Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38DossierConnaître et éduquer l’« idiot »

Dossier

Connaître et éduquer l’« idiot »

Des précurseurs Roch Ambroise Sicard, Jean Itard et Édouard Séguin à l’institutionnalisation des pratiques autour de 1900
Understanding and educating “the idiot”. From the precursors Roch Ambroise Sicard, Jean Itard and Édouard Séguin, to the institutionalisation of practices around 1900
Laurens Schlicht
p. 119-138

Résumés

À partir de l’étude des pratiques éducatives de Jean Itard et Roch Ambroise Sicard, cet article examine comment les approches médicales et pédagogiques de traitement des soi-disant « idiots » ont émergé dans les états allemands au cours du xixe siècle. Après avoir analysé les modalités et les étapes théoriques qui marquent la transition du concept de « sauvagerie » chez Itard au concept de l’« idiotie » chez Édouard Séguin, il s’agit d’interroger les enjeux de l’enquête lancée par l’État prussien en 1883 pour déterminer la propagation et les causes de l’idiotie endémique dans les Länder allemands. Enfin, on étudiera les pratiques pédagogiques dans une institution spécifique pour « idiots » (Idiotenanstalt), le Kalmenhof près d’Idstein, une petite ville de Hesse située près de Francfort-sur-le-Main. L’article montre comment, à partir d’une certaine conception du développement, on a créé des institutions et des formes de connaissance spécialisée qui imposent une conception des identités, individuelles et collectives, de plus en plus « fixistes ».

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier chaleureusement ceux qui m’ont aidé par leurs commentaires critiques, mes deux lecteurs anonymes, mais surtout Jean-Luc Chappey, Judith Delombre et Hélène Thierard. Sans leur aide, ce texte n’aurait pas été écrit.

  • 1 Krauss, 1886, 1.
  • 2 Kirmsse, 1906, 76.

1En 1886, dans le numéro 2 du Journal pour le traitement des idiots et des épileptiques (Zeitschrift für die Behandlung Schwachsinniger und Epileptischer), un médecin, Hermann August Krauss (1848-1939), s’interroge sur le fait de savoir si tous les individus classés par Carl Linné comme homines feri sont bel et bien des « idiots » (il les appelle Wildlinge, des « sauvageons »)1. Pour seulement trois de ces individus, il existe des informations suffisamment détaillées : Peter von Hameln, d’une part, le sauvage de Kronstadt, d’autre part et, enfin, Victor, le célèbre enfant « sauvage », confié aux bons soins de Jean Itard. Pour Krauss, la réponse est évidente : il s’agit bien d’« idiots ». Selon le pédagogue Max Kirmsse (1877-1946), l’histoire de l’éducation et de l’instruction des « idiots » commence autour de 1800 avec Itard et le « sauvage de l’Aveyron »2.

  • 3 Kirmsse, 1915. Selon Foucault, Séguin marque le second stade de la psychiatrisation de l’enfance, (...)
  • 4 Kirmsse, 1915, 103.
  • 5 Séguin, 1846, 2.

2Les pratiques d’éducation expérimentées par Itard et d’autres sont reçues avec beaucoup d’intérêt à partir de 1800 par des institutions pour « idiots » (Idiotenanstalten), dont Édouard Séguin (1812-1880) constitue la figure fondatrice3. Selon Kirmsse, Séguin a en effet été le premier à élaborer un traitement thérapeutique pour les « idiots »4.Séguin, pour sa part, estime que les idées décisives émanaient d’Itard5. Il y a manifestement un fil conducteur menant d’Itard et Victor aux écoles et autres institutions pour « idiots » aux alentours de 1900. Dans cet article, j’examinerai comment l’influence d’Itard et de Séguin a contribué à faire émerger en Allemagne, dans la seconde moitié du xixe siècle, tout un faisceau de réflexions et de pratiques concernant les « idiots ». Sur la base de deux cas concrets, je montrerai comment les Länder allemands et les institutions privées de bienfaisance ont développé, d’une part, une pratique de discrimination séparant les citoyens utiles des inutiles et, d’autre part, une pratique d’éducation pour former et en même temps classer les citoyens.

  • 6 Thierry Gineste précise que Séguin est l’« élève » d’Itard et « prosélyte de l’éducation des idiot (...)
  • 7 Les sources sont conservées au Bundesarchiv Berlin (Archives fédérales) : BArch, R 1501/14158.
  • 8 Ce concept est très difficile à traduire. En particulier, le mot Anschauung n’est pas nécessaireme (...)
  • 9 Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main, Wohlfahrtsamt, 141-143  (...)

3Je commencerai par observer, entre Roch Ambroise Sicard, Jean Itard et Édouard Séguin, une transition du concept de « sauvage » à celui d’« idiot »6. Ensuite, je montrerai comment les gouvernements développent les pratiques de connaissance dont il est ici question pour identifier les « idiots » : la première étude de cas porte en effet sur une enquête menée en 1883 par l’État prussien sur les causes et la prévalence de l’« idiotisme » et du « crétinisme »7. Avec la seconde étude de cas sur la pratique du Anschauungsunterricht (enseignement par le biais de démonstrations et d’illustrations)8 dans une institution pour « idiots », le Kalmenhof à Idstein près de Francfort-sur-le-Main, on verra enfin les usages de ces techniques pédagogiques dans les institutions spécialisées9.

  • 10 Dans les documents de l’enquête, l’ « idiotie » et le « crétinisme » sont toujours conçues comme u (...)
  • 11 Voir Stöcker, 2016.

4Entre l’époque du « sauvage de l’Aveyron », autour de 1800, et celle de ces deux études de cas qui prirent place entre 1880 et 1900, nous avons un saut temporel considérable. Il permet de montrer la stabilité sur le temps long des techniques médico-statistiques et pédagogiques qu’Itard a utilisées. Ainsi, depuis les tentatives d’éducation d’Itard et Sicard, les pratiques médicales, statistiques et pédagogiques se sont progressivement professionnalisées et différenciées. Concernant les connaissances médico-statistiques, j’esquisserai comment ce savoir est censé permettre de distinguer les « idiots » capables des « idiots » incapables d’éducation et comment différents Länder allemands ont répondu à cette exigence en 1883. En effet, l’enquête prussienne permet d’avoir un aperçu des différentes perspectives publiques sur l’« idiotie », conçue comme une « maladie »10. Nous pouvons y apprendre de façon condensée ce qu’on pensait de l’idiotisme d’un point de vue médical dans les différents Länder allemands. Je montrerai, deuxièmement, qu’un modèle de développement de l’esprit humain, du concret à l’abstrait, s’est tout d’abord stabilisé depuis les efforts éducatifs de Sicard et d’Itard, puis s’est institutionnalisé dans les pratiques d’éducation. L’exemple que j’utiliserai pour illustrer ceci est le Anschauungsunterricht, qui a été la base de l’éducation primaire depuis le début du xixe siècle11. L’étude focalisée sur une institution concrète, le Kalmenhof, permet d’analyser en détail ces procédés pédagogiques, bien que les principaux acteurs de la pratique pédagogique, les enseignants, restent toujours invisibles.

  • 12 Entre autres, Robert Wokler montre comment les sciences morales et politiques se transforment en s (...)
  • 13 « Il ne s’agit plus alors de “transformer” les hommes et les sociétés, mais, pour les partisans du (...)
  • 14 Chappey, 2017, chapitre « Les mises en cause de l’idéal de régénération ».
  • 15 En ce qui concerne l’histoire des institutions pour « idiots », voir Van Drenth, 2005 ; Lachapelle (...)
  • 16 Pélicier et Thullier, 1980.
  • 17 Lachapelle, 2007, 643-644.
  • 18 Simpson, 2011 ; McDonagh, 2008.
  • 19 Schrapper, 1988 ; Kirmsse, 1915 et 1906 ; Kuhlo, 1974 ; Gstach, 2015.
  • 20 Van Drenth, 2015 ; Verstraete, 2005 ; Neugebauer, 1989.

5De nombreuses recherches ont montré qu’à partir de 1806 environ (date du deuxième rapport de Jean Itard sur Victor), les sciences de l’homme changent à la fois d’outils de recherche, de domaines d’intérêt et modifient leurs relations à l’État12. L’universalisme des Lumières n’a plus ni la même importance ni la même force de persuasion. Comme l’a montré Jean-Luc Chappey, les identités attribuées aux différents types d’individus sont davantage appréhendées dans un contexte « fixiste » depuis cette époque, tant dans la réflexion scientifique que dans la pratique institutionnalisée13. Dans un premier temps, la « perfectibilité » des Lumières avait permis d’appréhender plus librement les frontières entre les identités. Chappey appelle cela une « pensée transformiste14 ». Mais dans les premières décennies du xixe siècle, les identités sont de plus en plus conçues comme étant figées dans le marbre. Parallèlement se créent des institutions et des professions qui, du point de vue de leurs compétences respectives, organisent, administrent ou contrôlent ces nouvelles identités, parmi lesquelles les institutions pour « idiots »15. Cela entraîne, pour les États et les organismes privés de bienfaisance, la nécessité de développer des méthodes liées à de nouvelles professions permettant d’identifier de nouvelles catégories d’individus. S’appuyant sur des recherches menées sur l’histoire du traitement de l’« idiotisme »16, Sofie Lachapelle montre, de manière particulièrement convaincante, comment la relation entre les institutions et les « idiots » a changé en France au cours du xixe siècle et comment l’utopie des Lumières est remplacée par des pratiques éducatives spécialisées. À la fin du xixe siècle, Alfred Binet a demandé que la classification et l’éducation des « idiots » soient confiées à des psychologues. Comme le montre Lachapelle, les espoirs de la psychiatrie ont alors été anéantis. L’éducation des idiots a donc été transférée dans des écoles spéciales, comme en Allemagne17. De leur côté, Murray K. Simpson et Patrick McDonagh ont mené des recherches sur l’histoire culturelle de l’idiotisme (McDonagh) et sur l’histoire des pratiques classificatoires (Simpson)18. La réflexion historiographique sur ce sujet remonte au xixe siècle dans le domaine allemand, avec en outre quelques recherches sur l’histoire de l’épilepsie et sur des institutions spécifiques19, sans compter les recherches sur l’histoire de l’« idiotisme » dans d’autres pays et à d’autres époques20.

Sicard, Itard et Séguin : le dernier sauvage et les premiers « idiots » d’État

  • 21 Benzaquén pense que l’histoire de Victor est most consequential dans l’histoire des sciences humai (...)
  • 22 Un aperçu de cette histoire est fournie par McDonagh, 2008.

6Comme cela a été amplement démontré, le « sauvage de l’Aveyron » est le point de référence de divers développements concernant le traitement scientifique et pédagogique des êtres humains21. Alors qu’initialement Roch Ambroise Sicard et Jean Itard s’occupent de Victor dans le cadre de l’Institution nationale des sourds-muets (aujourd’hui Institut national de jeunes sourds), à la suite des deux rapports d’Itard, d’autres acteurs s’impliquent dans l’éducation spécialisée22. Ici, Édouard Séguin joue un rôle particulièrement important dans le développement des institutions pour « idiots ».

7La figure de l’« idiot » devient intéressante vers 1800 parce qu’il y a un intérêt croissant à organiser les hommes en fonction de leurs capacités. Dans ce contexte, l’« idiot » devient l’emblème de l’incapacité des médecins et des administrateurs à ramener tous les citoyens à la raison. En premier lieu, l’État souhaite savoir qui fait partie de ce groupe, lequel peut être productif et donc utile. En deuxième lieu, les médecins se voient offrir de nouvelles perspectives de carrière, car ils deviennent ainsi les autorités en charge de la séparation entre les individus utiles et les inutiles. En troisième lieu, cette réflexion sur les « idiots » ouvre un espace pour la bienfaisance.

  • 23 Martin Herrnstadt montre comment, sous Napoléon, une pratique s’est également développée dans l’Ad (...)

8Dans les deux rapports d’Itard, on peut clairement observer le passage d’un espoir universaliste de la perfectibilité des êtres humains à une pratique d’organisation des différences humaines. Comme Martin Herrnstadt le souligne, c’est par ce biais que la relation constamment renégociée entre les espaces de liberté et le besoin d’intervention de l’État se développe au début du xixe siècle23. Pour ces institutions d’État, il devient donc important de développer des barèmes d’utilité afin de pouvoir employer les personnes en fonction de leurs capacités.

  • 24 Itard, 1894, 66.
  • 25 Dans le deuxième rapport, Itard appelle Victor, par exemple, « un être dont le développement tenai (...)
  • 26 Van Drenth, 2015, 561.
  • 27 Lachapelle, 2007, 627-628, 633.
  • 28 Séguin, 1846, 5.
  • 29 Pour le concept de « techniques épistémiques », voir Epple, 2004 ; Rheinberger, 2002. Foucault sou (...)
  • 30 Cette idée se trouve dans un manuscrit de 1802 édité par Thierry Gineste sur les « vésanies ». Dan (...)

9Ces idées de productivité et d’utilité graduées ne sont pas encore présentes en 1800, chez Itard. Ce dernier insiste au contraire, dans son deuxième rapport, sur sa culpabilité envers Victor, cet individu triste qu’on aurait dû laisser vivre dans les bois, comme un « sauvage » heureux à l’image de ceux que Rousseau a décrits : « Combien dans ce moment, comme dans beaucoup d’autres, prêt à renoncer à la tâche que je m’étais imposé, et regardant comme perdu le temps que j’y donnais, ai-je regretté d’avoir connu cet enfant, et condamné hautement la stérile et inhumaine curiosité des hommes qui, les premiers l’arrachèrent à une vie innocente et heureuse24 ! » Dans ce passage, pour Itard, l’alternative se présente comme absolue – soit la civilisation, soit l’état de nature. D’autres passages de son rapport tendent à indiquer qu’Itard était déjà, progressivement, en train de croire que même si Victor ne se développait pas complètement, il pouvait apprendre des choses25. Dans certains contextes, Victor est considéré précisément comme un « idiot » susceptible d’être développé jusqu’à un certain point. Cette perspective du « développement » a fait l’objet de recherches récentes. Annemieke van Drenth démontre qu’avec Édouard Séguin une « dimension temporelle » dans l’éducation des « idiots » s’établit, parce que ce dernier suppose que la plupart des « idiots » sont capables d’éducation, mais seulement dans une certaine mesure26. Séguin se présente comme le disciple d’Itard et, sous l’égide de Félix Voisin, il prend en charge des « idiots » à Bicêtre en 1842. Alors que Guillaume Ferrus est le premier à ouvrir une classe pour « idiots » à Bicêtre en 182827, Séguin doute profondément que les grandes promesses du premier rapport d’Itard de 1801 puissent encore être justifiées28. Avec Séguin, on peut voir la transition vers des techniques épistémiquesqui donnent des informations plus spécifiques sur la mesure de l’utilité, sur la mesure de la productivité, ainsi que sur la mesure du développement des « idiots »29. Séguin participe donc à la création des barèmes concernant les caractéristiques humaines, création qui commence au début du xixe siècle : des échelles pour l’intelligence (auxquelles Itard avait déjà pensé30), des échelles de mesure du crâne, etc.

  • 31 Itard tente d’y parvenir par une grande variété de moyens, qui visent tous à stimuler une utilisat (...)
  • 32 Je me base ici sur le concept du thick things de Alder, 1998, 502. Pour le concept de l’« objet ép (...)

10Dans son Traitement moral, hygiène et éducation des idiots et des autres enfans arriérés de 1846, Séguin se présente comme un observateur attentif d’un objet épistémique complètement différent du « sauvage » d’Itard. Ce dernier, au moins jusqu’en 1801, s’occupe d’un citoyen dont les capacités de pensée sont paralysées. En 1801, Itard est convaincu qu’il peut vaincre la passivité de l’entendement de Victor31. Séguin, pour sa part, présente l’« idiot » au sens propre comme un objet épistémique, un objet « épais » au sens de Ken Alder (contrairement à « mince ») en termes de propriétés possibles et inattendues, qui pose de nombreuses questions32. Ainsi que pour d’autres identités « fixistes » du xixe siècle, l’« idiot » de Séguin devient un objet énigmatique : Il faut donc explorer à la fois sa nature profonde et les différentes caractéristiques associées à l’« idiotie ».

  • 33 Bourneville, 1894, 7-8.

11À la fin du xixe siècle, Itard fait certes figure de célèbre précurseur de l’éducation des « idiots », mais il est aussi déjà anachronique. Dans son rapport sur les institutions pour les « idiots », le médecin aliéniste Magloire Désiré Bourneville (1840-1909), collaborateur de Charcot, écrit à cet égard en 1894 : « Itard, imbu des idées de Locke et de Condillac, crut à la perfectibilité de l’enfant [Victor] et se chargea de son éducation. Cette erreur de diagnostic nous a valu les deux beaux rapports dans lesquels il expose les nombreux procédés qu’il a employés pour perfectionner le malheureux enfant idiot qui lui avait été confié33 ».

  • 34 Itard, 1894 [1801], 38.
  • 35 Sicard utilise différentes versions pour décrire le « sourd-muet » avant son éducation. Dans un de (...)

12Ainsi, depuis les premières décennies du xixe siècle, des modèles de développement graduel de l’esprit humain se sont élaborés. Même si le barème s’est affiné, passant de la binarité pure à une séquence potentiellement infinie, les pôles de base du développement sont restés les mêmes : le concret simultané et l’abstrait successif. On peut illustrer ce modèle avec les idées que Sicard présente, en 1800 environ, pour l’éducation des « sourds-muets »34. L’objectif de Sicard est que ses élèves « sourds-muets » doivent progressivement former leurs jugements en traduisant les sensations concrètes en signes linguistiques et en jugements. Cette idée de passage progressif de la perception concrète au jugement linguistique est également à la base des autres pratiques pédagogiques de traitement des idiots qui seront décrites ici35.

  • 36 Voir Buton, 2009, 84 et suiv.

13Parallèlement à cette matrice pédagogique se développe, au même moment et parfois grâce aux mêmes personnes, une technique médicale de la connaissance du corps de l’« idiot » et des causes de l’idiotie. Ainsi, à l’Institut national de jeunes sourds de Paris dirigé par Sicard, Itard pratique un savoir de discernement destiné à distinguer les élèves non éducables des élèves susceptibles d’instruction, explicitement mentionnés comme tels dans le règlement de l’école36.

14Je voudrais ainsi souligner quatre aspects importants de la configuration autour de 1800. Premièrement, une vision du mouvement de l’esprit depuis la conception du concret jusqu’à la pensée de l’abstrait est établie et consolidée. Deuxièmement, dans l’éducation des « idiots », c’est précisément cette phase de transition qu’on cherche à examiner de plus près, celle au cours de laquelle se constitue un domaine d’activité éducative professionnalisée. Troisièmement, un domaine d’expertise médicale émerge, qui est chargé d’émettre un avis sur les personnes qui ne sont pas du tout aptes à cette transition, celles qui le sont dans une certaine mesure, et celles qui seraient capables d’une pensée abstraite sans aucune restriction. Quatrièmement, l’espoir de la curabilité de l’« idiotie » est mis de côté.

  • 37 Lachapelle, 2007, 627.
  • 38 Ibid., 628.

15Dans les décennies qui suivent 1800 s’établit ainsi un système de traitement spécial destiné aux enfants qui ne peuvent pas être instruits comme les autres, qui aboutit à l’établissement d’institutions spécialisées pendant les années 1820 et 1830, comme le souligne Lachapelle37. Elle montre que, par la suite, l’histoire de l’« idiotie » au xixe siècle peut être divisée en quatre phases : sa description comme une affection mentale après la Révolution française, la création des premières écoles pour « idiots », souvent privées ou ecclésiastiques, l’implication plus importante de l’État à la fin du xixe siècle et la création de l’éducation spéciale au début du xxe siècle38. Nous allons désormais voir comment, dans la troisième phase, en 1883, l’État prussien a tenté de rassembler les perspectives médicales existant sur l’idiotie.

Connaître et éduquer l’« idiot » vers la fin du xixe siècle

  • 39 Kuhlo, 1974, 136.

16Depuis les années 1830, il existe une lutte entre diverses professions qui revendiquent pour elles-mêmes le privilège d’avoir des connaissances scientifiques sur l’idiotie. Barbro Kuhlo remarque qu’en France ce sont les médecins et les pédagogues qui dominent, tandis qu’en Allemagne un souci piétiste de mission intérieure et de charité l’emporte39. Cela étant, à partir de 1839 (Wurtemberg), certaines initiatives médicales dans les Länder allemands tentent parallèlement d’analyser les causes de l’idiotie et de perfectionner l’éducation des « idiots ». Ici, donc, se professionnalise un savoir médical que nous avons déjà vu affleurer chez Itard.

17D’autre part, tout au long de ces développements, Itard continue d’être présenté comme une figure fondatrice pour les pratiques pédagogiques. Selon l’auteur d’un manuel allemand pour « le soin des faibles d’esprit » de 1909, Guillaume Ferrus (1784-1861) aurait encore approfondi cette idée :

  • 40 Bösbauer, Miklas et Schiner, 1909, 111.

En 1828, Ferrus, le célèbre médecin parisien, commence ses observations sur le développement mental et physique des faibles d’esprit à l’asile de Bicêtre, au sud de Paris. Cette maison, asile d’idiots et de crétins, a longtemps servi à l’étude des plus éminents médecins français. La raison de cette création était ledit « sauvage de l’Aveyron », un idiot qui se promenait depuis longtemps dans les bois avoisinants. Le célèbre médecin français de l’institution pour sourds-muets de Paris, Itard [...], s’est occupé de son éducation pendant quatre ans (1801-1805) et aurait obtenu avec lui d’assez bons résultats tant au niveau de son adaptation [à la vie en société] que d’une certaine éducation40.

  • 41 Ibid.
  • 42 Kuhlo, 1974, 142.
  • 43 La spécialisation d’une institution peut changer au fil du temps, comme le souligne Gstach à propo (...)
  • 44 Voir par exemple Vogt et Weygandt, 1911 et Ziehen, 1915.

18Les pratiques médicales et éducatives sont introduites dans des institutions spécialisées qui s’occupent des « idiots ». La prise en charge des « idiots », ou « faibles d’esprit » (Schwachsinnige) dans des institutions d’État prend réellement son essor dans les États allemands – à partir de 1871 les Länder – à la fin du xixe siècle, tandis que, dès les années 1840, les premières institutions privées pour « idiots » s’établissent. Si la première institution de langue allemande est fondée, en 1828, à Salzbourg par Gotthard Guggenmoos (1775-1838), elle doit fermer dès 183541. La première institution viable est celle fondée par Johann Jakob Guggenbühl (1816-1863) en 1841 sur le Abendberg, près d’Interlaken. En 1900 le psychiatre Wilhelm Weygandt compte 74 institutions spécialisées pour les « idiots » en Allemagne, en 1909 il en existe au moins 9442. Certaines d’entre elles sont qualifiées d’établissements d’éducation (Erziehungsanstalten), d’autres d’établissements de soin (Pflegeanstalten), termes tirés d’un discours plus général43. À partir de 1871, ces institutions font partie de l’Empire allemand. En 1900, les membres de ces institutions ne sont cependant toujours pas parvenus à se mettre d’accord ni sur la manière de définir l’objet de l’« idiotie », ni sur les critères de distinction des « idiots », ni sur les personnes ayant l’autorité pour le faire. En particulier, la répartition des compétences entre le clergé et les médecins, notamment les psychiatres, doit encore être clarifiée. La profession médicale assure son influence dans les premières décennies du xxe siècle en publiant des manuels détaillés44. Plus tard, après l’introduction des tests d’intelligence aux alentours des années 1900, les psychologues sont également entrés dans la lutte.

  • 45 Schrapper, 1988, 61. À partir de 1880 se développe une pratique qui vise à orienter les enfants, s (...)
  • 46 Laquer, 1907, 36.

19En 1900, le soin des « idiots » est devenu une affaire publique, bien que des asiles privés continuent d’exister. Par exemple, à Francfort-sur-le-Main le médecin Leopold Laquer (1857-1915), qui est responsable des écoles publiques, écrit en 1907 un résumé de sa pratique avec les « idiots ». Il est particulièrement engagé dans tout ce qui concerne les « écoles auxiliaires » (Hilfsschulen) établies à la suite de certaines initiatives législatives de la fin du xixe siècle, notamment à Francfort en 188945. Leur nombre augmente rapidement : en 1892, on compte 26 « écoles auxiliaires » avec 64 professeurs et 700 enfants, tandis qu’en 1904, on en compte 143 avec 498 professeurs et 8 207 élèves46.

Les médecins et les statisticiens : l’enquête prussienne de 1883

  • 47 BArch, Polizeiwesen 40/3, lettre du 18 décembre 1883 signée Dr. Hermann Reinhard.

20En 1883, la Prusse produit un recueil complet des enquêtes allemandes existant sur la prévalence de l’« idiotie ». Il s’agit d’une réponse à une demande de renseignements émanant de l’Autriche-Hongrie. Celle-ci soumet en effet cette année-là des questions précises au ministère prussien des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt) : quelles mesures sont prises dans les différents Länder allemands pour lutter contre l’« idiotie endémique » et le « crétinisme », quelles sortes de causes de l’idiotie sont identifiées par les médecins et quelle est la prévalence (au sens médical du terme) de l’« idiotie » et du « crétinisme »47 ? Plusieurs ministères des Länder allemands répondent à cette demande. Ici, la question est explicitement posée de savoir quelles sources d’information sont réellement disponibles pour compter les « idiots » et déterminer la nature de leur idiotie.

  • 48 BArch, Polizeiwesen 40/3.

21Deux choses sont mises en évidence : premièrement, il n’existe aucune opinion définitive sur les causes de l’idiotie ; deuxièmement, du côté du traitement, la plupart des acteurs sont d’accord sur le fait que l’idiotie est en principe incurable. Le ministère de Saxe, par exemple, compte 511 Blödsinnige (faibles d’esprit), et désigne comme causes de cet idiotisme, entre autres : la syphilis du père, les convulsions, la psychose de la mère pendant la grossesse, un choc de l’enfant ; la plupart des « idiots » l’étant pour des « causes indéfinies » (245), la deuxième cause la plus fréquemment invoquée étant l’innéité (84)48. D’autres rapports mettent plutôt l’accent sur la qualité de l’eau, de l’air et du sol, tous ces critères ayant, bien entendu, leur propre histoire.

22Trois des plus grands Länder ont répondu comme suit :

  • 49 BArch, Polizeiwesen 40/3, lettre du 29 février 1884.

23En Prusse, Albert Guttstadt (1840-1909), un important collaborateur des offices statistiques, souhaite se saisir de la question. Mais, comme le rapporte dans une lettre du 29 février 1884 Emil Blenck (1833-1911), membre du bureau statistique à partir de 1867, ses seules fonctions administratives ne sauraient suffire car il apparaît que le bureau statistique ne possède aucune source d’information concernant la population des « idiots »49. Blenck indique que, pour obtenir des résultats, il est nécessaire de remonter au dernier recensement, mais que pour obtenir plus d’informations sur les « idiots » dans les asiles pour aliénés et les institutions pour « idiots », des recherches approfondies seraient nécessaires. De même, l’influence de l’environnement (qualité de l’air, de l’eau, etc.) sur la propagation endémique de l’idiotie devrait également faire l’objet d’études distinctes.

  • 50 BArch, Polizeiwesen 40/3, lettre du 20 novembre 1883 signée « Königlich Bayerisches Staatsminister (...)
  • 51 Ibid.

24Le rapport sur la Bavière localise la fréquence de l’idiotie en Haute et Moyenne Franconie, et note parallèlement une diminution significative de celle-ci. Ce rapport prend également en compte la couleur des cheveux des « idiots », la hauteur des villes au-dessus du niveau de la mer et la formation rocheuse des montagnes. Un certain Docteur Bub à Ipsheim (Moyenne-Franconie) soutient que la dureté de l’eau potable a une influence sur la fréquence du crétinisme, mais reconnaît que cette influence seule ne peut pas expliquer la densité élevée de la population des « idiots ». La détérioration de la « race » due à la consanguinité est, selon lui, la seconde cause du crétinisme : « L’action simultanée de ces deux facteurs est absolument nécessaire pour que le goitre et le crétinisme endémiques puissent prospérer50 ». En Bavière, les divers comtés ont répondu différemment à la nécessité d’un recensement des « idiots ». En Basse-Franconie, le gouvernement du district a ordonné son propre recensement en 1880. Les catégories suivantes ont été utilisées : crétins (de haut niveau), semi-crétins (cretinöse Individuen), « idiots ». En outre, outre leur âge, la confession des individus a été prise en compte : on dénombre des catholiques, protestants, juifs (à l’époque : « israélites »), mennonites. Dans cette statistique, l’influence de l’eau, et donc des formations géologiques, est également fortement prise en compte ; ici aussi, une diminution de la fréquence des « idiots » est constatée. Cependant, à Sonthofen, il y a un grand nombre d’« idiots » et de « sourds-muets » ce qui, selon l’hypothèse dudit rapport, est dû à la forte consommation d’eau-de-vie et à la consanguinité51.

  • 52 « Bericht des Königl.Medizinal-Kollegiuums an das K. Miniserium des Innern betreffend die Anfrage (...)

25À Wurtemberg il existe déjà, en 1883, plusieurs recensements des « idiots » et crétins, et ce depuis cinquante ans. Le premier recensement des « idiots » a eu lieu en 1839 à l’instigation du ministère de l’Intérieur. Le rapporteur considère cependant les résultats de 1839, publiés par Wilhelm Köstlin, comme inutiles pour examiner les causes de l’idiotisme inné, parce que Köstlin avait inclus les cas de l’idiotisme acquis52. Le rapport critique les cinq précédents recensements des idiots et des crétins du Wurtemberg (1839, 1841, 1853, 1861, 1875) pour le manque de cohérence des catégories utilisées. Enfin, le rapport considère néanmoins que la topographie est une indication et que les conditions du sol ont une influence significative sur l’incidence de l’idiotie. En particulier, une localisation sur la molasse, une certaine couche de dépôt de la roche, serait un facteur qui augmente la fréquence de l’idiotie, bien que le rapporteur n’exclue pas d’autres facteurs d’influence, par exemple la qualité de l’eau de consommation.

  • 53 Selon Kirmsse, la Hubertusburg était la première institution pour « idiots » en Saxe financée par (...)
  • 54 « Fragebogen als Grundlage zur ärztlichen Begutachtung schwachsinniger oder blödsinniger Kinder be (...)

26Les questionnaires soumis lors de l’admission des élèves dans les asiles pour « idiots » constituent une autre source d’information sur les critères appliqués à l’idiotie. Par exemple, à la Hubertusburg53, ce questionnaire était utilisé depuis 1855. En 1883, le questionnaire comprend 45 questions qui révèlent une orientation médicale, psychiatrique et pédagogique (entre autres : goitre, croissance de l’enfant, grossesse de la mère, organes génitaux, texture de la peau, expression du visage, bave de l’enfant, dispositions mentales, comportement de jeu, tendance à l’errance)54.

27En somme, le rapport de la Prusse montre que la professionnalisation des techniques d’information statistiques et des connaissances médicales n’ont pas encore rendu un verdict définitif sur l’« idiot ». Au contraire, les connaissances des gouvernements étaient fragmentaires et contradictoires. De plus, il n’existe pas encore de procédures standardisées pour savoir comment reconnaître un « idiot » lorsqu’il n’est pas dans une institution. Cela peut également être observé dans les pratiques des asiles privés pour « idiots » fondés au xixe siècle, qui ont d’abord dû choisir de manière créative et autodéterminée des techniques de connaissance et des procédures pédagogiques afin de façonner la vie quotidienne dans l’institution.

Les enseignants : le Kalmenhof et l’éducation des « idiots »

  • 55 Le curé Rudoph Ehlers (1834-1908), l’entrepreneur Charles Hallgarten (1838-1908), le politicien so (...)

28Le Kalmenhof, une institution privée pour l’éducation des « idiots », est fondé en 1888 par un groupe interconfessionnel, de juifs, de catholiques et de protestants, constitué d’hommes politiques, d’ecclésiastiques, de mécènes et de membres de la municipalité55. L’institution est gérée par une association privée qui survit grâce à des dons privés, mais aussi grâce au soutien de la municipalité. Dans une modeste mesure, les marchandises produites par l’institution elle-même, notamment par les élèves (tissage de rubans, menuiserie, agriculture, entre autres) entrent également dans sa trésorerie.

29Comme d’autres asiles pour « idiots », le Kalmenhof utilise un questionnaire pour les enfants admis en vue d’être éduqués ou soignés. Ce questionnaire montre à quel point les systèmes des soins médicaux tournent encore autour du thème de l’« idiotie ». Une partie du questionnaire est modelée d’après les savoirs médicaux et, ici également, la qualité du sol et de l’eau et d’autres aspects de l’environnement y sont mentionnés. En comparaison avec d’autres institutions, par exemple la Hubertusburg, l’accent est plutôt mis sur les aspects psychologiques. Ainsi, on s’intéresse aux aspects du caractère et de l’intelligence de l’enfant : s’il est bon et calme, s’il possède de l’attention et de la mémoire, s’il a des habitudes notables, etc. Le questionnaire est authentifié par la signature des parents et du médecin ou d’un ecclésiastique, ce dernier illustrant le rôle important du clergé dans le développement des institutions pour « idiots » en Allemagne.

  • 56 Schrapper, 1988, 66.
  • 57 Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main Magistratsakten V, 818, (...)

30Il faut noter que de nombreuses villes de la région de la Ruhr, mais aussi des villes prussiennes comme Francfort-sur-le-Main ou Wiesbaden sont en plein essor à la fin du xixe siècle. Francfort connaît une croissance démographique de 355 % dans la période 1871-1910 et une croissance économique également remarquable56. En conséquence, la demande en travailleurs augmente et il n’est guère défendable d’un point de vue politique et économique que des criminels, des jeunes délaissés, des malades mentaux, des personnes dites « paresseuses » (Arbeitsscheue) soient enfermés ensemble dans des maisons pour pauvres (Armenhäuser) ou des maisons de correction (Korrektionsanstalten). Dans le premier rapport annuel, il est ainsi indiqué qu’il y aura de plus en plus de personnes qui, pour être utiles, auront besoin d’assistance57.

  • 58 Voir Heuberger et Krohn, 2008.
  • 59 Voir Schrapper, 1988.

31Le Kalmenhof fait alors partie des instruments de la modernisation des concepts de travail et des notions de bienfaisance. Son statut interconfessionnel n’est pas inhabituel pour la ville de Francfort, qui compte une proportion élevée de citoyens juifs en comparaison de la moyenne pour le Reich (11,54 % contre 1,5 %). Charles Hallgarten – un bienfaiteur qui fait partie de l’administration du Kalmenhof –, qui est né à Mayence mais qui a ensuite émigré avec sa famille à New York et est devenu banquier, en est un bon exemple. À son retour, il devient entrepreneur dans le domaine de la bienfaisance. Il veut établir à la fois un devoir religieux de charité mais aussi de nouvelles formes de gestion de la charité58. D’autres personnalités de l’administration du Kalmenhof faisaient également partie de cette nouvelle forme de « management » social, comme le révérend Rudolph Ehlers59.

Fig. 1 : Le Kalmenhof après 1918

Fig. 1 : Le Kalmenhof après 1918

Source : https://alt-idstein.de/​vor-der-stadtmauer/​der-kalmische-hof (consulté le 9 février 2021), reproduit avec l’aimable autorisation de Peter Faust.

L’Anschauungsunterricht (l’enseignement par le biais de démonstrations et d’illustrations)

  • 60 Pour l’histoire d’Anschauungsunterricht, voir Stöcker 2016.
  • 61 J’utilise la traduction de Anschauung dans Kant, 1845, 37 : « Quelle que soit la manière dont une (...)
  • 62 J’utilise la traduction de Vorstellung dans Kant, 1845, 20 : « Il résulte de là un fait digne d’êt (...)
  • 63 Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main, Magistratsakten V818, B (...)
  • 64 Ibid., rapport annuel pour l’année 1888 de 1889, 16.
  • 65 Ainsi, Itard vise à « réveiller » la sensibilité (Itard, 1894, 16) ; Itard décrit la « méthode de (...)
  • 66 Voir Harder, 1891, 1 ; Friemel également parle du Anschauungsunterricht pour les oreilles dans les (...)
  • 67 Hüttmann mentionne ici Ratich, Locke, Comenius, Rousseau, Basedow : Hüttmann 1891, 13.
  • 68 Ibid., 14.
  • 69 Ibid.
  • 70 Friemel, 1912, 134. Une autre opinion est par exemple articulée par Reinke, 1897, 87-89.
  • 71 Une de ces conceptions est discutée au sein de la psychologie du développement qui en est à ses pr (...)

32Alors que le pouvoir médical peut contrôler l’entrée des élèves, une fois qu’ils font partie de l’institution, ils sont principalement soumis à des pratiques pédagogiques, parmi lesquelles le Anschauungsunterricht, l’une des plus importantes60. Dans les rapports du Kalmenhof, on distingue les Anschauungen (intuition61) des Vorstellungen (représentations sensibles62) et des Begriffe (concepts). Comme chez Sicard, Itard ou Séguin, pour le Kalmenhof, la tâche principale consiste tout d’abord à développer la capacité à avoir des représentations et à organiser les concepts ; c’est précisément le but du Anschauungsunterricht63. Entre autres, les rapports parlent du « réveil » (Weckung) des facultés des élèves qui sont apparemment censées être en sommeil64. On retrouve donc la même rhétorique que celle qui se trouvait dans les rapports d’Itard sur Victor65. Il est clair que l’Anschauung de l’Anschauungsunterricht ne se réfère pas seulement au sens de la vue. Un manuel pour l’Anschauungsunterricht distingue, par exemple, les Anschauungen pour les oreilles, pour les yeux ou l’Anschauung de « choses concrètes dans leur unité et leur variété66 ». Pour ce manuel, la faculté de l’Anschauung est une des premières qui peuvent être développées. Selon Friedrich Harder, l’auteur du manuel, Herbart était l’autorité qui soulignait à juste titre la nécessité de former l’attention (Aufmerksamkeit) des élèves afin qu’ils puissent avoir des « perceptions » (Wahrnehmungen) à partir de « sensations » (Empfindungen)67. Parce que la perception présuppose la formation des sens, cette éducation est, pour Harder, le premier devoir pour tout enseignement68. Avec Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827), l’Anschauungsunterricht a finalement été introduit et établi « dans la plus petite école de village69 ». Pour Harder, le concept d’Anschauungsunterricht est basé sur une théorie du développement de l’esprit humain qui part du concret et du simple pour atteindre l’abstrait et le complexe. Cette théorie suppose un lien entre le développement des sens et le développement de l’esprit, et considère donc l’exercice du premier comme une condition nécessaire au développement du second. Aux alentours de 1900, cette notion d’Anschauungsunterricht est discutée d’une manière controversée. Un directeur d’école, par exemple, pense en 1912 que les conceptions anciennes (de Zillig, Herbart ou Pestalozzi) sont dépassées et qu’on devrait prendre en compte le « niveau de développement » (Entwicklungsstufe) de chaque élève70. Pour l’auteur, le principal point de discorde est la question de savoir si l’Anschauungsunterricht doit rester une branche distincte ou être intégrée aux autres sujets. En outre, on peut observer un processus complexe de négociation sur les conceptions du développement – qui ne peut être présenté ici71.

  • 72 Voir Reinke, 1897, 60-61.
  • 73 Ibid., 60.

33L’Anschauungsunterricht utilise des modèles de progrès graduels des élèves. Dans le programme d’études d’une école « auxiliaire » (Hilfsschule, institution pour les faibles d’esprit) à Dresde, par exemple, le programme d’études spécifie, que l’Anschauungsunterricht doit « guider [les élèves] vers l’observation attentive des objets et des phénomènes de leur environnement72 ». Au fur et à mesure que le niveau de difficulté augmente, les classes supérieures doivent finalement amener les élèves à la pensée abstraite. Dans la dernière classe, l’Anschauungsunterricht doit permettre aux élèves par la « comparaison et la distinction » de créer des concepts abstraits et d’analyser, entre autres, « cause et effet »73.

  • 74 Par exemple, dans le rapport annuel de 1908 pour l’année 1907, un élève est explicitement mentionn (...)
  • 75 Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main Magistratsakten V, 181, (...)
  • 76 Ibid., rapport annuel de 1898, 11-12.
  • 77 Ibid., 17.

34Dans le cas des institutions pour « idiots », le but principal consiste à rendre les élèves utiles pour un emploi. Par conséquent, dans les rapports annuels du Kalmenhof, une mention spéciale est faite des étudiants qui ont été déclarés « employables » (erwerbsfähig), qui ont réussi dans un métier, et leur parcours est décrit74. Dans le premier rapport annuel, on peut lire que le Kalmenhof est fondé principalement parce qu’il n’y a pas de place appropriée pour les enfants pauvres qui ne sont pas assez « aptes » (beanlagt) pour les classes supérieures, mais qui sont trop doués pour simplement languir dans les classes inférieures de l’école primaire : « Les camarades de classe se moquaient de ceux qui étaient toujours à la traîne – maintenant, ces enfants au développement lent reçoivent l’attention et la patience nécessaires. […] Ce qui de la vie spirituelle doit être développé en eux, cela nous le développons75 ». Les rapports annuels, comme l’enquête prussienne de 1883, recherchent les causes de l’idiotisme pour les élèves de l’institution : on note le degré de l’idiotie et la relation avec d’autres « complications » (épilepsie, surdi-mutité, perte auditive, cécité, paralysie)76. L’Anschauungsunterricht fait partie des deux « classes préparatoires ». Dans ces classes, les enseignants doivent réagir aux « besoins momentanés et individuels des enfants » avec l’application des exercices d’activité (Tätigkeitsübungen), Anschauungsunterricht et les exercices de langue (Sprechunterricht)77.

35La méthode centrale pour la préparation des élèves et pour stimuler leur intellect est très analogue aux stratégies d’Itard qui sont fondées sur la théorie de l’enseignement que Sicard a développée. Il s’agit d’éveiller la faculté des enfants de lier une perception à un concept, ce qui mène, selon le vocabulaire philosophique de l’époque, à une Anschauung, une « représentation sensible ». Dans le Kalmenhof également, l’Anschauungsunterricht était le « compagnon » permanent de l’enseignement :

  • 78 Rapport annuel du Kalmenhof de 1905, Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort (...)

La tâche principale du professeur de l’école préparatoire est de développer la faculté d’imagination (Vorstellungsvermögen) de nos enfants faibles d’esprit. Mais comme les idées ne peuvent être acquises que par l’observation, et que ce n’est que par l’observation répétée qu’elles entrent clairement dans la conscience et y restent fermement, dans nos écoles, comme dans les écoles « auxiliaires » l’Anschauungsunterricht est et reste la composante principale de l’enseignement total78.

36Cette approche est conçue pour enseigner l’ordre du monde dans lequel vivent les enfants. Pour la réflexion pédagogique, elle pourrait donc aussi, à l’inverse, servir à identifier dans quelle mesure les enfants peuvent s’orienter dans ce monde. Pour évaluer cela, le modèle concret-abstrait est utilisé de nouveau, afin de savoir si les enfants peuvent former des concepts et exprimer des jugements sur les perceptions. Comme pour Séguin, l’enseignement doit conduire de simples mouvements extérieurs aux mouvements intérieurs de l’esprit. Le résultat est un modèle humain qui consiste dans la volonté de s’orienter dans le monde à l’aide de jugements, à le connaître par observation et à maîtriser l’art de l’imagination, c’est-à-dire, l’art de créer.

  • 79 Laquer, 1902, 6-7.
  • 80 Ibid., 8.
  • 81 Ibid., 11.

37Ainsi, pour le Kalmenhof, on peut identifier une répartition des compétences, comme celle qui s’était déjà instituée au début du xixe siècle entre les enseignants et les médecins. Les psychologues ne sont pas encore entrés en scène et ne sont apparus que progressivement dans les rapports ultérieurs du Kalmenhof. En gros, cette répartition des fonctions concernait l’évaluation du corps d’une part et le développement des facultés d’autre part, bien qu’il y ait des incursions continues dans un sens ou dans l’autre. Le médecin Laquer en est un bon exemple, en ce qu’il souligne, d’une part, le rôle important des enseignants pendant l’observation des enfants et que, d’autre part, il réclame que les médecins scolaires soient introduits pour évaluer si les enfants sont, ou non, « faibles d’esprit »79. Toutefois, Laquer concède également que la meilleure base pour évaluer les enfants est l’école elle-même, car les signes physiques sont souvent peu fiables80. Ainsi, selon lui, les enseignants et les médecins doivent travailler ensemble pour déterminer si les enfants présentent une déficience visuelle, auditive ou conceptuelle81. Cette division reflète également bien les connaissances médico-pédagogiques du Kalmenhof.

38À partir de Sicard, d’Itard et de Séguin, de l’exemple de l’enquête prussienne de 1883 et du Kalmenhof, peuvent être identifiés deux modèles – médicaux et pédagogiques – pour créer des liens entre les pratiques institutionnelles et les individus posant problème par leur incapacité à s’intégrer sans aide supplémentaire. Nous pouvons dire avec Lachapelle que ce modèle s’est formé à partir des années 1830 et s’est stabilisé vers la fin du siècle, avant l’entrée en scène des psychologues. D’abord, il y a l’autorité médicale qui tente de définir les causes et les signes physiques de l’idiotie. Ce domaine de connaissance engendre ainsi une discussion continue sur les techniques appropriées pour cerner les caractères de l’idiotisme. Pour les médecins, l’idiotisme est devenu un véritable objet de recherche, faisant émerger continuellement de nouvelles définitions de l’objet et des modifications des techniques épistémiques et pédagogiques. Ensuite, pour le secteur de la bienfaisance, l’« idiot » devient l’être qui démontre à quels moments les promesses du progrès humain et les réalités parfois tristes de l’être concret humain sont incompatibles, parce que l’« idiot » se montre en tout ou en partie inadapté aux exigences du monde du travail. Les institutions pour « idiots » publient donc des chiffres étonnants qui laissent penser que l’espoir initial d’Itard de 1801, à savoir qu’on pourrait civiliser tous les hommes, serait finalement réalisable, bien que d’une manière plus modeste. Par ailleurs, j’indiquerais une autre constante : le modèle concret-abstrait et les pratiques pédagogiques qui en découlaient chez Sicard, Itard et Séguin étaient également à la base des pratiques dans des institutions allemandes pour « idiots ». Preuve en est l’Anschauungsunterricht. L’observation concrète devait conduire les élèves d’un monde des choses concrètes à un monde d’intelligibilité, ce dernier étant, comme chez Itard, le monde de la civilisation, de l’humanité et de la raison.

39Cela ne peut qu’indiquer un lien qui existait entre les pratiques pédagogiques, administratives et les conceptualisations de l’être humain dans les sciences humaines. Itard et Sicard témoignent encore de la divergence entre une administration professionnalisée et la pratique pédagogique. Pour les acteurs médicaux, éducatifs, administratifs et politiques de la fin du xixe siècle, il s’agissait encore de définir les rôles professionnels et de façonner et légitimer les pratiques et les formations associées. En même temps, les perspectives de développement des enfants restent stables, tandis qu’à la fin du xixe siècle, les psychologues vont redéfinir et professionnaliser l’idée de développement. Dans cet article, j’ai voulu mettre en évidence la création et l’établissement de ces deux modèles, médico-statistique et éducatif, d’accès à l’esprit « idiot », qui ont été des références influentes pour la création au xixe siècle d’institutions spécialisées.

40J’ai souhaité illustrer comment l’idée d’Itard de l’« idiot », conçu comme un citoyen dont les sens et les facultés de raisonnement sont initialement paralysés, change et conduit à une reconceptualisation de la relation entre l’expertise des sciences humaines et l’administration. À l’échelle d’un siècle tout entier, s’étendant de l’expérience éducative d’Itard aux asiles de la fin du xixe siècle, les changements produits dans les attitudes envers l’« idiot » deviennent ainsi visibles. L’« idiot » est devenu le centre d’intérêt d’un système d’experts chargés d’évaluer et de façonner les possibilités de développement des dits « idiots » ainsi que la capacité de certains individus « idiots » à s’engager activement dans certains champs de la société et de la production. Dans le cas du Kalmenhof, cela a conduit autant à une coopération qu’à une concurrence entre les compétences pédagogiques, médico-psychiatriques et cléricales, qui ont parfois abouti à des configurations stables et à des systèmes pratiques pour traiter les « idiots », tels que l’Anschauungsunterricht.

Haut de page

Bibliographie

Alder, K., 1998, « Making Things the Same: Representation, Tolerance and the End of the Ancien Régime in France », Social Studies of Science, 28/4, p. 499-545.

Benzaquén, A., 2006, Encounters with Wild Children. Temptation and Disappointment in the Study of Human Nature, Montreal & Kingston, Londres, Ithaca, McGill-Queen’s University Press.

Bösbauer, H., Miklas, L. et Schiner, H. (dir.), 1909, Handbuch der Schwachsinnigenfürsorge mit Berücksichtigung des Hilfsschulwesens, Vienne/Leipzig, Karl Graeser/B. G. Teubner.

Bourneville, M.D., 1894, Assistance, traitement et éducation des enfants idiots et dégénérés, Paris, Progrès médical/Félix Alcan.

Buton, F., 2009, L’administration des faveurs : l’État, les sourds et les aveugles (1789-1885), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Chappey, J.-L., 2002, La Société des observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes.

Chappey, J.-L., 2015, « Du peuple enfant au peuple malheureux. Questions sur les mutations des dominations sociales et politiques entre la république thermidorienne et l’Empire », La Révolution française, 9, p. 1-24.

Chappey, J.-L., 2017, Sauvagerie et civilisation : une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard (L’épreuve de l’histoire).

Epple, M., 2004, « Knot Invariants in Vienna and Princeton During the 1920s. Epistemic Configurations of Mathematical Research », Science in Context, 17, p. 131-164.

Foucault, M., 2003, Le pouvoir psychiatrique. Cours au Collège de France, 1973-1974, Paris, Seuil/Gallimard.

Friemel, R., 1912, « Der Anschauungsunterricht im Lichte neuzeitlicher Anforderungen », Deutsche Blätter für erziehenden Unterricht, 40, p. 133-136.

Gineste, T., 2004 [1993], Victor de l’Aveyron. Dernier enfant sauvage, premier enfant fou, Paris, Hachette Littératures.

Gstach, J., 2015, Kretinismus und Blödsinn. Zeur fachlich-wissenschaftlichen Entdeckung und Konstruktion von Phänomenen der geistig-mentalen Auffälligkeit zwischen 1780 und 1900 und deren Bedeutung für Fragen der Erziehung und Behandlung, Bad Heilbrunn, Julius Klinkhardt.

Harder, F., 1891, Handbuch für den Anschauungsunterricht, édité par J. F. Hüttmann, Hanovre, Norddeutsche Verlagsanstalt.

Heilbron, J., 2004, « The Rise of Social Science Disciplines in France », Revue européenne des sciences sociales, 42, 129, p. 145-157.

Herrnstadt, M., 2020, « Administrating the Empire of the Self: Joseph-Marie de Gérando (1772-1842) and the Post-Revolutionary Science of Man in France around 1800 », Francia, Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, 47, p. 133-159.

Heuberger, R. et Krohn, H. (dir.), 2008, Ein Amerikaner in Frankfurt am Main. Der Mäzen und Sozialreformer Charles Hallgarten (1838-1908), Francfort-sur-le-Main, Vittorio Klostermann.

Itard, J.-M. G., 1894 [1801], Rapports et mémoires sur le sauvage de l’Aveyron, l’idiotie et la surdi-mutité, Paris, Progrès médical.

Kant, I., 1845. Critique de la raison pure, retraduite sur la 1re  éd. allemande par J. Tissot, t. I, Paris, Librairie philosophique de Ladrange.

Kirmsse, M., 1906, « Die Geschichte der Schwachsinnigenfürsorge », Zeitschrift für die Behandlung Schwachsinniger und Epileptischer, 26, p. 76-77.

Kirmsse, M., 1915, « Séguins Ansichten über die Behandlung der Geistesschwachen nach der physiologischen Methode », Zeitschrift für Kinderforschung, 20/3, p. 102-119.

Köstlin, W., 1840, Beiträge zur Statistik der Geisteskrankheiten in Würtemberg, Stuttgart, Köhler.

Krauss, H.A., 1886, « Waren die Wildlinge, soweit sie uns bekannt geworden sind, Idioten? », Zeitschrift für die Behandlung Schwachsinniger und Epileptischer, 2/1, p. 1-6.

