Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40DossierLe Symposium international sur l’...

Dossier

Le Symposium international sur l’inconscient de Tbilissi, 1979

Un dialogue Est-Ouest au temps du renouveau critique de la psychanalyse en URSS ?
The Tbilisi International Symposium on the Unconscious, 1979. An East-West Dialogue in the period of the rehabilitation of psychoanalysis in the USSR?
Tamara Svanidzé
p. 133-160

Résumés

En 1979 a eu lieu, à Tbilissi, un symposium international consacré à l’inconscient organisé sous l’égide de l’Académie des sciences de Géorgie, qui reste une grande date dans l’histoire du dialogue dans le domaine des sciences humaines entre les Occidentaux et les Soviétiques. L’analyse historique de ce congrès, tributaire d’une triple logique – géorgienne, soviétique et internationale – permet la reconstruction de l’itinéraire de l’école géorgienne de psychologie en interaction avec les conditions de possibilité du développement de la psychanalyse en URSS. Le symposium s’inscrit dans la tentative de renouveau critique de l’inconscient liée aux stratégies de la conjoncture internationale de l’époque, comme l’illustrent les péripéties de son organisation. Cette imbrication autorise une réévaluation des possibilités de circulation des savoirs entre l’Est et l’Ouest, dans une perspective transnationale.

Haut de page

Texte intégral

1Du 1er au 6 octobre 1979, Tbilissi accueille un symposium international consacré à « l’inconscient » : il s’agit de la première et seule réunion du genre tenue en Géorgie, petite république soviétique, et même dans toute l’Union soviétique, depuis la condamnation officielle du freudisme dans ce pays à la fin des années 1920. Si cette manifestation d’envergure semble témoigner d’un certain renouveau de la psychanalyse en URSS, ce congrès se veut aussi et surtout, pour l’Institut de psychologie Ouznadzé de l’Académie des sciences de Géorgie – sous l’égide duquel se déroule cet événement –, l’occasion de réaffirmer sa place sur la scène savante internationale. Afin d’organiser cette réunion internationale, le psychiatre français Léon Chertok, ainsi que les disciples du philosophe et psychologue géorgien Dimitri Ouznadzé, Philippe Bassine et Apollon Cherozia, œuvrèrent pendant plusieurs années à nouer des contacts aussi bien en URSS qu’à l’étranger. Ils reçurent plus de cent cinquante textes, dont les deux tiers en provenance d’Union soviétique, et réunirent plus de mille quatre cents personnes, dont des savants de réputation mondiale. Cet événement demeure l’un des moments phares du dialogue Est-Ouest dans les sciences du psychisme pendant la guerre froide. Son étude permet de mieux comprendre certaines dynamiques transnationales qui eurent un impact sur ce domaine de recherche en URSS dans la période du socialisme tardif. Elle offre également une entrée privilégiée pour saisir le rôle qu’a pu jouer l’école géorgienne de psychologie dans l’histoire des sciences humaines soviétiques.

2Bien que les sources concernant ce symposium soient nombreuses, elles n’ont fait l’objet jusqu’à présent que d’un faible traitement, sans commune mesure du moins avec l’importance que l’on peut prêter à l’événement. Outre les contributions des chercheurs russes et occidentaux (Martin Miller, Viktor Mazin, Élisabeth Roudinesco, A. Angelini) qui, au-delà de la présentation du symposium dans une approche générale, cherchent à en définir la signification, la bibliographie internationale relative à cet épisode est essentiellement constituée de témoignages rétrospectifs et des mémoires de celles et ceux qui y ont participé (Chertok, Catherine Clément, Avrora Prouzhinina). Cet événement a également fait l’objet de rapides rappels historiques dans des travaux universitaires de spécialistes géorgiens, mais ils se limitent à des hommages rendus aux organisateurs du congrès, son évocation étant un moyen de pointer l’importance de l’école géorgienne de psychologie. Finalement, aucune réelle étude historique permettant de situer ce symposium dans son triple contexte – géorgien, soviétique et international – n’a encore été réalisée. Nous nous y sommes intéressée en tant qu’historienne des circulations internationales des savoirs et de leur effet sur le monde scientifique soviétique, notamment géorgien, en relation avec une problématique des relations entre le centre moscovite et les périphéries non russes.

3C’est dans cette perspective que nous étudierons dans cet article une rencontre qui a réuni le milieu soviétique de la psychologie du 1er au 6 octobre 1979. Le congrès ne sera pas analysé en tant qu’événement unique, mais pour ce qu’il apporte à la compréhension de certains aspects de l’histoire de la psychanalyse en URSS et de son internationalisation. Pour cela, seront notamment étudiées les réflexions menées par l’école géorgienne de psychologie sur le concept d’« attitude », en montrant comment elles furent une façon détournée d’étudier « l’inconscient » au temps de la condamnation de la psychanalyse et comment ce concept a permis de faire progresser une proposition concurrente soviétique aux théories freudiennes. Si le symposium de Tbilissi peut être saisi comme le moment clé de cette réhabilitation officielle des études sur l’inconscient, il offre aussi un poste d’observation pour réévaluer ce qu’étaient les possibilités de dialogue entre l’Est et l’Ouest dans le contexte de la guerre froide.

4En premier lieu, nous chercherons à reconstruire l’itinéraire de l’école géorgienne de psychologie en mettant l’accent sur la contribution de son père fondateur Ouznadzé, afin d’éclairer les conditions de possibilité d’un développement de la psychanalyse en URSS. Dans un second temps, nous nous arrêterons sur l’histoire du congrès de 1979 et sur ses enjeux politiques, en précisant dans quelle mesure la tentative de réhabilitation de « l’inconscient » s’inscrit dans des stratégies liées à la conjoncture internationale. La dernière partie se focalisera sur la façon dont ce congrès a pu participer aux phénomènes d’échange et de dialogue entre l’Est et l’Ouest en dépit des rivalités entre « blocs ».

  • 1 Heilbron, Guilhot, Jeanpierre, 2009, 319-346 ; Defrance, Kwaschik (dir.), 2016.

5Pour ce faire, nous privilégierons un retour sur l’histoire de ce congrès en nous appuyant sur des correspondances et des entretiens réalisés en 2020-2021 avec d’anciens collaborateurs de l’Institut Ouznadzé, protagonistes ou simples témoins de l’événement, et sur les sources collectées aux archives de l’Académie des sciences de Géorgie. En somme, il s’agit de reconstruire une appréhension locale (au sens large) des enjeux de cet événement scientifique. Ces matériaux spécifiques ont été complétés par des témoignages écrits rétrospectifs des participants géorgiens, russes et occidentaux au congrès et par la littérature relative à l’histoire de l’école géorgienne de psychologie et de la psychologie soviétique en général. Si cette démarche part ainsi du terrain géorgien, elle montrera combien l’évolution des sciences humaines géorgiennes durant cette période est fortement imbriquée dans le contexte soviétique. Toutefois, cette imbrication autorise une réévaluation des possibilités de circulation des savoirs, abordée ici à partir des espaces périphériques, non seulement dans leurs dynamiques avec le centre (de l’espace soviétique), mais aussi avec l’Ouest1.

Penser « l’inconscient » en Union soviétique : l’école géorgienne de psychologie

  • 2 Serrano, 2008, 68.
  • 3 Rotenberg, 2015.

6Au préalable, il convient de brosser le portrait de la Géorgie soviétique des années 1970, afin de mieux rendre compte du choix de ce lieu pour le symposium, d’en présenter les acteurs locaux et de souligner la portée scientifique et politique d’un tel événement. « La Géorgie apparaît, depuis la période brejnévienne, comme un havre de liberté culturelle et de prospérité économique, en raison d’une relative mansuétude des élites nationales soviétiques locales, d’une redistribution de l’économie soviétique à l’avantage de la République, et d’un système de corruption et d’économie parallèle qui permet un relatif enrichissement personnel2. » En effet, pendant cette période, la Géorgie tire son prestige de ses centres de recherche, de son enseignement supérieur de haut niveau, de sa production artistique reconnue au-delà du « rideau de fer » et de ses lieux de villégiature pour les élites soviétiques. Elle dispose d’une industrie relativement performante et son secteur agricole est un fournisseur privilégié de Moscou. Le choix de Tbilissi était « une excellente idée », selon Vadim Rotenberg, psychiatre et psychophysiologue russe, secrétaire scientifique du comité d’organisation du symposium : « À Moscou et à Leningrad, nous aurions été confrontés à une résistance farouche de la part des idéologues haut placés et des bureaucrates tout-puissants. Les Géorgiens appréciaient leur liberté relative, et la perspective d’un tel congrès scientifique renforçait leur estime de soi, d’autant plus qu’il était question d’une thématique interdite3. » En effet, dans les années 1970, Tbilissi peut se targuer non seulement d’être l’une des villes les plus attrayantes de l’URSS, mais aussi de bénéficier d’une certaine liberté que lui procure notamment sa situation périphérique. Toutefois, le choix du lieu s’explique essentiellement par le rôle que l’école géorgienne de psychologie, dite « de l’attitude », a pu jouer dans la réhabilitation de la psychanalyse en Union soviétique :

  • 4 Mazin, 2019, 30.

En réalité, l’inconscient a été dissimulé sous un autre nom – l’attitude. Évidemment, ce changement de nom ne peut que produire un changement de sens. Toutefois, cette figure de dissimulation est intéressante à observer, du fait qu’elle sous-entend l’aspect négatif de l’inconscient. Cette négativité était recouverte par « l’attitude » positive. L’école de l’attitude a été créée par Dimitri Ouznadzé qui a fondé un institut, souvent appelé depuis Institut Ouznadzé par les habitants de Tbilissi4.

  • 5 Sur l’histoire de la psychanalyse en URSS, voir Etkind, 1995 ; Miller, 2001.

7Pour comprendre la signification de la démarche d’Ouznadzé et de ses disciples, il faut la situer dans le contexte répressif que connaît la psychanalyse en URSS5. Si, après la révolution d’Octobre, les disciples russes de Sigmund Freud obtinrent l’appui du gouvernement pour leur activité, ils furent rapidement invités à fondre la théorie psychanalytique dans l’idéologie marxiste. À partir de la fin des années 1920, avec la stalinisation, les structures institutionnelles psychanalytiques cessèrent d’exister, et commença une campagne idéologique implacable contre les idées et les influences freudiennes. Parallèlement, les théories pavloviennes, fondées sur un déterminisme physiologique ancré dans une approche expérimentale, furent tenues officiellement comme devant inspirer tous les domaines des sciences du psychisme. Le discours de la psychanalyse était principalement accusée d’être « idéaliste », parce que s’opposant à l’empirisme scientifique et aux doctrines du matérialisme historique marxiste. Pourtant, au lieu de disparaître, l’étude de Freud se poursuivit pendant toute la période soviétique, mais de manière souterraine : elle fut développée par des savants malgré l’impossibilité de l’enseigner, d’exercer comme cliniciens et de publier sous un label psychanalytique. Ce n’est que durant les vingt dernières années de l’URSS que cette interdiction fut levée, comme en témoigne le regain d’intérêt pour la psychanalyse qui se manifesta dans les initiatives officielles prises par le groupe de psychologues de l’Institut Ouznadzé au cours des années 1970 et dans les travaux que publièrent plusieurs spécialistes avant même l’arrivée de la perestroïka.

