Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Pour une sociologie historique et réflexive des sciences humaines et sociales

For a historical and reflective sociology of the human and social sciences
Johan Heilbron
p. 277-288

Texte intégral

Je remercie vivement Marc Joly et Sébastien Mosbah-Natanson pour l’attention généreuse et critique avec laquelle ils ont bien voulu lire et discuter mon livre. En essayant de répondre à leurs interrogations, je voudrais profiter de l’occasion pour expliciter certains principes sur lesquels repose l’ouvrage et montrer pourquoi le programme d’une « sociologie historique et réflexive des sciences humaines et sociales » me semble pertinent et, en fait, préférable aux démarches concurrentes qui tendent à dominer les recherches actuelles. C’est dans ce cadre que je m’efforcerai de réagir aux remarques qui m’ont été faites.

Un contexte bipolaire

1Il n’est pas inutile de rappeler pour commencer le contexte dans lequel se situent les travaux sur les sciences humaines et sociales (SHS). De façon quelque peu schématique, on évoquera en premier lieu l’existence d’un ensemble de recherches qui se disent et se veulent avant tout « historiques ». On peut identifier ses revues spécialisées, comme History of the Human Sciences (1988) ou la Revue d’histoire des sciences humaines (1999), dater l’émergence et la formation de ce domaine d’études, et tenter d’objectiver ses recherches, lesquelles, malgré leur indéniable variété, possèdent un certain nombre d’éléments importants en commun. L’autre pôle dont il faudrait rendre compte sont les « science studies », univers lui aussi reconnu, nanti de ses propres instances, revues (Social Studies of Science), associations et programmes de travail. Aujourd’hui, les « science studies » tendent à dominer l’ensemble des travaux sur les sciences et les savoirs, y compris une bonne partie des travaux historiques.

  • 1 George Stocking fut en 1966 l’un des premiers à entreprendre la critique du « présentisme », en rev (...)

2La revendication constitutive des études proprement historiques a été une forme d’historicisme dont les modalités correspondent grosso modo aux genres historiques existants (histoire intellectuelle, histoire sociale, histoire institutionnelle, histoire conceptuelle). Au-delà de ces différences internes, le pôle historiciste se définit principalement par son opposition au « présentisme ». Contre le biais présentiste, au principe d’anachronismes divers, l’objectif est de comprendre le sens historique des œuvres indépendamment de leur signification actuelle ou potentielle. Il s’agit donc d’un ethos et d’un programme d’abord et avant tout historique : lecture attentive de textes, consultation d’archives, reconstitution du contexte, etc.1.

3Le présentisme ambiant contre lequel le courant historiciste s’est constitué revêtait – et continue à revêtir – deux formes majeures. Certains théoriciens en sciences sociales ont d’abord tendance à produire des généalogies pseudo-historiques de la pensée afin de présenter leur propre modèle comme une sorte d’aboutissement inéluctable. En sociologie, l’ouvrage The Structure of Social Action (1937) de Talcott Parsons représente sans doute l’exemple le plus célèbre. L’autre forme du présentisme est moins liée à la théorisation qu’aux pratiques pédagogiques : elle est portée par les professeurs enseignant leur discipline par le biais de cours sur l’histoire des grandes idées et des « grands hommes ».

  • 2 L’historicisation des sciences sociales, qui remonte aux années 1970, a été complétée récemment par (...)

4Le mouvement historiciste, si on peut l’appeler ainsi, a été une réaction salutaire contre ces pratiques. Il a favorisé un renouvellement effectif de la compréhension du passé de l’ensemble des sciences humaines et sociales2. Si ces travaux ont le mérite d’apporter des matériaux historiques nouveaux, de rompre avec les anachronismes et les téléologies, et de proposer des analyses et des interprétations originales, ils n’ont pas toujours posé de façon suffisamment rigoureuse la question – qui est au cœur des sciences sociales – des modes de compréhension et d’explication de ce qu’ils décrivent. Autrement dit, les récits historiques ont parfois du mal à aller au-delà d’un mélange aléatoire de commentaire de textes, d’informations biographiques et de rappel du « contexte ». Je me contenterai de citer ici Francois Simiand qui, il y a plus d’un siècle, dans des conditions bien différentes des nôtres, avait formulé le problème de façon concise :

  • 3 Simiand, 1987, 171-172.

En dehors du commentaire exégétique et de la critique intrinsèque, – qui répondent à un autre besoin, – qu’est-ce qu’expliquer une idée, rendre compte d’une doctrine ? Jusqu’ici on entend par là d’ordinaire la tâche de retrouver toutes les formes, toutes les ébauches, toutes les parts ou les éléments de cette idée qui peuvent se rencontrer dans quelque auteur antérieur, dans quelque texte de date plus ancienne ; parfois on se préoccupe d’établir ensuite qu’il y a eu, en fait, communication, passage de cette première forme à la forme étudiée, ou simplement que cette communication ou, comme on dit, cette « influence » a été possible (car la preuve effective est souvent difficile). Et c’est tout. Qu’a-t-on expliqué ? Ce travail d’érudition, d’ailleurs estimable et précieux comme tel, a-t-il montré comment une idée naît vraiment, comment elle se forme et s’établit, pourquoi elle agit à tel moment et non à tel autre, dans telle œuvre et non dans cette autre antérieure ? A-t-il touché au substrat concret qui explique la doctrine plus que ce substrat n’est lui-même expliqué par la doctrine qui y correspond ? A-t-on dégagé, de la forme individuelle et des contingences particulières, l’élément véritablement expressif, révélateur du sens exact et de la portée effective, et à vrai dire, le seul élément intelligible ? A-t-on quitté ce monde factice d’idées prises en l’air, à part, comme se suffisant à elles-mêmes, pour replacer cette fonction intellectuelle dans l’ensemble de vie humaine et sociale où seulement elle peut être comprise avec réalité et soumise aux interdépendances essentielles ? En vérité, qu’a-t-on expliqué ? La question est grosse. Cependant il serait utile de l’aborder sans retard, en théorie et en pratique3.

  • 4 Voir par exemple Camic, Gross, Lamont, 2011.

5Pour se faire une idée de l’autre pôle structurant, celui des « études sur les sciences », il n’est que de consulter la troisième édition du grand manuel Handbook of Science and Technology Studies (2007), pour constater que, sur un total de 38 chapitres, un seul porte sur les SHS – et qu’il s’agit d’un texte sur les « études sociales de la finance »… Il n’empêche que les sciences studies constituent une référence centrale pour l’examen des SHS, y compris chez les sociologues4.

6Si l’on peut comprendre l’émergence des recherches historiques sur les SHS en termes de rupture avec les pratiques présentistes, les « sciences studies » se sont constituées en rompant avec la constellation tripartite de la philosophie, de la sociologie et de l’histoire des sciences telle qu’elle s’était développée depuis la Seconde Guerre mondiale. Là aussi, la rupture remonte aux années 1970, aux années de crise universitaire et de contestation sociale qui ont suivi mai 1968. S’opposant à la sociologie institutionnaliste de Merton et à la philosophie néopositiviste des sciences, plusieurs programmes ont été formulés selon l’idée – pour le dire très rapidement – que la connaissance scientifique est socialement construite (contre les normes logiques des néo-positivistes et les valeurs mertoniennes), le travail de construction se produisant à travers des pratiques locales qui, elles, sont accessibles (contre l’institutionnalisme mertonien) grâce à l’usage de méthodes ethnographiques.

7Parler de la sociologie historique des SHS, dans ce contexte, implique une prise de position critique vis-à-vis de ces deux pôles. Il ne s’agit pas seulement d’aller dans le sens d’une réelle historicisation de la production intellectuelle et de rompre avec les Whig histories et les anachronismes divers, mais aussi et surtout de mobiliser des outils proprement sociologiques, théoriques et méthodologiques à propos de cet objet particulier que sont les SHS. La sociologie historique n’examine pas seulement des processus historiques ; elle oblige à en rendre compte scientifiquement, en posant explicitement la question des principes de compréhension et d’explication de ce qu’on a pu reconstituer historiquement.

  • 5 Pour des bilans critiques voir Bourdieu, 2001 ; Shinn, Ragouet, 2005 ; Gingras, 2013.

8Vis-à-vis du pôle des « sciences studies », le label de sociologie historique implique une prise de distance tout aussi critique. La dénomination « sciences studies » est délibérément vague : ce n’est pas la sociologie des sciences, ni l’épistémologie, ni l’anthropologie des pratiques scientifiques, mais un domaine « trans- » ou « post-disciplinaire », au-delà, notamment, des disciplines « traditionnelles ». Je relèverai trois grands points de divergence entre la sociologie historique des sciences et les « science studies5 ».

9Les « science studies » tendent, premièrement, à se centrer sur le présent, avec une préférence marquée pour l’observation directe de la recherche, et l’ethnographie comme méthode privilégiée. Si cette orientation a produit des travaux riches et importants, elle emporte cependant une perspective temporelle trop restrictive et elle ne permet pas de situer les pratiques observées dans une histoire plus longue, celle de la discipline, de la spécialité de recherche, ou, plus généralement, de l’espace scientifique ou académique dans lequel les pratiques observées sont réellement encastrées.

  • 6 Latour, 2006, 241-251.

10Les « science studies » sont, en deuxième lieu, concernées par les interactions et les réseaux de relations directement observables, mais souvent en faisant abstraction des conditions structurales dans lesquelles ces interactions émergent, se développent, se transforment, ou, au contraire, se dissolvent. Au lieu de limiter l’enquête à ce qui est immédiatement observable, la sociologie historique conduit à poser la question de la variété des échelles d’observation et de l’articulation entre celles-ci, en refusant l’idée selon laquelle le monde serait « plat », comme le dit Bruno Latour6.

11On observe enfin fréquemment, dans les « études des sciences », une posture empiriciste, en vertu de laquelle les résultats de la recherche, demeurant assez proches du matériel, revêtant le statut de descriptions analytiques ou de re-descriptions des données dans un langage conceptuel, sont sous-théorisés et peu ouverts aux questionnements venant des sciences sociales dites « traditionnelles ».

12Prenons l’ouvrage de Bruno Latour, Changer de société : refaire la sociologie. Il mérite plus attention qu’il n’en a reçu, parce que l’auteur y relève le défi de généraliser ses travaux bien au-delà du domaine des sciences et techniques, en proposant un modèle général d’analyse du monde « social ». On peut donc le lire comme un ouvrage de « sociologie » favorisant la comparaison directe entre la « théorie de l’acteur-réseau » et les sociologies que Latour critique, comme celles de Bourdieu, Elias, Collins ou Goffman. Et on doit s’interroger : ce modèle d’analyse, qui récuse (et évite de construire) les notions de pouvoir, de hiérarchie, de rapports de force ou de domination, donne-t-il vraiment les moyens de comprendre et d’expliquer les réalités du monde « social » ?

13Curieusement, et c’est un aspect essentiel de la conjoncture actuelle, une convergence s’est progressivement opérée entre les « science studies » et l’« histoire des sciences ». Un élément-clé de ce rapprochement a été la notion de « pratique ». Dans le « tournant pratique », comme on l’a baptisé, les travaux de Bourdieu ont joué un rôle à la fois central et très sélectif.

14Dans Esquisse d’une théorie de la pratique (1972), Bourdieu a redéfini la science sociale comme une science des « pratiques » afin de rompre avec l’ethnocentrisme intellectualiste, avec le biais consistant à confondre « les choses de la logique avec la logique des choses ». L’analyse de la parenté, par exemple, était alors enfermée dans la fausse alternative de l’objectivisme de la « règle » et du subjectivisme du projet matrimonial. Les dichotomies de ce type, ancrées dans une même posture intellectualiste, empêchaient la science sociale de rendre compte de la réalité des « logiques pratiques ». Bourdieu proposa au contraire, pour comprendre les pratiques, de les situer dans des espaces sociaux spécifiques, caractérisés par la distribution inégale de ressources différenciés dont les agents se servent en fonction des positions qu’ils s’occupent et des dispositions qu’ils ont héritées et acquises.

  • 7 Pour des illustrations de cette tendance, voir Pestre, 2015.

15Or la notion de « pratique » a été importée dans les « sciences studies », et dans d’autres courants apparus à la même époque, comme un instrument de rupture non pas avec le biais intellectualiste, mais avec l’analyse structurale sous ses différentes formes. C’est ainsi, observe-t-on, que les « études des sciences » examinent une infinité de « pratiques » (pratiques d’écriture, pratiques de sociabilité, pratiques d’expérimentation, pratiques de transmission, etc.), mais souvent en perdant de vue toute spécificité de la pratique scientifique, et, plus fréquemment encore, en omettant les conditions structurales dans lesquelles ces pratiques sont situées7. Les structures du champ académique, ses contraintes et ses possibles, sont dissoutes dans la fluidité supposée des « pratiques », qui, elles, échapperaient aux concepts « traditionnels » de la science sociale.

Vers une sociologie historique des SHS

16La sociologie (historique) représente, me semble-t-il, le courant le mieux armé pour dépasser les limites aussi bien de l’historicisme que de l’orientation dominante dans les « sciences studies ».

  • 8 Voir Koselleck, 1959.

17Dans le premier cas, il ne s’agit pas seulement de l’historicisme un peu diffus qu’on est susceptible de rencontrer dans des travaux historisants sur les SHS, mais aussi de l’historicisme sous ses formes les plus rigoureuses, comme celui de l’école de Cambridge ou de l’histoire conceptuelle allemande. Même si ces courants représentent les approches les plus avancées en histoire intellectuelle, leurs outils de contextualisation ne sont guère suffisants. L’une des raisons principales réside dans l’absence d’une conception propre de l’autonomie relative de la production intellectuelle, qui est une condition nécessaire de sa compréhension. Quentin Skinner aussi bien que Reinhart Koselleck manquent d’outils pour rendre compte des spécificités de l’espace intellectuel, de ses structures, et de son pouvoir de retraduction ou de réfraction (comme le dit Bourdieu) des forces extérieures. Le travail de contextualisation que Skinner et Pocock ont entrepris avec une érudition inégalée s’est réalisé essentiellement en termes de « langage politique » et de fonction performative, sans prise en compte de l’espace intellectuel dans lequel, ou par rapport auquel, les idées politiques se définissent également. Koselleck, quant à lui, a finement examiné la formation de concepts modernes et la transformation des notions anciennes pendant la période du Sattelzeit (1750-1850), en fonction, dans son cas, d’un processus macro-historique de « modernisation ». Si l’autonomisation de l’espace intellectuel au xviiie siècle, dans sa perspective, n’est pas ignorée, elle n’apparaît que comme la « pathologie » de la modernité, comme un symptôme de l’avènement d’une classe d’intellectuels déracinés, réceptifs aux idées abstraites, et tentés par des projets politiques douteux, voire irresponsables8.

18Par rapport à la nouvelle histoire intellectuelle, le principe de base d’une sociologie historique des SHS devrait résider dans la conceptualisation sociologique du travail intellectuel en tant qu’il se situe dans une configuration sociale spécifique, relativement autonome, possédant ses propres enjeux. C’est ce principe, qu’on retrouve aussi bien chez Bourdieu que chez Elias, qui permet le dépassement non pas seulement de l’historicisme et de la notion beaucoup trop vague de « contexte », mais aussi – dans le domaine propre des sciences sociales – de l’opposition entre le systémisme macrosociologique (marxisme, fonctionnalisme ou théorie des systèmes) et les ethnographies ou microsociologies des pratiques savantes.

19Dans cette perspective, je me suis appuyé surtout sur la théorie du champ de Bourdieu, qui me semble l’orientation théorique la plus élaborée et la plus puissante. Je dois préciser, au passage, que French Sociology ne résulte pas à proprement parler de la volonté d’élaborer une sociologie historique des SHS. Je ne développe pas, mais je dirais que c’est sans doute l’ouvrage que j’aurais aimé lire lorsque je suis venu passer un an en France en 1979-1980 et que je cherchais à comprendre un univers parisien assez étrange et exotique, avec cette position singulière du Collège de France, par exemple, une revue aussi intrigante que les Actes de la recherche en sciences sociales, ou des œuvres apparemment importantes mais difficiles à localiser scientifiquement comme celle de Georges Dumézil.

  • 9 Mosbah-Natanson, 2011.

20On pourrait lire French Sociology comme une sorte de tableau socio-historique contextualisé de la sociologie en France, analysant les auteurs et courants principaux, les revues, le cadre institutionnel, etc. ; et on pourrait le juger selon ce critère en se demandant si des auteurs ou courants importants y seraient injustement ignorés. C’est l’une des questions que pose Mosbah-Natanson. N’étant pas un ouvrage encyclopédique, French sociology n’est évidemment pas complet ; beaucoup d’auteurs qu’on peut considérer comme faisant partie de la population des sociologues n’y figurent pas. Comme l’a bien montré Mosbah-Natanson pour la fin du xixe et le début du xxsiècle, les « sociologues » de l’époque représentent une population bien plus grande et plus diversifiée que ce qu’on pensait9. Mais quelle conclusion en tirer ?

21Si l’enjeu est de comprendre le fonctionnement social d’une discipline, il faut tenir compte de la variété de ses usages et de la présence de ses pratiquants dans la presse, la philanthropie, la politique, etc. Mais ce n’était pas l’objet de mon travail, qui traite de la sociologie en tant qu’entreprise scientifique. Cette enquête, qui porte sur la production scientifique et sur les producteurs ayant eu des effets significatifs dans l’espace restreint de la production, imposait de rompre avec la présélection du petit nombre de sociologues canonisés, et de reconstruire l’espace de production restreinte ainsi que ses transformations successives, mais sans forcément inclure les publicistes ou les réformateurs qui, d’une manière ou d’une autre, se sont servi de la « sociologie ».

22Il me semble que ce travail de reconstruction de l’espace restreint a été fait de façon raisonnablement équilibrée, sauf, en effet, comme le signale Mosbah-Natanson, pour la toute dernière période du xxsiècle. Le chapitre six de mon livre étudie l’évolution morphologique et la structuration de la sociologie comme sous-espace dans le champ académique entre 1960 et 2000. Le chapitre suivant répond à la question de savoir comment les quatre groupes les plus influents (ceux formés autour de Crozier, Touraine, Boudon et Bourdieu) ont manœuvré à l’intérieur de cet espace dont ils ont codéfini les contours et le fonctionnement. N’ayant pas pu mettre en œuvre une analyse plus complète, notamment une analyse des correspondances qui aurait pu faire apparaître les oppositions principales dans la discipline dans son ensemble, je me suis limité aux auteurs qui ont eu le plus de poids jusqu’à la fin des années 1990.

Qu’est-ce qu’une histoire structurale ?

23Mais au-delà du cas étudié, French Sociology propose une approche générale, une sociologie historique fondée pour l’essentiel sur une démarche en termes de champ. Cette approche devrait être valable également, au moins en principe, pour d’autres disciplines ou d’autres contextes nationaux. En la circonstance, deux problèmes, à la fois théoriques et empiriques, devaient être résolus.

24Sachant que la théorie des champs a été élaborée et le plus souvent mobilisée pour des périodes plus courtes, comment, tout d’abord, faire une telle analyse sur presque deux siècles ? Comment produire une analyse d’histoire longue sans tomber dans une périodisation restant purement descriptive, ou, autre problème récurrent, prenant l’allure d’un évolutionnisme unilinéaire ? Autrement dit : comment faire une « histoire structurale », c’est-à-dire une « histoire » allant au-delà d’une succession d’événements et d’individus, sans tomber dans un récit de grandes lois évolutives ? Une histoire structurale en termes de champ fait apparaître, pour le dire très rapidement, comment les œuvres sont le résultat de la prise de position d’agents dotés de ressources différenciées et situés dans un champ de production spécifique, qui, lui, évolue et se transforme plus ou moins lentement sous des pressions à la fois « internes » (scientifiques, académiques, etc.) et « externes » (économiques, politiques, etc.). Le fil conducteur et la structure du livre sont ainsi, en quelque sorte, chronologiques ; sauf qu’il s’agit d’une chronologie structurale, reposant sur une périodisation des œuvres telles qu’elles sont rattachées à la dynamique de l’espace de production.

  • 10 Voir, à titre d’exemples, Heilbron, Guilhot, Jeanpierre, 2009 ; Sapiro, 2013.
  • 11 Sapiro, Bustamante, 2009 ; Ollion, Abbott, 2016.

25Le deuxième problème à résoudre résidait dans la façon d’articuler le fonctionnement d’un champ académique national avec la circulation internationale des idées et l’importance des transferts d’un contexte à l’autre. C’est une question sur laquelle beaucoup de travaux ont été réalisés ces dernières années10. Ce qui inclut les travaux sur la réception11. S’il faut en tirer une leçon, c’est que, pour comprendre véritablement une réception, il ne suffit pas de prendre pour objet quelques comptes rendus ou commentaires isolés ; il importe de considérer l’espace de réception dans son ensemble – en sorte que j’ai dû laisser cette question de côté.

  • 12 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Heilbron, 2009 et 2014.

26Il reste que, en dépit de cette littérature sur l’internationalisation, peu de travaux ont, de façon générale, réussi à tenir ensemble les dimensions nationales et transnationales dans l’analyse du fonctionnement des champs de production intellectuelle. L’histoire « transnationale » ou « croisée » et l’analyse des « circulations internationales » ont à juste titre pris le relais du « nationalisme méthodologique » ; cela dit, tant que les structures nationales (de formation, de financement, de publication, de consécration) continueront à exister, il faudra, au lieu de choisir une perspective nationale ou transnationale, trouver les moyens de rendre compte du fonctionnement effectif des modalités de l’encastrement transnational des espaces nationaux. De là, une double tâche : d’une part, explorer et conceptualiser les processus de « transnationalisation », d’autre part, repenser ce que « national » veut dire12.

27Si Mosbah-Natanson souligne les limites de mon analyse, la note de Marc Joly porte sur la démarche « structuralo-relationnelle » et les exigences de l’histoire structurale qui en découle. Centré sur les trois premiers chapitres, Joly signale un « certain flou » dans mon analyse, dont il dit qu’elle est « trop systématique » (le « défaut de mes qualités » !), mais aussi insuffisamment systématique, puisque je serais en quelque sorte « réticent à aller jusqu’au bout ». De deux choses l’une, pourrais-je répondre dans un style aronien – mais la question est trop complexe pour une réplique aussi rapide. Il me semble que plusieurs remarques de Joly reviennent à dire que j’aurais dû pousser l’analyse structurale plus loin que je ne l’ai fait. L’émergence de la sociologie et l’épistémologie historico-différentielle de Comte ont achevé une révolution intellectuelle, emportant un nouveau régime de pensée scientifique tout en restant pendant très longtemps en décalage avec les structures institutionnelles telles qu’elles existent réellement. Plusieurs événements que je discute (ou que je laisse de côté) devraient, si je le comprends bien, se comprendre fondamentalement comme des conséquences de cette transformation historique de grande envergure : la formation de la sociologie universitaire (Durkheim et ses équivalents structuraux comme Tönnies), aussi bien que les stratégies défensives voire régressives de la plupart des philosophes. Le problème avec cette thèse est contenu dans le mot « fondamentalement ». Sur le fond, si je puis dire, j’en conviens, et Naissance de la sociologie (2006) et French Sociology (2015) n’ont pas proposé de thèse concurrente. Les questions à poser portent plutôt sur les conséquences à en tirer. Est-ce que, par exemple, elle invalide l’idée des trois cultures de Lepenies ? Même si la notion a été proposée de façon assez sommaire, je ne le pense pas, puisque la constellation des « trois cultures » est bien reconnaissable sur le plan institutionnel, et fonctionne assez bien comme schéma indicatif des structures de l’espace intellectuel des années autour de 1900 (comme pour les années autour de 1800, comme j’ai essayé de le montrer dans Naissance de la sociologie).

  • 13 Voir Joly, 2012.

28Est-ce que, autre question, j’ai sous-estimé la position dominante de la philosophie ? Je ne le pense pas non plus. Je l’évoque à plusieurs reprises, pas seulement dans l’épilogue, mais aussi dans l’introduction et plus concrètement dans pratiquement tous les chapitres. Est-ce que je sous-estime le rôle foncièrement conservateur de la philosophie dans ce nouveau régime scientifique ? Là-dessus, il faudrait voir de façon plus précise et analyser la question dans une perspective comparative, en mettant en rapport la position de la philosophie dans l’espace académique en France avec celle d’autres contextes, où elle a beaucoup moins d’importance. Et la sociologie ? Étant donné la transformation historique du régime scientifique, elle serait, selon Joly, tout sauf une « science improbable ». Or cette expression, utilisée comme titre du deuxième chapitre, renvoie précisément à la question des décalages historiques, un thème pourtant central et dans la présente note de Joly et dans son livre sur Elias13.

29Le chapitre en question propose une analyse des éléments à partir desquels Comte a construit son épistémologie, et montre, ce faisant, que sa théorie était à la fois possible, historiquement pensable, et institutionnellement improbable. Produite à partir d’une position qui n’existait pas dans le monde académique, ni dans l’univers des sciences de la nature ni dans celui des sciences morales et politiques, c’est Comte lui-même qui l’a créée et a su l’occuper pendant quelque temps ; elle s’est malgré tout révélée beaucoup trop fragile pour durer. Le Cours de philosophie positive était, en effet, un cours privé, livré en dehors des institutions établies ; le rejet et la résistance qu’il a suscités ainsi que sa réception tardive illustrent bien, me semble-t-il, son improbabilité. La compréhension sociologique de l’avènement de la sociologie renvoie donc à une logique de création assez particulière, et sa reconnaissance universitaire, un demi-siècle plus tard, ne peut s’expliquer qu’en rendant compte de stratégies destinées à surmonter et neutraliser son discrédit académique initial.

30Une dernière question porte précisément sur la manière dont de jeunes universitaires ont créé (psychologie, sociologie, économie) ou recréé (histoire, philosophie) sous la IIIe République des disciplines universitaires. J’ai essayé de montrer que ces nouvelles disciplines ont été construites dans et par une lutte de jeunes universitaires sur deux fronts (d’une part contre la conception dominante incarnée par l’Académie des sciences morales et politiques, d’autre part contre les théoriciens extra-académiques des mouvements sociaux) ; et que, dans cette lutte, les références étrangères ont joué un rôle primordial. Rendue possible par la politique républicaine d’expansion universitaire, cette lutte est structuralement similaire à ce qu’on observe dans d’autres pays (Allemagne, Angleterre, États-Unis), même si elle n’a pas eu les mêmes effets (dans l’empire britannique, c’est l’anthropologie qui s’est institutionnalisée, pas la sociologie). L’interprétation que Marc Joly oppose à cette analyse n’est pas facile à discuter, parce qu’elle ne se situe pas exactement au même niveau d’abstraction. Il s’est agi, selon lui, d’un conflit « surtout » d’ordre épistémologique entre « la logique d’un régime de pensée scientifique achevé par la sociologie » et « les logiques préscientifiques maintenues en vie par la philosophie ». Et en effet, au lieu de parler d’un conflit « surtout » épistémologique, j’ai voulu tenir compte de la pluralité des enjeux de l’époque et de plusieurs dimensions de la lutte. Pour discuter l’interprétation « épistémologique » qu’en propose Joly, il faut monter en généralité, adopter une perspective temporelle plus longue, et poser – préférablement de façon comparative – la question de savoir quel matériel empirique permet de valider ou d’invalider son interprétation. N’ayant pas de réponse immédiate, j’attendrai volontiers la parution du l’ouvrage qu’il a annoncé.

31Une dernière remarque, si je puis me permettre, quant à la fonction de la sociologie historique des SHS. Au lieu d’être une branche particulière de la recherche sans conséquences spécifiques pour d’autres domaines, elle a une fonction réflexive sur laquelle Bourdieu a beaucoup insisté. C’est la réflexivité, la réflexivité-réflexe, comme il disait, qui permet à chaque moment de ne pas seulement travailler sur un objet quelconque, mais de poser simultanément des questions sur le rapport à l’objet. L’objectivation du sujet de l’objectivation est la meilleure manière de comprendre pourquoi, par exemple, certaines questions sont très difficiles à poser, tandis que d’autres paraissent, au contraire, étonnamment simples et évidentes. Des questions refoulées dans l’histoire des disciplines, par souci de respectabilité académique ou parce qu’elles sont déléguées à d’autres disciplines, produisent des difficultés particulièrement tenaces. Au lieu de s’enfermer dans l’érudition historique, les études sur les SHS devraient contribuer, en ce sens, à une science sociale plus réflexive. Cela conduirait à reconsidérer le présentisme : au lieu de l’ériger en source absolue d’erreurs, on reconnaîtrait que le présent est nécessairement le point de départ et le point d’arrivée de toute recherche. Analyser les SHS et leurs histoires pourrait et devrait ainsi partir des questions scientifiquement ou politiquement importantes du présent, et, par le détour du travail d’historicisation sociologique, y revenir en intervenant dans des débats contemporains. En dépit de la croissance et de la reconnaissance des travaux en ce domaine, il n’existe malheureusement pas encore suffisamment d’exemples de ce cercle vertueux.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., 2001, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Camic, C., Gross, N., Lamont, M. (éd.), 2011, Social Knowledge in the Making, Chicago/Londres, Chicago University Press.

