Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Débats, chantiers et livresJean-François Bert (dir.) avec Ch...

Débats, chantiers et livres

Jean-François Bert (dir.) avec Christine Lorre, Rafael Faraco Benthien et Nicolas Meylan, Henri Hubert et la sociologie des religions. Sacré, Temps, Héros, Magie

Presses universitaires de Liège (Religions. Comparatisme-Histoire-Anthropologie, 6), 2015, 330 pages
Céline Trautmann-Waller
p. 275-278

Texte intégral

  • 1 Laurent Olivier (dir.), La mémoire et le temps. L’œuvre transdisciplinaire d’Henri Hubert (1872-19 (...)

1« Un historien à la croisée des disciplines » : c’est sous ce titre que Christine Lorre, Rafael Faraco Benthien et Jean-François Bert résument dans l’introduction de ce volume le parcours et l’œuvre d’un des membres sans doute les moins connus du groupe de l’Année sociologique, dans la fondation de laquelle il joua néanmoins un rôle essentiel. Devenu aujourd’hui un « “illustre” inconnu », Henri Hubert (1872-1927) contribua en son temps de manière originale et innovante à des disciplines comme l’histoire, l’archéologie, l’ethnologie comparée et l’histoire des religions mais, resté dans l’ombre de Reinach et de Mauss, il ne se voit pas nommé par exemple aux côtés de Mauss, Hertz, Halbwachs et Lévy-Bruhl, lorsque pour le centenaire des Formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie (Paris, Alcan, 1912), il est rendu hommage au travail d’équipe des durkheimiens. Faisant suite au livre de Bert, Marcel Mauss, Henri Hubert et la sociologie des religions. Penser et écrire à deux (Paris, La Cause des livres, 2012), et à son article « Découverte d’une archive : l’Esquisse d’une théorie de la magie », publié la même année, cet ouvrage se propose de prendre au sérieux les réflexions de cet historien et archéologue sur le religieux, sans les réduire à celles de Mauss et encore moins de Durkheim. Il s’inscrit ainsi dans une certaine redécouverte de Hubert, attestée également par la parution en 2018 d’un autre ouvrage sous la direction de Laurent Olivier1.

2Après avoir étudié l’hébreu, le syriaque et l’assyrien à sa sortie de l’École normale supérieure, Hubert se lie avec Mauss, contribue au développement des thèses durkheimiennes dans les domaines de l’histoire des religions, de la mythologie, de l’ethnographie comparée et de la protohistoire, puis accepte en 1898 un poste d’« attaché libre » au musée des Antiquités nationales (MAN) de Saint-Germain-en-Laye faisant suite à une proposition de Salomon Reinach. Hubert y effectue un travail considérable dans le classement des collections et les aménagements muséographiques. À partir de la réévaluation du matériel archéologique du musée, il construit sa propre méthode, définie comme « une comparaison systématique des types dont la superposition logique supplée à la chronologie » facilitant ainsi « l’étude technologique des objets, en faisant apparaître plus clairement la parenté des motifs interchangeables ou associés, les relations entre l’ornement et la forme des emprunts d’un type à l’autre » (p. 9-10).

3Enseignant depuis 1901 à l’École pratique des hautes études (EPHE), où il occupe la chaire des « religions primitives de l’Europe », et depuis 1906 à l’École du Louvre, effectuant en 1902 une mission à Hanoï et un long voyage en Extrême-Orient et aux États-Unis, Hubert élargit ses domaines de recherche et son réseau de correspondants. À la suite du sauvetage et du transfert partiel des collections du musée de Marine et d’ethnographie du Louvre en 1906-1907, il se lance au MAN dans la conception de la « salle de comparaison » (anciennement salle de Mars), à laquelle Reinach lui demande de se consacrer entièrement à partir de 1910. Souvent considérée comme œuvre principale de Hubert, elle constitue la « transcription muséographique de ses conceptions théoriques » (p. 14), au moment où la position universitaire de Durkheim et, par extension, de tout le groupe de l’Année sociologique s’affermit. Organisée selon plusieurs axes transversaux, cette salle permettait, selon les mots de Mauss, de trouver « l’histoire à la fois chronologique, logique et géographique de tout le néolithique et du début des métaux […] un essai de solution unique des trois problèmes, posés tous et simultanément comme ils doivent l’être » (p. 17).

  • 2 Les Celtes et l’expansion celtique jusqu’à l’époque de La Tène, éd. par M. Mauss, R. Lantier et J. (...)

4La guerre constitua pour Hubert, comme pour toute cette génération, une césure considérable et, notamment en raison d’une altération de sa santé après 1919, ses deux ouvrages sur les Celtes et les Germains restés inachevés, ne purent être publiés que de manière posthume grâce à Mauss et d’autres pour le premier, et à l’élève de Hubert, Olov Janse, pour le second2.

5L’introduction revient également sur la position complexe de Hubert entre histoire et sociologie qui marqua également de son empreinte sa collaboration avec Mauss. Elle retrace celle-ci depuis la lecture en commun de Frazer, Robertson Smith, Gillen et Spencer, les désaccords et critiques réciproques, la genèse des deux articles sur le sacrifice (« Essai sur la nature et la fonction sociale du sacrifice », L’Année sociologique, I/1899, p. 29-138) et la magie (« Esquisse d’une théorie générale de la Magie », L’Année sociologique, VII/1904, p. 1-146), les regrets de Mauss lorsque Hubert décide de travailler seul à son article sur le temps (« Étude sommaire de la représentation du temps dans la religion et la magie », dans Hubert et Mauss, Mélanges d’Histoire des Religions, Paris, Alcan, 1909, p. 189-229).

6Toujours selon l’idée que l’œuvre de Hubert mérite d’être travaillée pour elle-même, les auteurs ont choisi quatre textes qui permettent de suivre son travail précurseur et novateur en sociologie des religions à travers sa réflexion originale sur les catégories, plus précisément celles de « magie », de « sacré », de « temps » et de « héros ». Il s’agit de textes que Hubert rédigea seul et qui constituent sa réponse au défi d’un traitement sociologique des faits religieux impliquant que ceux-ci ne soient pas analysés en termes de psychologie des individus mais comme des faits sociaux « qui se produisent nécessairement dans des sociétés et où l’activité des individus est réglée par la vie en commun » (p. 34) : l’article « Magia » (1904), rédigé pour le Dictionnaire des antiquités grecques et romaines ; l’introduction (1904) au Manuel d’histoire des religions de P.-D. Chantepie de la Saussaye ; l’« Étude sommaire de la représentation du temps dans la religion et la magie » (1909) publiée dans les Mélanges d’histoire des religions ; et la « Préface » (1919) de l’ouvrage de S. Czarnowski, Le culte des héros et ses conditions sociales. Chaque texte est introduit par une notice retraçant ses conditions de production et sa réception.

7La fin de l’introduction insiste sur l’actualité de certaines positions de Hubert « dans le contexte constructiviste et discursif du xxie siècle » (p. 34) : sa distinction « nominale » entre magie et religion, sa définition volontairement extensive des « faits » religieux, sa sociologie du temps qui envisage ce dernier comme une qualité plus qu’une quantité et en articulant sociologie religieuse et sociologie de la connaissance.

8En annexes sont proposés un article de Benthien et Lorre sur Hubert et le totémisme et une présentation du fichier de Hubert par Bert dans l’esprit de l’exploration des archives savantes (Marcel Mauss, Michel Foucault, Georges Amoudruz) qu’il poursuit depuis plusieurs années dans la lignée des recherches de Christian Jacob sur la matérialité des savoirs. Les 26 boîtes du fichier Hubert, conservées aujourd’hui au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, ont longtemps été considérées par erreur comme « fichier de Mauss et de ses élèves », notamment parce que Mauss le récupéra à la mort de Hubert et l’entreposa à l’Institut d’ethnologie. Cet ensemble de plus de 18 000 fiches permet de suivre les modalités d’enregistrement et de classification du savoir propres à Hubert mais aussi à toute une génération de lettrés : leur intérêt par rapport aux cahiers et listes en usage jusque-là réside dans leur mobilité, dans la possibilité de les regrouper à volonté et, donc, de faciliter l’obtention d’un ordre. Bert s’intéresse tout d’abord aux considérations de Hubert et de ses contemporains sur l’utilité des fiches et aux échanges entre Mauss, Hubert et Durkheim sur leur mode d’utilisation ou sur la relation à l’œuvre publiée. Plus de 1 400 fiches concernant la magie permettent ainsi de prendre la mesure du travail préparatoire de l’article « Magia » reproduit dans l’ouvrage, mais aussi de l’« Esquisse d’une théorie générale de la magie », coécrite avec Mauss, et de mieux comprendre la place de Hubert dans le duo. Il est à noter que ce dernier article est publié en ligne sur le site de l’Université de Lausanne avec les différents états préparatoires3.

9Dans leur contribution sur Hubert et le totémisme, Benthien et Lorre insistent sur la manière dont l’examen de l’œuvre de Hubert permet de retracer, de façon plus nuancée que cela n’a été parfois le cas après la publication du texte de Lévi-Strauss sur Le totémisme aujourd’hui (Paris, PUF, 1962), les contours du débat au tournant des xixe et xxe siècles. À la suite de désaccords avec Reinach et Durkheim, Hubert y est présenté comme un contradicteur du totémisme, refusant d’accepter a priori l’universalité de ce phénomène. La contribution retrace l’émergence de la notion dans le cadre de l’école anthropologique anglaise et son articulation autour de l’idée d’un ancêtre commun, de l’exogamie que cette parenté impose au clan, ainsi qu’une série d’interdictions rituelles, le tout considéré comme résultant d’une projection de la psyche du primitif sur le monde extérieur. Si les travaux de Spencer et Gillen sur les Arunta d’Australie centrale conduisirent à une révision de l’universalité du totémisme, Durkheim pour sa part critiqua surtout l’interprétation psychologique que ses collègues anglais en avaient proposée. Ainsi, dans leur article « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations collectives » (L’Année sociologique, VI/1903, p. 1-72), Durkheim et Mauss « défendent l’existence d’une homologie systémique originale entre les formes de classification du monde et les formes d’organisation sociale dans le monde » (p. 253). Reinach, pour sa part, tente de maintenir une théorie classique du totémisme comme stade primitif de l’évolution humaine de manière à en faire, à la suite d’une application comparatiste, une clé pour comprendre l’évolution historique des grandes civilisations.

10C’est Hubert qui rédigea tous les comptes rendus publiés dans l’Année sociologique sur les articles de Reinach, comptes rendus retracés ici dans un tableau. Il y attaque son collègue à cause de l’accent mis sur les « survivances » du totémisme et de sa conception du sens du développement de l’homme. Ainsi reproche-t-il à Reinach de postuler, sans pouvoir apporter de preuves, une étape totémique antérieure aussi bien chez les Gaulois que chez les Grecs ou encore dans l’ensemble des religions de la Méditerranée antique. En dernier ressort, ce que Hubert, historien, reproche tant à Reinach qu’à Durkheim, c’est le caractère spéculatif de leurs considérations sur l’histoire des religions et la place qu’y tiendrait le totémisme.

11Le volume se clôt avec quelques documents d’archives (lettres, tapuscrit, plan de travail, liste d’envois), une bibliographie de Hubert classée par ordre chronologique et un répertoire sommaire des fonds d’archives publics relatifs à ce dernier conservés en France (musée d’Archéologie nationale, Saint Germain-en-Laye ; Archives centrales des musées nationaux ; Archives nationales ; Institut Mémoires de l’édition contemporaine ; Bibliothèque de l’École normale supérieure ; Bibliothèque Méjanes de la Cité du Livre d’Aix-en-Provence ; Bibliothèque centrale du Muséum national d’Histoire naturelle ; Médiathèque du musée du Quai Branly ; Bibliothèque de l’Institut de France).

12Pour conclure, cet ouvrage constitue une invitation à des recherches plus poussées sur la fabrique du savoir sociologique au sein de l’équipe de l’Année sociologique, ou encore à une interrogation concernant l’opportunité de parler, comme c’est le cas à un endroit du volume, de « “milieux” dans lesquels évolue alors Hubert » ou du « clan des durkheimiens » (p. 271), termes qui ne sauraient être neutres dans le cadre d’un ouvrage sur l’étude des religions et le totémisme.

Haut de page

Notes

1 Laurent Olivier (dir.), La mémoire et le temps. L’œuvre transdisciplinaire d’Henri Hubert (1872-1927), Paris, Demopolis, 2018.

2 Les Celtes et l’expansion celtique jusqu’à l’époque de La Tène, éd. par M. Mauss, R. Lantier et J. Marx ; préf. de M. Mauss, Paris, La Renaissance du livre, 1932 ; Les Celtes depuis l’époque de La Tène et la civilisation celtique, éd. par M. Mauss, R. Lantier et J. Marx, Paris, La Renaissance du livre, 1932 ; Les Germains : cours professé à l’École du Louvre en 1924-1925 : le problème des origines germaniques, éd. par O. Janse ; avant-propos de Henri Berr ; avertissement de Paul Chalus, Paris, Albin Michel, 1952.

3 Voir Édition critique de l’« Esquisse d’une théorie de la magie » : http://www2.unil.ch/hubert-mauss-magie/ (consulté le 2 février 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Trautmann-Waller, « Jean-François Bert (dir.) avec Christine Lorre, Rafael Faraco Benthien et Nicolas Meylan, Henri Hubert et la sociologie des religions. Sacré, Temps, Héros, Magie »Revue d’histoire des sciences humaines, 38 | 2021, 275-278.

Référence électronique

Céline Trautmann-Waller, « Jean-François Bert (dir.) avec Christine Lorre, Rafael Faraco Benthien et Nicolas Meylan, Henri Hubert et la sociologie des religions. Sacré, Temps, Héros, Magie »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 23 juillet 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/6220 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.6220

Haut de page

Auteur

Céline Trautmann-Waller

Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 / IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search