8Concernant l’emploi des termes « psychanalyse », « inconscient » et « freudisme », nous nous sommes conformée à l’usage qu’en faisaient nos sources. Selon la Grande encyclopédie soviétique (1969-1978), l’inconscient est « un ensemble de processus, d’opérations et d’états mentaux qui ne sont pas représentés dans la conscience du sujet ». Chez Freud, il désigne, selon les termes soviétiques, « une force irrationnelle puissante » qui peut être identifiée et placée « sous le contrôle de la conscience en utilisant la technique de la psychanalyse ». Dans la psychologie soviétique, le terme recouvrait la théorie de l’attitude d’Ouznadzé et les aspects psychophysiologiques de l’inconscient étudiés par Ivan Sechenov et Ivan Pavlov6.

La trajectoire de Dimitri Ouznadzé : une défense souterraine de l’inconscient

  • 7 Vladimir Soloviev (1853-1900) est un philosophe russe qui a élaboré une conception du monde dans l (...)
  • 8 Il partit en Allemagne en 1925 pour prendre connaissance des programmes d’enseignement des univers (...)
  • 9 Pendant trente ans, l’Institut de psychologie de Tbilissi resta la seule structure de recherche at (...)
  • 10 Berulava, 1967.

9Qui est Dimitri Ouznadzé, fondateur de l’école géorgienne de psychologie ? Né en Géorgie en 1886, il s’inscrivit à la faculté de philosophie de Leipzig, où il eut comme professeur de philosophie et de psychologie Wilhelm Wundt, l’un des pères de la psychologie expérimentale. Il obtint en 1909 son doctorat de philosophie consacré à Vladimir Soloviev7 à l’université de Halle. Rentré en Géorgie la même année, il entama une féconde activité sociale, pédagogique et scientifique. En 1912, il publia Introduction à la pédagogie expérimentale, l’ouvrage qui marqua le début du développement de deux disciplines en Géorgie : la pédagogie expérimentale et la psychologie enfantine. Faisant partie des pères fondateurs de l’université d’État de Tbilissi (1918), Ouznadzé y créa une chaire et un laboratoire de psychologie au sein de la faculté de philosophie8. Dès le début, il assura à l’université les cours fondamentaux de psychologie et de pédagogie. La réalisation de projets ambitieux nécessitait la constitution d’une équipe scientifique compétente, encore inexistante au moment de la fondation de l’université de Tbilissi. Ouznadzé accorda une attention particulière à la sélection et à la formation d’un corps national de scientifiques spécialisés. Sur son initiative, la première Société de psychologie de toute l’Union soviétique vit le jour en 1927. Il rédigea les premiers manuels et ouvrages universitaires en géorgien, qui couvraient différentes branches de la psychologie. Ses efforts pour le développement des sciences du psychisme lui permirent, à la fondation de l’Académie des sciences de Géorgie en 1941, d’obtenir l’installation en son sein d’un Institut de recherches scientifiques en psychologie9. Ouznadzé en fut le directeur jusqu’à sa mort en 195010.

  • 11 Sur la paidologie et la psychotechnique en URSS, voir Etkind, 1992, 387-418 ; Siegelbaum, 1990, 24 (...)

10Il fut également le précurseur en Géorgie des sciences psychologiques appliquées. Sous son impulsion furent ouverts plusieurs laboratoires psychotechniques ainsi qu’un laboratoire de psychologie infantile et de psychopédagogie. Cependant, à la fin des années 1930, tous ces établissements furent liquidés sur ordre du gouvernement, à l’exception du service de psychologie pathologique de l’hôpital psychiatrique, au moment où la paidologie (science de l’enfant) et la psychotechnique furent condamnées11. Dès lors, les psychologues géorgiens durent se consacrer principalement à la recherche fondamentale.

  • 12 Entretien avec R. Sakvarélidzé, 2021.

11Par ailleurs, la contribution d’Ouznadzé au développement de la philosophie en Géorgie ne fut pas non plus négligeable. Ses travaux dans ce domaine portèrent sur des problèmes se situant aux frontières avec la psychologie. Il s’était intéressé aux problématiques de la théorie de la connaissance et de l’inconscient dès ses travaux sur Soloviev à l’université de Halle. Par la suite, il approfondit ses recherches dans des travaux sur Gottfried Wilhelm Leibniz et Henri Bergson. Mais à partir de 1925, Ouznadzé cessa de publier de la philosophie. Certains historiens géorgiens de la psychologie expliquent cela par la pression politique exercée de manière particulièrement virulente dans ce domaine très sensible, tandis que d’autres y voient le résultat de l’autonomisation progressive de la psychologie face à la philosophie12.

  • 13 Miller, 2001, 183.
  • 14 Ibid., 184.
  • 15 Ibid., 185.
  • 16 Cité par Miller, 2001, 184.

12La théorie de l’attitude, définie comme une théorie des états préconscients qui déterminent l’activité du sujet visant à satisfaire ses besoins, est au cœur des activités scientifiques d’Ouznadzé. Elle nécessitait la mise en œuvre de recherches expérimentales objectives précises sur l’inconscient et visait à établir la preuve empirique de son existence. Comme l’écrit l’historien Martin Miller, « Ouznadzé s’intéresse surtout aux phénomènes de l’inconscient au moment même où ce qui reste de la psychanalyse est soit soumis à une critique sévère, soit enterré sous l’idéologie du pavlovisme13 ». Tout en travaillant sur le concept d’inconscient, interprété avec un déplacement sémantique du terme freudien, il pose que l’élaboration psychique de l’homme passe d’abord par un stade préconscient qui, selon ses mots, « détermine le cours et la composition de l’activité mentale dans le processus de résolution des problèmes au niveau conscient14 ». Il s’agit pour lui de pouvoir étudier ces derniers à l’aune de sa méthode scientifique qui en légitime l’usage : « D’où nous voyons que l’inconscient n’est autre chose que l’attitude qu’adopte le sujet. Dès lors, le concept d’inconscient cesse d’être un concept purement négatif pour acquérir un sens entièrement positif, qui doit être analysé par la science sur la base des méthodes ordinaires d’investigation15 ». Si par là Ouznadzé critique Freud, il lui rend également hommage à travers certaines déclarations parmi les plus ouvertement favorables prononcées durant l’époque stalinienne : « En pratique, Freud est souvent parvenu à des résultats positifs dans le traitement des psychoses. Il serait facile de nier que de tels résultats aient pu être obtenus – or ils l’ont été sans le moindre doute16. » Si son concept d’attitude est à l’origine d’une critique renouvelée de la psychanalyse, cette dernière aboutissait dans son déroulement logique à une nouvelle version de la notion d’inconscient dont l’inspiration n’était ni freudienne ni pavlovienne.

  • 17 Berulava, 1967.
  • 18 Entretien avec M. Gomélaouri, 2020.

13Les bases du cadre théorique du concept de l’attitude furent jetées au début des années 1920, tandis que la construction de son fondement expérimental eut lieu à la fin de la même décennie. Les biographes d’Ouznadzé soulignent la participation active et l’implication significative de ses élèves dans le travail de vérification des hypothèses par l’expérimentation. Le volet proprement expérimental du travail scientifique était en effet la prérogative de ses collaborateurs17. Les efforts d’Ouznadzé pour favoriser l’appropriation de son travail scientifique par ses élèves contribua certainement à la cristallisation d’un véritable collectif de pensée. L’école d’Ouznadzé perdura en effet après la disparition prématurée de son fondateur et en dépit des attaques idéologiques contre la théorie de l’attitude. La longévité de ce courant scientifique s’explique également par la personnalité d’Alexandre Pranguichvili, qui prit la direction de l’Institut après la mort d’Ouznadzé et joua un rôle fédérateur pendant trente-cinq ans. Il parvint à résister aux pressions idéologiques et protégea ses collègues d’interventions trop « abruptes » du Parti afin de préserver leur intégrité scientifique18.

14Les nombreux travaux de recherche que l’école d’Ouznadzé mena sur la psychologie de la personnalité (la pensée, la parole, la perception, l’attention, la volonté), à la lumière surtout du concept d’attitude, aboutirent à la constitution d’un dispositif analytique particulier en psychologie, incluant – outre la psychologie génétique (animale et infantile) – la psychologie différentielle et pathologique. Toute une série de recherches sur la psychologie sociale, la psychologie du travail et celle de l’art furent réalisées. Ainsi, contrairement aux chercheurs développant le concept d’attitude au même moment en Occident (Louis Leon Thurstone, Gordon Williard Allport) pour décrire les processus psychiques partiels, le savant géorgien élaborait cette catégorie comme un état de la personnalité dans sa totalité et l’étendait à l’étude de nombreux phénomènes psychiques. Dès lors, elle fut hissée au statut de « théorie psychologique générale », à l’image des courants psychologiques dominants de l’époque qu’étaient le behaviorisme et le gestaltisme, étudiant eux aussi les principes généraux de l’activité psychique.

  • 19 Imédadzé, 2015, 120-130.

15Seul spécialiste dans cette république, Ouznadzé joua ainsi un rôle clé dans l’institutionnalisation des sciences du psychisme en Géorgie. Il forma un personnel scientifique qualifié, fonda des centres d’enseignement et de recherche, rédigea des manuels, créa une terminologie, un système scientifique et, enfin, une école de pensée. Celle-ci, néanmoins, se développa longtemps comme une unité scientifique indépendante des autres écoles de recherche en URSS : les travaux d’Ouznadzé restèrent mal connus du reste de la psychologie soviétique jusqu’aux années 195019. Actuellement, les psychologues géorgiens expliquent avec fierté que ce fait serait à l’origine de l’idéologisation – marxiste-léniniste – presque insignifiante de la base conceptuelle de la théorie de l’attitude, comme semble en attester un faible « indice de citation » des classiques du marxisme-léninisme. L’héritage d’Ouznadzé est de ce fait souvent présenté comme un bel exemple de compromis minimal avec l’idéologie soviétique officielle.

À l’épreuve de la critique idéologique

16Si l’œuvre d’Ouznadzé demeura marginale au regard de la psychologie soviétique officielle jusqu’aux années 1950, elle n’échappa cependant pas à des attaques virulentes. Lors d’une rencontre scientifique organisée en 1952 par l’Académie des sciences de Géorgie, à Tbilissi, autour du thème des « Problèmes actuels de la psychologie soviétique », elle suscita d’intenses discussions entre les chercheurs géorgiens de tous les domaines des sciences humaines. Ces débats s’inscrivaient dans le contexte du regain, en Union soviétique, du pavlovisme, dont les disciples physiologistes, également engagés dans des travaux sur les mécanismes psychiques, considéraient que seule la théorie des réflexes pouvait rendre compte de ces derniers. Les discussions de Tbilissi, d’une part, portèrent sur les démarches scientifiques de Pavlov, en écho aux « sessions Pavlov » à Moscou en 1950 ; et, d’autre part, elles mirent en question la légitimité idéologique de la méthode d’Ouznadzé, soupçonnée de servir la « pensée idéaliste ».

  • 20 Imédadzé, 2010, 23.

17On peut voir là un écho des débats sur la physiologisation de la psychologie à Moscou dans le cadre d’une « pavlovisation » de la science qui se retrouvait en Géorgie. Mais la bataille théorique de Tbilissi tint cependant sa véritable force de son intégration à une polémique plus spécifique sur les fondements biologiques et physiologiques du concept d’attitude. Il fut reproché, par exemple, à Ouznadzé de manière posthume la connivence de sa théorie de l’attitude avec la psychanalyse de Freud et, par conséquent, avec les « théories idéalistes subjectives »20.

18Face à ces critiques, les défenseurs du savant géorgien essayèrent de prouver une différence de principe entre la notion d’attitude et celle freudienne d’inconscient. Avant tout, ils rappelèrent que l’attitude n’est pas un acte psychique inconscient isolé, une sphère indépendante, autonome du psychique : l’attitude n’est qu’une étape préconsciente de toute activité concrète du sujet. Deuxièmement, dans toutes les théories connues, selon les partisans des recherches d’Ouznadzé, l’inconscient est conçu comme un principe indépendant, purement spirituel ou comme une chose biologique qui procède des instincts ou des refoulements du sujet. Dans ces deux cas, l’inconscient apparaît comme une force qui dicte ses lois au milieu et ne se plie pas à ses exigences. Par contraste, l’attitude surgit, selon les disciples d’Ouznadzé, à chaque fois qu’un besoin de l’organisme se manifeste et que la situation permet de le satisfaire : l’attitude est ainsi présentée comme déterminée par les conditions de la vie sociale. Enfin, la notion d’attitude, ayant une dimension ubiquitaire en amont de toutes les activités du sujet, se démarque du concept d’inconscient et de son interprétation spéculative de la réalité.

  • 21 Ibid., 42.
  • 22 Bogdančikov, 2014, 131-141.

19De cette façon, les disciples du savant géorgien parvenaient à défendre les apports des thèses de leur maître en affichant une base rigoureusement scientifique et un enracinement dans une pensée marxiste. En définitive, ces discussions permirent de consolider la position de l’école géorgienne de psychologie. Elles servirent en quelque sorte de terrain d’entraînement, sur lequel les arguments en faveur d’une interprétation dans les termes de l’attitude d’Ouznadzé étaient vérifiés, affinés et aiguisés en vue de futurs débats idéologiques et scientifiques21. Ainsi, à l’occasion de la troisième conférence soviétique de psychologie de 1955, les débats sur l’attitude se déplacèrent à Moscou. Une fois de plus, la thèse selon laquelle l’inconscient psychique serait une catégorie dont l’utilisation est inconciliable avec la doctrine dialectique matérialiste fut rediscutée. Mais deux ans après la mort de Joseph Staline, la théorie d’Ouznadzé trouva quelques défenseurs dans les rangs des savants russes, parmi lesquels il faut mentionner le psychologue Sergueï Rubinstein, alors fameux en URSS. Selon certains historiens, la discussion organisée lors de cette rencontre de 1955 représenta un moment clé du processus d’intégration de l’école d’Ouznadzé dans le système de la psychologie soviétique22.

  • 23 Correspondance avec I. Imédadzé, 2020.

20Irakli Imédadzé, ancien directeur de l’Institut Ouznadzé, est revenu en entretien sur l’histoire des rapports entretenus par l’école de l’attitude avec Moscou et d’autres structures scientifiques de l’URSS à cette période : dans les années 1930 et 1940, des contacts existaient et une certaine communication se faisait avec la direction centrale, mais la situation périphérique du pays leur permettait de conserver une certaine marge de manœuvre. On les laissait travailler « comme cela leur chantait » jusqu’à une certaine limite qui était la fidélité affichée aux dogmes idéologiques : « Les Géorgiens respectaient le politiquement correct au moins en apparence et tout se passait bien. » À partir du début des années 1950, l’école d’Ouznadzé s’affirma et afficha des ambitions scientifiques. Alors que l’institutionnalisation de la psychologie soviétique s’accélérait avec l’organisation régulière de congrès, de rencontres et la publication de périodiques scientifiques, les collaborateurs de l’Institut Ouznadzé furent amenés à être étroitement impliqués dans ce processus, revendiquant des compétences scientifiques importantes dans le domaine. Dans ce contexte, un contrôle plus strict fut exercé par Moscou sur « les chercheurs géorgiens qui commençaient à manifester de l’orgueil »23.

Vers une réhabilitation de l’inconscient

  • 24 Miller, 2001, 205.

21Dans les années 1960, les disciples d’Ouznadzé poursuivirent leurs recherches sur le problème des motivations et du comportement inconscient chez l’homme. Cependant, cette nouvelle génération était confrontée à des enjeux inédits. Désormais, il ne suffisait plus de déclarer la supériorité de la science soviétique sur la « science bourgeoise », mais bien d’en faire la démonstration. Il ne s’agissait plus de nier l’existence de la psychanalyse, mais de la convoquer longuement avant de la discréditer au profit des théories développées en URSS. À partir des années 1970, les spécialistes de nombreux domaines furent ainsi encouragés à discuter et critiquer le freudisme. « L’objectif, note l’historien Miller, est de combattre la psychanalyse comme une force inquiétante dans l’arsenal de l’idéologie bourgeoise et de revendiquer les domaines d’investigation traditionnellement dominés par l’influence psychanalytique pour une science nouvelle fondée sur le communisme24. » Dans ce contexte, les disciples d’Ouznadzé étaient les mieux placés pour réaliser cette critique de la psychanalyse, étant donné qu’ils représentaient le seul groupe qui travaillait sur l’activité psychique inconsciente tout en bénéficiant d’une certaine approbation officielle.

22Cette fois-ci, sur le plan scientifique, l’ambition des nouvelles générations de disciples d’Ouznadzé, à la différence du courant plus traditionnel incarné jusque-là, était de déplacer l’attention du problème de la rationalité du comportement et de sa régulation vers celui de l’inconscient en tant que tel. Ils tentèrent de révéler l’essence de l’inconscient dans toute sa complexité et sa diversité, et de déterminer sa place et sa portée dans le système général de l’activité humaine. Leur objectif était de dresser un tableau plus complet de la réalité psychique en tant qu’unité de la conscience et de l’inconscient. Poursuivant ce but, les représentants de la « nouvelle orientation » s’efforcèrent de surmonter les faiblesses des notions courantes de la psychologie soviétique concernant le psychique non conscient, et surtout de plusieurs concepts psychanalytiques :

  • 25 Cherozia, 1989, 10.

À l’opposé de la psychanalyse, la psychologie de l’attitude considère les relations dans le système « conscience-inconscient » non seulement à la lumière de l’idée d’antagonisme, mais aussi et surtout dans l’optique de la synergie qui se manifeste en eux [la conscience et l’inconscient] d’une façon irrésistible. Car à la différence de la psychanalyse, cette psychologie s’appuie sur l’idée d’unité fondamentale de la personnalité humaine, exprimée par le phénomène de l’attitude en tant que modèle original25.

  • 26 Cette idée du psychisme humain englobant la conscience et l’inconscient psychique, indissolublemen (...)

23Ainsi, outre les principes du courant traditionnel de la théorie de l’attitude, était avancée la thèse d’une unité dialectique et d’une complémentarité de la conscience et de l’inconscient26.

Fig. 1 : Emblème du Symposium international sur l’inconscient de Tbilissi, 1979

Fig. 1 : Emblème du Symposium international sur l’inconscient de Tbilissi, 1979

Source de l’image : Pranguichvili, A., Bassine, F., Chochine, P. (dir.), 1989, L’inconscient, la discussion continue, Moscou, Éditions du Progrès.

Fig. 2 : Détail du manuscrit géorgien du xiie siècle

Fig. 2 : Détail du manuscrit géorgien du xiie siècle

Source de l’image : Amiranachvili, Ch., 1971, Kartuli khelovnebis istoria [L’histoire de l’art géorgien], Tbilissi, Metsniereba.

24Ce faisant, les disciples d’Ouznadzé contribuèrent à créer les conditions d’un débat plus apaisé sur le terrain scientifique, favorisant par là un renouveau de l’intérêt pour la psychanalyse. Voici comment ils résumaient le processus de réhabilitation de l’inconscient :

  • 27 Pranguichvili, Bassine, Chochine, 1989, 5.

D’une façon ou d’une autre, les études du psychique inconscient, menées par des représentants de l’école psychologique géorgienne dans le contexte de la théorie de l’attitude, ont abouti à éroder et à éteindre peu à peu l’hostilité impitoyable sinon envers le freudisme, du moins envers l’idée de l’inconscient, ne serait-ce que dégagée du contexte freudien et dotée d’un autre contenu27.

  • 28 Nodar Sarjveladzé considère qu’aux yeux de certains psychologues géorgiens, la double affiliation (...)
  • 29 Cherozia, 1969 ; Bassine, 1968. Rotenberg compare l’ouvrage de Bassine au cheval de Troie : « Le l (...)

25L’aboutissement de ce renouveau culmina lors du Symposium international sur l’inconscient de Tbilissi en 1979, quand Cherozia et Bassine défendirent la conception soviétique d’un inconscient incarné par la théorie de l’attitude. Bassine était neurophysiologiste, membre de l’Institut de neurologie de l’Académie soviétique des sciences médicales, tandis que Cherozia était psychologue et philosophe à l’université d’État de Tbilissi28. Il est significatif que chacun d’eux soit l’auteur d’un monumental ouvrage sur l’inconscient, dont la publication confirme que le freudisme appartenait désormais au champ légitime du savoir, car nécessaire pour les besoins de la critique29.

  • 30 Kvachakhia, 1980, 149.
  • 31 Correspondance avec N. Avtonomova, 2020.

26Hormis ces deux scientifiques, le principal organisateur soviétique du congrès fut Pranguichvili, directeur de l’Institut Ouznadzé, qui représentait « une couverture institutionnelle » selon Natalia Avtonomova, philosophe russe qui participa au congrès et y exposa la pensée – jugée complexe – de Jacques Lacan et de ses disciples. De plus, un soutien important à l’organisation du symposium vint de France en la personne de Chertok, formé à la psychanalyse au Centre de médecine psychosomatique de Paris et analysant de Lacan. Durant cette fameuse semaine à Tbilissi, deux cent quarante-huit communications hétéroclites furent prononcées autour de cinq axes principaux : l’inconscient par rapport à la conception psychologique de l’attitude ; le rôle de la catégorie de l’inconscient dans le système des connaissances scientifiques contemporaines sur le psychisme ; la formation des représentations scientifiques dans le cadre de la psychanalyse contemporaine ; les approches neurophysiologiques et cliniques de la problématique de la psychanalyse ; et enfin l’inconscient et les formes supérieures de l’activité psychique30. Les organisateurs firent publier l’ensemble des contributions en 1978, avant le symposium, en trois gros volumes formant un total de deux mille sept cents pages. Les textes étaient signés par des médecins et des chercheurs représentant plusieurs branches de la science, ainsi que par des spécialistes de la littérature et de l’art. Parfaitement au fait du caractère divergent de ces nombreux travaux, les éditeurs reconnaissent des « différences fondamentales plus profondes d’ordre méthodologique dans les positions théoriques initiales, les orientations prises par l’analyse et les interprétations qui caractérisent les divers auteurs ». Toutefois, d’après Natalia Avtonomova, l’importance de ces publications peut se mesurer par le fait que ces travaux furent les seules sources de connaissance relatives aux problématiques de l’inconscient durant de nombreuses années après le congrès31.

Contre Freud et pour l’inconscient : les enjeux politico-savants du symposium de 1979

27Le congrès apparaît dès son origine comme un immense pari. Rotenberg se souvient de sa réaction à la suite de la proposition de Bassine, qui souhaitait l’associer au projet : « Il était impossible de le prendre au sérieux. Il était impossible de refuser cela. C’était de la folie. C’était une aventure. Cela en valait le temps et les efforts, même avec un risque élevé que rien ne se produise, sauf de gros ennuis. » Cependant, la prise en considération des enjeux de la politique étrangère de cette époque laisse entrevoir le soutien qu’un tel projet pouvait recevoir des autorités.

Promouvoir le concept soviétique de l’inconscient à l’international

  • 32 Erdmann, 1990.
  • 33 Rotenberg, 2015.
  • 34 Correspondance avec N. Avtonomova, 2020.
  • 35 Mazin, 2019, 59.

28Tandis que la relative détente dans les relations internationales des années 1960 et 1970 facilitait le développement d’un dialogue entre l’Est et l’Ouest et la multiplication des échanges savants, la science fut aussi mobilisée comme un instrument diplomatique. Les considérations de prestige qui entourent en particulier les congrès internationaux touchent non seulement les scientifiques, mais aussi les gouvernements, qui de ce fait s’y intéressent de près32. Bien qu’elle ne fût pas impulsée par l’État soviétique, l’organisation de ce congrès international à Tbilissi pouvait donc répondre à cette logique politique. Elle devait apparaître aux yeux des dirigeants soviétiques comme faisant office de scène diplomatique, en fournissant l’occasion de valoriser la science soviétique et par là le régime. En ce sens, il n’est pas étonnant que « l’idée du Congrès ait été soutenue par un des chefs influents de l’idéologie, Piotr Fiédossiéev, le vice-président de l’Académie des sciences de l’URSS. D’ailleurs, Cherozia était son doctorant dans le passé33 ». Fiédossiéev était de surcroît membre du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) et, s’il donna le feu vert au congrès, il ne fut probablement pas le seul à prendre cette décision étant donné l’ampleur de cet événement. Un autre appui important à l’organisation du congrès vint d’Igor Smirnov, secrétaire scientifique du département de philosophie et de droit de l’Académie des sciences de l’URSS, qui réussit à manœuvrer subtilement et intelligemment dans les différentes instances universitaires et politiques pour obtenir de précieux soutiens34. Quant aux dirigeants de la Géorgie soviétique, « outre leur loyauté idéologique à la cause du parti », le projet du congrès ne pouvait que flatter « leur sens de la fierté nationale »35. Si le symposium de Tbilissi représentait une réelle opportunité de démontrer le rôle de premier plan que l’URSS pouvait jouer sur la scène scientifique internationale, pour les autorités politiques et scientifiques géorgiennes, il était l’occasion d’afficher l’éminence de leur république dans le domaine intellectuel au niveau de l’espace soviétique.

29Chargés ainsi de représenter le régime communiste, les savants soviétiques devaient être en mesure de discuter les théories et arguments de leurs collègues occidentaux et d’affronter ces derniers sur leur terrain scientifique. C’est dans ce but notamment que la critique érudite des concepts psychanalytiques fut encouragée par les autorités soviétiques. Loren Graham remarque que les psychologues soviétiques de cette époque commencèrent à se rendre compte de leurs insuffisances dans le domaine de l’étude de l’inconscient psychique et qu’ils redoutèrent alors que ce dernier fût entièrement abandonné au freudisme :

  • 36 Graham, 1987, 215.

Par conséquent, il y a eu un certain nombre d’efforts dans la production scientifique pour montrer que Freud n’était pas la première personne à souligner l’importance du domaine de l’inconscient. Cette tentative visait, sans aucun doute, à relativiser Freud et à attirer l’attention sur les phénomènes habituellement associés au nom de Freud sans paraître embrasser le freudisme après des années passées à nier sa légitimité36.

30De ce point de vue, l’article signé par les organisateurs du symposium et paru dans Voprosy psychologii en 1980 est intéressant. Il témoigne des efforts poursuivis alors pour s’ajuster aux contraintes politico-idéologiques du moment :

  • 37 Pranguichvili, Cherozia, Bassine, 1980, 183.

À chaque décennie, nous devions prendre en compte le fait que le problème de l’inconscient s’était transformé, dans l’avant-dernier quart de notre siècle, en un des principaux domaines de notre lutte idéologique contre l’approche idéaliste des sciences humaines, du fait de son développement intensif en Occident du point de vue de la théorie de la psychanalyse. Notre engagement dans des positions offensives et partisanes dans cette lutte était rendu considérément plus facile, grâce à l’appui offert par le système d’idées développé dans différentes directions de la psychologie soviétique et conduisant directement à une solution dialectico-matérialiste, méthodologiquement adéquate à la question de l’inconscient37.

  • 38 Lev Vygotski (1896-1934), Alexis Léontiev (1903-1979) et Sergueï Rubinstein (1889-1960) sont des p (...)

31L’article présente ainsi, tel un arsenal scientifique et un antidote marxiste à Freud, non seulement l’œuvre d’Ouznadzé et d’Alexis Léontiev, mais également celle de Lev Vygotski et de Sergueï Rubinstein qui, tous – les auteurs du texte oublient de le mentionner –, avaient été victimes par le passé de violentes critiques en raison de leur sympathie présumée pour Freud38.

Tensions politiques autour de l’organisation du symposium

  • 39 Chertok, 1990, 170.
  • 40 Ibid.

32Cependant, le fait que le symposium ait été à plusieurs reprises remis à plus tard laisse entrevoir les résistances qu’il pouvait susciter au sommet. D’abord prévu pour l’automne 1976, puis pour 1978, il ne fut organisé qu’en octobre 1979. Or, « en mai 1979, nous n’étions pas encore sûrs qu’il aurait lieu39 ». Il ne s’agissait pas seulement de braver les hostilités des instances politiques, il fallait aussi affronter celles des milieux scientifiques. Dans ses mémoires, Chertok se souvient que « le groupe de Sniejnievskiï, qui avait l’oreille de l’Académie de médecine de Moscou, a entrepris de mettre tous les bâtons possibles dans les roues. Aucun psychiatre de Moscou n’a d’ailleurs assisté au symposium40 ». Bien que l’auteur ne mette pas au clair la raison de ce « bras de fer entre les psychiatres de Moscou et les psychologues géorgiens », la personnalité d’Andreï Sniejnievskiï, directeur de l’Institut de psychiatrie de l’Académie des sciences médicales de l’URSS, héritier de la psychiatrie d’inspiration physiologiste qui s’est construite en opposition à toutes les disciplines de l’esprit, laisse penser qu’il n’a probablement pas accueilli avec enthousiasme le projet du symposium sur l’inconscient.

  • 41 Archives de l’Académie des sciences de Géorgie, fonds 42, dossier 792, 4-5.
  • 42 Pranguichvili, Bassine, Chochine, 1989, 7.

33Les archives de l’Académie des sciences de Géorgie comprennent quelques documents qui nous renseignent sur les préparatifs du symposium. Le dossier 792 des archives de l’Institut Ouznadzé relatif aux projets scientifiques pour l’année 1976 comporte un document en russe intitulé « Justification »41. Il porte sur le projet d’une convocation pour un symposium en novembre 1976 à Tbilissi, consacré aux débats relatifs à l’activité mentale inconsciente, niéossoznavaïémoïé (« non-connaissance »), mot russe spécifique que les savants soviétiques trouvent plus empirique et moins abstrait que celui de biessoznatiel’noïé (« non-conscience »), utilisé au sens que lui donne Freud. Le document explique que la problématique de l’activité mentale inconsciente représente l’une des questions importantes de la psychologie contemporaine. Le développement scientifique de cette question est présenté comme crucial pour toute une série de branches de la science théorique et appliquée. La raison avancée en est que les processus psychiques inconscients font partie de tous les comportements adaptatifs de l’homme et influent de manière déterminante sur la constitution de son organisme. Cependant, « les études approfondies de cette problématique auraient connu un ralentissement pendant les dix dernières années », soit les années 1960. Selon le document, la cause de ce retard réside dans la déviation fondamentale de la psychologie et de la médecine soviétiques au profit d’une approche erronée et pseudo-scientifique, défendue par une école psychanalytique étrangère et par des mouvements apparentés. Dans ce contexte, il semblait particulièrement pertinent d’attirer l’attention des savants soviétiques issus de disciplines diverses sur les concepts de « l’inconscient » et sur les débats dont ces concepts faisaient l’objet, de même que sur l’élaboration de positions et de décisions appropriées. Le but de cette rencontre aurait été d’atteindre au mieux ces objectifs. On peut ainsi penser qu’à l’origine de ce projet se trouve la psychologie géorgienne, puisque les chercheurs de l’Institut Ouznadzé de l’Académie des sciences de Géorgie se sont penchés précisément sur le concept de l’attitude psychologique inconsciente. Le point fort de ce concept est qu’il permet une approche dialectique et matérialiste de la question de l’inconscient, en lui fournissant une explication expérimentale. Les auteurs non identifiés du document assurent les destinataires de cette lettre, non signée, que les travaux issus de cette rencontre susciteront un intérêt indéniable pour les spécialistes de différents domaines et éclaireront certaines problématiques de la psychologie soviétique en l’aidant à combattre les manifestations de l’idéologie bourgeoise. Ce document dévoile les stratégies déployées par l’Institut pour rendre possible la tenue du congrès sur l’inconscient. Il témoigne aussi à la fois du renouveau de l’intérêt soviétique pour les idées psychanalytiques et du maintien de l’engagement en faveur d’une approche méthodologique marxiste des problèmes de l’inconscient. Il est significatif que dix ans plus tard, les organisateurs du symposium soutiennent que les interprétations de l’inconscient à partir des positions dialectiques matérialistes « se libèrent de plus en plus aujourd’hui de leur teinte antérieure d’intransigeance et de dogmatisme42 ».

Une tentative de dialogue entre des blocs rivaux

34En dépit d’une relativement faible couverture médiatique en Géorgie soviétique, ce symposium fut perçu par les participants comme un moment exceptionnel. Si elle s’inscrit, on le verra, dans des dynamiques d’internationalisation qui travaillent les sciences du psychisme géorgiennes durant toute la guerre froide, cette rencontre scientifique a permis d’engager un dialogue ouvert sur la psychanalyse entre l’Est et l’Ouest, malgré de fortes dissensions et des malentendus.

Le symposium vu par la presse soviétique

  • 43 Proujinina, 2015, 478.
  • 44 Correspondance avec N. Avtonomova, 2020.

35Le témoignage d’Avrora Proujinina, correspondante de la revue Filosofskie nauki (Sciences philosophiques), en fait état, avec toutes les réserves que l’on peut émettre à l’égard d’un panégyrique rétrospectif : « Ce symposium se distinguait des nombreux congrès qui le suivront par le fait que tous les participants comprenaient et sentaient qu’il se produisait quelque chose de grandiose. Et cela s’appelait l’Histoire43. » Cependant, sa couverture par les médias et les périodiques scientifiques russes de l’époque fut presque inexistante, comparée aux échos qu’il rencontra en Occident, notamment dans la presse française44.

  • 45 Komunisti [Le Communiste], 1979, 2.
  • 46 Literaturuli Sakartvelo [La Géorgie littéraire], 1979, 4.

36Même en Géorgie, la rencontre fut loin d’être perçue comme un événement médiatique par les grands journaux. La place accordée au symposium dans la presse géorgienne apparaît mineure, même si les médias purent solliciter à cette occasion quelques spécialistes, tels les professeurs Pranguichvili, Venori Kvachakhia et Chalva Chkhartichvili. Leurs articles mettent bien en exergue l’ampleur du symposium, le prestige scientifique entourant ce congrès devenant un moyen de valorisation nationale : « La tenue du symposium dans notre capitale est un événement d’autant plus exceptionnel que notre République accueillit les scientifiques du monde entier en tant que patrie de Dimitri Ouznadzé. Sa théorie de l’attitude sert de base conceptuelle importante pour cet immense dialogue scientifique », écrit Kvachakhia dans Komunisti, le quotidien idéologique officiel et l’équivalent géorgien du journal Kommunist (Le Communiste)45. Dans une interview accordée au journaliste de Literaturuli sakartvelo (La Géorgie littéraire), Pranguichvili explique l’apport de la méthode d’Ouznadzé et de ses élèves pour la psychologie contemporaine et souligne, en conclusion, les perspectives d’internationalisation scientifique esquissées pendant cette rencontre : « Au cours du symposium, il est manifeste que l’élaboration de la problématique de l’inconscient se produit au niveau de la collaboration scientifique internationale, rendue possible uniquement grâce à la baisse des tensions dans les relations internationales. Celle-ci est la tendance irréversible de la modernité46. »

Dynamiques d’internationalisation de l’école géorgienne de psychologie

  • 47 Miller, 2001, 220.
  • 48 Charle, 1994, 42-62.

37En dépit de cette faible médiatisation en URSS, le symposium n’en constitua pas moins l’un des moments importants des échanges dépassant le clivage Est-Ouest dans les sciences du psychisme. L’historien Miller note ainsi que « pour la première fois depuis la révolution de 1917, un authentique effort est consenti pour rapprocher la recherche psychanalytique sur l’inconscient menée en Occident des développements parallèles en Union soviétique »47. En fait, cette rencontre s’inscrivait dans des dynamiques d’internationalisation engagées auparavant et portées notamment par une poignée de psychologues jouant un rôle de passeur entre l’Est et l’Ouest, en raison de leur parcours migratoire. Cette étude de cas atteste ainsi le rôle important que jouent les migrations intellectuelles dans le développement d’un espace transnational des sciences48.

  • 49 Miller, 2001, 214.
  • 50 Chertok, 1990, 169.

38Parmi ces psychologues, il faut mentionner Chertok, qui « pendant des années a été au premier rang de la croisade pour une alliance entre psychiatres soviétiques et occidentaux », selon Miller49. Né à Lida, près de Vilnius, alors ville de l’Empire russe, il obtint son doctorat en médecine à Prague et s’installa en France avant la Seconde Guerre mondiale. Ce qui a motivé Chertok à s’associer à Bassine et Cherozia pour les aider à nouer des contacts avec l’Occident trouve son origine dans la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, et notamment l’Acte final d’Helsinki en 1975. Cet événement est considéré comme un moment clé de la guerre froide réunissant les blocs de l’Est et de l’Ouest. Malgré son scepticisme affiché au départ à l’égard de la portée concrète des déclarations sur la liberté de circulation des personnes, la coopération et les échanges, l’idée du symposium international sur l’inconscient lui apparut comme une bonne raison de croire que les espoirs engendrés par le sommet d’Helsinki ne seraient pas vains50. Ainsi, par cet engagement, il chercha à répondre à des enjeux non seulement scientifiques, mais aussi et surtout politiques.

  • 51 Roudinesco, 1986, 644.
  • 52 Mazin, 2019, 43.
  • 53 Correspondance avec E. Tarassachvili, 2020.
  • 54 Ibid.
  • 55 Roustaveli, 1964.
  • 56 Archives de l’Académie des sciences de Géorgie, fonds 42, dossier 16, 6.
  • 57 Entretien avec E. Eligoulachvili, 2020.
  • 58 Entretien avec I. Kotétichvili, 2020. Kotétichvili a introduit les méthodes de Jean Piaget dans le (...)

39Une autre personnalité clé est Serge Tsouladzé, ce psychiatre géorgien « formé sur le divan français51 », selon la formule d’Élisabeth Roudinesco, qui n’hésita pas à contester l’usage de la psychiatrie à des fins politiques52. Il fut l’un des initiateurs du symposium, mort avant la réalisation de son projet. Né en Géorgie, il s’était exilé en France avec sa famille lors de la soviétisation de son pays en 1921. Il entreprit des études à la faculté de médecine et suivit également des enseignements de philosophie et d’histoire à la Sorbonne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il entra dans un réseau de résistance proche du Parti communiste, le réseau de l’hôpital Cochin. Tout en fréquentant les cercles artistiques parisiens, il fit son analyse avec Françoise Dolto et s’intégra au milieu de la psychiatrie française. Il travailla notamment avec Jean Dalsace et Pierre Vellay à la pratique de l’« accouchement sans douleur ». À la fin de la guerre, il décida de retourner en Géorgie, décision reçue comme une épreuve douloureuse par sa famille, qui l’accepta cependant. Il obtint la citoyenneté soviétique et retourna en 1958 dans son pays d’origine, où il prit la direction du département de psychiatrie de l’hôpital psychiatrique de Tbilissi53. S’il s’intégra dans la communauté scientifique géorgienne, il chercha aussi à maintenir et à développer des réseaux personnels plus larges, en échangeant avec des psychiatres et des psychanalystes français et internationaux, comme en témoignent ses visites en France. Les membres de sa famille se souviennent que, lors de son séjour à Paris en 1976, il rencontra ses anciens collègues et amis afin de les persuader de participer au symposium de Tbilissi54. Il exerça ainsi une fonction de médiateur scientifique – mais aussi culturel, notamment en traduisant la grande épopée médiévale géorgienne de Chota Roustavéli en français, ce qui lui valut le prix Langlois de l’Académie française en 196455. D’ailleurs, dans sa brève autobiographie manuscrite conservée dans son dossier personnel aux archives de l’Institut, Tsouladzé souligne sa « participation au travail idéologique dans le cadre de l’établissement des relations culturelles entre la France et l’URSS56 ». Emzar Eligoulachvili, assistant de Tsouladzé, souligne que le psychiatre franco-géorgien était très au fait non seulement de l’œuvre de Freud, mais également des conceptions des mouvements psychanalytiques et psychiatriques post-freudiens développées en Occident, qu’il intégrait dans ses recherches et mettait en pratique pour traiter les névroses et les schizophrénies57. Iatamzé Kotétichvili58 vante quant à elle le grand mérite de Tsouladzé, qui apporta à la connaissance des chercheurs et des praticiens géorgiens les principes fondamentaux et la pratique des tests et des questionnaires en psychologie, encore méconnus des psychologues géorgiens en raison de l’interdiction de la paidologie dans les années 1930.

  • 59 Leïbin, 2012, 64.

40Un rôle comparable de passeur fut joué par Cherozia, que Valerij Leïbin considère comme l’« un des premiers scientifiques soviétiques parvenant à gagner le respect des psychanalystes étrangers59 ». Né en 1927, il fit des études de philosophie à l’université de Tbilissi et soutint une thèse de doctorat à Moscou. À l’origine, Cherozia s’était intéressé à l’inconscient dans le cadre d’une recherche sur les fondements philosophiques de la théorie de l’attitude. Dans ses travaux, il mit l’accent sur la façon dont la science de son temps abordait le problème de l’inconscient psychique, en partant de la psychanalyse et de la théorie de l’attitude. Selon lui, la conscience et l’inconscient étaient des composantes du psychisme réciproquement exclusives et antagoniques en psychanalyse. À l’opposé, la psychologie de l’attitude offrait selon lui une appréhension réconciliée mettant l’accent sur l’intégrité initiale du psychisme et l’unité fondamentale de la personnalité humaine. Le parcours de Cherozia l’a peu amené à voyager à l’étranger. Néanmoins, il fut élu en 1980 représentant de l’URSS au sein de l’Organisation internationale de psychiatrie dynamique, et fut également membre de la Société allemande de psychanalyse. Il reçut d’ailleurs de façon posthume la médaille d’or de cette Société « pour sa contribution au développement de la théorie de l’inconscient ».

  • 60 Xojava, Berulava, 2018.
  • 61 Imédadzé, 2014, 692.
  • 62 Entretien avec R. Kvartskhava, 2020.

41Plus généralement, l’étude des archives de l’Institut Ouznadzé et les entretiens menés avec ses anciens collaborateurs permettent de nuancer l’idée couramment admise de circulations scientifiques impossibles entre l’Est et l’Ouest dans le contexte de la guerre froide. En témoignent les usages de références théoriques occidentales que font les chercheurs géorgiens de l’Institut Ouznadzé à partir des années 1960. Selon Irakli Imédadzé, la relative liberté des savants géorgiens par rapport aux directives du Parti se manifeste le plus clairement à travers le dictionnaire géorgien de psychologie constitué par Zosimé Khojava, disciple d’Ouznadzé, dans les années 195060. Les citations des scientifiques occidentaux y étaient plus nombreuses, sans qu’ils soient critiqués ou réfutés, que celles des savants soviétiques représentant la doctrine officielle. De même, dans les années 1960, certains savants audacieux cherchèrent une base commune qui intégrerait le concept d’attitude tel qu’il avait été développé par la psychologie sociale américaine au cadre scientifique des recherches d’Ouznadzé61. Le professeur Revaz Kvartskhava nous a relaté les efforts qu’il a dû déployer pour fonder une chaire de psychologie sociale à l’université d’État de Tbilissi en 1980. Plus tôt, sa longue mission scientifique à Moscou l’avait amené à découvrir de récents travaux occidentaux en psychologie. Il avait alors rapporté la littérature collectée en Géorgie afin de constituer les programmes de ses futurs séminaires sur les théories contemporaines de la psychologie, qu’il assura dans les années 1970 et qui donnèrent lieu à la première présentation des concepts de la psychanalyse, du behaviorisme et du néo-behaviorisme, à un moment où ils étaient encore vus d’un mauvais œil en URSS. Il a par ailleurs insisté sur le fait que, pendant ses cours, il n’hésitait pas à expliciter les concepts de Freud avec une neutralité objective, cas exceptionnel, selon lui, dans l’enseignement supérieur soviétique de l’époque, et rendu possible par le statut périphérique de la Géorgie62.

  • 63 Imédadzé, 2013, 63.

42Dans les années 1960, les chercheurs de l’Institut devaient se tenir au courant des derniers acquis internationaux en psychologie. À l’occasion de réunions hebdomadaires étaient invités ceux qui maîtrisaient une langue étrangère, afin qu’ils présentent les comptes rendus des récents travaux publiés dans les périodiques occidentaux, comme le rapporte Natéla Imédadzé, responsable de la chaire de psychologie à l’Institut pédagogique de Tbilissi : « Je ne sais pas pour quelle raison, mais les revues scientifiques allemandes arrivaient rarement, alors que tous les psychologues de la première génération parlaient couramment l’allemand63. » De plus, le catalogue du fonds des périodiques de la bibliothèque de l’Institut Ouznadzé permet de mesurer le poids des revues étrangères d’un point de vue quantitatif, puisqu’elles représentent un ensemble non négligeable (3 474 titres) en regard de l’édition russe (4 081 titres).

  • 64 Imédadzé, 2013, 65.
  • 65 Piaget, Lambercier, 1944.
  • 66 Angiola Massuco Costa, professeur de psychologie expérimentale à l’université de Turin, évoque les (...)

43Enfin, dès les années 1950, les contacts directs avec les savants étrangers étaient possibles, bien qu’ils soient difficiles. Natéla Imédadzé remarque, dans le chapitre relatif aux années 1950 de ses mémoires, que « l’Institut entretenait des relations restreintes avec l’étranger. Pourtant, parfois, des psychologues s’intéressant à la théorie de l’attitude arrivaient du Canada et de l’Allemagne64 ». Publiées jusqu’en 1931 dans les revues scientifiques occidentales (Acta Psychologica, Psychologische Forschung), les recherches d’Ouznadzé avaient suscité un vif intérêt à l’étranger. Après la parution de la monographie de Piaget consacrée à des recherches expérimentales sur l’attitude, l’illusion mise en évidence dans la sphère visuelle par le savant géorgien entra dans la terminologie scientifique sous le nom d’« effet Ouznadzé65 ». Plusieurs savants, comme le canadien Raymond L. Herzog ou le japonais Isamu Kawaguchi, se consacrèrent activement aux problèmes de la psychologie de l’attitude. Les archives des années 1960-1970 signalent aussi quelques visites officielles de chercheurs italiens66, américains et ouest-allemands ainsi que la participation de collaborateurs de l’Institut à des congrès internationaux.

44Tous ces détails épars dénotent la relative ouverture de l’Institut Ouznadzé sur le monde occidental, offrant ainsi un terrain propice à l’organisation d’une manifestation scientifique d’envergure internationale.

Dissensions et rapprochements

  • 67 Dans les entretiens qu’ils nous ont accordés, plusieurs psychologues géorgiens évoquent le dévelop (...)

45À l’issue du symposium, nul parmi les savants géorgiens ne pouvait douter que les acquis de l’école géorgienne de psychologie bénéficieraient d’une visibilité accrue et d’une plus vaste diffusion67. Pour certains commentateurs occidentaux, l’école de l’attitude pouvait incarner une promesse. Voici ce qu’un participant écrivit dans son compte rendu du congrès paru dans le Bulletin de la maison de Sigmund Freud à Vienne :

  • 68 Cité par Miller, 2001, 221.

Il est possible que l’école géorgienne de psychologie se révèle la première à réaliser l’intégration d’une théorie de l’inconscient dans le champ plus vaste de la psychologie générale. S’il en est ainsi, nous verrons peut-être comment franchir l’abîme qui traditionnellement sépare la psychanalyse du courant dominant de la psychologie classique68.

  • 69 Leïbin, 2018.

46Cependant, le déroulement du symposium ne suscita pas toujours des réactions enthousiastes chez les participants. La raison principale en est que, malgré l’approbation des pouvoirs politiques, il n’était pas question de donner libre cours aux controverses professionnelles et aux débats scientifiques et idéologiques. L’intitulé même du congrès, Symposium sur le problème de l’activité psychique non consciente, est marqué du sceau de la censure. Un an avant la rencontre, le Comité central du Parti communiste n’aurait pas admis qu’il comporte le mot « inconscient », pourtant approuvé en 1978 avec la parution des trois volumes de communications69.

  • 70 Chertok, 1990, 173.
  • 71 Sur la psychiatrie punitive en URSS, voir Dufaud, 2021.
  • 72 Roudinesco, 1986, 644-648.
  • 73 Entretien avec Nodar Sarjveladzé, 2020. Sarjveladzé effectua en 1978 une année de stage d’étude à (...)

47En particulier, la délégation française, divisée du fait de ses conflits internes, fut mécontente de ce que quelques-uns de ses membres perçurent comme la censure de certains thèmes de discussion par les Soviétiques. Et pour cause. Selon Chertok, à Tbilissi, les Français eurent l’impression « d’affronter la bête dans son antre, […] bien décidés à provoquer jusqu’à ce qu’on les “censure”. Et dès qu’ils auraient réussi, crac ! Ils sortiraient leur pétition contre les internements psychiatriques70 ». Quelques-uns boycottèrent même le congrès, estimant que leur présence contribuerait à légitimer la profession psychiatrique soviétique, qui avait été contrainte de quitter l’Association mondiale de psychiatrie en raison des accusations de mauvais traitements cliniques infligés aux dissidents71. Par ailleurs, les Français déploraient l’absence de clarté quant au type de matériau psychanalytique – cas clinique ou études théoriques – que les organisateurs soviétiques jugeaient acceptable dans les interventions72. Nodar Sarjveladzé se souvient de la posture de la délégation française, qui tentait de politiser les débats en saisissant tous les prétextes, et de l’inquiétude des organisateurs soviétiques, conscients que toute dérive du symposium pouvait leur attirer des ennuis : « Pour les psychanalystes français, la politique était partout et, pour eux, le colloque de Tbilissi était aussi de la politique. Le mot même a été constamment utilisé de manière à susciter l’intérêt du KGB. En conséquence, Cherozia a été convoqué au KGB pour une conversation73. »

  • 74 Imédadzé, 2013, 91.
  • 75 Chochine, 1989, 108.
  • 76 Rollins, 1980, 226.

48En deçà de ces enjeux politiques, ce furent aussi les conditions même d’un dialogue scientifique qui furent mises en question. Natéla Imédadzé fait état de la difficulté d’échanger du point de vue de la communication comme sur le plan sémantique : « Malheureusement, nous parlions des langues différentes au sens propre comme figuré du terme74. » En effet, les congressistes n’entendaient pas de la même manière, tant s’en faut, l’inconscient, mot clé de la discussion : « Les interprétations de ce terme divergeaient au point de constituer un sérieux obstacle pour la compréhension d’une grande partie des problèmes soulevés, obstacle beaucoup plus grave que ceux qu’on a coutume d’attribuer à la fameuse “barrière linguistique”75. » Nancy Rollins, psychiatre américaine, parle aussi de certains problèmes qu’elle rencontra avec ses collègues d’Europe occidentale : « J’ai eu l’impression d’une équipe de scientifiques étudiant un éléphant les yeux bandés. […] L’école d’Ouznadzé avait étudié l’inconscient dans des expériences de laboratoire sur les attitudes perceptives, alors que les psychanalystes l’avaient fait par la méthode de la libre association, en grande partie chez les patients névrosés76. » Si ces dissensions méthodologiques et conceptuelles semblent recouvrir une « confrontation des blocs », les divergences sont nettement plus complexes :

  • 77 Chertok, 1980, 18.

On ne se trouvait pas devant deux groupes, l’Est et l’Ouest, possédant chacun une unité conceptuelle. Bassine et Cherozia par exemple sont plus proches de certains psychanalystes occidentaux que de Botchorichvili et de Nakabadze, pour qui l’inconscient n’est qu’une hypothèse superflue. Position qui est également représentée à l’Ouest par des chercheurs comme Kratchmer ou Makenzie77.

  • 78 Leïbin, 2012, 66.
  • 79 Pružinina, 2015, 481.
  • 80 Correspondance avec N. Avtonomova, 2020.
  • 81 Chertok, 1980, 20.

49Néanmoins, en URSS, certains exprimèrent leur enthousiasme. Pour Leïbin, le symposium de Tbilissi s’avéra une sorte de tremplin qui lui permit de « surmonter l’immense étendue qui séparait le jeune chercheur des instituts scientifiques détenant le trésor mondial de la connaissance psychanalytique78 ». En effet, certains congressistes perçurent le symposium comme une fenêtre ouverte sur un vaste monde scientifique jusque-là méconnu : « Devant les savants soviétiques s’est immédiatement déployé un immense tableau des approches existantes en Occident sur le concept d’inconscient, se sont ouvertes de nouvelles voies pour repenser cette problématique79. » D’autres, comme Avtonomova, s’émerveillèrent de la richesse affective et intellectuelle des contacts qui parvinrent à s’établir entre eux et les savants occidentaux, dont ils n’avaient auparavant qu’une connaissance livresque : « Pour moi, c’était une possibilité d’un vrai contact, quoique court, avec des personnes dont je connaissais déjà le travail80. » Pour les initiateurs de cette rencontre, le symposium a apporté une ouverture indiscutable : « Quoi qu’il en soit, un dialogue important s’est amorcé au cours de ces cinq jours, certes pas au-delà, ni à côté des réalités politiques, mais peut-être en dépit de et malgré elles81. »

  • 82 Miller, 2001, 221.

50Ainsi, malgré les dissensions entre délégations nationales et en dépit de l’affirmation réitérée par les scientifiques soviétiques de leur attachement au matérialisme dialectique comme facteur explicatif global, le symposium forma un lieu au sein duquel furent esquissées des tentatives de dialogue ouvert avec les collègues occidentaux. Dans cette perspective, Miller estime que « dans le contexte élargi de la compétition politique avec l’Occident au sein de la guerre froide, Cherozia et ses collègues adoptent un comportement modéré par rapport aux positions politiques soviétiques. Ils sont, du point de vue de la direction du Parti, clairement favorables à une coopération pacifique avec l’ennemi capitaliste82 ». Ceci se confirme dans le texte de conclusion de la « monographie collective » de 1978. Les organisateurs du symposium y maintiennent leurs positions en faveur d’une approche méthodologique marxiste des problèmes de l’inconscient. Cependant, ils ajoutent :

  • 83 Pranguichvili, Cherozia, Bassine, 1978, 734.

Ce serait une erreur d’interpréter cette position comme un refus de vouloir comprendre le point de vue de nos adversaires et de coopérer avec eux dans des domaines où les différences sont plus de forme que de fond et ont tendance à refléter l’histoire particulière de l’évolution des recherches et les traditions établies, plutôt qu’une adhésion à des systèmes philosophiques et des principes méthodologiques précis. Un tel refus impliquerait l’intolérance et empêcherait manifestement notre savoir de progresser83.

51En conclusion, notre parti pris de déplacer le regard sur une région périphérique de l’Union soviétique, la Géorgie, permet de saisir la voie étroite par laquelle les théories freudiennes ont pu être réintroduites officiellement en URSS ainsi que le rôle de l’école d’Ouznadzé dans ce processus, qui marque l’histoire de la psychologie soviétique et dont l’aboutissement fut le Symposium international de Tbilissi sur l’inconscient. L’étude de cet événement offre un poste d’analyse privilégié, permettant de croiser l’histoire de la guerre froide et l’histoire des sciences humaines. Elle montre qu’au-delà des antagonismes, il fut possible d’établir des relations scientifiques sur ce sujet cristallisant tant de controverses et de zèle critique du côté soviétique qu’était alors la psychanalyse. Même si, pour des raisons autant intellectuelles qu’idéologiques, les échanges scientifiques qui ont eu lieu lors de ce congrès n’ont pas forcément abouti à un dialogue intellectuel fécond et à des formes d’internationalisation des savoirs, ils représentent une tentative de rapprochement contribuant à nourrir la connaissance mutuelle entre intellectuels occidentaux et soviétiques.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Archives et imprimés

Archives de l’Académie des sciences de Géorgie, fonds 42, Institut de psychologie, documents généraux, no 792 : les projets des collaborations scientifiques de l’Institut avec l’étranger pour l’année 1976.

Archives de l’Académie des sciences de Géorgie, fonds 42, Institut de psychologie, documents privés, no 16 : Serge Tsouladzé.

Komunisti [Le Communiste], 1979 (26 septembre).

Literaturuli Sakartvelo, [La Géorgie littéraire], 1979 (28 septembre).

Entretiens et correspondance

Avtonomova, N., directrice de recherches à l’Institut de philosophie de l’Académie des sciences de Russie, correspondance par courrier électronique, janvier-février 2020.

Eligoulachvili, E., psychanalyste et ancien chercheur à l’Institut Ouznadzé, entretien téléphonique, Paris, janvier 2020.

Gomélaouri, M., chercheure en psychologie sociale à l’Institut Ouznadzé, entretien téléphonique, Tbilissi, juin 2021.

Imédadzé, I., directeur de l’Institut Ouznadzé, correspondance par courrier électronique, avril 2020-décembre 2020.

Kotétichvili, I., chercheuse en psychologie de l’enfant à l’Institut Ouznadzé, entretien téléphonique, Tbilissi, mai 2020.

Kvartskhava, R., professeur en psychologie de l’Université d’Etat de Tbilissi, entretien téléphonique, Tbilissi, avril 2020.

Sakvarélidzé, R., chercheur en psychologie à l’Institut Ouznadzé, entretien téléphonique, Tbilissi, juillet 2021.

Sarjveladzé, N., chercheur en psychologie sociale à l’Institut Ouznadzé, entretien privé, Tbilissi, mars 2020.

Tarassachvili, E., nièce de S. Tsouladzé, correspondance par courrier électronique, décembre 2020.

Bibliographie

Bassine, P., 1968, Problema bessoznatel’nogo [Le problème de l’inconscient], Moscou, Medicina.

Berulava, N., 1967, Dimitri Uznaje [Dimitri Ouzndazé], Tbilissi, Mecniereba.

Bogdančikov, S., 2014, « Škola Uznadze v sisteme sovetskoj psihologii » [L’école d’Ouznadzé dans le système de la psychologie soviétique], Voprosy psihologii, 3, p. 131-141.

Charle, C., 1994, « Ambassadeurs ou chercheurs ? Les relations internationales des professeurs de la Sorbonne sous la IIIRépublique », Genèses. Sciences sociales et histoire, 14, p. 42-62.

Cherozia, A., 1969, K probleme soznaniâ i bessoznatel’nogo psihičeskogo, opyt issledovaniâ na osnove dannyh psihologii ustanovki [Le problème de la conscience et du psychisme inconscient, les recherches basées sur les données de la psychologie de l’attitude], Tbilissi, Mecniereba.

Cherozia, A., 1989, « Deux approches différentes du problème de la conscience et de l’inconscient psychique », dans Pranguichvili, A., Bassine, F., Chochine, P. (dir.), L’inconscient, la discussion continue, Moscou, Éditions du Progrès.

Chertok, L., 1980, « Vincennes à Tbilissi ou l’art de dialoguer », La nouvelle critique, 130, p. 18-20.

Chertok, L., 1990, Mémoires d’un hérétique, Paris, La Découverte.

Chochine, P., 1989, « Place de l’inconscient dans la structure psychique », dans Pranguichvili, A., Bassine, F., Chochine, P. (dir.), L’inconscient, la discussion continue, Moscou, Éditions du Progrès.

Defrance, C., Kwaschik, A. (dir.), 2016, La guerre froide et l’internationalisation des sciences. Acteurs, réseaux, institutions, Paris, CNRS Éditions.

Dufaud, G., 2021, Une histoire de la psychiatrie soviétique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Erdmann, K. D., 1990, « Les congrès internationaux des sciences historiques », Relations internationales, 62, p. 201-211.

Etkind, A., 1992, « L’essor et l’échec du mouvement “paidologique”. De la psychanalyse au “nouvel homme de masse” », Cahiers du monde russe et soviétique, 33 (4), p. 387-418.

Etkind, A., 1995, Histoire de la psychanalyse en Russie, Paris, Presses universitaires de France.

Graham, L. R., 1987, Science, Philosophy, and Human Behavior in the Soviet Union, New York, Columbia University Press.

Heilbron, J., Guilhot, N., Jeanpierre, L., 2009, « Internationalisation des sciences sociales. Les leçons d’une histoire transnationale », dans Sapiro, G. (dir.), L’espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation, xixe-xxe siècle, Paris, La Découverte, p. 319-346.

Imédadzé, I., 2010, « 1952 clis diskusia D. Uznajis gancqobis fsikologiis garšemo » [Discussions de 1952 autour de la théorie de l’attitude], Fsik’ologiis Macne, 1, p. 18-43

Imédadzé, I., 2014, Fsik’ologiis istoria antikuri xanidan č’ven dromde [Histoire de la psychologie de l’Antiquité à nos jours], Tbilissi.

Imédadzé, I., 2015, « Škola Uznadze, štrihi k istorii » [L’école d’Ouznadzé, les éléments d’histoire], Voprosy psihologii, 2, p. 120-130.

Imedaje, N., 2013, Č̕emi cxovreba, etapebi, epizodebi [Ma vie, les étapes, les épisodes], Tbilisi, Globusi.

Kvachakhia, V., 1980, « Obsuždenie problemy vzaimootnošeniâ soznaniâ i bessoznatel’nogo » [Le problème de la relation entre la conscience et l’inconscient], Filosofskie nauki, 2, p. 149-152.

Leïbin, V., 2012, Psihoanalitičeskaâ tradiciâ i sovremennost’ [Tradition psychanalytique et modernité], Moscou, Kogito-Centr.

Leïbin, V., 2018, Lekciâ V. M. Lejbina v ramkah Simpoziuma po bessoznatel’nomu v Rostove-na-Donu [Séminaire de V. Leïbin dans le cadre du Symposium sur l’inconscient à Rostov-sur-le-Don], en ligne : https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=N-MM4i8O3-w (consulté le 18 mars 2022).

Massuco Costa, A., 1977, Psychologie soviétique, Paris, Payot.

Mazin, V., 2019, Bessoznatel’noe v sovetskom Tbilisi [L’inconscient dans le Tbilissi soviétique], Saint-Pétersbourg, Skifiâ-print.

Miller, M., 2001, Freud au pays des soviets, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond.

Piaget, J., Lambercier, M., 1944, « Essai sur un effet d’Einstellung survenant au cours de perceptions visuelles (effet Uznadze) », Archives de psychologie, 30, p. 139-196.

Pranguichvili, A., Cherozia, A., Bassine, P. (dir.), 1978, Bessoznatel’noe, priroda, funkcii, metody issledovaniâ [The Unconscious, Nature, Functions, Methods of Study], vol. 3, Tbilissi, Mecniereba.

Pranguichvili, A., Cherozia, A., Bassine, P., 1980, « Meždunarodnyj simposium po probleme neosoznaemoj psihičeskoj deâtel’nosti » [Symposium international sur l’activité psychique inconsciente], Voprosy psihologii, 2, p. 181-185.

Pranguichvili, A., Bassine, F., Chochine, P. (dir.), 1989, L’inconscient, la discussion continue, Moscou, Éditions du Progrès.

Proujinina, A., 2015, « Vospominaniâ Tbilisi » [Souvenirs de Tbilissi], dans Toposy filosofii Natalii Avtonomovoj. K ûbileû, Moscou, Rossijskaâ političeskaâ enciklopediâ, p. 472-490.

Rollins, N., 1980, « A Critique of Soviet Concepts of Consciousness and Unconsciousness », Interaction, 3 (4).

Rotenberg, V., 2015, Triumf bessoznatel’nogo [Le triomphe de l’inconscient], en ligne : https://ridero.ru/books/triumf_bessoznatelnogo/ (consulté le 14 mars 2022).

Roudinesco, É., 1986, La bataille de cent ans. Histoire de la psychanalyse en France, vol. 2, 1925-1985, Paris, Éditions du Seuil.

Roustaveli, C., 1964, Le chevalier à la peau de tigre, traduit du géorgien et présenté par S. Tsouladzé, Paris, Gallimard.

Serrano, S., 2008, « La Géorgie post-soviétique. Lost in transition ? » Revue Tiers Monde, 193, p. 67-90.

Siegelbaum, L. H., 1990, « Okhrana Truda. Industrial Hygiene, Psychotechnics, and Industrialization in the USSR », dans Gross Solomon, S., Hutchinson, J. F. (dir.), Health and Society in Revolutionary Russia, Bloomington, Indiana University Press, p. 224-245.

Xojava, Z., Berulava, N., 2018, Fsikologiis leksikoni [Dictionnaire de psychologie], Tbilissi, Intelekti.

Haut de page

Notes

1 Heilbron, Guilhot, Jeanpierre, 2009, 319-346 ; Defrance, Kwaschik (dir.), 2016.

2 Serrano, 2008, 68.

3 Rotenberg, 2015.

4 Mazin, 2019, 30.

5 Sur l’histoire de la psychanalyse en URSS, voir Etkind, 1995 ; Miller, 2001.

6 Bol’šaâ Sovetskaâ Ènciklopediâ, izdanie III [Grande encyclopédie soviétique, 3e édition], en ligne : http://bse.uaio.ru/BSE/0302.htm#p1622 (consulté le 5 septembre 2021).

7 Vladimir Soloviev (1853-1900) est un philosophe russe qui a élaboré une conception du monde dans laquelle la rationalité occidentale et la contemplation orientale s’intégraient en une synthèse de science, de philosophie et de religion.

8 Il partit en Allemagne en 1925 pour prendre connaissance des programmes d’enseignement des universités allemandes et pour doter son laboratoire de nouveaux matériels scientifiques.

9 Pendant trente ans, l’Institut de psychologie de Tbilissi resta la seule structure de recherche attachée à l’Académie des sciences dans le domaine de la psychologie de toute l’URSS.

10 Berulava, 1967.

11 Sur la paidologie et la psychotechnique en URSS, voir Etkind, 1992, 387-418 ; Siegelbaum, 1990, 24-245.

12 Entretien avec R. Sakvarélidzé, 2021.

13 Miller, 2001, 183.

14 Ibid., 184.

15 Ibid., 185.

16 Cité par Miller, 2001, 184.

17 Berulava, 1967.

18 Entretien avec M. Gomélaouri, 2020.

19 Imédadzé, 2015, 120-130.

20 Imédadzé, 2010, 23.

21 Ibid., 42.

22 Bogdančikov, 2014, 131-141.

23 Correspondance avec I. Imédadzé, 2020.

24 Miller, 2001, 205.

25 Cherozia, 1989, 10.

26 Cette idée du psychisme humain englobant la conscience et l’inconscient psychique, indissolublement liés entre eux, mais de manière contradictoire, est incarnée par un dessin, emprunté à un manuscrit géorgien du xiie siècle et choisi par Cherozia pour devenir l’emblème du symposium de Tbilissi. Il représente une sorte de centaure mi-homme mi-lion, qui pointe son arc, sans y avoir mis de flèche, vers sa propre queue ayant la forme d’un dragon furieux. Le sagittaire n’est pas capable d’atteindre le monstre, mais lui non plus n’est pas en mesure de dévorer l’homme. À la demande de Cherozia, le centaure a été placé à l’intérieur d’un cercle noir, comme limitant ses possibilités de connaissance de soi. Seule sa patte sort du cercle, faisant un pas dans l’inconnu sans que le sagittaire en ait conscience, son regard étant dirigé en arrière vers le dragon.

27 Pranguichvili, Bassine, Chochine, 1989, 5.

28 Nodar Sarjveladzé considère qu’aux yeux de certains psychologues géorgiens, la double affiliation disciplinaire de Apollon Cherozia lui ôtait la légitimité d’organiser un événement de cette envergure en psychologie. Entretien avec Nodar Sarjveladzé, 2020.

29 Cherozia, 1969 ; Bassine, 1968. Rotenberg compare l’ouvrage de Bassine au cheval de Troie : « Le livre et les publications ultérieures de Philippe Veniaminovich [Bassine] qui, à première vue, semblaient fidèles à l’idéologie officielle, ont brisé les barrières, ont introduit le problème de l’inconscient dans le milieu scientifique et ont finalement rempli la fonction de cheval de Troie. Philippe Veniaminovich a fait plus pour légitimer ce problème en URSS que tout autre scientifique. »

30 Kvachakhia, 1980, 149.

31 Correspondance avec N. Avtonomova, 2020.

32 Erdmann, 1990.

33 Rotenberg, 2015.

34 Correspondance avec N. Avtonomova, 2020.

35 Mazin, 2019, 59.

36 Graham, 1987, 215.

37 Pranguichvili, Cherozia, Bassine, 1980, 183.

38 Lev Vygotski (1896-1934), Alexis Léontiev (1903-1979) et Sergueï Rubinstein (1889-1960) sont des psychologues soviétiques qui ont renouvelé la compréhension des processus psychologiques chez l’homme. Les travaux de Vygotski et de Léontiev portèrent sur la psychologie du développement tandis que Rubinstein fut le fondateur de la tradition marxiste en psychologie soviétique.

39 Chertok, 1990, 170.

40 Ibid.

41 Archives de l’Académie des sciences de Géorgie, fonds 42, dossier 792, 4-5.

42 Pranguichvili, Bassine, Chochine, 1989, 7.

43 Proujinina, 2015, 478.

44 Correspondance avec N. Avtonomova, 2020.

45 Komunisti [Le Communiste], 1979, 2.

46 Literaturuli Sakartvelo [La Géorgie littéraire], 1979, 4.

47 Miller, 2001, 220.

48 Charle, 1994, 42-62.

49 Miller, 2001, 214.

50 Chertok, 1990, 169.

51 Roudinesco, 1986, 644.

52 Mazin, 2019, 43.

53 Correspondance avec E. Tarassachvili, 2020.

54 Ibid.

55 Roustaveli, 1964.

56 Archives de l’Académie des sciences de Géorgie, fonds 42, dossier 16, 6.

57 Entretien avec E. Eligoulachvili, 2020.

58 Entretien avec I. Kotétichvili, 2020. Kotétichvili a introduit les méthodes de Jean Piaget dans le champ d’étude de la psychologie de l’enfant en Géorgie. Elle nous a relaté sa déception quand, à la fin des années 1950, la publication de sa traduction en géorgien de La psychologie de l’intelligence, texte majeur du psychologue suisse, a été refusée, sous prétexte que la version russe de l’ouvrage n’avait pas encore vu le jour. Cet exemple incite à s’interroger sur les inégalités dans la production et la diffusion des connaissances dans le contexte soviétique, marquées par des asymétries entre centre et périphérie.

59 Leïbin, 2012, 64.

60 Xojava, Berulava, 2018.

61 Imédadzé, 2014, 692.

62 Entretien avec R. Kvartskhava, 2020.

63 Imédadzé, 2013, 63.

64 Imédadzé, 2013, 65.

65 Piaget, Lambercier, 1944.

66 Angiola Massuco Costa, professeur de psychologie expérimentale à l’université de Turin, évoque les échanges scientifiques des écoles italiennes d’orientation fonctionnelle avec les psychologues soviétiques et cite comme exemples certains instituts italiens de psychologie qui procèdent depuis les années 1960 à la vérification des hypothèses et des résultats de leurs collègues géorgiens. Voir Massuco Costa, 1977, 236.

67 Dans les entretiens qu’ils nous ont accordés, plusieurs psychologues géorgiens évoquent le développement des canaux de communication et des habitudes de coopération entre eux et les Occidentaux à partir des années 1980 comme une conséquence directe du symposium de Tbilissi.

68 Cité par Miller, 2001, 221.

69 Leïbin, 2018.

70 Chertok, 1990, 173.

71 Sur la psychiatrie punitive en URSS, voir Dufaud, 2021.

72 Roudinesco, 1986, 644-648.

73 Entretien avec Nodar Sarjveladzé, 2020. Sarjveladzé effectua en 1978 une année de stage d’étude à la Maison des sciences de l’homme à Paris, dans le cadre d’un programme d’échanges universitaires entre la France et l’URSS. Il rédigea un travail de recherche sous la direction de Serge Moscovici, fit connaissance avec Chertok, lit Freud et assista aux séminaires de Lacan. De retour en Géorgie, il participa à l’organisation du symposium.

74 Imédadzé, 2013, 91.

75 Chochine, 1989, 108.

76 Rollins, 1980, 226.

77 Chertok, 1980, 18.

78 Leïbin, 2012, 66.

79 Pružinina, 2015, 481.

80 Correspondance avec N. Avtonomova, 2020.

81 Chertok, 1980, 20.

82 Miller, 2001, 221.

83 Pranguichvili, Cherozia, Bassine, 1978, 734.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Emblème du Symposium international sur l’inconscient de Tbilissi, 1979
Légende Source de l’image : Pranguichvili, A., Bassine, F., Chochine, P. (dir.), 1989, L’inconscient, la discussion continue, Moscou, Éditions du Progrès.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/6955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 2 : Détail du manuscrit géorgien du xiie siècle
Légende Source de l’image : Amiranachvili, Ch., 1971, Kartuli khelovnebis istoria [L’histoire de l’art géorgien], Tbilissi, Metsniereba.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/6955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tamara Svanidzé, « Le Symposium international sur l’inconscient de Tbilissi, 1979 »Revue d’histoire des sciences humaines, 40 | 2022, 133-160.

Référence électronique

Tamara Svanidzé, « Le Symposium international sur l’inconscient de Tbilissi, 1979 »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 40 | 2022, mis en ligne le 20 juin 2022, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/6955 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.6955

Haut de page

Auteur

Tamara Svanidzé

Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE), Institut national des langues et civilisations orientales

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search