Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Tiago Pires Marques, Crime and the Fascist State, 1850-1940

Jean-Christophe Coffin
p. 289-291
Référence(s) :

Tiago Pires Marques, Crime and the Fascist State, 1850-1940, Londres, Pickering and Chatto, 2013, coll. « Studies for the International Society for Cultural History », 226 p.

Texte intégral

1L’opération qui consiste à transformer une thèse accomplie ici à l’Institut universitaire européen de Florence en un livre maniable, lisible et rigoureux s’avère une opération réussie par Tiago Pires Marques.

2On peut affirmer que le sujet du livre est en quelque sorte double : c’est en premier lieu une analyse minutieuse de l’écrit pénal lors du moment fasciste de l’Italie. Un sujet important et qui, en dépit des ouvrages nombreux sur le fascisme italien, n’avait pas suscité beaucoup d’analyses du point de vue retenu ici. Le livre aurait pu s’en tenir à cet objectif premier : étudier le texte pénal lui-même à travers la constitution d’un nouveau code s’avérait légitime et pertinent. S’intéresser en parallèle aux acteurs d’une science pénale en construction, ou peut-être convient-il d’écrire en reconstruction, est également l’occasion pour l’auteur de déployer un propos argumenté et convaincant. La place particulière de la réflexion pénale en Italie et l’essor d’une criminologie aux contours particuliers ne pouvait que retenir l’attention de l’auteur. Il va plus loin. En effet, il a également eu comme objectif de mener son exploration à partir de ce qui se joue au niveau de la pénalité en contexte plus large tout comme de s’interroger sur une criminologie dont le « caractère italien » n’a peut-être pas l’empreinte qu’on lui prête si l’on entend par là une singularité qui serait déterminée par le fascisme.

3L’étendue de la période prise en considération permet ainsi à l’auteur d’intégrer de nombreux éléments jugés nécessaires pour la compréhension précise de son sujet. Alors que le chapitre premier place l’attention sur la naissance de l’expert pénal et de l’émergence de la chose pénale comme un élément essentiel de l’activité sociale, on passe ensuite sur l’exemple italien dont l’auteur montre à la fois combien, sur cette question de la pénalité, l’Italie est devenue une sorte de plaque tournante, connaissant des moments de « prestige » et aussi quelques vicissitudes. En effet, comment renaître après Cesare Lombroso semble une interrogation posée par certains avec l’espoir d’y répondre vite, avant que cette science du crime et du criminel ne dérive trop. Puis on entre de plain-pied dans le moment fasciste que l’Italie a connu. Ce sont les chapitres les plus dynamiques. On y entre et on ne s’y attarde que lorsqu’il s’agit d’étudier finement les textes pénaux et tout particulièrement bien sûr le texte phare, le code pénal dit code Rocco, du nom de son inspirateur dominant. Par la suite, Tiago Pires Marques consacre un chapitre à l’étude du criminel et revient ainsi sur une criminologie italienne qui se reformule autour de thèmes qui ne lui sont pas nécessairement propres. C’est en tout cas ce que s’efforce de démontrer le dernier chapitre qui scrute en effet la criminologie dans une perspective transnationale.

4L’architecture générale de l’ouvrage est ainsi convaincante et, surtout, les choix de l’auteur éclairent d’un jour nouveau à la fois le contexte italien privilégié et les acteurs qui le composent. Loin d’être des personnages isolés, ceux-ci se révèlent plutôt intégrés dans le concert de la criminologie au niveau européen voire international. L’auteur pousse plus loin son propos : cette criminologie qui se construit en ambiance fasciste n’est pas en quelque sorte typiquement fasciste. En étudiant les instances internationales de cet espace savant en construction, l’auteur nous permet de mesurer la circulation de thématiques chères aux criminologues, y compris en dehors d’une nation entraînée dans l’aventure fasciste. Les efforts d’unification du droit pénal placent en pleine actualité les questions d’un ordre pénal nouveau et les thèmes d’échanges sont nombreux : retour du débat sur la récidive, actualisation des interrogations autour des différences de comportement entre les sexes face au crime, interrogations sur la nécessité de réprimer certaines conduites sexuelles dont le caractère déviant apparaît incontestable aux acteurs de l’époque. Ces éléments, parmi d’autres, sont d’une actualité tenace dans l’Italie fasciste mais on trouve bien des indices de leur actualité dans d’autres pays, du moins à l’intérieur des cercles professionnels des juristes et des criminologues. C’est, selon moi, un apport majeur de l’ouvrage et qui devrait engendrer des discussions nouvelles.

5On comprend dès lors le choix fait par l’auteur d’une périodisation large, en tout cas qui ne correspond pas à celle de la période fasciste proprement dite. En plaçant son étude dès le xixsiècle et cherchant ainsi à couvrir une séquence bien plus longue, l’auteur a fait un pari, un pari qui se révèle tout à fait logique par rapport aux choix de départ ; en considérant ce que le fascisme pénal doit à la science pénale libérale, celle de l’État italien en construction puis d’une monarchie aux accents libéraux et nationaux, il ouvre la perspective et il a besoin de retracer les décennies de la consolidation de l’unité de la monarchie italienne. Le livre demeure malgré tout centré sur la période de l’entre-deux-guerres et par certains aspects sur une partie de celle-ci, puisque ce qui mobilise l’auteur est aussi la fabrication du code pénal – par conséquent, la décennie 1925-1935 est placée sous le regard de l’auteur. Cette séquence souligne l’intérêt du régime pour la question pénale et sa volonté de créer un ordre juridique nouveau. On suivra volontiers l’auteur quand il fait du code pénal italien de l’époque une sorte de constitution de l’État fasciste italien. Métaphore sans doute, mais qui illustre bien l’investissement des acteurs de cet État pour l’ordre juridique et qui voient dans la science pénale un outil et une nécessité à leur action politique.

6Certains éléments sont laissés de côté telles que les lois raciales de 1938 ou ce qui se passe dans le cadre colonial italien renforcé par l’État fasciste. L’auteur s’en explique, peut-être un peu rapidement, mais le cœur de son analyse ne s’en trouve pas altéré. Certaines figures semblent moins présentes qu’on n’aurait pu s’y attendre mais faisant de la circulation une notion importante, l’auteur a cherché à prendre en compte plusieurs milieux professionnels et s’est efforcée de s’appuyer sur les pénalistes et les juristes et aussi sur les domaines de la criminologie psychiatrique ou de la psychiatrie criminelle.

7L’ouvrage offre une belle et pénétrante analyse de ce que la loi veut dire dans un contexte social donné voire dans nos sociétés européennes et souligne l’importance acquise par l’organisation pénale comme fondement et garant d’un ordre et d’une stabilité sociale, voire également d’une économie morale.

8Le travail est soutenu par de nombreuses références en langues anglaise, italienne et française attestant à la fois du sérieux de l’auteur et de son excellente maîtrise de son sujet. L’ouvrage est pédagogique en ce qu’il est bien organisé et exposé dans un anglais clair et authentique. Les hypothèses sont formulées dans une introduction savante et prometteuse et le livre est véritablement écrit pour les discuter. Les arguments de l’auteur se construisent ainsi tout au long de l’ouvrage. La conclusion rassemble les principaux points du livre de façon là aussi exemplaire. Ce travail s’intègre dans les discussions historiographiques et, si le lecteur n’est pas immédiatement convaincu par les affirmations toujours argumentées de l’auteur, il sait au moins que le débat peut s’engager avec ce dernier. C’est une agréable perspective une fois le livre reposé sur notre table de travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Coffin, « Tiago Pires Marques, Crime and the Fascist State, 1850-1940 », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 289-291.

Référence électronique

Jean-Christophe Coffin, « Tiago Pires Marques, Crime and the Fascist State, 1850-1940 », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/683

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Coffin

CNRS, Centre Alexandre-Koyré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals