Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

La sociologie de René Worms (1869-1926), Les Études sociales

Marine Dhermy-Mairal
p. 295-297
Référence(s) :

La sociologie de René Worms (1869-1926), Les Études sociales, 1er et 2e trimestres 2015, no 161-162, coordonné par Frédéric Audern et Massimo Borlandi – 288 p.

Texte intégral

1La parution du dernier numéro passionnant des Études sociales sur La Sociologie de René Worms aurait pu s’intituler « Les institutions sociologiques de René Worms », tant ce dont il est question dans l’ouvrage n’est pas tant une prétendue école sociologique dont tous les contributeurs s’accordent pour dire qu’elle est plus que douteuse, que les institutions qu’il mit en place pour promouvoir la sociologie générale, la sociologie « en général », ou encore la « philosophie des sciences sociales ». De fait, si aucun des contributeurs de l’ouvrage ne dénie une certaine originalité à la pensée sociologique de René Worms, jusqu’à ambitionner de redorer son image face à celle que nous a léguée Émile Durkheim, tous doutent néanmoins qu’il ait réussi à « faire école ». René Worms a-t-il eu des successeurs, des disciples ? Est-ce que sa position scientifique médiane, trop peu radicale, entre Gabriel Tarde et Émile Durkheim, n’aurait pas contribué à le marginaliser ? Au-delà, est-ce que son éclectisme revendiqué, le poussant à accueillir tous les courants de la sociologie, y compris les moins sociologiques, n’aurait pas affaibli à terme la mise en forme d’une sociologie générale ? S’attirer le parrainage et la bienveillance d’éminents juristes ou hommes politiques pouvait être une stratégie efficace à court terme, mais qu’en était-il à long terme, sans réel projet scientifique ? Doit-on attribuer l’échec des institutions wormsiennes au personnage et à sa stratégie ou à un déclin, plus général, de la sociologie dans le premier tiers du xxe siècle ?

2Pour répondre à ces questionnements, Frédéric Audren et Antoine Savoye ont réuni des contributions qui se distinguent, pour la plupart, par leur rigueur et leur très grande qualité. Ces derniers ouvrent le numéro par un éclairage biographique dense qui pourrait donner le tournis, tant René Worms apparaît comme un « touche-à-tout » pour reprendre l’expression des auteurs : probablement le savant le plus diplômé de France avec ses multiples doctorats. « René Worms, un sociologue “sans qualités” » ? L’heure est ici à la réhabilitation d’un personnage trop rapidement disqualifié. Statisticien à ses heures, économiste et démographe parfois, enseignant souvent, juriste au Conseil d’État à temps plein à partir de 1902, nous découvrons ici un fin organisateur de la sociologie, dont l’éclectisme renvoie avant tout à une conception généraliste de la sociologie, détaillée plus loin par Massimo Borlandi. On ne sera dès lors pas étonné de lire qu’il toucha aux questions de population, à une époque précisément marquée par la peur de la « dépopulation ». Sur le plan scientifique, Fabrice Cahen nous expose sa pensée la plus scientifiquement aboutie, que l’on trouvera dans La Sexualité dans les naissances françaises. S’il paraît s’aventurer parfois dans des terrains qu’il ne maîtrise pas, son œuvre manifeste une certaine originalité dans la recherche des causes de la proportion des sexes. Son deuxième ouvrage, Natalité et régime successoral, œuvre de « morphologie sociale », montre comment s’articulent la volonté individuelle, les phénomènes sociaux et l’action publique. On y découvre un René Worms enclin à appuyer des mesures incitatives de l’État en matière de politique nataliste, ce qui n’est pas très étonnant eu égard aux positions politiques qu’il manifeste par ailleurs, comme en témoigne l’article suivant de Christian Papilloud : après avoir décrit l’influence du père, membre de la Société d’économie politique de Jean-Baptiste Say, sur ses conceptions de l’économie politique, l’auteur montre comment René Worms se rallia assez vite au courant économique concurrent de Charles Gide et le promut à travers le réseau qu’il mit en place autour de son Institut international de sociologie. Poursuivant l’exploration de la pensée du sociologue, Massimo Borlandi s’appuie sur ses relations asymétriques avec Émile Durkheim pour pointer du doigt les désaccords théoriques, conceptuels et méthodologiques entre les deux auteurs. La définition de la sociologie, en particulier, semble en être ici le principal point névralgique. Les deux articles suivants s’attachent à décrire respectivement la naissance et la vie de deux organes de diffusion de la sociologie créés par René Worms : la Société de sociologie de Paris et la Bibliothèque sociologique internationale. À partir d’une enquête approfondie des archives existantes, Cécile Rol décrit la gloire et le déclin de la Société de sociologie de Paris, analyse finement la composition de la société sous de multiples dimensions (nationales, genrées, par profession, etc.), étudie ses activités diverses en lien avec le type de sociologie qu’il entendait promouvoir. Faisant tout autant face aux lacunes documentaires, Sébastien Mosbah-Natanson se penche sur la direction par René Worms de la Bibliothèque sociologique internationale, en resituant sa fondation dans le contexte plus large du champ éditorial des sciences sociales en France. Le projet de la collection est essentiellement étudié par le biais des préfaces des ouvrages édités, dont les auteurs manifestent des liens très nets avec les autres organes sociologiques créés par René Worms. C’est ensuite la réception des travaux du sociologue que nous découvrons dans deux articles. Laetitia Guerlain évoque des « rapports de voisinage courtois » pour qualifier les relations entretenues entre René Worms et les partisans de l’École de Le Play. À partir d’une étude des articles publiés au sein de la Revue internationale de sociologie, ces rapports courtois semblent de fait très unilatéraux, puisque l’auteur appuie ses analyses sur la présence des leplaysiens dans les colonnes de la revue, les wormsiens étant à l’inverse absents des instances sociologiques leplaysiennes. Après avoir souligné les désaccords autour de la question de l’organicisme, l’auteur interprète les arguments développés par René Worms dans son ouvrage Natalité et régime successoral comme une réponse ordonnée aux thèses leplaysiennes bien connues. Le lecteur se retrouve alors en Allemagne : Cécile Rol, encore, nous livre un tableau de la réception germanophone de la sociologie de René Worms entre 1896 et 1933. Évoquant tour à tour le rejet et l’intérêt portés par un certain nombre de sociologues pour ses travaux, à commencer par Georges Simmel, Ferdinand Tönnies, Leopold Von Wiese ou Gottfried Salomon, son propos tourne autour de deux éléments : l’organicisme de René Worms, rejeté en bloc, quoique de façon mesurée chez certains ; la nature de la sociologie, son objet, sa méthode, ses enjeux. Dans l’entre-deux-guerres, elle note que c’est surtout l’image d’un René Worms utile à la sociologie, par ses qualités de pédagogue et d’organisateur, qui sera appréciée des sociologues allemands, reléguant ainsi au second plan les critiques qui lui étaient alors adressées. Cohérente avec ce numéro thématique, Louise Salmon nous propose une édition critique du choix de quinze lettres échangées par Gabriel Tarde et René Worms entre 1893 et 1901. On y découvre deux sociologues prompts à se féliciter pour leurs succès mutuels et commentant avec bienveillance leurs écrits respectifs. Hors dossier, un dernier article clôt la revue, qui est un véritable appel à reconnaître l’intérêt scientifique des comptes rendus d’ouvrage souvent décrédibilisés, à tort, par la communauté sociologique. Rendant hommage au dernier livre de Jean-Louis Fabiani paru en 2015, La Sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Mathieu Béra invite les chercheurs à ne pas cacher que « les savants se nourrissent de la pensée des autres » et à rehausser l’entreprise bibliographique chère à l’école durkheimienne de sociologie, au rang d’œuvre savante. L’appel est entendu et relayé : aux revues de suivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Dhermy-Mairal, « La sociologie de René Worms (1869-1926), Les Études sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 295-297.

Référence électronique

Marine Dhermy-Mairal, « La sociologie de René Worms (1869-1926), Les Études sociales », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/686

Haut de page

Auteur

Marine Dhermy-Mairal

ATER à l’IEP de Grenoble – Chercheure à PACTE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals