Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Débats, chantiers et livresPour l’historicisme. Avec et à pa...

Débats, chantiers et livres

Pour l’historicisme. Avec et à partir de Christian Topalov

For historicism. With and from Christian Topalov
Wolf Feuerhahn
p. 307-312
Référence(s) :

Christian Topalov, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Paris, Classiques Garnier, 2015, 510 pages.

Texte intégral

  • 1  Une première version de ces réflexions a été présentée dans le cadre d’une journée d’études sur «  (...)

1Il est des œuvres qui vous marquent. Celle de Christian Topalov est de celles qui ont et continuent à stimuler et à forger ma manière d’appréhender l’histoire des sciences humaines et sociales. Cette note1 a donc un double objectif : transmettre le plaisir de lecture que m’a procuré le dernier ouvrage publié par Christian Topalov et en profiter pour proposer quelques prolongements épistémologiques et méthodologiques à partir des propositions portées par ce livre ainsi que par d’autres publications antérieures du même auteur. Sur ce plan, la responsabilité sera mienne. Ceci a deux conséquences : le choix d’une écriture à la première personne d’abord ; ensuite, le fait que cette note ne s’arrête pas sur les analyses empiriques proposées, mais discute les choix intellectuels qu’elles supposent. En ce sens, il ne s’agit pas d’un compte rendu au sens classique du terme.

  • 2  Louis Weber, Laurent Willemez, « Grand entretien : Christian Topalov, chercheur et militant », Sav (...)
  • 3  Je ne reviendrai pas sur ces questions terminologiques qui sont loin d’être anecdotiques et auxque (...)

2Histoires d’enquêtes est un livre ambitieux à la mesure d’une œuvre qui a le mérite d’affirmer une forte cohérence et de refuser toute révérence2. Il témoigne non seulement d’investigations archivistiques très approfondies, mais aussi d’une profonde réflexion théorique. C’est, pour l’essentiel, à partir de cette articulation que j’aimerais réfléchir à quelques questions plus générales relatives à l’écriture dans notre domaine de travail que l’on nomme tantôt histoire des sciences sociales, tantôt histoire des sciences humaines ou encore histoire des sciences de l’homme3.

3Le livre s’ouvre sur un manifeste méthodologique – un « décalogue » (p. 13) selon les mots de l’auteur (au sens strict, plutôt un « heptalogue ») – décliné à travers les « commandements » suivants : désencombrer les textes, transformer les textes en documents, environner les œuvres avec des archives, sortir du tunnel, identifier les conversations, situer la science, décrire les pratiques.

4L’ouvrage, sous-titré « Londres, Paris, Chicago (1880-1930) », segmente son étude de trois enquêtes (celle de Charles Booth sur Londres menée à la fin du xixe siècle, celle de Maurice Halbwachs sur les expropriations parisiennes publiée en 1909 et celles de Robert E. Park et Ernest Burgess dans le Chicago des années 1920) sous trois rubriques épistémologiques, « conversations », « observations » et « démonstrations ». Il se conclut par une longue réflexion comparative organisée en réponse à la question « Que font les savants ? ». Suivent toute une série d’annexes sur lesquelles je ne m’attarderai pas, mais qui sont très riches et utiles pour les historiens du domaine.

  • 4  Christian Topalov, « Post-scriptum. Des livres et des enquêtes : pour un historicisme réflexif », (...)
  • 5  Christian Topalov, « Vingt ans après. De la solidité des tunnels », Pour l’histoire des sciences d (...)

5Revenons au projet d’ensemble. Je ne pense pas le trahir en disant qu’à travers l’expression « histoire des sciences sociales », Christian Topalov promeut une position qu’il a lui-même qualifiée ailleurs d’historiciste4. À l’occasion des vingt ans de la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme (SFHSH), contre les tentations actualistes et présentistes, il avait en effet plaidé pour la poursuite d’une « tradition historiciste5 ». Le terme a très mauvaise presse. Il est le plus souvent utilisé de façon péjorative pour dénoncer le relativisme qui sous-tendrait la démarche historique. De la part de C. Topalov, le geste était donc loin d’être anodin et il me semble important d’en montrer toutes les implications dans ce livre.

6Ceci se traduit sur plusieurs plans : d’abord le rejet immédiat de l’idée selon laquelle ce serait « parce qu’ils seraient fondamentaux à [s]es yeux pour la sociologie d’aujourd’hui [qu’il aurait choisis ces cas] comme objets d’enquête » (p. 13). Ceci implique ce qu’il nomme une « tonalité distanciée » (p. 13) et à laquelle il se tient tout du long. Ce premier point me paraît crucial alors que l’histoire des sciences humaines oscille trop souvent entre le culte des héros fondateurs et celui de ceux qui auraient été injustement oubliés. Je partage totalement l’idée défendue par C. Topalov selon laquelle l’historien des sciences humaines ne doit pas se faire thuriféraire des acteurs qu’il étudie. J’en ajouterai une seconde : il est également important qu’il ne se fasse pas justicier. Cette critique est beaucoup moins unanimement acceptée que la première, surtout à l’heure où l’on fait revivre les figures subalternes, les oubliés de l’histoire. La perspective d’une histoire « par en bas », from below, est très instructive. Elle permet de rompre avec le culte des grands hommes, de redonner de la visibilité à des acteurs qui sont le plus souvent omis par les historiens. Mais le risque est grand d’en faire les nouvelles figures d’un panthéon d’autant plus admiré qu’il serait celui des oubliés de la grande histoire. Au passage, cela donne à l’exégète le statut valorisant de redresseur de torts. J’aurais tendance à militer pour des analyses qui prennent en compte tous les acteurs impliqués en tentant de restituer comment des rapports de domination entre eux peuvent se constituer et se modifier à travers le temps sans juger de la légitimité de ces formes de domination. Cela laisserait aussi ouverte la possibilité qu’il n’y ait pas eu de rapports entre les acteurs en question.

  • 6  Raymond Aron, Les étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967.

7Sur un deuxième plan, les trois enquêtes étudiées ne constituent pas, comme Christian Topalov le rappelle malicieusement, des « étapes de la pensée sociologique » (p. 11) en faisant implicitement référence au manuel publié par Raymond Aron6. Ce travail ne propose pas d’histoire téléologiquement orientée et la singularité des contextes est sans cesse rappelée.

  • 7  Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule, Brigitte Marin, Christian Topalov (dir.), L’aventu (...)

8Cet historicisme se traduit à un troisième niveau : le souci que Christian Topalov accorde au vocabulaire des acteurs analysés et en particulier aux catégories qu’ils emploient, aux étiquetages ou auto-étiquetages qu’ils utilisent. Il ne cesse de revenir à la version originale, aux usages en contexte, ce qui lui permet de bien montrer que ce que Park et Burgess nomment case studies ne sont pas des fieldworks avant l’heure ou même le lieu d’« observations participantes » (p. 402) qui seront vantées à partir des années 1950. De manière générale, cela renvoie à une préoccupation qui a été la sienne depuis bien longtemps et dont L’aventure des mots de la ville a été une merveilleuse illustration7.

9Mais les affirmations « historicistes » de C. Topalov ont des conséquences plus radicales encore. J’aimerais en suggérer certaines qui sont de ma responsabilité. Il incombera au lecteur de dire si, en la matière, je m’éloigne de l’esprit de l’auteur.

  • 8L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, textes traduits et présentés par Yves Grafmey (...)
  • 9  Louis Weber, Laurent Willemez, « Grand entretien : Christian Topalov, chercheur et militant », art (...)

10Christian Topalov est venu à l’histoire des sciences sociales par la sociologie urbaine. C’est, confronté à la fabrication du label d’« écologie urbaine » par deux de ses collègues, Isaac Joseph et Yves Grafmeyer, auteurs d’une anthologie publiée en 1979 et intitulée L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine8, qu’il aurait perçu l’importance de l’approche historique des travaux de son propre milieu de recherche. Christian Topalov n’est donc pas tombé dans le tonneau de l’histoire des sciences sociales dès son plus jeune âge, mais a été amené à boire de cette potion pour déconstruire une opération de labellisation dont l’objectif était avant tout de ringardiser la sociologie urbaine marxiste ou marxisante dans laquelle se reconnaissait Christian Topalov lui-même9.

  • 10Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir éditions, 2001, p. 22 (...)

11Ce qui est intéressant est qu’il ne s’en est pas tenu à une réaction épidermique, mais qu’il a suivi le fil jusqu’au bout. Autrement dit, parallèlement à ses enquêtes sur l’émergence de la sociologie urbaine, il n’a cessé d’historiciser les constructions historiographiques du domaine (notamment tous les travaux qui érigeaient Park et Burgess en fondateurs de l’enquête de terrain) et soutenu que l’un ne pouvait aller sans l’autre. Ce point me semble crucial et, associé à sa revendication d’historicisme, conduire à des conséquences importantes. Cette historicisation radicale mène, selon moi, non seulement au caractère irréductiblement situé de toute enquête historique et au fait qu’on ne saurait mettre un terme aux enquêtes et discussions historiques, mais surtout au fait que l’historien ne saurait échapper à son historicité, bref que l’histoire sociale des sciences sociales ne permet pas d’accéder au point de vue de tous les points de vue, au « géométral de toutes les perspectives » comme l’espérait Pierre Bourdieu10. L’enquête sur les enquêtes ici proposée et menée avec brio est elle-même historiquement et localement située, liée au parcours singulier d’un chercheur et pourra un jour faire l’objet d’une enquête. Christian Topalov critique d’ailleurs, et à juste titre selon moi, l’idée d’une « cumulativité » des sciences sociales (p. 36).

