Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29DossierCe qu’un manuel d’économie hétéro...

Dossier

Ce qu’un manuel d’économie hétérodoxe peut être

The Worldly Philosophers de Robert Heilbroner
Cyrille Ferraton et Ludovic Frobert
p. 89-116

Résumés

Publié initialement en 1953, The Worldly Philosophers de Robert Heilbroner constitue l’un des ouvrages de base dans le domaine de l’histoire de l’économie. Il porte la trace des options hétérodoxes de l’auteur le conduisant à souligner les dimensions morale, sociale, historique et politique de l’économie alors même que la discipline prenait un tour nettement quantitativiste et positiviste. Cet article propose, à partir de l’étude de la première édition des Worldly Philosophers – ses sources, ses principales scansions, sa réception et ses suites –, une première découverte de cet auteur peu connu du public de langue française.

Haut de page

Texte intégral

1Le 27 décembre 1961, Paul Samuelson présentait, en tant que nouveau président, son adresse officielle à l’American Economic Association. « Economists and the History of Ideas » tentait de dresser un bilan actualisé du panthéon des grands économistes du passé. Un détour par les œuvres majeures en matière d’histoire des idées économiques était nécessaire, et Samuelson opposait le récent History of Economic Analysis (1954) de Joseph Schumpeter au très daté manuel qu’il avait dû lui-même utiliser comme étudiant à Harvard dans les années 1930, Histoire des doctrines économiques de Charles Gide et Charles Rist (1909). Sur le plan méthodologique, Schumpeter proposait plusieurs outils opportuns, séparant notamment la « vision » – creuset pré-analytique où se fondaient des matériaux hétérogènes, philosophique, politique, historique, idéologique, et qui n’orientait que le seul rapport aux valeurs et aux intérêts de chaque économiste – de la cruciale « analyse » ; cette dernière, sorte de stock d’outils théoriques indépendants des contingences historiques, sociales, politiques, indemne surtout de tout jugement de valeurs, et dont l’Équilibre général walrassien proposait la plus brillante réalisation. La méthodologie de Schumpeter lui avait permis de repérer les « lignées analytiques » élues, séparant ainsi une histoire jugée d’une histoire sanctionnée au regard d’un état véritablement scientifique de l’économie que résumait au présent le propre manuel de Samuelson, véritable phénomène d’édition, Economics: An Introductory Analysis (1948). Ce précédent manuel exerça une influence sur plusieurs générations d’étudiants, et inspira aussi l’écriture des manuels d’économie postérieurs, notamment par l’utilisation de graphiques (Skousen, 1997).

2L’approche de Samuelson, qui résumait une nouvelle orientation d’ensemble de la discipline, revendiquait notamment une séparation hygiénique de la science économique vis-à-vis des autres sciences sociales, morales et politiques, faisait des mathématiques et statistiques les outils privilégiés de cette décantation analytique, et soulignait l’inexorable fossé qui ne pouvait que se creuser entre cette science et l’opinion. Dans ce contexte, l’ouvrage de Gide et Rist faisait pâle figure, incapable de démêler le vrai du faux, les éclats analytiques des économistes reconnus comme Léon Walras, Knut Wicksell, Irving Fisher des marécages doctrinaux dans lesquels s’étaient embourbés les réformateurs sociaux comme Robert Owen ou Henry Georges :

Bien que nous ne devrions pas minimiser l’importance de la vulgarisation – j’entends par là communication – nous ne pouvons dissimuler le fait qu’il s’agit d’un terrain sur lequel la Loi de Gresham opère de la façon la plus fidèle : la vulgarisation triviale chasse la subtile, tout comme l’idéologie la plus brutale chasse la plus nuancée.

3Samuelson poursuivait notamment en remarquant que la démarcation entre science et non-science concernant l’économie pouvait même conduire à juger avec suspicion des éléments auparavant valorisés, tel, par exemple, la qualité rhétorique :

Une belle plume peut être ici suspecte… Il me semble que c’est Tjalling Koopmans de Yale, un économiste éminemment créatif, qui a avancé l’argument plutôt austère suivant lequel un style exceptionnel en matière d’écriture introduit un biais dans la mesure où il peut conduire à accorder plus d’attention et de crédibilité à un argument qu’il n’en mérite objectivement.

4La science économique possède « sa propre logique et validité », pouvait finalement conclure Samuelson et ses flirts adolescents prolongés avec les humanités devaient désormais cesser.

5Dans le contexte d’une science économique d’après-guerre qui allait être placée sous le signe de la recherche opérationnelle, de la nouvelle synthèse keynésienne ou de la méthodologie positive d’un Milton Friedman (Béaud, Dostaler, 1993), le manuel de Gide et Rist pouvait exhaler le parfum suranné de « l’Europe aux anciens parapets » (Rimbaud). Dans l’introduction de leur ouvrage, les auteurs se revendiquaient de la tradition juridique française de l’histoire des doctrines, tentant de l’adapter au domaine de l’économie politique. Ils faisaient valoir, contre le matérialisme, le pouvoir actif des idées, notaient que le champ du savoir économique se structurait depuis plus d’un siècle autour de l’affrontement de deux perspectives, l’une individualiste, l’autre socialiste, et que le progrès d’ensemble de la discipline provenait de l’organisation d’un « balancement rythmé » donnant à tour de rôle la prééminence à l’un ou l’autre des deux camps. Le Gide et Rist se plaçait finalement sous le signe de la « synthèse » et de la « solidarité », boussoles idéologiques de la IIIe République, notait que les heurts entre individualisme et socialisme avaient fini par constituer un « tissu commun » et une habitude de dialogue : « ainsi le résultat de tant de discussions et de polémiques a été de constituer peu à peu un véritable domaine commun, où quelles que soient leurs aspirations sociales et politiques, les économistes peuvent se rencontrer » (Gide et Rist, 1922, 776-777).

6Dans l’optique de Samuelson, ces considérations généreuses, mais non calibrables ni testables, étaient désormais extérieures au champ de l’économie sérieuse. Et à vrai dire, sa critique ne portait pas tant sur le vieux Gide et Rist que sur ceux qui, après 1945, continuaient à défendre, notamment aux États-Unis même, cette forme naïve, littéraire et non-scientifique d’économie. Dans « Economists and the history of ideas », la véritable cible de Samuelson était John Kenneth Galbraith, auteur récent de The Affluent Society (1958), et qui prolongeait en la renouvelant la tradition de l’institutionnalisme américain qui avait longtemps dominé l’American Economic Association. Pour Samuelson, il n’y avait plus d’avenir, autre que médiatique ou, pire, mondain, pour cette forme d’économie.

7Or, dans les mêmes années où Economics: An Introductory Analysis s’imposait comme premier best-seller en matière de manuel économique, un second best-seller apparaissait, dans le domaine de l’histoire de la pensée économique, un manuel représentatif des tendances et traditions mêmes que dénonçait Samuelson. En 1953, Robert Heilbroner publiait, en effet, la première édition de The Worldly Philosophers: The Lives, Times and Ideas of the Great Economics Thinkers. L’ouvrage annonçait « un voyage à travers l’éthique » et pour cela partait à la découverte d’une poignée d’hommes qui, par leurs idées, donnèrent sens au monde économique moderne. Tous différents – « il y eut parmi eux un philosophe et un illuminé, un pasteur et un agent de change, un révolutionnaire et un gentilhomme, un esthète, un septique et un vagabond » (10) – ils élaborèrent pour cela intrigue, pièce, drame, scène, pour lever les doutes et les anxiétés que faisait naître un nouveau et vaste monde économique apparemment chaotique et pourtant en constante évolution ; leurs récits permettant en définitive aux communautés humaines de comprendre et d’agir en vue d’adapter et de contrôler le capitalisme. L’ambition de ces hommes ne pouvait pas être celle de simples techniciens ou experts : leurs imaginations, nourries par ce large éventail de biographies singulières, leur donnaient l’audace d’embrasser l’ensemble de ce processus dans ses dimensions économiques, mais tout autant politique, sociale, culturelle, que paraissait rythmer l’accumulation progressive de richesses :

Pour eux, le monde a littéralement représenté une perle à laquelle ils ont donné une dizaine de moules différents : moules de colère, de sérénité, de justification, de fermentation… grâce aux économistes, l’ancien monde monotone et chaotique se transforma en une société vivante, avec une histoire et une signification propre. C’est cette recherche de la signification du monde qui constitue le cœur de la science économique (10).

8L’ouvrage d’Heilbroner connut par la suite sept éditions (jusqu’à 1999), fut traduit en une vingtaine de langues et s’écoula, pour la seule édition en anglais, à plusieurs millions d’exemplaires.

9La pensée d’Heilbroner a été jusqu’ici peu étudiée par les sciences sociales francophones. Les analyses récentes sur l’économie institutionnaliste (Chavance, 2007) ne mentionnent pas ses travaux qui pourtant, si l’on se réfère aux critères généralement avancés pour qualifier l’institutionnalisme (Dugger, 1992), s’inscrivent indéniablement dans une telle perspective. Nous nous proposons ainsi de dresser un premier portrait d’Heilbroner au travers de l’étude de l’édition originale publiée en 1953 des Worldly Philosophers. Ce manuel d’histoire de la pensée économique se démarque clairement des autres manuels et, à ce titre, relève d’une forme d’hétérodoxie en ce qu’il rejette implicitement l’idée d’un savoir économique cumulatif. Il ne recherche pas en effet à reconstruire rationnellement les différentes étapes du passé qui ont conduit à l’état des connaissances présentes. Les grands économistes comme Adam Smith, Karl Marx ou John Maynard Keynes ne sont pas traités comme des précurseurs d’analyses modernes, mais sont étudiés pour la vision qu’ils ont développée de l’économie capitaliste et de son devenir.

10Nous évoquerons les sources et influences des Worldly Philosophers avant d’en détailler les principales scansions et quelques prolongements dans l’œuvre ultérieure d’Heilbroner. Nous conclurons enfin par quelques considérations, inactuelles et actuelles, sur le succès de ce manuel d’histoire de la pensée économique.

Adolph Lowe et Robert Heilbroner

  • 1  Sur Heilbroner, voir Okroi, 1988 et Carroll, 1998.
  • 2  Voir notamment Bernstein, 2004.

11Né en 1919 à New York, Heilbroner fut d’abord formé à l’université Harvard, qu’il rejoignit en 1936, où il est influencé par les enseignements d’Alvin Hansen, de Joseph Schumpeter, de Paul Sweezy et d’autres professeurs encore1. Année cruciale, car Harvard fut l’une des principales places académiques où, en pleine dépression et alors que le gouvernement Roosevelt mettait en place empiriquement le New Deal, la Théorie générale de John Maynard Keynes fut reçue et fiévreusement décortiquée et discutée aux États-Unis. Mais la véritable formation d’Heilbroner débuta dix ans plus tard, lorsqu’après la guerre et une courte expérience dans une entreprise spécialisée dans le commerce international, il reprit ses études. Il commença un programme de cours à la New School for Social Research. En 1953, lorsque parut The Worldly Philosophers, Heilbroner n’était donc qu’un étudiant avancé. Et dans ses orientations majeures, l’ouvrage porte surtout la trace de l’influence du professeur qui convertit véritablement Heilbroner à l’économie et à son histoire, et qui fut son mentor, interlocuteur et ami2 : Adolph Lowe (1883-1995).

L’influence décisive d’Adolph Lowe sur l’écriture des Worldly Philosophers

12Comme l’a revendiqué Heilbroner :

Adolph Lowe marqua de façon décisive mon éducation économique sur deux plans. Il était d’abord extrêmement sceptique concernant formalismes et tautologies qui commençaient à s’imposer lors de ces années au détriment d’approches plus attentives à l’histoire et aux institutions, approches qu’il considérait pourtant comme essentielles à l’intelligence économique… L’autre influence majeure de Lowe sur mon propre développement fut qu’il m’orienta vers le champ d’études qui devint ensuite ma spécialité. Ce fut en assistant à son séminaire sur Smith, Ricardo et Marx que j’ai commencé à percevoir l’économie comme une succession de drames extraordinaires. Cette impression me conduisit à écrire The Worldly Philosophers alors que j’étais encore un étudiant (cité dans Carroll, 1998, 11).

  • 3  Plutôt que de partir de conditions initiales données et de tenter à la suite d’en prédire les résu (...)

13Professeur à l’université de Kiel puis de Francfort, Lowe avait dû emprunter le chemin de l’exil dès 1933, rejoignant l’Angleterre puis les États-Unis et le havre de la New School for Social Research. Comme d’autres exilés allemands – ses amis Frantz Oppenheimer, Karl Mannheim, Alfred Schütz –, il était attentif à la coopération entre les différentes sciences sociales et prônait, dans des revues comme l’American Journal of Economics and Sociology ou Social Research (Forstater, 2002), le développement d’une vaste science pragmatique donnant les moyens aux sociétés d’évoluer en apprenant progressivement à équilibrer, balancer sagement les attentes contraires de la liberté et de l’ordre, faisant ainsi barrage à la tyrannie. « Lowe s’intéressait aux conditions pouvant assurer ordre et continuité pour une société démocratique libérale, qu’elle soit capitaliste ou socialiste » (Heilbroner, 1980, 243). Il prônait donc le développement d’une nouvelle et moderne économie politique (political economics) appuyée sur trois ordres de considérations : premièrement l’adoption d’une méthodologie instrumentaliste combinant analyse théorique et politique économique. L’idée était au cœur de son ouvrage Economics and Sociology: A Plea for Cooperation in the Social Sciences (1935), elle impliquait naturellement le thème d’une imbrication des phénomènes économiques dans le social, le politique, le culturel mais accomplissait un pas supplémentaire encore, que résume ainsi Heilbroner : « c’était l’audacieuse et tout autant originale proposition suivant laquelle c’était la réalité – et non la théorie – qui avait à être modifiée, si nous voulions faire correspondre notre description et le monde réel » (Heilbroner, 1980, 242)3. Deuxièmement, la political economics de Lowe prenait acte du fait qu’une société politiquement et socialement stable nécessitait une économie solide, en équilibre statique mais surtout dynamique. Il développait donc une analyse macrodynamique cherchant notamment les causes et remèdes aux crises et fluctuations économiques, enquêtant sur le chômage technologique ou sur l’évolution des structures de production. Troisièmement, son enquête posait la question centrale du maintien de la liberté dans une société où cette liberté impliquait nécessairement un contrôle social et une intervention publique croissante. L’interrogation était au cœur de son ouvrage The Price of Liberty (1937) et trouvait en partie une solution dans ses études sur l’enseignement et l’éducation, son article « The Task of Democratic Education » ou The Universities in Transformation (1940). Sur le plan strictement économique, ces trois considérations se rejoignaient notamment dans la critique d’une spécialisation et d’une sophistication croissantes de la science économique.

14Rédigé donc à l’aube de la carrière d’Heilbroner, The Worldly Philosophers est à son tour imbriqué dans les propositions que développait Lowe au tournant des années 1950. Et, plus nettement encore, les prodromes de l’ouvrage peuvent se retrouver dans l’article « The Classical Theory of Economic Growth » qui reprenait les conclusions du séminaire d’histoire de la pensée économique qu’enseignait alors Lowe à la New School for Social Research et qui avait passionné et converti le jeune Heilbroner. L’essor récent des théories de la croissance, notait Lowe, permettait d’espérer voir à nouveau s’affirmer une « analyse sociale intégrée contrastant avec l’analyse économique étroitement circonscrite de la théorie néoclassique » (Lowe, 1954, 127). L’attention portée à des processus d’envergure tels que l’évolution du système industriel ou la mutation séculaire du capitalisme ne pouvait porter ses fruits qu’en intégrant à l’analyse économique la prise en compte des conditions méta-économiques et de leurs évolutions conjointes. Sur ce chapitre méthodologique, Lowe considérait toutefois que les récentes analyses dynamiques proposées par Samuelson, Harrod, Tinbergen, Hicks, Baumol et bien d’autres encore se révélaient finalement décevantes :

La sacro-sainte distinction entre variables dépendantes et variables indépendantes – en d’autres mots entre le processus économique per se et les forces métaéconomiques qui le sous-tendent – est la plupart du temps maintenue (128).

15Le premier réflexe de l’économiste consistait toujours à séparer l’endogène de l’exogène, à abstraire et styliser les éléments atemporels de l’endogène et à dérouler des chaînes de déductions pour aboutir à des conclusions prétendument vérifiables ou, mieux, prévoyant la possibilité d’être infirmées. Selon Lowe, le procédé méthodologique allait à l’encontre même du processus qui était à l’étude – qu’on le nomme croissance, évolution, développement ou progrès.

En réalité, comme il le précisait, c’est dans cette question de l’endogénéité et de l’exogenéité bien plus que dans le problème de théories concurrentes de la valeur, que réside la différence essentielle entre l’authentique approche classique et le raisonnement économique post-millien incluant les versions actuelles de l’analyse néoclassique (129).

16L’approche post-millienne fixait comme données les éléments saillants de l’environnement naturel, social, technique, culturel. Dès lors, « la théorie moderne, en considérant ces conditions une bonne fois pour toutes comme des données, ne peut jamais fournir plus qu’un catalogue des mouvements possibles du système économique » (129). Par contraste, chacune des grandes figures de l’économie classique avait tenté souvent singulièrement, maladroitement, courageusement d’intégrer et de combiner le plus grand nombre d’éléments, historiques, technologiques, sociaux, culturels, psychologiques, à des éléments économiques et d’étudier les changements dans la durée que pouvaient créer les combinaisons de ces différentes séries. Débutée avec Smith, poursuivie avec Ricardo, la lignée classique avait abouti à Marx dont on pouvait discuter nombre de conclusions, relever les erreurs de prédictions, mais dont l’œuvre était exemplaire sur le plan méthodologique : « le but de Marx était d’élaborer une thérie scientifique d’ensemble du développement d’une économie industrielle de marché » (153). Selon Lowe, au présent, seule l’œuvre de Keynes pouvait alors être inscrite au patrimoine de cette interrogation classique sur le développement du capitalisme ainsi que sur son avenir.

17L’article de Lowe constitua donc « l’incubateur » (Pollin, 1999) de la première édition de The Worldly Philosophers. Comme le souligne William Milberg, les orientations de Lowe marquèrent même durablement l’œuvre d’Heilbroner :

Dans toute son œuvre, Heilbroner voit le capitalisme comme un arrangement institutionnel, animé de tendances créatrices et destructrices qui doivent être précisément analysées pour en permettre le contrôle social dans un but d’améliorations sociales et pour éviter crises et autres désastres. L’œuvre se singularise alors par le recours à l’histoire intellectuelle, réinvestissant les premières grandes visions économiques, classiques, du capitalisme, et en projetant ensuite ces visions pour discerner et enquêter sur nos propres scénarios économiques futurs. (Milberg, 2004b, 236)

La publication de Worldly Philosophers en 1953

  • 4  Le premier manuel faisant autorité est celui de Francis Wayland qui publie en 1837 The Elements of (...)

18Les premiers manuels d’économie aux États-Unis sont publiés à partir des années 18304, mais ils restent durant le xixe siècle influencés par ce qui se fait en Europe. Un premier tournant est pris durant la première moitié du xxe siècle avec le développement des idées économiques institutionnalistes inspirées par l’école historique allemande. Le recours à l’empirisme au détriment de l’analyse théorique et l’interdisciplinarité constituent les traits marquants de cette économie politique. Le manuel d’Edwin Seligman, Principles of Political Economy, publié en 1905, reflète cette nouvelle orientation. Jusqu’à la publication d’Economics de Paul Samuelson en 1948, les manuels édictent un ensemble de préceptes et de principes de politiques économiques reposant le plus souvent sur des considérations morales explicites (Colander, 2010, 2015). Economics marque ainsi un second tournant par sa volonté de « faire science » et ouvre la voie à une nouvelle génération de manuels par l’utilisation de représentations visuelles (graphiques, etc.) (Giraud, 2010). Le recours à ces dernières techniques visuelles puis plus tardivement au formalisme mathématique pour enseigner l’économie devient le modèle à suivre et se généralise au sein des universités américaines (Colander, Klamer, 1987). Comme le souligne Robert Solow, « le manuel moderne est parsemé de diagrammes, de tableaux, ou même de simples équations, alors que l’ancien manuel présente page après page une prose continue » (Solow, 1997, 40).

19La période après la Seconde Guerre mondiale voit aussi se diffuser les idées keynésiennes. Le manuel Economics, qui est très rapidement adopté par les étudiants américains, joue un rôle central dans cette diffusion (Giraud, 2014). Les techniques quantitatives connaissent aussi un succès grandissant auprès des économistes américains. Les dissensions portent alors moins sur le type d’analyse à adopter, l’institutionnalisme d’un côté et la théorie néoclassique de l’autre, que sur l’utilisation qui peut être faite des techniques quantitatives. Les uns déclinants et héritiers des techniques utilisées durant l’entre-deux-guerres s’appuient principalement sur la statistique descriptive, les autres auxquels la majorité se ralliera estiment indispensable le recours à la modélisation par l’intermédiaire des mathématiques et de l’économétrie. S’affirme ainsi progressivement l’idée que l’économie peut être objective pour peu qu’elle utilise la modélisation (Fourcade, 2009, 83). Cette progression inéluctable des techniques quantitatives conduira les économistes à partir des années 1960 à investir des domaines encore inexplorés, ce que certains critiques qualifieront d’« impérialisme économique ».

20Dans ce contexte, l’orientation des Worldly Philosophers offre un contraste indéniable, car c’est une interrogation économique, éthique et politique concernant les fondements d’une société démocratique de marché qui sous-tend le récit de ce dernier manuel et, à la suite, tout le travail d’Heilbroner. L’ouvrage met en récit les grands scénarios, les grandes intrigues imaginées par les philosophes économistes pour donner sens à l’apparent chaos du fonctionnement en statique et en dynamique du capitalisme de leur temps, cette production de sens servant elle-même d’appui et de boussole aux interventions, corrections permettant à ces sociétés d’agir sur leur avenir, d’inventer leur avenir. Et, naturellement, The Worldly Philosophers lui-même constitue, en ce sens, une contribution à l’imagination sociale nécessaire aux problèmes se posant au capitalisme américain du tournant 1950. Le texte met alors en lumière la chaîne de contributions, de Smith à Keynes, qui conduisit à définir les principales pièces du scénario classique : première pièce, l’idée d’un processus économique endogène dont profits et investissements constituent les moteurs, mais dont le déroulement ne s’effectue qu’en relation à un contexte institutionnel toujours situé et que définissent la structure des classes, les relations de pouvoir, les forces politiques en présence, les mentalités et la culture du temps, les relations internationales ; deuxième pièce, les relations entre la série principale (profit, investissement) et les autres séries conduisant à des séquences de changements et de perturbations non anticipées. Ces « side effects » comprennent stagnation, crises, chômage et pauvreté, décadence morale, révoltes et insurrections. Ces obstacles doivent être surmontés et, troisième pièce, la condition en est la capacité de concevoir une vaste enquête aux dimensions économiques, mais aussi sociale et politique, positive et normative que seules l’imagination et l’intelligence sociales des Worldly Philosophers a été en mesure de proposer. L’édition de 1953 déroule onze chapitres et il est possible de distinguer trois grandes périodes.

Naissance de la tradition classique

21« Membre d’un groupe social », l’homme est avant tout mu par des instincts égoïstes et capricieux : « il est déchiré entre le besoin de se mêler à ses semblables et sa prédisposition à la cupidité ». Chaque société court donc constamment le risque de la dislocation et ce risque fut le plus souvent réduit au moyen de la tradition ou de l’autorité : « La Russie, comme l’Égypte antique, constituent deux sociétés totalitaires » (14). Dans les temps modernes, suivant de longues mutations historiques, une troisième solution à la question de l’ordre social allait émerger, solution inouïe dans la mesure où elle composait avec l’idée de liberté : « désormais le problème de la survivance ne serait plus résolu par la coutume ou l’autorité, mais par l’action des hommes qui, recherchant leur seul profit, ne seraient unis entre eux que par le marché lui-même. C’est à ce système qu’on allait donner le nom de capitalisme » (31). Le premier groupe de chapitres de The Worldly Philosophers évoque donc la naissance de l’économie politique aux temps des premiers soubresauts du capitalisme, entre, approximativement, 1750 et 1850.

Adam Smith

  • 5  Pour que cette science émerge, « il fallait attendre l’invention d’une troisième solution au probl (...)
  • 6  Smith « a été le premier à considérer l’intérêt individuel comme le stimulant et la concurrence co (...)
  • 7  Pour Smith, « le monde tout entier, dans sa complexité et ses contradictions se trouve réduit à un (...)

22Ce composé d’ordre et de liberté définissait alors le périmètre d’une nouvelle science, l’économie politique5. Et Adam Smith en fut son premier théoricien. Smith était d’abord un moraliste, auteur de la Théorie des sentiments moraux ; toutefois, sa Richesse des nations n’était elle-même rien moins que morale et politique. Il ne s’agissait nullement de faire l’apologie de la classe bourgeoise, mais de se poser la question des besoins des grandes classes laborieuses, et de trouver la solution dans le processus unique d’accumulation des richesses que permettait le nouveau capitalisme : « il voulait avant tout accroître la richesse de toute la nation. Et la richesse, pour Adam Smith consiste en tous les biens consommés par tous les membres de la société… C’est une philosophie démocratique de la richesse » (45). L’enquête de Smith comprenait deux grands volets : d’un côté, il tentait de préciser le mécanisme de fonctionnement de la nouvelle société en déterminant la loi du marché6 ; d’un autre côté, le processus de division du travail lui indiquait comment cette société allait évoluer dans le sens d’une efficacité et donc d’une richesse croissante. Le capitalisme ne pouvait être entravé qu’en cas de perturbation du mécanisme de marché, qu’en cas d’entrave « à l’action fluide du marché ». Et cette perturbation n’était ni uniquement ni centralement le fait de l’État : « Le grand ennemi du système de Smith n’est pas tant le gouvernement que le monopole sous quelque forme que ce soit » (61). Philosophie économique optimiste car le fonctionnement spontané du capitalisme joue, en définitive, en faveur du consommateur7.

Les autres classiques

23Le charme est toutefois rompu lorsque s’achèvent le xviiie siècle et ses Lumières. Loi de la population et loi de la rente vont désormais imposer leurs « perspectives tristes et glaciales » (69). Malthus, mais surtout Ricardo, décrivent un capitalisme chaotique et disharmonieux dans lequel les classes sont en lutte et les élus rares, et parfaitement non méritants, au banquet de la nature :

En observant le monde, Smith y avait vu un grand accord parfait ; Ricardo n’y voyait qu’un horrible conflit… Désormais il semblait que, si elle ne se noyait pas sous le flot d’humanité de Malthus, la société serait déchirée par la lutte de ses membres pour s’assurer une position stable sur le perfide escalier mouvant de David Ricardo (72 et 73).

24Ricardo apportait aussi une révolution méthodologique, « construisant un monde modèle », et Malthus révélait la question cruciale du rapport entre substance et population. Mais leur apport fut surtout de dégriser l’optimisme économique smithien : désormais, le rejet de l’idée de forces naturelles bienfaisantes et providentielles, la description des fléaux du capitalisme engagèrent d’autres philosophes économistes

à rechercher une solution possible pour la société – non dans le cadre des lois supposées naturelles, mais malgré elles. Malthus et Ricardo avaient montré que, livrée à elle-même la société deviendrait une sorte d’enfer invivable. Par suite, les réformateurs ont déclaré que, si tel était le cas, il fallait lutter contre les tendances naturelles de la société (91).

  • 8  Owen « n’avait rien non plus d’un économiste. Il était plus que cela : c’est lui qui a donné une f (...)

25Et les premiers de ces réformateurs furent les socialistes utopistes. Robert Owen, d’abord, qui tenta de « transformer le monde » et pour cela, par ses intuitions et par son engagement actif, commença par bousculer les certitudes naissantes des économistes8. Saint-Simon et son école ensuite, qui dénoncèrent les oisifs et furent partisans des industriels : « sa doctrine est une sorte de péan du procédé industriel » débouchant sur l’idée que « le gouvernement devrait être économique et non politique, il devrait arranger les choses et non diriger les hommes » (108-109). Toutefois, cette vision ambitieuse de la réforme sociale, cette « religion du travail », n’était appuyée que sur la seule exigence de transformation de la propriété privée : « il lui manquait un catéchisme ». Enfin Charles Fourier, « aventurier de l’imagination », atteint de la « passion des petites choses ». Son phalanstère, et ses réalisations annoncées – multiplication des richesses, travail attrayant, distribution réglée, garanties – constituait bel et bien un programme de réformes appliquées ; mais malheureusement, inadapté : « les mondes imaginaires ne peuvent guère survivre au frottement de la réalité » (112). Le bilan de ces premiers utopistes pourrait être jugé sévèrement, mais Heilbroner en propose au contraire la défense. Ils furent les premiers à s’opposer à l’idée de lois d’airain dans le domaine économique :

Les lois paraissaient inviolables et pourtant l’état de la société dont elles étaient responsables était absolument intolérable. C’est pourquoi, prenant leur courage à deux mains, les utopistes ont déclaré que tout le système devait changer… Les utopistes étaient des réformateurs du cœur plutôt que de la tête. On trouve leur héritage dans les idées sociales du New Deal, en Grande-Bretagne et en Scandinavie, plutôt que dans la triste grisaille des Soviets (113).

26Le cœur des utopistes devait donc être surplombé par une tête, et ce fut finalement celle de John Stuart Mill. Celui-ci eu l’idée de déplacer l’ambition et la volonté de réforme des utopistes : « le vrai domaine de la loi économique ne réside pas dans la distribution mais dans la production… Lorsque nous avons fait de notre mieux pour produire de la prospérité, nous pouvons en faire ce que nous voulons » (116). Sans ambitionner un bouleversement radical de l’ordre social, cette découverte faisait pourtant sortir le débat économique de l’univers des lois économiques impersonnelles et inéluctables pour le ramener dans le domaine de l’éthique et de la moralité : « en affirmant que la distribution n’obéit qu’aux seules lois humaines, Mill reconnaissait que le monde est capable de progrès, jusqu’au jour où il atteindrait un état stationnaire » (118).

Marx, Marshall, Veblen

27La seconde période de l’économie politique intervient aux temps où le capitalisme va se trouver confronté à la révolution et à la guerre, une période qu’encadrent les deux bornes historiques de 1848 et 1914.

Marx

  • 9  « La doctrine du matérialisme ne rejette pas la fonction catalytique ou la puissance créatrice des (...)
  • 10  Marx « a érigé le plus rigoureux et le plus pur capitalisme imaginable, et c’est à l’intérieur de (...)

28C’est le Manifeste du parti communiste annonçant l’inévitabilité d’une révolution et la fin du capitalisme qui inaugure ce second temps de l’économie. Véritable « génie en courroux », Marx « appartient à cette grande ligne de théories économiques qui ont tour à tour clarifié, illuminé, et interprété le monde… C’est avec Marx l’économiste que le capitalisme se trouve finalement aux prises. Car l’empreinte finale qu’il a donnée à l’histoire réside dans sa prédiction que le capitalisme doit inévitablement et nécessairement s’effondrer » (124). Marx propose d’abord une philosophie de l’histoire, empruntée et détournée de Hegel, et dans laquelle « le changement – changement dialectique – est immanent aux affaires humaines » (127), ce changement prenant d’abord racine dans le substrat matériel de l’économie. Toutefois, selon Heilbroner, ce matérialisme n’est pas sans nuance, prévoyant un « effet réciproque des idées et des structures sociales9 » (130). Mais le capitalisme est surtout décrit comme un formidable système en évolution, évolution scandée par les changements matériels, les innovations. Et dans leur croissance inexorable, ces changements matériels heurtent et bouleversent les structures juridiques ; dans le capitalisme de la fin du xixe siècle, la production industrielle concentrée, rationalisée heurte le système obsolète et chaotique de la propriété privée. Des crises récurrentes et de gravité croissante annoncent la chute du régime présent, et son remplacement par son successeur, le socialisme. Le mécanisme précis de ce déclin et de cette chute finale réside dans l’analyse de la plus-value, et dans la course à l’accumulation, à la concentration et à l’intensification en capital (machines) qui en découle : « besoin de main-d’œuvre, augmentation des salaires, remplacement des hommes par les machines, réduction de l’éventail de la plus-value, concurrence de plus en plus féroce, effondrement… Das Kapital est le récit du jugement dernier du capitalisme » (144 et 146). Selon Heilbroner, grevé par les erreurs analytiques (transformation de la valeur en prix), le modèle abstrait10 de Marx vaut pour sa vision des lois de développement dans laquelle le profit, à la fois force et faiblesse, est l’élément central du processus d’accumulation, dans lequel l’innovation constitue un phénomène capital, où les cycles paraissent rythmer le progrès et où enfin s’impose une concentration croissante des entreprises. En dépit de ses lacunes analytiques, « le modèle marxiste du capitalisme n’en était pas moins extraordinairement prophétique » (149). Le capitalisme s’est-il effondré ? Heilbroner présente une réponse nuancée : le capitalisme s’est, selon lui, affaissé en Europe, car là ont joué à plein les conséquences analysées dans le modèle pur du marxisme. Aux contradictions économiques ne s’est opposée aucune amélioration sociale, les États étant complices des classes dominantes. En Angleterre, en Allemagne, l’État s’allie aux coteries et aux monopoles, et même, ajoute Heilbroner :

Quand on pense qu’en France, en Italie ou en Grèce, les gouvernements capitalistes n’arrivent pas à prélever des impôts sur les affaires dont ils ont le contrôle, quand on voit le gouffre qui sépare les pauvres des riches et l’indifférence que les riches manifestent à l’égard des pauvres, on ne réalise que trop bien que les clichés psychologiques du drame marxiste ont été effectivement tirés de la vie réelle (150).

  • 11  « Dans notre pays, le capitalisme a atteint un terrain sur lequel il se trouve à l’abri de la lign (...)

29Par contraste, le capitalisme a déjoué les pronostics marxistes aux États-Unis en contrecarrant les conséquences économiques par une plasticité sociale supérieure11 : là, l’État, indépendant du pouvoir économique, est intervenu pour contrôler le régime des affaires. Dès lors, si Marx présente un modèle pertinent d’analyse économique du capitalisme, il pèche par une prise en compte insuffisante des correctifs sociaux : « le fait est que le capitalisme est capable de se développer en suivant des directions sociales opposées » (151). Le marxisme présentait donc un véritable défi à ses successeurs, philosophes de l’économie : « démontrer que, dans une atmosphère sociale non prévue par lui, le capitalisme est capable de survivre et de se transformer » (152).

Les économistes et les hérétiques

  • 12  L’œuvre de Bastiat posait la question suivante : « Peut-on avoir confiance dans le mécanisme autom (...)

30Toutefois, ce défi n’allait alors pas être relevé par la profession des économistes sans doute d’abord réconfortés par l’erreur des prévisions marxistes d’autodestruction du capitalisme et par la graduelle et semblait-il paisible amélioration des conditions sociales en cette fin du xixsiècle. Les économistes, selon Heilbroner, se détournèrent alors de leur mission de vigies du capitalisme : « l’ère victorienne a vu surgir un nouveau genre de chercheurs qui, s’ils étaient prêts à examiner en détail le mécanisme du système, n’avaient l’intention ni de se poser des questions pénétrantes sur ses mérites essentiels, ni d’émettre des doutes sur son sort éventuel » (155). Bien plus que Walras – un « socialiste agrarien » précise Heilbroner –, Edgeworth est représentatif de ce tournant caractérisé par une sophistication technique croissante s’appuyant sur les principes utilitaristes posés préalablement par Bentham. Edgeworth était le constructeur d’un « beau Xanadu économique imaginaire » dont, de surcroît, la métapsychique mathématique conduisait à « rationaliser les principes du conservatisme » (157). Pourtant, le monde capitaliste continuait à tourner, produisant indissociablement de la croissance et des nouveaux problèmes, de nouveaux fléaux. Délaissés par les économistes professionnels accaparés par les raffinements marginalistes, les problèmes saillants de développement du capitalisme furent investis par un « monde sous-jacent » d’économistes, un monde peuplé « de déséquilibrés et d’hérétiques » (160). Ce fut Bastiat qui posa la question épineuse de l’articulation entre intérêt privé et intérêt public12, ce fut Henri George qui souleva le scandale moral de la pauvreté et de l’inégalité des dotations – « messianique, original, il fut celui qui posa les questions les plus troublantes sur la moralité du monde » (172) ; ce fut enfin John Hobson qui arpenta les chemins d’une économie sociale valorisant les coopératives, qui posa la question schismatique de la nocivité de l’épargne et eut l’intuition du problème émergent de l’impérialisme : il « considérait l’impérialisme comme une tendance fiévreuse et implacable du capitalisme à se sauver d’un dilemme créé par lui-même, tendance qui impliquait nécessairement des conquêtes commerciales à l’étranger et, par suite, un constant risque de guerre » (177). Mais ces réflexions, venant du monde sous-jacent de l’économie et qui soulevaient des problèmes réels et inédits posés par le développement d’alors du capitalisme, ne furent ni entendues ni écoutées par les économistes professionnels.

  • 13  Marshall, « un Victorien qui avait donné à l’économie un parfum de sainteté mais l’avait privé de (...)

31Le grand économiste de l’époque victorienne était Alfred Marshall, économiste solide mais atteint d’une réelle cécité concernant ces phénomènes émergents qui portaient en leur sein révolution et guerre13. Cécité, mais également surdité voire autisme vis-à-vis des « hérétiques » :

Tandis que, certains de la bonne marche de leur bateau, les académiciens ne cherchaient qu’à déployer au mieux leurs voiles, un équipage étrange et de mauvaise réputation sondait les profondeurs et avait sur l’horizon des vues peu orthodoxes. Sans doute leurs jumelles étaient folles, et c’est à l’aide de longues-vues qu’ils scrutaient l’horizon, mais ils n’en voyaient pas moins que la mer était pleine de rochers dangereux et que le chemin qu’ils suivaient était semé d’endroits périlleux. Mais quand ils élevaient la voix, quand ils faisaient signe aux navigateurs officiels, les académiciens refusaient de les écouter. Ils ne tenaient compte que de leurs mauvais instruments et de leur attitude incongrue et contraires aux usages du métier (187).

  • 14  Selon Veblen, explique Heilbroner, « un jour viendrait où, tenant conseil entre eux, ils se débarr (...)

32L’indifférence de l’économie académique vis-à-vis des hérétiques fut alors une « tragédie intellectuelle de premier ordre » car, en capacité et volonté de dialoguer, la vision des hérétiques et l’analyse des économistes académiques auraient pu fournir des armes pour contrer l’évolution qu’un capitalisme sans brides orientait vers la révolution et la guerre. Car c’était au sein même de l’économie que se reconstituaient aussi les germes du pouvoir et de la domination dans ces années. Et ce fut l’œuvre, là encore plus que colorée, d’un autre grand hérétique qui révéla au plus fort cette dérive. Alors que s’imposait aux États-Unis l’âge brutal, immoral et artificiel des barons voleurs où l’on honorait les plus extrêmes inégalités, Thorstein Veblen imposa sa « méthode presque anthropologique » pour saper les certitudes rassurantes de l’homo œconomicus, notamment en matière de hiérarchie sociale bien ordonnée, de commandement rationnel de la machine économique et de répartition raisonnable de ses fruits. L’interrogation sur l’oisiveté constituait le point de départ de sa réflexion économique et Veblen découvrit que cette oisiveté, la civilisation des loisirs réservés à une petite élite, et son envers, l’appréciation négative du travail, constituaient un hommage aux plus primaires, bas, mais malheureusement fondamentaux instincts de l’homme : la fascination pour la force, la hiérarchie et le pouvoir. Pour Veblen, « l’homme moderne n’était que la réplique de ses ancêtres barbares… les mobiles de la conduite économique se comprennent beaucoup mieux en termes des agissements purement instinctifs des primitifs, que dans les termes de raison et de bon sens adoptés par le xixsiècle » (206 et 207). La charge veblenienne se poursuivit par le déboulonnage d’un autre idole de ces temps de « Gilded ages », l’homme d’affaires, l’entrepreneur. La base, le substratum de l’activité économique ne résidait pas dans l’activité commerciale et la recherche du profit, mais dans l’apport technologique des ingénieurs et des techniciens. L’homme d’affaires accaparé par des questions de rentabilité œuvrait contre la machine sociale et ses objectifs collectifs d’efficacité. Attentif sur un versant à la nocivité du système américain des affaires, Veblen l’était sur un autre versant à l’émergence et aux promesses d’évolution d’une société technicienne dont la machine bouleversait les anciennes habitudes et routines de pensée. Le conflit saillant, au présent, concernait « techniciens contre hommes d’affaires, mécaniciens contre chefs suprêmes de l’armée, savants contre ritualistes » et ce conflit devait absolument se résoudre au bénéfice des premiers, donner lieu à une nouvelle gouvernance par les ingénieurs, au risque de voir le capitalisme donner naissance, en son sein même, à de nouvelles tyrannies14. En définitive, selon Heilbroner, l’œuvre de Veblen valait par ses intuitions : celle notamment l’ayant conduit à analyser l’homme moderne, civilisé, affairé, « comme une créature crédule, ignorante et ritualiste aux instincts puissants et irrationnels » (220) ; mais elle péchait par ses outrances qui l’avaient empêché d’apprécier les capacités de contrôle social qu’une société politiquement et moralement avancée était en capacité d’arrimer à la machine capitaliste : « Comme Marx, Veblen a sous-estimé la capacité d’un système démocratique à corriger ses propres excès » (213).

Keynes et les temps modernes

33La crise de 1929 allait inaugurer les temps modernes. Et comme Veblen l’avait suspecté, le nouvel obstacle se dressant contre le capitalisme vint de la finance, de ses folies et ses excès. Épisode traumatique, la Grande Dépression montra de façon définitive que seul un capitalisme contrôlé socialement pouvait se révéler viable. Et le grand théoricien, « l’architecte du capitalisme viable » (226) fut non pas un génie courroucé comme Marx, mais un « dilettante », un « phénomène », un « conservateur progressiste », John Maynard Keynes.

La révolution keynésienne

34Dans le chapitre VIII de The Worldly Philosophers, Heilbroner se plaît à parcourir les reliefs extraordinaires de la vie de Keynes, de Cambridge à Bloomsbury, de son engagement retentissant dans les conférences sur la paix après 1918, à son rôle au Trésor et à la Banque d’Angleterre, à la rédaction de ses premiers ouvrages, de la théorie des probabilités à son Traité sur la monnaie. Déjà dans cet ouvrage l’originalité de Keynes apparaissait puisqu’il y pointait comme cause des cycles économiques le rôle de la sacro-sainte épargne. Dans une économie décentralisée, épargne et investissement procédaient de deux ensembles de décisions indépendantes. Et les désajustements se trouvaient finalement réglés par les variations du taux de l’intérêt, mais donc au prix d’une succession de prospérité et de dépression. Toutefois, la Grande Dépression posait un problème inédit, car « elle semblait n’avoir ni fin, ni temps d’arrêt, ni moment de répit » (224) : le mécanisme automatique équilibrant de variation de l’intérêt ne jouait pas. Il s’avérait que l’économie pouvait stationner durablement sur une position dramatique d’équilibre de sous-emploi et de sous-activité ; le véritable deus ex machina du capitalisme était l’investissement et celui-ci s’avérait volatil, capricieux, et surtout dramatiquement et durablement aphone lorsque l’économie entrait en dépression. Or, la moindre des variations de cet élément crucial pouvait enclencher un mouvement à la baisse qu’aucun mécanisme automatique ne venait corriger. Selon Heilbroner, la Théorie générale avançait trois propositions révolutionnant l’analyse économique :

Premièrement qu’une économie en dépression peut très bien rester dans cet état ; il n’y a rien d’inhérent à la situation pour l’en faire sortir.
Deuxièmement que la prospérité dépend des investissements ; car si les épargnes ne trouvent pas d’utilisation, c’est le commencement de la spirale redoutable de la contraction.
Et troisièmement que les investissements sont une espèce de roue motrice sur laquelle l’économie ne peut pas compter ; sans que les hommes d’affaires commettent la moindre faute, l’économie est constamment menacée de satiété et la satiété appelle le rétrécissement économique (246).

35Dans l’immédiat, la solution passait par un renfort qui ne pouvait venir que du gouvernement. La Théorie générale réfléchissait et systématisait ici les expériences empiriques tentées par le New Deal de Roosevelt. L’investissement public intervenait ponctuellement et sélectivement pour réamorcer la pompe, « pour aider un système désaxé à retrouver son équilibre » (249). Mais, selon Heilbroner, les résultats furent mitigés pour deux raisons : d’abord car le niveau de l’investissement public fut toujours insuffisant pour opérer ce réamorçage ; seul, un peu plus tard, le gigantesque effort de guerre allait véritablement pouvoir agir sur le processus d’ensemble ; ensuite, car les efforts tentés en ce milieu des années 1930 s’attirèrent les critiques de ceux-là même qui en étaient parmi les principaux bénéficiaires : les milieux d’affaires américains qui dénoncèrent dans ces politiques un premier pas en direction du socialisme. Selon Heilbroner, Keynes posait donc finalement une question cruciale : « le capitalisme peut-il être dirigé – le gouvernement peut-il augmenter ou diminuer ses investissements de façon à suppléer les investissements privés – sans jamais les remplacer ? » (258) ; en bref, le capitalisme pouvait-il tolérer un contrôle social souple et adaptatif lui permettant de se maintenir et progresser comme processus de destruction créatrice ?

La pauvreté dans l’abondance

  • 15  Comparant l’économie des États-Unis à celles des principaux pays européens, mais également à l’URS (...)
  • 16  Selon Heilbroner, le capitalisme américain post-New Deal obtenait également des scores flatteurs e (...)

36Au début des années 1930, Keynes publia un texte d’anticipation économique prenant le contre-pied du marasme ambiant. Ses Perspectives économiques pour nos petits-enfants proposaient une extrapolation à partir de ce qui paraissait caractériser le capitalisme sur le long terme : « la tendance […] à l’accroissement » (260). Si ce trend séculaire bien irrégulier à la croissance qui caractérisait ce régime se poursuivait encore une ou deux générations, expliquait Keynes, le monde aurait résolu le problème économique fondamental : celui de la rareté. C’était ce défi imminent que devait affronter au présent les économistes de ce tournant des années 1950. L’enquête historique sur les Worldly Philosophers s’achevait logiquement sur « la question de notre propre avenir ». Or, que signalait le présent selon Heilbroner ? Le problème actuel du capitalisme américain était la persistance d’une poche importante de pauvreté au sein de l’abondance. Le problème devait être réglé, mais il était indispensable de noter que ce capitalisme obtenait comparativement les meilleurs résultats actuels en matière d’efficacité15 et même d’équité16. Un état stationnaire d’abondance et de loisir s’annonçait-il inéluctablement ? Pour Heilbroner, la réponse était négative : le capitalisme demeurerait toujours un système en évolution dont l’adaptation aux heurts, obstacles, circonstances inattendus et continus nécessiterait une part importante d’intelligence et d’imagination sociales :

le capitalisme n’a rien de statique. Ce n’est pas la voie à sens unique décrite par Keynes. Le capitalisme ne croît pas seulement en richesse. Il suit d’autres directions, d’autres tendances qui ne sont pas toutes salutaires. Il appartient à l’économiste moderne de discerner dans le présent ces tendances cachées qui vont forger l’avenir. Le capitalisme a atteint son objectif le plus pressant – l’approvisionnement de ses éléments constitutifs – et il renferme en lui-même la perspective d’une vie meilleure encore. Maintenant, il nous faut trouver s’il existe d’autres forces qui peuvent faire de cette vision d’abondance potentielle une illusion cruelle (265).

37Or, trois alarmes se faisaient entendre en ce tournant des années 1950. La première avait été lancée par Adolph Berle et Gardiner Means qui, dès The Modern Corporation and Private Property (1932), avaient enquêté sur la concentration extrême des entreprises américaines et la constitution de vastes monopoles dissociant propriété et direction et modifiant en profondeur la logique du capitalisme. Les propriétés fécondes et protectrices de l’économie de marché – liberté, non-domination, responsabilité, concurrence, fonctionnement au bénéfice du consommateur – disparaissaient au profit d’un système où pouvaient émerger d’inédites « principautés féodales », un « nouveau féodalisme » (268). La deuxième alarme avait été lancée par Friedrich Hayek qui, notamment dans The Road to Serfdom (1944) avait pointé l’infection de l’économie de marché par l’intervention publique. Le mécanisme de planification ne pouvait trouver raisonnablement de borne, et la conséquence de toute intervention allant dans ce sens était d’introduire les premiers germes d’une contagion qui, de proche en proche, ne pouvait finalement que conduire à la ruine du capitalisme et la disparition du marché. La troisième alarme vint du « Keynes américain », Alvin Hansen qui, soucieux lui aussi du caractère versatile de l’investissement, avait remarqué que le principal support d’un investissement se maintenant régulièrement à un haut niveau était l’accroissement de la population. Or l’Amérique moderne avait désormais une population statique. La disparition de cet aiguillon ne pouvait que modifier la logique même du capitalisme dans la mesure où le seul substitut de pouvoir équivalent était l’État : « l’ère du capitalisme autonome et indépendant était révolue ; une nouvelle ère de capitalisme sous contrôle de l’État commençait » (272). Ces alarmes étaient sérieuses, estimait Heilbroner, mais le capitalisme, associant économie de marché et contrôle social, se caractérisait par sa capacité d’adaptation, par sa capacité à transformer dans un sens positif les nouvelles instructions de son milieu. Berle et Means avaient raison d’observer la croissance de la grande entreprise ; mais le phénomène n’était pas univoque, la concurrence se maintenait dans nombre de secteurs, le développement de l’économie faisait naître continûment de nouveaux secteurs concurrentiels, enfin, une concurrence d’un nouveau type, régulée, encadrée, apparaissait dans les secteurs concentrés. Si bien que les conclusions de Berle et Means rencontraient celles d’Hansen : le nouveau capitalisme intégrerait inéluctablement à son développement une part croissante d’activités publiques. Et le métissage d’activités privées et publiques constituait désormais la norme : « la part active que le gouvernement doit prendre dans la croissance économique est virtuellement une certitude politique » (279). Enfin, ces deux constatations permettaient de nuancer les alarmes d’Hayek : dans ce nouveau capitalisme caractérisé par les grandes unités et la responsabilisation croissante des gouvernements, le processus de planification pouvait adopter une allure et une philosophie nettement moins autoritaires et exclusives. Bref, les débats en cours en ce milieu des années 1950 aboutissaient à adouber pour un temps encore le capitalisme et Heilbroner citait ici en conclusion McCord Wright expliquant : « il est difficile d’échapper à la conclusion que dans les circonstances actuelles le capitalisme économiquement parlant a encore un sens » (281).

Fins des Worldly Philosophers

Schumpeter, le dernier des Worldly Philosophers

38Le capitalisme « économiquement parlant » continuait donc à faire sens. Toutefois, dans le dernier chapitre de la première édition de The Worldly Philosophers, Heilbroner exposait la position inédite de Schumpeter dans son récent Capitalism, Socialism and Democracy (1942). Schumpeter expliquait que le capitalisme ne pouvait survivre, non pas en raison de déficiences économiques, mais pour des raisons sociales et culturelles. Dans le cours de son développement, ses soubassements éthiques se dérobaient, les intellectuels attaquant ses valeurs héroïques de dépassement, luttes, combats, et finalement, ses nouveaux dirigeants eux-mêmes se laissant corrompre par cette nouvelle ambiance émolliente, et quasiment décadente. Schumpeter rompait avec deux siècles durant lesquels les philosophes de l’économie avaient partagé l’idée que « si l’on arrive à deviner la nature des forces économiques dans le monde on est capable de prédire l’avenir » (285) ; de l’intelligence du mécanisme impersonnel de l’économie capitaliste, des chocs et heurts des principales forces, dérivait tout le savoir des économistes, et tous les espoirs qu’ils étaient en mesure de transmettre. Mais, de Mill à Schumpeter, la tradition fut graduellement entamée par l’introduction d’éléments moraux indiquant l’envergure des choix sociaux qu’il était possible d’introduire pour corriger la trajectoire de la machine économique capitaliste. Ce jugement

était moral par opposition à mécanique : c’était l’assertion d’une décision consciente indépendante quant aux fins que nous désirions obtenir du mécanisme économique, par opposition à une soumission passive à des fins qui émergent en dehors de toute action de notre part (287).

  • 17  « Les marxistes prônent l’inévitabilité de l’histoire ; les socialistes l’idée de la liberté inhér (...)
  • 18  « À l’opposé des socialistes, ils ne croient pas que le capitalisme doive disparaître et ils ne ve (...)
  • 19  Les économistes du centre droit disent que « le capitalisme ne peut fonctionner que dans une atmos (...)

39Or, notait Heilbroner, cette nouvelle responsabilité de l’économiste dans l’établissement de ce jugement moral avait au présent à relever deux défis : l’un était de diffuser ce « capitalisme plausible » (économie de marché et contrôle social) à l’ensemble du monde dans le cadre d’une compétition féroce qui opposait ce modèle au communisme russe ; l’autre consistait à engager une véritable réflexion collective sur la question de la responsabilité sociale. Il fallait que la réflexion sur les fins et les moyens du capitalisme se déroule désormais dans le cadre d’une vaste discussion publique : il fallait que les options venant du marxisme, du socialisme17, des partisans du capitalisme dirigé18, enfin, du centre droit19 soient exposées et discutées ouvertement. Et dans le cadre de cette discussion, l’apport et l’expérience des économistes du passé – Marx, Stuart Mill pour le socialisme, Keynes pour l’économie dirigée, Smith et Hayek pour la droite – devaient venir nourrir cette vaste discussion publique.

La pensée économique en crise

  • 20  Publication traduite en français sous le titre La pensée économique en crise ! (1998).

40En 1953, au moment de la première édition de The Worldly Philosophers, Heilbroner n’avait pas encore de doctorat qu’il ne soutint qu’en 1963. Cependant, durant ce laps de temps, il continua de publier des travaux importants, notamment The Quest for Wealth: A study of Acquisitive Man (1956) et The Future as History: The Historic Currents of Our Time and the Direction in Which They are Taking America (1959) où il manifestait un radicalisme de plus en plus affirmé. La critique de l’analyse orthodoxe continua à caractériser la pensée d’Heilbroner. The Crisis of Vision in Modern Economic Thought (1996)20 avec William Milberg, une de ses dernières publications, l’illustre parfaitement. L’excès de théorisation, l’absence d’ancrage dans la réalité économique, la « croyance générale selon laquelle l’analyse économique peut prendre la forme d’une investigation socialement désincarnée » constituent autant de facteurs conduisant Heilbroner et Milberg à rapprocher l’analyse orthodoxe de la « scolastique médiévale » (Heilbroner, Milberg, 1998, 6-10).

41Toute investigation suppose une « vision » selon Heilbroner. Cette notion empruntée à Schumpeter que ce dernier définit comme un pre-analytic cognitive act (Schumpeter, cité dans Heilbroner, 1994, 326), comprend autant des motivations politiques, des « stéréotypes sociaux » que des jugements de valeur. Pour Heilbroner, elle n’est cependant pas isolable de l’analyse théorique à la fois parce qu’elle est constitutive de toute pensée sociale, mais aussi « en tant que nécessités psychologiques, voire existentielles » (Heilbroner, Milberg, 1998, 7). La reconnaissance de ce rôle joué par la vision de l’économiste sépare Heilbroner de la majorité de ses pairs faussement convaincus par l’objectivité de leurs connaissances. Il ne partage pas non plus la conception de Schumpeter qui cherche à isoler l’idéologie de l’analyse économique car :

l’idéologie n’est pas un corps étranger que viendrait expulser l’analyse. Bien au contraire, les jugements politiques, les jugements de valeurs sont d’indispensables parties intégrantes pour l’analyse, car nous ne pouvons tout simplement pas former les gestalts originaux sans eux (Heilbroner, 1996, 47).

42The Worldly Philosophers dans sa dernière édition de 1999 est précisément organisé en fonction des visions dominantes des périodes historiques et des auteurs considérés (Heilbroner, 1999a). Ainsi distingue-t-il Smith et Ricardo non pour le progrès analytique de l’approche de ce dernier, mais pour la vision différente qu’ils adoptent du développement économique :

ce qui, in fine, distingue Ricardo de Smith n’est pas seulement le concept de rente, mais plutôt une vision du processus économique dans lequel le surplus est escamoté des mains de la classe des producteurs pour aboutir dans celles d’une classe d’oisifs consommateurs. La dimension visionnaire de Ricardo ne se trouve pas tant dans l’analyse de la rente que dans la désignation d’une classe de propriétaires terriens tournant le dos à toute contribution productive (Heilbroner, 1994, 326).

43Le défaut de vision explique ainsi la crise de la pensée économique contemporaine, vision à la fois partagée par les économistes, mais qui inspire aussi suffisamment confiance aux non-économistes (Heilbroner, Milberg, 1998, 120-125). L’orientation de la théorie économique vers l’abstraction et la technique rend Heilbroner particulièrement pessimiste sur le futur de la science économique.

44Une des manifestations de cette supposée dépolitisation de l’économie est l’absence dans l’analyse contemporaine de la notion de capitalisme qui a été remplacée par le terme générique de free market society, alors que, souligne Heilbroner, les marchés doivent leur existence à l’État (Heilbroner, 1999b).

La fin des Worldly Philosophers ?

45La connaissance de l’œuvre de Marx demeurait encore partielle au moment où Heilbroner rédigea The Worldly Philosophers, principalement centrée sur Le Manifeste du parti communiste et Le Capital. Toutefois, à partir des années 1960, il débuta une analyse beaucoup plus minutieuse de cette pensée (Carroll, 1998, 15) à laquelle il consacra des publications importantes, notamment Marxism: For and Against (1980). Le capitalisme demeura ainsi un objet d’étude central d’Heilbroner. The Nature and Logic of Capitalism (1985) et ses nombreux autres textes qui lui sont consacrés distinguent trois caractéristiques centrales à ce système :

  • L’accumulation du capital permet de dégager des surplus qui investis conduisent à nouveaux surplus. Les finalités visées sont dans cette perspective principalement sociopolitiques parce que le pouvoir et le prestige reposent sur ce capital accumulé. Heilbroner rejoint Karl Marx pour faire du capital une relation sociale (Pollin, 1999, 40-41) dont la détention détermine le statut social.

  • Les marchés permettent l’affectation des ressources, mais, souligne Heilbroner, s’ils s’avèrent indispensables à l’accumulation du capital, ils sont par eux-mêmes insuffisants à constituer le capitalisme (Heilbroner, Milberg, 1998, 141).

  • Enfin, le capitalisme repose sur la séparation entre le secteur public, lieu du pouvoir (lois…), et le secteur privé, principalement réservé aux activités économiques. Pour autant, les interactions sont fortes entre les deux secteurs.

46Le radicalisme d’Heilbroner se manifeste aussi dans les travaux précoces qu’il consacre à l’État comme acteur économique dans A Primer on Government Spending (1963) et The Debt and Deficit: False Alarms, Real Possibilities (1989), tous deux coécrits avec Peter Bernstein. Ces derniers travaux viennent-ils compléter le diagnostic qu’il établit de la pensée économique contemporaine ? Une voie de sortie possible de la crise repose en effet pour lui sur la reconnaissance de la part des économistes « de la nécessité d’un élargissement et d’un approfondissement de l’orientation fournie par les pouvoirs publics dans le fonctionnement même du capitalisme » (Heilbroner, Milberg, 1998, 159).

47Cependant, le ton de la septième et dernière édition de The Worldly Philosophers publiée en 1999 laisse peu de place à l’espoir d’une issue heureuse. Dans celle-ci, Heilbroner ajoute un ultime chapitre intitulé « The End of the Worldly Philosophy? » où il joue sur le double sens du terme « fin » (end). La fin de la pensée économique des illustres prédécesseurs comme Adam Smith, Karl Marx ou encore Joseph Schumpeter, parce que l’abstraction, la technophilie des économistes modernes et leur croyance commune dans une science désintéressée entraînent l’absence de vision, d’unité théorique, de schémas de pensée intelligibles du fonctionnement du capitalisme contemporain et de scénarios pour le futur (Milberg, 2004a, vii-xii) comme nous l’avons plus haut déjà mentionné. Ce défaut de vision n’est pas non plus innocent, car il remplit une fonction idéologique, rappelle Heilbroner. Les problèmes sociaux sont totalement évacués de l’analyse contemporaine alors que l’intervention de l’État est proscrite au prétexte que les interactions individuelles, l’individu étant l’objet central de l’économie moderne, conduisent à une situation optimale (Heilbroner, Milberg, 1998, 12).

48La fin (au sens de finalité) des « grands économistes » (Worldly Philosophers) était éminemment politique en projetant différents scénarios pour le futur, ce qu’aujourd’hui l’analyse contemporaine refuse d’envisager (Milberg, ibid.). L’objet des économistes modernes, constitué des seuls facteurs économiques, s’est considérablement réduit par rapport à celui des premiers économistes. Lorsque Heilbroner emploie le terme Worldly Philosophy, c’est pour précisément rappeler les dimensions sociologiques, psychologiques et politiques de leurs investigations. Autrement dit, il s’agissait d’élaborer une « vision d’ensemble du problème qui conditionnait la partie technique de l’analyse, alors que cette dernière seule résume la science économique d’aujourd’hui » (Heilbroner, 1999b, 54-55).

49Le titre du dernier chapitre de The Worldly Philosophers est posé sous forme interrogative ; c’est pourquoi, il ne faut pas non plus perdre tout espoir dans une sortie de crise de la pensée économique, même si Heilbroner se montre pessimiste sur ce point. Il en appelle ainsi à une réforme intellectuelle d’ampleur de la part des économistes :

Notre insistance pour abandonner la conception de l’analyse économique fondée sur l’idée de loi naturelle et la remplacer par l’affirmation explicite du lien inextricable entre l’analyse économique et l’ordre social qui la sous-tend. Notre second élément de différenciation tient à la nécessité de réorienter la forme de la théorie économique, pour la laisser passer de la prédiction à l’inspiration de la politique économique. Cette réorientation émerge de notre diagnostic selon lequel le capitalisme est fondamentalement sur la défensive face aux forces qui le constituent mais qui ne sont pas sous son contrôle immédiat (Heilbroner, Milberg, 1998, 170).

Conclusion

50L’orientation contemporaine de la pensée économique et la manière dont celle-ci est enseignée a suscité récemment des mouvements de contestation notamment de la part des étudiants. En France, ils ont débuté au début des années 2000 avec le collectif des étudiants contre « l’autisme en économie » puis, au début des années 2010, ont été prolongés avec le mouvement « Pour un enseignement pluraliste dans le supérieur en économie » (collectif Peps-Économie). Ces derniers critiquent la dimension exagérément technique, les outils quantitatifs principalement, des enseignements dispensés. L’absence d’ancrage dans la réalité économique et sociale est aussi un motif d’insatisfaction, sans oublier le côté monodisciplinaire et la faible présence des matières fondatrices de l’économie comme l’histoire de la pensée économique ou encore l’épistémologie (L’enseignement de l’économie dans le supérieur : Bilan et perspectives, 2013). Ces doléances ne sont pas sans faire écho au diagnostic d’Heilbroner exposé précédemment. Cette croyance dans une science « socialement désincarnée » qui ne mobiliserait que des techniques quantitatives peut rapidement conduire au développement et à la reproduction d’« une scolastique suspendue dans le vide » (Heilbroner, Milberg, 1998, 10-12), fermée sur elle-même, faiblement pluraliste, et pourtant sûre de ses droits et de ses forces (Colander, Klamer, 1987 ; Fourcade, Ollion, Algan, 2015).

51Ces plaintes partagées par une partie des étudiants et même des enseignants permettent très probablement d’expliquer en creux l’impressionnant succès de The Worldly Philosophers, deuxième ouvrage d’économie le plus vendu aux États-Unis après Economics (1948) de Paul Samuelson (Milberg, 2004a, vii). Il exerça une influence sur plusieurs générations d’économistes qui trouvaient là une orientation moins conservatrice des idées économiques que dans le reste des manuels d’économie alors recommandés (Milberg, 2004a). Il serait exagéré de classer le manuel Economics (1948) de Paul Samuelson dans le camp conservateur parce qu’il initie les étudiants américains aux nouvelles idées keynésiennes et au thème du sous-emploi des facteurs de production. En revanche, son parti pris consensuel et l’élaboration d’une « synthèse néoclassique » réunissant les keynésiens et les anti-keynésiens contrastent avec l’hétérogénéité et l’amplitude des idées économiques dépeintes dans The Worldly Philosophers.

52Les raisons de sa large diffusion sont multiples mais il n’aurait pas été un succès de librairie sans son style et les nombreux détails de la vie de ces illustres économistes, et surtout sans son analyse des tentatives faites par ces mêmes économistes pour qualifier l’évolution du capitalisme et ses effets collatéraux en termes d’inégalités, de corruption ou encore de concentrations industrielles. Ainsi ces différents scénarios n’apparaissent-ils pas comme des reliques du passé, mais comme des grilles d’analyse du capitalisme et de son devenir (Milberg, 2004a).

53The Worldly Philosophers est assurément un travail d’histoire de la pensée économique inédit par son style, ses choix d’auteurs et la manière dont ils sont mis en scène. Il ne s’agit pas en effet de présenter la pensée des économistes sélectionnés à l’aune d’un supposé progrès analytique, mais davantage pour la vision que ceux-ci ont développé et la trajectoire qu’ils esquissent du développement capitaliste. Ainsi n’est-il pas question de faire étalage des techniques mobilisées, mais des dimensions politiques et sociales des activités économiques étudiées. Pourquoi, s’interroge Robert Pollin, donner une telle place aux utopistes par exemple comparativement à d’autres économistes renommés dans la discipline comme Alfred Marshall ? Tout simplement parce qu’Heilbroner « a été inspiré par les penseurs qui tentèrent de creuser sous la surface de la notion d’échange marchand dans le cadre du capitalisme, même par ceux qui, tels les socialistes utopistes n’en rapportèrent que de maigres résultats positifs » (Pollin, 1999, 39). Il ne remet pas en cause les apports de la technique mais, croit-il, la tâche de l’économie consiste essentiellement à proposer une analyse reposant sur une vision. La lecture d’Adam Smith est captivante, moins pour ses analyses du fonctionnement interne des marchés que par le rôle qu’il prête à l’ordre social marchand qui, démontre-t-il, s’autorégule et assure le développement économique. Elle est aussi captivante parce qu’il ne se cantonne pas aux seules conséquences économiques du déploiement des marchés, mais étudie aussi les transformations morales, politiques et sociales qu’un tel déploiement induit. Autrement dit, souligne Heilbroner, « la worldly philosophy était en vérité un mélange d’éléments sociologiques, psychologiques, politiques tout autant que d’éléments ressortant de l’analyse de la production et de la distribution des richesses provenant plus proprement du domaine de l’économie » (Heilbroner, 1999b, 54).

54Ce pluralisme dans l’approche des grands économistes explique l’attrait qu’a exercé sur le public étudiant cet ouvrage d’histoire de la pensée économique. La présentation que fait enfin Heilbroner de chacun des auteurs, loin d’être simplement descriptive, offre quelques facettes de leurs personnalités, de leurs physiques, et chez certains mêmes de leurs intimités (notamment celle de Marx et de Veblen), qui, confrontés aux thèses qu’ils défendent, donne un relief particulier à The Worldly Philosophers qui en fait indéniablement un ouvrage classique et toujours d’actualité par les options méthodologiques sous-jacentes qui le supportent.

Extraits Robert L. Heilbroner, 2001, Les grands économistes, Paris, Seuil (trad. fr. de la 6e édition de 1986)

Le style de Robert Heilbroner et les portraits iconoclastes qu’il dresse des économistes expliquent très probablement au moins en partie le succès de The Worldly Philosophers. Nous proposons ci-dessous quelques extraits de The Worldly Philosophers qui viennent illustrer ces dernières caractéristiques.

Sur Marx
« Marx avait l’air d’un révolutionnaire. Ses enfants l’appelaient “le Maure” car sa peau était foncée, ses yeux enfoncés et étincelants. Il était massif et puissamment bâti, avec une expression menaçante et une barbe formidable. Ce n’était pas un homme ordonné ; sa maison était bourrée d’une masse poussiéreuse de papiers empilés dans un désordre total au milieu duquel Marx lui-même, débraillé, cheminait dans un nuage de fumée de tabac qui piquait les yeux […].
C’était un lettré germanique par excellence, lent, méticuleux, laborieux et perfectionniste jusqu’à la morbidité » (139-140)

Sur Veblen
« Un homme très étrange que ce Thorstein Veblen. Il avait l’aspect d’un paysan norvégien. Un photographe nous montre des cheveux secs et plats, avec une raie au milieu sur une tête semblable à celle d’un gnome, et tombant en un V inversé sur un front bas et fuyant ; des yeux de paysan rusés et sagaces qui scrutaient derrière un gros nez […].
Mais nul signe extérieur ne révélait le trait dominant de la vie de Veblen, son détachement total de la société.
Cette aliénation se retrouve chez les malades ; selon nos critères, Veblen aurait sans doute été un névropathe, car il avait cette qualité de pouvoir s’isoler de façon presque hermétique […].
Étant étranger, il était non conformiste, mais il n’était pas radical ; le monde lui paraissait inconfortable et contraignant ; il s’y adapta comme un missionnaire s’adapte à une terre de primitifs, en refusant de devenir un indigène, mais en préservant son intégrité au prix d’une solitude effrayante ; beaucoup l’admiraient et même l’aimaient, mais il n’avait pas d’amis ; il n’appelait personne par son prénom et il ne put jamais complètement aimer aucune femme » (222-223).

Haut de page

Bibliographie

Beaud, M., Dostaler, G., 1993, La pensée économique depuis Keynes, Paris, Seuil.

Bernstein, P., 2004, « The Woldly Philosopher Behind “The Worldly Philosophers” », Social Research, 71 (2), p. 419-426.

Carroll, M., 1998, A Future of Capitalism. The Economic Vision of Robert Heilbroner, New York/London, McMillan Press.

Chavance, B., 2007, L’économie institutionnelle, Paris, La Découverte.

Colander, D., Klamer, A., 1987, « The Making of an Economist », Journal of Economic Perspectives, 1 (2), p. 95-111.

Colander, D., 2010, The Evolution of U.S. Economics Textbooks, Middlebury College Economics Discussion Paper no 10-37.

Colander, D., 2015, « Economic Theory Has Nothing to Say about Policy (and Principles Textbooks Should Tell Students That) », Eastern Economic Journal, 41, p. 461-465.

Dugger, W., 1992, Underground Economics: A Decade of Institutionalist Dissent, New York, M. E. Sharpe.

Forstater, M., 2000, « Lowe on Freedom, Education and Socialization », Review of Social Economy, 58 (2), p. 225-239.

Forstater, M., 2002, « How the American Journal of Economics and Sociology got its Mission Statement in 1941. Adolph Lowe-s Plea for Cooperation and Constructive Synthesis in the Social Sciences », American Journal of Economics and Sociology, 61 (4), p. 779-786.

Fourcade, M., 2009, Economists and Societies. Discipline and Profession in the United States, Britain & France, 1890s to 1990s, Princeton, Princeton University Press.

Fourcade, M., Ollion, E., Algan, Y., 2015, « The Superiority of Economists », Journal of Economic Perspectives, 29 (1), p. 89-114.

Gide, C., Rist, C., 1992, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, (4e éd.), Paris, Sirey.

Giraud, Y., 2010, « The Changing Place of Visual Representation in Economics: Paul Samuelson Between Principle and Strategy, 1941-1955 », Journal of the History of Economic Thought, 32(2), p. 175-197.

Giraud, Y., 2014, « Negotiating the “Middle-of-the-Road” Position : Paul Samuelson, MIT, and the Politics of Textbook Writing, 1945-55 », History of Political Economy, 46, p. 134-152.

Heilbroner, R., 1980, « The Veblen-Commons Award: Adolph Lowe », Journal of Economic Issues, 14 (2), p. 241-246.

Heilbroner, R., 1994, « Vision in Economic Thought. Remarks upon Receipt of the Veblen-Commons Award », Journal of Economic Issues, 18 (2), p. 325-330.

Heilbroner, R., 1996, « The Embarrassment of Economics », Challenge, 39 (6), p. 46-49.

Heilbroner, R., 1999a, The Worldly Philosophers : The Lives. Times And Ideas Of The Great Economic Thinkers, 7e éd., New York, Touchstone.

Heilbroner, R., 1999b, « The End of the Worldly Philosophy », Challenge, 42 (3), p. 53-62.

Heilbroner, R., Milberg, W., 1998, La pensée économique en crise !, Paris, Economica.

« L’enseignement de l’économie dans le supérieur : Bilan critique et perspectives », 2013, L’Économie politique, 58(2), p. 6-23.

Lowe, A., 1954, « The Classical Theory of Economic Growth », Social Research, 21 (2), p. 127-158.

Milberg, W., 2004a, « Guest Editor’s Introduction », Social Research, 71 (2), p. vii-xii.

Milberg, W., 2004b, « The Robert Heilbroner Problem », Social Research, 71 (2), p. 235-250.

Okroi, L. J., 1988, Galbraith, Harrington, Heilbroner. Economics and Dissent in an Age of Optimism, Princeton, Princeton University Press.

Pollin, R., 1999, « Robert Heilbroner, Worldly Philosopher », Challenge, 42 (3), p. 34-52.

Samuelson, P., 1962, « Economists and the History of Ideas », The American Economic Review, 52 (1), p. 1-18.

Skousen, M., 1997, « The Perseverance of Paul Samuelson’s », Economics. Journal of Economic Perspective, 11 (2), p. 137-152.

Solow, R. M., 1997, « How Did Economics Get That Way and What Way Did it Get? », Daedalus, 126 (1), p. 39-58.

Haut de page

Notes

1  Sur Heilbroner, voir Okroi, 1988 et Carroll, 1998.

2  Voir notamment Bernstein, 2004.

3  Plutôt que de partir de conditions initiales données et de tenter à la suite d’en prédire les résultats ou conséquences, Lowe proposait de procéder à partir de macro-objectifs posés indépendamment de l’analyse économique, i. e., définis en clair par un processus politique démocratique. La tâche consistait alors à découvrir les solutions techniques et sociales pouvant permettre d’atteindre ces objectifs, les schémas de décisions et de comportements susceptibles de positionner le système sur le bon chemin, le milieu institutionnel capable de faire émerger ces comportements, et finalement les politiques publiques à même de générer et consolider un tel milieu institutionnel (Forstater, 2000, 226).

4  Le premier manuel faisant autorité est celui de Francis Wayland qui publie en 1837 The Elements of Political Economy.

5  Pour que cette science émerge, « il fallait attendre l’invention d’une troisième solution au problème de la survivance, il fallait attendre le développement d’un jeu étonnant qui permet à la société d’assurer sa continuité en laissant chaque individu agir à sa guise sous la direction d’une administration centrale. On appela ce jeu le “système de marché” dont la règle est apparemment fort simple : chacun fera ce qui, du point de vue financier, lui paraît plus avantageux. Dans le système de marché, l’appât du gain et non l’influence de la tradition ou le fouet de l’autorité stimule chaque être dans sa tâche. Et pourtant, bien que chacun soit libre d’aller là où le conduit son instinct d’acquisition, le jeu de la concurrence entre les individus suffit pour que toutes les tâches nécessaires à la société soient accomplies » (15).

6  Smith « a été le premier à considérer l’intérêt individuel comme le stimulant et la concurrence comme l’élément modérateur de la société… bref, il a découvert dans le mécanisme de marché un système autorégulateur qui permet à la société de compter sur des approvisionnements méthodiques » (49).

7  Pour Smith, « le monde tout entier, dans sa complexité et ses contradictions se trouve réduit à une sorte de schéma rationnel dans lequel un simple système de polarité agit par magnétisme sur les particules humaines qui se trouvent attirées vers le profit et repoussées par la perte. Le fonctionnement de ce grand système ne dépend pas de l’homme, mais seulement de l’intérêt personnel et de la concurrence qui placent dans l’ordre voulu les divers éléments du système : tout ce que l’homme est capable de faire est de prêter son concours à ce magnétisme social de la nature en luttant contre les mauvais instincts qui le poussent à échapper à la servitude du mécanisme de marché » (63).

8  Owen « n’avait rien non plus d’un économiste. Il était plus que cela : c’est lui qui a donné une forme nouvelle aux matières brutes que traitent les économistes. C’est lui qui a montré à l’Angleterre que l’industrialisme ne s’appuie pas nécessairement sur un travail abusif et mal payé. C’est lui qui a ouvert la voie à la législation du travail en mettant ses principes en application et en prouvant que les résultats étaient concluants. C’est lui qui a eu l’audace de suggérer que la meilleure façon d’aider les pauvres était de les rendre productifs et qui, après avoir posé ce principe, essaya de le mettre en pratique. C’est là l’homme dont les disciples ont fondé un mouvement coopératif, l’homme qui a créé le premier grand mouvement de travailleurs que le monde ait jamais connu » (103-104).

9  « La doctrine du matérialisme ne rejette pas la fonction catalytique ou la puissance créatrice des idées. Elle se borne à affirmer que les idées et les pensées sont le produit du milieu, même si elles tendent à changer ce milieu » (129).

10  Marx « a érigé le plus rigoureux et le plus pur capitalisme imaginable, et c’est à l’intérieur de ce subtil système abstrait, à l’intérieur d’un capitalisme imaginaire dans lequel disparaissent tous les défauts évidents de la vie réelle, qu’il recherche sa proie » (139).

11  « Dans notre pays, le capitalisme a atteint un terrain sur lequel il se trouve à l’abri de la lignée aristocratique et des anciennes prérogatives de classe. C’est cela même qui nous a permis de faire face aux problèmes du capitalisme : ce sont ces attitudes sociales issues d’un héritage plus souple, attitudes d’expérience et d’adaptation qui font que nous nous défions d’un trop grand pouvoir, qu’il soit public ou privé, et que nous jouissons d’une souplesse sociale qui a empêché la formation de structures de classes rigides et cassantes » (150).

12  L’œuvre de Bastiat posait la question suivante : « Peut-on avoir confiance dans le mécanisme automatique de l’intérêt privé quand il est sans cesse faussé par le mécanisme de beaucoup moins automatique de la structure politique qui l’entoure » (165).

13  Marshall, « un Victorien qui avait donné à l’économie un parfum de sainteté mais l’avait privé de mordant et de discernement social » (258).

14  Selon Veblen, explique Heilbroner, « un jour viendrait où, tenant conseil entre eux, ils se débarrasseraient des “lieutenants de la propriété absentéistes” pour diriger l’économie selon le principe d’une machine de production immense et bien réglée. Et si cela ne se produisait pas ? Alors les affaires prendraient de plus en plus un caractère de rapine jusqu’au jour où elles dégénéreraient en un système de force nue, de prérogative non déguisée et de direction arbitraire et autoritaire dans lequel l’homme d’affaires donnerait lieu à la réapparition de l’ancien chef suprême de l’armée. À ce système, nous devions donner le nom de fascisme » (213).

15  Comparant l’économie des États-Unis à celles des principaux pays européens, mais également à l’URSS, Heilbroner notait : « le capitalisme américain est une réalisation non seulement viable mais brillante. Même si un quart de la nation se trouve encore défavorisé, nous sommes plus proches qu’aucune autre communauté du but envisagé par Keynes – une économie sans pauvreté » (263).

16  Selon Heilbroner, le capitalisme américain post-New Deal obtenait également des scores flatteurs en matière de redistribution : « Non seulement ceux qui se trouvent en bas de l’échelle ont eu leur part de la progression générale, mais ils ont en outre bénéficié d’une redistribution renversante de la richesse effectuée par les plus privilégiés » (264).

17  « Les marxistes prônent l’inévitabilité de l’histoire ; les socialistes l’idée de la liberté inhérente au changement social… tandis que les marxistes cherchent à obtenir notre confiance aveugle dans le déroulement inexorable de l’histoire, les socialistes, eux, nous demandent de nous joindre à eux pour façonner l’histoire selon leur désir » (294).

18  « À l’opposé des socialistes, ils ne croient pas que le capitalisme doive disparaître et ils ne veulent pas remplacer l’institution de la propriété privée par celle de la propriété publique. Leur philosophie centrale est tout autre ; ils estiment que le capitalisme peut se maintenir dans la mesure où nous intervenons pour le rendre viable » (294).

19  Les économistes du centre droit disent que « le capitalisme ne peut fonctionner que dans une atmosphère de liberté totale. Les buts des hommes de Gauche sont peut-être respectables, mais leurs moyens sont incompatibles avec l’essence même d’une économie de marché. Abandonnez le système à lui-même et il va prospérer ; essayez d’intervenir et vous ne réussirez qu’à le paralyser complètement » (295).

20  Publication traduite en français sous le titre La pensée économique en crise ! (1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Ferraton et Ludovic Frobert, « Ce qu’un manuel d’économie hétérodoxe peut être »Revue d’histoire des sciences humaines, 29 | 2016, 89-116.

Référence électronique

Cyrille Ferraton et Ludovic Frobert, « Ce qu’un manuel d’économie hétérodoxe peut être »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/606 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.606

Haut de page

Auteurs

Cyrille Ferraton

Acteurs, ressources et territoires dans le développement (ART-Dev), UMR 5281, université Paul-Valéry Montpellier 3

Ludovic Frobert

Maison française d’Oxford, CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search