Gingras, Y., 2013, Sociologie des sciences, Paris, PUF.

Heilbron, J., 2009, « Repenser la question des traditions nationales en sciences sociales », dans Sapiro, G. (éd.), L’Espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation (xixe-xxe siècles), Paris, La Découverte, p. 301-317.

Heilbron, J., 2014, « The Social Sciences as an Emerging Global field », Current sociology, 62/5, p. 685-703.

Heilbron, J., Guilhot, N., Jeanpierre, N., 2009, « Internationalisation des sciences sociales : les leçons d’une histoire transnationale », dans Sapiro, G. (éd.), L’Espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation (xixe-xxe siècles), Paris, La Découverte, p. 319-346.

Joly, M., 2012, Devenir Norbert Elias. Histoire croisée d’un processus de reconnaissance scientifique : la réception française, Paris, Fayard.

Koselleck, R., 1973, Kritik und Krise, Francfort, Suhrkamp (1re éd. 1959).

Latour, B., 2006, Changer de société, refaire la sociologie, Paris, La Découverte.

Mosbah-Natanson, S., 2011, « La sociologie comme “mode” ? Usages éditoriaux du label “sociologie” en France à la fin du xixsiècle », Revue française de sociologie, 52/1, p. 103-132.

Ollion, E., Abbott, A., 2016, « Quarante ans de sociologie française aux États-Unis : Notes bibliométriques sur la réception des sociologues français aux États-Unis », dans Demazière, D., Lorrain, D., Paradeise, C. (dir.), Transmissions, une communauté en héritage, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Pestre, D. (éd.), 2015, Histoire des sciences et savoirs (vol. 1, 2 & 3), Paris, Le Seuil.

Sapiro, G., 2013, « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l’histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, 200, p. 70-85.

Sapiro, G., Bustamante, M., 2009, « Translation as a Measure of International Consecration. Mapping the World Distribution of Bourdieu’s Books in Translation », Sociologica, 2-3.

Shinn, T., Ragouet, P., 2005, Controverses sur la science, Paris, Raisons d’agir.

Simiand, F., 1987, « À propos de l’histoire des idées » (1903), dans Simiand, F., Méthode historique et sciences sociales. Choix de Marina Cedronio, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 171-172.

Stocking, G., 1968, Race, Culture and Evolution, Chicago, Chicago University Press.

Haut de page

Notes

1 George Stocking fut en 1966 l’un des premiers à entreprendre la critique du « présentisme », en revendiquant la nécessité d’une historicisation des sciences humaines. Son texte fut publié dans le Journal for the History of the Behavioral Sciences (1965), première revue savante dans ce domaine. Voir Stocking, 1968, 1-12.

2 L’historicisation des sciences sociales, qui remonte aux années 1970, a été complétée récemment par un mouvement d’historicisation des humanités, comme en témoignent la création d’une société savante, une série de conférences sur « The Making of the Humanities » ainsi que la fondation de la revue History of the Humanities (2016).

3 Simiand, 1987, 171-172.

4 Voir par exemple Camic, Gross, Lamont, 2011.

5 Pour des bilans critiques voir Bourdieu, 2001 ; Shinn, Ragouet, 2005 ; Gingras, 2013.

6 Latour, 2006, 241-251.

7 Pour des illustrations de cette tendance, voir Pestre, 2015.

8 Voir Koselleck, 1959.

9 Mosbah-Natanson, 2011.

10 Voir, à titre d’exemples, Heilbron, Guilhot, Jeanpierre, 2009 ; Sapiro, 2013.

11 Sapiro, Bustamante, 2009 ; Ollion, Abbott, 2016.

12 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Heilbron, 2009 et 2014.

13 Voir Joly, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johan Heilbron, « Pour une sociologie historique et réflexive des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 277-288.

Référence électronique

Johan Heilbron, « Pour une sociologie historique et réflexive des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/681

Haut de page

Auteur

Johan Heilbron

Directeur de recherche au CNRS, Centre européen de sociologie et de science politique (CNRS/EHESS/Université de Paris 1–Panthéon-Sorbonne)

Articles du même auteur

  • Michel Bourdeau, Mary Pickering, and Warren Schmaus (eds), Love, Order, and Progress: The Science, Philosophy, and Politics of Auguste Comte, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, 416 pages.
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals