormis les références citées dans l’introduction, un article de Russel Davis « A disorder theory of mental retardation » (The Journal of Mental Subnormality, 1961) fait référence à une période critique pour l’acquisition des fonctions langagières dans le cas de Victor, et un article de Shigeru Kanaya « Some Interpretations of Sequence concerning linguistic materials » (Journal of Hokkaido University of Education, 1973) évoque les mots maîtrisés par Victor. Les autres articles faisant référence à Itard avant 1974 concernent uniquement le retard mental et la surdité. À partir de l’article de Fromkin et al. de 1974 sur l’acquisition du langage et la notion de seuil critique, les publications augmentent progressivement d’année en année. La référence à Itard est alors faite pour citer une étude de cas, celle de Victor, qui montre que, s’il n’a jamais appris à parler, c’est parce que son apprentissage s’est fait beaucoup trop tard ; le cas de Victor est alors mis en parallèle avec d’autres cas (comme celui de Genie), au sujet du développement langagier. À ce niveau, certains considèrent que les travaux sur le cas de Genie ont également influencé la perception du cas de Victor, notamment au niveau du seuil critique, pour expliquer qu’il n’ait jamais appris à parler (Rymer, 1994).

13Cette notion de seuil critique est reprise dans le domaine du bilinguisme, à la croisée de plusieurs disciplines (linguistique, sciences cognitives), considérant qu’il y a un seuil qui permet de distinguer le bilinguisme précoce du bilinguisme tardif, et un seuil qui permet de distinguer le bilinguisme tardif de l’apprentissage d’une langue étrangère. Le bilinguisme précoce renvoie au fait que l’enfant acquiert une seconde langue avant l’âge de sept ans et en a une maîtrise similaire à celle d’un natif ; le bilinguisme tardif renvoie au fait que l’enfant acquiert une seconde langue entre sept et douze ans, mais la maîtrise de cette deuxième langue n’est déjà plus tout à fait celle d’un bilingue précoce. Enfin, après cet âge, la deuxième langue a le statut de langue étrangère. Ces différences apparaissent en fonction de spécialisations et latéralisations du cerveau sur les différents niveaux linguistiques (phonologie, syntaxe, pragmatique, lexique). Itard est déjà mentionné par Lebrun dans son article « The Neurology of Bilingualism » de 1971, mais sans faire référence au cas de Victor et s’appuyant sur l’ouvrage de Eldridge (1968), qui fait référence aux travaux d’Itard au niveau pédagogique. Le cas de Victor ne sera mentionné que beaucoup plus tard, dans les années 2000, lorsque les travaux sur le bilinguisme aborderont la question du seuil critique (Van Borsel et al., 2001 ; Hull, 2003 ; Montrul, 2008), afin d’illustrer le fait qu’au-delà d’un certain âge, le cas de Victor confirme l’existence d’une limite, et de justifier les différences neurocognitives entre les différents types de bilinguisme.

  • 8 Lane, 1976.
  • 9 Qu’elle complétait avec ses propres gestes inventés.

14La notion de seuil critique a également rapproché l’acquisition du langage des travaux sur la pédagogie des personnes malentendantes. Itard avait constaté que Victor faisait de meilleurs progrès en termes de communication sur le plan non-verbal (langage d’action), mais n’a jamais essayé de lui enseigner la langue des signes8. Par ailleurs, depuis Itard et son contemporain Gérando, les relations établies entre l’éducation des sourds et l’acquisition de la langue maternelle n’ont pas été nombreuses ; c’est donc autour de la notion de seuil critique que s’établit concrètement ce lien avec les travaux de Fromkin et al. puis de Curtiss (1977), qui montrent que, dans le cas de Genie, le niveau non-verbal a été également beaucoup plus abouti, au point de parvenir à lui enseigner la langue des signes9 jusqu’à un niveau assez avancé. Depuis lors, les travaux mettant en lien acquisition du langage et enfants sourds se multiplient et font souvent référence aux travaux d’Itard sur le cas de Victor, notamment dans les travaux de la linguiste états-unienne Rachel Mayberry (Mayberry et Kluender, 2018 ; Mayberry, 2010), qui étudie les effets de l’âge d’exposition à la langue des signes comme première langue sur la qualité de l’acquisition ; elle a notamment constaté que des difficultés de maîtrise de la langue des signes apparaissent après la période de l’enfance. Ces travaux confirment qu’il y a également un seuil critique pour la langue des signes afin qu’elle ait le même statut que la langue maternelle. La perspective historique à travers le cas de Victor s’y retrouve une nouvelle fois mentionnée.

  • 10 Lane, 1976 ; Rodriguez, 2011.
  • 11 L’expression Theory of Mind est de David Premak et Guy Woodruff dans l’article « Does the chimpanz (...)
  • 12 Tomasello, 2003.
  • 13 Baron-Cohen et al., 1985.
  • 14 Yousef, 2001 ; Shojaeian, 2019.

15Les travaux d’Itard se focalisent sur l’accès au signe par la substitution de l’idée à l’objet manquant, en ne donnant que des holophrases à apprendre à Victor. Cependant, la dimension interactionnelle et affective n’est pas présente, ni l’apprentissage de la référence au contexte (qui, où et quand), ce qui a donné lieu à différentes interprétations de la raison pour laquelle Victor n’a jamais appris à parler. Ainsi, longtemps, le cas de Victor a servi de référence aux travaux sur le retard mental, et plus récemment, la théorie selon laquelle il aurait été autiste10, remettrait en question la notion de seuil critique dans son cas. Dans le domaine de l’autisme, cette interprétation est mise en relation avec l’usage de la théorie de l’esprit11. Issue des travaux de Vygotski (1934) et du psychologue Jérome Bruner (1983), la théorie de l’esprit met en avant que l’association entre le mot et la chose se produit parce que l’enfant développe la capacité de décoder l’intentionnalité de l’adulte et de comprendre son point de vue12, par exemple lorsque l’adulte pointe un objet en prononçant le nom de cet objet, l’enfant comprend que l’adulte veut qu’il considère cet objet et l’associe au mot. Cette caractéristique peut être relevée dans une note d’Itard dans la « Ve vue » : Victor ne comprend pas qu’Itard veut qu’il lui ramène les objets dont il désigne le dessin, c’est-à-dire qu’il ne décode pas l’intentionnalité d’Itard. Aujourd’hui, la théorie de l’esprit considère que l’incapacité à décoder l’intentionnalité de l’adulte est une caractéristique de l’autisme13, considération qui se retrouve dans des travaux consacrés à ce sujet et qui reprennent le cas de Victor pour l’illustrer14.

16Les travaux d’Itard s’inscrivent dans une continuité de pensée. Avant lui, durant le xviiie siècle, de nombreuses notions concernant le langage de l’enfant ont été abordées et vont l’influencer, notamment celles de Condillac, comme le rôle central de l’imitation. Mais Itard va également proposer ses propres apports avec le cas de Victor, en précisant notamment la définition du signe linguistique (production réitérée, non imitée, dans le contexte approprié), en mettant en évidence l’importance du désir et de la fonction symbolique, et en soulignant la dimension centrale qu’occupe l’accès au signe linguistique dans l’acquisition du langage. Si l’intérêt pour l’acquisition du langage ne fait que s’accroître au cours du xixe siècle et du xxe siècle, les références au cas de Victor sont rares au regard du faible nombre de relations entre cette discipline et celles d’Itard (pédagogie, surdité). Hormis quelques mentions, la redécouverte de ses travaux se fera en relation avec la médiatisation d’un cas d’enfant maltraité, celui de Genie, et du travail de Fromkin et son équipe à travers un développement des références historiques dans la linguistique à partir des années 1960-1970 ; la redécouverte du cas de Victor se développera par le biais de la notion de seuil critique, dimension dans laquelle les références à Itard abondent le plus et alimentent le débat encore aujourd’hui, que ce soit sur le plan du bilinguisme, de l’acquisition des langues signées ou de l’autisme.

Haut de page

Bibliographie

Aroles, S., 2007, L’Énigme des enfants-loups : Une certitude biologique mais un déni des archives (1304-1954), Paris, Publibook (Sciences Humaines).

Auroux, S., 1979, La sémiotique des encyclopédistes, Paris, Payot.

