Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Une sociologie historique de (toute ?) la sociologie française depuis 1800

A historical sociology of (all?) French sociology since 1800
Sébastien Mosbah-Natanson
p. 257-263

Texte intégral

1L’histoire de la sociologie française connaît depuis quelques années un renouvellement et un développement dont on ne peut que se réjouir, avec par exemple la création d’un Groupe de travail qui y est consacré au sein de l’Association française de sociologie, mais aussi de nombreuses publications, que ce soit sous la forme de livres, d’articles ou de numéros de revues qui explorent différents aspects de cette histoire. Et l’on ne peut donc que se féliciter de la publication en 2015 de French Sociology par Johan Heilbron. Johan Heilbron a accompagné, depuis maintenant presque quarante ans, ce regain d’intérêt pour un regard historique et sociologique sur la sociologie française. Il y a contribué par des recherches originales qui ont pu s’appuyer à la fois sur les témoignages d’acteurs de cette histoire, mais qui ont aussi adopté une perspective historiquement plus ancrée, avec, en particulier, son ouvrage Naissance de la sociologie publié en 2006 (mais dont la première version hollandaise date du début des années 1990) où il traitait de la dimension prédisciplinaire de la sociologie (Heilbron, 2006). French Sociology est la suite de cet ouvrage et se fonde sur ces recherches, pour un certain nombre déjà publiées et approfondies pour l’occasion.

2L’ouvrage nous invite à un périple sur près de deux siècles, débutant au lendemain de la Révolution française et aux prodromes de la sociologie et se terminant aux débuts des années 2000 alors que la sociologie est (enfin ?) devenue une discipline universitaire autonome. On doit déjà souligner le profond mérite de l’ouvrage de faire parcourir au lecteur en un peu plus de 200 pages une telle histoire, d’Auguste Comte à Pierre Bourdieu en passant par Émile Durkheim pour le dire vite. En sept chapitres, chacun d’une grande densité, Johan Heilbron retrace ainsi le destin de la sociologie française et cela, il faut le souligner et j’y reviendrai, à destination d’un public non francophone puisque l’ouvrage n’a pas encore connu de traduction française. Le premier chapitre traite de l’établissement d’une science sociale organisée dans la première moitié du xixsiècle, en particulier autour de l’Académie des sciences morales et politiques dont Heilbron souligne, après d’autres auteurs (on pense ici au travail de Corinne Delmas sur cette institution – Delmas, 2006), le rôle central mais négligé par l’historiographie dans l’institutionnalisation des sciences sociales en France. Toutefois, comme le montrent les chapitres 2 et 3, la sociologie proprement dite s’est constituée largement contre les sciences morales et politiques promues par l’Académie et, à travers Auguste Comte d’abord puis, après un passage britannique par l’intermédiaire de Spencer, du fait de ces universitaires philosophes qui, profitant des transformations de l’institution universitaire en faveur de la recherche, introduisent la nouvelle discipline en son sein. La « semi-victoire » durkheimienne, comme l’avait déjà souligné Victor Karady (qui parlait de « semi-échec » : Karady, 1976), est alors analysée, en particulier à travers la compétition entre le groupe durkheimien et le réseau, moins structuré, de René Worms. C’est l’héritage durkheimien post-Première Guerre mondiale qui fait l’objet d’une analyse au sein du chapitre 4 où l’on voit cette tradition péricliter au niveau universitaire tout en continuant à irriguer la recherche. Le chapitre 5 retrace l’histoire de ce qui a souvent été considéré comme une nouvelle naissance de la sociologie, en particulier à travers le développement du Centre d’études sociologiques mais aussi dans un contexte intellectuel – celui de l’après-guerre – où, entre la philosophie de Sartre, le structuralisme et la recherche appliquée, la sociologie peine à trouver sa place. L’avant-dernier chapitre se penche sur le développement, principalement institutionnel, de la sociologie des années 1960 au début des années 2000 alors que la sociologie devient une discipline d’enseignement. Le dernier chapitre est consacré à quatre figures majeures de la sociologie française qui émergent dans les années 1960 et ont constitué des courants qui ont profondément structuré l’espace de la discipline, à savoir Alain Touraine, Michel Crozier, Raymond Boudon et Pierre Bourdieu. Chacun de ces courants est analysé par Heilbron comme constituant un pôle de la sociologie, à savoir une sociologie publique pour Touraine, une « Policy Sociology » pour Crozier, une sociologie purement académique pour Boudon et enfin une sociologie réflexive pour Bourdieu. L’ouvrage se termine par une réflexion, déjà entamée ailleurs par l’auteur (Heilbron, 2008), sur ce qu’est une tradition nationale et donc, pourrait-on dire, sur la légitimité même d’un ouvrage parlant d’un objet intitulé « French Sociology » sur près de deux siècles.

3Ce résumé très succinct de la structure de l’ouvrage ne saurait rendre compte de la richesse d’une analyse qui se positionne théoriquement dès ses premières pages. L’objectif d’Heilbron est de proposer une sociologie historique des sciences sociales (p. 4) qui, tout en s’inspirant de la théorie des champs, refuse de se laisser plier dans un moule théorique trop contraignant (qui serait, par exemple, une analyse ayant pour unique objet l’émergence et l’autonomisation du champ scientifique sociologique). Heilbron affirme que le schéma théorique bourdieusien fonctionne plus, pour lui, comme un modèle heuristique (p. 5) dont il retient certaines des propositions fondamentales, en particulier la nécessité d’allier une analyse des productions intellectuelles et une analyse des positions dans l’espace des producteurs ainsi qu’une approche relationnelle et structurale de l’espace intellectuel. Ce dont il veut se démarquer, c’est à la fois d’approches trop macrosociologiques en sociologie de la connaissance, mais aussi d’approches micro, dans la lignée des « social studies of science » où la profondeur historique des pratiques scientifiques est trop souvent évacuée. En plus de cet ancrage théorique qu’Heilbron déploie sans sombrer justement dans l’imposition, parfois superficielle, d’un schème rigide, il faut souligner la capacité de l’auteur à retracer, en quelques pages à chaque fois et sur des périodes différentes, l’espace intellectuel et institutionnel plus large dans lequel s’insère le développement de la sociologie.

4Dans la suite de cette note critique, je souhaiterais revenir sur quelques-uns des points qui font la force de French Sociology tout en soulignant, pour certains, quelques limites de l’analyse. Le premier porte sur la question de l’université comme lieu de la production sociologique. Si, à juste titre, Heilbron se défend à plusieurs reprises de pratiquer une histoire institutionnelle de la sociologie et affirme qu’en adoptant une approche par le champ, il évite certaines des limites d’une approche centrée sur les « organizational environments » (p. 210), il n’en demeure pas moins qu’un des enseignements de l’ouvrage porte, et cela à partir de cette perspective historique sur deux siècles, sur la relation de la sociologie avec l’institution universitaire qui ne saurait se limiter à son entrée dans la faculté des lettres, troisième pilier de cette tripartition des sciences sociales françaises que décrit Heilbron (p. 32). On ne peut se contenter, lorsqu’on entreprend de faire l’histoire de la sociologie, d’une histoire centrée sur son institutionnalisation universitaire, comme avaient voulu le faire les premiers historiens de la naissance de la sociologie française comme Terry N. Clark ou même Victor Karady (Clark, 1973 ; Karady, 1976 ; Karady, 1979). Et c’est sur ce rapport complexe de la sociologie à l’université que l’ouvrage nous éclaire, et cela non seulement dans une phase prédisciplinaire, mais jusqu’à la sociologie contemporaine. Heilbron souligne pourtant, dans les premiers chapitres de l’ouvrage, la rupture majeure que constitue l’émergence de la « Research University » (p. 26 et suiv.) pour les sciences sociales et la sociologie, contre l’ancien monde des académies et des sociétés savantes. Comme d’autres travaux l’ont montré, l’implantation de Durkheim dans la faculté des lettres et la constitution d’un groupe de sociologues autour de lui dotés d’une légitimité universitaire ont contribué au succès durkheimien. Et pourtant, c’est une semi-victoire puisqu’il n’existe que quatre chaires de sociologie dans les universités françaises au lendemain de la Première Guerre mondiale et que la sociologie universitaire des années 1920-1930 sera une sociologie de professeurs de philosophie, en régression et en décalage surtout avec le programme de recherche de Durkheim encore vivant chez des sociologues-chercheurs qui sont actifs dans d’autres institutions (comme l’École pratique des hautes études – EPHE – pour Marcel Mauss par exemple). Et la renaissance de la sociologie se fera au lendemain de la Seconde Guerre mondiale encore une fois en dehors de l’université par l’intermédiaire du Centre d’études sociologiques, et donc du CNRS où il est implanté. La discipline ne devient véritablement universitaire que dans les années 1960, avec une institutionnalisation universitaire qui permet à la sociologie de se développer aussi bien dans les universités parisiennes que dans les universités de province. Pourtant, la transformation de la sixième section de l’EPHE en École des hautes études en sciences sociales (EHESS), et le rôle majeur, au moins dans ses premières années, joué par la sociologie en son sein montrent encore une fois que l’université où la sociologie est devenue discipline d’enseignement n’a pas su capter le cœur dynamique de la recherche. En témoigne le fait que, sur les quatre sociologues qu’Heilbron met en exergue dans son dernier chapitre, un seul est à proprement parler un universitaire, à savoir Raymond Boudon, fidèle à la vieille Sorbonne. Ce qui n’est pas le cas des sociologies de Touraine, Crozier et Bourdieu, se formant entre l’École normale et HEC et s’épanouissant entre l’EHESS, le Collège de France et Sciences Po. Bien évidemment, l’histoire et la sociologie de l’enseignement supérieur français ont bien montré que la division entre universités et grandes écoles constitue l’un des traits fondamentaux de celui-ci, avec les incohérences et les gâchis que cela peut entraîner.

5Sauf qu’il s’agit de réfléchir, ici, au destin de la sociologie dans ce cadre français si particulier – et que des lecteurs américains par exemple ont bien du mal à saisir, French Sociology pouvant alors les éclairer. La sociologie a-t-elle su, depuis maintenant cinquante ans, trouver sa place comme discipline à la fois d’enseignement mais aussi de recherche dans la structure universitaire française ? Ou bien continue-t-elle d’être dynamique, sur le plan de l’innovation scientifique, dans des institutions extra-universitaires (ainsi une part non négligeable des qualifiés CNU en sociologie chaque année vient de l’EHESS) ? Une des figures qui manque dans l’ouvrage – j’y reviens plus bas –, Bruno Latour, a, elle aussi, soigneusement évité l’université, entre l’École des mines et Sciences Po. Est-ce un mal français irrémédiable ? Il s’agit en tout cas, paradoxalement peut-être, d’une des caractéristiques de notre tradition nationale. L’état actuel des universités françaises ne peut alors qu’encore plus inquiéter sur le destin universitaire de la discipline.

6Condenser deux siècles d’histoire de la sociologie française en un peu plus de deux cents pages nécessite aussi de faire des choix drastiques sur les sociologues à retenir dans cette histoire, sur les sociologues qui ont marqué cette histoire. L’histoire et la sociologie des sciences nous ont enseigné, depuis quelques décennies, la nécessité de ne pas se contenter d’une histoire des vainqueurs qui triompherait de par la simple « force » de leurs idées « vraies ». L’un des mérites de l’approche structurale de Johan Heilbron est alors justement de considérer, par exemple, que le succès durkheimien doit être analysé au regard des sociologues concurrents qu’il évoque, en considérant les « positivistes politiques », les « réformistes sociaux » comme Le Play ou les socialistes (p. 52 et suiv.) mais aussi la figure de Gabriel Tarde et le réseau autour de René Worms (chapitre 3). Peut-être pourrait-on faire le reproche à Heilbron de passer un peu vite sur ces sociologies non durkheimiennes, et en particulier sur le réseau autour de Worms, qui n’en est pas vraiment un à bien des égards. Autour de 1900, comme j’ai essayé de le montrer par ailleurs (Mosbah-Natanson, 2017), de nombreux auteurs se réclament de la sociologie, et si certains passent par les institutions et les publications wormsiennes, on ne saurait surévaluer la cohérence de ce groupe et gommer, par suite, pour des intellectuels et universitaires comme Adolphe Coste ou René Maunier, la spécificité de leurs propres trajectoires au sein de la sociologie naissante (en particulier une vocation sociologique qui se fait non pas à partir de la philosophie, mais à partir de la critique de l’économie politique). Cela renvoie à cette question lancinante pour l’historien de la naissance de la sociologie française : que faire des « non-durkheimiens » ? Quelle histoire de la sociologie française écrirait-on si l’on devait omettre Durkheim ?

