Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29DossierLa possibilité d’une géographie h...

Dossier

La possibilité d’une géographie humaine (1961-2002)

Autour du Précis de géographie humaine de Max Derruau
The possibility of a human geography (1961-2002). On the subject of Max Derruau’s Précis de géographie humaine
Michel Lompech et Éric Bordessoule
p. 117-147

Résumés

Le Précis de Max Derruau s’est imposé pendant près d’un demi-siècle comme l’un des principaux usuels des études de géographie. L’article présente ses principales caractéristiques et s’interroge sur les raisons d’une telle longévité au sein de l’édition universitaire. Il replace l’ouvrage dans le contexte de la transformation de l’édition pédagogique en géographie, révélatrice des évolutions quantitatives et qualitatives de l’enseignement supérieur. À travers ses différentes rééditions, le manuel prend acte des remises en cause et des nouvelles orientations de la géographie. Si les tentatives inégalement abouties de l’auteur pour actualiser son texte n’ont pas permis de conjurer l’obsolescence de cette présentation de savoirs positifs en géographie humaine, il n’en reste pas moins que le manuel de Derruau s’est imposé sur le temps long comme un grand classique de la pédagogie universitaire en géographie humaine.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions les auteurs des avis de la Revue d’histoire des sciences humaines qui nous ont aidés à améliorer notre texte.

1Le manuel de géographie humaine constitue une forme éditoriale qui est apparue à partir des années 1950. Ce type de publication permet à certains géographes d’exposer leur enseignement, de construire leur carrière universitaire et d’asseoir leur autorité. Parmi ces auteurs de manuels, Max Derruau se distingue pour deux raisons : parce qu’il est l’auteur de deux Précis, de géographie physique et de géographie humaine, et parce que leurs nombreuses rééditions pendant une trentaine d’années en ont fait des outils particulièrement populaires de reproduction des savoirs. S’inscrivant dans un contexte éditorial doublement favorable par la conjonction d’une lacune bibliographique et d’une demande croissante en raison de la massification de l’enseignement supérieur, la série de manuels rédigés par Max Derruau illustre également les derniers feux d’une géographie classique propice à l’écriture de cette catégorie d’ouvrages. Notre étude s’intéresse au seul Précis de géographie humaine qui a connu onze rééditions. Cette aventure éditoriale interroge sur les régimes d’écriture du genre manuel pour une discipline profondément renouvelée au cours de la décennie 1970 par l’émergence d’une « nouvelle géographie » autour de la revue L’Espace géographique, les premiers travaux français de géographie quantitative et des recherches de géographie sociale. Les questions épistémologiques et leur confrontation aux exigences de l’enseignement sont au cœur de la pédagogie universitaire et de l’équilibre dans la composition d’un manuel. À ce titre, le Précis de géographie humaine apparaît bien comme le témoin d’une époque et d’une conception de la discipline dont le caractère idiographique, et par là même encyclopédique, se prête à l’exercice de la « manuélisation ». La longévité de l’ouvrage, quant à elle, puise à deux sources également fécondes : la constance de l’auteur dans son travail de réécriture, et son souci d’éviter les polémiques, dans une période pourtant propice au débat. Comment expliquer le succès et la longévité de cet ouvrage ? En quoi montre-t-il la persistance d’une certaine façon de faire et de penser la géographie humaine, celle de l’école vidalienne « classique », malgré les remises en cause qu’elle a connues dans le dernier tiers du xxe siècle ?

Le Précis de géographie humaine : une œuvre pionnière

Max Derruau, un savoir sans engagement

  • 2  Max Derruau est né en 1920 à Capestang (Hérault) et décédé en 2004 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme (...)
  • 3  À ces nombreuses rééditions s’ajoutent deux reparutions avec changement de couverture effectuées e (...)

2En 1961, à l’âge de 41 ans, Max Derruau2 publie la première version d’un manuel de géographie humaine qui connaîtra au total onze éditions (voir annexe 1)3. Cette longévité impressionnante se double d’une diffusion à l’étranger, puisque l’ouvrage est traduit en espagnol (1964) et en grec (1991). Cette diffusion dans deux pays d’influence traditionnelle de la géographie française montre l’intérêt de cette présentation des acquis de la discipline. L’aventure de ce manuel qui a traversé plus d’un demi-siècle de géographie interroge en posant non seulement la question du contexte d’une telle entreprise, mais également des principes qui la guident.

  • 4  Lageat, Thouret, 2004.

3L’obtention de l’agrégation d’histoire et géographie à vingt et un ans, la soutenance huit ans après, en 1949, d’une thèse de doctorat d’État, sous la direction du « patron » d’alors de la géographie clermontoise Philippe Arbos, consacrée à La Grande Limagne auvergnate et bourbonnaise et d’une thèse complémentaire, La morphogenèse de la Grande Limagne et ses conséquences sur la morphologie des plateaux bordiers, composent les premières étapes du parcours de géographe de Max Derruau4.

  • 5  Fel, 1997, 50.
  • 6  Cette géographie repose sur le paradigme d’un déterminisme du milieu naturel tempéré par les choix (...)
  • 7  Chabot, 1962, 88.
  • 8  Robert, 1962, 218.
  • 9  Fel, 1990, 7-14.
  • 10Précis de Géomorphologie, Paris, Masson, 396 p.
  • 11L’Europe, Paris, Hachette (Les cinq parties du monde), 604 p.
  • 12  Fel, 1990, 14.

4Cette carrière universitaire, entamée en 1946, se poursuit dans sa totalité à l’université de Clermont5. Ce solide ancrage provincial n’empêche pas le jeune savant d’acquérir rapidement une place notable et singulière au sein de la communauté géographique. En effet, en l’espace de quelques livres qui se succèdent rapidement à partir des années 1950, celui dont la thèse répondait aux canons de la doxa post-vidalienne6, en conciliant à parts égales les dimensions physiques et humaines de la géographie à l’échelle d’une petite région, acquiert une autre dimension. « Géographe authentique7 », « géographe complet8 », « représentant d’une géographie globale9 », tels sont les qualificatifs qui saluent l’œuvre de Max Derruau. Auteur dès 1956 d’un manuel de géographie physique10, réédité à de nombreuses reprises, il livre en 1958 un ouvrage de géographie régionale consacré à l’Europe11, trois ans avant la première édition du Précis de géographie humaine. À l’heure d’une spécialisation de plus en plus étroite, cet « éclectisme » traduit bien pour ce grand voyageur, observateur curieux des espaces, des hommes et des cultures, le désir de saisir, à travers cette géographie globale, le « spectacle changeant du monde12 ». Bien que la polyvalence en matière d’enseignement inhérente à une université de province, aux effectifs d’enseignants restreints, obligeant à professer dans tous les champs de la discipline, complique l’affirmation d’une spécialité de recherche, Max Derruau s’impose dans les milieux scientifiques comme un expert dans le domaine de la géomorphologie volcanique.

  • 13  Dans une lettre adressée à Max Sorre en 1962, il reconnaît avoir composé son manuel avec le souci (...)

5Réalisant l’unité d’un vaste champ disciplinaire associant la géographie physique et la géographie humaine avec la géographie régionale comme pivot, Max Derruau réalise le type même du vulgarisateur de talent. Il tire de là toute légitimité pour s’engager dans le projet de l’éditeur Armand Colin, afin d’écrire un manuel de géographie humaine conforme aux programmes universitaires13. Cet ambitieux projet, qui vise à présenter de manière ordonnée une discipline foisonnante, vient à point pour combler une lacune éditoriale et répondre à la demande d’un nombre croissant d’étudiants en géographie.

  • 14  Plusieurs comptes rendus saluent ce tour de force.
  • 15  De nouvelles approches du découpage régional, du fait urbain, des flux matériels et immatériels, d (...)
  • 16  Bataillon, 2009, 90.
  • 17  Sa bibliographie compte 72 références, dont de nombreux ouvrages, l’organisation de colloques et d (...)
  • 18  Chabot, 1962.

6S’il ne faut pas minimiser l’ampleur du projet porté par un jeune géographe qui fait ici œuvre pionnière, il ne faut pas non plus ignorer le pari que représente la rédaction d’un Précis de géographie humaine pour un auteur qui vient de publier un ouvrage de géographie physique14. D’autre part, la personnalité de Max Derruau, son absence de dogmatisme et son ouverture le préservent des polémiques qui commencent à se développer au sein de la communauté des géographes français et qui déboucheront sur de véritables ruptures à la fin de la décennie 1960. Dans cette querelle naissante des « anciens et des modernes », opposant les tenants de l’orthodoxie vidalienne aux pionniers d’une discipline explorant de nouveaux horizons15, Max Derruau n’est pas le chef de file d’un courant et son magistère n’est pas celui d’un conservateur ou d’un révolutionnaire. Relativement rare et associée à ses travaux scientifiques, cette retenue lui confère finalement une autorité qui l’autorise à présenter les acquis de la discipline comme le relève Claude Bataillon, qui voit en lui un « réformiste modéré peu contesté en raison de son poids moral et scientifique16 ». Politiquement moins engagé que les géographes de sa génération, Max Derruau n’en dispose pas moins d’une influence réelle17, et il est bien l’un de ceux qui peuvent alors tenter cette synthèse bienvenue, d’évidence difficile, puisque la presque totalité des champs de la géographie humaine est abordée. Cette neutralité sera également appréciée dans l’exercice de ses fonctions de président de la commission de géographie du CNRS (section 35 alors), dans une période compliquée, entre 1971 et 1975. Il serait toutefois simpliste d’envisager son manuel comme dénué de tout a priori épistémologique. Il n’en demeure pas moins qu’il a su tenter le pari difficile de combiner les acquis de la géographie de son temps aux approches émergentes, en une « présentation objective et mesurée18 ». L’ouvrage, qui sera rapidement recensé et intégré dans de nombreuses bibliographies, répond bien à la question posée dans son introduction : « est-il possible de faire le point en gardant de la géographie classique ce qui peut être gardé et en donnant droit de cité à celles des acquisitions, à ceux des points de vue nouveaux qui ont fait leurs preuves ? » (1961, 5).

Le manuel, un genre particulier de la littérature géographique

  • 19  Pour notre étude en géographie nous ne retiendrons que huit critères sur les dix qu’inventorie Hak (...)

7Les notions de critique littéraire dégagées pour le classement des manuels de droit19 permettent l’établissement de critères formels pour cette catégorie d’ouvrages scientifiques. Avec des adaptations, ce classement peut rendre des services pour la géographie.

  • 20  Par exemple Charvet et Sivignon, 2002, regroupe les textes de dix auteurs. Cet ouvrage est une ten (...)

8Le premier critère est à la fois formel et matériel. Il sépare les textes et les ouvrages, les œuvres individuelles ou collectives. Les œuvres collectives sont de plus en plus nombreuses dans l’édition universitaire, qu’elles soient écrites à plusieurs mains ou rassemblant différentes contributions20. Max Derruau avait un rythme de production pédagogique très soutenu dans les années 1950-1960. Parce qu’il s’agit d’œuvres individuelles, ses livres, qui ont représenté l’essentiel de ses travaux en géographie humaine, bénéficient d’une unité de conception qui les singularise et oblige leur auteur à expliciter sa conception de la discipline.

9Le deuxième critère s’appuie sur le volume des textes. Il marque la différence entre le traité et le précis, entre Les fondements de la géographie humaine de Max Sorre en quatre volumes (1943-1952) et l’ouvrage qui nous occupe. La somme de Sorre est une œuvre de longue haleine et de fin de carrière, le Précis n’a pas cette ambition. La série des Géographie humaine (voir annexe 1) rassemble des volumes de bonne taille, même si après 1976 le propos se resserre. Le Précis n’est pas pour autant un livre élémentaire. L’information est détaillée, le vocabulaire est riche et précis. Ce critère différencie nettement notre corpus des manuels de géographie humaine des mémentos et introductions universitaires actuels.

10Le troisième critère est l’objet étudié dans l’ouvrage : à la différence des monographies qui se proposent d’épuiser un sujet précis et relativement restreint, les manuels à l’image du Précis dressent une synthèse des principaux acquis de leur discipline. Ce critère permet de les classer aisément comme « ouvrages généraux » dans les bibliographies. Assurément, le Précis est d’abord un manuel et non un essai.

11Le quatrième critère proposé par Nader Hakim est celui de la fonction de l’œuvre. Il permet de séparer les travaux scientifiques, pédagogiques ou de vulgarisation. Les travaux de recherche se déploient dans les thèses, bien plus rarement en géographie dans des essais et surtout dans des articles. Les géographes ne disposant pas d’un large choix de solutions éditoriales, leurs publications ont souvent l’ambition d’être à la fois scientifiques et didactiques. Le manuel de Derruau est à la fois salué comme pratique et de référence. Se développe à cette époque en géographie une littérature de traités qui organisent les connaissances dans des synthèses encyclopédiques. Bien que plus volumineux, exhaustifs et systématiques, ils partagent avec les autres manuels la même forme didactique. Ces différents Traités portent sur un champ particulier de la discipline : la Géographie de la population de Jacqueline Beaujeu-Garnier en deux tomes en 1956, la même année La campagne, le fait rural à travers le monde de Pierre George, Les Villes de Georges Chabot et J. Beaujeu-Garnier, qui feront paraître en 1967 un Traité de géographie urbaine.

12Le cinquième critère prend en compte les destinataires, tout en considérant que le lectorat des genres évolue avec le temps. Le Précis s’adresse aux étudiants de licence des années 1960, rassemblés dans une première année de propédeutique. C’est le cours magistral du professeur qui dispense une culture générale aux étudiants. Les différentes rééditions s’adaptent davantage à l’évolution de la discipline qu’aux attentes des nouvelles générations.

  • 21  Birot, 1950 ; Le Lannou, 1955.

13Le sixième critère est celui du rapport au temps de l’écrit. La Géographie humaine bat ici des records de longévité grâce à la périodicité de ses rééditions qui en font un classique. Se pose la question de la pérennité, conformément à une idée répandue qu’un livre de géographie est vite périmé. Ce manuel de « géographie classique » s’inscrit dans une littérature de la durée parce qu’il entend constituer un corpus de connaissances allant bien au-delà du suivi de l’actualité, même si l’auteur s’efforce de mettre son texte à jour à chaque réédition. Ce critère différencie en outre, parmi les livres de géographie régionale, ceux qui, par leur justesse d’observation et leur réussite d’écriture, s’imposent comme des « classiques », bien qu’ils n’aient jamais été réédités, comme Le Portugal de Pierre Birot – fameux en raison de sa description jugée réussie de l’équilibre entre société rurale et milieu naturel – ou Le Brésil de Maurice Le Lannou21, et les manuels régulièrement réactualisés comme ceux de Jean Radvanyi sur la Russie ou de Jacques Béthemont sur les États-Unis.

  • 22  Chabot, 1962.
  • 23  Pierre Birot en 1959, André Guilcher en hydrologie en 1965, P.-Ch. Péguy en climatologie en 1961, (...)

14Le septième critère partage les œuvres en fonction de leur titre : traité, précis, cours, manuel. Alors qu’un « traité » apparaît comme plus scientifique, avec vocation de constituer une somme organisant les connaissances, le « précis » est plus modestement « un ouvrage qui passe en revue tous les aspects du sujet de façon exhaustive, et qui permet de retrouver facilement la question sur laquelle on souhaite des éclaircissements22 ». Plusieurs Précis sont publiés à cette époque en géographie physique23 et en géographie humaine, dont deux de P. George, un Précis de géographie rurale et un Précis de géographie économique. La refonte du manuel de Derruau abandonne en 1976 le terme Précis dans son titre, et cette modification, non justifiée, pourrait être liée aux remises en cause disciplinaires des années 1970, comme à l’essor d’un enseignement géographique de masse. L’édition refondue se veut plus pédagogique, de sorte que l’on passe d’un précis normalisateur, qui entendait exposer l’ensemble des connaissances, des modes de raisonnement et le vocabulaire de la discipline, à un manuel normalisé, qui réduit son propos pour le faire correspondre aux cadres d’une littérature de manuels qui est alors en expansion. Le titre de Précis a passé de mode, si ce n’est encore le genre.

15Le huitième critère dépend des projets de l’auteur et de l’éditeur, ainsi que de la paratextualité, c’est-à-dire l’ensemble des moyens mobilisés en marge de l’écriture proprement dite. Il s’agit ici du cahier photographique, des illustrations et de la bibliographie. Le caractère didactique du manuel est souligné par toutes les recensions. À partir de la réédition de 1976, les 4e de couverture arborent des citations de comptes rendus vantant les qualités de l’ouvrage, par des auteurs de génération et d’orientation différentes (Georges Chabot et Marcel Roncayolo). L’éditeur a également renouvelé les couvertures à chaque édition, en suivant les normes graphiques de chaque décennie, artifice destiné à prolonger l’attractivité et par là même la vie de l’ouvrage, au gré des modes éditoriales.

  • 24  Signe de cette confiance en 1958 déjà, Armand Colin avait eu recours à lui pour écrire un manuel s (...)

16Une œuvre relève d’un genre de littérature scientifique en fonction de ces critères, mais pas uniquement. La figure du géographe, ses travaux, son influence dans le monde universitaire, jouent un rôle essentiel dans le processus qui le légitime comme auteur d’un Précis. Pour rédiger un tel livre, l’auteur doit être admis à concourir ! Max Derruau a bénéficié de ce droit d’entrée pour écrire son manuel de géographie humaine24. Sa maison d’édition lui a commandé plusieurs ouvrages, les a réédités et a essayé de les prolonger le plus possible.

La possibilité d’une Géographie humaine

  • 25  « Nous n’avions alors à notre disposition qu’un petit nombre d’ouvrages pour approfondir les quest (...)
  • 26  Derruau dirigera une collection de manuels de l’enseignement secondaire portant son nom aux éditio (...)

17Commande d’un éditeur, le Précis répond au seuil des années 1960 à un manque évident, comme en témoignent l’analyse de la bibliographie et les souvenirs de certains géographes universitaires alors étudiants25. Si, comme discipline scolaire, la géographie compte en effet de nombreux manuels, à l’image des célèbres cours Demangeon26, ceux-ci n’ont pas de traduction au niveau de l’enseignement supérieur.

  • 27  Coordonnées par Pierre Deffontaines et la fille de Jean Brunhes, Mariel Jean-Brunhes Delamarre, la (...)
  • 28  L’ouvrage sera condensé en 1962 sous le titre L’homme sur la terre.

18La première tentative en la matière est due à Jean Brunhes : celui-ci a réalisé, sous la direction de Vidal, une thèse originale (parce que non régionale) sur l’irrigation dans le monde méditerranéen ; il fait paraître en 1911 une Géographie humaine. Cet ouvrage ne peut toutefois être pleinement rangé dans la catégorie des précis et manuels. Il s’agit bien davantage de la présentation d’une méthode fondée sur une démarche analytique destinée à cerner la matérialité des faits géographiques. Bien qu’il ait été rejeté par les autres élèves de Vidal (Albert Demangeon, Jules Sion, Maurice Zimmermann), ses rééditions abrégées27 attestent de son utilisation durant l’entre-deux-guerres. Paul Vidal de la Blache, quant à lui, n’a pas achevé son projet de traité et les chapitres de cet ouvrage inachevé ont été publiés en 1922 par Emmanuel de Martonne dans un recueil intitulé Principes de géographie humaine. Le chef de file de l’École française de géographie durant l’entre-deux-guerres, Albert Demangeon, ne laisse comme héritage synthétique qu’un recueil d’articles, paru de manière posthume en 1942, les Problèmes de géographie humaine. Il ne constitue pas cependant un exposé systématique de la discipline. Au total, si cet héritage de Vidal et Demangeon laisse selon G. Chabot « des pensées profondes et des réflexions judicieuses sur lesquelles notre génération pour une bonne partie a vécu », il ne peut être pour la géographie humaine comparé au Traité de géographie physique (1909) publié par E. de Martonne. Plus tardif (1945), le Guide de l’étudiant d’André Cholley est seulement un ouvrage conçu pour la préparation des toutes nouvelles licence et agrégation de géographie, et son volume n’a pas l’ampleur d’un précis. Bien plus ambitieux, les Fondements de la géographie humaine de Maximilien Sorre relèvent par leur présentation encyclopédique davantage du traité que du manuel28.

  • 29  Max Derruau passe outre ces réserves : « c’est une critique que M. Le Lannou a faite à toutes les (...)

19En 1949, Maurice Le Lannou, dans La géographie humaine, interroge la démarche de la géographie générale dans son ensemble et remet en question l’approche naturaliste et la possibilité même d’une géographie humaine autre que régionale29. Réflexions d’un géographe qui interroge la discipline et propose de centrer son objet sur l’étude de « l’homme habitant », il s’agit là d’un essai bien davantage que d’un traité systématique et en rien d’un manuel. Enfin, si l’on examine l’imposante bibliographie de Pierre George, on trouve, à côté d’ouvrages comme L’Action humaine ou Population et peuplement qui relèvent de l’essai réflexif, des manuels parus dans les années 1960 aux PUF portant sur des domaines spécialisés (géographie rurale, géographie de la population…), mais aucun ne peut prétendre constituer un exposé méthodique de géographie humaine générale.

  • 30  On en trouve un témoignage dans l’autobiographie inédite de Pierre Deffontaines (1894-1978) quand (...)
  • 31  M.-C. Robic dans Comité national d’évaluation, 1989, 31.

20Les années 1950 voient la multiplication de manuels de géographie alors que les années 1930 furent peu favorables à la parution de tels ouvrages. Deux raisons expliquent cette abondance éditoriale. D’abord, la conception de la géographie générale par les post-vidaliens supposait la réalisation de nombreuses thèses de géographie régionale pour apporter les connaissances. La synthèse de celles-ci devait permettre de construire les enseignements d’une géographie générale. Par ailleurs, le contexte éditorial joue en faveur de l’apparition de véritables manuels universitaires ; alors que l’accès aux grandes maisons d’édition se ferme à la géographie dans les années 195030, les géographes cherchent d’autres supports de publications. Ajoutons que le nombre restreint d’étudiants en géographie durant l’entre-deux-guerres n’impliquait pas une forte demande et que la situation change du tout au tout dans les années 1950. Marie-Claire Robic utilise l’expression de « boom géographique » pour caractériser la croissance à la fois des effectifs étudiants en raison des cohortes nombreuses des années 1960, de la démocratisation des études supérieures et de l’augmentation du nombre d’enseignants (triplement des effectifs d’enseignants du supérieur entre 1962 et 1972). G. Chabot « hasardait » en 1963 un chiffre de 7 000 étudiants en géographie, en additionnant les géographes, les historiens recevant un enseignement complémentaire et les candidats aux concours d’enseignement31. C’est une approximation, mais cela constitue assurément un marché émergent. Cette transformation de l’édition explique que les géographes ont trouvé dans le genre du manuel une forme éditoriale leur permettant de produire des livres appuyant leur carrière, et de nombreux maîtres publient alors des ouvrages dans tous les champs de la discipline.

Publier un manuel au « temps des craquements »

  • 32  La bibliographie du Précis compte quatre références à Vidal (deux articles des Annales de Géograph (...)
  • 33  Voir Orain, 2009, 146-147.
  • 34  Vidal de La Blache, 1913, « Des caractères distinctifs de la Géographie », Annales de Géographie, (...)
  • 35  Georges, 1970, Les méthodes de la géographie, Paris, PUF, p. 117.

21La possibilité d’une géographie humaine au début des années 1960 repose d’abord sur ce qu’il est convenu d’appeler, même si la notion est discutée, le possibilisme de la géographie humaine classique. Le livre de Max Derruau est bien, et ce, jusqu’à la dernière édition, un manuel de géographie « classique » renouvelée, actualisée mais confirmée. Le géographe clermontois est en effet un géographe de la troisième génération des post-vidaliens, même s’il ne fait que très rarement référence aux travaux du fondateur de l’École française de géographie32. Toute sa réflexion tient cependant dans une conception possibiliste du regard géographique, faisant la part entre l’influence du milieu et les choix opérés par les sociétés humaines. Le Précis s’ouvre par une préface théorique d’une vingtaine de pages intitulée « Qu’est-ce que la géographie humaine ? ». Le propos répond à cette interrogation épistémologique en retraçant l’histoire de la discipline. Dès cette époque, Max Derruau fait le constat du malaise de la géographie et de son éclatement, avant que P. Claval ne l’énonce en 196433 : « La géographie vient de traverser, au milieu du xxe siècle, une véritable crise : on a pu dire qu’il en existait autant de conceptions qu’il y avait de géographes » (1961, 5). Le paradigme post-vidalien fondé sur l’étude des relations homme/nature, l’individualisation de « régions paysages » fruits d’une subtile alchimie entre les conditions naturelles et humaines, est progressivement remis en cause. La « science des lieux34 » qui, selon Pierre George, s’avère être « plus un art qu’une science35 », n’est peut-être finalement qu’une méthode frappée du sceau de l’empirisme. Les transformations économiques, les travaux menés sur la notion de région, l’exigence d’une réelle réflexion épistémologique enfin, interrogent le paradigme fondateur de la géographie, tant dans ses objets que dans ses méthodes.

  • 36  Cette formule sert de titre à la dernière partie du livre de Meynier, 1969.

22Écrire un manuel au « temps des craquements36 » disciplinaires est donc un exercice délicat : il faut synthétiser les acquis de la géographie tout en intégrant les apports des nouvelles méthodes, assurer l’enseignement tout en s’ouvrant à des renouvellements. Les symptômes de la crise sont identifiés à la place à accorder aux statistiques dans l’information géographique, à l’analyse des faits sociaux, aux théories d’économie spatiale. En Suède des géographes explorent les voies de l’analyse spatiale et P. George fait évoluer les concepts du paradigme classique français. Après examen, notre auteur s’en remet à la définition de Demangeon : « l’étude des rapports des groupes humains avec le milieu géographique ». Tous les chapitres du manuel, quelle que soit leur thématique, reformulent ce postulat. De même, la partition des grands ensembles paysagers correspond à des unités naturelles. Seul le paragraphe sur les systèmes collectivistes obéit à une logique politique.

23Le discours du manuel se fonde sur la présentation pour chaque domaine évoqué d’un grand nombre d’exemples qui participent à la description du monde dans toute sa diversité. La géographie humaine du Précis est bien représentative d’une science idiographique, ancrée dans le concret par les observations du terrain et les informations fournies par une abondante bibliographie. Il s’agit bien de cette « science des lieux » aux yeux de laquelle seule la multiplication des exemples peut permettre aux géographes de satisfaire aux soucis de classification. Témoignage de l’étendue de cette culture géographique, l’exposé d’une grande diversité d’exemples concrets vient toujours nuancer dans l’ouvrage chaque définition préalable. Cette culture participe de la sorte pleinement du raisonnement, car le géographe ne saurait s’affranchir de l’exposé de la diversité des faits. Ainsi, pour présenter les aménagements agraires de la montagne méditerranéenne, Derruau n’évoque pas moins de dix-sept exemples dispersés sur tout le pourtour du bassin méditerranéen. Cette variété permet également la description comparative indispensable à celui qui veut ordonner et classer un matériel géographique dont la diversité semble infinie. Quand il compare les villages de forêts et les villages de savanes en Afrique à l’aide d’exemples empruntés aux travaux de l’agronome René Dumont, il prend soin également d’élargir la comparaison à l’Asie, ce qui lui permet de souligner au passage la rareté des savanes en Extrême-Orient.

24Le souci d’organiser cette diversité ne doit pas occulter l’existence de nombreuses exceptions qui sont autant de témoins de la complexité des faits géographiques, à l’exemple de ces vestiges d’openfields qui viennent en de très rares endroits interrompre le bocage de la campagne anglaise. De la même manière, en présentant la zone équatoriale et tropicale, Derruau prend soin d’évoquer les exceptions introduites par le relief et la présence du volcanisme… Ce souci des nuances, des cas particuliers mais également des dynamiques apporte d’ailleurs des limites aux classifications établies. Dans l’étude des systèmes extensifs traditionnels fondée sur la culture dans le monde intertropical, l’auteur du Précis distingue tout d’abord selon les plantes cultivées, les aspects sociaux et l’habitat, trois groupes (américain, extrême oriental et africain), mais il relativise très vite cette distinction :

Tout compte fait, les échanges d’un continent à l’autre ont beaucoup atténué les différences entre les trois systèmes de culture. Ceux-ci sont rien moins que figés, ils évoluent rapidement et mieux vaut opposer cultures tropicales et cultures équatoriales que cultures asiatiques, africaines, américaines (1961, 223).

  • 37  « Dans toutes les études sur les systèmes agraires de l’Afrique occidentale, on remarque la relati (...)

25Plus loin (p. 231), l’auteur conclut à partir de différents exemples de paysanneries montagnardes d’Afrique occidentale à la relativité de la notion de civilisations agraires face aux mutations des systèmes agraires et aux influences coloniales37. Cette grande diversité d’exemples, l’établissement de typologies, même si les catégories qui les régissent doivent être relativisées, ainsi que le rôle accordé aux éléments du milieu font bien du Précis une expression du paradigme vidalien, la géographie agraire se prêtant bien « à la rencontre des conditions naturelles et de l’arbitraire humain » (p. 209).

26Nécessaire, le facteur physique ne saurait être toujours déterminant et l’auteur de souligner par exemple à la suite de Demangeon « le faible rôle des ressources en eau » comme élément d’explication de la répartition de l’habitat. L’essentiel réside bien en fait dans cette interférence de causalités multiples qui s’exprime en particulier dans le « tout agraire » :

Pour comprendre les inégalités du groupement des maisons, il faut donc rechercher l’origine et l’évolution de la forme d’habitat et mettre cette origine et cette évolution en rapport avec le Tout des conditions agraires dont certains éléments sont à peu près permanents (sol et climat) à l’échelle historique et d’autres mobiles (conditions de sécurité, structure sociale, système de culture) (1961, 331).

27L’exemple du quotidien, immédiatement évocateur, participe également du parti pris pédagogique de l’auteur du manuel. Ainsi, voulant montrer l’influence de limites politiques et administratives sur la création de phénomènes géographiques, le professeur présente le cas d’un village de Corrèze et d’un village du Lot partageant la même gare pour nous révéler que « les habitants du village du Lot migrent vers Toulouse et ceux de la Corrèze vers Paris, en prenant le train au même endroit, preuve que la distance n’entre pas en jeu » (1961, 532). Certes, s’ils sont expressifs, de tels exemples peuvent parfois laisser songeur, par exemple quand, pour souligner la corrélation entre la densité du parc automobile et le niveau de vie, l’auteur indique que les Suisses constituent une exception et qu’à la différence des Français, ils préfèrent « le confort de la maison à la possession d’une voiture ». (1961, 412).

  • 38  Claval, 1974, 11.

28Cette conception du fait géographique suscite quelques réserves de la part de Marcel Roncayolo. Dans un compte rendu du Précis paru dans Sociologie du travail en 1962 il interroge l’auteur sur sa compréhension de l’économie et de la société industrielle. Il invite le géographe qui synthétise brillamment les acquis de la géographie agraire à prendre à bras-le-corps les possibilités offertes par la sociologie et l’économie pour comprendre les mutations en cours. Les autres géographes vantent dans leurs comptes rendus les qualités de synthèse et de nuance manifestées dans le manuel, c’est-à-dire l’affirmation renouvelée de la doxa, et pinaillent pour la forme la définition de tel ou tel terme. Au total, le manuel vient remplir en 1961 une nécessité sans répondre aux questions épistémologiques posées par les prémisses de la crise à venir dans la discipline, sinon par une réaffirmation de la légitimité du cadre vidalien pour analyser le monde contemporain. Paul Claval témoigne d’ailleurs de l’insatisfaction des maîtres-assistants de l’époque face à cette conception de la géographie. Il écrit dans l’introduction de son propre manuel que l’ouvrage de Max Derruau « laisse une impression de mosaïque qui traduit le sentiment général que l’on éprouve alors en fréquentant la discipline38 ».

  • 39  Voir Orain, 2015.

29Le Nouveau Précis de géographie humaine (1969) ne reprend pas la préface épistémologique de 1961 et préfère, dans une note infra-paginale, y renvoyer les étudiants. Après la forte contestation des méthodes d’enseignement (le cours magistral), la remise en cause de l’organisation des cursus de géographie, la critique des impensés théoriques de la géographie classique (politiques, économiques, sociaux ou bien encore de psychologie comportementale) durant la période mai-juin 1968 à l’Institut de géographie de Paris comme dans de nombreux départements de province, suivi des « États généraux de la géographie » en juillet 196839, le débat théorique est si vif que le manuel se cantonne prudemment dans sa fonction de reproduction de savoirs positifs. Dans une introduction de deux pages, Derruau distingue trois écoles de géographie. La première, appelée étrangement « statistique », regroupe en fait les géographes marxistes qui appuient leur travail géographique sur les découpages statistiques. Cette méthode est critiquée, car elle paraît faire fi du cadre naturel. C’est Pierre George et ses élèves (Raymond Dugrand et Bernard Kayser) qui sont visés. La deuxième école est celle de la géographie « classique », qui est légitimée ici en renvoyant aux travaux des géographes tropicalistes, Pierre Gourou et Paul Pélissier, dont les écrits sur les sociétés traditionnelles légitiment l’étude du cadre géographique et du genre de vie. Roger Brunet, avec sa thèse sur les campagnes toulousaines, est présenté comme celui qui a réalisé la synthèse réussie de ces deux approches. Vient enfin la troisième école, celle de l’analyse spatiale :

De tels ouvrages sont trop éloignés de l’étude du support concret pour que nous les considérions comme appartenant à notre discipline. Mais du moins ont-ils l’avantage d’obliger le géographe à réfléchir sur les théories de la répartition. Bien que l’espace qu’ils étudient diffère de l’espace géographique, on ne peut ignorer leur apport fécond (1969, 6).

30Dans les faits, le chapitre sur le maillage urbain reste quasiment identique entre Précis et Nouveau Précis, car dès la première édition, l’apport de cette géographie théorique est signalé en faisant référence aux travaux pionniers de Michel Rochefort sur le maillage urbain de l’Alsace et de la région de Sao Paulo (1961, 505-506). Cette courte introduction a toutefois le mérite de distinguer l’analyse spatiale de la géographie de P. George et de ses élèves. Un glissement s’opère dans les catégories fluctuantes établies par Derruau : en 1961, sous couvert de critique de l’artificialité des découpages statistiques, il repoussait la lecture politique des géographes marxistes ; en filigrane dès 1969, mais plus nettement en 1976, c’est la visée hégémonique de l’analyse spatiale qui est rejetée.

  • 40  Jamin, 2010, 20, pour les deux dernières citations.

31Le dispositif pédagogique du Précis, à travers ses nombreuses rééditions, contourne donc les débats polémiques, expose des démarches opposées sans essayer de résoudre les contradictions. En reprenant la démarche d’histoire des sciences de Bruno Latour, on peut montrer que « les manuels et les traités sont des lieux à controverses moins actives ». « Ce sont des machines à désactiver les controverses, voire à présenter les boîtes sans jamais les ouvrir40 ». La formule avancée et assumée par Derruau sur les questions épistémologiques est celle de l’éclectisme.

Beaucoup de ces tendances peuvent soit se substituer à la doctrine traditionnelle, soit – et c’est le point de vue qui nous paraît le plus juste et le plus fécond – la compléter en éclairant d’un jour nouveau les problèmes qu’elle se pose. (1976, 19).

La géographie progresse par la découverte de nouvelles méthodes mais nul n’a le droit d’imposer ces nouvelles méthodes comme un credo. Que chacun ait sa géographie mais qu’il ne croie pas que sa géographie est la géographie (1976, 5).

  • 41  Ainsi par exemple de tels énoncés : « de toute façon, on serre de plus près la réalité en étudiant (...)

32C’est l’affirmation de la poursuite obstinée de la doxa vidalienne dans l’enseignement, au prix de l’acceptation de l’éclatement de la discipline. La réédition inlassable du manuel de géographie humaine affirme la prééminence, dans la tâche d’enseignement, d’une saisie du « fait régional » (ou humain) sur les débats théoriques41.

33Les dernières rééditions expriment le regard éloigné d’un professeur émérite sur les évolutions de la géographie. Par touches successives, les tendances récentes de la discipline sont résumées et relativisées au regard de ce que Max Derruau estime être leur apport réel à la connaissance. Ainsi pour la géographie culturelle : « comme on le devine, il y a de tout dans la géographie culturelle. La géographie qui s’y consacre peut nous révéler la plus intelligente des études ou la faire sombrer dans la phraséologie » (1996, 64). La réédition suivante ajoute un paragraphe sur la géopolitique. Le jugement est là aussi circonspect et plutôt négatif : « géopolitique en partie subjective que tout cela. L’essentiel est de ne pas évacuer sans examen les originalités régionales qui animent le globe » (1999, 65).

D’un manuel et de son usage

Un même texte, plusieurs armatures

  • 42  Claval, 1998, 293-294. Paul Claval confond cependant les éditions. Le plan qu’il analyse est celui (...)

34Le Précis, dans ses premières éditions, est divisé en quatre sections dénommées « livres » (voir annexe 2). Comme le remarque P. Claval42, le manuel donne la mesure du renouvellement de la géographie au début des années 1960. C’est à partir de la géographie de la population, et de sa science connexe la démographie, que débute l’approche géographique : il utilise les leçons de Max Sorre sur les influences du climat sur les comportements et les données médicales, comme le traitement des données démographiques par P. George. Conformément à une approche qui s’impose dans les années 1950, la présentation de la géographie de la population tient lieu de légitimation scientifique du discours de géographie humaine dans le Précis parce qu’elle appelle le maniement de statistiques et la réalisation de graphiques. Le concept de genre de vie intervient une fois que la dynamique des populations est précisée. Les groupes humains sont analysés selon des critères démographiques (sexe, âge), mais aussi en fonction de leur répartition selon les activités professionnelles en utilisant les catégories de Colin Clark et de Jean Fourastié. La deuxième partie de l’ouvrage s’interroge sur la pertinence de la notion de genre de vie, soumise à une analyse critique, mais en reprend l’idée pour décrire quelques types d’adaptation de sociétés primitives et traditionnelles à leur milieu. Pour pallier ses insuffisances pour comprendre le monde contemporain, l’auteur se réfère aux enseignements des manuels d’économie politique de l’époque (Raymond Barre, Henri Guitton). Les formes d’organisation politique (le rôle des États) en illustrent l’impact géographique. Cette deuxième partie avance des considérations si nouvelles par rapport à la géographie classique qu’elle ne comprend aucune référence explicite sur 36 pages ! La géographie agraire occupe la partie centrale de l’ouvrage (179 pages, soit un tiers du manuel) en trois parties : notions et méthodes, les grands aménagements agraires, les problèmes de l’habitat rural. Il est significatif que seules les questions agraires fassent l’objet de débats notionnels et méthodologiques dans une sous-partie spécifique. La dernière partie rassemble toutes les autres activités non agricoles et les villes. L’insertion de deux annexes sur « la géographie politique et la géographie de l’opinion » et « la géographie humaine appliquée », donne une légitimité et une visibilité universitaire à ces « nouveaux » domaines, comme elle affirme leur spécificité pédagogique et scientifique dans l’enseignement de la discipline.

  • 43  La première édition ne comporte pas de conclusion. Il faut attendre la 3e édition en 1966 pour que (...)
  • 44  Elle ne recule pas devant des approximations proches de la psychologie des peuples et de la théori (...)
  • 45  Cette expression peu assurée ne disparaîtra qu’en 1996 !
  • 46  Robic, 1982.

35Les modifications du plan et les innovations du Nouveau Précis de 1969 étonnent. La préface, on l’a dit, est supprimée. Plutôt que d’enrichir la réflexion sur les structures sociales et professionnelles des populations, une nouvelle deuxième partie intitulée « Races, langues, religions » entend saisir l’intérêt géographique de ces thématiques présentées comme « nouvelles ». Les grands groupes humains et les ensembles culturels sont décrits en détail, mais la réflexion ne va guère au-delà du simple constat de la complexité (« toutes ces superpositions, tous ces chevauchements imposent au géographe un sujet d’étude délicat », p. 73). Dans le livre sur l’économie, plutôt que de réfléchir sur les composantes des économies industrielles et les transformations sociales qu’elle impose, l’auteur préfère compléter le tableau des activités par des chapitres sur la pêche et le tourisme. L’étude de la ville enfin constitue désormais un sixième livre, sans toutefois que le texte initial soit augmenté. À bien des égards, ces deux éditions du Nouveau Précis apparaissent les moins pensées. Le débat épistémologique est écarté au profit de thématiques factuelles. Aucun aspect n’est renouvelé et la bibliographie récente n’est pas exploitée pour enrichir le contenu. Le Précis, déjà, se refusait à conclure43 sur une démarche unifiée : « la géographie humaine apparaît comme une discipline multiforme » (1961, 548). La géographie établit des liens d’interdépendance entre les objets ou entre des « faits géographiques », en prenant en compte les « variations spatiales », mais elle n’a pas à justifier de la causalité. Cette conclusion rapide (une page) et très générale44 est remplacée dans le Nouveau Précis par un texte de six pages, au titre empreint de modestie : « En guise de conclusion45 : l’organisation de l’espace, la notion de région ». La géographie volontaire de Jean Labasse offre un cadre théorique, et quelques thématiques (l’eau, les voies de communication, l’aménagement de l’espace) rassemblent le discours. La région s’impose comme le cadre privilégié de la synthèse géographique et de l’aménagement de l’espace. Cette expression d’organisation de l’espace, dont M.-C. Robic a précisé l’usage en analyse spatiale et en aménagement46, constitue ici un fourre-tout notionnel assez large pour intégrer toutes les démarches. Cette solution/conclusion de facilité restera inchangée durant les six autres rééditions. La réflexion semble ne pouvoir progresser davantage.

36La refonte des Précis dans le creuset d’une nouvelle Géographie humaine est une opération complexe. L’impasse sur les questions épistémologiques n’est plus possible en 1976. Plusieurs publications de géographes de renom ont acté des ruptures conceptuelles. Max Derruau les cite en bibliographie, mais se contente de réorganiser son ancienne préface. Le premier livre reprend des éléments de la préface de 1961, au sein desquels se glissent des chapitres sur les mécanismes explicatifs qui se trouvaient au cœur des anciens Précis. Seule la présentation des notions clefs de l’analyse spatiale est neuve. Le chapitre sur « la géographie humaine traditionnelle » absorbe la discussion sur les genres de vie, « l’approche écologique » les enseignements de Max Sorre, « l’aspect sociologique » la géographie dite des races ! La part du livre traitant de la géographie agraire est stable d’édition en réédition, même si sa proportion tend à se réduire légèrement : d’un tiers dans le Précis, elle diminue à plus d’un quart dans le Nouveau Précis (27 %), pour n’être plus qu’un cinquième (22 %) en 2002. Les cinq autres livres correspondent à l’armature du Nouveau Précis, avec un texte, on le verra, réduit. Les annexes consacrées aux disciplines auxiliaires de la géographie disparaissent.

  • 47  Les références privilégiées sont P. George (9), M. Sorre (7), Roger Capot-Rey (8), Roger Dion (8). (...)
  • 48  « Comme l’a dit R. Capot-Rey, les habitations, comme des gardes-du-corps, font la haie sur le pass (...)
  • 49  Ainsi de tels énoncés : « Pour adopter un terme de P. George » (p. 476).
  • 50  Ainsi « si bien que P. Veyret a pu parler d’élevages “marginaux” ou “la jachère d’altitude et la j (...)
  • 51  La direction du travail de thèse d’un étudiant iranien semble lui avoir permis de se rendre plusie (...)
  • 52  Cette neutralité n’est pas indifférence. Ainsi en 1961 de cette note : « l’immigration de Nord-Afr (...)
  • 53  En reprenant les termes de l’analyse de cette écriture géographique réaliste faite par Orain, 2009 (...)
  • 54  « On trouvera des éléments de statistiques courantes », note récurrente de la bibliographie inséré (...)

37Analysons enfin le style du manuel. L’auteur n’apparaît jamais et n’effectue pas de référence constante aux sources qu’il utilise. On compte 121 références dans l’édition de 1961, sur 511 pages (sans la préface), soit une toutes les cinq pages. Encore ne sont-elles pas distribuées régulièrement : le chapitre sur « les grands aménagements agraires de la zone équatoriale et tropicale » (24 pages) ne compte que trois références ; six références pour la zone méditerranéenne (20 pages). Sur les 52 auteurs cités, 35 ne le sont qu’une seule fois : ce sont des exemples étayant l’exposé47. La citation d’un auteur apporte une expression imagée48, donne une définition49, précise une nuance terminologique50. Il emprunte enfin (surtout à P. George) des typologies permettant de classer l’information. Le texte ne renvoie pas à des sources en notes, mais les référence en bibliographie. Il s’agit à la fois d’une posture réaliste, car le géographe veut établir le primat des faits sur le traitement de l’information, « réifiant » en quelque sorte cette dernière, comme de la posture du professeur qui « fait la classe » et qui domine son sujet et ses sources. Le lecteur attentif comprend que certains exemples ont été observés et sont retranscrits, de manière évidente pour Clermont-Ferrand qui revient souvent, mais aussi étonnamment pour l’Iran51. S’il connaît les ancrages de l’auteur, il comprend pourquoi le bourg languedocien de Capestang a bénéficié jusqu’à la dernière édition d’une photographie aérienne : chaque géographe construit son rapport au monde à partir d’un lieu privilégié. La neutralité prédomine cependant. On ne trouve aucune adresse spécifique au lectorat étudiant : la volonté est de s’en tenir à un discours magistral, cultivé et savant. L’actualité n’est que rarement évoquée et toujours en lien avec des considérations géographiques : les opérations militaires de la guerre d’Algérie parce qu’elles accélèrent la fin du nomadisme (1961, 130), le mouvement Poujade en raison de ce qu’il révèle du commerce urbain (1961, 392)52. Enfin plusieurs références littéraires classiques (Pascal, Virgile, Balzac) ou contemporaine (Sinclair Lewis) révèlent un professeur de faculté des lettres. La position réaliste est toujours affirmée par cette neutralité stylistique et cette posture d’écriture impersonnelle53. L’autorité des statistiques de l’information de base du géographe qui est appuyée en bibliographie par des caractères gras participe de ce régime d’écriture54.

Orienter, illustrer, donner à voir : le fonds documentaire

38Le Précis fournit une bibliographie de neuf pages, organisée en neuf sections (voir annexe 1). Les références sont essentiellement françaises, complétées de titres dans les langues scientifiques communes à sa génération : l’anglais et l’allemand. On retrouve la plupart des thèses d’État de géographie soutenues depuis les années 1930 et des articles très divers, la synthèse professorale s’appuyant sur des études régionales. Les trois rééditions du Précis n’ont de neuf que leurs suppléments bibliographiques. À côté des mises à jour de contenu (sur l’avancée de la collectivisation par exemple), et des compléments de l’information régionale, l’auteur signale des articles de fond, comme celui d’Étienne Juillard sur la région, celui d’Yves Lacoste sur le Tiers Monde, et les thèses nouvelles (B. Kayser, R. Brunet). Alors que le Nouveau Précis délivre une copieuse bibliographie de douze pages, la Géographie humaine revient à des dimensions plus raisonnables pour des étudiants. Le manuel renonce à des listes exhaustives, et renvoie le lecteur intéressé vers d’autres sources. Les bibliographies postérieures essaient de se tenir à jour des publications récentes, toutefois désormais exclusivement françaises.

  • 55  L’impression en noir et blanc n’aide pas !
  • 56  D’abord la Royal Dutch Shell, puis Siemens en 1976, le groupe Hanson en 1995, et enfin Fiat de 199 (...)

39Le Précis comporte des illustrations (voir annexe 1). Il faut bien reconnaître que les documents ont vieilli plus rapidement encore que le discours55 et ils n’ont été actualisés que tardivement et à la marge. Des exemples sont continuellement repris d’édition en édition, tardivement actualisés avec des données et des codes graphiques modernes : le trafic routier autour de Bordeaux ou la mesure des migrations alternantes autour de Toulouse par une carte d’isochrones sont présents depuis 1969. La structuration des grandes entreprises est illustrée par différents exemples56. Dans les dernières éditions, les documents les plus datés sont enfin supprimés ou remplacés. On peut reconnaître ici que chaque enseignant a ses documents fétiches et accuser le manque de soin de l’éditeur qui dispose de fonds pour traduire le livre en grec, mais n’aide pas l’auteur à actualiser les illustrations de son manuel.

  • 57  24 photos aériennes d’IGN, 3 d’Algérie, 4 sur le Portugal, 18 en tout sur le monde méditerranéen.

40La marque de l’auteur se voit également par les observations et le cahier photographique. En bon géographe, il a voyagé et observé. On comprend qu’il a été en Australie, au Japon, en Italie, qu’il a vu l’Elbrouz côté iranien et soviétique. Le Précis contient un cahier d’illustrations hors texte : 19 des 61 vues sont de l’auteur. Pour le reste, il s’agit essentiellement de photos des colonies françaises57. Cela est représentatif du fonds documentaire qu’utilisaient les géographes français de l’époque pour construire leur enseignement. Cette documentation photographique demeure inchangée dans les deux éditions du Nouveau Précis. Il n’y a que vingt-trois photos dans l’édition de 1976, dont cinq sont de l’auteur. Elles montrent des espaces en mouvement : la rade de Sidney, Brasilia, Chicago. Le resserrement du manuel s’accompagne d’un appauvrissement de l’illustration à caractère personnel : dans la 8e édition, il ne reste du fonds de diapositives du géographe qu’une vue intemporelle du bocage normand, alors qu’apparaissent les images captées sur internet.

Un manuel pour quel public et pour quels usages ?

41Le manuel correspond exactement à la définition d’un précis, c’est-à-dire le passage en revue de tous les sujets de façon exhaustive qui permet de retrouver aisément la question sur laquelle on veut des éclaircissements. Le plan très abrupt, qui ne justifie aucune partition, s’explique par le souci de permettre à l’étudiant de se repérer. La manipulation de ce pavé n’est cependant pas difficile, précisément en raison d’une table des matières très analytique qui hiérarchise les connaissances en six degrés dans le Nouveau Précis. Le nouveau manuel simplifié de 1976 réduit le nombre de marches à quatre. C’est en somme un manuel commode dont on peut tirer tous les tiroirs pour trouver de l’information.

  • 58  Ainsi Maurice Wolkowitsch : « ce nouvel ouvrage rendra les plus grands services » (Wolkowitsch, 19 (...)

42L’ouvrage permet des renvois partiels autant qu’il fournit des exemples complémentaires à un cours. Étudiants et enseignants y trouvent des précisions terminologiques et une clarté d’exposition. Différents comptes rendus saluent d’ailleurs dans les années 1960 la parution de l’ouvrage pour ces qualités pédagogiques58. La ruraliste Françoise Plet regrettera plus tard l’appauvrissement engendré par un usage « utilitaire » :

  • 59  Plet, 2003, 49-50.

Cet important Précis […] a été durant plusieurs décennies la référence des enseignements en géographie humaine, donc l’outil de reproduction des idées et celui des simplifications pédagogiques. C’est un ouvrage pourtant extrêmement riche en termes de culture géographique et de nuances qui prennent tout leur sens dans une lecture approfondie. Malheureusement il a surtout été l’objet de lectures utilitaires et rapides59.

  • 60  Ainsi de ce passage où, après avoir rejeté le racisme, M. Derruau s’enferre pourtant dans une disc (...)

43On doute en effet que beaucoup de lecteurs aient lu l’ouvrage in extenso. Le plan très compartimenté a pour conséquence d’individualiser très nettement de véritables best-sellers, en particulier les chapitres sur la géographie agraire et l’habitat, alors que d’autres parties ont pu devenir obsolètes, voire rancies60. Ainsi le manuel fournit-il une ressource toujours disponible.

  • 61  Ce travail est en cours.

44L’index constitue la nouveauté pédagogique du Nouveau Précis. Il favorise la consultation partielle de l’ouvrage pour préciser un terme ou vérifier une explication de localisation. Il compte 2 513 entrées, 166 termes techniques sont référencés et 318 définitions sont données. 79 questions sont signalées comme importantes (avec pagination en caractères gras). Cela renvoie à la nécessité de préciser les termes et leur usage pour les étudiants, alors que la géographie ne disposait pas de dictionnaire avant celui de P. George en 1971. Les définitions concernent surtout des termes techniques qui sont des emprunts à des disciplines auxiliaires, essentiellement la démographie, et des techniques modernes comme la logistique, et de nombreux termes vernaculaires dont on précise l’usage en géographie. Cette tentative pédagogique n’est que partiellement concluante, car de nombreuses entrées fléchées sont autant de fausses pistes qui renvoient à une simple évocation dans une démonstration plus large. De quoi égarer plus d’un étudiant ! Comme l’exposé didactique s’appuie sur une vaste culture pour montrer la pertinence des notions, la somme des lieux et des régions référencés mériterait à elle seule une étude particulière61. Le manuel remanié en 1976 renonce à cet index prolixe (26 pages !) et guère utilisable.

L’inusable usuel ?

Un manuel de pérennité : rééditer ou réécrire

45À partir de 1991, désormais déchargé d’obligations universitaires, Max Derruau se remet à la réécriture de son manuel de géographie humaine. Pourquoi ? On peut faire l’hypothèse que la traduction en grec le conduit à réviser son texte, et Armand Colin en profite pour le rééditer. Non sans une certaine précipitation, car comment justifier des rééditions (et non des réimpressions) aussi rapprochées (1991, 1995 et 1996), alors que l’armature du livre et le texte de nombreux chapitres restent identiques depuis 1961 ? La comparaison des éditions montre pourtant des ajouts, une actualisation de certaines données, une mise à jour de l’information. Elle est évidente quand une sous-partie est introduite (ainsi pour l’épidémie du sida, qui est étudiée à partir de 1991 dans un nouveau paragraphe, actualisé dans les éditions suivantes) ou quand elle correspond à des basculements géopolitiques (la fin des régimes communistes). Elle est plus discrète mais bien présente tout au long du texte, où l’auteur ajoute des demi-phrases, des nuances, des annotations sur tel ou tel cas. De telles retouches supposent une vraie relecture du texte, et implicitement une validation de son contenu qui paraît toujours valable à son auteur, trente ans après sa première rédaction.

46L’édition refondue de 1976 avait imposé un élagage du texte. Les rééditions manifestent le souci didactique du professeur qui transmet les résultats des recherches géographiques, du moins encore en 1991. Il privilégie toujours la réflexion sur les structures agraires. Il avait exposé en 1961 l’ensemble des processus de création et des transformations du paysage méditerranéen. Les mutations lentes des structures paysagères appellent peu de retouches, même après deux décennies. D’édition en réédition, par exemple, le déclin de la coltura promiscua se précise. Ce complexe paysager est décrit dans un chapitre du Précis, repris dans le Nouveau Précis, mais Derruau a taillé dans les explications historiques et la discussion de paysages similaires en Kabylie ou dans l’Agenais. Le pronostic est déjà clair en 1976 : « la véritable coltura promiscua est en fort recul » (1976, 183). Le diagnostic s’aggrave en 1991 (« le système est en pleine crise », p. 200). Il ajoute une remarque sur le vignoble du lambrusco qui permet de maintenir ce paysage en Émilie. La région est comparée au Minho portugais avec son vinho verde, dans une note caractéristique d’observations faites par un auteur (1991, 200). La même édition compare les remembrements agraires en France et en Allemagne (p. 158). En 1976, la transformation des systèmes agraires appelle une réflexion sur ses conséquences sur la société rurale, que l’auteur résume dans une réflexion un peu courte sur « la démographie dans la géographie agraire » (p. 143). Un nouveau chapitre plus efficient portant sur les deux révolutions agricoles le remplace en 1991 et présente « l’agriculture développée ». Le spécialiste de géographie agraire expose les processus d’intégration et de spécialisation de l’agriculture dans des filières de production. La modernisation agricole et son corollaire, l’endettement des exploitants, le laissent perplexe : « le développement n’apporte pas toujours des résultats idylliques » (1991, 162). En 1999, il s’efforce de débroussailler le maquis des orientations agricoles, par exemple les OGM, les contrats territoriaux d’exploitation (CTE), les tensions sur la qualité, les « prêts bancaires warrantés sur la récolte » (p. 160). En 2002, il doute de l’efficacité d’un encadrement administratif des exploitations agricoles par les mesures agro-environnementales. Les différents ajouts montrent l’intérêt toujours vif du géographe pour ces questions, tempéré toutefois d’un certain scepticisme devant la complexification de l’économie agricole qui l’éloigne des structures agraires.

47Les réécritures successives du chapitre consacré aux moyens de communication illustrent le regard de la géographe classique sur cette forme éminente de modernité. Le Précis utilise encore le terme de télétransmission, qui est supplanté dans le Nouveau Précis par télécommunication. Fidèle à son approche de la matérialité des faits géographiques, l’auteur explique les conditions d’édification des réseaux, d’abord le franchissement des distances qui représente un défi pour l’Australie et l’importance des câbles pour l’Empire britannique. Sur un autre aspect, il relève que, dans les années 1960, la densité téléphonique correspond à un haut niveau de vie (Scandinavie, États-Unis, Canada), et en 1976 évoque les obstacles au comblement de son retard par l’Europe occidentale, surmontés en 1991. Il signale l’importance des points hauts pour les relais de télévision et la couverture essentiellement urbaine de la télévision dans les pays pauvres. En 1976, il remarque que l’invention du télex permet de mesurer le niveau de l’activité tertiaire d’une ville et les rapports entretenus entre une ville et sa région, grande problématique de la géographie de l’époque. Il ajoute en 1991 un court paragraphe consacré au téléfax et au minitel dont il annonce la diffusion à l’étranger. En 1996, une ligne signale l’apparition d’internet (« On parle aujourd’hui d’“autoroutes de l’information” que représente le réseau de télétransmission Internet », p. 364). Il réécrit ce passage en 1999 en chassant le mirage minitel et consacre deux paragraphes à la diffusion d’internet et du téléphone portable (p. 344), dont il croit pouvoir prédire, en 2002, la saturation du marché (p. 346). Dans cette description de la diffusion continue des canaux d’informations, on remarque l’effort de compréhension de chaque réseau, jusqu’au plus novateur : on a « remplacé les infrastructures linéaires par un réseau à deux dimensions, fertile en entrecroisements, le “web” » (1999, 346).

  • 62  Soyons honnêtes, pas toujours. Ainsi, parmi tant d’autres, le chapitre 5 du livre V sur la circula (...)
  • 63  Lors de la reparution de 1987, c’est la centrale de Chinon qui figure sur la couverture.

48Ainsi la plupart des retouches sont-elles des mises à jour des exposés de situations62. Cette volonté de rendre compte de « l’espace concret » se manifeste dans la traque de la nouveauté dans les activités humaines, les moyens de communication, l’organisation des filières industrielles, la structuration des grands groupes et les modes de transports. La dynamique de l’espace est guidée par la modernisation des infrastructures et l’expansion : les grands canaux, les grands bateaux, ponts et tunnels les plus longs, les trains à grande vitesse ou l’atome63. L’« espace concret » apparaît asservi à la modernité technique. Jusqu’à envisager les conséquences de l’avion à décollage vertical sur les formes urbaines, hypothèse envisagée en 1976 et maintenue jusqu’en 2002 (p. 348) !

  • 64  La collection « U », dirigée par Ph. Pinchemel. On ignore le nom du directeur de collection qui a (...)
  • 65  Des livrets à destination des étudiants d’écoles d’architecture mentionnent encore cette partie da (...)
  • 66  Ainsi en est-il de l’analyse des effets du calendrier agricole dans le fonctionnement d’une vallée (...)

49Peut-on avancer des raisons à la longévité de ce manuel ? Il a de toute évidence constitué un pôle de stabilité disciplinaire pour l’enseignement de la géographie, en intégrant avec prudence au fil des rééditions les innovations et ruptures épistémologiques. Son souci principal est didactique et semble vouloir garantir, par sa seule existence matérielle, une cohérence à la discipline. On ne peut ignorer également l’intérêt que représentent pour Armand Colin un tel manuel et un auteur habitué à une révision régulière. Ce livre passe d’ailleurs d’une collection à l’autre64. Et l’on peut sans doute supposer que c’est la troisième partie consacrée à la géographie agraire, particulièrement riche en exemples et en vocabulaire, qui fut la plus utilisée et recommandée par les enseignants. Le chapitre sur l’habitat rural offre la meilleure synthèse disponible de la méthode de Jean Brunhes65. Ainsi ces deux écoles de géographie humaine (celles de J. Brunhes et d’A. Demangeon), qui s’étaient séparées dans les années 1910-1920, sont-elles réconciliées par l’écriture syncrétique d’un manuel66. Le chapitre sur « Les raisons de la répartition des hommes » est une synthèse réussie de l’enseignement de Max Sorre et de nombreux manuels actuels l’utilisent, parfois sans s’y référer explicitement… Même des enseignants novateurs pouvaient le recommander pour sa présentation de la doxa vidalienne, y compris s’ils entendaient la rejeter. Ces sections expliquent à elles seules les reparutions successives, quitte à des recommandations de prudence sur d’autres chapitres de la part des enseignants. C’est un classique du catalogue éditorial que l’on réimprime car il continue de se vendre, peut-être surtout aux bibliothèques.

Un manuel en décalage avec les évolutions des études universitaires

50Il n’en est pas fait mention dans le manuel, mais il est évident que le Précis s’entend comme un manuel pour les étudiants de licence et les candidats à l’épreuve orale de géographie générale des concours de l’enseignement. Cette position le place en porte-à-faux à l’égard des réformes successives des premières années universitaires, la création du DEUG et des licences professionnelles. La disparition des intitulés classiques des cours du type « Géographie humaine 1re année, 2e année, etc. » au profit d’appellations plus « sophistiquées » éloigne l’enseignement universitaire de la géographie humaine générale proposée par Max Derruau.

51Dans l’esprit de la loi Faure de novembre 1968, la pédagogie par documents remplace progressivement les cours magistraux dans l’organigramme des enseignements et les exemples observés par le professeur s’effacent au profit des documents commentés. Les photocopieurs autorisent la reprographie d’une documentation variée pour les travaux dirigés, au-delà des seules cartes topographiques. Ces innovations créent une nouvelle attente étudiante sur les manuels et rendent l’ouvrage de Derruau obsolète comme objet et désuet dans le discours. Dans les années 2000 apparaissent des collections à vocation pédagogique comme des compendiums (La géographie pourquoi ? comment ?), des dictionnaires, des lexiques (Les 100 mots de la géographie), des mémentos, et des abrégés pour la géographie (Initiation à la géographie), comprenant des études de cas, rassemblant de nombreux documents. Les maisons d’édition sont inventives pour fournir un marché captif et habitué au zapping. La structure du livre de Max Derruau s’éloigne donc progressivement des pratiques de l’enseignement. Les auteurs de ces manuels sont soit des universitaires en début de carrière, soit (le plus souvent) des professeurs de classes préparatoires aux grandes écoles littéraires. Un constat est significatif : alors que la collection « Max Derruau » de manuels du secondaire était rédigée par une équipe de professeurs de classes préparatoires sous la houlette du maître universitaire qui avait publié un Précis, ce sont les manuels universitaires actuels de géographie humaine qui sont désormais conçus par des professeurs de classes préparatoires. Compétence pédagogique assumée des enseignants de khâgne ou « secondarisation » des premières années universitaires ? Faible valorisation de tels manuels dans l’évaluation des enseignants-chercheurs ? Modification des contenus de l’enseignement ? Prudente réserve des universitaires devant l’écriture d’une synthèse exigeante ? Ajoutons enfin que les critères qui présidaient à la rédaction du manuel ont changé. Ils correspondaient à une conception d’un enseignement très magistral, avant les discussions sur les « maquettes » universitaires, la parcellisation des formations, la semestrialisation des cours qui induit des séquences d’enseignement fragmentées et parfois prématurément spécialisées.

Une géographie fossilisée ?

  • 67  On lit pourtant en 2002 sur la 4e de couverture : « Les sept éditions précédentes ont été chaque f (...)
  • 68  Les archives de l’éditeur se sont apparemment perdues dans des déménagements et les héritiers de M (...)

52Depuis les différents comptes rendus des années 1960, on ne dispose d’aucun indice sur la réception des différentes rééditions. La refonte de 1976 n’est signalée, à notre connaissance, dans aucune revue67. C’est un signe de la banalisation du manuel qui est utilisé sans être interrogé. Seules les republications et rééditions régulières indiquent que le manuel continue de se vendre. On ignore le nombre total d’exemplaires vendus68. Il doit être considérable. On suppose que la courbe des ventes suit une forme de cloche, avec un maximum dans la première moitié de la décennie 1970.

  • 69  Pérouse, 1997.
  • 70  Orain, 2009, 261.
  • 71  Pitte, 1998.

53C’est d’outre-Atlantique, où Max Derruau fut plusieurs fois professeur invité, que la réédition de la Géographie humaine est contestée en 1997. Le coup de pied de l’âne est lancé – de loin – par Jean-François Pérouse qui étrille la reparution du livre dans les Cahiers de géographie du Québec69. D’emblée, Derruau est classé comme un « éminent morphologue », façon de l’exclure de la communauté des spécialistes de géographie humaine. Ainsi nous jugeront nos descendants… Il s’agit à bien des égards d’« une phase de liquidation symbolique70 » de la géographie classique que le jeune universitaire toulousain (né en 1964) opère dans ce réquisitoire. Le programme de la géographie humaine conçu par le manuel est jugée révolu, le propos perpétuant « ambiguïtés, naïvetés et erreurs ». Le vocabulaire est jugé flottant : la pièce à conviction présentée est l’accent circonflexe hésitant de technopole, argument bien peu sérieux quand on se rappelle que le manuel a servi pendant des décennies à préciser les termes de géographie rurale ! En final du compte rendu, le géomorphologue est renvoyé à « une géographie fossilisée ». Les mots de l’accusation ne reprennent pas pour rien les termes de la géographie physique : c’est la géographie classique et son lien maintenu avec le cadre naturel qui sont rejetés. Qu’importent les nombreuses approximations et la pertinence des arguments de J.-F. Pérouse : la nouvelle génération d’universitaires ne mentionnera plus le manuel dans ses bibliographies. Les Annales de géographie réparent l’année suivante l’outrage fait à un maître sous la plume de Jean-Robert Pitte71 qui célèbre en Max Derruau un géographe humaniste. Directeur des Annales de géographie, professeur à Paris IV et président de la Société de géographie de Paris, à l’orientation plutôt conservatrice, J.-R. Pitte vient défendre à travers cet hommage une conception « néo-classique » de la géographie humaine, affirmant la validité des notions et des concepts hérités des travaux des anciens maîtres pour comprendre le monde contemporain et tenant à distance toute approche théorique ou quantitative. Cependant, si J.-R. Pitte loue la sagesse, la clarté et la pédagogie de Derruau, en insistant sur les nombreuses rééditions depuis 1961, il rédige davantage un compte rendu honorant l’ensemble de l’œuvre qu’une véritable appréciation de la dernière édition.

Des raisons de l’abandon d’un genre

  • 72  Ketele, 2010, cité par Chambost, 2010, 27.
  • 73  Une des raisons tient à la réception difficile de l’analyse spatiale parmi les géographes français (...)

54Les recherches sur la pédagogie universitaire ont montré que l’objet essentiel de l’enseignement universitaire est la diffusion des savoirs produits par les universitaires eux-mêmes, et il consiste à transmettre à l’étudiant un « capital de connaissances72 ». De producteurs, les professeurs sont devenus progressivement des diffuseurs de savoirs : Max Derruau exerça avec son manuel ce rôle de passeur du vaste savoir de la géographie classique. La force de cet ouvrage tient avant tout à la culture manifeste de son auteur qui agit comme un sur-moi professoral qui exerça longtemps tout son attrait. Ainsi ce livre a-t-il joué pleinement cette fonction de reproduction des savoirs. Ses refontes successives ont assuré sa longévité, ce qui lui a permis de servir de référence à au moins deux générations d’enseignants et par là à de nombreux étudiants. La fin du primat de la géographie classique au début des années 1970 s’inscrit dans une rupture épistémologique qui voit apparaître de multiples écoles (analyse spatiale, géographie sociale, géographie théorique) ; ce changement de paradigme n’a cependant pas interrompu l’itinéraire du manuel dans les bibliographies et comme support de cours. Pour autant, la composition de ce livre relève bien des contraintes propres au genre manuel, qui ont renforcé notamment les tendances à l’absence de questionnement et au caractère encyclopédique de la géographie dite « classique ». Cette rémanence éditoriale s’explique également par le fait que les spécialistes français de l’analyse spatiale n’ont pas écrit de véritable manuel synthétique comme l’a fait le Britannique Peter Hagget73, même si, pour combler cette lacune, P. Pinchemel a fait traduire son Analyse spatiale en géographie humaine (dont une partie des tirages est allée au pilon, faute de ventes). Paul Claval avec ses Éléments de géographie humaine (1974) et Philippe Pinchemel avec La face de la Terre (1988) ont essayé de renouveler le genre du précis de géographie humaine, en concevant leur ouvrage autour de la présentation de connaissances théoriques, plutôt que de proposer des typologies de savoirs « positifs ». Ces manuels de substitution n’ont pas réussi à s’imposer.

55Ainsi Max Derruau fournit-il l’exemple finalement unique d’un géographe dont le magistère s’est appuyé sur sa production pédagogique. Sa figure peut être confrontée à d’autres auteurs ayant écrit de nombreux manuels (P. George, P. Claval, Gabriel Wackermann), même si chacun d’entre eux suit une stratégie éditoriale différente. Max Derruau n’a pas multiplié le nombre de manuels, mais a réécrit inlassablement ses deux ouvrages de référence. D’autres géographes ont cherché à occuper un maximum de domaines, soit pour y exercer une influence intellectuelle (P. George, P. Claval), soit pour profiter du marché captif des candidats aux concours d’enseignement. Un relativisme temporel affecte aujourd’hui la lecture de l’ouvrage de Derruau. Elle n’est fructueuse que si on lit l’édition originale en la situant dans son contexte, celui de la géographie post-vidalienne ou alors dans la comparaison des éditions, pour montrer l’essai toujours remis sur le métier d’un géographe cherchant à comprendre le monde.

Haut de page

Bibliographie

Recensions du manuel de Max Derruau

Chabot, G., 1962, « Derruau (Max), Précis de géographie humaine, 1961 », L’Information géographique, 26/2, p. 88-89.

Meynier, A., 1970, « Max Derruau. Nouveau Précis de Géographie humaine », Norois, 65/1, p. 92-93.

Pérouse, J.-F., 1997, « Derruau, Max (1996) Géographie humaine, 6e édition mise à jour », Cahiers de géographie du Québec, 41/113, p. 251-252.

Pitte, J.-R., 1998, « Max Derruau, Géographie humaine », Annales de Géographie, 107/599, p. 98.

Robert, J., 1962, « Max Derruau. — Précis de Géographie humaine », Norois, 34/1, p. 218-219.

Roncayolo, M., 1962, « Max Derruau, Précis de Géographie humaine », Sociologie du travail, no 4, p. 409-410.

Veyret-Verner, G., 1962, « Derruau (Max). — Précis de géographie humaine », Revue de géographie alpine, 50/4, p. 672-673.

Wolkowitsch, M., 1965, « M. Derruau, Précis de géographie humaine », Méditerranée, 4, p. 316-317.

Autres travaux

Bataillon, C., 2009, Géographes Génération 1930, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Birot, P., 1950, Le Portugal, Paris, Armand Colin.

Chambost, A.-S., 2010, « Premiers jalons pour une histoire des manuels de droit », dans Chambost, A.-S. (éd.), Histoire des manuels de droit, Paris, Litec, p. 25-32.

Charvet, J.-P., Sivignon, M., 2002, Géographie humaine. Questions et enjeux du monde contemporain, Paris, Armand Colin.

Claval, P., 1974, Éléments de géographie humaine, Paris, Librairies techniques.

Claval, P., 1998, Histoire de la Géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan (Université).

Comité national d’évaluation, 1989, La géographie dans les Universités françaises. Une évaluation thématique, 256 p.

Fel, A., 1990, « Max Derruau et la géographie globale », dans La terre et les hommes : mélanges offerts à Max Derruau, Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand, p. 7-22.

Fel, A., 1997, « Les racines de la géographie à l’Université de Clermont-Ferrand », dans Bordessoule, E. (coord.), numéro spécial de la Revue d’Auvergne, De la dynamique des territoires. La géographie à l’Université Blaise Pascal, p. 44-55.

Hakim, N., 2010, « Les genres doctrinaux », dans Association française pour la recherche en droit administratif (éd.), La doctrine en droit administratif, Paris, Litec, p. 147-168.

Jamin, C., 2010, « Le droit des manuels de droit ou l’art de traiter la moitié du sujet », dans Chambost, A.-S. (éd.), Histoire des manuels de droit, Paris, Litec, p. 9-25.

Ketele (de), J.-M., 2010, « La pédagogie universitaire : un courant en plein développement », Revue française de pédagogie, 172, en ligne : http://rfp.revues.org/2168, consulté le 28 avril 2016.

Lageat, Y., Thouret, J.-C., 2004, « Hommage à Max Derruau (1920-2004) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3, p. 255-260.

Le Lannou, M., 1955, Le Brésil, Paris, Armand Colin.

Meynier, A., 1969, Histoire de la pensée géographique, Paris, PUF.

Orain, O., 2009, De plain-pied dans le monde. Écriture et réalisme dans la géographie française au xxe siècle, Paris, L’Harmattan.

Orain, O., 2015, « Mai 68 et ses suites en géographie française », Revue d’histoire des sciences humaines, 26, p. 209-242.

Plet, F., 2003, « La géographie rurale française, quelques jalons », Sociétés contemporaines, 1, p. 85-106.

Renard, J., 2008, « Pierre George et la géographie rurale ou la géographie rurale de Pierre George », Cahiers de géographie du Québec, 52/146, p. 287-293.

Robic, M.-C., 1982, « Organisation de l’espace. Contribution à l’étude de la genèse et des significations de l’expression », Documents pour l’histoire du vocabulaire scientifique, Publications de l’INALF, p. 69-101.

Robic, M.-C., 2001, « Le “val” comme laboratoire de géographie humaine ? Les avatars du Val d’Anniviers », Revue de géographie alpine, 7, p. 67-94.

Haut de page

Annexe

Annexe no 1 : Les différentes éditions de la Géographie humaine de Max Derruau

Titres

Dates

Éditions

Pages

Bibliographie (nombre de références)

Nombre de figures

Précis de géographie humaine

1961

1re

572

321

61

1963

2e

576

321

61

1966

3e

576

321+ supplément de 23 références

61

Nouveau Précis de géographie humaine

1969

1re

430

440

61

1971

2e

430

472

61

Géographie humaine

1976

3e

466

109

23

1991

4e

467

189

23

1995

5e

447

209

23

1996

6e

447

221

23

1999

7e

572

283

26

2002

8e

576

265

26

Annexe no 2 : Les tables des matières des éditions de la Géographie humaine

Titres

Partitions de l’ouvrage

Nombre de parties

Nombre de chapitres

Précis de géographie humaine

1961 – 1963 – 1966

Préface (30 pages)

-

5

I Géographie de la population

-

4

II Les Genres de vie, les mécanismes et systèmes économiques

2

4

III Géographie agraire

3

9

IV Les activités non agricoles

4

14

Conclusion (1 page, à partir de 1966)

1. La géographie politique et de l’opinion (14 p.)

4

2. La géographie humaine appliquée (9 p.)

2

Nouveau Précis de géographie humaine

1969 – 1971

Introduction (2 p.)

I Géographie de la population

-

4

II Races, langues religion, États

-

4

III La notion de genre de vie, les mécanismes et systèmes économiques

2

4

IV Géographie agraire

3

9

V Les activités non agricoles

4

9

VI La ville

-

5

« En guise de conclusion : l’organisation de l’espace, la notion de région »

Index (26 p.)

Géographie humaine

1976 – 1991 – 1995 – 1996 – 1999-2002

I La tradition et les nouvelles approches

5

II Géographie de la population

4

III Géographie agraire

8

IV Les activités non agricoles : pêche, industrie, commerce, tourisme

3

V Les activités non agricoles : la circulation

6

VI La ville

5

« En guise de conclusion : l’organisation de l’espace, la notion de région »

Haut de page

Notes

2  Max Derruau est né en 1920 à Capestang (Hérault) et décédé en 2004 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

3  À ces nombreuses rééditions s’ajoutent deux reparutions avec changement de couverture effectuées en 1979 et 1987, de sorte que l’on compte treize variantes du livre.

4  Lageat, Thouret, 2004.

5  Fel, 1997, 50.

6  Cette géographie repose sur le paradigme d’un déterminisme du milieu naturel tempéré par les choix et le bagage technique des différents groupes humains, souvent en segmentant l’analyse des causalités aux dépens d’une approche intuitive de l’objet géographique que l’on trouve dans les écrits de Vidal de la Blache. Elle est dite « post-vidalienne » lorsqu’elle est rédigée par les premiers disciples de Vidal ou les deux générations suivantes de géographes.

7  Chabot, 1962, 88.

8  Robert, 1962, 218.

9  Fel, 1990, 7-14.

10Précis de Géomorphologie, Paris, Masson, 396 p.

11L’Europe, Paris, Hachette (Les cinq parties du monde), 604 p.

12  Fel, 1990, 14.

13  Dans une lettre adressée à Max Sorre en 1962, il reconnaît avoir composé son manuel avec le souci de suivre les programmes de l’époque. Document aimablement communiqué par Dylan Simon, doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

14  Plusieurs comptes rendus saluent ce tour de force.

15  De nouvelles approches du découpage régional, du fait urbain, des flux matériels et immatériels, de la compréhension des phénomènes socio-spatiaux ou de la géographie appliquée.

16  Bataillon, 2009, 90.

17  Sa bibliographie compte 72 références, dont de nombreux ouvrages, l’organisation de colloques et de commissions de vulcanologie à l’Union géographique internationale (UGI), ainsi que des collaborations prestigieuses avec P. Birot, P. Deffontaines et H. Tazieff.

18  Chabot, 1962.

19  Pour notre étude en géographie nous ne retiendrons que huit critères sur les dix qu’inventorie Hakim, 2010.

20  Par exemple Charvet et Sivignon, 2002, regroupe les textes de dix auteurs. Cet ouvrage est une tentative de remplacer le manuel de Derruau, qui est pourtant republié la même année, dans la même collection.

21  Birot, 1950 ; Le Lannou, 1955.

22  Chabot, 1962.

23  Pierre Birot en 1959, André Guilcher en hydrologie en 1965, P.-Ch. Péguy en climatologie en 1961, mais aussi de glaciologie et de pédologie.

24  Signe de cette confiance en 1958 déjà, Armand Colin avait eu recours à lui pour écrire un manuel sur l’Europe en remplacement d’un certain Louis Poirier (mieux connu sous le pseudonyme de Julien Gracq).

25  « Nous n’avions alors à notre disposition qu’un petit nombre d’ouvrages pour approfondir les questions au programme. Les manuels d’E. de Martonne et d’A. Demangeon constituaient la base des connaissances. Le Précis de Géographie humaine de Max Derruau ne sortira qu’en 1961. C’est dire l’importance des cours suivis fidèlement par tous ou presque » (Renard, 2008, 287).

26  Derruau dirigera une collection de manuels de l’enseignement secondaire portant son nom aux éditions Masson.

27  Coordonnées par Pierre Deffontaines et la fille de Jean Brunhes, Mariel Jean-Brunhes Delamarre, la dernière édition paraît en 1955.

28  L’ouvrage sera condensé en 1962 sous le titre L’homme sur la terre.

29  Max Derruau passe outre ces réserves : « c’est une critique que M. Le Lannou a faite à toutes les tentatives de diviser la géographie humaine : pour lui le véritable cadre ne peut être que régional. Nous allons cependant tenter de faire de la géographie générale » (1961, 27). Est-ce l’impératif pédagogique de couvrir le programme qui prime sur les réserves épistémologiques ?

30  On en trouve un témoignage dans l’autobiographie inédite de Pierre Deffontaines (1894-1978) quand il évoque la succession de Gaston Gallimard à la tête de sa maison d’édition, qui voit la fin des deux collections de géographie, les 36 volumes de la « Géographie humaine » et les cinq de l’Atlas aérien (vente en bloc des exemplaires, arrêt de la collection). Et P. Deffontaines conclut : « Décidemment le livre n’était pas la voie des larges conquêtes pour la géographie, il fallait chercher autre chose. » (Fonds Deffontaines de la bibliothèque de Catalogne).

31  M.-C. Robic dans Comité national d’évaluation, 1989, 31.

32  La bibliographie du Précis compte quatre références à Vidal (deux articles des Annales de Géographie : « Les genres de vie dans la géographie humaine » de 1911, « Les caractères distinctifs de la géographie » de 1913, le Tableau de la Géographie de la France et les Principes). On trouve quatre occurrences à Vidal dans le texte, dont la célèbre citation des Principes sur « la répartition des hommes [qui] ne s’explique pas par la valeur des contrées » (1961, p. 39, toutefois non référencée), mais aussi des formes de mises à distance : « Vidal-Lablache, marxiste sans le savoir » (sic !, p. 107), « On est évidemment loin de la géographie traditionnelle telle qu’elle pouvait se présenter à l’époque de Vidal-Lablache » (p. 539, dans l’annexe sur la géographie appliquée).

33  Voir Orain, 2009, 146-147.

34  Vidal de La Blache, 1913, « Des caractères distinctifs de la Géographie », Annales de Géographie, 22, 289-299.

35  Georges, 1970, Les méthodes de la géographie, Paris, PUF, p. 117.

36  Cette formule sert de titre à la dernière partie du livre de Meynier, 1969.

37  « Dans toutes les études sur les systèmes agraires de l’Afrique occidentale, on remarque la relativité de la notion de civilisation agraire » (1961, 231). Faut-il voir là une prise de distance avec les conceptions de Pierre Gourou dont le manuel sur Les Pays tropicaux (1953) est cité en bibliographie ?

38  Claval, 1974, 11.

39  Voir Orain, 2015.

40  Jamin, 2010, 20, pour les deux dernières citations.

41  Ainsi par exemple de tels énoncés : « de toute façon, on serre de plus près la réalité en étudiant, plutôt que la fonction des villes, le type régional auquel on peut les rattacher » (1961, 473). Auparavant, récusant le classement des actifs selon les catégories de Colin Clark, il ajoute : « Au prix d’un peu de complications, on serre de plus près la réalité économique » (1961, 101).

42  Claval, 1998, 293-294. Paul Claval confond cependant les éditions. Le plan qu’il analyse est celui du Nouveau Précis et non celui du Précis de 1961 (et non 1960) comme annoncé.

43  La première édition ne comporte pas de conclusion. Il faut attendre la 3e édition en 1966 pour que celle-ci apparaisse, sur une demi-page.

44  Elle ne recule pas devant des approximations proches de la psychologie des peuples et de la théorie des climats : « La réaction des groupes devant le travail, initiative et ardeur ou apathie et paresse, varie à la fois pour des raisons climatiques et des raisons qui tiennent au passé colonial » (1961, 548).

45  Cette expression peu assurée ne disparaîtra qu’en 1996 !

46  Robic, 1982.

47  Les références privilégiées sont P. George (9), M. Sorre (7), Roger Capot-Rey (8), Roger Dion (8). M. Derruau est tributaire des synthèses existantes pour certaines thématiques : Germaine Veyret pour la population, R. Capot-Rey sur la circulation et les déserts (deux thématiques, d’où une présence marquée), M. Sorre sur le peuplement, A. Demangeon sur l’habitat, Xavier de Planhol sur le monde méditerranéen, G. Chabot sur les villes.

48  « Comme l’a dit R. Capot-Rey, les habitations, comme des gardes-du-corps, font la haie sur le passage de la route » (1961, 444).

49  Ainsi de tels énoncés : « Pour adopter un terme de P. George » (p. 476).

50  Ainsi « si bien que P. Veyret a pu parler d’élevages “marginaux” ou “la jachère d’altitude et la jachère de sécheresse”, selon F. Monheim » (p. 303).

51  La direction du travail de thèse d’un étudiant iranien semble lui avoir permis de se rendre plusieurs fois dans ce pays.

52  Cette neutralité n’est pas indifférence. Ainsi en 1961 de cette note : « l’immigration de Nord-Africains sur les chantiers français a créé un groupe de 300 000 personnes, des hommes surtout, peu assimilés et vivant dans des conditions économiques peu enviables ». (1961, 92).

53  En reprenant les termes de l’analyse de cette écriture géographique réaliste faite par Orain, 2009, 35-49.

54  « On trouvera des éléments de statistiques courantes », note récurrente de la bibliographie insérée à partir de 1991, p. 447.

55  L’impression en noir et blanc n’aide pas !

56  D’abord la Royal Dutch Shell, puis Siemens en 1976, le groupe Hanson en 1995, et enfin Fiat de 1996 jusqu’en 2002.

57  24 photos aériennes d’IGN, 3 d’Algérie, 4 sur le Portugal, 18 en tout sur le monde méditerranéen.

58  Ainsi Maurice Wolkowitsch : « ce nouvel ouvrage rendra les plus grands services » (Wolkowitsch, 1965, 316).

59  Plet, 2003, 49-50.

60  Ainsi de ce passage où, après avoir rejeté le racisme, M. Derruau s’enferre pourtant dans une discussion contestable : « Certaines races primitives, comme celle des Hottentots, ne semblent pas se placer au niveau des grandes races parmi lesquelles ont fleuri les civilisations évoluées. Le débat reste donc ouvert » (1996, 42).

61  Ce travail est en cours.

62  Soyons honnêtes, pas toujours. Ainsi, parmi tant d’autres, le chapitre 5 du livre V sur la circulation est-il inchangé depuis 1961. Notamment la proportion des 7 % de la population mondiale qui vit des transports entre 1961 et 2002 ! Étonnante stabilité du chiffre.

63  Lors de la reparution de 1987, c’est la centrale de Chinon qui figure sur la couverture.

64  La collection « U », dirigée par Ph. Pinchemel. On ignore le nom du directeur de collection qui a commandé le manuel original.

65  Des livrets à destination des étudiants d’écoles d’architecture mentionnent encore cette partie dans leur bibliographie en 2015.

66  Ainsi en est-il de l’analyse des effets du calendrier agricole dans le fonctionnement d’une vallée montagnarde, à partir de l’exemple du val d’Anniviers emprunté à J. Brunhes et transformé en paradigme par M. Derruau (Robic, 2001).

67  On lit pourtant en 2002 sur la 4e de couverture : « Les sept éditions précédentes ont été chaque fois saluées par la critique ».

68  Les archives de l’éditeur se sont apparemment perdues dans des déménagements et les héritiers de M. Derruau n’ont pas trouvé de documents relatifs aux tirages de ses livres.

69  Pérouse, 1997.

70  Orain, 2009, 261.

71  Pitte, 1998.

72  Ketele, 2010, cité par Chambost, 2010, 27.

73  Une des raisons tient à la réception difficile de l’analyse spatiale parmi les géographes français. Un premier manuel paraît pourtant en 1977 chez Masson, Introduction à l’analyse de l’espace de Marie-France Cicéri, Bernard Marchand et Sylvie Rimbert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lompech et Éric Bordessoule, « La possibilité d’une géographie humaine (1961-2002) »Revue d’histoire des sciences humaines, 29 | 2016, 117-147.

Référence électronique

Michel Lompech et Éric Bordessoule, « La possibilité d’une géographie humaine (1961-2002) »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/615 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.615

Haut de page

Auteurs

Michel Lompech

Université Blaise-Pascal CERAMAC

Éric Bordessoule

Université Blaise-Pascal CERAMAC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search