Bar-Adon, A. et Leopold, W., 1971, Child Language: A Book of Readings, Prentice-Hall.

Baron-Cohen, S., Leslie, A. M. et Frith, U., 1985, « Does the autistic child have a “theory of mind”? », Cognition, 21/1, p. 37-46.

Beauzée, N., 1966, « Langue », dans Diderot, D. et d’Alembert, J. R. (dir.), Encyclopédie, Stuttgart-Bad Cannstalt, Friedrich FrommannVerlag.

Berquin, A., 1822 [1782-1783], L’ami des enfans, Paris, Pissot et Barrois.

Brown, R., 1958, Words and Things, Glencoe, Free Press.

Brown, R., 1973, A First Language: The Early Stages, Londres, Allen and Unwin.

Bruner, J., 1966, Studies in Cognitive Growth, Londres, Wiley.

Bruner, J., 1983, Child’s Talk, Oxford, Oxford University Press.

Campe, J., 1785, « Abhandlung. Über den Zweck der Erziehungüberhaupt », dans id. (éd.) Allgemeine Revision des gesammstenSchul – und Erziehungswesens, Hambourg, Carl Ernst Bohn.

Chomsky, N., 1966, Cartesian Linguistics: A Chapter in the History of Rationalist Thought, New York, Harper & Row.

Condillac, E., 1998 [1746], Essai sur l’origine des connaissances humaines, Paris, Alive.

Curtiss, S., 1977, A Psycholinguistic Study of a Modern Day “Wild Child”, Boston, Academic Press.

Darwin, C., 1877, « A Biographical Sketch of an Infant », Mind, p. 285-294.

Davis, K., 1940, « Extreme social isolation of a child », American Journal of Sociology, 4/5, p. 554-565.

Diderot, D., 1996 [1751], Correspondance, dans Œuvres complètes, V, Paris, Robert Laffont (Bouquins).

Diderot, D. et d’Alembert, J. le Rond (dir.), 1966 [1751-1780], Encyclopédie, 17 vol., Stuttgart-Bad Cannstalt, Friedrich Frommann Verlag.

Dumarsais, C., 1730, Traité des Tropes, Paris, Veuve Jean-Baptiste Borcas.

Dumarsais, C., 1751, « Accent », dans Diderot, D. et d’Alembert, J. R. (dir.), Encyclopédie, Stuttgart-Bad Cannstalt, Friedrich FrommannVerlag.

Eco, U., 1988, Le signe. Histoire et analyse, trad. J.-M. Klinkenberg, Bruxelles, Labor.

Eldridge, M., 1968, A History of the Treatment of Speech Disorders, Edinburg, Livingstone.

Fourcroy, J. L. (de), 1774, Les enfans élevés dans l’ordre de la nature, Paris, Estienne.

Friedman, N. et Rusou, D., 2015, « Critical period for first language: the crucial role of language input during the first year of life », Current Opinion in Neurobiology, 35, p. 27-34.

Fromkin, V., Krashen, S., Curtiss, S., Rigler, D. et Rigler, M., 1974, « The Development of Language in Genie: a Case of Language Acquisition Beyond the “Critical Period” », Brain and Language, 1, p. 81-107.

Gérando, J.-M. (de), 1827, De l’éducation des sourds-muets de naissance, 2 vol., Paris, Méquignon.

Goldin-Meadow, S., 1978 (mai), « A Study in Human Capacities », Science, 200 (4342), p. 649-651.

Guimps, R. (de), 1888, Histoire de Pestalozzi, de sa pensée et de son œuvre, Lausanne, Georges Bridel.

Hecquet, M.-C., 1761, L’histoire d’une jeune fille sauvage trouvée dans les bois à l’âge de dix ans, Paris, Hecquet.

Herder, J. G., 1992 [1772], Traité de l’origine du langage, Paris, PUF.

Holbach, P.-H., 1776, La Morale Universelle ou les devoirs de l’homme fondés sur la nature, Amsterdan, M. M. Rey.

Hull, R. G., 2003, How does bilingualism matter? A meta-analytic tale of two hemispheres, thèse, College Station, A&M University.

Ingram, D., 1989, First Language Acquisition. Method, Description and Explanation, Cambridge, Cambridge University Press.

Itard, J., 1842 [1801], Mémoire sur les premiers développements de Victor de l’Aveyron, dans id., Traité des maladies de l’oreille et de l’audition, t. 2., Paris, Méquignon-Marvis, p. 458-468.

Itard, J., 1842 [1806], Rapport sur les nouveaux développements de Victor de l’Aveyron, dans id., Traité des maladies de l’oreille et de l’audition, t. 2., Paris, Méquignon-Marvis, p. 489-519.

Itard, J., 1842, « De l’éducation d’un homme sauvage, ou des premiers développements physiques et moraux du jeune sauvage de l’Aveyron », dans id., Traité des maladies de l’oreille et de l’audition, t. 2., Paris, Méquignon-Marvis, p. 433-482.

Lane, H., 1976, The Wild Boy of Aveyron, Boston, Harvard University Press.

Latif, I., 1934, « The Physiological Basis of Linguistic Development and of the Ontogeny of Meaning, Part 1 », Psychological Review, 41/1, p. 55-85.

Lebrun, Y., 1971, « The Neurology of Bilingualism », Word, 27/1-3, p. 179-186.

Lebrun, Y., 1980, « Victor of Aveyron: A reappraisal in light of more recent cases of feral speech », Language Sciences, 2/1, p. 32-43.

Lenneberg, E.H., 1967, Biological Foundations of Language, Londres, Wiley.

Linné, C. (von), 1735, Systemanaturae, sive regna trianaturae systematice proposita per classes, ordines, genera, & species, Leyde, Lugduni Batavorum.

Mayberry, R. I., 2010, « Early Language Acquisition and Adult Language Ability: What sign language reveals about the critical period for language », Language and Education, 2, p. 281-291.

Mayberry, R. et Kluender, R., 2018, « Rethinking the critical period for language: New insights into an old question from American Sign Language », Bilingualism and Cognition, 21/5, p. 886-905.

Montrul, S. A., 2008, Incomplete Acquisition in Bilingualism: Re-examining the Age Factor, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company (Studies in Bilingualism).

Odéric Delefosse, J. M., 2010, Sur le langage de l’enfant. Choix de textes de 1876 à 1962, Paris, L’Harmattan.

Penfield, W. et Roberts, L., 1956, Speech and Brain Mechanisms, New York, Princeton University Press.

Perkins, K. L., 2011, Walker Percy and the Magic of Naming: The Semiotic Fabric of Life, Georgia, Georgia State University.

Piaget, J., 1966, La psychologie de l’enfant, Paris, PUF (Que sais-je ?).

Piis, P.-A.-A. (De), 1785, L’Harmonie imitative de la langue française, poème en quatre chants, Paris, Ph. D. Pierres.

Raynal, G.-T., 1770-1776, Histoire philosophique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, La Haye, Gosse (fils).

Reinert, G., 1979, « Prolegomena to a History of Life-Span Developmental Psychology », dans Baltes, P. B. et Brim, O. G. (éd.), Life-span Development and Behavior, vol. 2, New York, Academic Press, p. 205-254.

Restif de la Bretonne, N. E., 1989 [1794-1797], Monsieur Nicolas, Première époque, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Rodriguez, A. M., 2011, Autism Spectrum Disorders, New York, Twenty-First Century Books (USA Today Health Reports).

Roubaud, P.-S.-A., 1796, Synonymes français, vol. 1, Paris, Bossange, Masson & Besson, & Barbou.

Rousseau, J.-J., 1990 [1781], Essai sur l’origine des langues, Paris, Gallimard (Folio essais).

Rousseau, J.-J., 1964 [1762], Émile, ou de l’éducation, livre II, Paris, Gallimard.

Roux, G., 2012, Prélinguistique et linguistique dans la période des premiers mots : approches historique, épistémologique et expérimentale, thèse de doctorat, Université Montpellier 3.

Rymer, R., 1994, Genie: A Scientific Tragedy, 2e éd., New York, Harper Perennial.

Saurin, B.-J., 1813 [1768], Béverlei, Paris, Ménard et Raymond.

