Navigation – Plan du site
Varia

Raccourci analogique et reconstruction microhistorique

Les origines du laboratoire de psychologie expérimentale de Genève en 1892
Analog shortcut and micro-historical reconstruction. The origins of the experimental psychology laboratory in Geneva in 1892
Marc Ratcliff
p. 249-272

Résumés

Selon l’historiographie de la psychologie, la création du laboratoire de psychologie expérimentale de Genève en 1892 par Théodore Flournoy (1854-1920) découle de sa présence à celui de Wundt en 1879. Des sources d’archives inédites permettent de réfuter cette interprétation. Aucune perspective ne se fait jour jusqu’à la visite, en octobre 1891, de Flournoy à Hugo Münsterberg, lequel lui prodigue les connaissances, le réseau et la culture matérielle nécessaires à la constitution d’un laboratoire de psychologie. Celui de Genève s’ouvre quatre mois plus tard. Des conséquences, historiques et épistémologiques, découlent de cette reconstruction : 1. Déterminée historiquement, la transmission de savoirs prodigués permet à Flournoy de créer le laboratoire ; 2. Le discours généalogique sautant de Leipzig à Genève repose sur une confusion entre ressemblance et filiation. Nous désignons ce mécanisme spécifique de l’histoire internaliste et rétrospective comme raccourci analogique.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail est soutenu par le Fonds national suisse, Subside Sinergia no 147688. Je remercie Ariane Noël pour sa relecture et Jeremy Burman pour ses précieux conseils.

Introduction

  • 1  Samelson, 1974, 228.
  • 2  Apfelbaum, 1993, 21. Le travail d’Apfelbaum, qui vise à contrer l’histoire rétrospective ou présen (...)
  • 3  Findlen, 1993.
  • 4  Secord, 2004, 659.
  • 5  Lepetit, 1996, 77.
  • 6  Sur la diffusion modeste du modèle de Leipzig en Allemagne, voir Ash, 1995, 17-25 et, pour les com (...)
  • 7  Delabarre, 1894, 211. Popplestone, McPherson, 1980 ont mis en évidence comment le modèle instrumen (...)

1L’historiographie des sciences comporte diverses croyances qui alimentent la mémoire disciplinaire et peuvent parfois confiner au mythe d’origine. Un article de Gordon Allport de 1968 qui établissait une histoire officielle de la psychologie sociale en est probablement le meilleur cas d’école. En effet, Franz Samelson avait montré en 1974 comment cet article créait des « mythes d’origine » censés fonder la psychologie sociale, que Samelson ramenait à des fonctions idéologique et célébrative1. Sur ce même objet, Erika Apfelbaum a pu rattacher les changements de la psychologie sociale aux mouvances contestataires des années 1960. L’approche historienne s’opposait ainsi à la « simple reconstitution des filiations2 ». Mais est-ce une raison pour rejeter toute filiation dans la constitution des sciences ? Certains historiens culturalistes ou influencés par le socioconstructivisme en sont arrivés à dénier pratiquement la possibilité de filiations dans les idées ou dans les pratiques. Par exemple, dans un article devenu classique, Paula Findlen, en analysant la culture de cour du duché de Florence au xviie siècle à laquelle participait le médecin Francesco Redi, affirmait que Redi ne pouvait pas être considéré comme le père de la biologie par les biologistes modernes3. Or, reposant sur des outils d’analyse exclusivement synchronique, une telle démarche rendrait illégitime l’étude des filiations possibles qui en ont découlé et qu’une reconstruction patiente peut mettre en lumière. Plus encore, James Secord a caractérisé comme un piège de l’histoire des sciences la démultiplication de ces études de cas sur les « contextes locaux de la science », qui « martèlent encore et encore la même leçon épistémologique implicite, que le savoir est inéluctablement local et variable4 ». Pour éviter ces deux écueils, il s’agit d’équilibrer le synchronique avec le diachronique même lorsqu’on adopte, comme ici, une approche microhistorique. On se plongera donc dans les sources afin de s’approprier les catégories des acteurs en reconstituant les « systèmes de contextes5 » qui englobent un événement et en se demandant quels sont les critères qui permettent d’établir une filiation pertinente. C’est dans ce cadre que nous allons enquêter sur l’origine du laboratoire de l’université de Genève, qui possède une place à part dans l’historiographie de la psychologie du fait qu’il est le premier à avoir été créé dans une faculté des sciences. Il fait partie de la première vague des laboratoires, fondé treize ans après celui de Wundt, à une époque où le modèle instrumental de Leipzig commence à se répandre lentement en Europe6, tandis qu’il se développe véritablement aux États-Unis où dix-sept laboratoires sont fondés en cinq ans, de 1888 à 18927.

  • 8  Piaget, 1959, 71 ; Le Clair, 1966, xvii ; Cifali, 1983, 113 ; Marcacci, 1987, 232 ; Nicolas, Charv (...)
  • 9  Claparède, 1921, 9.

2À Genève, l’origine de la psychologie scientifique est traditionnellement reconduite à diverses étapes dont la première est la présence de Flournoy au laboratoire de Wundt en 1879, puis la création de la chaire de Flournoy en 1891 dans la Faculté des sciences, suivie de la naissance du laboratoire de psychologie expérimentale le 15 février 1892. Cette version, attestée par des sources primaires, se retrouve dans de nombreux travaux d’histoire explorant des contenus fort divers : correspondance, histoire institutionnelle, histoire de la psychologie, de la psychanalyse, de la pédagogie ou des religions, histoire des laboratoires, etc.8. Elle repose sur divers imprimés tels que les notices de 1896 et 1904 sur le laboratoire et surtout la biographie rédigée en 1921 par Édouard Claparède, le cousin germain de Flournoy9. S’agissant toutefois d’une biographie rédigée par un membre de sa famille, impliqué donc dans la construction d’une image de son cousin, il est nécessaire de questionner les faits et interprétations avancés par Claparède. En effet, faute d’avoir entrepris cette démarche, divers historiens ont pris pour argent comptant ce qui est chez Claparède de l’ordre du raccourci, de l’interprétation ou du partiel, participant alors à la construction d’un trajet linéaire et abrégé allant de Leipzig à Genève.

  • 10  Lepetit, 1996, 77.

3Afin de déconstruire ce trajet, la méthode microhistorique adoptée ici prend comme colonne vertébrale le journal manuscrit de Flournoy, sa correspondance de jeunesse avec son confident Auguste-Henri Wartmann ainsi que le journal de Jean-Élie David, autre ami de Flournoy. Ces sources sont croisées avec divers manuscrits et imprimés. Par méthode microhistorique, on entend l’analyse « intensive10 » par immersion dans un système de sources qui sont en relation et/ou s’entre-citent, où l’on recherchera les effets de seuil, moments où l’interprétation se referme lorsqu’elle ne se modifie plus, même en ajoutant de nouvelles sources. Les problèmes que nous aborderons concernent un certain nombre de points issus pour la plupart de Claparède : la présence de Flournoy au laboratoire de Wundt en 1879 et ce qu’elle implique – l’utilisation du modèle de Leipzig – la présence d’instruments au laboratoire, l’enseignement de Flournoy, le financement du laboratoire, le rapport avec Münsterberg et les relations avec la philosophie. Face à cela, en resserrant les recherches sur la décennie 1880 et la période estudiantine qui la précède, nous tenterons de substituer une interprétation précisant les lignes de force et l’intentionnalité de Flournoy. On cherchera à retrouver ses motivations et les lieux d’où il parle, permettant, contre des réductions fallacieuses, de restituer au mieux la dynamique complexe qui l’a porté à la création du laboratoire.

Le séjour à Leipzig

  • 11  Flournoy à Auguste-Henri Wartmann, Freiburg [1875, s.d.], Bibliothèque de Genève (BGE) ms. fr. 783 (...)
  • 12  Flournoy à Wartmann, 11 juillet 1876, BGE ms. fr. 7836/15, fol. 8v.
  • 13  David, 2004, 161-163.
  • 14  Flournoy à Wartmann, Strasbourg, 28 octobre [1877], BGE ms. fr. 7836/15, fol. 12 : « J’aurai malhe (...)

4À l’automne 1875, Flournoy commence ses études médicales à Freiburg-im-Breisgau où il reste deux semestres en compagnie de son ami du Collège de Genève, Auguste-Henri Wartmann. Il y pratique notamment la dissection11. Les deux amis partent ensuite étudier la médecine à Strasbourg, ouvrant une période de trois ans où alternent travail et amusement. Flournoy fait connaissance d’une quinzaine d’étudiants romands qui forment une compagnie de joyeux fêtards, dont l’amitié est aussi soudée par la solidarité avec la France face à la présence allemande en Alsace. En juillet 1876, il participe au boycott du « grand bal de l’Université, patronné par les autorités. Pas un étudiant alsacien ni suisse romand n’y mettra les pieds12 ». La journée, il étudie avec cette facilité qui l’a toujours caractérisé13 et, durant sa dernière année, au semestre d’été 1878, il se trouve au laboratoire du professeur Friedrich Daniel von Recklinghausen pour sa thèse. La dissection est au cœur du travail, un usage de ses mains qui lui plaît beaucoup14. Wartmann dépend du même professeur, mais il moisit sans réussir à avancer sa thèse alors que Flournoy l’a expédiée en un semestre. Aussi, face à son abattement, lui prodigue-t-il l’année d’après des conseils qui révèlent sa connaissance profonde des codes de l’institution universitaire :

  • 15  Flournoy à Wartmann, 21 mai 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 26.

Dis-toi bien que Reck est peut-être encore plus intéressé que toi-même, dans son orgueil de savant et de professeur, à ce que ta thèse réussisse vite et bien ; et que toute ta tâche consiste vis-à-vis de lui, à lui montrer de l’assiduité, et du dévouement à ses bocaux. – Lui fera le reste. Quant à l’oral, c’est un spectre qui hante avec raison l’esprit des candidats allemands qui font leur thèse chez un professeur de seconde qualité, mais qui ne saurait résister un seul instant aux intensités lumineuses qui s’échappent de Reck et de ta qualité d’Étranger. Demande à Reck son opinion sur l’importance de l’examen oral ; il te fera comprendre, en termes aussi détournés que faciles à saisir pour qui sait réfléchir, que il s’en fout et que bien bête est qui s’en inquiète quand il l’a, lui Reck, pour patron et protecteur15.

  • 16  Flournoy à Wartmann, 21 mai 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 26v-27.
  • 17  Flournoy à Wartmann, Leipzig, 22 juillet 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 32 : « […] que j’en suis (...)
  • 18  Flournoy à Wartmann, 23 juillet 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 32.

5Apparaît là une des caractéristiques de Flournoy, qui est de comprendre rapidement les intentions des acteurs et des systèmes dans lesquels il est amené à jouer un rôle. C’est de Leipzig que cette lettre est envoyée, ville où, séparé de Wartmann, il séjourne dès l’automne 1878 pour étudier la philosophie. Il y restera deux semestres, jusqu’en août 1879, interrompu par un mois à Genève pour les vacances de Pâques. À la Noël 1878, il a retrouvé des compatriotes avec lesquels il écume théâtres et restaurants à Berlin. À Leipzig, il travaille beaucoup à ses cours et, au mois de mai, il bachote pour ses examens : « J’ai 32 heures de cours. Je me lève à 5 ½, quelque fois plus tôt. Je dîne à midi, soupe à 8, ne fais rien après, et me couche entre 9 et 1016. » Peu avant son départ, le contraste entre les études strasbourgeoises et la vie universitaire de Leipzig s’est accentué au point de devenir cassant et s’étend jusqu’à une nouvelle prise de conscience : sa formation initiale genevoise comporte de graves lacunes, signe d’un esprit de clocher des Genevois17. Avant de quitter la ville, il jette : « je n’ai pas du tout profité de Leipsig, parce que toutes les bases premières me manquent. Ce n’est pas rien que l’histoire et la géographie qu’il faut que je fasse ; c’est aussi le grec et le latin, la zoologie élémentaire, les mathématiques élémentaires, etc.18. »

  • 19  Berguer, 1920.
  • 20  Flournoy à Wartmann, 28 juin 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 29v.
  • 21  Bringmann, Bringmann, Ungerer, 1980, 134.
  • 22  Claparède, 1921, 9. De nombreux auteurs l’ont suivi : Le Clair, 1966, xvii ; Cifali, 1983, 114 ; N (...)
  • 23  Cattell, 1928, 543.
  • 24  Durkheim, 1887, 429.
  • 25  Bringmann, Bringmann, Ungerer, 1980, 140-141 ; Nicolas, 2005, 141.

6Ces aspects seraient anecdotiques si son biographe Claparède n’avait laissé entendre que Flournoy avait assisté à Leipzig au laboratoire de Wundt, donnant ainsi une origine implicite à la création du laboratoire de psychologie physiologique de Genève en 1892. Car ce n’est pas le cas. Flournoy suit les cours de philosophie à Leipzig l’année académique 1878-1879. Or, dans toute sa correspondance avec Wartmann datant de cette époque, ni Wundt ni même la psychologie ne sont mentionnés, ce que corrobore un souvenir d’un ami proche : « Il partit pour Leipzig où il se livra tout entier à ses études philosophiques19. » Sans doute, confie-t-il encore fin juin à Auguste, il suit « quatre cours auxquels [il] attache une énorme importance20 ». Mais, surtout, il étudie à Leipzig à une époque où il n’y a pas de laboratoire d’expérimentation. Selon Bringmann et al., durant le semestre d’été 1879, Wundt donne un cours de logique mathématique, un séminaire de logique et un séminaire de psychologie et, en particulier, « aucun de ces cours n’incluait de travail pratique de psychologie de n’importe quel type, à l’exception de démonstrations occasionnelles faites en classe21 ». Il n’est donc pas étonnant que Flournoy ne mentionne jamais le laboratoire de psychologie de Wundt, car celui-ci n’existe tout simplement pas à ce moment. Aussi, bien que Flournoy ait suivi ses cours, il n’a jamais vu à Leipzig de laboratoire de psychologie expérimentale, malgré ce qu’en rapporte Claparède, qui en anticipe d’un semestre la fondation lorsqu’il écrit que son cousin avait été attiré par « la psychologie physiologique, pour l’étude de laquelle Wundt venait d’ouvrir, cette année même, un laboratoire22 ». Voulue ou pas, cette confusion entre l’année civile (1879) et l’année académique (1879-1880) est une des origines du mythe de la filiation directe du laboratoire de Genève avec celui de Wundt. Car le laboratoire s’ouvre bien au semestre d’hiver 1879-1880, comme l’affirment des témoins de l’époque. Cattell, « dans un article paru dans Mind et soumis à Wundt [lui] attribua la date de 187923 », tandis que, pour Émile Durkheim présent à Leipzig en 1887, « c’est seulement pendant l’hiver de 1879-1880 que commencèrent les premiers travaux [du laboratoire]24 ». Cette date est généralement acceptée depuis25.

7On voit comment, de la similarité thématique, on passe facilement à la filiation. C’est là un mécanisme spécifique, que nous appellerons raccourci analogique : étant donné une similarité entre deux événements qui se succèdent dans le temps, l’on considère – ou l’on fait croire – que le second découle à l’évidence du premier, par conséquent leur filiation est non seulement admise, mais surtout non questionnée. L’analogie fait naturellement autorité et prend valeur d’enchaînement. Une partie de l’histoire des idées, surtout macrohistorique, a longtemps reposé sur ces raccourcis analogiques et, notamment, lorsque deux auteurs formulent des théories dont certains éléments se ressemblent, la tendance à glisser de la succession chronologique à la filiation causale est grande. Ici, le rapport d’analogie est pris pour un rapport de causalité, obstruant une reconstruction précise des contextes qui donnent leurs significations aux éléments en présence, ouvrant à la mise en évidence des filiations pertinentes, car articulées aux contextes. Le repérage de ce glissement de l’analogique au causal constitue alors un critère pour distinguer les filiations pertinentes des filiations mythologiques. C’est exactement le cas du laboratoire de Genève, dont l’origine est remplie par un raccourci analogique. Mais donc, si Flournoy n’a jamais assisté au laboratoire de Wundt, comment en vient-il à fonder celui de Genève ?

Les premières envies psychologiques

  • 26  Flournoy à Wartmann, Leipzig, 19 janvier 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 18v.
  • 27  Claparède, 1921, 9.

8Les études à Leipzig ont laissé des traces. Elles ont certainement fourni des envies, un projet et un milieu propice pour développer un état d’esprit critique déjà présent. Flournoy s’y est réconcilié avec son enthousiasme tout en cultivant le scepticisme, ainsi qu’il le confie à Wartmann : « Je ne te parle pas de philosophie, ce qui t’embeterait, et d’ailleurs je ne saurais que t’en dire ; elle m’intéresse énormément, mais je suis à son égard d’un scepticisme qui s’accroit de jour en jour, et qui scandalise mon compagnon de cours, Barrelet, qui la prend au sérieux26. » D’après Claparède, d’autres sujets le passionnent, tels que la morale, la logique et l’histoire de la philosophie27. Le scepticisme envers la philosophie est probablement une des clefs expliquant son intérêt pour la psychologie physiologique, éveillé au contact de la physiologie expérimentale enseignée par le physiologiste Moritz Schiff à Genève puis lors des cours de Strasbourg. Le séjour de Leipzig semble en revanche vierge de pratiques d’expériences, de savoir-faire empiriques ou instrumentaux. S’il a certainement, en suivant les cours de Wundt et de Wolf, appris quelques bases de psychologie expérimentale, sa formation sera, sur ce point et comme on va le voir, celle d’un autodidacte.

  • 28  Claparède, 1921, 10 ; Flournoy à Wartmann, Genève, 13 octobre 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 35.
  • 29  Claparède, 1921, 12.
  • 30  David, 2004, 162.

9Revenu à Genève, il repart à la mi-novembre 1879 pour Paris où il demeure trois mois, alternant travail intellectuel et mal du pays, notamment parce qu’il s’est fiancé en octobre avec Marie Burnier, sœur d’un de ses condisciples de Strasbourg. La capitale l’ennuie au plus haut point du fait d’un besoin croissant d’intimité. De retour à Genève au début de 1880, il est pris dans les préparatifs de son mariage, qui a lieu à la mi-avril28. Claparède nous le présente ensuite comme enfoui pour « cinq années dans la solitude de sa bibliothèque29 », étudiant la philosophie principalement kantienne et allemande, ainsi que l’histoire des sciences. Or, c’est loin d’être seulement le cas. Flournoy a toujours été doué de ses mains, ayant eu besoin très jeune de « s’occup[er] de ses doigts et confectionn[er] toutes sortes d’objets, par exemple une voilure, le tablier d’un pont, des découpages à la scie, le filage du verre30 ».

  • 31  L’Académie créée par de Bèze en 1559 est transformée en université par Carl Vogt en 1873, importan (...)
  • 32  Hofstetter, 2010, 92.
  • 33  Flournoy à Wartmann, Genève, 23 mars 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 50.
  • 34  Flournoy à Wartmann, Genève, 8 juillet 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 52v.
  • 35  Flournoy à Wartmann, Genève, 23 mars 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 49v.
  • 36  Flournoy à Wartmann, Genève, 23 mars 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 50r-v.

10Au début de l’année 1881, il propose à la récente université de Genève31 un cours de « psychologie physiologique32 », pour le semestre d’hiver 1881-1882. En mars 1881, il s’est mis au travail. Jean-Élie David vient lui donner des cours de mathématiques pour lui « apprendre ce qu’est un sinus et un logarithme, choses qui [lui] sont entièrement sorties de l’esprit33 ». Son épouse se révèle une collaboratrice attentionnée : « je travaille mollachement toute la journée avec l’aide de ma femme qui me lit, me fait des résumés et me fait boire du sirop pour me réveiller et me rafraîchir34 ». Il reprend des matières déjà parcourues, la logique, « la psychologie et à cette occasion, l’anatomie du cerveau et la physiologie des nerfs35 », il dissèque des cerveaux, dont un cerveau d’homme que le médecin Charles d’Eternod lui a envoyé36. Deux ans plus tôt, durant son séjour à Leipzig, lors de ses vacances à Genève à Pâques 1879, il avait aussi repris ses dissections :

  • 37  Flournoy à Wartmann, Genève, 27 mars 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 24.

me voilà en effet replongé dans le cerveau, jusqu’à ce que je le sache ; je dissèque la moitié de la journée des cerveaux de féras et de mouton, et je tire ce que je peux d’un vieux cerveau d’homme que j’avais rapporté de Strasbourg mais qui commence à tomber en déliquescence ; je ne sais pas comment m’en procurer un neuf37.

  • 38  Flournoy à Wartmann, Genève, 8 juillet 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 51r-v.
  • 39  Flournoy à Wartmann, Genève, 2 octobre 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 53.

11Des deux tomes de l’ouvrage de Wundt, les Grundzüge der physiologischen Psychologie, publiés en 1873-1874, le premier est un traité d’anatomo-physiologie nerveuse et de physiologie des sensations, et c’est quelque chose de cet ordre que Flournoy tente de s’approprier dans le but de donner son cours, avant de s’orienter vers la connaissance des instruments. En juillet 1881, il est tout affairé et écrit à Wartmann : « Ma maigre dose d’énergie est entièrement absorbée par la confection du cours (quelle farce !) que je dois donner cet hiver38. » Sceptique, Flournoy ne l’est donc pas seulement vis-à-vis de la métaphysique, mais aussi face à lui-même, à sa capacité de s’approprier la culture intellectuelle et matérielle nécessaire à la tenue d’un cours. Car tout s’écroule début octobre 1881, lorsqu’il annonce à l’ami Wartmann qu’il « vien[t] de renoncer à [s]on cours de psychologie physiologique39 » qui aurait dû commencer trois semaines plus tard.

  • 40  « Université de Genève. Programme des cours », Journal de Genève, 11 octobre 1881.
  • 41  Université de Genève, 1888-1889, 5.
  • 42  Université de Genève, seconde édition, 1881-1882.
  • 43  Brandt, 2013, 33, n. 1.

12Une semaine après cette lettre, le cours de « psychologie physiologique », qui n’aura pas lieu, est quand même annoncé dans les journaux pour être donné comme cours libre en faculté des lettres40 – et non en faculté des sciences comme ce sera le cas au semestre d’hiver 1888-188941. Annoncés également dans la première version du programme des cours de l’année 1881-1882, l’intitulé et le nom du professeur sont effacés dans une seconde édition datant vraisemblablement d’octobre 188142. Si l’entrée en scène est ratée, il reste que la psychologie physiologique – probablement alors imitée des Grundzüge der physiologischen Psychologie – apparaît, au début des années 1880, comme une excellente réponse heuristique à l’état d’esprit de scepticisme bienveillant du jeune médecin – qui n’a jamais pratiqué son art43. Toutefois, la « farce » en question, affectée lorsqu’il se confronte à la préparation de son cours, pourrait aussi faire écho aux lacunes réalisées à Leipzig. Créer un cours de psychologie physiologique en 1881 est en réalité tout sauf élémentaire, car la matière est suffisamment vaste et neuve sans s’encombrer d’un laboratoire. Or, Flournoy n’a pas eu de modèle concret de laboratoire à se mettre sous la dent, alors que sa création implique d’une part l’achat des nombreux instruments illustrés dans les Grundzüge et dans d’autres textes de psychologie expérimentale et de physiologie des perceptions – Helmholtz, Fechner, Hirsch, Morselli, Mosso, etc. –, d’autre part, toute la culture matérielle et la maîtrise des savoir-faire relatifs à ces instruments.

Entre culture philosophique et culture matérielle

13Le premier contact véritable de Flournoy avec les instruments de la psychologie date du début 1882. Certes, il a déjà travaillé sur le cerveau, mais c’est là une activité régulière pour un médecin, et les traités anatomo-physiologique et neurologique dans lesquels il s’est replongé ne sont qu’une dimension d’un cours de psychologie physiologique pour lequel l’exigence du rapport aux instruments se fait progressivement sentir. Le seul moyen est alors de recourir aux savoirs expérimentaux présents dans les institutions genevoises.

  • 44  Flournoy à Élie Wartmann, 21 novembre 1875, BGE ms. fr. 7837/1, fol. 4 : « Je ne veux pas laisser (...)
  • 45  « Je ne tardais pas à démontrer que la place n’était pas plus faite pour moi que moi pour la place (...)

14Élie Wartmann, le père de l’ami Auguste, est le professeur de physique expérimentale et de mécanique en titre à l’université, dont Flournoy a suivi les cours en 1874-1875. Fort de ses précédents conseils pour diriger ses études médicales44, il s’adresse à nouveau à lui début 1882 pour accéder au laboratoire de physique. Une année auparavant, à l’automne 1880, David avait été nommé pour quelques mois assistant préparateur au laboratoire de physique – place pour laquelle cet arpenteur s’avoue totalement incompétent45 – et c’est peut-être par son entremise que l’idée de s’y former vient à Flournoy. Il en fait en tout cas parade auprès d’Auguste en février 1882 :

  • 46  Flournoy à Auguste-Henri Wartmann, 13 février 1882, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 57.

J’ai été au laboratoire de physique, où Graizier a été charmant avec moi ; j’ai été bien reconnaissant à ton père de m’avoir permis d’y aller et d’avoir dit un mot en ma faveur à Graizier. Pendant les trois premières semaines j’ai fait une musique d’enfer avec tous les tuyaux d’orgue du laboratoire et la sirène ; et finalement je me suis mis au clair sur les sons, résultants et autres ; ça m’a été bien utile, car sans ces exercices pratiques je ne me serais jamais mis Helmholtz dans la tête46.

  • 47  Sur la question des gestes et en particulier de l’usage de la main dans les pratiques d’expérience (...)
  • 48  Helmholtz, 1865 (2e édition). Sur les innovations de Helmholtz qui utilise la musique « non seulem (...)
  • 49  Flournoy à Wartmann, 13 février 1882, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 57r-v : « Maintenant je fais un pe (...)
  • 50  David, 2004, 83.
  • 51  Claparède, 1921, 5. Le souvenir est de Berguer, 1920, s.p. : « il avait à Champel son petit labora (...)

15Les mains empêtrées dans la pâte des instruments, Flournoy peut se graver dans l’esprit les gestes de la connaissance expérimentale47. Il se forme donc à présent en autodidacte au contact des appareils du laboratoire de physique expérimentale pour en apprivoiser les classiques et, d’abord, de Helmholtz, la Théorie physiologique de la musique48. Il fera de même avec l’Optique physiologique du même auteur49. Il renoue là avec ses plaisirs de jeunesse, lorsqu’il nichait dans cette « chambre-laboratoire où il confectionnait des objets en bois, mâture et voilure d’une barque, pont suspendu, etc., [où] il fabriquait aussi des ampoules de verre à l’aide d’un chalumeau à alcool50 ». De même Claparède – de 19 ans son cadet – mentionnait les bricolages du jeune Flournoy dans une orangerie désaffectée transformée en « laboratoire51 ».

  • 52  BGE ms. fr. 7837/2. Dans un journal de Flournoy (sans page de titre), au fol. 12, s.d. [fol. 11v : (...)
  • 53  « Université de Genève. Programme des cours », Journal de Genève, 3 avril 1883.
  • 54  Nicolas, Charvillat (1998, 282) ont ramené à juste titre la dénomination de la chaire de Flournoy (...)
  • 55  Claparède (1921, 10-21) en est à l’origine, suivi de Piaget, 1959, 71 ; Le Clair, 1966, xvii ; Nic (...)
  • 56  Université de Genève, 1883-1884, 9. Dans un compte-rendu de Métaphysique et psychologie paru le 1e (...)
  • 57  Les notes de cours, datées de 1883, en sont consignées à la BGE, ms. fr. 7837/10/11/12 : « Brouill (...)
  • 58  Université de Genève, 1885-1886, 12.

16Reste que huit ans durant, de mars 1882 à novembre 1890, aucune source ne vient attester d’une fréquentation des instruments. À cette date, Flournoy commence une petite série d’expériences faites au salon, sur la perception musicale et rythmique : le paradigme provenait de Helmholtz, les sujets en étaient les membres de sa famille et les instruments le piano et le métronome52. En revanche, à partir de 1882, Flournoy se lance dans la théorie et vise l’enseignement. Sous son nom, un cours de « psychologie » en faculté des lettres, absent du programme des cours, est annoncé dans les journaux pour le semestre d’été 188353. L’aspect physiologique, synonyme d’expérimental54, en est absent : le titre se borne à celui de psychologie. S’il est impossible de savoir ce qu’il en est, il faut de toute façon corriger l’historiographie qui place en 1885-1886 le premier cours de Flournoy à l’université, à propos de la théorie de Kant55. Car divers recoupements montrent que son premier cours en tant que privat-docent a lieu deux ans auparavant, au semestre d’hiver 1883-188456. Il s’agit d’un cours de Logique et théorie de la connaissance où, bien qu’il traite beaucoup de psychologie, l’investissement est surtout théorique57. De plus, d’autres savants occupent le terrain : en 1885, lorsqu’il enseigne la philosophie de Kant, un cours de « physiologie des sons » est donné en faculté des lettres par le professeur de physique de Kiel, Gustav Karsten58, l’éditeur allemand de l’Allgemeine Enzyclopädie der Physik dans laquelle Helmholtz avait fait paraître son Optique physiologique.

  • 59  Édouard de Charrière à Flournoy, 5 décembre 1887, BGE ms. fr. 7835, fol. 71.

17Durant cette décennie, Flournoy développe une connaissance encyclopédique qui inclut également la logique, pendant formel de la psychologie enseignée à Genève. En décembre 1887, un de ses étudiants discute de « savoir sur quoi repose la nécessité avec laquelle se présentent à notre esprit les 3 principes de logique de : l’identité, contradiction et tiers-exclu59 ». Son cours de philosophie des sciences de l’hiver 1887-1888, absent du Programme des cours, comporte les sections suivantes :

I. introduction sur le sens du terme « philosophie des sciences »

II. classification des sciences. Coup d’œil sur les principaux essais (Bacon – Comte – Ampère – Spencer)

III. méthodologie générale. – induction et déduction – analyse et synthèse

IV. méthodologie spéciale. Aperçu des méthodes caractéristiques et examen des principes fondamentaux des grands groupes de sciences :
Sciences logico-mathématiques (surtout la question de l’espace et des axiomes géométriques)
Sciences physiques
Biologie (hypothèses diverses sur l’essence et l’origine de la vie)
Sc. de l’esprit. Geisteswissensch. des Allemands (en particulier les principes de la Psychologie Physiologique)

  • 60  Flournoy à Bouvier, 20 octobre 1887, BGE ms. fr. 3088, fol. 164. Il pourrait s’agir de Robert Bouv (...)

V. Conclusion sur la nature et les routes de la certitude scientifique60.

  • 61  BGE ms. fr. 7838/1-7, Cours de philosophie des sciences, 36 leçons du 28 octobre 1887 au 17 mars 1 (...)

18Ses notes pour ce cours – près de 250 folii61 – font état d’une immense quantité de lectures et de références qui atteste, dans le prolongement du cours de logique et théorie de la connaissance, d’un solide travail théorique. La psychologie physiologique en fait partie et la manière uniquement discursive dont il l’envisage ne laisse pas présager du tournant matériel qui s’effectuera après sa nomination.

  • 62  BGE ms. fr. 7838/8, page de garde. Il s’agit des travaux de Dunan, 1888 et De la Rive, 1888.
  • 63  Flournoy, 1890.
  • 64  BGE ms. fr. 7838/8, 1-2.

19Les leçons manuscrites fragmentaires qui nous sont parvenues de son premier cours de psychologie physiologique de l’hiver 1888-1889 en révèlent le style. Ces trois leçons, données du 30 janvier au 6 février 1889 et numérotées de 24 à 26, montrent qu’il s’agit, là encore, d’un cours ex cathedra. Il y présente l’état de la question sur les théories de la représentation spatiale et réfère à un grand nombre de travaux, par Johannes Müller, Johannes Herbart, Hermann Lotze, Alexander Bain, Wilhelm Wundt, William James, articulés aux récentes études de Charles Dunan et du physicien genevois Lucien de la Rive qui ont juste publié en 1888 des recherches sur la notion d’espace62. D’emblée, et en résonance avec son livre Métaphysique et psychologie qui est en pleine gestation63, Flournoy s’attache à disjoindre les territoires de la métaphysique et de la psychologie, laquelle « devrait prendre l’intuition de l’espace sans trancher la question métaphysique d’un espace réel. Mais en tant que physiologique, elle doit trancher cette question ds le sens réaliste comme les sciences physiques64. » Le cours s’ouvre sur la théorie nativiste de Müller et continue sur les théories génétiques sur lesquelles il s’étend, mais sans référer à des expériences. On peut résumer l’ensemble des cours de Flournoy dans le tableau 1.

Tableau 1. Liste des enseignements de Flournoy à l’université de Genève de 1881

Tableau 1. Liste des enseignements de Flournoy à l’université de Genève de 1881

20Ce tableau résume l’ensemble des cours tant imaginés que donnés par Flournoy de 1881 à 1893 et reporte les ambiguïtés dues aux modalités d’annonce (les journaux et/ou le programme de cours). S’il est difficile d’affirmer que certains cours ont été donnés, on voit en revanche paraître une nette spécialisation des cours, passant de la philosophie, de l’histoire des sciences, de la philosophie des sciences, de la logique et théorie de la connaissance à un cours monothématique, la psychologie physiologique. L’hiver 1888-1889 est à cet égard déterminant, coïncidant peut-être avec la perspective du congrès de psychologie physiologique de Paris en août 1889, auquel se rend Flournoy. Un second aspect, qui correspond avec ce changement thématique, est le déplacement du siège institutionnel des cours, qui ont lieu en lettres (avec des thèmes diversifiés) jusqu’en 1890 et en sciences (cours monothématique) dès l’hiver 1888-1889, ouvrant ainsi une période de battement entre les deux. Or c’est précisément durant cette période que Flournoy prépare Métaphysique et psychologie. L’ouvrage, qui reprend et développe une conférence faite en décembre 1888 sur le dualisme, est publié à la fin juin 1890. Envisagé ainsi, le cours de philosophie des sciences du semestre d’hiver 1889-1890 clôt une période où l’intérêt était en priorité philosophique et – on voudrait dire – épistémologique. Et en novembre 1890, après la publication de son ouvrage, et en parallèle du second cours de psychologie physiologique, il a repris quelques expériences en famille, au salon.

21Les retombées du Congrès de Paris, l’inscription de la psychologie physiologique en sciences et les expériences en famille fournissent les premiers indices que Flournoy désirerait prolonger ce cours par des travaux pratiques de laboratoire. Mais sa position de privat-docent y fait obstacle, le poste n’étant ni stabilisé ni rémunéré, et seule sa fortune personnelle familiale le met à l’abri du besoin, Flournoy n’ayant pas de cabinet médical. Les frais élevés à engager pour un laboratoire et son statut instable laissent de fait le projet à l’état d’utopie, un privat-docent pouvant être congédié sans discussion. C’est pourquoi, caressée par Flournoy dès mars 1881 puis l’année suivante où il a été faire ses armes au laboratoire de physique, l’intention de cultiver les pratiques d’expériences – on ne peut parler de laboratoire – a ensuite été mise de côté jusqu’en 1890. Et le projet même du laboratoire ne prend substance qu’à l’automne 1891, après sa nomination au titre de professeur extraordinaire de psychologie physiologique.

22Le meilleur témoignage du fait que, en parallèle de sa nomination, Flournoy désire expérimenter est la tentative d’obtenir un chronographe fabriqué par l’ingénieur et professeur de botanique à la faculté des sciences, Marc Thury, directeur de la Société d’instruments de physique (SIP) de Genève. Le vendredi 3 juillet 1891, Thury, rapporteur de sa commission de nomination, vient lui annoncer la réponse positive et lui apporte en même temps les plans d’un chronographe dessinés à sa demande quelques jours auparavant. Le temps du week-end et Flournoy lui répond le lundi 6 juillet pour lui signifier qu’il préfère ne pas le faire fabriquer. Ceci parce qu’il est trop précis, donnant le 5 000’ de seconde, inutile pour le psychologue, et que son prix est rédhibitoire :

  • 65  Flournoy à Marc Thury, 6 juillet 1891, BGE ms. fr. 3542, fol. 17r-v.

Le prix forcément élevé auquel me reviendrait le chronographe complet (avec table, electroaimants, etc.), comparé au peu d’utilité pratique qu’il m’offrirait en réalité, en fait un objet de luxe auquel je suis obligé de renoncer actuellement65.

  • 66  Hirsch, 1862. Sur l’histoire des temps de réaction, voir Nicolas, Ferrand, 2001.
  • 67  Ratcliff, Borella, Piguet, 2006, 52.

23De plus, l’instrument employé déjà par Hirsch et Plantamour pour la mesure du temps physiologique66 et préconisé par Wundt dans les Grundzüge pour la mesure des temps de réaction est bien sûr le chronoscope de Hipp. C’est pourquoi, en parallèle à sa demande « molle » d’un chronographe que Thury avait prise au sérieux, Flournoy a aussi chargé Schiff de lui procurer un chronoscope. Commandés chez Hipp à Neuchâtel, le chronoscope et deux électroaimants arrivent en automne 1891, suivis d’un appareil de chute67. Toutefois, ces machines sont en nombre insuffisant pour s’acquitter des diverses fonctions d’un laboratoire, entre reproduction d’expériences, exercices pratiques, didactique et recherche à proprement parler. Et pour traiter des fondamentaux de la psychologie, il manque plusieurs classes d’instruments, notamment tout l’appareillage concernant l’audition, l’optique, les outils de démonstration neurologique et de nombreux appareils physiologiques pour l’étude des sensations. Certes, le modèle instrumental de Leipzig est déterminant pour créer un laboratoire de psychologie, mais face à la quantité croissante de travaux et d’instruments disponibles dès 1890 sur le marché européen, la question reste de savoir quels critères adopter pour débuter un laboratoire, surtout si l’on dispose de peu de moyens. Les demandes faites en un premier temps à Thury à Genève et Hipp à Neuchâtel montrent que, par nécessité autant que par facilité, Flournoy s’est d’abord tourné vers le marché local. Or les Romands, qui bénéficient certes de leur tradition d’horlogerie déjà tricentenaire pour réaliser des appareils électromécaniques, sont loin d’être aptes à pourvoir aux besoins d’un jeune laboratoire de psychologie. Pour cela, il faudrait disposer d’un guide ou d’un exemple.

Hugo Münsterberg ou le savoir prodigue

  • 68  Cattell (1928, 546) rappelle que « Wundt rejected as a doctorate dissertation Münsterberg’s very a (...)
  • 69  Münsterberg à Flournoy, 9 septembre 1891, BGE ms. fr. 7835, fol. 257.
  • 70  Toutes les citations des paragraphes qui suivent sont tirées de Flournoy, Journal, BGE ms. fr. 783 (...)
  • 71  Elbs : « Uhr marquant le 1/100 seconde, sans électricité », « Apparat fur Optische Kettenreaction  (...)
  • 72  « Blasetorch », « Appareil (non encore employé) pr examiner l’effet des Emotions », « Appareil pr (...)

24Au congrès de Paris de 1889, Flournoy a rencontré de nombreux savants et, parmi eux, Hugo Münsterberg. Formé chez Wundt, mais en opposition avec lui68, il enseigne la psychologie à Freiburg-im-Breisgau où il a créé un laboratoire. Au début du mois de septembre 1891, Flournoy lui écrit pour lui demander conseils et informations relatifs aux instruments ; il reçoit en retour une invitation à venir visiter le laboratoire de Freiburg69. Arrivé à Freiburg l’après-midi du 20 octobre 1891 – à la veille de l’ouverture du semestre universitaire le 22 octobre –, Flournoy se rend le lendemain au domicile privé de Münsterberg où est installé le laboratoire. Il note dans son journal : ce sont « 2 belles pièces communiquant, pouvant avoir en tout 40 à 50 m2 de surface ; - donnent sur un corridor et sortie indépendte de l’appartement, comme pr rentrée des elèves70 », car une douzaine de jeunes américains envoyés par William James y étudient la psychologie expérimentale. Flournoy décrit dans son journal ces deux salles qui abritent 28 instruments, appareils et objets. Un tiers provient du fabricant Elbs à Freiburg, quatre de Krille à Leipzig, deux autres pour l’étude de l’audition sont de Appun à Hanau71, et le chronoscope de Hipp y loge inévitablement. À cela s’ajoutent cinq instruments dont Flournoy omet de donner le nom des constructeurs72, des appareils électriques (clefs, rhéostats), des séries de parfums et flacons d’odeurs, des dessins d’illusions d’optique, des coupes de la tête et de l’œil, un cerveau démontable en papier mâché et du papier gélatine. Bref, si c’est bien là un avatar du modèle de Leipzig, ayant subi des transformations, ce n’est en tout cas pas le modèle théorique auquel Flournoy a affaire depuis une décennie. Aussi, pour mieux graver l’événement, Flournoy croque-t-il des schémas de la moitié des instruments.

  • 73  Flournoy, 1896, 6. Il invoque toutefois aussi l’absence d’instruments de contrôle. Pour une analys (...)

25La rencontre avec Münsterberg – dont Flournoy transcrit les nombreuses explications – c’est aussi l’expérience sociale du savoir tant explicite que prodigué. Ce sont déjà les modifications réalisées pour certains instruments, par exemple le Tonmetzer d’Appun auquel Münsterberg a fait ajouter une octave de part et d’autre ; les parfums qu’il a fait créer « par un grd parfumeur de Berlin » ou encore « l’appareil pour examiner l’effet des émotions etc. sur la perception des couleurs » pour lequel il fait ajouter des diaphragmes au 1/10 de mm. Le professeur allemand commente les appareils, à coup de détails essentiels sur leur fonctionnement : les diapasons doivent être frappés ensemble pour que « le nombre de battements indique la différence de vibration tt juste perceptible » ; il faut tenir compte de la durée de marche des différentes horloges : le Hipp fonctionne une minute, tandis que l’horloge au 1/100 de seconde de Elbs, 15 minutes. De plus, « überhaupt ne doit-on pas attendre exactitude absolue du Chronosc. de Hipp ». Bref, les trucs de laboratoire, ainsi que des éléments de biographie concrète des instruments, sont transmis. Participant d’une démarche de savoir prodigué, de telles informations sont précieuses et Flournoy y gagnera un temps considérable aussi bien pour l’installation du laboratoire que pour ses propres recherches. Par exemple, dans ses travaux sur la typologie des temps de réaction – 25’000 temps de réaction mesurés entre 1892 et 1896 – il abandonne vite le Hipp au profit du chronoscope de d’Arsonval73. Moins totémique mais plus efficace.

Fig. 1 – Commentaires et croquis de quelques instruments de Münsterberg dans le journal de Flournoy

Fig. 1 – Commentaires et croquis de quelques instruments de Münsterberg dans le journal de Flournoy

© BGE, photo Matthias Thomann

  • 74  Gundlach 2007, 197. Il sera relayé par Zimmermann.

26Mais c’est loin d’être fini. Münsterberg lui donne aussi les prix des appareils, aspect évidemment crucial pour pouvoir équilibrer les envies d’objets avec les contraintes financières. Et, en plus de l’abondance des renseignements divers, il ajoute parfois un jugement sur certaines machines ou leurs constructeurs : il « déconseille » le Kontrolhammer pour calibrer le Hipp, « instrument bcp trop massif, compliqué, électroaimant bien inutile, rencherissemt superflu » ; il « déconseille fortement » le Sprechcontact de Cattell, on a plus vite fait de « presser simplemt une clef à l’instant où on crie le mot ». Quant à l’Apparat für Armbewegungen de Elbs, il est « trop bon marché, le constructeur a perdu dessus », et le modeste Elbs dira aussi à Flournoy que son Apparat fur Optische Kettenreaction « demande encore bcp de perfectionnement ». En revanche, Krille de Leipzig a oublié des pièces importantes dans l’« appareil de Wundt pr impressions simultanées ». Krille, principal fabricant de Wundt jusqu’à son décès en 189374, est sa bête noire : c’est lui qui fabrique les instruments « déconseillés » par le professeur de Freiburg, lequel, note Flournoy, « n’est pas content de Krille ».

  • 75  Feuerhahn, 2010, 152.
  • 76  La demande est formulée dans une lettre de William James à Hugo Münsterberg, du 21 février 1892, v (...)
  • 77  Collins (2010, 116-119) distingue sur un même axe des tacit knowledge, allant du faible au fort, l (...)
  • 78  La rétention du savoir a été formalisée notamment dans le management d’entreprise par Doan, Rosent (...)
  • 79  Feuerhahn, 2010, 157.

27Lorsqu’ils se quittent, Münsterberg propose même de vérifier les appareils qu’achètera Flournoy chez Elbs avant de les lui envoyer, et il lui communique ses impressions sur l’évolution de la psychologie expérimentale en Europe. Au fond, il est peu étonnant qu’un professeur aussi libéral de ses connaissances ait fait quelques mois plus tard l’objet des demandes pressantes de William James, déjà « impressionné par [s]es travaux75 », pour venir à Harvard prendre la direction du laboratoire76. Les étudiants américains ont probablement confirmé à James son ouverture dans la transmission du savoir, savoir non seulement explicite, mais également prodigue, à l’opposé d’un savoir retenu. Fondamentalement différent des savoirs tacites77, le savoir prodigué constitue un pôle d’un axe qui oppose la rétention78 à l’ouverture ou prodigalité du savoir et agit ainsi sur la motivation. Une discipline ne naît pas sans enthousiasme ni générosité – et sans stratégie. Et, par ailleurs, les savants se transforment : le personnage de Münsterberg au contact de Flournoy a peu à voir avec le même personnage une décennie plus tard, lequel, n’ayant pas réussi à obtenir de poste académique en Allemagne, adoptera des attitudes de « mandarin de Fribourg dans un contexte américain79 ».

  • 80  Selon Klein, 2011, 240, le rôle de Münsterberg était d’avoir permis à Flournoy « d’adopter et de r (...)

28Mais Flournoy n’a pas affaire à un mandarin, car, pour lui, les leçons tirées de la visite à Münsterberg sont difficiles à compter : il a pris connaissance d’informations concrètes et précieuses sur les instruments classiques et récents de la recherche expérimentale, leur fonction et fonctionnement. Il est au fait du marché allemand des instruments, des fabricants fiables et de ceux à éviter. Certes, ce n’est là que l’opinion d’un seul professeur, mais son rôle motivationnel est crucial80. En plus des aspects techniques et commerciaux, Flournoy se fait à présent une idée synthétique de ce qu’est un laboratoire de psychologie, pouvant servir de modèle pour créer celui de Genève. L’accès direct à un des rares laboratoires d’Europe en 1891 illustre le choix des instruments et, par conséquent, la nouvelle forme qui en résulte – inspirée du modèle de Leipzig mais avec d’importantes transformations.

  • 81  Durkheim, 1887, 429 : de 1879 à 1882, Wundt « subvenait lui-même aux frais d’appareils et d’expéri (...)

29Retournant donc à Genève avec une représentation performative du laboratoire, la rencontre avec Münsterberg l’a aussi fixé sur les questions financières. De même que pour Wundt durant les premières années d’existence du Seminar ou laboratoire81, le financement mis en œuvre par Münsterberg est à l’évidence privé. La question doit faire d’autant plus mouche chez Flournoy qu’elle fait écho à sa réaction dans l’affaire du chronographe de Thury, où, en juillet 1891, l’hypothèse du laboratoire était encore tout utopique :

  • 82  Flournoy à Marc Thury, 6 juillet 1891, BGE ms. fr. 3542, fol. 17v.

S’il s’agissait d’organiser, pour l’université, aux frais et dans les locaux de l’État, un laboratoire de psychologie physiologique, le chronographe y serait indispensable ; mais nous n’en sommes pas là. Pour l’hiver prochain, et sans doute bien longtemps encore, je devrai me contenter d’expérimenter chez moi, avec l’assistance des membres de ma famille ou de quelques amis complaisants82.

  • 83Ibid.
  • 84Ibid. Les informations entre crochets sont de Flournoy.
  • 85  Dans le Programme des cours (Université de Genève, 1891-1892, 5-7), seul le cours est annoncé pour (...)

30La situation est nette : même après sa nomination, le laboratoire reste un mirage, car l’obstacle financier est considérable. Le chronoscope de Hipp, « le “compteur de tour” – et quelques autres petites choses83 » qu’il a commandées en juillet 1891 par l’intermédiaire de Schiff sont clairement destinés à être utilisés en famille au salon – ou l’interchangeabilité n’a pas lieu –, et non au laboratoire, car, ajoute-t-il, ils « absorberont d’un seul coup et d’avance plusieurs années du traitement [500 fr] attaché à la chaire de Psychologie physiologique84 ». Aucun laboratoire de psychologie n’est annoncé dans le programme des cours pour l’année 1891-1892, car la chose est simplement impensable jusqu’en octobre 189185.

  • 86  Selon Nicolas, Charvillat, 1998, 283, « It is important to stress that the laboratory started func (...)
  • 87  Ce sont : Pendule au 1/100 seconde, Sphygmograph (sans les pieds), Schallapparat (avec support), A (...)
  • 88  Pour Nicolas, Charvillat, 1998, 283 : « as for the experimentation instruments, most of them were (...)
  • 89  Ratcliff, Borella, Piguet, 2006, 52-54 ont montré quels sont les instruments achetés de 1892 à 189 (...)
  • 90  Par exemple, selon Nicolas, Charvillat (1998, 283), « Flournoy was supposed to introduce his stude (...)

31À cette date, le fait de voir Münsterberg assurer le financement de son propre laboratoire, d’en avoir reçu tous les réseaux et la culture matérielle à travers ce qui apparaît comme un modèle motivationnel, est à l’évidence la meilleure caution pour s’atteler en urgence à la création de celui de Genève. Les murs en seront finalement universitaires et les instruments issus d’un mélange de fonds privés et de donations86, la stratégie consistant à faire des demandes de financement pour tenter de se faire rembourser après coup les instruments payés de sa poche. Car, avant de quitter Freiburg le 21 octobre 1891, Flournoy commande sept instruments chez Elbs pour environ 900 Marks87. Or, contrairement à l’idée voulant que Flournoy ait bricolé ses premiers instruments88 – ce qu’aucune source de l’époque n’atteste –, le laboratoire qui s’ouvre quatre mois plus tard, le 15 février 1892, dispose bien d’appareils issus de constructeurs professionnels, provenant de Neuchâtel, de Freiburg et de Genève, pour un total d’une dizaine d’instruments89. Et ce n’est qu’après ce don du savoir qu’a pu se stabiliser la relation de nécessité, que les historiens ont voulu retrouver entre la psychologie physiologique et le laboratoire90. Les raccourcis analogiques sont toujours prêts à remplir un vide.

Conclusion

32L’approche microhistorique adoptée ici, basée sur des archives et reconstruisant un système de sources autour de la genèse du laboratoire, a permis de distinguer les faits valides des autres et de falsifier les représentations issues du raccourci analogique. Ainsi : 1) Flournoy n’a jamais assisté au laboratoire de Wundt et la culture matérielle qui participe du modèle de Leipzig n’est que tardivement médiatisée grâce à Münsterberg, par lequel une filiation est transmise ; 2) sur le plan de la transmission du savoir, durant une décennie, Flournoy ne donne que des cours théoriques parmi lesquels se trouve, dès 1888, la psychologie physiologique ; 3) l’expérimentation apparaît sporadiquement en 1882, mais n’est articulée à aucun cours et n’est reprise en famille qu’à la fin 1890. Quant au projet de laboratoire, il ne prend forme qu’après sa nomination en juillet 1891, et cela, sous deux conditions : d’une part, d’en avoir vu de ses yeux et touché un modèle concret, de l’autre, d’avoir compris que, à ses débuts du moins, son financement allait être en partie privé. C’est là l’importance de la rencontre avec Münsterberg faite sous le signe des savoirs prodigués. Par la suite, le financement du laboratoire sera relayé par plusieurs sources. 4) Enfin, les instruments présents à l’ouverture du laboratoire sont achetés chez des constructeurs professionnels et certainement pas uniquement bricolés par Flournoy.

  • 91  Bachelard, 1938, 16.

33Pour l’historien, l’identification d’un raccourci analogique dessine une fenêtre temporelle précise sur laquelle mener l’investigation microhistorique, dans le cas présent, la période allant de 1879 à 1892. Sont ainsi fixées des bornes, en tout cas la date extrême de cet événement historique, lors de son aboutissement. En ouvrant cette boîte de Pandore, nous avons montré comment, issue de Claparède, l’historiographie a assigné au laboratoire de Genève un pedigree tissé d’éléments vrais et faux, adéquats et inopportuns, glanés dans des sources uniquement imprimées, devenus tellement évidents qu’elles ne sont plus, ni interrogées, ni même parfois citées précisément. La force de l’évidence analogique est telle qu’elle neutralise ce « sens du problème » qui, selon Bachelard, caractérise l’esprit scientifique91. Une partie des historiens ne citent même plus la phrase précise – rarement croisée avec d’autres – s’arrogeant ainsi un « droit de ne pas citer » qui installe leur propos dans le dictionnaire des idées reçues. Le raccourci analogique, sans doute irréfléchi, opère par sélection ou ignorance des sources. Il ne produit pas, mais répète des connaissances d’autant plus fausses qu’elles semblent aller de soi. C’est là un dispositif narratif idéal pour la construction d’une mémoire disciplinaire fausse mais faisant autorité – mythologique – car la source y est envisagée de manière isolée. Elle n’est plus traitée comme une composante d’un système de sources qu’il s’agit justement de rechercher et de reconstruire, en se basant sur l’hypothèse que cette source n’est qu’une partie de l’histoire, que d’autres sources viendront préciser ou contredire. A contrario, l’unité méthodologique fonctionnelle est le système de sources, c’est-à-dire la relation et non la source.

  • 92  Apfelbaum, 1993, 18.
  • 93  Apfelbaum, 1993, 16.
  • 94  Müller, 1997, 76.
  • 95  Journal, minute de lettre de Flournoy à Münsterberg, BGE ms. fr. 7837/3, fol. 19.

34Finalement, ce que masque le raccourci analogique touche à la fragilité et à la contingence au sein des projets humains, dans la transmission et dans l’institutionnalisation des savoirs. Comme l’écrit Erika Apfelbaum à propos de l’histoire rétrospective de la psychologie sociale, « la reconstitution de la réalité historique n’a pas seulement battu en brèche des mythes d’origine, elle a aussi permis de fonder des pratiques de recherche que les options épistémologiques précédentes avaient mises à l’index92 ». Situé à l’opposé, le raccourci analogique figure donc parmi les recettes paresseuses et tacites dont s’alimente une « histoire rétrospective, avant tout orientée vers une reconstitution des généalogies et des filiations de ce qui se donne aujourd’hui comme psychologie93 ». Identifier un raccourci analogique permet alors justement de contrer l’histoire rétrospective ou présentiste qui, selon la formule de Bertrand Müller, « assujettit le passé au présent94 ». Mais si, sans doute, sertir une narration historique d’un pedigree remplit une fonction célébrative, faut-il pour autant éliminer l’étude des filiations ? Car, si Flournoy n’a aucune relation avec le laboratoire de Wundt, la filiation avec celui de Münsterberg est indéniable et pertinente. Contrairement donc, tant à l’histoire rétrospective qu’à une histoire socioculturelle qui disqualifierait a priori l’étude des filiations, la démarche microhistorique adoptée ici a permis de reconstruire les relations entre projets, contingences et événements en les inscrivant dans leurs contextes, durant la périodisation indiquée par le raccourci analogique. D’où une légitimité à rechercher non pas des pedigrees, mais des filiations pertinentes lorsqu’elles sont articulées aux systèmes de contextes. Car tout porte à croire que s’il n’avait pas rencontré Münsterberg, Flournoy aurait continué, comme il l’affirme en juillet 1891, à faire quelques expériences dans son salon et, partant, à enseigner une psychologie certes physiologique, mais sans prolongements expérimentaux. Aussi n’est-ce pas un hasard si, lorsqu’il quitte Freiburg le 21 octobre 1891, il écrit à Münsterberg pour le remercier : « Si jamais un laboratoire psychologique voit le [jour] à Genève, vous mériterez bien d’en être le parrain95 ! » La prodigalité du « parrain » avait servi de déclencheur motivationnel, de canal de transmission d’une totalité plutôt que de simples connaissances, ainsi que, probablement, d’idéal au moins transitoire pour la création du laboratoire. Sans cette rencontre, qui venait réorienter tout le parcours de Flournoy depuis 1880 en réveillant le projet expérimental qui allait capter momentanément toute son énergie, le laboratoire de psychologie de Genève – et l’École de psychologie qui suit ? – serait peut-être resté à l’état de désir obscur, vague et inachevé.

Haut de page

Bibliographie

Apfelbaum, E., 1993, « Quelques leçons d’une histoire de la psychologie sociale », Sociétés contemporaines, 13(1), La psychologie sociale et ses histoires, p. 13-24.

Ash, M. G., 1995, Gestalt psychology in German culture, 1890-1967, Cambridge, Cambridge University Press.

Allport, G., 1968, « The historical background of modern social psychology », dans Lindzey, G., Aronson, E. (dir.), The Handbook of Social Psychology, 2e éd., vol. I. Reading, MA, Wesley (1re éd. 1954).

Bachelard, G., 1938, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin.

Berguer, H., 1920 (20 novembre), « Théodore Flournoy (1854-1920) », Semaine religieuse.

Blanckaert, C., 1993, « Buffon and the Natural History of Man : Writing History and the “Foundational Myth” of Anthropology », History of the Human Sciences, 6(1), p. 13-50.

Brandt, P.-Y., 2013, « Berguer, Rochedieu: Flournoy’s Legacy in the Genevan School of the Psychology of Religion », Archive for the Psychology of Religion, 35(1), p. 31-46.

Bringmann, W. G., Bringmann, N. J., Ungerer, G. A., 1980, « The establishment of Wundt’s laboratory: An archival and documentary study », dans Bringmann, W. G., Tweney, R. D. (dir.), Wundt studies, Toronto, Hogrefe, p. 123-157.

Carroy, J., Schmidgen, H., 2006, « Psychologies expérimentales : Leipzig-Paris-Würzburg (1890-1910) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 24(1), p. 171-204.

Cattell, J. M., 1928, « Early Psychological Laboratories », Science, New Series, 67/1744, p. 543-548.

Cifali, M., 1983, « Théodore Flournoy, la découverte de l’inconscient », Le Bloc-Note de la Psychanalyse, 3, p. 111-131.

Claparède, E., 1921, « Théodore Flournoy, sa vie et son œuvre (1854-1920) », Archives de psychologie, 18, p. 1-124.

Collins, H., 2010, Tacit and Explicit Knowledge, Chicago, University of Chicago Press.

Danziger, K., 1990, Constructing the Subject: Historical Origins of Psychological Research, Cambridge, Cambridge University Press.

David, J.-E., 2004, Notes au crayon : souvenirs d’un arpenteur genevois (1855-1898), Lausanne, Éditions d’en bas.

De la Rive, L., 1888, « Sur la composition des sensations et la formation de la notion d’espace », Mémoires de la SPHN, 30(4).

Delabarre, E.-B., 1894, « Les laboratoires de psychologie en Amérique », L’année psychologique, 1, p. 209-255.

Doan, Q. M., Rosenthal-Sabroux, C., Grundstein, M., 2011, « A Reference Model for Knowledge Retention within Small and Medium-sized Enterprises », dans KMIS, Proceedings of the International Conference on Knowledge Management and Information Sharing, Paris, 26-29 octobre 2011, p. 306-311.

Dunan, C., 1888, « L’espace visuel et l’espace tactile », Revue philosophique de la France et de l’Étranger, 25, p. 134-169.

Durkheim, E., 1887, « La Philosophie dans les universités allemandes », Revue internationale de l’enseignement, 13, p. 313-338, 423-440.

Feuerhahn, W., 2010, « Œuvrer pour l’unité de la connaissance humaine, Le Congress of Arts and Science de Saint Louis (1904) », Revue germanique internationale, 12, p. 139-157.

Findlen, P., 1993, « Controlling the experiment: Rhetoric, court patronage and the experimental method of Francesco Redi », History of Science, 31, p. 35-36.

Flournoy, T., 1890, Métaphysique et psychologie, Genève, Georg.

Flournoy, T., 1896, Observations sur quelques types de réaction simple, Genève, Eggimann.

Grandjean, F., 1920, « Théodore Flournoy », dans Biographies genevoises, 76, s.p. (Bibliothèque de Genève).

Gundlach, H., 2007, « What is a psychological instrument ? », dans Ash, M. G., Sturm, T. (dir.), Psychology’s Territories: Historical and Contemporary Perspectives From Different Disciplines, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates, p. 195-224.

Helmholtz, H. von, 1865, Die Lehre von den Tonempfindungen als physiologische Grundlage für die Theorie der Musik, Braunschweig, Vieweg, 2e éd.

Hirsch, A., 1862, « Expériences chronoscopiques sur la vitesse des différentes sensations et de la transmission nerveuse », Bulletin de la Société des Sciences de Neuchâtel, 6, p. 100-114.

Hofstetter, R., 2010, Genève : creuset des sciences de l’éducation (fin du xixe siècle – première moitié du xxe siècle), Genève, Droz.

Hofstetter, R., Ratcliff, M. J., Schneuwly, B., 2012, Cent ans de vie. La faculté de psychologie et des sciences de l’éducation héritière de l’Institut Rousseau et de l’ère piagétienne, Genève, Georg.

Hui, A., 2013, The Psychophysical Ear: Musical Experiments, Experimental Sounds, 1840-1910, Harvard, MIT Press.

Jacob, C., 2011, Lieux de savoir, vol. ii, La main de l’esprit, Paris, Albin Michel.

Klein, A., 2011, « La correspondance d’Alfred Binet à Théodore Flournoy : témoignage inédit d’une collégiale amitié », Bulletin de psychologie, 64(3), p. 239-250.

Le Clair, R.C., éd., 1966, The Letters of William James and Théodore Flournoy, Madison, University of Wisconsin.

Lepetit, B., 1996, « De l’échelle en histoire », dans Revel, J. (dir.), Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, p. 71-95.

Marcacci, M., 1987, Histoire de l’Université de Genève 1559-1986, Genève, Université de Genève.

Marcacci, M., 1998, « Accueil et résistance dans la Genève du xixe siècle aux idées et aux projets de Carl Vogt », dans Pont, J.-C. et al. (dir.), Carl Vogt (1817-1895) : science, philosophie et politique, Genève, Georg.

Müller, B., 1997, « Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales », Les Annuelles, 8, p. 173-190.

Nicolas, S., Charvillat, A., 1998, « Théodore Flournoy (1854-1920) and Experimental Psychology: Historical Note », The American Journal of Psychology, 111(2), p. 279-294.

Nicolas, S., Ferrand, L., 2001, « La psychométrie sensorielle au xixe siècle », Psychologie et Histoire, 2, p. 148-173.

Nicolas, S., 2005, « Wundt et la fondation en 1879 de son laboratoire », L’année psychologique, 105 (1), p. 133-170.

Piaget, J., 1959, « Théodore Flournoy (1854-1920) », dans Borgeaud, C. (dir.), Histoire de l’Université de Genève, vol. IV, Annexes, Genève, Georg.

Popplestone, J. A., McPherson, M. W., 1980, « The vitality of the Leipzig Model of 1880-1910 in the United States in 1950-1980 », dans Bringmann, W. G. et Tweney, R. D. (dir.), Wundt studies, Toronto, Hogrefe, p. 226-257.

Ratcliff, M. J., Borella, P., Piguet, E., 2006, « Origines et destin d’un laboratoire de psychologie au tournant du xixe siècle », dans Ratcliff, M. J., Ruchat, M. (dir.), Les laboratoires de l’esprit. Une histoire de la psychologie à Genève, Genève, Musée d’histoire des sciences, p. 47-62.

Robert, L. et al. (dir.), 2008, The Mindful Hand, Inquiry and Invention from the Late Renaissance to Early Industrialisation, Chicago, University of Chicago Press.

Robinson, D. K., 2001, « Reaction-Time Experiments », dans Rieber, R. W. et Robinson, D. K. (dir.), Wilhelm Wundt in History: The Making of a Scientific Psychology, Dordrecht, New York, Kluwer/Plenum, p. 161-203.

Samelson, F., 1974, « History, origin myth and ideology: “Discovery” of social psychology », Journal for the Theory of Social Behaviour, 4, p. 217-231.

Schmidgen, H. 2010, « Münsterberg’s Photoplays: Instruments and Models in his laboratories at Freiburg and Harvard (1891-1893) », en ligne : http://vlp.mpiwg-berlin.mpg.de/pdfgen/essays/art71.pdf

Secord, J. A., 2004, « Knowledge in Transit », Isis, xcv, p. 654-672.

Seippel, P., 1890 [Compte-rendu de Métaphysique et psychologie], Journal de Genève, 1er août 1890.

Skrupskelis, I., Berkeley, E.M., 1992-2004, The correspondence of William James, Charlottesville, University Press of Virginia, 12 vol.

Université de Genève, Programme des cours, 1881-1882, Seconde édition, Genève, Schuchardt.

Université de Genève, Programme des cours, 1883-1884, Genève, Schuchardt.

Université de Genève, Programme des cours, 1885-1886, Genève, Schuchardt.

Université de Genève, Programme des cours, 1888-1889, Genève, Schuchardt.

Université de Genève, Programme des cours, 1891-1892, Genève, Schuchardt.

Université de Genève, Programme des cours, 1892-1893, Genève, Schuchardt.

Van Strien, P. J., 2004, « Paris, Leipzig, Danziger, and Beyond », dans Brock, A., Louw, J., van Hoorn, W. (dir.), Rediscovering the History of Psychology: Essays Inspired by the Work of Kurt Danziger, Dordrecht, Kluwer, p. 75-96.

Wontorra, H. M., 2013, « Early apparatus-based experimental psychology, primarily at Wilhelm Wundt’s Leipzig institute », dans Pléh, C., Gurova, L., Ropolyi, L. (dir.), New perspectives on the history of cognitive science, Budapest, Akademiai Kiado.

Haut de page

Notes

1  Samelson, 1974, 228.

2  Apfelbaum, 1993, 21. Le travail d’Apfelbaum, qui vise à contrer l’histoire rétrospective ou présentiste en psychologie sociale, se base sur le texte princeps de Samelson (1974) sur les mythes de fondation à l’origine de la psychologie sociale. Sur la question du mythe dans la constitution des sciences sociales, en particulier en anthropologie, voir Blanckaert, 1993.

3  Findlen, 1993.

4  Secord, 2004, 659.

5  Lepetit, 1996, 77.

6  Sur la diffusion modeste du modèle de Leipzig en Allemagne, voir Ash, 1995, 17-25 et, pour les compétitions qu’il suscite en France avec le modèle clinique de Paris caractérisé par l’absence d’interchangeabilité (Danziger, 1990, 54), voir Van Strien, 2003 et Carroy, Schmidgen, 2006. En Belgique, le premier laboratoire est fondé par Armand Thiery à Louvain en 1892.

7  Delabarre, 1894, 211. Popplestone, McPherson, 1980 ont mis en évidence comment le modèle instrumental de Leipzig se déploie aux États-Unis au xxe siècle. Sur les instruments de Wundt, voir Wontorra, 2013 et sur le statut de l’instrument psychologique depuis Wundt, voir Gundlach, 2007.

8  Piaget, 1959, 71 ; Le Clair, 1966, xvii ; Cifali, 1983, 113 ; Marcacci, 1987, 232 ; Nicolas, Charvillat, 1998, 282-283 ; Ratcliff, Borella, Piguet, 2006, 51 ; Hofstetter, 2010, 91, 96 ; Klein, 2011, 240-241 ; Hofstetter, Ratcliff, Schneuwly, 2012, 8-10 ; Brandt, 2013, 33.

9  Claparède, 1921, 9.

10  Lepetit, 1996, 77.

11  Flournoy à Auguste-Henri Wartmann, Freiburg [1875, s.d.], Bibliothèque de Genève (BGE) ms. fr. 7836/15, fol. 3 : « J’ai vu une partie des laboratoires, le bedeau m’a dit que nous aurons une table de dissection dans deux mois. » J’ai retranscrit les manuscrits littéralement, y compris les fautes d’orthographe, les abréviations et la ponctuation.

12  Flournoy à Wartmann, 11 juillet 1876, BGE ms. fr. 7836/15, fol. 8v.

13  David, 2004, 161-163.

14  Flournoy à Wartmann, Strasbourg, 28 octobre [1877], BGE ms. fr. 7836/15, fol. 12 : « J’aurai malheureusement peu de temps pour disséquer. »

15  Flournoy à Wartmann, 21 mai 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 26.

16  Flournoy à Wartmann, 21 mai 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 26v-27.

17  Flournoy à Wartmann, Leipzig, 22 juillet 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 32 : « […] que j’en suis revenu des études qu’on fait à Genève, et que je sais à quoi m’en tenir sur la valeur réelle des baccalauréats et des examens ! »

18  Flournoy à Wartmann, 23 juillet 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 32.

19  Berguer, 1920.

20  Flournoy à Wartmann, 28 juin 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 29v.

21  Bringmann, Bringmann, Ungerer, 1980, 134.

22  Claparède, 1921, 9. De nombreux auteurs l’ont suivi : Le Clair, 1966, xvii ; Cifali, 1983, 114 ; Nicolas, Charvillat, 1998, 280 ; Hofstetter, 2010, 92 ; Klein, 2011, 240. En revanche, Piaget, 1959, 71, qui avait connu Flournoy, signale l’année 1878-1879 et ne mentionne pas le passage au laboratoire.

23  Cattell, 1928, 543.

24  Durkheim, 1887, 429.

25  Bringmann, Bringmann, Ungerer, 1980, 140-141 ; Nicolas, 2005, 141.

26  Flournoy à Wartmann, Leipzig, 19 janvier 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 18v.

27  Claparède, 1921, 9.

28  Claparède, 1921, 10 ; Flournoy à Wartmann, Genève, 13 octobre 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 35.

29  Claparède, 1921, 12.

30  David, 2004, 162.

31  L’Académie créée par de Bèze en 1559 est transformée en université par Carl Vogt en 1873, important le modèle allemand de la liberté académique, voir Marcacci, 1998.

32  Hofstetter, 2010, 92.

33  Flournoy à Wartmann, Genève, 23 mars 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 50.

34  Flournoy à Wartmann, Genève, 8 juillet 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 52v.

35  Flournoy à Wartmann, Genève, 23 mars 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 49v.

36  Flournoy à Wartmann, Genève, 23 mars 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 50r-v.

37  Flournoy à Wartmann, Genève, 27 mars 1879, BGE ms. fr. 7836/16, fol. 24.

38  Flournoy à Wartmann, Genève, 8 juillet 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 51r-v.

39  Flournoy à Wartmann, Genève, 2 octobre 1881, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 53.

40  « Université de Genève. Programme des cours », Journal de Genève, 11 octobre 1881.

41  Université de Genève, 1888-1889, 5.

42  Université de Genève, seconde édition, 1881-1882.

43  Brandt, 2013, 33, n. 1.

44  Flournoy à Élie Wartmann, 21 novembre 1875, BGE ms. fr. 7837/1, fol. 4 : « Je ne veux pas laisser s’écouler plus de temps sans venir vous remercier pour les conseils que vous avez bien voulu me donner pour mes études. Je les ai suivis jusqu’à présent et m’en suis bien trouvé. »

45  « Je ne tardais pas à démontrer que la place n’était pas plus faite pour moi que moi pour la place », David, 2004, 148.

46  Flournoy à Auguste-Henri Wartmann, 13 février 1882, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 57.

47  Sur la question des gestes et en particulier de l’usage de la main dans les pratiques d’expériences voir Robert et al. 2008 et Jacob, 2011.

48  Helmholtz, 1865 (2e édition). Sur les innovations de Helmholtz qui utilise la musique « non seulement comme objet mais aussi comme moyen » d’investigation des perceptions, voir Hui, 2013, 87.

49  Flournoy à Wartmann, 13 février 1882, BGE ms. fr. 7836/17, fol. 57r-v : « Maintenant je fais un peu d’optique, mais j’y vais moins souvent parce qu’il me faudrait le soleil qui ne se montre guère. Je pense que je vais bientôt lâcher mes expériences, pour les reprendre au semestre d’été ; il faut que je lise le bouquin d’Helmholtz, que j’ai déjà culotté l’année dernière, mais dont il ne me reste rien. »

50  David, 2004, 83.

51  Claparède, 1921, 5. Le souvenir est de Berguer, 1920, s.p. : « il avait à Champel son petit laboratoire, chez son grand-père, et faisait là, devant deux ou trois d’entre nous, ses premières expériences de physique et de chimie ».

52  BGE ms. fr. 7837/2. Dans un journal de Flournoy (sans page de titre), au fol. 12, s.d. [fol. 11v : « 27 nov. 1890 »] se trouvent des expériences sur l’intercalage de tons (sujet : Marie) ; aux fol. 12v et 13 (1er déc.), des expériences de seuils rythmiques au métronome (sujets : Blanche, Marie), et au fol. 13v des expériences d’association de significations aux notes (sujets : Marguerite, Lili et Blanche). On voit que l’interchangeabilité propre au modèle de Leipzig, selon Danziger (1990), ne fonctionne pas ici.

53  « Université de Genève. Programme des cours », Journal de Genève, 3 avril 1883.

54  Nicolas, Charvillat (1998, 282) ont ramené à juste titre la dénomination de la chaire de Flournoy « psychologie physiologique, soit expérimentale », aux hésitations caractéristiques de cette période de transition.

55  Claparède (1921, 10-21) en est à l’origine, suivi de Piaget, 1959, 71 ; Le Clair, 1966, xvii ; Nicolas, Charvillat, 1998, 280 et Klein, 2011, 240.

56  Université de Genève, 1883-1884, 9. Dans un compte-rendu de Métaphysique et psychologie paru le 1er août 1890, un ami intime, Paul Seippel (1890, 3), écrit que depuis sept ans, Flournoy a dispensé des cours libres « sur le Système de Kant, sur la Philosophie des sciences, sur la psychologie expérimentale », ce qui porte le début des cours à 1883. On trouve la même date si l’on suit la remarque dans la nécrologie de Grandjean, 1920, s.p. : « il s’inscrivit, en 1883 […] comme privat-docent à l’Université de Genève et il commença des cours de philosophie ». Une dernière source, un encart « Ceux qui s’en vont » dans La Suisse du 7 novembre 1920, le mentionne aussi comme privat-docent en 1883.

57  Les notes de cours, datées de 1883, en sont consignées à la BGE, ms. fr. 7837/10/11/12 : « Brouillons sur la logique » et « Logique et théorie de la connaissance ».

58  Université de Genève, 1885-1886, 12.

59  Édouard de Charrière à Flournoy, 5 décembre 1887, BGE ms. fr. 7835, fol. 71.

60  Flournoy à Bouvier, 20 octobre 1887, BGE ms. fr. 3088, fol. 164. Il pourrait s’agir de Robert Bouvier, « un de ses anciens élèves », Claparède, 1921, 30.

61  BGE ms. fr. 7838/1-7, Cours de philosophie des sciences, 36 leçons du 28 octobre 1887 au 17 mars 1888.

62  BGE ms. fr. 7838/8, page de garde. Il s’agit des travaux de Dunan, 1888 et De la Rive, 1888.

63  Flournoy, 1890.

64  BGE ms. fr. 7838/8, 1-2.

65  Flournoy à Marc Thury, 6 juillet 1891, BGE ms. fr. 3542, fol. 17r-v.

66  Hirsch, 1862. Sur l’histoire des temps de réaction, voir Nicolas, Ferrand, 2001.

67  Ratcliff, Borella, Piguet, 2006, 52.

68  Cattell (1928, 546) rappelle que « Wundt rejected as a doctorate dissertation Münsterberg’s very able monograph on “Die Willenshandlungen” because it did not coincide with his own theories. » Sur les rapports tendus entre Münsterberg et Wundt et sur les divergences entre sa psychologie et celle d’autres psychologues allemands, voir Robinson, 2001, 185-186, 191-192.

69  Münsterberg à Flournoy, 9 septembre 1891, BGE ms. fr. 7835, fol. 257.

70  Toutes les citations des paragraphes qui suivent sont tirées de Flournoy, Journal, BGE ms. fr. 7837/3, fol. 14-19.

71  Elbs : « Uhr marquant le 1/100 seconde, sans électricité », « Apparat fur Optische Kettenreaction », « Prismatischen Brillen », « Augenmassaparat », « Apparat für Armbewegungen », « Table à Sphygmographe », « Appareil pr constater les très petits déplacements musculaires », « Farbenkreisel », et « Schallapparat ». Krille : « Appareil de Wundt pr impressions simultanées », « Controlhammer », « Sprechcontact comme celui de Cattell » et « Apparat fur Demonstration des Augenmuskeln ». Appun : « Tonmetzer » et « Strumpeler [?] mit Resonanz Kasten ».

72  « Blasetorch », « Appareil (non encore employé) pr examiner l’effet des Emotions », « Appareil pr la mesure des Rechtsinn », « Appareil pr respirer un mélange de ces parfums » et « Fallapparat ».

73  Flournoy, 1896, 6. Il invoque toutefois aussi l’absence d’instruments de contrôle. Pour une analyse des travaux au laboratoire, voir Nicolas, Charvillat, 1998, 283-286.

74  Gundlach 2007, 197. Il sera relayé par Zimmermann.

75  Feuerhahn, 2010, 152.

76  La demande est formulée dans une lettre de William James à Hugo Münsterberg, du 21 février 1892, voir Skrupskelis, Berkeley, 1999, vol. 7, 243. Pour une analyse des relations entre James et Münsterberg, voir Robinson, 2001, 186-187, et pour la mise en évidence du tournant idéaliste où s’engage Münsterberg à la fin du siècle et le conflit avec James qui s’ensuivit, voir Feuerhahn, 2010, 154-157.

77  Collins (2010, 116-119) distingue sur un même axe des tacit knowledge, allant du faible au fort, le weak tacit knowledge qui revient au savoir retenu, le somatic tacit knowledge, basé sur l’exemple de la bicyclette qui se rapproche de l’idée de mémoire procédurale avec accès déclaratif, et un strong tacit knowledge, qu’il fait collectif, au caractère indicible.

78  La rétention du savoir a été formalisée notamment dans le management d’entreprise par Doan, Rosenthal-Sabroux, Grundstein, 2011.

79  Feuerhahn, 2010, 157.

80  Selon Klein, 2011, 240, le rôle de Münsterberg était d’avoir permis à Flournoy « d’adopter et de reproduire certains instruments qu’il avait confectionnés ». On voit que ce dont il est question ici est d’un autre ordre et s’apparente, sur le plan des compétences, à une transmission de savoir explicite et, sur le plan motivationnel, aux savoirs prodigués.

81  Durkheim, 1887, 429 : de 1879 à 1882, Wundt « subvenait lui-même aux frais d’appareils et d’expériences ». Voir Bringmann, Bringmann, Ungerer, 1980, 141-142 ; Nicolas, 2005, 142.

82  Flournoy à Marc Thury, 6 juillet 1891, BGE ms. fr. 3542, fol. 17v.

83Ibid.

84Ibid. Les informations entre crochets sont de Flournoy.

85  Dans le Programme des cours (Université de Genève, 1891-1892, 5-7), seul le cours est annoncé pour le semestre d’hiver sans mention du laboratoire, contrairement aux autres disciplines scientifiques. En revanche, l’année suivante, le cours de Flournoy est mentionné pour le semestre d’hiver, flanqué de « travaux pratiques dans le laboratoire de psychologie » (Université de Genève, 1892-1893, 5), tandis qu’au semestre d’été, il n’y a pas de cours, mais des « travaux pratiques dans le laboratoire de psychologie physiologique » (ibid., 8).

86  Selon Nicolas, Charvillat, 1998, 283, « It is important to stress that the laboratory started functionning without financial support ». Contrairement à ce que laisse entendre cette assertion, à ses débuts, le financement est assuré triplement : les locaux et le nettoyage sont pris en charge par l’université ; les instruments sont achetés par Flournoy, mais il obtient en 1892 un crédit de la Société académique qui rachète une partie des premiers instruments, ce qui lui rembourse une partie des frais, voir Ratcliff, Borella, Piguet, 2006, 51.

87  Ce sont : Pendule au 1/100 seconde, Sphygmograph (sans les pieds), Schallapparat (avec support), Augenmassapparat, Apparat f. Armbewegungen, 2 paires prismatisch Brillen, et l’electrischer Farbenkreisel. Une partie de ces instruments a été identifiée par Schmidgen (2010). Pour les instruments de Wundt, voir Popplestone, McPherson, 1980.

88  Pour Nicolas, Charvillat, 1998, 283 : « as for the experimentation instruments, most of them were hand-made by Flournoy » ; de même Klein (2011, 240-241) laisse entendre qu’à son ouverture, le laboratoire est uniquement « équipé d’instruments qu’il a bricolés lui-même ». La source directe est Claparède, 1921, 31 : « Comme le laboratoire était privé de tout subside officiel, ses premiers appareils avaient été construits par Flournoy lui-même […] au moyen de boîtes à cigares, de bouchons, de boutons de culotte, d’épingles à cheveux… Il semblait qu’on retrouvât là, sous une forme concrète, cette inclination qu’il avait à traiter les choses les plus graves par les moyens les plus banaux, les plus simples. » Or Claparède continue (ibid., 32) et désambiguïse la situation : « Dès le début cependant, un Chronoscope de Hipp et deux ou trois autres appareils rehaussèrent l’aspect de ce modeste outillage. » Il s’agit en réalité d’une dizaine d’instruments.

89  Ratcliff, Borella, Piguet, 2006, 52-54 ont montré quels sont les instruments achetés de 1892 à 1898 et leur provenance.

90  Par exemple, selon Nicolas, Charvillat (1998, 283), « Flournoy was supposed to introduce his students to this paradigm (reaction time) ».

91  Bachelard, 1938, 16.

92  Apfelbaum, 1993, 18.

93  Apfelbaum, 1993, 16.

94  Müller, 1997, 76.

95  Journal, minute de lettre de Flournoy à Münsterberg, BGE ms. fr. 7837/3, fol. 19.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Liste des enseignements de Flournoy à l’université de Genève de 1881
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 1 – Commentaires et croquis de quelques instruments de Münsterberg dans le journal de Flournoy
Crédits © BGE, photo Matthias Thomann
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/649/img-2.png
Fichier image/png, 11M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Ratcliff, « Raccourci analogique et reconstruction microhistorique »Revue d’histoire des sciences humaines, 29 | 2016, 249-272.

Référence électronique

Marc Ratcliff, « Raccourci analogique et reconstruction microhistorique »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.649

Haut de page

Auteur

Marc Ratcliff

Maître d’enseignement et de recherche, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation – université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals