Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

La sociologie de René Worms (1869-1926), Les Études sociales

Annie Petit
p. 293-294
Référence(s) :

La sociologie de René Worms (1869-1926), Les Études sociales, 1er et 2e trimestres 2015, no 161-162, coordonné par Frédéric Audern et Massimo Borlandi – 288 p.

Texte intégral

1Cet ensemble de textes constitue un dossier remarquable sur l’histoire de la sociologie et plus précisément celle de l’institutionnalisation de cette discipline. Les travaux de René Worms et des équipes qu’il a coordonnées sont encore trop peu connus, éclipsés par l’attention qu’ont par la suite attirée Durkheim et son école. Mais fin xixe et début xxsiècles, ce sont pourtant les efforts constants de René Worms pour organiser la discipline naissante qui ont été importants et efficaces tant en France qu’à l’étranger.

2Les études présentées multiplient les angles d’approche. On a d’abord un « Éclairage biographique », présenté par Antoine Savoye et Frédéric Audern, décrivant l’itinéraire surprenant de René Worms, « héritier surdiplômé ». Où il est montré comment il acquiert une « polyvalence » « souvent taxée d’éclectisme », mais qui partout porte les marques de l’excellence : philosophie, droit, économie politique ; aisance dans les milieux universitaires comme dans ceux de la haute administration. Le programme institutionnel que Worms élabore pour la sociologie est alors celui d’une « science totale des sociétés » pour laquelle il fonde une revue, un institut international, une société nationale et une collection spécialisée chez un grand éditeur scientifique. L’investissement dans ses propres institutions ne l’empêche pas de s’investir aussi dans d’autres associations et sociétés savantes ; mieux, cela construit des réseaux forts. Et cela permet que la présentation biographique faite ici soit une sorte de présentation de l’espace intellectuel de la IIIRépublique et de ses principaux acteurs. Les tableaux joints – celui des collaborateurs directs de René Worms et le « Tableau bio-chronologique » – sont pour cela très précieux. Plusieurs études sont ensuite faites sur des thèmes majeurs de l’œuvre de Worms. Fabrice Cahen s’attache aux « questions de population » qu’il réévalue en les inscrivant « dans l’espace savant et dans le débat public des années 1900 » ; il montre comment les études démographiques s’entremêlent avec celles de la sexualité, de la nutrition et de la politique nataliste. Christian Papilloud s’attache aux travaux d’économie politique ; il trouve l’occasion de rappeler l’importance des travaux d’Émile Worms, le père, et il situe les travaux de Worms par rapport à ceux de Charles Gide en montrant comment leurs réseaux interfèrent. Massimo Borlandi analyse avec précision accords et désaccords entre Worms et Durkheim, l’« échange inégal », la « relation asymétrique » entre Worms qui persiste à discuter les propos d’un Durkheim qui l’ignore ; et, en étudiant comment L’Année sociologique des durkheimiens parle des wormsiens et inversement comment la Revue internationale de sociologie de Worms parle des durkheimiens, il précise les enjeux institutionnels. L’étude de Cécile Rol sur la Société de sociologie de Paris est aussi d’une grande richesse : elle en retrace l’histoire et en précise la composition en l’illustrant de graphiques de plusieurs points de vue et d’une très précieuse liste des membres ;
elle en analyse aussi la philosophie et présente les grandes enquêtes qui y ont été menées. Une autre des grandes institutions wormsiennes, la Bibliothèque sociologique internationale, présentée par Sébastien Mosbah-Natanson, permet aussi une vision plus générale de la dynamique éditoriale. La mise en relation de la sociologie de Worms et de celles de ses contemporains est encore complétée par une étude de Laetitia Guerlain, sur le « voisinage courtois » avec l’école de Le Play, par celle de Cécile Rol sur la « réception allemande » et par un choix de lettres inédites échangées par René Worms et Gabriel Tarde, présentées par Louise Salmon.

3Bref, la densité et la précision des informations, la richesse des analyses, font de ce dossier un outil indispensable pour mieux connaître enfin un homme trop oublié, une œuvre qui a tant d’aspects, des réseaux complexes d’acteurs interconnectés, et l’histoire approfondie d’une discipline alors naissante et qui, par-delà celle de la sociologie, raconte aussi celle de la société où elle se fait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Petit, « La sociologie de René Worms (1869-1926), Les Études sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 293-294.

Référence électronique

Annie Petit, « La sociologie de René Worms (1869-1926), Les Études sociales », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/685

Haut de page

Auteur

Annie Petit

Professeur émérite, université de Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals