Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39DocumentSources, méthodes et imaginaires ...

Document

Sources, méthodes et imaginaires historiens au tournant du siècle

Les incertitudes du métier, entre professionnalisme et amateurisme
Guillaume Lancereau
p. 173-184

Texte intégral

  • 1 Aulard, 1904, 43.
  • 2 D’après le récit d’un de ses étudiants, dans Schnerb, 1932, 255.

« Taine n’est pas un historien : c’est un pamphlétaire, un pamphlétaire de droite1. »
Hippolyte Taine vu par Alphonse Aulard.« Ce n’est pas un historien ! Il transpose le présent dans le passé, nous représente les Jacobins comme des radicaux. C’est ridicule2 ! »
Alphonse Aulard vu par Albert Mathiez.

1Les principes constitutifs du champ académique, dont l’autonomie est fonction de sa capacité à ériger des barrières à l’entrée de nature technique ou symbolique, favorisent la production ritualisée de marques de reconnaissance ou d’exclusion de la communauté des pairs, lesquelles prennent volontiers la forme de véritables « brevets d’historien ». Au temps de l’institutionnalisation académique de l’historiographie de la Révolution française, Alphonse Aulard, premier titulaire de la chaire d’histoire de la Révolution à la Sorbonne, contribuait à la constitution de cet espace savant en déniant la qualité d’historien à Hippolyte Taine, renvoyé à l’espace non professionnalisé des « pamphlétaires ». Quelques années plus tard, son disciple Albert Mathiez, après avoir abjuré l’autorité de son maître, refusait à son tour à Aulard le titre d’historien, en soulignant la pente présentiste – et donc non moins « pamphlétaire » – de ses travaux. Chacun serait-il ainsi le « non-historien » de quelqu’un ?

2Résoudre cette question exige d’aborder de front un point largement aveugle de l’histoire de l’historiographie. Pensant par « écoles » et « tournants », celle-ci est portée à concevoir l’évolution de l’écriture de l’histoire comme une succession de séquences intellectuelles homogènes, à la manière d’une frise chronologique nettement dessinée. Les effusions patriotiques des « romantiques » se seraient ainsi effacées devant le scientisme professionnalisé des temps « positivistes », lui-même bientôt dépassé par l’irrésistible essor des Annales. De la sorte, les années 1860-1870 sont généralement considérées comme le chant du cygne des pratiques amatrices de l’histoire, marginalisées par l’essor de l’historiographie universitaire.

  • 3 Sur les usages et fonctions stratégiques de l’histoire des disciplines, voir notamment Graham, Lep (...)
  • 4 Voir sur cette question le remarquable tour d’horizon critique proposé par Guillemain, Richard, 20 (...)

3Cette conception, qui relève davantage des nécessités de la mémoire collective des disciplines que de l’histoire des sciences humaines3, ne résiste pas à l’examen empirique. Qu’elles émanent de littérateurs épris du passé, de « passionnés » de généalogie ou de « curieux » de numismatique, qu’elles prennent la forme du roman ou de l’essai historique, de la chronique journalistique ou de la haute vulgarisation lettrée, diverses pratiques d’écriture de l’histoire ont toujours existé parallèlement à la production universitaire, chacune d’elles se construisant, à toute époque, en relation avec et au miroir de ses alter ego. Les histoires de la Révolution des débuts de la Troisième République représentent un terrain propice à l’approfondissement des réflexions sur l’amateurisme développées en histoire des sciences4. Objet de toutes les attentions politico-savantes d’un régime soucieux d’ancrer sa propre légitimité en s’inscrivant dans la continuité glorieuse de 1789, cette période faisait l’objet d’amples investissements intellectuels et mémoriels de la part de publicistes républicains ou royalistes, catholiques, positivistes ou libres penseurs, non sans susciter un intérêt croissant du côté des sociétés savantes et des historiographies ecclésiastique ou nobiliaire.

4Afin d’enquêter sur les manières d’écrire l’histoire de la Révolution au tournant du xxe siècle, nous présentons ici trois documents : une photographie émanant d’un homme de lettres contre-révolutionnaire ; les fiches de travail d’un clerc érudit ; un extrait des notes de cours d’un professeur-journaliste. La diversité des statuts et identités historiographiques des auteurs suffit à souligner les limites de la « professionnalisation » du métier d’historien à cette époque. De surcroît, la matérialité même de ces documents révèle, dans les coulisses de l’historiographie, un horizon de pratiques de travail marqué par une intrication entre les méthodes savantes de l’espace académique et les supports aussi divers qu’imaginatifs qu’inventaient au même moment les sciences et les lettres pour rendre compte de la complexité du réel. Chacun de ces documents donne ainsi à voir des figures d’historiens ou des manières d’écrire que l’histoire de l’historiographie repousserait dans le domaine de l’amateurisme, et que nous considérons bien plutôt comme l’illustration d’une diversité épistémologique des historiographies de la Révolution, susceptible de remettre en question la frontière entre professionnels et amateurs et la pertinence même de ces catégories.

G. Lenotre, photographe des vestiges d’un monde disparu

  • 5 « Alain Decaux raconte… Alain Decaux. Entretien avec Pierre Nora », Le Débat, no 30, 1984, p. 45-8 (...)
  • 6 Sur la méthode de G. Lenotre, voir les utiles commentaires de Delissen, 2017.

5Une réflexion sur les pratiques amatrices de l’histoire de la Révolution ne saurait passer sous silence G. Lenotre, nom de plume de Théodore Gosselin, qui fut entre les années 1890 et l’entre-deux-guerres l’un des auteurs les plus prolixes et les plus prisés de la bourgeoisie lettrée conservatrice. Fondateur revendiqué de la « petite histoire », genre voué à une postérité considérable5, il assumait une écriture anecdotique, centrée sur les « secrets » du passé, les figures d’anonymes et les épisodes « curieux ». Dénué de formation historique, pratiquant un mélange des genres délibéré entre journalisme, dramaturgie et recherche historique, Lenotre s’illustra pourtant par un souci de l’exactitude empirique, appuyé sur d’extensives investigations archivistiques, sans que les fondements épistémologiques et les finalités de sa pratique cessent pourtant de trancher avec les normes mises à l’honneur dans l’espace académique de la recherche historique6.

  • 7 Lenotre, 1910 [1899], 255.
  • 8 « Comment travaillait G. Lenotre. Lettres à M. Delarue », Revue des Deux Mondes, 15 décembre 1951, (...)

6On trouve dans les papiers personnels de Lenotre, conservés aux Archives nationales, quarante-trois photographies sur carton rangées dans un dossier intitulé « Illustrations pour “le marquis de la Rouërie” de G. Lenôtre [sic] », ouvrage consacré à l’un des chefs militaires de la Contre-Révolution bretonne. Au milieu de photographies de manoirs et d’églises figure une représentation d’un amas de pierres surmonté d’une croix (document 1). Une mention manuscrite, d’une graphie qui n’est pas celle de Lenotre, légende la photographie : « Dans le bois voisin du château, un tertre de pierre qu’un lierre enguirlande, recouvre la tombe du marquis que domine une croix de fer dont les bras portent les hermines de Bretagne et les lis de France. » Dans le coin inférieur droit, on lit : « Page 255. » Effectivement, en se reportant à ladite page de l’ouvrage Le marquis de la Rouërie et la conjuration bretonne (1790-1793), paru en 1899, on lit cette même description du bois où repose le marquis, à proximité du château de La Guyomarais, dans les Côtes-d’Armor7. Ces photographies ont-elles été prises par G. Lenotre lui-même, qui s’est rendu sur les lieux en 1897, ou livrées par des correspondants locaux, qu’il pressait régulièrement de lui faire parvenir des clichés8 ? Les deux hypothèses sont valables. Quoi qu’il en soit, ce document constitue un point d’entrée pertinent pour approcher l’œuvre et la méthode de Lenotre.

  • 9 Kalifa, 1995.

7Cette photographie nous révèle l’une des clefs de l’écriture anecdotique de l’histoire de la Révolution : l’attention extrême portée à la topographie. Pour Lenotre et ses émules, la compréhension intime du passé passait par la reconstitution détaillée du cadre dans lequel ses acteurs avaient évolué. Aussi ses archives regorgent-elles de plans et croquis des maisons, villages et châteaux dépeints dans ses ouvrages. Lenotre, qui sut prendre la mesure des passions de son temps pour le « fait-divers9 », et en trouver une traduction historiographique par ses récits d’anecdotes curieuses ou édifiantes, n’hésitait pas à se rendre sur le terrain, en véritable reporter du passé. Sa propre pratique journalistique, matérialisée dans les séries de chroniques historiques qu’il livrait au quotidien Le Temps, favorisait assurément ce type d’hybridation entre le journal et le livre d’histoire.

  • 10 Barthes, 1968.
  • 11 Pour une synthèse récente, voir Grivel, 2004.
  • 12 Charle, 2003.
  • 13 Topalov, 1997, 141.
  • 14 Lepenies, 1990.

8Ces descriptions topographiques donnent au récit de Lenotre un surcroît de vie et de vraisemblance. En plongeant ainsi le lecteur dans l’univers matériel des événements passés, les détails livrés par l’auteur contribuent à produire « l’effet de réel10 » qui permet de se projeter, de s’imaginer évoluant parmi ces personnages disparus. Doit-on considérer cette approche comme un geste anti-scientifique, à l’aune du canon épistémologique des sciences de l’homme du tournant du siècle ? D’un côté, ce souci du détail, du décor, des petits faits donnés pour caractéristiques fait écho à des pratiques plus littéraires que scientifiques. Mais les pratiques littéraires que Lenotre évoque sont précisément celles qui revendiquaient les prétentions les plus scientifiques. On sait désormais tout ce que le réalisme d’un Zola devait à sa pratique de la photographie11, Zola dont les méthodes d’enquête lui ont valu d’être décrit comme un « quasi-sociologue12 ». Plus encore, n’y a-t-il rien de commun entre la pratique de Lenotre et celle de Maurice Halbwachs, qui s’emparait d’un appareil photographique pour saisir le Paris populaire et donner à voir, par ses clichés, « le “caractéristique”, le “pittoresque”13 » ? La méthode de Lenotre ne saurait être ramenée, par son seul contraste avec celle des historiens universitaires, à une sorte d’envers de la science. Elle s’inscrit bien plutôt au sein du continuum fin-de-siècle des pratiques de connaissance du réel, prises au carrefour des sciences et des lettres14.

9Les archives de G. Lenotre portent matériellement la trace de cette indétermination. Par leurs copieux volumes de correspondance érudite, de notes de lecture et d’extraits de sources imprimées ou manuscrites, elles ne se distinguent guère formellement des fonds d’universitaires que l’on rencontre aux Archives nationales. La présence de photographies, représentant jusqu’aux objets ayant appartenu aux acteurs de l’histoire, pointe au contraire en direction du pôle littéraire. Lenotre était bel et bien un homme de lettres : quelques années après la parution de son ouvrage sur le marquis de la Rouërie, Sarah Bernhardt interpréta Marie-Antoinette dans sa pièce Varennes. Ses écrits historiques portaient la marque de cette pente dramaturgique. Une fois le décor posé, avec une rigueur documentaire extrême, l’auteur s’abandonnait volontiers à des actes de pure imagination. Pour ne prendre qu’un exemple, tiré du même ouvrage, voici comment Lenotre dépeignait une prise de parole du conjuré breton devant les représentants du pays insurgé :

  • 15 Lenotre, 1910, 102-103.

Enfin le marquis parut : aux acclamations des assistants, il traversa la salle, distribuant des accolades et des poignées de main : peu à peu le silence s’établit, et la Rouërie donna la parole à l’un de ses aides de camp, qui fit lecture de la commission adressée au marquis par les Princes : sa qualité de chef ainsi établie, la Rouërie, d’une voix vibrante, commença à parler15.

10Lenotre, si soucieux d’anticiper les saillies de ses détracteurs en multipliant les pièces justificatives, ne livrait ici aucune source l’autorisant à se prononcer sur la « voix vibrante » du marquis, à décrire les « accolades » distribuées ou la venue du « silence » de l’auditoire. Mettant en tension le véridique et le vraisemblable, l’historien transposait dans le domaine de la recherche historique ses principes dramaturgiques de composition, ses logiques spectaculaires de mise en scène du passé.

  • 16 Ariès, 1986, 59.
  • 17 Mazeau, 2019.
  • 18 Gengembre, 1989.
  • 19 Lenotre, 1910, 255-256.
  • 20 Mayer, 1983.

11Ce constat est cohérent avec l’objectif ultime que s’assignait Lenotre. Sa vocation historienne n’était pas tant guidée par la passion du vrai que par un projet de résurrection d’un passé révolu : un monde d’Ancien Régime, d’aristocratie et de Contre-Révolution. Ses écrits s’inscrivaient dans une tradition de « vulgarisation distinguée à l’usage du public conservateur16 » hostile à la Révolution française, résolue à en démontrer la nocivité à partir d’une myriade de trajectoires d’inconnus et d’anonymes, et à ressusciter le monde mis à bas par la rupture de 1789. À l’instar des « expériences immersives » qui façonnent la mémoire sociale de la Révolution17, les descriptions fines et imagées de Lenotre, tirées de ses propres flâneries ou de photographies, n’avaient pas seulement vocation à produire un effet de réel. Elles visaient aussi à susciter l’identification, autorisant ses lecteurs s’y projeter par la pensée et permettant à un fragment de ce passé, rendu plus familier et donc plus présent, de revenir à la vie. Il s’agissait bien ici d’un geste d’espérance contre-révolutionnaire, de résistance à l’eschatologie apocalyptique et « désespérante18 » que la Révolution distilla au cœur du camp adverse dès son avènement. Aussi Lenotre consacra-t-il une longue description à la fille du marquis de Guyomarais, celui-là même qui, en 1793, accueillit la Rouërie à l’agonie et le dissimula en son château. Sa fille, octogénaire, était présentée par Lenotre comme « presqu’un témoin oculaire », vivant dans le souvenir du chef de guerre breton rapporté par son père. Et Lenotre de conclure : « la noble dame n’a, pour sa mémoire, qu’indulgence et admiration, étant bien de la race glorieusement obstinée de ces gentilshommes qui restèrent fidèles à la foi jurée jusqu’au sacrifice et jusqu’à la mort19 ». Ainsi Lenotre faisait à ses lecteurs la démonstration d’une bien réelle « persistance de l’Ancien Régime20 ». Par-delà la coupure révolutionnaire, quelque chose avait passé du monde d’avant, par le souvenir chéri et les valeurs préservées.

L’érudition des clercs et la prosopographie révolutionnaire

  • 21 Mathiez, 1912, 114.

12Le deuxième document que nous présentons émane d’un ecclésiastique, Paul Pisani. Certains traits le rattachent à l’espace que l’histoire de l’historiographie a consacré comme celui de l’amateurisme historien. Né à Paris en 1852, étudiant en droit avant d’intégrer le Séminaire français à Rome, Pisani fut ordonné le 25 juin 1878 à Saint-Sulpice. Docteur en théologie en 1897, il devint chanoine titulaire de Notre-Dame de Paris l’année suivante. Pisani eut en parallèle une carrière professorale. Docteur ès lettres en 1893 avec une thèse sur La Dalmatie de 1797 à 1815, il enseigna la géographie, puis l’histoire ecclésiastique à l’Institut catholique de Paris entre 1893 et 1928. C’est là qu’il fut nommé à l’une des deux chaires d’histoire de la Révolution fondées en 1908, après ratification par l’assemblée générale des évêques protecteurs de l’Institut. Ses recherches historiques sur l’Église et les ecclésiastiques pendant la Révolution française, malgré leur érudition, demeuraient un acte apologétique : selon Albert Mathiez, « il a écrit et il ne pouvait écrire qu’une histoire ultramontaine21 ».

  • 22 Sur cette tradition, voir Carbonell, 1976, 215-225 ; Herrmann et Metzger, 2012.
  • 23 Lettre d’Albert Mathiez à Paul Pisani, 22 octobre 1908. Institut catholique de Paris, Bibliothèque (...)

13Pourtant, les recherches de Pisani furent reconnues comme une contribution essentielle à l’historiographie de la Révolution. Les professeurs qui occupèrent les chaires d’histoire de la Révolution à l’Institut catholique de Paris peuvent être rattachés à deux traditions distinctes d’historiographie ecclésiastique22. Au pôle de la controverse catholique contre-révolutionnaire, poursuivie sans interruption au xixe siècle en brodant sur les attaques de l’abbé Barruel ou de Joseph de Maistre, se trouvait Gustave Gautherot. Dans ses recherches comme dans son enseignement dispensé à l’Institut de 1908 à l’entre-deux-guerres, celui-ci laissait libre cours à ses penchants complotistes d’écrivain d’extrême droite, qui lui aliénèrent toute considération de la part des universitaires. Au pôle savant, s’inscrivant dans une longue lignée d’érudition ecclésiastique, revivifiée par les mauristes à l’époque moderne, l’abbé Paul Pisani jouissait d’une réputation favorable dans l’espace universitaire – à tel point que l’anticlérical Mathiez s’engagea auprès de lui à défendre sa réputation chaque fois qu’un critique voudrait l’associer aux sorties polémiques de son confrère Gautherot23.

14Le document sélectionné (document 2) est extrait de ses papiers personnels, conservés à l’Institut catholique de Paris. Il provient d’un fichier biographique portant sur les génovéfains (chanoines de l’abbaye de Sainte-Geneviève de Paris) pendant la Révolution. Un premier volume compte environ neuf cents fiches analogues à celles présentées ici, classées par ordre alphabétique sur cent vingt-quatre pages. Le deuxième volume, dont nous tirons ce document, renferme des fiches classées par catégories : « martyrs », « non-jureurs », « émigrés », « déportés » ou, comme ici, « prisonniers ». Un troisième volume présente enfin quelques décomptes statistiques généraux sur le nombre de jureurs, de martyrs ou d’apostats.

15Ces indications biographiques détaillent la date et le lieu de naissance, l’année d’entrée à l’abbaye de Sainte-Geneviève, l’exercice de fonctions ecclésiastiques et la trajectoire pendant la Révolution (travaux, dénonciation, émigration, emprisonnement…), voire un récit plus précis, lorsque celui-ci est connu. On lit sur la fiche d’un certain Anselme de Blanchardon :

Pr. [prieur] et c. [curé] Belleville [dans le Rhône] (1780) n. j. [non jureur] privé de sa cure

arrêté 1793. emprisonné à Lyon

jugé par la commission militaire 5 avril 1794

on lui offre de sauver sa vie en prêtant serment et en livrant ses lettres

  • 24 ICP, Fels, Ms. fr 325, f. 57.

condamné à mort et exécuté24.

  • 25 Grafton, 1998 ; Bert, 2017.
  • 26 On lisait ainsi chez deux célèbres contempteurs de la Nouvelle Sorbonne et de ses méthodes : « Tou (...)

16Cette méthode de recherche révèle tout d’abord le rôle croissant de la fiche érudite comme instrument symbolique de gestion de la démesure des sources, dont les historiens de l’époque révolutionnaire et du xixe siècle faisaient l’expérience et qu’ils considéraient comme une difficulté spécifique de leur objet, par comparaison avec les matériaux dont disposaient leurs collègues antiquisants, médiévistes, et même modernistes. Au même titre que la note de bas de page25, la fiche érudite fut rapidement érigée en symbole de l’historiographie méthodique, par ses promoteurs universitaires, mais aussi par ses détracteurs du tournant du siècle, qui y voyaient un ferment de stérilisation intellectuelle26.

  • 27 Eck, 2003.
  • 28 Pisani, 1907.
  • 29 Préface de Paul Pisani à Brochard, 1923, VII.

17Les recherches de l’abbé Pisani démontrent par ailleurs que les principes de la prosopographie, que l’on associe aux études d’histoire antique en raison de l’antériorité de la Prosopographia Imperii Romani de Theodor Mommsen (1874)27, se trouvaient à l’œuvre, sans porter ce titre, dans des études consacrées à des époques autrement récentes. Ces fichiers fournirent à Pisani la matière d’innombrables publications, dont plusieurs travaux d’érudition pure, tel son Répertoire biographique de l’épiscopat conventionnel (1907). Dans cet ouvrage de quatre cents pages, cent dix-huit notices classées par métropoles présentaient pour chaque ministre du culte son parcours jusqu’à la Révolution, son intégration dans l’Église constitutionnelle et les suites de sa trajectoire. Chaque notice comprenait un aperçu bibliographique composé de monographies locales, d’articles des Annales de la Religion ou des Nouvelles ecclésiastiques, ainsi que d’extraits de lettres de Grégoire à ces clercs républicains, mises à la disposition de Pisani par Augustin Gazier, maître de conférences à la Sorbonne28. Si les recherches de l’abbé Pisani diffèrent de la prosopographie d’aujourd’hui par le caractère restreint des données socio-biographiques considérées et par l’emploi de catégories émiques auxquelles on annexe désormais des typologies ad hoc, elles témoignent de la portée heuristique d’une recherche venue des marges de l’espace universitaire et indexée sur des ambitions assumant une tension fructueuse entre recherche empirique et apologétique – puisque, comme l’écrivait Pisani : « En histoire, le but à atteindre est la vérité. L’apologétique n’est pas ergoter sur les textes et travestir les faits, mais les montrer tels qu’ils sont, sans chercher à voiler les profondeurs mystérieuses du plan providentiel29. »

Alphonse Aulard, entre enseignement et journalisme

18Pour densifier cette approche des enjeux de l’amateurisme, nous présentons enfin un extrait des notes de cours d’Alphonse Aulard à la faculté des lettres de Paris, conservées à la bibliothèque Houghton de l’université d’Harvard (document 3). Ce document présente l’intérêt d’émaner de l’historien qui fit le plus pour l’institutionnalisation universitaire de la Révolution tout en impulsant, par sa revue La Révolution française et son action dans diverses commissions de recherche et de publication de documents historiques, un tournant documentaire et méthodique dans le domaine des études révolutionnaires, qui ne servaient jusqu’alors, en dépit de leur possible appareil critique, que les fins les plus présentistes.

19Les notes de cours d’Aulard sont habituellement manuscrites, rédigées à l’encre noire sur des feuillets individuels, les éléments importants étant soulignés en rouge. Au milieu de ces notes manuscrites sont cependant intercalés des extraits de texte imprimé, présents jusqu’aux cahiers correspondant à l’année 1892-1893. Ces éléments proviennent des « Lundis révolutionnaires », soit les articles qu’Aulard, sous le pseudonyme (connu de tous) de Santhonax, livrait sous forme de variétés historiques à La Justice de Clemenceau. Entre décembre 1884 et décembre 1890, nous avons dénombré cent quatre-vingt-quatre de ces articles, consacrés à des recensions de livres ou à des épisodes, figures ou institutions de l’époque révolutionnaire.

  • 30 Santhonax, 1886.
  • 31 Aulard, 1890.

20Le document présenté provient de la leçon du 11 mars 1887, portant sur le Comité de salut public jusqu’au 10 juillet 1793. Après quatre pages de notes manuscrites, Aulard a inséré le texte, découpé à même le journal, de son article sur l’organisation du Comité de salut public, paru dans La Justice du 27 septembre 188630. Le fait qu’Aulard ait parfois écrit, en marge de ces extraits de journaux, les indications « résumer » ou « citer » laisse planer un certain flou sur l’usage qui en était fait : lisait-il tels quels ces articles de presse ou s’en servait-il comme aide-mémoire à partir duquel il laissait sa parole professorale improviser plus librement ? Nous savons en revanche que certains des éléments de l’article livré au public de La Justice et de la Sorbonne se retrouvèrent dans un article qu’Aulard publia en 1890 dans une revue à vocation scientifique, La Révolution française, dont il était directeur et rédacteur en chef31.

  • 32 Aulard lui-même concevait ses « Lundis révolutionnaires » comme un moyen de combattre ceux qui, «  (...)

21Les destinées de cet article de presse et d’autres analogues révèlent une porosité entre la pratique universitaire d’Aulard et sa pratique journalistique, résolument tournée vers la polémique politico-mémorielle32. Aulard s’inscrivait ici dans les pas d’une série de quatre historiens, à la fois publicistes et propagandistes républicains (Georges Avenel, Louis Combes, Marcellin Pellet et Eugène Spuller), qui avaient avant lui tenu dans La République française de Gambetta des rubriques semblables, sous le titre de « Lundis révolutionnaires » ou « Variétés révolutionnaires ». Cette intertextualité forte, voire ce véritable continuum discursif, entre l’écriture des « trois Aulard », le professeur, le savant et le journaliste, révèle qu’il n’était pas jusqu’aux historiens les plus investis dans l’édification d’une historiographie méthodique, d’origine universitaire, qui n’eussent pratiqué conjointement des formes historiographiques hétérogènes, que l’histoire de l’historiographie renverrait tantôt au monde de l’histoire « professionnelle », tantôt à celui de l’« amateurisme ».

  • 33 Voir Weber et Lamy, 1999 ou Pandora 2016.

22Ces documents ont en commun de souligner la porosité entre des espaces que la croyance collective dans la professionnalisation de l’histoire a tenus pour disjoints. Comme l’ont observé la sociologie contemporaine ou l’histoire des sciences33, il reste difficile d’identifier un critère de partition entre les mondes de l’amateurisme et ceux des pratiques professionnelles. L’enjeu n’est pas celui de la formation : aucun des trois acteurs considérés n’a connu de propédeutique historienne (pas même Aulard, agrégé de grammaire). L’enjeu n’est pas davantage celui de la rémunération, puisque Pisani était bel et bien employé par l’Institut catholique de Paris pour enseigner l’histoire de la Révolution, au même titre qu’Aulard à la Sorbonne, tandis que G. Lenotre devait sa subsistance matérielle à ses livres et ses chroniques journalistiques. À ce compte-là, il faudrait d’ailleurs considérer Aulard, auteur de centaines d’articles (rémunérés) dans la grande presse, comme un journaliste « professionnel ». La méthode elle-même est un critère discutable : la prosopographie révolutionnaire d’un chanoine avait une portée empirique, voire une rigueur supérieure à un article de presse émanant du titulaire d’une chaire à la Sorbonne, sans compter que la méthode variait chez chaque auteur selon les supports de publication. On ne saurait, enfin, mesurer la professionnalisation à l’inscription dans un univers de pairs, puisque G. Lenotre se trouvait inséré au sein d’amples réseaux d’érudits locaux, tandis que l’abbé Pisani correspondait régulièrement avec les fondateurs de revues historiques telles que la Revue d’histoire moderne et contemporaine et les Annales révolutionnaires.

  • 34 Foucault, 2004, 5.

23Cette conclusion ne dessine pas un plaidoyer relativiste, mais la possibilité d’un autre mode d’historicisation. Suivant l’intuition de Michel Foucault qui entendait non pas « interroger les universaux en utilisant comme méthode critique l’histoire, mais partir de la décision de l’inexistence des universaux pour demander quelle histoire on peut faire34 », notre étude appelle une attitude scientifique de mise en suspens des catégories d’« amateur » et de « professionnel », de leurs réseaux de sens et de connotations, au profit d’un programme de recherche visant bien plutôt à comprendre comment ces catégories se sont stratifiées et routinisées, ont été mises en œuvre et mobilisées à des fins normatives, recevant à chaque époque et à chaque réassignation une nouvelle portée indissolublement scientifique et morale.

Haut de page

Bibliographie

Agathon, 1911, L’esprit de la nouvelle Sorbonne, Paris, Mercure de France.

Ariès, P., 1986 [1954], Le temps de l’histoire, Paris, Seuil.

Aulard, A., 1890, « Le Comité de salut public », La Révolution française, 18, 1, p. 5-25.

Aulard, A., 1904, Polémique et histoire, Paris, Édouard Cornély.

Barthes, R., 1968, « L’effet de réel », Communications, 11, p. 84-89.

Bert, J.-F., 2017, Une histoire de la fiche érudite, Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Brochard, L., 1923, Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, Paris, Librairie ancienne Édouard Champion.

Carbonell, C.-O., 1976, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français (1865-1885), Toulouse, Privat.

Charle, C., 2003, « Le romancier social comme quasi-sociologue, entre enquête et littérature : le cas de Zola et de L’Argent », dans Pinto, É. (dir.), L’écrivain, le savant et le philosophe : la littérature entre philosophie et sciences sociales, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 31-44.

Delissen, A., 2017, « L’opération petit-historiographique », Écrire l’histoire, 17, p. 188-194.

Eck, W., 2003, « The Prosopographie Imperii Romani and Prosopographical Method », dans Cameron, A. (éd.), Fifty Years of Prosopography : The Later Roman Empire, Byzantium and Beyond, Oxford, Oxford University Press, p. 11-22.

Fabiani, J.-L., 2006, « À quoi sert la notion de discipline ? », dans Boutier, J., Passeron, J.-C. et Revel, J. (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 11-34.

Foucault, M., 2004, Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard/Le Seuil.

Gengembre, G., 1989, La Contre-Révolution ou l’histoire désespérante, Paris, Imago.

Gieryn, T. F., 1999, Cultural Boundaries of Science : Credibility on the Line, Chicago, University of Chicago Press.

Grafton, A. T., 1998, Les origines tragiques de l’érudition : une histoire de la note en bas de page, Paris, Le Seuil.

Graham, L., Lepenies, W. et Weingart, P. (éd.), 1983, Functions and Uses of Disciplinary Histories, Dordrecht, D. Reidel.

Grivel, C., 2004, « Zola, photogenèse de l’œuvre », Études photographiques, 15, p. 31-60.

Guillemain, H. et Richard, N., 2016, « Towards a Contemporary Historiography of Amateurs in Science (18th-20th Century) », Gesnerus, 73, 2, p. 201-237.

Herrmann, I. et Metzger, F., 2012, « A truculent revenge : the clergy and the writing of national history », dans Porciani, I. et Tollebeek, J. (éd.), Setting the Standards : Institutions, Networks and Communities of National Historiography, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 313-329.

Kalifa, D., 1995, « Crime, fait divers et culture populaire à la fin du xixe siècle », Genèses, 19, p. 68-82.

Lenotre, G., 1910 [1899], Un agent des princes pendant la Révolution. Le marquis de la Rouërie et la conjuration bretonne (1790-1793), Paris, Perrin.

Lepenies, W., 1990, Les trois cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme.

Mathiez, A., 1912, « Compte-rendu de Paul Pisani, L’Église de Paris et la Révolution », Annales révolutionnaires, 5, 1, p. 112-114.

Mayer, A., 1983, La persistance de l’Ancien Régime. L’Europe de 1848 à la Grande Guerre, Paris, Flammarion.

Mazeau, G., 2019, « Revivre ou déjouer le passé ? Reprendre l’histoire de la Révolution française », Sociétés & Représentations, 47, p. 27-38.

Pandora, K., 2016, « Amateurs », dans Lightman, B. (éd.), A Companion to the History of Science, Chichester, John Wiley & Sons, p. 139-152.

Pisani, P., 1907, Répertoire biographique de l’épiscopat constitutionnel (1791-1802), Paris, Alphonse Picard et fils.

Santhonax, 1884, « Lundis révolutionnaires. – La méthode historique de M. Taine », La Justice, 29 décembre, p. 3.

Santhonax, 1886, « Lundis révolutionnaires. – L’organisation du Comité de salut public », La Justice, 27 septembre, p. 3.

Schnerb, R., 1932, « Souvenirs sur l’enseignement d’Albert Mathiez à la Faculté des Lettres de Dijon », Annales historiques de la Révolution française, 9, 3, p. 252-257.

Topalov, C., 1997, « Maurice Halbwachs, photographe des taudis parisiens (1908) », Genèses, 28, p. 128-145.

Topalov, C., 2006, « Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’“école de Chicago” en sociologie », dans Heilbron, J., Lenoir, R. et Sapiro, G. (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, p. 127-157.

Weber, F. et Lamy, Y., 1999, « Amateurs et professionnels », Genèses, 36, p. 2-5.

Haut de page

Notes

1 Aulard, 1904, 43.

2 D’après le récit d’un de ses étudiants, dans Schnerb, 1932, 255.

3 Sur les usages et fonctions stratégiques de l’histoire des disciplines, voir notamment Graham, Lepenies et Weingart, 1983 ; Gieryn, 1999 ; Fabiani, 2006 ; Topalov, 2006.

4 Voir sur cette question le remarquable tour d’horizon critique proposé par Guillemain, Richard, 2016.

5 « Alain Decaux raconte… Alain Decaux. Entretien avec Pierre Nora », Le Débat, no 30, 1984, p. 45-80.

6 Sur la méthode de G. Lenotre, voir les utiles commentaires de Delissen, 2017.

7 Lenotre, 1910 [1899], 255.

8 « Comment travaillait G. Lenotre. Lettres à M. Delarue », Revue des Deux Mondes, 15 décembre 1951, p. 673-690.

9 Kalifa, 1995.

10 Barthes, 1968.

11 Pour une synthèse récente, voir Grivel, 2004.

12 Charle, 2003.

13 Topalov, 1997, 141.

14 Lepenies, 1990.

15 Lenotre, 1910, 102-103.

16 Ariès, 1986, 59.

17 Mazeau, 2019.

18 Gengembre, 1989.

19 Lenotre, 1910, 255-256.

20 Mayer, 1983.

21 Mathiez, 1912, 114.

22 Sur cette tradition, voir Carbonell, 1976, 215-225 ; Herrmann et Metzger, 2012.

23 Lettre d’Albert Mathiez à Paul Pisani, 22 octobre 1908. Institut catholique de Paris, Bibliothèque de Fels, Fonds Paul Pisani, Ms fr 359-IV.

24 ICP, Fels, Ms. fr 325, f. 57.

25 Grafton, 1998 ; Bert, 2017.

26 On lisait ainsi chez deux célèbres contempteurs de la Nouvelle Sorbonne et de ses méthodes : « Toute recherche commence par une collection de fiches et c’est au nombre de vos fiches que l’on vous apprécie en Sorbonne. Celui-là est un grand savant digne de votre considération, qui par devers lui détient des milliers de ces petits cartons diversement colorés, poussière de connaissance infinitésimale. » (Agathon, 1911, 38)

27 Eck, 2003.

28 Pisani, 1907.

29 Préface de Paul Pisani à Brochard, 1923, VII.

30 Santhonax, 1886.

31 Aulard, 1890.

32 Aulard lui-même concevait ses « Lundis révolutionnaires » comme un moyen de combattre ceux qui, « par l’érudition, par l’injure, par le dédain, par le mensonge ingénieux, […] s’efforcent de dénaturer l’histoire des origines de notre démocratie », Santhonax, 1884.

33 Voir Weber et Lamy, 1999 ou Pandora 2016.

34 Foucault, 2004, 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Lancereau, « Sources, méthodes et imaginaires historiens au tournant du siècle »Revue d’histoire des sciences humaines, 39 | -1, 173-184.

Référence électronique

Guillaume Lancereau, « Sources, méthodes et imaginaires historiens au tournant du siècle »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 39 | 2021, mis en ligne le 05 novembre 2021, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/6597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.6597

Haut de page

Auteur

Guillaume Lancereau

Centre de recherches historiques (UMR 8558), École des hautes études en sciences sociales

Articles du même auteur

  • Penser la Révolution française dans la France d’après-guerre (1918-1932)
    The fireproof history. Thinking about the French Revolution in post-war France (1918-1932)
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search