12Voilà en tout cas ce qui m’apparaît quand je lis ce livre et qui peut conduire à reposer la question de la visée de notre métier. Plutôt que d’être un marchepied pour accéder à une scientificité perennis, l’histoire des sciences sociales n’est-elle pas plus modestement un exercice critique ou mieux d’auto-critique qui loin de nous prémunir contre l’historicité, nous la rappellerait bien au contraire sans cesse et indéfiniment ? La mise en abyme que pratique Christian Topalov dans sa socio-histoire urbaine de la sociologie urbaine témoigne du fait que, même s’il ne le dit pas ainsi, contrairement à la plupart des épistémologues, il n’a pas peur de la régression à l’infini et c’est particulièrement précieux.

  • 11  Louis Weber, Laurent Willemez, « Grand entretien : Christian Topalov, chercheur et militant », art (...)
  • 12Ibid., p. 66.
  • 13  Séminaire organisé au sein de l’EHESS.

13Cette question est redoublée par le fait qu’il rappelle aussi régulièrement qu’il est chercheur et militant11. Après avoir été membre du Parti communiste français dans les années 1970-198012, il est, depuis les réformes sur l’autonomisation de l’université, l’un des infatigables organisateurs d’un séminaire très utile (« Politique des sciences13 ») où les deux sont articulés. Christian Topalov reste toutefois implicite sur le lien entre cet engagement et son historicisme en matière d’histoire des sciences sociales. J’aurais tendance à ne pas voir là contradiction, à condition de revenir sur certaines définitions de l’engagement. Plutôt que de le comprendre comme un jugement axiologique sûr, fondé sur une connaissance indubitable, pourquoi ne pas assumer le caractère situé de tout engagement ? Cela ne veut pas dire pour autant arbitraire. À partir du moment où il se soumet lui-même à la critique, où il énonce les conditions historiques de ses prises de position, le chercheur engagé affiche la faillibilité de ses choix et ne risque pas de les présenter comme des arguments d’autorité. Loin de se faire entrepreneur de morale, il propose des analyses elles-mêmes susceptibles de faire l’objet de critiques.

  • 14  Les travaux de Christian Topalov sur les étiquetages savants sont restés jusqu’à présent situés à (...)

14Autre question que me suggère cette fois la structure donnée au livre, je veux parler de cette segmentation de l’enquête sous trois rubriques : conversations – observations – démonstrations. Quel en est le statut ? Elles semblent être des catégories de la pratique atemporelles. Cela n’entre-t-il pas en contradiction avec l’approche qu’on aurait nommée dans l’Allemagne de la fin du xixe siècle « idiographique » ? S’agit-il d’idéal-types ? Une telle interprétation pourrait leur fournir un statut cohérent avec leur inscription historique. La question se repose dans la conclusion du livre où C. Topalov reprend trois questions épistémologiques classiques : « Qu’est-ce qu’une question scientifique pertinente ? Qu’est-ce qu’une preuve ? Qu’est-ce qu’un fait ? » (p. 383). Il présente de manière générale sa conclusion sous le signe d’une affirmation : « La diversité de nos terrains d’enquête crée une occasion comparative qui est au cœur du présent ouvrage » (p. 383). Nous sommes là au point de tension maximal du projet, me semble-t-il. J’aurais tendance à penser que l’objectif historiciste s’accorderait mieux d’une approche transnationale qui étudie les appropriations et resémentisations des pratiques ou labellisations savantes14. Ou bien : que faut-il entendre ici par comparatisme ? Depuis quel point de vue comparer ? Comparer, n’est-ce pas adopter une perspective surplombante et anhistorique ? De fait, la conclusion du livre ne dégage nullement des invariants, mais n’a de cesse de spécifier comment dans chaque contexte fait, preuve ou question scientifique jouent de manière singulière et ont un sens propre.

15Ces catégories épistémologiques seraient-elles alors celles que nous avons apprises au cours de nos formations épistémologiques elles-mêmes historiquement situées et qui orientent notre regard, des catégories devant elles-mêmes être historicisées, faute de quoi elles constitueraient un point aveugle de la réflexion ? On pourrait aller dans ce sens.

16Le livre se clôt sur une remarque qui semble constituer comme une réponse à la question de l’articulation entre l’activité de chercheur et le militantisme : C. Topalov suggère une piste politique permettant d’expliquer pourquoi aucun des terrains qu’il a étudiés n’a vu émerger la pratique de l’observation directe :

Dans les trois sites étudiés, un fait majeur faisait obstacle à l’enquête par observation directe : la distance sociale considérable entre les savants et les sujets qu’ils étudiaient (p. 408).

17Et l’auteur de conclure :

La légende enchantée des origines de l’anthropologie urbaine risque de faire oublier que les conditions de celle-ci étaient fondamentalement politiques (p. 413).

18J’achèverai cette note par un souhait : après cette remarquable entreprise de déconstruction d’une légende enchantée, on aimerait que Christian Topalov nous propose une histoire, à sa manière (sans hagiographie ni mépris), du fieldwork et de l’observation participante. Ce serait une fabuleuse suite à ces Histoires d’enquêtes et n’aurait pas moins d’implications politiques.

Haut de page

Notes

1  Une première version de ces réflexions a été présentée dans le cadre d’une journée d’études sur « Comment faire l’histoire des sciences sociales ? » organisée par Nicolas Mariot et Yann Potin aux Archives nationales le 20 mai 2015.

2  Louis Weber, Laurent Willemez, « Grand entretien : Christian Topalov, chercheur et militant », Savoir/Agir, 26, 2013, p. 63-75, ici p. 67.

3  Je ne reviendrai pas sur ces questions terminologiques qui sont loin d’être anecdotiques et auxquelles, précisément, les travaux de Christian Topalov permettent de rendre justice avec beaucoup de finesse, me semble-t-il. Pour un travail en ce sens, je me permets de renvoyer à Wolf Feuerhahn, « “Sciences humaines” (xixe siècle) », dans Marion Deschamp, Olivier Christin, Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, vol. 3, Paris, Métailié, à paraître en 2016.

4  Christian Topalov, « Post-scriptum. Des livres et des enquêtes : pour un historicisme réflexif », dans Bernard Lepetit et Christian Topalov, La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001, p. 307-313.

5  Christian Topalov, « Vingt ans après. De la solidité des tunnels », Pour l’histoire des sciences de l’homme. Bulletin de la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme, 32, hiver 2008, p. 7-23, en particulier p. 8.

6  Raymond Aron, Les étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967.

7  Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule, Brigitte Marin, Christian Topalov (dir.), L’aventure des mots de la ville, Paris, Robert Laffont, 2010. Pour des réflexions très stimulantes sur ces questions, voir : Christian Topalov, « Classements : un paysage intellectuel renouvelé », dans Pierre Encrevé et Rose-Marie Lagrave (dir.), Travailler avec Bourdieu, Paris, Flammarion, 2003, p. 195-207 ; Id., « En finir avec la société ? Un débat historiographique », Revue d’histoire du xixe siècle, 37, 2008, p. 167-182.

8L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, textes traduits et présentés par Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, Paris, Éditions du champ urbain, 1979. L’ouvrage a ensuite été republié chez Aubier (1984) puis en poche chez Flammarion à partir de 2004. En 2009, le livre en était à sa vingt-deuxième édition, c’est dire son succès et son rôle dans la diffusion de l’étiquette « écologie urbaine ».

9  Louis Weber, Laurent Willemez, « Grand entretien : Christian Topalov, chercheur et militant », art. cité, p. 71.

10Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir éditions, 2001, p. 221-222. Christian Topalov a explicité son rapport à la sociologie de Pierre Bourdieu dans « Classements : un paysage intellectuel renouvelé », art. cité.

11  Louis Weber, Laurent Willemez, « Grand entretien : Christian Topalov, chercheur et militant », art. cité.

12Ibid., p. 66.

13  Séminaire organisé au sein de l’EHESS.

14  Les travaux de Christian Topalov sur les étiquetages savants sont restés jusqu’à présent situés à l’échelle nationale (« Sociologie d’un étiquetage scientifique : urban sociology (Chicago, 1925) », Année sociologique, 58, 2008, p. 203-234 ; « Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’“école de Chicago” en sociologie », dans Johan Heilbron, Remi Lenoir et Gisèle Sapiro (éd.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 127-157 ; « Sociologie urbaine », dans Massimo Borlandi, Raymond Boudon, Mohamed Cherkaoui et Bernard Valade (dir.)., Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, PUF, 2005, p. 719-723 ; « École de Chicago (sociologie) », dans Encyclopædia Universalis. Notionnaires. 2. Idées. s.l., Encyclopædia Universalis, 2005, p. 142-146). Il serait passionnant qu’il étudie les appropriations transnationales de ces étiquettes et qu’il historicise ce qui a suscité son intérêt premier : l’introduction de l’École de Chicago en France par ses collègues Yves Grafmeyer et Isaac Joseph.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolf Feuerhahn, « Pour l’historicisme. Avec et à partir de Christian Topalov »Revue d’histoire des sciences humaines, 29 | 2016, 307-312.

Référence électronique

Wolf Feuerhahn, « Pour l’historicisme. Avec et à partir de Christian Topalov »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/665 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.665

Haut de page

Auteur

Wolf Feuerhahn

CNRS, Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560), PSL Research University

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search