Kuhlo, B., 1974, « Der kindliche Schwachsinn als diagnostisches, therapeutisches und soziales Problem im 19. Jahrhundert », Medizinhistorisches Journal, 9/2, p. 125-151.

Lachapelle, S., 2007, « Educating Idiots. Utopian Ideals and Practical Organization Regarding Idiocy inside Nineteenth-Century French Asylums », Science in Context, 20/4, p. 627-648.

Laquer, L., 1902, Über schwachsinnige Schulkinder, Halle-sur-Saale, Carl Marhold.

Laquer, L., 1907, Die ärztliche und erziehliche Behandlung von Schwachsinnigen in Schulen und Anstalten und ihre Versorgung, Halle-sur-Saale, Carl Marhold.

McDonagh, P., 2008, Idiocy: A Cultural History, Liverpool, Liverpool University Press.

Neugebauer, R., 1989, « Diagnosis, Guardianship, and Residential Care of the Mentally Ill in Medieval and Early Modern England », American Journal of Psychiatry, 146/12, p. 1580-1584.

Parke, R. D. et al. (dir.), 1995, A Century of Developmental Psychology, Washington, American Psychological Association.

Pélicier, Y. et Thullier, G., 1980, « Le fondateur de l’éducation des idiots. Édouard Séguin (1812-1880), » Paedagogica Historica, 20/1, p. 129-152.

Reinke, W., 1897, Die Unterweisung und Erziehung schwachsinniger (schwachbefähigter) Kinder, Berlin, L. Oehmigke’s Verlag.

Rheinberger, H.-J., 2002, Experimentalsysteme und epistemische Dinge eine Geschichte der Proteinsynthese im Reagenzglas, Gottingue, Wallstein.

Schrapper, M., 1988, « „…100 Anfragen zum Theil dringlichster Art…“ Die Gründer der „Idioten-Anstalt“ Kalmenhof in Idstein », dans Schrapper, C. et Sengling, D., Die Idee der Bildbarkeit. 100 Jahre sozialpädagogische Praxis in der Heilerziehungsanstalt Kalmenhof, Weinheim, Munich, Juventa, p. 61-78.

Séguin, É., 1846, Traitement moral, hygiène et éducation des idiots et des autres enfans arriérés, Paris, Baillière.

Sicard, R.-A. C., 1799-1800, Cours d’instruction d’un sourd-muet de naissance, pour servir a l’éducation des sourds-muets, Paris, Le Clere.

Simpson, M.K., 2011, « Othering Intellectual Disability. Two Models of Classification from the 19th Century », Theory & Psychology, 22/5, p. 541-555.

Stöcker, K., 2016, Medialisiertes Schulwissen im Anschauungsunterricht des 19. Jahrhunderts, dans Götz, M. et Vogt, M., Schulwissen für und über Kinder. Beiträge zur historischen Primarschulforschung, Bad Heilbrunn, Klinkhardt, p. 205-228.

Van Drenth, A., 2015, « Sensorial Experiences and Childhood. Nineteenth-Century Care for Children with Idiocy », Paedagogica Historica, 51/5, p. 560-578.

Verstraete, P., 2005, « The Taming of Disability. Phrenology and Bio-Power on the Road to the Destruction of Otherness in France (1800-60) », History of Education, 34/2, p. 119-134.

Vogt, H. et Weygandt, W. (dir.), 1911, Handbuch der Erforschung und Fürsorge des jugendlichen Schwachsinns unter besonderer Berücksichtigung der psychischen Sonderzustände im Jugendalter, Iéna, Gustav Fischer.

Wokler, R., 2000, « From the Moral and Political Sciences to the Sciences of Society by Way of the French Revolution », Annual Review of Law and Ethics, 8, p. 33-45.

Yousef, N., 2001, « Savage or Solitary? The Wild Child and Rousseau’s Man of Nature », Journal of the History of Ideas, 62/2, p. 245-263.

Ziehen, T., 1915, Die Geisteskrankheiten des Kindesalters einschließlich des Schwachsinns und der psychopatischen Konstitutionen, t. 1, Berlin, Reuther & Reichard.

Haut de page

Notes

1 Krauss, 1886, 1.

2 Kirmsse, 1906, 76.

3 Kirmsse, 1915. Selon Foucault, Séguin marque le second stade de la psychiatrisation de l’enfance, et « dans son Traitement moral des idiots, va donner les concepts majeurs à partir desquels la psychologie, la psychopathologie de l’arriération metnale vont se développer tout au long du xixe siècle » : Foucault, 2003, 205.

4 Kirmsse, 1915, 103.

5 Séguin, 1846, 2.

6 Thierry Gineste précise que Séguin est l’« élève » d’Itard et « prosélyte de l’éducation des idiots » : Gineste, 2004, 130.

7 Les sources sont conservées au Bundesarchiv Berlin (Archives fédérales) : BArch, R 1501/14158.

8 Ce concept est très difficile à traduire. En particulier, le mot Anschauung n’est pas nécessairement limité au sens de la vue. Je laisserai donc le terme dans sa langue d’origine dans ce qui suit.

9 Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main, Wohlfahrtsamt, 141-143 ; 761 ; 762 ; 1.172 ; Magistratsakten V818 Bd. 1, Bd. 2 ; Stadtverordnetenversammlung 1.283.

10 Dans les documents de l’enquête, l’ « idiotie » et le « crétinisme » sont toujours conçues comme une Krankheitserscheinung – und « maladie » : BArch, Polizeiwesen 40/3.

11 Voir Stöcker, 2016.

12 Entre autres, Robert Wokler montre comment les sciences morales et politiques se transforment en sciences sociales, notamment avec Saint-Simon ou Comte : Wokler, 2000, 40 ; voir également Heilbron, 2004, 151, qui montre que les nouvelles sciences doivent avoir une orientation pratique pour le gouvernement et les administrations.

13 « Il ne s’agit plus alors de “transformer” les hommes et les sociétés, mais, pour les partisans du nouveau régime, de les contrôler, de les dominer et les asservir. Napoléon Bonaparte et les “masses de granit” entendent désormais fixer les identités naturelles, sexuelles, sociales et raciales, dans le marbre. Le fixisme politique, social, sexuel ou racial s’impose comme nouveau paradigme » : Chappey, 2015, 20.

14 Chappey, 2017, chapitre « Les mises en cause de l’idéal de régénération ».

15 En ce qui concerne l’histoire des institutions pour « idiots », voir Van Drenth, 2005 ; Lachapelle, 2007 ; Gstach, 2015.

16 Pélicier et Thullier, 1980.

17 Lachapelle, 2007, 643-644.

18 Simpson, 2011 ; McDonagh, 2008.

19 Schrapper, 1988 ; Kirmsse, 1915 et 1906 ; Kuhlo, 1974 ; Gstach, 2015.

20 Van Drenth, 2015 ; Verstraete, 2005 ; Neugebauer, 1989.

21 Benzaquén pense que l’histoire de Victor est most consequential dans l’histoire des sciences humaines parce que le cas de Victor a été le premier à faire un usage intensif des techniques de traitement médical et éducatif et de new techniques to extract knowledge from human beings : Benzaquén, 2006, 144 ; Nancy Yousef montre comment les anthropologies spéculatives et une science empirique de l’homme se rejoignaient dans le cas de Victor : Yousef, 2001, 246 ; McDonagh examine les stratégies littéraires d’Itard dans les deux rapports : McDonagh, 2008, 66-75 ; la création de la Société des observateurs de l’homme a été étroitement liée à la découverte de Victor : Chappey, 2002, 31.

22 Un aperçu de cette histoire est fournie par McDonagh, 2008.

23 Martin Herrnstadt montre comment, sous Napoléon, une pratique s’est également développée dans l’Administration consistant à ne plus gouverner des espaces de liberté absolue, mais des espaces de liberté partielle, des espaces semi-autonomes : Herrnstadt, 2020, 155-158.

24 Itard, 1894, 66.

25 Dans le deuxième rapport, Itard appelle Victor, par exemple, « un être dont le développement tenait à des efforts gradués » : Itard, 1894, 64.

26 Van Drenth, 2015, 561.

27 Lachapelle, 2007, 627-628, 633.

28 Séguin, 1846, 5.

29 Pour le concept de « techniques épistémiques », voir Epple, 2004 ; Rheinberger, 2002. Foucault souligne que chez Esquirol et Belhomme la notion du développement est encore « binaire » et que « Le développement, pour Esquirol et Belhomme, c’est quelque chose que l’on a ou que l’on a pas » : Foucault, 2003, 204.

30 Cette idée se trouve dans un manuscrit de 1802 édité par Thierry Gineste sur les « vésanies ». Dans ce texte, Itard parle d’une « échelle de l’intelligence » s’étendant jusqu’à Newton : Itard dans Gineste, 2004 [1993], 466.

31 Itard tente d’y parvenir par une grande variété de moyens, qui visent tous à stimuler une utilisation active à partir de réponses initialement imitatives. Cela est particulièrement visible dans l’utilisation des signes linguistiques, comme dans le passage bien connu sur l’utilisation du signe « lait » : Itard, 1894, 38-47.

32 Je me base ici sur le concept du thick things de Alder, 1998, 502. Pour le concept de l’« objet épistémique », voir Rheinberger, 2002 ; Epple, 2004.

33 Bourneville, 1894, 7-8.

34 Itard, 1894 [1801], 38.

35 Sicard utilise différentes versions pour décrire le « sourd-muet » avant son éducation. Dans un de ces récits, le « sourd-muet » est un « animal » avant son éducation et c’est précisément ce récit qui est devenu influent dans l’histoire des imaginations collectives des « sourds-muets ». Ainsi, Sicard écrit « On peut alors seulement s’occuper pour lui d’une profession, et l’appliquer à celle qui convient à sa fortune, à son goût, à ses forces. Avant cette nouvelle vie, qui est l’heureux effet de son éducation, il n’étoit propre à rien ; c’étoit un animal féroce et malfaisant. C’est aujourd’hui un être raisonnable, propre à tout et capable de tout » : Sicard, 1799-1800, xxii.

36 Voir Buton, 2009, 84 et suiv.

37 Lachapelle, 2007, 627.

38 Ibid., 628.

39 Kuhlo, 1974, 136.

40 Bösbauer, Miklas et Schiner, 1909, 111.

41 Ibid.

42 Kuhlo, 1974, 142.

43 La spécialisation d’une institution peut changer au fil du temps, comme le souligne Gstach à propos de l’institution der Kern à Eisenach, qui se considère de plus en plus comme une institution de soin (Pflegeanstalt), s’occupant principalement des enfants plutôt que de les éduquer : Gstach, 2015, 138.

44 Voir par exemple Vogt et Weygandt, 1911 et Ziehen, 1915.

45 Schrapper, 1988, 61. À partir de 1880 se développe une pratique qui vise à orienter les enfants, soit dans des classes ou écoles auxiliaires, soit dans des institutions spécialisées pour « idiots ». Voir Bösbauer, Miklas et Schiner, 1909, 126, note 1 ; le texte du Handbuch für Schwachsinnigenfürsorge souligne le savoir des professeurs à cet égard. Dans une résolution de 1887 de la conférence des professeurs allemands, les enseignants demandent que les enfants qui ne peuvent être éduqués soient placés strictement dans des écoles auxiliaires et ne soient pas autorisés à rester à l’école primaire. En 1898, une association pour les écoles auxiliaires est établie. De plus, différents systèmes de connaissances scientifiques sont formés pour accomplir cette séparation, comme par exemple la Kinderforschung (recherche sur les enfants) : Ibid., 125-129.

46 Laquer, 1907, 36.

47 BArch, Polizeiwesen 40/3, lettre du 18 décembre 1883 signée Dr. Hermann Reinhard.

48 BArch, Polizeiwesen 40/3.

49 BArch, Polizeiwesen 40/3, lettre du 29 février 1884.

50 BArch, Polizeiwesen 40/3, lettre du 20 novembre 1883 signée « Königlich Bayerisches Staatsministerium des Königl. Hauses und des Aeussern » : Die gleichzeitige Wirkung dieser beiden Faktoren ist unbedingt nothwendig zum Gedeihen des endemischen Kropffes und Cretinismus. (Abschrift a num 15235 R.M.d.I. Entstehungsursachen und Verbreitung des Kretinismus und Idiotismus sowie die zur Bekämpfung dieser Krankheitserscheinung in Bayern zur Zeit bestehenden Einrichtungen).

51 Ibid.

52 « Bericht des Königl.Medizinal-Kollegiuums an das K. Miniserium des Innern betreffend die Anfrage der k.-ungarischen Regierung über die Verbreitung, Entstehungsursachen und Bekämpfung des Kretinismus und Idiotismus in Deutschland », Stuttgart, 7 décembre 1884, BArch, Polizeiwesen 40/3, voir Köstlin, 1840.

53 Selon Kirmsse, la Hubertusburg était la première institution pour « idiots » en Saxe financée par le gouvernement jusqu’en 1846, Kirmsse, 1915, 102.

54 « Fragebogen als Grundlage zur ärztlichen Begutachtung schwachsinniger oder blödsinniger Kinder bei ihrer Aufnahme in Hubertusburg », BArch, Polizeiwesen 40/3.

55 Le curé Rudoph Ehlers (1834-1908), l’entrepreneur Charles Hallgarten (1838-1908), le politicien social Karl Flesch (1853-1915), le chef de la police de Francfort August von Hergenhahn (1830-1903), l’entrepreneur Carl Bolongaro (1826-1909), Hermann Sonnenberg (1836-1898), le médecin August Lotz (décédé en 1894) et le directeur de l’institution pour les aveugles à Wiesbaden Otto Sartorius (1831-1911) : voir Schrapper, 1988.

56 Schrapper, 1988, 66.

57 Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main Magistratsakten V, 818, Band 1, V 17, Nr. 27, rapport pour l’anné 1889, 1890, p. 3.

58 Voir Heuberger et Krohn, 2008.

59 Voir Schrapper, 1988.

60 Pour l’histoire d’Anschauungsunterricht, voir Stöcker 2016.

61 J’utilise la traduction de Anschauung dans Kant, 1845, 37 : « Quelle que soit la manière dont une connaissance peut toujours se rapporter à des objets, par quelques moyens que ce puisse être, cette manière qui fait que la connaissance se rapporte immédiatement aux choses et que la pensée se propose toujours comme moyen, constitue l’intuition ».

62 J’utilise la traduction de Vorstellung dans Kant, 1845, 20 : « Il résulte de là un fait digne d’être remarqué, c’est qu’à nos connaissances expérimentales il s’en mêle d’autres qui doivent avoir une origine a priori, et qui ne servent peut-être qu’à unir nos représentations sensibles ».

63 Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main, Magistratsakten V818, Bd. 1, rapport annuel pour l’année 1904 de 1905, 19.

64 Ibid., rapport annuel pour l’année 1888 de 1889, 16.

65 Ainsi, Itard vise à « réveiller » la sensibilité (Itard, 1894, 16) ; Itard décrit la « méthode de gradations insensibles » dans son deuxième rapport (ibid., 92) ; dans le premier rapport, Itard parle également des « facultés profondement engourdies » (ibid., 3).

66 Voir Harder, 1891, 1 ; Friemel également parle du Anschauungsunterricht pour les oreilles dans les leçons de chant : Friemel, 1912, 134.

67 Hüttmann mentionne ici Ratich, Locke, Comenius, Rousseau, Basedow : Hüttmann 1891, 13.

68 Ibid., 14.

69 Ibid.

70 Friemel, 1912, 134. Une autre opinion est par exemple articulée par Reinke, 1897, 87-89.

71 Une de ces conceptions est discutée au sein de la psychologie du développement qui en est à ses premiers commencements à la fin du xixe siècle ; une première approche de la recherche, désormais étendue, est proposée par Parke et al., 1995.

72 Voir Reinke, 1897, 60-61.

73 Ibid., 60.

74 Par exemple, dans le rapport annuel de 1908 pour l’année 1907, un élève est explicitement mentionné comme étant, alors qu’il entrait au Kalmenhof, un « faible garçon » (schwächlicher Knabe), à peine doué avec de la mémoire (Gedächntis) et la faculté de penser (Denkvermögen). Après ses leçons au Kalmenhof, il est non seulement admis à la confirmation, mais même au service militaire, où il « se conduit bien » : Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main, Magistratsakten, Wohlfahrtsamt, 761, Band 1, rapport annuel, 1908, 6.

75 Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main Magistratsakten V, 181, Bd. 1, Aktenzeichen V17, Nr. 27, rapport annuel pour l’année 1888 de 1889, 3.

76 Ibid., rapport annuel de 1898, 11-12.

77 Ibid., 17.

78 Rapport annuel du Kalmenhof de 1905, Fonds d’archives de l’Institut für Stadtgeschichte, Francfort-sur-le-Main, Magistratsakten, V, 181, Bd. 1, Aktenzeichen V17 Nr. 27.

79 Laquer, 1902, 6-7.

80 Ibid., 8.

81 Ibid., 11.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le Kalmenhof après 1918
Crédits Source : https://alt-idstein.de/​vor-der-stadtmauer/​der-kalmische-hof (consulté le 9 février 2021), reproduit avec l’aimable autorisation de Peter Faust.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/5943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurens Schlicht, « Connaître et éduquer l’« idiot » »Revue d’histoire des sciences humaines, 38 | 2021, 119-138.

Référence électronique

Laurens Schlicht, « Connaître et éduquer l’« idiot » »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 12 juillet 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/5943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.5943

Haut de page

Auteur

Laurens Schlicht

Chaire de culture et civilisation romanes et communication interculturelle, Université de la Sarre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search