Shojaeian, N., 2019, Theory of Mind in Down syndrome and Autism Spectrum Disorder: A study in Iran and Sweden, thèse de doctorat, Université autonome de Barcelone.

Singh, J. A. L. et Zing, R. M., 1966, Wolf-children and Feral Man, Hamdem, Archon Books.

Staël, A.-L. G. N., 1962 [1777-1788], Lettres de jeunesse, t. 1, Paris, Pauvert.

Tabouret-Keller, A., 1966, « À propos de l’acquisition du langage », Bulletin de psychologie, 247, p. 437-465.

Taine, H., 1876, « Note sur l’acquisition du langage chez l’enfant et dans l’espèce humaine », Revue philosophique, 1, p. 5-23.

Tiedemann, D., 1787, « Beobachtungenüber die Entwicklungen der SeelenfähigkeitenbeiKindern », Heissischer Beiträge zur Gelehrsamkeit und Kunst, 2, p. 313-333 et 3, p. 486-502.

Tomasello, M., 2003, Constructing a Language, a usage-based theory of language acquisition, Cambridge, Harvard university Press.

Vendryes, J., 1921, Le langage, introduction linguistique à l’histoire, Paris, La Renaissance du livre.

Troubetzkoy, N. S., 1949 [1939], Principes de phonologie, Paris, Klincksieck.

Van Borsel, J., Maes, E. et Foulon, S., 2001, « Stuttering and bilingualism: A review », Journal of Fluency Disorders, 26, p. 179-205.

Voltaire (F.-M. Arouet dit), 2010 [1769], Dictionnaire philosophique, Paris, Flammarion.

Vygotski, L. S., 1985 [1934], Thought and Language, trad. J. Cantineau, Cambridge, MIT Press.

Yousef, N., 2001, « Savage or Solitary?: The Wild Child and Rousseau’s Man of Nature », Journal of the History of Ideas, 62/2, p. 245-263.

Haut de page

Notes

1 Il y a eu une traduction en anglais des travaux d’Itard publiée en 1932.

2 Avant que la supercherie ne soit dévoilée (voir Aroles, 2007).

3 Fromkin fait référence à la réédition des travaux d’Itard en anglais en 1962, mais pas à l’ouvrage Les enfants sauvages : mythe et réalité de Lucien Malson (1re éd. 1964), ni au film de François Truffaut, L’enfant sauvage, sorti en 1970.

4 Cet ouvrage est souvent cité dans les publications en anglais qui font référence au cas de Victor.

5 Dictionnaire de l’Académie française, 1740, 3e éd., Paris, Coignard et 1762, 4e éd., Paris, Brunet.

6 L’expression n’est pas encore fréquente à l’époque : Condillac parle d’« enfant élevé parmi les ours » (1998 [1746], § 25), Beauzée d’« homme sauvage » dans l’article « Langue » de l’Encyclopédie, et Hecquet de « fille sauvage ». Itard lui-même parle d’« un sauvage » (1842, 424) et d’« homme sauvage ».

7 Depuis celui de Jean Héroard (1551-1628), médecin du futur Louis XIII, qui a livré un journal détaillé du développement du Dauphin.

8 Lane, 1976.

9 Qu’elle complétait avec ses propres gestes inventés.

10 Lane, 1976 ; Rodriguez, 2011.

11 L’expression Theory of Mind est de David Premak et Guy Woodruff dans l’article « Does the chimpanzee have a theory of mind? » (Behavioral and Brain Sciences, 1/4, p. 515-526) à partir d’une étude cherchant à identifier si les chimpanzés sont capables de prêter des intentions à l’autre.

12 Tomasello, 2003.

13 Baron-Cohen et al., 1985.

14 Yousef, 2001 ; Shojaeian, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Roux, « Le cas de Victor de l’Aveyron au regard de l’acquisition du langage »Revue d’histoire des sciences humaines, 38 | 2021, 105-118.

Référence électronique

Guillaume Roux, « Le cas de Victor de l’Aveyron au regard de l’acquisition du langage »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 12 juillet 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/5884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.5884

Haut de page

Auteur

Guillaume Roux

Département de langues étrangères, Universidad de Caldas (Colombie) / Laboratoire Dipralang, EA 739, Université Paul-Valéry, Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search