Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Sociologie historique et épistémologie sociogénétique de la sociologie

Marc Joly
p. 265-275
Référence(s) :

Johan Heilbron, French Sociology, New York, Cornell University Press, 2015

Texte intégral

I.

  • 1  Heilbron, 1995. La version originale avait été publiée en néerlandais en 1990 et a été (excellemme (...)

1French Sociology est la « suite » (3), attendue, de The Rise of Social Theory1. Johan Heilbron débute son nouveau livre là où il avait laissé ses lecteurs dans le précédent : avec Auguste Comte. Et il va beaucoup plus loin, sous trois points de vue.

  • 2  Voir Heilbron, 2006a, 269-370.

2Tout d’abord, après avoir proposé une biographie sociologique de l’inventeur du mot sociologie en expliquant principalement par le hiatus entre, d’un côté sa position marginale, de l’autre, ses ressources intellectuelles variées et ses dispositions psychiques spécifiques, sa capacité à innover sur un plan épistémologique2, il décrit ici avec méthode et clarté les conditions de production et la conception légitime de la science sociale auxquelles s’opposa précisément Comte, et qui prévalurent en France jusqu’à la fin du xixsiècle, du fait de la position « dominante » (8) détenue par l’Académie des sciences morales et politiques créée en 1832. Tel est l’objet du premier chapitre intitulé « L’établissement d’une science sociale organisée ».

3Ensuite, Heilbron affine de manière extrêmement originale son interprétation de l’épistémologie historico-différentielle – reposant sur la mise en évidence de l’autonomie relative, justifiée notamment par la complexité croissante de leurs objets, de six grandes sciences fondamentales – définie par Comte, et dont tireront surtout profit la biologie (le fondateur de la Société de biologie, en 1848, est l’un de ses élèves) et la future sociologie durkheimienne (chapitre 2 : « Une science improbable »).

4Enfin et surtout, apportant quantité d’éléments nouveaux, il complète (du troisième chapitre au septième et dernier chapitre) ce qu’il présentait comme une histoire « prédisciplinaire » de la sociologie française par une histoire « disciplinaire », d’Émile Durkheim à Pierre Bourdieu.

  • 3  Outre ses recherches d’« histoire sociale des sciences sociales », qui font référence à l’échelle (...)

5Formé à la sociologie à l’université d’Amsterdam, auprès de professeurs proches de Norbert Elias (Johan Goudsblom et Abram de Swaan), devenu chercheur statutaire en France dans le sillage de Bourdieu (sa principale référence scientifique) après avoir travaillé à Berlin ou à Uppsala, Johan Heilbron – sociologue européen s’il en est – témoigne une nouvelle fois, avec French Sociology, de sa capacité à faire appel, dans ses travaux sur l’histoire de la sociologie, non seulement à tout l’éventail des techniques de recherche, mais aussi aux outils de conceptualisation les plus exigeants recelés par la discipline qu’il a prise pour objet d’étude3.

6S’agissant des méthodes entendues comme procédés d’investigation, Heilbron s’appuie sur une base de données contenant des informations biographiques et bibliographiques sur un peu plus de six cents social scientists et philosophes ; il a multiplié les recherches d’archives et en bibliothèque ; il a interrogé une quarantaine de témoins ; et – c’est peut-être le plus important – il ne se lasse pas d’observer avec un œil d’« ethnologue », depuis son premier séjour estudiantin à Paris en 1979-1980, les mœurs de la scène intellectuelle française.

7S’agissant des méthodes entendues comme modes de direction et d’expression de la pensée, c’est-à-dire du point de vue des réquisits d’ordre théorique et conceptuel propres à une science donnée, du point de vue de sa « langue » et de ses schèmes de pensée contre-intuitifs, du point de vue de sa « logique », en somme, le sociologue hollandais, de bout en bout, parvient à saisir et à faire comprendre relationnellement et processuellement (la seule approche conséquemment scientifique, et qui annule, au reste, les oppositions poussiéreuses de l’« empirisme » et du « rationalisme », du « constructivisme » et du « réalisme », etc.) les faits évoqués ; il s’efforce, à la suite de Bourdieu, de mettre en rapport les prises de position exprimées dans les textes publiés et les positions occupées par leurs producteurs en vertu de leurs dispositions et capitaux ; il démontre la vanité (dans les deux acceptions du terme) d’une « histoire intellectuelle » qui ne reposerait pas sur une « histoire sociale » et plaide in fine pour une vision intégrée de la « sociologie historique des sciences » (idéalement, le syntagme sociologie des sciences suffirait…).

II.

  • 4  Il va de soi que la distinction opérée est de pure commodité. Dans les faits, les méthodes d’inves (...)
  • 5  On fait allusion, ici, à l’« épistémologie génétique » du psychologue suisse Jean Piaget (voir sur (...)
  • 6  Au demeurant, Johan Heilbron s’est lui-même intéressé de près, au début de ses études, à l’épistém (...)

8On s’attardera sur ce deuxième point4. Disons, pour être le plus direct possible, que Johan Heilbron a parfois le défaut de ses qualités : il lui arrive d’être un peu trop systématique dans son effort (remarquablement inventif) de généralisation explicative structuralo-relationnelle. C’est du moins ce qu’on va tenter de montrer ici – en sorte que la présente note critique possédera une nette orientation épistémologique (une épistémologie « sociogénétique5 », certes, et non « philosophique » au sens disciplinaire) et n’aura donc pas grand-chose à voir avec un résumé en bonne et due forme6.

  • 7  Cette idée est esquissée dans Joly, 2012, 36-56 ; et développée dans Joly, 2017. Inutile de dire q (...)

9Une précision s’impose au préalable. Revenons, un instant, sur la distinction « prédisciplinaire »/« disciplinaire ». Si, comme aimait à le dire Claude Bernard, une « théorie » est nécessairement « fausse » d’une manière absolue, il faut convenir que cette distinction, pour Heilbron, ne revêt pas autre chose qu’une vertu heuristique. Elle est, par essence, imparfaite et provisoire. On ne saurait la graver dans le marbre. Cela irait d’autant plus à l’encontre des intentions de l’auteur qu’elle a pour raison d’être fondamentale d’appréhender la dynamique d’un processus spécifique. Un processus de scientificisation des schèmes de pensée et du langage qui débuta vers 1730 (mais il est possible, selon les stratégies argumentatives déployées, de remonter jusqu’au début du xviie siècle, ou jusqu’au début du xvie siècle) et dont on peut dire qu’il endossa une forme disciplinaire à partir du moment où il revint finalement à la « discipline » universitaire de donner satisfaction, outre ses multiples ressorts macrosociaux et politiques, aux deux réquisits épistémologiques d’autonomie « sociale » à l’égard des pouvoirs « spirituels » (l’Église) et « temporels » (la cour, les salons, l’État) et d’autonomie « cognitive » exigée par les spécificités relatives des objets et des méthodes – réquisits qui portaient, et que portaient en germe, les premières théories « sociologisantes » de Montesquieu ou Rousseau (en tant qu’elles visaient à saisir les processus sui generis engendrés par l’enchevêtrement des actions humaines et des rapports « sociaux » à travers le temps et l’espace, c’est-à-dire les interdépendances sociales, et qu’elles appelaient de facto la définition de modes d’articulation avec l’ensemble des autres approches purement immanentes, séculières, des processus et structures constitutifs du monde, « physique », « biologique » et « social-historique », dans lequel vivent les êtres humains et qu’ils sentent présents en eux sous la forme autant de ce qu’ils contrôlent que de ce qu’ils ne contrôlent pas : c’est, là, toute la complexité et toute l’ambivalence du « psychologique »). En conséquence, cohabitent un régime conceptuel englobant et un ensemble différencié de « disciplines » dont les premières expressions sont à comprendre, a posteriori, comme autant de genres, de pratiques cognitives et d’essais de fondation scientifique plus ou moins clairement distincts, et distinguables, dès lors que dominait sous la bannière de la « philosophie naturelle » et/ou de la « philosophie morale » un horizon du pensable unitaire – et dès lors, aussi, et ce n’est pas sans rapport (qu’on s’y opposât ou qu’on y adhérât), que des pouvoirs et institutions étaient en mesure de détenir, ou de prétendre détenir, le monopole du discours légitime sur les phénomènes humains « naturels » et « sociaux-historiques7 ».

III.

10Venons-en, maintenant, au cœur de French Sociology. Johan Heilbron écrit, au début du troisième chapitre (« La sociologie et les autres disciplines en formation ») :

La principale impulsion en faveur de la sociologie durant le dernier tiers du xixsiècle n’est pas venue de quelque école particulière de pensée sociale extérieure à l’université, mais, au contraire, d’une mince poignée de philosophes universitaires qui embrassèrent la sociologie durant les années 1870 et 1880 et transformèrent un projet positiviste mal considéré en une entreprise universitaire légitime (59).

11Normaliens, agrégés, instruits des avancées scientifiques accomplies en Grande-Bretagne et en Allemagne, ils auraient été contraints de combattre sur « deux fronts » : 1. contre les membres de l’Académie des sciences morales et politiques, et leur spiritualisme désuet ; 2. contre tous les partisans non universitaires d’une réforme « sociale » (héritiers du positivisme, catholiques leplaysiens, socialistes, etc.), et leurs biais normatifs incompatibles avec les réquisits des sciences.

12Cette thèse, éclairant en particulier la naissance de la sociologie universitaire, l’auteur la combine avec une démonstration qu’il ne paraît pas impropre de qualifier d’« épistémologique ». On peut dire qu’elle repose sur la clarification de trois données essentielles :

  1. les sciences sociales françaises, telles qu’elles ont été institutionnalisées à partir des dernières décennies du xixsiècle, se répartissent entre la Faculté des lettres (sociologie, ethnologie, histoire) et la Faculté de droit (économie), tandis que les sciences politiques se sont développées hors de l’Université, dans une « école libre » ;

  2. cette « configuration tripolaire » relativement autonome a pris le relais d’une « configuration unipolaire » faiblement indépendante à l’égard des enjeux « politiques » et « moraux » – l’Académie des sciences morales et politiques monopolisant à bien des égards, dès sa création ou plutôt sa renaissance (après une première vie dans le sillon révolutionnaire rapidement abrégée par Napoléon) au début de la monarchie de Juillet, la définition légitime de la science sociale « au service du gouvernement » (16) ;

  3. l’une et l’autre configuration ont été, chacune à sa manière, en décalage avec l’idée de science sociale comme sociologie déduite par Comte, selon des considérations de cohérence épistémologique, des transformations qu’il avait eu l’occasion d’observer pendant et après sa scolarité à l’École polytechnique dans les domaines des mathématiques et des « sciences de la nature » – et, nonobstant la loi des trois états, ravivée par Durkheim, lequel, tout en ayant conscience de la nécessité de prendre position vis-à-vis de la discipline-mère de la philosophie, de la discipline-sœur de la psychologie, et de toutes ces disciplines-cousines (plus ou moins éloignées) vivant ou non dans les murs de la Faculté des lettres (histoire et économie principalement), s’efforça toutefois de mettre en scène dans L’Année sociologique la fonction épistémologique fondamentale de la sociologie comme science sociale englobant l’étude des phénomènes en réalité interdépendants dits « religieux », « économiques », « culturels », « moraux » ou « politiques », et, de facto, sa mission de substitut scientifique spécialisé et généralisant de la « philosophie ».

13Voilà le nœud de l’affaire ! Il gît, selon nous, dans les rapports entre la « sociologie » et la « philosophie ». Ce point essentiel, néanmoins, n’est pas sans être parfois entouré d’un certain flou dans French Sociology.

14Heilbron explique, en effet, que le fil conducteur de sa reconstruction du développement de la sociologie française réside dans le conflit entre la catégorie des membres de l’Académie des sciences morales et politiques et la catégorie des membres du champ universitaire restructuré et redynamisé par les réformes entreprises sous l’égide de la République après 1870. Son souci est de mettre en évidence un rapport de force structurel – un rapport de force assimilable à un remodelage des structures institutionnelles. Et comment pourrait-on douter qu’on ait affaire, avec l’émergence cognitive et institutionnelle de la sociologie, à un entremêlement de rapports de force intelligible et restituable ? Une question, cependant, se pose : celle de savoir dans quelle mesure il est possible d’affirmer qu’un conflit a opposé, et a été vécu comme tel par les parties en présence, s’agissant de la définition légitime de l’objet, des ambitions et des pratiques de production cognitive propres aux sciences sociales en général et à la sociologie en particulier, d’un côté « les vieux académiciens [membres de l’Académie des sciences morales et politiques] », de l’autre, « la jeune génération des professeurs d’université » (212). Dans quelle mesure, plus précisément, est-on fondé à prétendre que le destin de la sociologie française s’est joué dans ce conflit ? N’eût-il pas été préférable de parler d’un changement structurel ou configurationnel à la faveur duquel seraient apparues de nouvelles scènes conflictuelles – celle d’un champ intellectuel restructuré, celle du champ éducatif, celle de l’espace global des facultés, et, en ce qui concerne la sociologie « scientifique », celle de l’espace particulier de la Faculté des lettres au sein duquel la « philosophie » fit figure de principal adversaire contre lequel lutter ?

15Car ce qui ressort le plus nettement – et, étonnamment, si on prolonge l’enquête de l’auteur, avec d’autant plus de force qu’on s’inscrit dans une démarche comparative – est surtout un conflit d’ordre épistémologique. C’est un conflit entre : (1) la logique d’un régime de pensée scientifique achevé par la sociologie en tant que science sociale par excellence et en tant que carrefour de clarification épistémologique privilégié de cette logique ; (2) les logiques préscientifiques maintenues en vie par la « philosophie » en tant que, devenue discipline parmi d’autres dans le nouveau champ universitaire, elle n’eut pas d’autre alternative – pour retrouver, ou se donner l’illusion de retrouver, une position surplombante – que de s’atteler sans relâche à effacer ses liens de dépendance à l’égard de visions du monde théologico-politiques, tout en les retissant avec de nouvelles trames. À se fier aux éléments mis en ordre de façon lumineuse dans French Sociology, le principal conflit en cause oppose d’une part la logique intrinsèque d’un régime de pensée scientifique, de l’autre, un ensemble de jeux institutionnels contribuant à voiler autant qu’à dévoiler cette logique sans laquelle ils n’auraient paradoxalement pas eu lieu d’être. La sociologie loge dans cette tension. Elle est portée par une logique qu’elle doit porter sur ses épaules.

IV.

16Mais tout se passe comme si l’auteur avait été réticent à l’idée d’assumer jusqu’au bout cette thèse. On se contentera de relever trois indices.

    • 8  Lepenies, 1985. Pour une critique de ce modèle, et de l’usage qu’en fait Heilbron, voir Joly, 2017 (...)

    En premier lieu, le fait qu’il reprenne à son compte la « caractérisation par Wolf Lepenies du monde intellectuel moderne en tant que constellation de trois cultures, les sciences sociales étant situées de manière quelque peu inconfortables entre la science et la littérature8 » (13).

    • 9  Faisant allusion à un numéro de la Revue philosophique dans lequel figuraient un article d’embryog (...)
    • 10  Halévy écrivit à Léon, le 21 octobre 1892, alors qu’ils échangeaient sur les stratégies à mettre e (...)

    Ensuite, une liste de revues « disciplinaires » et « universitaires » d’un « nouveau type » (60), créées entre 1876 et 1898, et dans laquelle ne figure pas – omission symptomatique – la Revue de métaphysique et de morale. Or l’intention des fondateurs de cette revue, principalement Xavier Léon et son ami Élie Halévy (qui préférait plutôt rester en retrait), était sans ambiguïté. Il s’agissait de contrer l’absorption de la « philosophie » par la « science » à laquelle contribuait la Revue philosophique de Théodule Ribot, c’est-à-dire de réhabiliter ou, plus exactement, de refonder et même de fonder dans un cadre universitaire l’idée d’une spécificité du mode de pensée « philosophique » par rapport aux « sciences9 ». Il s’agissait, en particulier, d’étouffer dans l’œuf ou d’arraisonner le développement de la psychologie et de la sociologie10.

  1. Heilbron remarque enfin, dans l’épilogue, que le caractère « français » de la conception durkheimienne de la sociologie tient à son ancrage dans un champ académique spécifique, à l’intérieur duquel, « par exemple, la philosophie détenait une position prééminente, tandis que la science politique était privée de légitimité académique » (221). Nous ne pensons pas que ces deux éléments peuvent être mis sur un même plan du point de vue de leur caractère structurant.

  • 11  AN, F/17/24167 (dossier Gaston Richard), lettre de G. Richard à L. Liard, 13 janvier 1899.
  • 12  Ce point est développé dans Joly, 2017, 83-86.

17Les faits sont là. La « réaction » des « philosophes » de vocation et de profession à l’encontre des sciences humaines et sociales fut d’une ampleur si considérable qu’elle éclaire, selon nous, toute la portée d’une révolution cognitive parachevée par la sociologie. Cette révolution précède, transcende et a rendu possible l’institutionnalisation de disciplines universitaires scientifiques. En même temps, et Heilbron est celui qui s’est le plus directement confronté à ce paradoxe, elle n’a jamais réellement pu aboutir (à moins, peut-être, qu’elle fût vouée par les circonstances même de sa « naissance » à ne jamais pouvoir aboutir), notamment du fait des stratégies de survie mises en œuvre par des philosophes universitaires passés maîtres dans l’art d’investir les instances consultatives et décisionnelles. Ainsi, par exemple, pouvait-on ne pas être « qualifié » (comme on ne le disait pas encore à la fin du xixsiècle) par le « Comité consultatif de l’enseignement supérieur » « pour l’enseignement philosophique général » à l’Université tout en étant susceptible d’« être désigné un jour pour l’enseignement de la sociologie ou de la science de l’éducation11 ». Et comme il y avait très peu de chaires dans ces deux domaines, certains agrégés et docteurs en philosophie par trop orientés vers les sciences sociales – surtout aux yeux du spiritualiste Paul Janet, disciple de Victor Cousin, qui veillait au grain au sein du Comité consultatif – se retrouvaient bloqués dans le secondaire. Tel fut le sort de Gaston Richard jusqu’à ce qu’il succédât à Durkheim à l’université de Bordeaux en 190212.

  • 13  Cit. dans Nicolas, 2000, 294.

18C’est un autre philosophe, Émile Boutroux, qui avait porté au sein de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur (créée en 1878 et dont faisait aussi partie Janet, outre les symboles du réformisme universitaire : Renan, Taine, Pasteur, Berthelot, etc.) le projet de création de « cours annexes pour les branches [de la] psychologie physiologique, [de la] psychologie comparée, [de la] sociologie13 », sur la base d’une distinction entre la philosophie autonome (la métaphysique), à laquelle étaient réservées les chaires magistrales, et la philosophie scientifique. Si ce projet n’avait pas pu être concrétisé, il en était resté l’idée de « niches » à aménager pour les membres du corps professionnel de la philosophie (agrégés et docteurs, enseignants du secondaire) déterminés à défendre la cause des nouvelles sciences humaines et sociales dessinant conjointement une image historisante et objectivante d’une humanité historisable et objectivable – une image qui ne pouvait que heurter de front les spiritualistes cousiniens de la Sorbonne ainsi que les néo-kantiens de l’École normale supérieure (avant, on l’a dit, la réaction plus consciemment initiée par les jeunes fondateurs de la Revue de métaphysique et de morale). On comprend qu’un Ribot – qui avait quitté l’enseignement secondaire pour créer la Revue philosophique – n’accepta qu’avec réticence, en 1885, la charge d’un cours complémentaire de psychologie expérimentale à la Sorbonne… proposée par Janet.

19Heilbron ne s’attarde pas sur le cas du fondateur français de la psychologie physiologique. À travers Durkheim et les « durkheimiens », il éclaire les conditions sociales de possibilité de l’innovation scientifique. Les propriétés sociales, les origines religieuses, les « ressources et prédispositions spécifiques » (209), notamment intellectuelles, les dispositions mentales, les capitaux acquis, les positions occupées ou visées dans des espaces enchevêtrés changeants : toutes ces données furent au principe de prises de position aussi minoritaires que novatrices. Mais, faute, peut-être, de développements suffisamment poussés concernant la psychologie dite « scientifique », on ne discerne pas toujours très bien l’articulation entre ces prises de position et ce qui constitua à notre avis la dimension la plus structurante sur un plan intellectuel, cognitif et même idéologique, celle qui nourrit ou menaça l’idéal du moi des acteurs en présence, à savoir la scientificisation de la vision du monde et de l’humanité ainsi que la transformation radicale de la position de la philosophie et sa dé-légitimation consacrée par la sociologie sous un double point de vue cognitif et métacognitif – et tout ce qui s’opéra à travers ces transmutations. La subsomption des sciences sociales dans la sociologie – subsomption qui n’est compréhensible qu’à condition d’être pensée en lien avec celles du même ordre favorisées par la biologie et par cette troisième grande science relevant de l’étude des conditions de possibilité et d’existence de l’humanité, mais dont la vocation de généralité rivalisait sans doute, et continue de rivaliser, de manière plus marquée avec quelque fonction d’intermédiarité, à savoir la psychologie – participe centralement de cette évolution. Il n’y eut conflit interindividuel, et existentiel, que sur l’étai de cette mutation fondamentale des repères cognitifs.

  • 14  Sur la situation allemande, voir Feuerhahn, 2014 ; Feuerhahn, 2015 ; Joly, 2017.

20Ces éléments paraissent abonder dans le sens de l’hypothèse selon laquelle la logique d’imposition de la sociologie fait d’elle tout ce qu’on veut, sauf une « science improbable » (38), comme la nomme Heilbron. Et il convient d’ajouter que cette logique se déploya à une échelle transnationale, par-delà les contextes nationaux d’institutionnalisation disciplinaire, aussi différents fussent-ils. Ce n’est pas un hasard si Ferdinand Tönnies – très comtien en la circonstance – s’appliqua à justifier l’introduction du vocable sociologie en Allemagne par rapport au précédent de la biologie14. Ainsi s’exprima-t-il en 1910, lors du premier congrès de la Société allemande de sociologie :

  • 15  Tönnies, 1911, 37.

Sociologie, en dépit de toutes les hostilités, est devenu un mot universel [Weltwort] et le véhicule d’une pensée universelle [Welt-Gedankens]. Les attaques sont toujours dirigées de préférence contre le nom. […] Le mot biologie, d’usage commun, est également formé de manière incorrecte sur un plan linguistique ; car la vie au sens biologique se nomme en grec ζωή. Biologie, depuis qu’il a été forgé, s’est pourtant lentement imposé. De même la sociologie s’est déjà imposée, c’est-à-dire le mot. Nous ferons en sorte que la chose s’impose aussi. C’est assurément une tâche sans fin15.

V.

  • 16  L’auteur (233) positionne par exemple sa démarche par rapport à celle de Mucchielli, 1998.

21Les réflexions critiques qui précèdent témoignent, à n’en pas douter, de la richesse et de la rigueur sans égal, au vu de l’historiographie sur le sujet, de French Sociology16. Les apports de ce grand livre de sociologie historique des sciences sont multiples. Le plus important, sous un angle épistémologique, réside probablement dans la confirmation du fait qu’il n’y a pas de science sans quelque accumulation de diverses ressources d’autonomie : 1. d’abord, à l’égard des pouvoirs religieux, politiques et/ou économiques ; 2. ensuite, et autant (et pour autant) que l’imposent les caractéristiques des objets et des méthodes, vis-à-vis des autres sciences ; 3. enfin, naturellement, par rapport à tous ceux qui, dans une discipline donnée, sont disposés à porter plus ou moins exclusivement des intérêts extrascientifiques (ce qui peut aller de pair, ou pas, avec le fait d’importer des techniques de recherche et/ou des outils conceptuels valables dans d’autres disciplines).

22La force de French Sociology est aussi d’attirer l’attention sur la nécessité de documenter et de théoriser le décalage entre un possible synonyme de cohérence épistémologique (inauguré par Comte et préservé durant l’entre-deux-guerres par la branche « recherche » du durkheimisme) et un réel constitué par un ensemble de contraintes institutionnelles inséparables des structures sociales et politiques générales et de leurs processus de transformation développementale. La spécificité de la sociologie française s’explique par la spécificité de la tension entre ce possible spécifique (spécificité qui doit aussi, originairement, à un habitus individuel, celui du prophète de l’âge « positif ») et ce réel spécifique.

23En définitive, le mérite de Johan Heilbron est de mettre constamment son érudition au service du réquisit de clarification théorique propre à la sociologie. Il démontre en acte la mauvaise foi intellectualiste d’une certaine philosophie des sciences sociales, les limites conceptuelles de la majeure partie des travaux d’histoire des sciences sociales (qui semblent faire de l’érudition une fin en soi), les arrière-pensées relativistes et anti-structurales de l’intérêt revendiqué pour les « pratiques locales » (209). Il aide à comprendre les processus et structures orientant nos pratiques réelles et nos façons de voir. (Pour ne prendre qu’un seul exemple, la forme spécifique de la structuration du champ académique français par les disciplines et les départements universitaires tient : 1. à la coupure – favorisée notamment par l’existence de grandes écoles et par le centralisme hexagonal – entre la recherche et l’enseignement ; 2. à l’intensité des liens de ce champ avec le champ intellectuel plus large.) Il parvient ainsi à convaincre que les chercheurs de tous les pays ont vraisemblablement de bonnes raisons de vouloir défendre une tradition sociologique nationale qui ne vaut pour le moment que par sa contribution exceptionnelle à la définition transnationale d’une logique scientifique particulière – celle constitutive, pourrait-on dire (ou rêver), d’« humanités » empiriquement fondées au service de l’universel.

Haut de page

Bibliographie

Cuvillier, A., 1954, Nouveau précis de philosophie, t. I, La connaissance, Paris, Armand Colin.

Cuvillier, A., 1963, La Dissertation philosophique, t. I, La connaissance, Paris, Armand Colin.

Feuerhahn, W., 2014, « La sociologie avec ou sans guillemets. L’ombre portée de Comte sur les sciences sociales germanophones (1875-1908) », Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg, I, p. 157-196.

Feuerhahn, W., 2015, « Partages politiques des savoirs. Lettres versus sciences, Geisteswissenschaften versus Naturwissenschaften », dans Pestre, D. (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, t. 2, Modernité et globalisation (sous la dir. de Raj, K., Sibum, H. O.), Paris, Le Seuil, p. 93-113.

Halévy, É., 1996, Correspondance 1891-1937, Paris, Fallois.

Heilbron, J., 1995, The Rise of Social Theory, Cambridge, Polity Press.

Heilbron, J., 2006a, Naissance de la sociologie, Marseille, Agone.

Heilbron, J., 2006b, « Comment penser la genèse des sciences sociales ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 15/2, p. 103-116.

Hersch, J., 1993, L’Étonnement philosophique. Une histoire de la philosophie, Paris, Gallimard/Folio.

Joly, M., 2012, Devenir Norbert Elias. Histoire croisée d’un processus de reconnaissance scientifique : la réception française, Paris, Fayard.

Joly, M., 2017, La Révolution sociologique. De la naissance d’un régime de pensée scientifique à la crise de la philosophie (xixe-xxe siècles), Paris, La Découverte.

Lepenies, W., 1985, Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literatur und Wissenschaft, Munich, Hanser [yrad. fr. : Les Trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Éditions de la MSH, 1991].

Mucchielli, L., 1998, La Découverte du social. Naissance de la sociologie en France, Paris, La Découverte.

Nicolas, S., 2000, « L’introduction de l’enseignement de la psychologie scientifique en France : Théodule Ribot (1839-1916) à la Sorbonne (1885) », L’Année psychologique, 100/2, p. 285-331.

Piaget, J., 1950a, Introduction à l’épistémologie génétique, t. I, La pensée mathématique, Paris, PUF.

Piaget, J., 1950b, Introduction à l’épistémologie génétique, t. II, La pensée physique, Paris, PUF.

Piaget, J., 1950c, Introduction à l’épistémologie génétique, t. III, La pensée biologique, la pensée psychologique et la pensée sociologique, Paris, PUF.

Tönnies, F., 1911, « Wege und Ziele der Soziologie », dans Verhandlungen des Ersten Deutschen Soziologentages vom 19.-22. Oktober 1910 in Frankfurt a. M., Tübingen, J. C. B. Mohr, p. 17-38.

Haut de page

Notes

1  Heilbron, 1995. La version originale avait été publiée en néerlandais en 1990 et a été (excellemment) traduite en français par Paul Dirkx (Heilbron, 2006a).

2  Voir Heilbron, 2006a, 269-370.

3  Outre ses recherches d’« histoire sociale des sciences sociales », qui font référence à l’échelle internationale, Johan Heilbron a aussi enquêté sur la découverte du virus du sida, sur la sociologie économique, sur la mondialisation ou sur la genèse et la pratique de certains sports de combat.

4  Il va de soi que la distinction opérée est de pure commodité. Dans les faits, les méthodes d’investigation empirique et les démarches réglées de l’esprit sont indissociables.

5  On fait allusion, ici, à l’« épistémologie génétique » du psychologue suisse Jean Piaget (voir surtout Piaget, 1950a, 1950b, 1950c). Il s’agit, par l’expression d’« épistémologie sociogénétique », de penser la logique des connaissances scientifiques en partant non pas de l’étude directe du développement cognitif des enfants (ce que fit Piaget), mais de l’investigation empirique de la genèse et des reconfigurations des espaces de production de connaissances dites « scientifiques » conformément à leur capacité à épouser un horizon d’attentes donné et à respecter un certain nombre de procédures établies (tout en résultant – et ce n’est paradoxal qu’en apparence – d’une sorte d’aptitude complémentaire consistant à savoir se jouer de leurs aspects trop contraignants ou limitatifs).

6  Au demeurant, Johan Heilbron s’est lui-même intéressé de près, au début de ses études, à l’épistémologie de Thomas Kuhn, Imre Lakatos, Karl Popper et Paul Feyerabend. Les questions épistémologiques qu’il se posait alors « concernaient les propriétés et les possibilités cognitives des sciences sociales, et par rapport aux autres sciences et par rapport aux différentes formes de savoirs extrascientifiques » (Heilbron, 2006b, 103). Au cours de ses recherches, il rencontra également la « tradition française de l’épistémologie historique », et l’introduisit avec enthousiasme aux Pays-Bas (il consacra ainsi son premier article, en 1978, à Gaston Bachelard). L’enseignement de la sociologie éliasienne le conforta dans l’idée d’étudier l’« histoire et l’évolution effective des sciences sociales » (ibid., 104).

7  Cette idée est esquissée dans Joly, 2012, 36-56 ; et développée dans Joly, 2017. Inutile de dire que notre dette à l’égard du travail de Johan Heilbron est considérable.

8  Lepenies, 1985. Pour une critique de ce modèle, et de l’usage qu’en fait Heilbron, voir Joly, 2017, 14-17.

9  Faisant allusion à un numéro de la Revue philosophique dans lequel figuraient un article d’embryogénie et un autre de graphologie, Halévy commenta significativement à l’intention de Léon (en avril ou en mai 1893) : « Ribot t’abandonne définitivement la philosophie » (Halévy, 1996, 140). Il n’est que de consulter le manuel de référence sur la « dissertation philosophique » dans les années 1950-1970 pour constater le caractère absolument crucial et structurant de la nécessité, pour la « philosophie », de se situer par rapport à la « connaissance scientifique ». Le premier sujet corrigé est en effet le suivant : « La connaissance scientifique vous paraît-elle pouvoir tenir lieu de philosophie ? » (Cuvillier, 1963, 1). La réponse est évidemment négative : la science ne se suffit pas à elle-même, son existence soulevant en tant que telle des problèmes qu’elle ne saurait résoudre sur le double plan des « valeurs » et de l’« Être » (ibid., 5). Il n’est pas inutile de préciser que, pour les philosophes de profession qui, à partir des dernières décennies du xixsiècle, élaborèrent les instruments rhétoriques et conceptuels de légitimation de leur discipline dans le cadre de l’Université rénovée, et dont le souci principal était de contrer l’idée selon laquelle les problèmes traditionnels de la « philosophie » avaient vocation à être progressivement transférés aux sciences – la sociologie, parmi ces dernières, en tant que théorie de la connaissance humaine du monde et de l’auto-connaissance humaine et en tant que théorie de l’action humaine et de la morale des sociétés humaines, pouvant faire figure de discipline précisément missionnée pour parachever un tel processus –, le positivisme comtien n’était « pas loin de résorber la Philosophie dans la Science » (Cuvillier, 1954, 11). « Tout ce qui était jusqu’ici objet de la métaphysique peut virtuellement […] devenir objet de science. Auguste Comte croyait avoir ainsi éliminé définitivement la métaphysique » (Hersch, 1993, 287). Ribot, pour revenir à lui, jugeait que la métaphysique ne peut que « gâter toute science où elle entre ».

10  Halévy écrivit à Léon, le 21 octobre 1892, alors qu’ils échangeaient sur les stratégies à mettre en œuvre pour assurer le meilleur lancement possible de la Revue de métaphysique et de morale : « Déclare […] que tu en veux à l’esprit de spécialité (métaphysique réduite à une psychologie physiologique ou expérimentale – morale réduite à une sociologie) » (Halévy, 1996, 77).

11  AN, F/17/24167 (dossier Gaston Richard), lettre de G. Richard à L. Liard, 13 janvier 1899.

12  Ce point est développé dans Joly, 2017, 83-86.

13  Cit. dans Nicolas, 2000, 294.

14  Sur la situation allemande, voir Feuerhahn, 2014 ; Feuerhahn, 2015 ; Joly, 2017.

15  Tönnies, 1911, 37.

16  L’auteur (233) positionne par exemple sa démarche par rapport à celle de Mucchielli, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Joly, « Sociologie historique et épistémologie sociogénétique de la sociologie », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 265-275.

Référence électronique

Marc Joly, « Sociologie historique et épistémologie sociogénétique de la sociologie », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/679

Haut de page

Auteur

Marc Joly

Chargé de recherches au CNRS (Printemps, UVSQ)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals