Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38DocumentAlexandre Koyré, sa veuve et son ...

Document

Alexandre Koyré, sa veuve et son éditeur (1946-1976)

Une politique d’auteur
Alexandre Koyré, his widow, and his editor (1946-1976). Promoting the author
Emanuel Bertrand
p. 189-199

Texte intégral

Je tiens à remercier chaleureusement Christelle Fourlon-Kouayep, Marcel Gauchet, Éric Legendre et Pierre Nora, pour leur aide précieuse au sein des éditions Gallimard, ainsi que Marie-Christine Kulterer pour son aimable confiance. Je remercie également Wolf Feuerhahn pour ses conseils avisés.

  • 1 La bibliographie intégrale d’Alexandre Koyré est l’objet de l’ouvrage de Jean-François Stoffel, 20 (...)

1Que peut bien nous apprendre la correspondance entre un auteur de sciences humaines et sociales et son éditeur ? Nous allons tenter d’apporter des éléments de réponse à cette question à partir d’une étude de cas située au confluent entre histoire du livre (et de l’édition) et histoire et philosophie des sciences, et de mettre ainsi en évidence la fécondité pour l’historien du croisement entre ces domaines. La correspondance d’Alexandre Koyré – philosophe et historien des sciences français, né dans l’Empire russe en 1892 et mort à Paris en 1964 – avec les éditions Gallimard permet en effet de mieux comprendre ce qui peut apparaître de prime abord comme des incongruités dans sa bibliographie. En effet, dans la liste des ouvrages de Koyré édités en langue française1, on note la présence de sept livres parus chez un premier éditeur – Librairie Honoré Champion, Brentano’s, Librairie Armand Colin ou Presses universitaires de France (PUF) – puis réédités ultérieurement aux éditions Gallimard. De plus, autre singularité de cette bibliographie, un unique livre de Koyré paraît chez Gallimard du vivant de son auteur, en 1962 : Introduction à la lecture de Platon, suivi d’Entretiens sur Descartes, chacun des deux essais correspondants ayant déjà été publié séparément, respectivement en 1944 (pour les Entretiens sur Descartes) et en 1945 (pour l’Introduction à la lecture de Platon) chez l’éditeur new-yorkais et parisien Brentano’s.

2Une question émerge immédiatement à la lecture de cette bibliographie de Koyré : qui a été à l’initiative de l’intégration au catalogue des éditions Gallimard de la majeure partie des ouvrages de Koyré, après la mort de celui-ci ? Est-ce une initiative de la femme d’Alexandre Koyré ou bien de la maison d’édition ? La correspondance entre la veuve de Koyré et les éditions Gallimard permet d’apporter des éléments de réponse à cette question. En outre, les quelques rares documents relatifs à Koyré présents dans les archives des éditions Gallimard révèlent un aspect méconnu de la relation entre le philosophe et historien des sciences et la maison d’édition : leur relation est bien antérieure à la publication de l’Introduction à la lecture de Platon en 1962, et remonte à une première tentative avortée de travail en commun, entre 1946 et 1948.

Une tentative éditoriale infructueuse

  • 2 La « Librairie Gallimard » devient les « Éditions Gallimard » en 1961, l’année du cinquantenaire d (...)
  • 3 « Raymond Queneau (1903-1976) », Gallimard : http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens- (...)
  • 4 Koyré, 2016, 87-88.
  • 5 Corbin, 1978, cité dans Zambelli, 2016a, 162 et sa traduction française (Zambelli, 2016b, 48).

3Reprenons donc cette histoire au moment où se nouent de premiers échanges entre Koyré et les éditions Gallimard, alors dénommées Librairie Gallimard2, en 1946. Le premier document relatif à Koyré dans les archives des éditions Gallimard est une lettre dactylographiée du 20 mars 1946, adressée à Alexandre Koyré par l’écrivain Raymond Queneau (document 1). Ce dernier est en effet entré à la Librairie Gallimard en 1938, d’abord comme lecteur et traducteur d’anglais, puis rapidement comme membre du comité de lecture, et enfin chef de ce comité et secrétaire des éditions en 19413. Il dirigera même la collection « L’Encyclopédie de la Pléiade » de 1956 jusqu’à sa mort en 1976. Par ailleurs, Koyré et Queneau se connaissent depuis au moins 1932, l’écrivain étant un auditeur assidu des enseignements du philosophe à l’École pratique des hautes études (EPHE), de 1932 à 19344. Le philosophe et orientaliste français Henry Corbin mentionne d’ailleurs cette proximité entre les deux hommes, et de ceux-ci avec lui-même, dans les années 1930, dans un court texte autobiographique de 1978 : « Autour de Koyré, il y avait Alexandre Kojève (Kojevnikov), Raymond Queneau, moi-même, des philosophes comme Fritz Heinemann, maints de nos collègues israélites ayant choisi l’exil et dont les récits navrants nous informaient du cours des choses en Allemagne5. »

  • 6 Des notes non datées de Koyré, dans les archives des éditions Gallimard, laissent supposer qu’il s (...)
  • 7 Corbin, 1978, cité dans Zambelli, 2016b, 48.
  • 8 À la mort de Paulhan, en 1968, la collection « Bibliothèque des idées » est confiée à l’historien (...)

4La lettre de Queneau à Koyré du 20 mars 1946 vise à l’informer que Gaston Gallimard va lui préparer un contrat pour un livre, qui sera un recueil de quatre essais sur l’histoire intellectuelle de la Russie contemporaine6. Par ailleurs, Queneau propose un titre pour ce recueil : Hegel en Russie et autres essais sur les origines de la pensée russe contemporaine. Les archives ne permettent pas de savoir si c’est bien le titre qui a été finalement choisi, et les quelques seuls documents pertinents mentionnent simplement le titre Hegel en Russie. Un premier aspect remarquable de cette lettre est le style employé, purement factuel, voire sec, surtout lorsque l’on sait que les deux hommes se connaissent bien, se fréquentent : aucun signe de complicité ne transparaît dans cette lettre, aucun autre sujet que le sujet éditorial n’est abordé. Cette remarque étant généralisable à l’ensemble de la correspondance étudiée ici, il est probable qu’il s’agisse là d’une caractéristique typique des correspondances éditoriales. On note également que la lettre de Queneau mentionne un autre intermédiaire dans cette relation entre Koyré et Gallimard : Bernard Groethuysen. Ce philosophe d’origine allemande, né à Berlin en 1880, naturalisé français en 1937, et mort en novembre 1946, était également proche des cercles de sociabilité autour de Koyré, comme en témoigne, là encore, Corbin : « je ne puis omettre d’évoquer tout spécialement la figure du vieil ami Bernard Groethuysen, notre incomparable Socrate, figure centrale des inoubliables soirées qu’Alexandre Koyré et son épouse donnaient dans leur petit appartement de la rue de Navarre7 ». Par ailleurs, Groethuysen est un des personnages importants de la Librairie Gallimard, où il a notamment créé en 1926, avec l’écrivain Jean Paulhan, la collection « Bibliothèque des idées », principalement dédiée à la philosophie et à la sociologie, et qu’il dirige à ses côtés jusqu’en 19468.

  • 9 Assouline, 2006, 526.
  • 10 Ibid., 503-512.
  • 11 Cerisier, 2011, 85.
  • 12 Assouline, 2006, 526-527.

5Les affaires semblent donc très bien engagées, en 1946, pour une prochaine parution d’un ouvrage de Koyré à la Librairie Gallimard, et les archives nous apprennent même que le contrat d’édition correspondant est signé par Koyré en juin 1946. Cependant, une lettre manuscrite de Koyré du 4 février 1948, sur papier à en-tête de l’EPHE, adressée à ses « chers amis » (document 2) – seule incartade au style purement factuel déjà évoqué –, dont on devine qu’il s’agit de Gaston Gallimard et de Raymond Queneau, acte la fin de cette entreprise éditoriale. Koyré y fait mention d’un préjudice subi et demande que lui soit retourné son manuscrit et que le contrat d’édition correspondant soit résilié. La réponse dactylographiée, datée du 13 février, de Gaston Gallimard (document 3) regrette cette décision de Koyré, mais lui rend sa liberté de publier son ouvrage ailleurs. Gallimard mentionne dans sa lettre « l’impossibilité où nous sommes de poursuivre normalement l’exécution de notre programme », sans plus de précision, et nous sommes réduits à spéculer sur les raisons de cette impossibilité. Il semblerait que celle-ci relève des nouvelles difficultés, liées à l’épuration, que connaît la Librairie Gallimard de mai 1946 à mars 1948. En effet, en mai 1946, la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration décide de se saisir du dossier Gallimard9, bien que le Comité d’épuration de l’édition ait préféré, dans un premier temps, fin 1944, condamner des écrivains plutôt que des éditeurs10. La Cour de Justice de la Seine classe le dossier Gallimard le 26 octobre 194611, mais la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration décide de continuer à instruire ce dossier. Finalement, le rapport du 18 mars 1948 de la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration met hors de cause la Librairie Gallimard et concentre ses sanctions sur la revue NRF, qui se voit alors interdite12. Rapidement, les affaires peuvent reprendre normalement pour la maison d’édition, mais cela arrive trop tard pour la relation entre Koyré et Gallimard. Finalement, les quatre essais correspondants de Koyré seront publiés à la Librairie philosophique J. Vrin en 1950, sous le titre Études sur l’histoire de la pensée philosophique en Russie.

Alexandre Koyré chez Gallimard

  • 13 Redondi, 2016, 247.
  • 14 Koyré échoue de peu, avec 18 votes positifs et 21 votes négatifs : Koyré, 2016, 175-176.
  • 15 Koyré, 2016, 223-247.
  • 16 Cerisier, 2011, 89.
  • 17 Pendant les années universitaires 1955-1956 à 1961-1962, Koyré a passé le premier semestre de chaq (...)
  • 18  À partir de 1967, la collection « Les Essais » est dirigée par Pierre Nora, jusqu’à sa fin en 1987 (...)

6Longtemps après cet épisode infructueux, la deuxième tentative de Koyré de se faire publier aux éditions Gallimard, si l’on se fie aux archives, date de l’année 1961. Entre-temps, Koyré est devenu quelqu’un dans le milieu académique français. Titulaire d’une chaire à l’EPHE depuis 1931, il est pressenti, en 1951, pour devenir professeur au Collège de France13. Bien que soutenue par les historiens Lucien Febvre et Fernand Braudel, sa candidature y est finalement rejetée lors du vote de l’assemblée des professeurs14. Il est alors régulièrement invité comme professeur pour des séjours de plusieurs mois aux États-Unis, d’abord à l’Université Johns Hopkins de Baltimore en 1951-1953, à l’Université de Madison en 1953-1954, puis à l’Institute for Advanced Study (IAS) de Princeton, un semestre par an de 1955 à 196215. En 1961, Koyré reprend contact avec les éditions Gallimard afin de rassembler en un seul volume ses deux essais publiés en 1944 et 1945 aux éditions Brentano’s. La lettre manuscrite de deux pages qu’il envoie le 20 novembre 1961 à Robert Gallimard (document 4) concerne le contrat relatif à cet ouvrage intitulé Introduction à la lecture de Platon, suivi d’Entretiens sur Descartes. Aux éditions Gallimard, à cette époque, le fils de Gaston Gallimard, Claude, joue un rôle de plus en plus important, même s’il ne prend officiellement la place de son père comme président des éditions qu’en 1975, à la mort de celui-ci. Robert, quant à lui, est l’un des neveux de Gaston, entré dans l’entreprise familiale en 1949, et rapidement devenu le principal interlocuteur de très nombreux auteurs des éditions, dont Jean-Paul Sartre, Romain Gary16, et donc Alexandre Koyré. Dans cette lettre adressée à Robert Gallimard, écrite sur papier à en-tête de l’IAS17, Koyré accuse réception du contrat, qu’il estime « un peu sévère, et pas tout à fait satisfaisant » et dont il critique un certain nombre de clauses. Les éditions acceptent rapidement les modifications demandées par Koyré, qui signe le contrat d’édition le 21 janvier 1962. Le premier ouvrage de Koyré chez Gallimard paraît alors le 21 novembre 1962 dans la collection « Les Essais ». Créée en 1931, cette collection est animée, jusqu’en 1966, par l’ensemble du comité de lecture de Gallimard et plus particulièrement, à ses débuts, par Brice Parain, B. Groethuysen, J. Paulhan, Benjamin Crémieux et Raymond Queneau18.

Interventions de la veuve d’Alexandre Koyré

  • 19 Dorothée Koyré, née Naoïmova en 1888, et décédée en 1981, signait toujours « Madame Alexandre Koyr (...)
  • 20 Assouline, 2006, 517-518.
  • 21 Cerisier, 2011, 80-81.
  • 22 Yvon Belaval (1908-1988) est un philosophe français, spécialiste de Leibniz et proche collègue d’A (...)

7La nouvelle occurrence de Koyré dans les archives de Gallimard date de deux années après la mort de l’auteur, qui survient le 28 avril 1964. Il s’agit d’une lettre dactylographiée de Dionys Mascolo adressée à Madame Alexandre Koyré19, datée du 27 septembre 1966 (document 5). Mascolo est un personnage haut en couleur, né en 1916, et principalement connu pour son activité pendant la Résistance, ainsi que pour son militantisme de gauche et pour ses essais politiques et philosophiques, notamment sur le communisme. Lecteur chez Gallimard à partir du 1er janvier 1942, il y organise plusieurs réunions de groupes de résistance20. C’est aussi chez Gallimard qu’il rencontre Marguerite Duras21, dont il devient l’amant et qu’il épouse en 1947 (le couple se sépare en 1956). En 1966, Mascolo travaille toujours chez Gallimard et contacte la veuve de Koyré pour se renseigner sur la possibilité d’obtenir les droits français et de traduire l’ouvrage de Koyré publié en 1965 par la maison d’édition britannique Chapman & Hall : Newtonian Studies. Il s’agit d’un recueil en anglais de sept essais écrits par Koyré entre 1950 et 1961, dont cinq déjà parus sous forme d’articles en langue française et un déjà publié en langue anglaise. La publication de ce recueil était déjà en préparation chez Chapman & Hall au moment du décès de l’auteur. Les archives de Gallimard permettent de savoir qu’après ce premier contact entre Mascolo et Madame Koyré, le dossier avance rapidement, puisque la décision de publier la traduction française des Newtonian Studies est prise par Claude Gallimard dès novembre 1966, et que le contrat d’édition est signé par Madame Koyré le 27 janvier 1967. Le délai requis par les traductions des deux essais inédits en langue française, supervisées par Madame Koyré et Yvon Belaval22, et effectuées par Georgette Vignaux et Jacques Tallec, retarde la publication, qui intervient finalement le 18 novembre 1968 dans la collection « Bibliothèque des idées ».

  • 23 Parmi mille autres, on peut citer le cas célèbre de la façon dont Gaston Gallimard a débauché Marc (...)
  • 24 Bertrand, à paraître.
  • 25 Assouline, 2006 ; Cerisier, 2011.

8Dans les années qui suivent, de 1971 à 1976, plusieurs ouvrages de Koyré déjà publiés en France, à la Librairie Armand Colin, aux PUF, ou à la Librairie Honoré Champion, passent dans le catalogue Gallimard, mais il n’y a aucune trace de ces transferts dans les archives de la maison d’édition relatives à Koyré. Néanmoins, comme pour les Études newtoniennes, on peut supposer que c’est Gallimard qui est à la manœuvre, et cherche ainsi à rapatrier l’ensemble de l’œuvre de Koyré dans son catalogue. Cet éditeur est en effet connu pour avoir une politique d’auteurs très développée, voire parfois agressive, c’est-à-dire que la maison d’édition cherche généralement à publier l’intégralité des ouvrages des auteurs qu’elle estime importants (et susceptibles de susciter des ventes nombreuses), principalement dans le domaine de la fiction23, mais aussi en sciences humaines24, et notamment en philosophie, quitte à les débaucher chez leur éditeur initial. Les éditions Gallimard s’efforcent ensuite de fidéliser ces auteurs et de publier l’ensemble de leur œuvre ultérieure25. L’originalité du cas de Koyré tient au fait que ce processus se déroule presque intégralement de façon posthume, par l’intermédiaire de sa veuve. Précisément, le dernier événement concernant Koyré visible dans les archives de Gallimard est un échange de lettres entre la femme du philosophe et Robert Gallimard, en 1975. Dans une lettre manuscrite datée du 22 octobre 1975 (document 6), qu’elle signe en tant que « Madame A. Koyré », et qui fait suite à un premier échange téléphonique et à une première lettre de Robert Gallimard, la veuve du philosophe liste un certain nombre de librairies parisiennes dans lesquelles il est impossible de se procurer l’Introduction à la lecture de Platon de son mari. Soucieuse de la postérité de l’œuvre de celui-ci et de la possibilité pour ses lecteurs potentiels de se procurer ses ouvrages, elle déplore cet état de fait et parle même à l’éditeur de « négligence de [ses] services de vente ». La réponse de Robert Gallimard est immédiate, et figure dans une lettre dactylographiée datée du 6 novembre 1975 (document 7). Gallimard lui explique qu’il s’agit d’un dysfonctionnement imputable à leur imprimeur et informe Madame Koyré que l’ouvrage en question est à nouveau disponible en librairie. Ce dernier échange illustre à la fois la grande attention que Madame Koyré porte à la diffusion de l’œuvre de son mari, l’importance que l’éditeur accorde à la promotion de ses auteurs, et la diligence avec laquelle il répond aux requêtes de ceux-ci ou de leurs ayants droit.

Une politique d’auteur

  • 26 L’ensemble de ces chiffres a été gracieusement fourni par Christelle Fourlon-Kouayep des éditions (...)

9Pour mieux comprendre la politique de l’éditeur à l’égard de l’œuvre de Koyré, penchons-nous désormais sur les chiffres des ventes nettes de ses ouvrages publiés aux éditions Gallimard26, en date du 7 octobre 2020 :

  • Introduction à la lecture de Platon, suivi d’Entretiens sur Descartes, totalise 13 235 ventes nettes dans la collection « Les Essais » (1962) et 8 895 pour sa réédition de 1991 dans la collection « NRF Essais », soit un total de 22 130 ventes nettes ;
  • Études newtoniennes totalise 5 904 ventes nettes, dans la collection « Bibliothèque des idées » (1968) ;
  • Mystiques, spirituels, alchimistes du xvie siècle allemand totalise 22 042 ventes nettes, dans la collection « Idées » (1971) ;
  • Études d’histoire de la pensée philosophique totalise 3 759 ventes nettes dans la collection « Bibliothèque des idées » (1971) et 14 908 pour sa réédition de 1981 dans la collection « Tel », soit un total de 18 667 ventes nettes ;
  • Études d’histoire de la pensée scientifique totalise 4 025 ventes nettes dans la collection « Bibliothèque des idées » (1973) et 20 088 pour sa réédition de 1985 dans la collection « Tel », soit un total de 24 113 ventes nettes ;
  • Du monde clos à l’univers infini totalise 24 896 ventes nettes dans la collection « Idées » (1973) et 39 899 pour sa réédition de 1988 dans la collection « Tel », soit un total de 64 795 ventes nettes ;
  • La philosophie et le problème national en Russie au début du xixe siècle totalise 4 811 ventes nettes, dans la collection « Idées » (1976).
  • 27 Selon Google Scholar (consulté le 3 novembre 2020), la version française de Du monde clos à l’univ (...)
  • 28 L’ensemble de ces données chiffrées a, là encore, été obtenu auprès de Christelle Fourlon-Kouayep, (...)

10L’ensemble des sept ouvrages de Koyré édités chez Gallimard représente donc aujourd’hui un total d’environ 162 500 ventes nettes. Par ailleurs, l’ouvrage de Koyré le plus vendu est Du monde clos à l’univers infini, avec environ 65 000 ventes, ce qui n’est pas étonnant pour ce qui reste certainement le livre le plus influent et le plus commenté de l’auteur27. Ce nombre d’exemplaires vendus est d’ailleurs très important pour un ouvrage de sciences humaines et sociales paru dans les années 1970. À titre de comparaison, chez le même éditeur, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, du philosophe Michel Foucault (1975) s’est vendu à plus de 272 000 exemplaires, La logique du vivant. Une histoire de l’hérédité, du biologiste François Jacob (1970) à plus de 126 000 exemplaires, et La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la science, du physicien Ilya Prigogine et de la philosophe Isabelle Stengers (1979) à environ 70 000 exemplaires. Mais ces ouvrages font vraiment figure d’exceptions : dans les sciences humaines et sociales, un ouvrage qui se vend à plus de 10 000 exemplaires est déjà considéré comme un grand succès commercial28.

  • 29 Bertrand, à paraître.

11Pour affiner notre analyse des ventes des ouvrages de Koyré, il est indispensable de dire quelques mots de deux collections non encore évoquées des éditions Gallimard, « Idées » et « Tel ». La collection « Idées » est créée en 1962 par François Erval, qui la dirige jusqu’à sa fin en 1985. Né en 1914 et mort en 1999, Erval est un journaliste, éditeur et traducteur (de l’allemand au français) d’origine hongroise. « Idées » est la toute première collection non littéraire au format de poche, et correspond à une double volonté affichée des éditions Gallimard de développer la diffusion de textes non littéraires de référence, et surtout, de mettre en place, via le format de poche, une politique de prix permettant un très large accès du public à ces textes, et ainsi d’engendrer d’importants bénéfices commerciaux. Bien qu’au format de poche, la collection comprend une importante proportion de titres inédits. Le tirage de départ pour un ouvrage de cette collection est, au minimum, de 10 000 exemplaires, et les cinquante premiers titres de la collection ont tous été réimprimés.29 Quant à la collection « Tel », elle est créée par les éditions Gallimard en 1976, d’abord sans directeur attitré, puis dirigée par le philosophe et traducteur Marc de Launay de 1988 à 1998, et enfin par l’écrivain et éditeur Éric Vigne depuis 1999. Il s’agit d’une collection intermédiaire, dite « de semi-poche », s’appuyant essentiellement sur des rééditions d’ouvrages des diverses collections non littéraires de Gallimard.

12Compte tenu de la politique de Gallimard à propos de la collection de poche « Idées », il n’est donc pas surprenant que l’ouvrage Mystiques, spirituels, alchimistes du xvie siècle allemand (1971), pourtant nettement moins influent ou cité que Du monde clos à l’univers infini (1973), se vende presque autant que lui : environ 22 000 ventes pour le premier et environ 25 000 pour le second, tous les deux dans la collection « Idées ». En revanche, avec moins de 5 000 ventes, La philosophie et le problème national en Russie au début du xixe siècle peut être considéré comme un échec commercial, au regard des résultats habituels de la collection « Idées ». Ce livre étant certainement l’un des moins connus de Koyré, notamment car son objet est assez éloigné de l’histoire et de la philosophie des sciences, il est probable que son transfert de la Librairie Honoré Champion (1929) aux éditions Gallimard ait résulté de la volonté de l’éditeur de compléter son corpus d’ouvrages du philosophe, davantage que de l’espoir de bénéfices commerciaux substantiels. Surtout, la politique de réédition en semi-poche, dans la collection « Tel », de trois ouvrages de Koyré s’est avérée payante économiquement, tant elle a relancé massivement les ventes des ouvrages en question. En particulier, la réédition de 1988 dans cette collection de Du monde clos à l’univers infini s’est vendue à quasiment 40 000 exemplaires.

13Au final, le pari commercial des éditions Gallimard de miser sur l’œuvre de Koyré a été amplement réussi. Koyré est ainsi progressivement devenu l’un des seuls auteurs français du domaine de l’histoire et de la philosophie des sciences à représenter un authentique succès éditorial, l’un des seuls autres exemples étant constitué par le philosophe, anthropologue et sociologue Bruno Latour, grand auteur des éditions La Découverte.

14Pour revenir à la dimension matérielle de ce travail, il importe d’insister à nouveau sur la relative pauvreté des échanges entre l’auteur et son éditeur. Il s’agit d’un genre d’écriture très particulier, sans fioriture, essentiellement factuel, et concernant principalement des questions de contrats. Du point de vue quantitatif également, les archives sont assez pauvres et ne contiennent qu’un nombre très restreint d’échanges. Néanmoins, rien ne permet de savoir si les échanges entre Koyré et Gallimard ont effectivement été très peu nombreux ou si les éditions Gallimard n’ont archivé qu’une petite partie de ces échanges. Il faut en effet garder à l’esprit qu’un éditeur n’est pas un archiviste, et n’a certainement pas la culture de l’archivage systématique, sauf peut-être pour les aspects juridiques de ses échanges. Cette légèreté, quantitative comme qualitative, des archives éditoriales constitue assurément un défi pour l’historien des sciences humaines et sociales. Il s’agit pour lui de faire parler des documents à la fois rares et peu diserts. Ce type de source documentaire présente donc un contraste certain avec les habituelles correspondances, d’auteurs ou de savants, dans lesquelles l’historien doit sélectionner ce qui lui semble pertinent parmi un grand nombre de lettres, parfois très longues et au contenu substantiel. Ici, dans le cas de la correspondance entre un auteur de sciences humaines et sociales et son éditeur, la perspective est complètement inversée : c’est avec la rareté, non plus avec l’abondance, que l’historien doit composer.

15Malgré tout, les différentes lettres échangées entre Alexandre Koyré et les éditions Gallimard, puis entre la veuve de l’auteur et ce même éditeur, permettent assurément de rendre visible tout un travail de mise en valeur éditoriale d’une œuvre, qui n’apparaît pas à la simple lecture d’une liste bibliographique. Notamment, elles permettent de mettre en lumière des tentatives éditoriales avortées ou des stratégies d’un éditeur pour promouvoir l’ensemble de l’œuvre de l’un de ses auteurs. Dans le cas d’Alexandre Koyré, le passage de son œuvre dans le catalogue des éditions Gallimard participe également d’une opération de canonisation d’un auteur de sciences humaines et sociales. Le statut éditorial, et même intellectuel, de Koyré en est profondément modifié : de spécialiste de l’histoire de la philosophie, il accède à la dimension de grand auteur de sciences humaines et sociales, avec le nombre de ventes qui sied à ce statut, même si c’est de façon posthume. Avant le transfert de son œuvre chez Gallimard, Koyré était essentiellement cantonné à un public de philosophes, ses livres émargeant principalement chez des éditeurs spécialisés – dans la philosophie, comme la Librairie philosophique J. Vrin, ou dans les sciences humaines, comme la Librairie Honoré Champion –, des éditeurs universitaires, comme les PUF, ou encore des éditeurs plus confidentiels, comme Brentano’s. Avec son arrivée chez un grand éditeur généraliste comme Gallimard, Koyré se fait en quelque sorte un nom propre : on n’achète plus de simples études sur Newton, sans beaucoup de considération pour leur auteur, mais on acquiert désormais un livre d’Alexandre Koyré, avec le nom de l’auteur comme critère essentiel du choix. Sans entrer dans la moindre discussion sur les mérites respectifs des deux auteurs ou sur la qualité de leurs œuvres, la comparaison est édifiante avec un autre philosophe des sciences français écrivant à peu près à la même époque, Georges Canguilhem, qui est resté fidèle à la Librairie philosophique J. Vrin et aux PUF. Le cercle des lecteurs de Canguilhem est certainement resté davantage limité aux étudiants et chercheurs en philosophie ou en médecine, et a probablement atteint un lectorat moins diversifié que celui de Koyré.

Haut de page

Bibliographie

Assouline, P., 2006, Gaston Gallimard. Un demi-siècle d’édition française, Paris, Gallimard.

Bertrand, E., à paraître, « L’histoire des sciences au sens large chez Gallimard : une ambiguïté irréductible entre “sciences” et “sciences humaines” », dans Bertrand, E., Feuerhahn, W. et Tesnière, V. (dir.), Éditer l’histoire des sciences (France, xxe siècle).

Cerisier, A., 2011, Gallimard. Un éditeur à l’œuvre, Paris, Gallimard.

Corbin, H., 1978, « Post-scriptum biographique à un entretien philosophique », Association des amis de Henry et Stella Corbin : www.amiscorbin.com/biographie/post-scriptum-biographique (consulté le 3 novembre 2020).

Koyré, A., 1929, La philosophie et le problème national en Russie au début du xixe siècle, Paris, Librairie Honoré Champion.

Koyré, A., 1944, Entretiens sur Descartes, New York, Paris, Brentano’s.

Koyré, A., 1945, Introduction à la lecture de Platon, New York, Brentano’s.

Koyré, A., 1950, Études sur l’histoire de la pensée philosophique en Russie, Paris, Librairie philosophique J. Vrin.

Koyré, A., 1957, From the Closed World to the Infinite Universe, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Koyré, A., 1962, Du monde clos à l’univers infini, Paris, PUF.

Koyré, A., 1962, Introduction à la lecture de Platon, suivi d’Entretiens sur Descartes, Paris, Gallimard.

Koyré, A., 1965, Newtonian Studies, Londres, Chapman & Hall.

Koyré, A., 1968, Études newtoniennes, Paris, Gallimard.

Koyré, A., 1971, Mystiques, spirituels, alchimistes du xvie siècle allemand, Paris, Gallimard.

Koyré, A., 1971, Études d’histoire de la pensée philosophique, Paris, Gallimard.

Koyré, A., 1973, Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard.

Koyré, A., 1973, Du monde clos à l’univers infini, Paris, Gallimard.

Koyré, A., 1976, La philosophie et le problème national en Russie au début du xixe siècle, Paris, Gallimard.

Koyré, A., 2016, De la mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962, nouvelle édition revue et augmentée par Pietro Redondi, Paris, Éditions de l’EHESS.

Redondi, P., 2016, « Une revanche de Platon laissée dans l’ombre : Koyré et le Dieu de Galilée », dans Seidengart, J. (dir.), Vérité scientifique et vérité philosophique dans l’œuvre d’Alexandre Koyré, suivi d’un inédit sur Galilée, Paris, Les Belles Lettres, p. 247-260.

Stoffel, J.-F., 2000, Bibliographie d’Alexandre Koyré, Florence, Leo S. Olschki.

Zambelli, P., 2016a, Alexandre Koyré in incognito, Florence, Leo S. Olschki.

Zambelli, P., 2016b, « Entre-deux-guerres : Koyré en France, en Allemagne et dans d’autres contextes », dans Seidengart, J. (dir.), Vérité scientifique et vérité philosophique dans l’œuvre d’Alexandre Koyré, suivi d’un inédit sur Galilée, Paris, Les Belles Lettres, p. 17-60.

Haut de page

Notes

1 La bibliographie intégrale d’Alexandre Koyré est l’objet de l’ouvrage de Jean-François Stoffel, 2000.

2 La « Librairie Gallimard » devient les « Éditions Gallimard » en 1961, l’année du cinquantenaire de sa création (Assouline, 2006, 620).

3 « Raymond Queneau (1903-1976) », Gallimard : http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Plus-sur-l-auteur/En-savoir-plus-sur-Raymond-Queneau (consulté le 3 novembre 2020).

4 Koyré, 2016, 87-88.

5 Corbin, 1978, cité dans Zambelli, 2016a, 162 et sa traduction française (Zambelli, 2016b, 48).

6 Des notes non datées de Koyré, dans les archives des éditions Gallimard, laissent supposer qu’il s’agit des quatre essais suivants : « La jeunesse d’Ivan Kireevski », « Petr Tchaadaev », « Hegel en Russie » et « Alexandre Ivanovitch Herzen ».

7 Corbin, 1978, cité dans Zambelli, 2016b, 48.

8 À la mort de Paulhan, en 1968, la collection « Bibliothèque des idées » est confiée à l’historien Pierre Nora, entré chez Gallimard en 1965 ; voir Bertrand, à paraître.

9 Assouline, 2006, 526.

10 Ibid., 503-512.

11 Cerisier, 2011, 85.

12 Assouline, 2006, 526-527.

13 Redondi, 2016, 247.

14 Koyré échoue de peu, avec 18 votes positifs et 21 votes négatifs : Koyré, 2016, 175-176.

15 Koyré, 2016, 223-247.

16 Cerisier, 2011, 89.

17 Pendant les années universitaires 1955-1956 à 1961-1962, Koyré a passé le premier semestre de chaque année à l’IAS comme membre de la « School of Historical Studies » (Koyré, 2016, 177-178). Dans les archives de Gallimard, tous les courriers de Robert Gallimard à Koyré pendant la période du 13 novembre 1961 au 1er février 1962 sont adressés à l’IAS. Cela correspond bien à ce qui est mentionné dans les « Comptes rendus d’enseignement » de la Ve section de l’EPHE pour l’année 1961-1962, publiés par Pietro Redondi (Koyré, 2016, 247). D’ailleurs, dans un courrier qu’il adresse à Robert Gallimard le 6 février 1962, Koyré écrit qu’il rentrera en France à la fin du mois de mars 1962.

18  À partir de 1967, la collection « Les Essais » est dirigée par Pierre Nora, jusqu’à sa fin en 1987. Une nouvelle collection la remplace alors, « NRF Essais », dirigée depuis 1988 par l’écrivain et éditeur Éric Vigne ; voir Bertrand, à paraître.

19 Dorothée Koyré, née Naoïmova en 1888, et décédée en 1981, signait toujours « Madame Alexandre Koyré ». Elle a beaucoup œuvré, dans l’ombre de son mari, notamment pour la gestion de son intendance et de sa sociabilité intellectuelle et académique, en particulier via les nombreuses réceptions organisées dans leur appartement (communication personnelle de Marie-Christine Kulterer, petite-fille de Michel Koyré, frère d’Alexandre).

20 Assouline, 2006, 517-518.

21 Cerisier, 2011, 80-81.

22 Yvon Belaval (1908-1988) est un philosophe français, spécialiste de Leibniz et proche collègue d’Alexandre Koyré.

23 Parmi mille autres, on peut citer le cas célèbre de la façon dont Gaston Gallimard a débauché Marcel Proust chez l’éditeur Bernard Grasset en 1917 ; voir Assouline, 2006, 78-80 et 123-125.

24 Bertrand, à paraître.

25 Assouline, 2006 ; Cerisier, 2011.

26 L’ensemble de ces chiffres a été gracieusement fourni par Christelle Fourlon-Kouayep des éditions Gallimard.

27 Selon Google Scholar (consulté le 3 novembre 2020), la version française de Du monde clos à l’univers infini a été citée 677 fois et sa version anglaise (Koyré, 1957) 1927 fois, soit de loin le plus grand nombre de citations pour un ouvrage de Koyré.

28 L’ensemble de ces données chiffrées a, là encore, été obtenu auprès de Christelle Fourlon-Kouayep, des éditions Gallimard, mais près de cinq ans avant celles concernant Koyré, et plus précisément le 17 novembre 2015.

29 Bertrand, à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emanuel Bertrand, « Alexandre Koyré, sa veuve et son éditeur (1946-1976) »Revue d’histoire des sciences humaines, 38 | 2021, 189-199.

Référence électronique

Emanuel Bertrand, « Alexandre Koyré, sa veuve et son éditeur (1946-1976) »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 12 juillet 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/6094 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.6094

Haut de page

Auteur

Emanuel Bertrand

Centre Alexandre-Koyré, UMR 8560 (CNRS/EHESS/MNHN) ; ESPCI Paris-PSL ; Université de recherche PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search