7La compétition entre des approches théoriques et empiriques divergentes a continué de marquer la sociologie française, mais cette compétition s’est surtout développée depuis les années 1960 quand la sociologie est devenue une profession pour plusieurs centaines d’universitaires et de chercheurs, partagés entre des objets variés et des affiliations théoriques divergentes. Le dernier chapitre est censé illustrer ce développement, à travers ces quatre grandes figures tutélaires que sont Touraine, Crozier, Boudon et Bourdieu. Ici l’on se heurte toutefois à l’une des limites de French Sociology qui prétend présenter la sociologie française jusque dans les années 2000, comme le fait justement l’avant-dernier chapitre sur le plan institutionnel et organisationnel. Seules ont ainsi droit de cité, dans ce chapitre 6, les créations de nouvelles revues, généralistes et spécialisées, des années 1980 aux années 2000, pour illustrer les développements théoriques de la discipline durant cette période. Mais si l’objet de l’ouvrage est de présenter la sociologie produite en France, et cela jusqu’à la période contemporaine, à un public non francophone, comment faire l’impasse sur le dynamisme théorique des années 1980 et 1990 ? Par exemple autour de Luc Boltanski et de la sociologie dite pragmatique (dont les travaux sont aujourd’hui largement traduits en anglais) ? Ou encore autour d’un auteur comme Bruno Latour, à cheval entre deux univers, celui des États-Unis bien évidemment et de la langue anglaise dans laquelle il a publié nombre de ses travaux, mais aussi celui de la France où il a fait carrière dans des institutions (non universitaires) et contribué aussi au renouvellement du débat sociologique proprement français (avec son recours/retour à Tarde) – et cela sans être partisan pour autant de la théorie de l’acteur réseau ? Ou même, et cela par-delà les polémiques bien légitimes dont elle fait l’objet, la sociologie postmoderne d’un Michel Maffesoli qui a su aussi trouver une réception internationale ? Il ne s’agit pas ici d’une liste exhaustive des « oublis » de French Sociology et l’on comprend bien que le format du livre impliquait de faire des choix, mais l’on peut imaginer que le lecteur non francophone aurait été intéressé par un exposé – toujours sociologiquement orienté – de la diversité théorique de la sociologie française contemporaine.

8On touche, ici, à une autre question qui aurait aussi mérité d’être approfondie, au regard justement du choix de publier French Sociology en anglais. Si Johan Heilbron évoque la popularité mondiale de Bourdieu mais aussi le caractère relativement fermé vers l’international de la sociologie française (p. 174), on regrette qu’il n’y ait pas une réflexion plus poussée sur la réception internationale de la sociologie française, ou plutôt faudrait-il dire des sociologies françaises contemporaines. Pour prendre un exemple, comment expliquer ce succès international de Pierre Bourdieu qui, pourtant, a produit une sociologie qui prenait d’abord et avant tout comme objet de ses recherches les transformations de la société française ? Est-ce alors la « force intrinsèque » de la théorie générale de Pierre Bourdieu qui s’est imposée à l’échelle de la sociologie internationale ? Une telle hypothèse ne peut que laisser dubitatif un sociologue des sciences conscient de l’importance des traditions nationales justement et des enjeux sociologiques d’une circulation internationale des idées, comme l’est Johan Heilbron. Il est à craindre, à la lecture des deux derniers chapitres de French Sociology, que le lecteur éloigné de l’espace français n’ait qu’une vision un peu étroite de la richesse, théorique et empirique, de la sociologie française contemporaine, de ses lignes de force comme de ses faiblesses, et de son dialogue avec d’autres traditions sociologiques. Comment la sociologie française d’aujourd’hui s’insère-t-elle dans le champ sociologique international ?

9Ces quelques remarques ne sauraient pour autant diminuer la reconnaissance de la prouesse intellectuelle et sociologique que constitue French Sociology. Il s’agit d’une illustration éclatante de la pertinence d’une approche de sociologie historique appliquée aux sciences sociales qui sait articuler histoire intellectuelle et sociologie des sciences. On ne peut qu’espérer qu’il saura inspirer d’autres travaux du même type.

Haut de page

Bibliographie

Clark, T. N., 1973, Prophets and Patrons : The French University and the Emergence of Social Sciences, Cambridge, Harvard University Press.

Delmas, C., 2006, Instituer des savoirs d’État. L’académie des sciences morales et politiques au xixsiècle, Paris, L’Harmattan.

Heilbron, J., 2006, Naissance de la sociologie, Marseille, Agone Het ontstaan van de sociologie, Amsterdam, Prometheus, 1991.

Heilbron, J., 2008, « Qu’est-ce qu’une tradition nationale en sciences sociales ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 18-1, p. 3-16.

Karady, V., 1976, « Durkheim, les sciences sociales et l’Université : bilan d’un semi-échec », Revue française de sociologie, 1976, 18-2, p. 267-311.

Karady, V., 1979, « Stratégies de réussite et mode de faire-valoir de la sociologie chez les durkheimiens », Revue française de sociologie, 20-1, p. 49-82.

Mosbah-Natanson, S., 2017, Une « mode » de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France en 1900, Paris, Bibliothèque des sciences sociales, Classiques Garnier (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Mosbah-Natanson, « Une sociologie historique de (toute ?) la sociologie française depuis 1800 », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 257-263.

Référence électronique

Sébastien Mosbah-Natanson, « Une sociologie historique de (toute ?) la sociologie française depuis 1800 », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/677 ; DOI : 10.4000/rhsh.677

Haut de page

Auteur

Sébastien Mosbah-Natanson

Département de sociologie, université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals