Navigation – Plan du site
Dossier

Homogénéiser la profession pour faire science ?

L’économie aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale
Camila Orozco-Espinel
p. 67-91

Résumés

L’article revient sur la période de l’après-guerre pour éclairer la question du « faire science » de l’économie à partir de la constitution des critères d’appartenance à cette discipline. Il reconstitue une séquence à travers laquelle la constitution de critères d’appartenance et l’homogénéisation du corps disciplinaire se sont cristallisées : la standardisation des programmes de l’enseignement supérieur et en particulier du diplôme de doctorat. En s’appuyant sur une analyse du Rapport Bowen, l’article se focalise sur le rôle de l’American Economic Association dans ce processus et analyse les défis associés à l’hétérogénéité et à l’absence de certification pour une discipline en plein processus de professionnalisation et en quête de légitimité. Les économistes contemporains revendiquent bien souvent l’exceptionnalité de leur discipline au sein des sciences humaines et sociales en mettant en avant son caractère consensuel. L’article montre que constitution de critères d’appartenance et l’homogénéisation du corps disciplinaire sont essentielles pour créer les conditions de ce consensus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Économie avec É majuscule sera utilisé ici pour désigner la discipline et ceci pour deux raisons. (...)
  • 2 Pour des exemples d’homogénéisation de l’Économie, voir les articles recueillis dans From Interwar (...)

1Les économistes contemporains revendiquent bien souvent l’exceptionnalité de leur discipline au sein des sciences humaines et sociales. À la différence de nombreuses autres disciplines, au premier rang desquelles la sociologie, l’Économie1 serait bien plus proche des sciences dites de la nature. Le critère de la mathématisation de ses procédures et résultats sert le plus souvent à justifier un tel discours. Le présent article souhaite toutefois éclairer la question du « faire science » de l’Économie selon une voie moins empruntée : celle de l’homogénéisation des critères d’appartenance à cette discipline2.

  • 3 Was very much in the process of defining itself and its social roles (Morgan et Rutherford, 1998, (...)

2Si, pendant l’entre-deux-guerres, il était possible de faire de l’Économie de différentes façons, la période de l’après-guerre est un moment central de la consolidation des critères d’appartenance de la discipline. Plus concrètement, au cours de ces années, des critères de démarcation d’un espace d’autorité professionnelle et de légitimité scientifique de la discipline se sont cristallisés. Comme Mary S. Morgan et Malcolm Rutherford l’indiquent, au sortir de la guerre, l’Économie – la profession – « était en plein processus d’autodétermination et de définition de ses rôles sociaux3 ».

  • 4 Il est important de rappeler que les disciplines se caractérisent par trois dimensions : enseignem (...)

3Nous souhaitons revenir sur cette période et reconstituer une séquence au cours de laquelle la constitution de critères d’appartenance à la discipline et l’homogénéisation de son corps se sont cristallisées. L’articulation de ces deux éléments visait à rendre plus nette la ligne de partage entre la « science » des « économistes » et l’opinion des profanes et donc à garantir la professionnalisation du métier d’économiste. Celle-ci est centrale dans les revendications de l’autorité de la science dans lesquelles les économistes mettent en avant le caractère consensuel de leur discipline4. En étudiant ce moment, nous espérons saisir les conditions d’homogénéisation de la discipline et mettre en évidence les conditions institutionnelles qui ont rendu possible la reproduction d’un ensemble de pratiques et opinions au sein de la discipline.

4Notre étude repose sur une hypothèse : faire science suppose créer les conditions d’un consensus.

  • 5 Les termes doctorat et PhD sont ici utilisés comme des synonymes mais toujours rapportés au systèm (...)
  • 6 Voir par exemple Colander et Klamer, 1987 ; Colander, 2007.
  • 7 Voir par exemple Fourcade, 2009, 77.

5La standardisation des programmes de l’enseignement supérieur et en particulier du diplôme de doctorat est une étape clé dans le processus d’affermissement et d’homogénéisation des critères d’appartenance à la discipline5. L’American Economic Association (AEA) a joué un rôle central dans ce processus. Nous allons nous focaliser ici sur les efforts de cette association à cette fin. Pour ce faire, nous nous appuierons sur de la littérature grise, le dit Rapport Bowen. Publié en 1953, ce rapport est issu des travaux menés entre 1949 et 1952 par un comité nommé par l’AEA pour évaluer les programmes de master et de doctorat en Économie à l’échelle nationale. Howard Rothmann Bowen (1908-1989) était le directeur de ce comité. Certes, les études sur la formation des économistes aux États-Unis ainsi que sur leur professionnalisation ne manquent pas6, mais le Rapport Bowen reste un document très peu étudié. Les travaux sur l’utilisation croissante des outils mathématiques dans la discipline après la Seconde Guerre mondiale mobilisent certes ce rapport7, mais les conditions historiques de sa production ainsi que son rôle – et plus largement celui de l’AEA – dans le processus d’homogénéisation de la discipline restent obscurs. Nous espérons contribuer à combler ces lacunes.

6Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, trois processus convergents ont contribué à intensifier un sentiment qu’il y avait urgence à affermir les critères d’appartenance à la discipline : 1) la progression et la diversification de sa production intellectuelle ; 2) la croissance du nombre de ses étudiants et des économistes ; 3) sa mauvaise image publique. Nous allons d’abord nous arrêter sur ces facteurs avant de revenir sur le cadre des actions de l’AEA et la constitution du comité dont Bowen fut le directeur. Enfin, nous resserrons la focale et nous concentrerons sur le Rapport lui-même, ses constats quant à l’hétérogénéité de la discipline économique tant en matière d’enseignement que de pratique. L’examen portera également sur ses recommandations relatives à la démarcation ainsi qu’à l’homogénéisation de la discipline notamment via la standardisation du diplôme de doctorat.

7Les économistes mobilisent très fréquemment le caractère unifié de leur discipline pour revendiquer l’autorité de leur science et lui assurer ainsi une exclusivité quant à la conception des politiques économiques et une place dominante dans l’espace hiérarchisé des disciplines. Nous ne cherchons pas ici à accepter (ou à récuser) l’idée de consensus, ni comme critère de démarcation entre science et non-science, ni comme principe d’une hiérarchie entre disciplines. Le rôle et la valeur du consensus dans une discipline – comme toute autre caractéristique mobilisée pour démarquer la science d’autres modes d’interrogation sur la nature et la société – ne peuvent être saisis que rapportés à l’ensemble des relations sociales, institutionnelles et intellectuelles dans lesquelles elle s’inscrit. Il ne s’agit pas non plus de nous limiter à signaler des efforts bien circonscrits en vue d’une homogénéisation de la discipline. L’objectif est de revenir sur les conditions historiques de production d’une discipline homogène et capable de reproduire un consensus. Nous espérons ainsi contribuer aux études sur la construction, la cristallisation et la mobilisation du consensus pour faire science dans le champ académique ainsi qu’aux réflexions sur la mobilité ascendante de l’Économie dans la hiérarchie des disciplines, qui résulte au moins pour partie de l’efficacité de ses revendications d’autorité scientifique.

  • 8 The AEA played a notable and constructive part in both world wars by organizing professional exper (...)

8Avant de commencer, il nous faut dire un mot de l’AEA. Cette association a été fondée par un groupe hétéroclite de chercheurs, d’administrateurs universitaires et de personnalités publiques en 1885, au début d’une expansion soutenue de la vie académique étasunienne. Si, au moment de sa fondation, un intérêt politique réformiste articulait ses actions, à la fin du mandat de son premier président, Francis A. Walker (1840-1897), les questions académiques étaient passées au cœur de ses préoccupations. Les deux guerres mondiales furent des périodes d’étroite collaboration entre l’AEA et le gouvernement. Comme les travaux de Michael Bernstein sur l’histoire de l’AEA le montrent, « lors des deux guerres mondiales, l’AEA a joué un rôle important et constructif en proposant à l’administration publique une expertise professionnelle, ainsi qu’en organisant des débats publics et en publiant des études sur les problèmes économiques liés à la guerre et à la paix8 ».

L’Économie à la recherche d’un statut social : les défis de l’après-guerre

Progression et diversification de la production intellectuelle de la discipline

  • 9 À propos des effets sur les sciences sociales de l’expansion de l’action du gouvernement aux États (...)
  • 10 Pendant les années 1940, Taylor a été également vice-président de la Social Science Honor Society, (...)
  • 11 Ce document a été publié en 1950 comme supplément de The American Economic Review.

9Dès les années 1930, durant la crise économique et à l’époque du New Deal, le gouvernement des États-Unis a commencé à jouer un rôle de plus en plus important dans la conduite de la société et, en particulier, dans l’organisation du système économique. Les sciences sociales ont été particulièrement concernées par cette expansion de la sphère d’action gouvernementale. Les années 1940 marquent en effet le début d’une période d’interaction forte entre le gouvernement et les chercheurs en sciences sociales9. Les défis que ce processus impliquait pour l’Économie n’ont pas échappé aux économistes impliqués dans les efforts de l’AEA pour orienter l’enseignement de la discipline. Horace Taylor, institutionnaliste proche de W. C. Mitchell et professeur à Columbia University (New York), en est un personnage central10. Taylor est l’auteur de The Teaching of Undergraduate Economics11, la première étude à l’échelle nationale portant sur la formation des économistes, dont le Rapport Bowen est une continuation. Dans son étude, Taylor établit un lien entre les transformations sociales et l’augmentation et la diversification du volume de la production intellectuelle de l’Économie :

The past two decades have witnessed many extraordinary things, among which—and perhaps because of which—has been an unprecedented increase in thinking and writing about economic theory. The corpus of theory (if one may still speak of it as a single body) has grown apace. (Taylor, 1950, 3‑4)

10Taylor interroge de même dans son rapport les conséquences de ces changements sur l’enseignement pendant le premier cycle de la discipline et préconise de surmonter l’indécision ainsi que d’alléger et clarifier l’ensemble des contenus proposés aux étudiants (Ibid., 3). Pour lui, ceci était fondamental à une époque de développement de la population universitaire.

Croissance du nombre d’étudiants en Économie et d’économistes

  • 12 Sur l’importance du GI Bill pour l’Économie, voir Weintraub, 2014 ; Giraud, 2014.
  • 13 Pour prendre la mesure de l’expansion du système, on peut mentionner que plus de la moitié des col (...)
  • 14 A classical humanities-based education was a luxury that these older students could not afford (We (...)

11Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le système universitaire a connu une phase de croissance. Les actions prises par le gouvernement pour faciliter l’insertion des vétérans de guerre, en particulier le Servicemen’s Readjustment Act de 1944, plus connu sous le nom de « GI Bill », sont fondamentales pour expliquer ce phénomène12. Or, parmi l’importante vague de nouveaux entrants dans le système universitaire, une part importante d’entre eux a choisi l’Économie comme domaine d’étude13. Weintraub signale le profil de ces nouveaux venus, plus âgés et ayant un besoin plus immédiat de qualifications pouvant être rapidement valorisées sur le marché du travail, comme l’une des causes expliquant le choix des formations en Économie : « une éducation classique basée sur les humanités était un luxe que ces étudiants plus âgés ne pouvaient pas se permettre14 ».

12Ainsi, durant l’après-guerre, le nombre d’« économistes » a significativement augmenté. Cette croissance se lit notamment à travers les affiliations à l’AEA ainsi que les souscriptions et ventes de ses publications. En effet, entre 1950 et 1960, le nombre d’affiliations et de souscripteurs à l’AEA n’a cessé d’augmenter (respectivement de 6 631 à 10 837 et de 2 543 à 4 053). En particulier, la progression du nombre de membres junior a plus que doublé, passant de 657 en 1950 à 1 556 en 1960. En ce qui concerne les publications, le nombre de copies imprimées de l’ensemble des publications de l’Association est passé de 10 100 en 1950 à 14 800 en 1960 (Bell, 1951 et 1961).

  • 15 Bell est un personnage clé de l’AEA pendant l’après-guerre. Docteur en Économie de l’Université Ha (...)

13Cette croissance de la discipline a engendré une certaine forme d’optimisme au sein de l’AEA. Ainsi, James Washington Bell (1890-1966)15, secrétaire de l’AEA entre 1936 et 1962, dans le rapport pour son Executive Committee de l’année 1950, concluait, à propos de l’évolution des souscriptions et des ventes des publications de l’Association pendant les années 1940 :

It is safe to conclude from this evidence, therefore, that there is still latitude for continued growth in our membership—not counting on any increase in the popularity of economics as a field of interest. (Bell, 1951, 769)

Trouver des critères d’appartenance à la discipline : un défi pour l’Économie

14Ces nouvelles conditions ont engendré une série de défis pour la discipline. L’analyse de Taylor dans l’introduction de son rapport illustre bien la conscience que les économistes en avaient. Taylor évoque en particulier deux éléments : les réticences publiques qui ont accompagné l’expansion de l’Économie et les inconvénients de l’absence de critères clairs pour définir l’appartenance à la discipline :

  • 16 Nous soulignons.

The effects of these changes on economics, and on the teaching of economics, have been profound. They are profound enough that some thoughtful people must suspect heresy in some of the views pressed by economists. […] Yet economic truth never was as simple as the dogmatists assume; it is more complicated now than it was before. And, in consequence, the dangers of error are greater. The epithet “unsound economics” often reflects nothing more than a difference of opinion. In this connection, it is interesting that many people, who would not venture an opinion on the theory of probability, or about a simple chemical process, express strong convictions about even the most complicated economic questions16. (Taylor, 1950, 2)

15Les difficultés auxquelles l’AEA a été confrontée pour pouvoir estimer le nombre d’« économistes » illustrent bien le caractère flou des critères d’appartenance à la discipline. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, seules des estimations approximatives et indirectes pouvaient être faites. Par exemple, dans le rapport du secrétaire de l’année 1950, Bell mentionne :

  • 17 Le National Roster of Scientific and Specialized Personnel était une agence créée pendant la Secon (...)

16It is not known how many economists there are in the United States just rough estimates can be made. The National Roster17 on December 31 1945, listed some 7 349 formally trained economists as registered, of which 6 188 were males and 1 161 females, with a median age of 35.7 years. Of this total, 1 642 had Ph.D. degrees, 1 923 master’s, 3 133 bachelor’s, and 651 others without degrees. (Bell, 1951, 769)

17Les nombreuses pétitions adressées à l’AEA par ses membres pendant les années 1940 et 1950 attestent de même qu’un besoin de démarcation vis-à-vis des opinions profanes se fait ressentir. Bell signale par exemple dans le rapport du secrétaire de l’année 1953 :

  • 18 Voir aussi par exemple Bell, 1955, 648-649 ; Bell, 1956, 586.

Interest in the status of the economics profession has been revived in the form of a number of petitions received from groups of our members in different parts of the country. These petitions request the Association to do something about formalizing the qualifications of “economist”. Some efforts have been made in the past to define the economist and what he does, but the difficulties of formulating precise specifications of this branch of the social sciences must be apparent to all. (Bell, 1954, 705)18

  • 19 Voir par exemple Taylor, 1950, 1 ; Bowen, 1953, 31‑34.

18Dans les rapports des différentes commissions que l’AEA a nommées pendant cette période ainsi que dans les documents internes de l’association, nous pouvons retrouver de nombreux indices de l’image publique défavorable des économistes ainsi que leur conscience de cette situation19. Le texte de Laurence E. Leamer intitulé A brief history of economics in general education, inclu dans The Teaching of Undergraduate Economics, en est un bon exemple :

Perhaps the favorite educational scapegoat for the “mess we were in” became the social studies and above all economics. (dans Taylor, 1950, 30)

  • 20 Ce fut d’ailleurs à ce moment là que l’utilisation des méthodes quantitatives s’est accentuée dans (...)

19Craig Calhoun a décrit comme « surcroît d’anxiété liée à la recherche d’un statut social » (Calhoun, 2004, 727) cette situation – d’ailleurs partagée par d’autres disciplines des sciences sociales20. L’élan de professionnalisation dans l’Économie y fait écho. Comme les travaux de Everett Hughes sur la constitution du statut de professionnel le montrent, pour tracer une ligne de partage plus nette par rapport aux opinions profanes et assurer une meilleure reconnaissance sociale, une double condition émerge : le monopole sur un domaine, voire la définition des catégories dans lesquelles un tel domaine peut être pensé (Hughes, 1963). Comme d’autres métiers prétendant au statut de profession (pour reprendre les concepts de Hughes), au sortir de la guerre, l’Économie a dû définir et standardiser un type de savoir auquel seuls les membres de la profession pouvaient avoir accès.

L’AEA et le processus d’homogénéisation de l’Économie

  • 21 The recognition of the economist as a professional man compared with the statistician, accountant, (...)
  • 22 Un lien étroit existe entre ses initiatives et les actions mises en œuvre par le gouvernement pour (...)
  • 23 Bell a défini les économistes en trois temps : 1) Par son objet d’étude, à savoir, the whole proce (...)
  • 24 Sur la discussion à l’origine du Committee on the Focusing of Informed Opinion et du Committee on (...)
  • 25 Pour l’information sur le Committee on Consensus et ses rapports (Reports) voir Coats, 1985, 1712.

20Établir « la reconnaissance des économistes en tant que professionnels à l’image d’un statisticien, d’un expert-comptable, d’un avocat, d’un médecin ou encore d’un ingénieur21 » a toujours été l’un des objectifs principaux de l’AEA. Conséquence d’une politique très ouverte, une adhésion à l’AEA n’était ni un critère d’appartenance à la discipline ni un outil de standardisation. Une grande hétérogénéité parmi ses adhérents a toujours caractérisé l’association. En effet, une pluralité de comités a vu le jour durant les années 1940 et 1950 au sein de l’AEA pour déterminer des critères explicites d’appartenance à la discipline et pour homogénéiser sa pratique22. Initialement, l’idée était de connaître et de distribuer dans des catégories le groupe d’économistes. Trois initiatives en particulier méritent d’être rappelées : tout d’abord, la première définition officielle de la profession d’économiste rédigée en 1945 par James Washington Bell, secrétaire de l’AEA, à la demande du National Roster of Scientific and Specialized Personnel23 ; ensuite, les multiples travaux visant à classer les économistes qui travaillaient dans la fonction publique24 ; enfin, la fondation d’un Committee on Consensus. Ce comité a été créé en 1944 à la suite de l’initiative de Frank D. Graham lors de la réunion d’affaires de l’AEA de 1943. Il avait pour but de prendre la mesure du consensus existant dans la discipline pour informer l’opinion publique sur des questions de politique économique25. Comme son ascendant direct, le Committee on the Focusing of Informed Opinion, le Committee on Consensus cherchait à transformer la relation de la discipline avec son public ainsi que l’image que ce dernier avait d’elle. Concrètement, l’idée était de revendiquer pour l’Économie une connaissance spécialisée dont le caractère consensuel était censé témoigner pour ensuite imposer l’exclusivité de cette science en matière d’expertise ès politique économique. La conclusion du rapport du Committee on the Focusing of Informed Opinion revient sur ces points :

The prevailing public confusion on important issues is of grave concern to all intelligent citizens since it is now all but impossible for political leaders to discover the consensus of informed opinion on any question with which they are called upon to deal. In these circumstances your Committee feels that the Association has an opportunity, and an obligation, which it cannot afford to neglect. (Report of the Committee on the Focusing of Informed Opinion, 1944, 425)

  • 26 Voir par exemple les rapports « Agricultural price supports and their consequences » et « The funt (...)
  • 27 L’engagement de l’AEA dans la formation des économistes est visible dans les discussions de l’Exec (...)
  • 28 Had interest and work in economic education and in the preparation of formally-trained economists (...)
  • 29 Pour plus d’informations sur ces demandes, voir Committee on the Undergraduate Teaching of Economi (...)

21Si plusieurs sous-comités du Committee on Consensus ont vu le jour pendant les années 194026, les difficultés rencontrées pour établir un consensus, voir pour trouver une méthode pour le mesurer, rendent compte de l’hétérogénéité que connaissait alors la discipline. Bien que l’AEA n’ait jamais directement suggéré ou adopté de critères précis en termes d’éducation – ou d’expérience – pour définir les « économistes », l’association a focalisé ses efforts pour renforcer les critères d’appartenance à la discipline dans l’enseignement27. En effet, dès sa fondation, l’Association « était intéressée par, et travaillait à l’enseignement de l’économie et à l’instruction d’économistes officiellement formés pour les différentes fonctions sociales (publiques et privées) exercées par les économistes28 ». Dans le contexte de la guerre – et anticipant les défis de l’après-guerre –, l’intérêt de l’Association pour la formation des économistes s’est ainsi renforcé. Les demandes des membres concernant les objectifs et techniques qu’ils étaient censés atteindre et maîtriser en tant qu’enseignants ont, de même, motivé ces réflexions29. Mais ce n’est qu’en 1944, avec la désignation d’Horace Taylor pour diriger The Undergraduate Teaching of Economics and the Training of Economists, que l’AEA s’est directement impliquée dans l’évaluation et le ré-encadrement de l’enseignement de la discipline.

  • 30 Des initiatives dans le même sens ont été menées à l’échelle internationale. Ainsi, en 1953, l’AEA (...)

22Les recommandations de ce rapport cherchaient principalement à prolonger les activités de l’AEA dans cette direction. Concrètement, Taylor a suggéré la constitution de trois comités. Le premier pour étudier les conditions de l’enseignement de l’Économie dans les lycées, le deuxième pour évaluer les programmes de master et de doctorat et le dernier, à un niveau plus général et à vocation permanente, pour étudier et guider l’enseignement de la discipline à tous ses niveaux. Ces trois comités ont vu le jour au cours des années 195030.

  • 31 Pour des détails sur la création du comité dont Bowen a été le directeur, voir Committee on the Un (...)

23En 1949, l’Executive Committee de l’AEA a désigné H. R. Bowen comme directeur du comité chargé d’évaluer les derniers cycles de l’enseignement supérieur. Graduate Education in Economics est le titre du rapport rendu par Bowen et financé par une subvention de la Rockefeller Foundation31. Bien après sa publication, ce document a continué à constituer

[…] the most comprehensive treatment to date of economics as a profession—salaries, market, and status of economists, objectives and standards, recruitment and selection, research and teacher training—, and a survey of the graduate work done in economics in American universities. (American Economic Association, 1957, 507)

  • 32 Il est notamment l’auteur d’Investment in Learning: The Individual and Social Value of American Hi (...)
  • 33 Pour une analyse de The Bowen Episode voir Solberg et Tomilson, 1997 ; Rancan, 2008.

24Docteur en Économie de l’University of Iowa en 1935, Bowen est l’une des figures les plus notables de l’administration universitaire étasunienne et l’auteur d’un ensemble d’ouvrages sur les aspects économiques de l’enseignement supérieur32. Après un premier emploi comme enseignant dans son alma mater, Bowen poursuivit des études postdoctorales en Angleterre à la University of Cambridge et à la London School of Economics. À son retour aux États-Unis, il travailla en tant qu’économiste en chef, d’abord à l’Irving Trust Company (1942-1945), ensuite dans le secteur public, à l’Internal Revenue Taxation du Congrès étasunien (1945-1947). Après cet interlude hors de la sphère académique, Bowen reprit ses fonctions à l’University of Iowa en tant que directeur du département d’Économie (1947-1952), puis comme président de l’Université (entre 1964 et 1969). Entre-temps, il avait été professeur au Williams College, dans le Massachusetts (1952-1955), et plus tard à la Claremont Graduate School, en Californie (1969-1970 et 1974-1984), où il a aussi exercé les fonctions de président (1970-1974). C’est au cours de la période où Bowen dirigeait le département d’Économie de l’University of Iowa qu’eut lieu l’un des cas les plus célèbres de maccarthisme en milieu universitaire : The Bowen Episode33.

Le Rapport Bowen

25Composé de quatorze chapitres dont une introduction synthétisant les conclusions et les recommandations qu’il propose (chapitre 1), le rapport Bowen est construit sur quatre types de sources : 1) des études sur l’éducation supérieure publiées par des organismes administratifs (i. e. American Council of Education) et par différentes associations professionnelles et savantes ; 2) des questionnaires envoyés aux directeurs des départements d’Économie, aux professeurs d’Économie, aux anciens doctorants en Économie ayant obtenu leur diplôme entre 1939 et 1950, aux étudiants qui étaient en doctorat au cours de l’année 1952-1953 et aux employeurs des économistes (dans les secteurs public et privé) ; 3) deux cent cinquante entretiens personnels réalisés auprès de directeurs des départements d’économie, de professeurs, d’étudiants et de leurs employeurs ; 4) cent trente-cinq visites à des institutions offrant des programmes d’études supérieures en Économie.

26Deux objectifs interconnectés ont guidé le travail de Bowen. D’une part, décrire la situation des économistes dans la société étasunienne, comprendre leur rôle et analyser leurs activités (chapitres 2 et 3). D’autre part, examiner les pratiques de recrutement et de formation des économistes, élucider les objectifs de l’enseignement supérieur et analyser les standards en vigueur dans la discipline (chapitres 4 à 14). Un double constat s’en dégage : d’abord la place de plus en plus importante occupée par les économistes dans la société ; puis l’absence de critères clairs pour définir le groupe qu’ils forment :

  • 34 Nous soulignons.

In the United States today several thousand persons of varied backgrounds and interest are serving in capacities in which they are referred to as “economists”34. This number is steadily growing. Individually, many economists are in position of great influence. Collectively, they occupy an important place in our society as formulator of economic ideas, as interpreters of events, as consultants on public and private policy, as administrators, and as teachers. (Bowen, 1953, I)

27Face à ce constat, Bowen insiste sur l’importance de standardiser le diplôme de doctorat. Pour ceci, le rapport recommande concrètement l’incorporation dans le programme de doctorat d’un noyau commun d’outils et de méthodes. Avant de passer à l’analyse de cette recommandation, il est important de présenter le tableau dressé par Bowen d’une discipline hétérogène et mal démarquée des autres pratiques économiques ainsi que le rôle du doctorat dans le système universitaire étasunien.

Un constat sur l’hétérogénéité des « économistes »

  • 35 Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Voir Fourcade, Ollion et Algan, 2015.

28Le rapport est en effet riche en indices sur l’hétérogénéité de l’Économie. D’abord, en ce qui concerne la variété des emplois occupés par les « économistes ». Le rapport nous apprend qu’au début des années 1950, un économiste pouvait occuper différents postes, tant dans le secteur public que privé, à l’université ou ailleurs. Ils effectuaient, de même, une pluralité de tâches : enseignement, recherche, consulting et administration, entre autres. De manière récurrente, plusieurs de ces fonctions pouvaient être réunies dans une même personne et les changements au cours d’une même carrière étaient fréquents. Les trajectoires de carrière ascendantes menaient généralement, cependant, aux fonctions administratives35. En 1940, parmi les 843 personnes ayant reçu un diplôme de doctorat entre 1930 et 1940, 60 % travaillaient dans l’enseignement supérieur, 23 % dans le secteur public et 8 % dans le secteur privé. Parmi les personnes ayant reçu un diplôme de master, 29 % travaillaient dans l’enseignement supérieur, 24 % dans le secteur public et 47 % dans le secteur privé (Bowen, 1953, 10‑11). Bowen en conclut :

In a group so heterogeneous, one may easily question whether characteristics can be found to identify economists or to distinguish them from other professional groups. (Bowen, 1953, 9)

29Bowen dresse ensuite la liste très étendue des intérêts professionnels du groupe. Allant de l’histoire, l’éthique ou la psychologie sociale aux sujets reposant sur l’utilisation des méthodes quantitatives et les mathématiques pures, les personnes susceptibles d’être étiquetées comme économistes pouvaient s’intéresser par ailleurs aussi bien à la collecte et à l’analyse de données qu’aux études abstraites et théoriques. Certains produisaient des analyses détaillées d’activités particulières, d’autres élaboraient des théories globales de l’équilibre général ou publiaient des études panoramiques sur le développement économique mondial.

  • 36 All one needs is to find a job—or a clientele (Bowen, 1953, 10).

30Enfin, Bowen constate que les économistes n’étaient pas non plus soudés par une vision commune de leurs fonctions professionnelles, de même qu’ils ne partageaient pas des méthodes identiques, ne s’accordaient pas sur la portée de la discipline ou les prémisses fondamentales sur lesquelles leurs conclusions théoriques et leurs recommandations de politique économique étaient construites. Au début des années 1950, pour être reconnu en tant qu’économiste, Bowen constatait : « tout ce qu’il faut, c’est trouver un emploi – ou une clientèle36 ».

Standardiser le doctorat : un mécanisme d’homogénéisation

  • 37 Voir, par exemple, Calhoun, 2000.

31Dans un système universitaire comme celui des États-Unis, immergé dans un ensemble dense de relations de marché, diversifié et dispersé géographiquement, les pratiques impersonnelles de certification, tout particulièrement les diplômes de l’enseignement supérieur, constituent le mécanisme à partir duquel les professions académiques se sont reproduites37. Comme le montrent les travaux de Marion Fourcade, la standardisation du doctorat a été l’un des éléments principaux du processus de professionnalisation de l’Économie étasunienne (Fourcade, 2009, 73). Il a joué le rôle de certification des compétences académiques et d’instrument d’organisation professionnelle de l’Économie.

32Pour Bowen,

As the supply of PhD’s grows, an increasing proportion of jobs requiring competence in economics will probably be filled with persons having that degree; at the same time it may become more difficult to secure positions in economics without the degree. (Bowen, 1953, 31)

  • 38 Objectives and standards actually operative cannot easily be communicated to an outside observer. (...)
  • 39 There is no generally accepted sequence of courses and no agreed upon content for given courses. ( (...)
  • 40 More than a third of […] students have not majored in economics in their undergraduate work (Bowen (...)

33Le rapport insiste sur le fait que, pendant la période charnière pour l’Économie qui commence par la crise économique de 1929 et va jusqu’à l’après Seconde Guerre mondiale, les objectifs et standards du diplôme de doctorat étaient encore mal définis. Tant dans les réponses aux questionnaires que durant les entretiens et ses visites, Bowen a constaté que les « objectifs et les normes en vigueur ne peuvent pas être facilement communiqués à un observateur extérieur. Les membres du corps professoral peinent non seulement à avoir une vision objective des standards qu’ils utilisent eux-même, mais aussi à décrire ces standards en termes concrets et spécifiques38. » Pour Bowen, la formation très hétérogène des étudiants inscrits en doctorat renforçait cette situation. Par contraste avec les sciences naturelles, où les licences (undergraduate major) étaient relativement standardisées, le programme de premier cycle en Économie était beaucoup moins formalisé. En conséquence, les étudiants en licence d’Économie des différentes universités – ou même provenant de la même institution – avaient des formations très variées. Comme Bowen le constate, dans les licences d’Économie, « Il n’y a ni une séquence de cours généralement acceptée ni un contenu convenu pour tous les cours donnés39. » Le fait que, dans les programmes de master et doctorat, « Plus d’un tiers [...] des étudiants ne se sont pas spécialisés en Économie dans leur travail de premier cycle40 » aggravait, selon lui, la situation.

  • 41 Have acquired their professional knowledge and skills through individual study or through serving (...)
  • 42 Often considered necessary either at the time an economist begins his academic work or within a fe (...)
  • 43 Regarding the kind of education that is suitable for business economists or that prepares for this (...)
  • 44 For any professional position in economics, economists without formal graduate training are to be (...)

34Les acteurs autodidactes étaient donc nombreux et les pratiques informelles répandues. L’analyse par Bowen des données sur les conditions de travail des personnes qui détiennent des diplômes avancés en Économie souligne qu’une grande partie des économistes « ont acquis leurs connaissances et leurs compétences professionnelles en autodidactes ou à travers une sorte d’apprentissage en étant au service de personnes plus expérimentés41 ». L’éventail des niveaux de formation était de même très varié : il allait de l’absence d’étude formalisée au suivi de formations postdoctorales en Économie. Un schéma cependant se dégage de l’analyse de Bowen. À une extrémité du spectre, on trouve les économistes travaillant dans l’enseignement supérieur et la recherche (academic economists, selon sa typologie) pour qui le diplôme de doctorat était « souvent considéré comme indispensable, soit au moment où l’économiste commence son travail académique, soit quelques années après42 ». À l’extrême opposé, le niveau d’éducation formelle des économistes travaillant dans le secteur privé (business economists) était à la fois moins élevé et plus hétérogène. L’analyse des trajectoires professionnelles de ce groupe a posé des difficultés à Bowen : il lui était impossible d’établir une généralisation « en ce qui concerne le type d’éducation qui convient aux économistes du secteur privé, ou qui forme à ce genre de travail43 ». Entre ces deux groupes, pour les économistes travaillant dans le secteur public (government economists), les diplômes de l’enseignement supérieur (master et doctorat) pouvaient être tenus, dans une certaine mesure, comme des substituts à l’expérience. Toutefois, au cours des années 1940, aucune condition formelle concernant le type de diplôme n’existait dans la fonction publique (Public Service). Ainsi, « pour tout poste en économie, les économistes sans formation officielle de deuxième et troisième cycles se retrouvent, à tous les niveaux, dans la fonction publique fédérale44 ».

Un noyau commun de connaissances et outils

  • 45 Who are to be awarded advanced degrees in economics—regardless of their specific career objectives(...)
  • 46 Bind the profession together and enable economist to of all types and persuasions to communicate w (...)

35Pour standardiser le diplôme afin qu’il puisse devenir le mécanisme de certification des compétences académiques et l’instrument d’organisation professionnelle qu’il est aujourd’hui, Bowen recommandait l’incorporation au programme de doctorat d’un noyau commun dans la formation de tous les étudiants « qui visent à être diplômés dans des études supérieures en économie – quels que soient leurs objectifs spécifiques de carrière45 ». Pour Bowen, concrètement, ce noyau était le minimum irréductible de connaissances (substance) et d’outils (technique) requis pour être économiste. Il s’agissait, d’une part, d’une initiation rigoureuse dans cinq spécialités : théorie économique, histoire économique, histoire de la pensée, statistiques et méthodes de recherche ; d’autre part, de la maîtrise de ce que Bowen appelait des techniques : mathématiques, langues étrangères, droit, comptabilité et techniques socio-psychologiques et historiques. Pour que le noyau commun puisse servir son objectif, « créer une solidarité au sein de la profession » et « permettre aux économistes de tous horizons de communiquer entre eux »46, il devait être conçu comme un tout cohérent mais minimal et compatible avec la spécificité de chaque département et la division du travail entre eux. Bowen soulignait ce dernier point dès la préface du rapport :

  • 47 Nous soulignons.

There is a great virtue in diversity and in division of labor, and advocate for uniformity would be both unwise and fruitless […] I have tried to face the question of what knowledge and abilities economist should have in common, and thus to consider what is the irreducible minimum in the program of education for persons who are to be entitled to call themselves “economists”. Moreover, my recommendations are intended as subjections to be applied in different degrees and in different ways to different departments. My feeling is that each department must interpret these recommendations in the light of its own role, its own objectives, and its own unique history47 (Bowen, 1953, IV-V).

  • 48 Runs a relatively independent “show” and each tries to cover a broad range of specialties (Bowen, (...)

36L’idée était d’inverser la tendance des années 1940, où chaque département « propose un cours relativement indépendant des autres et où chacun tente de couvrir un large éventail de spécialités48 » et de contrebalancer, d’une part, les tendances à l’enfermement dans des déductions logiques et des hypothèses simplificatrices associées au savoir théorique et, de l’autre, la dérive dans des faits désordonnés associée au savoir empirique (Bowen, 1953, 112). Ainsi, pour Bowen, le noyau commun devait être conçu comme une combinaison équilibrée et articulée de savoir empirique et théorique.

  • 49 Pour une analyse bibliométrique de la mathématisation de l’Économie durant le xxe siècle, voir Bac (...)
  • 50 Bob Coats signale par exemple que d’un point de vue conceptuel, les mathématiques ont été une forc (...)

37Dans les recommandations de Bowen, la spécialité théorie du noyau commun démarquait l’espace d’autorité professionnelle et intellectuelle de l’Économie. En effet, loin d’être un enjeu exclusivement intellectuel et abstrait, la définition de ce qu’est la théorie d’une discipline a une importante dimension pratique. Ainsi, par exemple, l’obtention des ressources – institutionnelles et financières – et le prestige et la position des chercheurs étaient étroitement liés à la définition de son contenu (Abend, 2014). Huit matières composaient la spécialité théorie. Les cinq premières définissaient le rang d’action de l’Économie, son objet et sa portée : théorie de la valeur, de la production, de la distribution, de la monnaie et de l’emploi. Les trois dernières rendaient explicite l’importance croissante des mathématiques dans la discipline : théorie de l’équilibre général, des jeux et économie mathématique. Si les mathématiques étaient déjà structurantes dans l’Économie49, elles eurent également un rôle important dans l’homogénéisation de la discipline50.

  • 51 A sufficient orientation in mathematical ideas, symbols, and mode of thought to make economic theo (...)
  • 52 Economics will almost surely lag behind other disciplines (Bowen, 1953, 137). Bowen insiste, cepen (...)

38Simultanément partie des contenus de la spécialité théorie et outil principal du noyau commun, les mathématiques étaient, selon le rapport, nécessaires à la formation de tous les économistes. Concrètement, Bowen recommandait au minimum « une connaissance suffisante en mathématiques, y compris ses symboles et ses schémas de pensée, afin de rendre plus compréhensibles la théorie économique et les statistiques51 ». Pour faire progresser la discipline, un groupe de plus en plus large d’économistes ayant une maîtrise des mathématiques au niveau le plus élevé (mathematical economists) devait être formé. Corollaire de ces mesures – à moyen terme – les cours de troisième cycle en théorie pouvaient et devaient être plus rigoureux en mathématiques – sans quoi, pour Bowen, « l’économie restera immanquablement à traîne derrière les autres disciplines52 ».

  • 53 Sur les tensions entre deux générations concernant la place des langues étrangères dans la formati (...)

39Comme le rapport le montre, durant l’après-guerre elles étaient en train de devenir la langue commune à la discipline et de remplacer les langues étrangères dans la formation des économistes. La tension entre langues étrangères et mathématiques dans la formation des économistes est exemplaire du passage d’une discipline tournée vers les humanities à une discipline « scientifique ». Si, au moment où Bowen a mené son enquête, la matrice de deux langues étrangères était un réquisit dans la plupart des programmes de doctorat en Économie, les témoignages des professeurs et étudiants recueillis dans le rapport mettent en évidence comment elles commencent à être perçues comme obsolètes, notamment par les étudiants53.

40Les nouvelles opportunités de travail qui s’ouvrent aux économistes à la fin des années 1940 engendraient selon Bowen un danger pour l’Économie : l’éloigner des canons de la science. Pour Bowen, l’incorporation d’un noyau commun dans le programme de doctorat renforçait la tendance de la discipline à se mettre du côté de la science. Ainsi, le noyau commun devrait permettre à l’Économie d’harmoniser les tensions entre la dimension professionnelle et académique :

Most graduate professors and other economist feel that the best preparation for professional work in economics consists of education oriented toward scholarship. Even though employment opportunities are expanding to new fields, their formal education should continue to play emphasis on fundamentals and scholarship. Graduate departments of economics should resist any temptation to convert into trade schools. This means, among other things, that there should be a “common core” […] there can be diversity among universities and diversity in the programs of individual students at given universities; but this should not be at the expenses of the basic nucleus of substance and technique which should bind the profession together and which should enable economists of all types and persuasions to communicate with one another. (Bowen, 1953, 2)

41Ceci n’est pas sans rappeler ce que Marion Fourcade, dans son étude comparative de l’Économie en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis, appelle « professional scientism ». Pour Fourcade, dans l’Économie aux États-Unis,

Scientism came to be identified with a “professional outlook”, in the sense of a claim to the objectivity, a focus on analytical capabilities, and a high degree of collective organization and regulation. (Fourcade, 2009, 128)

  • 54 Le terme est de Bowen.
  • 55 Les actions de l’Association of American Universities ont été centrales à ce stade. Voir Bowen, 19 (...)
  • 56 Voir le chapitre 14 du rapport.

42Si les conditions de l’après Seconde Guerre mondiale ont appelé un renforcement des critères d’appartenance à l’Économie, ce processus est indissociable et lié à la quête du statut de « science ». La production et reproduction d’une discipline homogène ainsi que l’accréditation effective des économistes et donc la démarcation des critères d’appartenance à la discipline passe ainsi par la standardisation du diplôme de doctorat. Bowen a anticipé dans le rapport certaines caractéristiques du système académique étasunien et de la structure intellectuelle de l’Économie comme canalisateurs de ce processus54 : d’une part, l’établissement de procédures et de standards relativement uniformes dans les écoles doctorales (graduate schools)55 à un niveau national, d’autre part, la reproduction stable d’un ordre de prestige (entre spécialités et outils de recherche mais aussi parmi les départements et les chercheurs). La concentration de la formation des économistes dans un petit groupe d’universités, et la migration d’étudiants et enseignants entre universités au cours de leur carrière, doivent être ajoutés aux ressorts mentionnés par Bowen56.

Après le rapport

  • 57 Voir Bell, 1954, 704.
  • 58 La discussion du rapport s’est tenue principalement lors d’une table ronde présidée par John Perry (...)

43La volonté de l’AEA de mettre en œuvre les recommandations du rapport et, plus généralement, son compromis dans la formation des économistes sont évidentes dans la phase qui suivit la publication du rapport Bowen. Un an après que l’Executive Committee de l’AEA eut accepté sa publication57, lors de la soixante-sixième réunion de l’Association, le rapport fut présenté et discuté lors d’une table ronde58. La conclusion principale en était l’urgence pour que l’AEA

not let the matter of graduate education drop with the publication of the report but that it takes steps to help implement several recommendations in the report which call for common action. (Miller, 1954, 680)

  • 59 Sur le Ad Hoc Committee on Implementation of the Bowen Report, voir Bell, 1955, 651 et 1956, 586, (...)
  • 60 The need for and character of the appropriate scope of action by the Association on the different (...)

44Dans ce sens, un comité ad hoc, présidé par G. L. Bach, fut formé en 1953 pour étudier la mise en œuvre des recommandations de Bowen59. Ce comité a été dissous en 1955, sans que les réflexions à l’intérieur de l’AEA sur « la nécessité et la nature du champ d’action adopté par l’Association sur les différents niveaux d’enseignement60 » ne s’arrêtent pour autant. Ainsi, par exemple, les deux autres comités que Taylor avait suggérés – avec le comité dont le rapport Bowen est issu – sont nés de cet engagement : le Committee Teacher Education et le Committee on Education.

  • 61 Pour plus d’informations sur le Committee on Teacher Education, voir Bell, 1953, 564, 570 ; Bell, (...)
  • 62 Pour plus d’informations sur le Committee on Economic Education, voir Bell, 1955, 648‑650 ; Bell, (...)

45En 1953, le Committee on Economics in Teacher Education a été créé pour évaluer la manière d’étendre les efforts de l’AEA concernant l’enseignement de l’Économie au niveau du lycée. Ce comité est devenu le Official Committee on Economics in Teacher Education en 1954 et B. W. Lewis en a été élu directeur (Horace Taylor et Archibald McIsaac ont été ses premiers membres61). Mais ce n’est qu’avec la création du Committee on Economic Education, en 1954, que l’Executive Committee de l’AEA a donné un cadre permanent à ses efforts pour encadrer la formation des économistes. À la fin des années 1950, ce comité s’est engagé dans quatre projets : une étude sur les manuels d’Économie (dirigé par P. R. Olson), une étude coopérative de l’état des sciences sociales dans les écoles secondaires, un registre des économistes travaillant dans l’enseignement supérieur publié en 1956 dans le Handbook de l’Association, et l’organisation de plusieurs conférences sur la formation des économistes62.

Des revendications de scientificité basées sur le consensus

  • 63 Si, entre 2000 et 2009, 40,3 % des citations dans l’American Economic Review (AER) correspondaient (...)
  • 64 Voir, par exemple, Colander, 2000. Il est pourtant important de tenir compte, comme John Davis le (...)

46Malgré leurs différences (politiques, méthodologiques et épistémologiques), les économistes synthétisent leurs réflexions sous une forme très intégrée et unifiée. On peut citer trois éléments pour mettre en évidence l’important degré de consensus dans l’Économie : 1) l’utilisation de manuels – beaucoup plus étendue que dans d’autres sciences sociales ; 2) l’homogénéité des standards d’évaluation des économistes pour juger de la qualité de la recherche dans les comités d’attribution de subventions ; 3) le faible degré d’interdisciplinarité des citations63. Ces différents éléments renforcent et sont renforcés par une croyance largement répandue selon laquelle les économistes (tant universitaires qu’employés dans le secteur privé et la fonction publique) sont en accord sur ce qui constitue un problème économique et sur les outils appropriés pour le résoudre. Certes, depuis les années 1980, l’Économie est de moins en moins monolithique, avec les développements massifs en économie expérimentale, neuroéconomie, évolutionnisme et néo-institutionnalisme64. La crise économique de 2007 n’a que renforcé la tension entre la définition de ce qui constitue un problème économique et les outils appropriés pour le gérer.

  • 65 Closely tied to its unified academic discourse and the profession can be treated as a relatively m (...)
  • 66 Recognized body of experts relying on a coherent system of formal “scientific” knowledge rooted in (...)

47Cependant, comme le met en évidence la série d’entretiens menés à la fin des années 2000 par Michael J. Reay, les économistes continuent à mobiliser très fréquemment l’idée du caractère unifié de leur discipline pour revendiquer l’autorité de la science. Pour Reay, le rôle social des économistes est aujourd’hui encore « étroitement lié à son discours académique unifié et la profession peut être considérée comme un ensemble relativement monolithique65 ». L’Économie est une discipline globale qui généralement se présente comme un paradigme universaliste. Les économistes constituent à l’échelle internationale un « corps reconnu d’experts s’appuyant sur un système cohérent de connaissances formelles “scientifiques” enracinées dans le milieu universitaire et intégrées à différents degrés et de différentes façons dans divers milieux locaux à travers le monde66 ». Dans ce sens, Fourcade et al. identifient le consensus existant dans la discipline comme l’un des éléments qui explique la position dominante que les économistes occupent dans le sous-espace (hiérarchisé) des sciences sociales (Fourcade, Ollion et Algan, 2015).

  • 67 Pour des synthèses concernant le lignage du dissensus, voir Solomon, 2001 et Oreskes, 2008. Myriam (...)
  • 68 Certes, une épistémologie du dissensus tâchant de mettre en avant les vertus du pluralisme dans la (...)
  • 69 Les réflexions de Thomas Kuhn, 1962, sur la « science normale » s’y inscrivent. Une discussion act (...)

48Le consensus est en effet régulièrement présenté comme locus de progrès et de rationalité. Dans les études sur la science, deux éléments sont souvent à l’origine de cette assertion épistémologique : la conceptualisation du consensus comme l’aboutissement rationnel des épisodes de changement et de controverse scientifique et sa présentation comme la condition nécessaire à la cumulativité des connaissances67. En ce qui concerne le consensus comme point final rationnel des controverses entre savants, dans la philosophie des sciences, les exemples sont nombreux de récits le présentant comme synonyme de progrès et de succès, voire de vérité chez les réalistes68. Quant au consensus en tant que condition nécessaire pour l’accumulation des connaissances, il repose sur une importante tradition dans le domaine d’études sur la science.69

  • 70 Voir, par exemple, Polanyi, 1958.

49Or, l’idée de consensus comme socle de l’accumulation de connaissances a servi – et ceci à plusieurs reprises – pour justifier et prolonger la domination d’une démarche, d’un ensemble de méthodes voire d’un groupe70. Réfléchir aux conditions qui ont rendu possible l’homogénéisation de la discipline et la reproduction d’un corpus unifié nous a permis ainsi, nous l’espérons, d’aller au-delà de la dimension épistémologique, certes importante, de la valeur d’un consensus dans la quête pour l’autorité de la science de l’Économie. Autrement dit, de ne pas prendre la mobilisation du consensus comme un indice de la scientificité de l’Économie et de saisir ses conséquences sociales et son caractère stratégique (conscient et surtout inconscient).

50En revenant sur la période charnière de l’après-guerre, nous avons pu accéder à un moment clé du processus au cours duquel le consensus a durablement pris corps institutionnellement. En réfléchissant aux circonstances historiques dans lesquelles l’intérêt de standardiser la discipline a été souligné, à la manière dont il a été interprété et aux facteurs sociaux et intellectuels qui ont favorisé sa cristallisation sous la forme d’une institution durable, on se donne les moyens de comprendre l’émergence d’un des principaux arguments mobilisés par l’Économie pour revendiquer sa scientificité et donc mobiliser l’autorité de la science.

Haut de page

Bibliographie

Abend, G., 2014, « The Meaning of “Theory” », Sociology Theory, 26/2, p. 173‑199.

Alpert, H., 1960, « The Government’s Growing Recognition of Social Science », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 327, p. 59‑67.

American Economic Association, 1954, « Papers and Proceedings of the Sixty-sixth Annual Meeting of the American Economic Association », The American Economic Review, 44/2, p. 762.

American Economic Association, 1957, « The Profession of Economist: Educational Requirements and Career Opportunities », The American Economic Review, 47/4, p. 507‑509.

American Economic Association In Memorium : James Washington Bell: 1890-1966, 1967, The American Economic Review, 57/2, p. 676.

Backhouse, R. E., 1998, « The Transformation of U.S. Economics, 1920-1960, Viewed through a Survey of Journal Articles », History of Political Economy, 30, Supplement, p. 85-107.

Bell, J. W., 1945, « A Report on an Experiment by an Ad Hoc Consensus Committee », The American Economic Review, 35/2, Papers and Proceedings of the Fifty‑seventh Annual Meeting of the American Economic Association (May, 1945), p. 422‑447.

Bell, J. W., 1951, « Report of the Secretary for the Year 1950 », The American Economic Review, 41/2, Papers and Proceedings of the Sixty‑third Annual Meeting of the American Economic Association, p. 763‑776.

Bell, J. W., 1952, « Report of the Secretary for the Year 1951 », The American Economic Review, 42/2, Papers and Proceedings of the Sixty‑fourth Annual Meeting of the American Economic Association, p. 714‑728.

Bell, J. W., 1953, « Report of the Secretary for the Year 1952 », The American Economic Review, 43/2, Papers and Proceedings of the Sixty‑fifth Annual Meeting of the American Economic Association, p. 558‑574.

Bell, J. W., 1954, « Report of the Secretary for the Year 1953 », The American Economic Review, 44/2, Papers and Proceedings of the Sixty-sixth Annual Meeting of the American Economic Association, p. 699‑713.

Bell, J. W., 1955, « Report of the Secretary for the Year 1954 », The American Economic Review, 45/2, Papers and Proceedings of the Sixty‑seventh Annual Meeting of the American Economic Association, p. 646‑658.

Bell, J. W., 1956, « Report of the Secretary for the Year 1955 », The American Economic Review, 46/2, Papers and Proceedings of the Sixty-eighth Annual Meeting of the American Economic Association, p. 584‑599.

Bell, J. W., 1957, « Report of the Secretary for the Year 1956 », The American Economic Review, 47/2, Papers and Proceedings of the Sixty‑eighth Annual Meeting of the American Economic Association, p. 694‑704.

Bell, J. W., 1958, « Report of the Secretary for the Year 1957 », The American Economic Review, 48/2, Papers and Proceedings of the Seventieth Annual Meeting of the American Economic Association, p. 611‑624.

Bell, J. W., 1960, « Report of the Secretary for the Year 1959 », The American Economic Review, 50/2, Papers and Proceedings of the Seventy-second Annual Meeting of the American Economic Association, p. 664‑681.

Bell, J. W., 1961, « Report of the Secretary for the Year 1960 », The American Economic Review, 51/2, Papers and Proceedings of the Seventy‑Third Annual Meeting of the American Economic Association, p. 597‑616.

Bell, J. W. (éd.), 1953, « Handbook of the American Economic Association », The American Economic Review, 43/5, p. i-vii, 1-167, 169-187.

Bernstein, M. A., 2008, « A Brief History of the American Economic Association », American Journal of Economics and Sociology, 67/5, p. 1007‑1023.

Bowen, H. R., 1953, « Graduate Education in Economics », American Economic Review, 43/4, p. ii-xv, 1-223.

Bowen, H. R., 1977, Investment in Learning: The Individual and Social Value of American Higher Education, San Francisco, Jossey-Bass.

Bowen, H. R., 1980, The Costs of Higher Education: How much do Colleges and Universities spend per student and how much should they spend?, San Francisco, Jossey-Bass.

Bowen, H. R. et Schuster, J., 1986, American Professors: A National Resource Imperiled, New York, Oxford University Press.

Bowen, H. R., 1988, Academic Recollections, Londres, Macmillan.

Calhoun, C., 2000, « The specificity of American higher education », Comparative Social Research, 19, p. 47-81 (en ligne : http://eprints.lse.ac.uk/42561/1/Calhoun_Specificity_American_Education_2000.doc.pdf)

Calhoun, C., 2004, « Les transformations institutionelles des sciences sociales américaines », dans Heilbron, J., Lenoir, R. et Sapiro, G. (éd.), Pour une histoire des sciences sociales, Paris, Fayard, p. 263‑280.

Coats, A. W. (Bob), 1985, « The American Economic Association and the Economics Profession », Journal of Economic Literature, 23/4, p. 1697.

Colander, D., 2000, « The death of Neoclassical Economics », Journal of the History of Economic Thought, 22/2, p. 127‑143.

Colander, D., 2007, The Making of an economist, Redux, Princeton, Princeton University Press.

Colander, D. et Klamer, A., 1987, « The Making of an Economist », The Journal of Economic Perspectives, 1/2, p. 95‑111.

Cole, S., 1983, « The Hierarchy of the Sciences? », American Journal of Sociology, 89/1, p. 111‑139.

Committee on the Undergraduate Teaching of Economics and the Training of Economists, 1947, « Report », The American Economic Review, 37/2, Proceedings of the Fifty‑ninth Annual Meeting of the American Economic Association, p. 762‑764.

Davis, J. B., 2008, « The turn in recent economics and return of orthodoxy », Cambridge Journal of Economics, 32/3, p. 349‑366.

Despres, E., Hart, A. G, Friedman, M., Samuelson, P. A, et al., 1950, « The problem of Economic Instability », The American Economic Review, 40/4, p. 501‑503, 505‑538.

Düppe, T. et Weintraub, E. R., 2014, Finding Equilibrium: Arrow, Debreu, McKenzie and the Problem of Scientific Credit, New Jersey, Princeton University Press.

Feyerabend, P., 1975, Against method, Londres/New York, New Left Books.

Fourcade, M., 2009, Economists and Societies: Discipline and Profession in the United States, Britain, and France, 1890s to 1990s, Princeton, Priceton University Press.

Fourcade, M., Ollion, E. et Algan, Y., 2015, « The superiority of economists », Journal of Economic Perspectives, 29/1, p. 89‑114.

Furner, M. O., 1975, Advocacy and Objectivity: A Crisis in the Professionalization of American Social Science, 1865-1905, Lexington, The University Press of Kentucky.

Gingras, Y., 2015, « Nature et pertinence de la sociologie », Congrès de l’Association française de sociologie, Saint-Quentin-en-Yvelines (en ligne : https://socio.revues.org/2564).

Giraud, Y., 2014, « Negotiating the “Middle-of-the-Road” Position: Paul Samuelson, MIT, and the Politics of Textbook Writing, 1945-55 », History of Political Economy, 46, Supplément 1, p. 134‑152.

Hahn, R. W. et Baron, J. N., 2000, « The Impact of Economics on Contemporary Sociology », Journal of Economic Literature, 39/3, p. 1111-1146.

Heilbron, J., 2004, « A Regime of Disciplines: Toward a Historical Sociology of Disciplinary Knowledge », dans Camic, C. et Joas, H. (éd.), The Dialogical Turn: New Roles for Sociology in the Postdisciplinary Age, Lanham, Rowman & Littlefield, p. 23‑42.

Hughes, E. C., 1963, « Professions », Daedalus, 92/4, p. 655‑668.

Kuhn, T. S., 1962, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

Lakatos, I., 1970, « Falsification and the methodology of research programmes », dans id. et Alan, M. (éd.), Criticism and the Growth of Knowledge, Cambridge, Cambridge University Press, p. 91‑96.

Lamont, M., 2010, How Professors Think, Cambridge, Harvard University Press.

Miller, J. P., 1954, « Round Table Discussion of the Bowen Report on Graduate Training in Economics », The American Economic Review, 44/2, p. 680‑682.

Mirowski, P., 1991, More Heat than Light: Economics as Social Physics, Physics as Nature’s Economics, New York, Cambridge University Press.

Mirowski, P., 2002, Machine Dreams: Economics Becomes a Cyborg Science, London, Cambridge University Press.

Morgan, M. S. et Rutherford, M., 1998, « American economics: The character of the transformation », History of Political Economy, 30, Supplément annuel, From Interwar Pluralism to Postwar Neoclassicism, p. 1‑26.

Oreskes, N., 2008, « The Devil is in the (historical) details: Continental drift as a case of normatively appropriate consensus? », Perspectives on Science: Historical, Philosophical, Social, 16/3, p. 253‑264.

Polanyi, M., 1958, Personal Knowledge Towards a Post-Critical Philosophy, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Porter, T. M., 1997, Trust in Numbers: The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Priceton, Priceton University Press.

Rancan, A., 2008, « The Academic McCarthyism at the University of Illinois: An Integration », Document de travail, p. 1‑14, en ligne: http://public.econ.duke.edu/~staff/wrkshop_papers/2008-2009%20Papers/Rancan.pdf.

Reay, M. J, 2012, « The Flexible Unity of Economics », American Journal of Sociology, 118/1, p. 45‑87.

Report of the Committee on Association-Sponsored Consensus Reports, 1945, The American Economic Review, 35/2, p. 502‑508.

Report of the Committee on the Focusing of Informed Opinion, 1944, The American Economic Review, 34/1, p. 424‑425.

Rolin, K., 2011, « Diversity and dissent in the social sciences: The case of organization studies autores », Philosophy of the Social Sciences, 41/4, p. 470‑494.

Ross, D., 1979, The Origins of American Social Science. Context and Ideas, Cambridge, Cambridge University Press.

Rutherford, M., 2013, The Institutionalist Movement in American Economics, 1918–1947, Cambridge, Cambridge University Press.

Solberg, W. U. et Tomilson, R. W., 1997, « Academic McCarthyism and Keynesian Economics: The Bowen Controversy at the University of Illinois », History of Political Economy, 29, p. 55‑81.

Solomon, M., 2001,« Consensus in Science », dans Cao, T. Y. (éd.), The Proceedings of the Twentieth World Congress of Philosophy, Volume 10: Philosophy of Science, p. 193‑204.

Solomon, M., 2007, Social Empiricism, Cambridge, MIT Press.

Solovey, M. et Pooley, J., 2011, « The Price of Success: Sociologist Harry Alpert, the NSF’s First Social Science Policy Architect », Annals of Science, 68/2, p. 229‑260.

Taylor, H., 1950, « The Teaching of Undergraduate Economics », The American Economic Review, 40/5, p. i, iii, xiii, 1-226.

Weintraub, E. R., 2002, How Economics Became a Mathematical Science, Durham, Duke University Press Books.

Weintraub, E. R., 2014, « Introduction: Telling the Story of MIT Economics in the Postwar Period », History of Political Economy, 46, Supplément 1, p. 1‑12.

Worcester, K. et Sibley, E., 2000, Social Science Research Council, 1923-1998, New York, SSRC.

Haut de page

Notes

1 Économie avec É majuscule sera utilisé ici pour désigner la discipline et ceci pour deux raisons. Premièrement, pour la distinguer du système général de relations basé sur la production, la distribution et la consommation (l’économie). Ensuite, pour éviter la formule « science économique ». Outre son caractère tendancieux, cette formule fait partie d’un épisode antérieur de revendication de l’autorité de la science qui a eu lieu pendant les dernières décennies du xixe siècle. Lors de cet épisode, le terme « science économique » a été mobilisé pour se démarquer de l’« économie politique » par un ensemble hétérogène d’économistes utilisant des outils mathématiques inspirés de la physique newtonienne. Une importante littérature existe sur cet épisode, voir notamment Mirowski, 1991.

2 Pour des exemples d’homogénéisation de l’Économie, voir les articles recueillis dans From Interwar Pluralism to Postwar Neoclassicism, supplément au volume 30 de HOPE (Morgan et Rutherford, 1998).

3 Was very much in the process of defining itself and its social roles (Morgan et Rutherford, 1998, 4).

4 Il est important de rappeler que les disciplines se caractérisent par trois dimensions : enseignement, recherche et activité professionnelle. Pour une historicisation du régime disciplinaire et de ses différentes dimensions, voir Heilbron, 2004.

5 Les termes doctorat et PhD sont ici utilisés comme des synonymes mais toujours rapportés au système de relations qui donne à ce diplôme des fonctions particulières en fonction du contexte où ils sont mobilisés.

6 Voir par exemple Colander et Klamer, 1987 ; Colander, 2007.

7 Voir par exemple Fourcade, 2009, 77.

8 The AEA played a notable and constructive part in both world wars by organizing professional expertise for government service, and by conducting open debates and issuing publications on the economic problems of war and peace (Bernstein, 2008, 1008‑1009). Pour une histoire non officielle de l’association au xxe siècle, voir aussi Coats, 1985.

9 À propos des effets sur les sciences sociales de l’expansion de l’action du gouvernement aux États-Unis, voir par exemple Porter, 1997 ; Alpert, 1960 ; Solovey et Pooley, 2011. Pour une histoire de l’émergence des sciences sociales aux États-Unis, voir Ross, 1979. Sur la montée du « scientisme » dans les sciences sociales, voir Furner, 1975.

10 Pendant les années 1940, Taylor a été également vice-président de la Social Science Honor Society, la société honorifique (qui reconnaît l’excellence entre pairs) la plus ancienne et prestigieuse en sciences sociales aux États-Unis. Sur les travaux de Horace Taylor et plus largement sur le département d’Économie de Columbia pendant la période d’entre-deux-guerres, voir le chapitre 8 « Institutionalism at Columbia University » de Rutherford, 2013.

11 Ce document a été publié en 1950 comme supplément de The American Economic Review.

12 Sur l’importance du GI Bill pour l’Économie, voir Weintraub, 2014 ; Giraud, 2014.

13 Pour prendre la mesure de l’expansion du système, on peut mentionner que plus de la moitié des colleges et universités étasuniennes qui existent aujourd’hui n’existaient pas avant la Seconde Guerre mondiale. Voir Calhoun, 2000.

14 A classical humanities-based education was a luxury that these older students could not afford (Weintraub, 2014, 9).

15 Bell est un personnage clé de l’AEA pendant l’après-guerre. Docteur en Économie de l’Université Harvard en 1918, il a enseigné à la Northwestern University entre 1922 et 1966, où il a été directeur du département d’Économie entre 1942 et 1951. Outres ses fonctions comme secrétaire de l’AEA, il a été l’éditeur des Papers and Proceedings de l’AEA et du Directory et Handbook. Pour des détails sur Bell, voir American Economic Association In Memorium : James Washington Bell: 1890-1966, 1967.

16 Nous soulignons.

17 Le National Roster of Scientific and Specialized Personnel était une agence créée pendant la Seconde Guerre mondiale, et absorbée par la suite par le « Department of Labor », dont l’objectif était de centraliser et de rendre accessible une liste de tous les citoyens étasuniens ayant des compétences professionnelles potentiellement utiles, en particulier en période de guerre.

18 Voir aussi par exemple Bell, 1955, 648-649 ; Bell, 1956, 586.

19 Voir par exemple Taylor, 1950, 1 ; Bowen, 1953, 31‑34.

20 Ce fut d’ailleurs à ce moment là que l’utilisation des méthodes quantitatives s’est accentuée dans les sciences sociales. Le Social Science Research Council (SSRC) a joué, aux côtés de la NSF (voir l’article de Yann Renisio dans ce dossier), un rôle fondamental dans ce processus. Pour une histoire officielle de cette première institution, voir Worcester et Sibley, 2000.

21 The recognition of the economist as a professional man compared with the statistician, accountant, lawyer, doctor, engineer (Bell, 1960, 668)

22 Un lien étroit existe entre ses initiatives et les actions mises en œuvre par le gouvernement pour prendre la mesure de la main d’œuvre scientifique et technique à l’issue de guerre. Parmi ses actions, on peut citer Classifications for Surveys of Highly Trained Personnel, une étude publiée en 1952 par l’American Council of Learned Societies, qui contient des informations sur l’offre et la demande de travail dans un grand échantillon de domaines ainsi que sur la distribution professionnelle des diplômés universitaires. Cette étude est basée sur des données collectées par le Bureau of Labor Statistics et The National Roster of Scientific and Specialized Personnel. Un projet similaire, America’s Resources of Specialized: A Current Appraisal and a Look Ahead, publié en 1954, décrit les exigences de formation dans différentes professions ainsi que les rapports entre types d’emploi et niveaux de formation universitaire. Pour des informations sur ce type de projets, voir American Economic Association, 1957, 508. Pour des études qui concernent directement les économistes, voir Bell, 1952, 723-724. Pour une analyse qui place au centre le processus de démarcation professionnel, voir Bernstein, 2008.

23 Bell a défini les économistes en trois temps : 1) Par son objet d’étude, à savoir, the whole process through which man makes a leaving and satisfies his wants for food, shelter, services or amusement, and the conditions favoring or hampering his economic development ; 2) Par ses objectifs, soit to point out what policies and programs in industry of government will aid in the development of an industry or will facilitate the growth of trade and raise the individual’s standard of living ; 3) Par ses principales branches : Economic theory, Money, Banking and finances, Industry, International Trade, Agricultural Economics, Labor Economics and Socio-Economics, American Economic Association, 1957, 508.

24 Sur la discussion à l’origine du Committee on the Focusing of Informed Opinion et du Committee on Consensus voir Report of the Committee on Association-Sponsored Consensus Reports, 1945 ; Report of the Committee on the Focusing of Informed Opinion, 1944 et Bell, 1945. Pour plus de détails sur ce type d’initiatives, voir Coats, 1985, 1709.

25 Pour l’information sur le Committee on Consensus et ses rapports (Reports) voir Coats, 1985, 1712.

26 Voir par exemple les rapports « Agricultural price supports and their consequences » et « The funtion of the goverment in the Postwar American Economy » (Despres, Hart, Friedman, Samuelson, et al., 1950).

27 L’engagement de l’AEA dans la formation des économistes est visible dans les discussions de l’Executive Committee de l’AEA des années 1940 et 1950. Voir par exemple Bell, 1952, 716.

28 Had interest and work in economic education and in the preparation of formally-trained economists for the various social (public and private) functions which economists perform (American Economic Association, 1957, 507)

29 Pour plus d’informations sur ces demandes, voir Committee on the Undergraduate Teaching of Economics and the Training of Economists, 1947, 762.

30 Des initiatives dans le même sens ont été menées à l’échelle internationale. Ainsi, en 1953, l’AEA a organisé et financé avec l’Unesco et la Royal Economic Society une conférence internationale dont l’objectif était de faire un bilan de la formation des économistes. Pour plus d’informations sur la conférence et les publications auxquelles elle a donné lieu, voir Bell, 1954, 705.

31 Pour des détails sur la création du comité dont Bowen a été le directeur, voir Committee on the Undergraduate Teaching of Economics and the Training of Economists, 1947, 762‑763.

32 Il est notamment l’auteur d’Investment in Learning: The Individual and Social Value of American Higher Education (Bowen, 1977), The Costs of Higher Education: How much do colleges and universities spend per student and how much should they spend? (Bowen, 1980) et American Professors: A national resource imperiled (Bowen et Schuster, 1986). Bowen a également publié Academic Recollections (Bowen, 1988), un récit de sa trajectoire professionnelle et une description détaillée de l’évolution de l’enseignement supérieur aux États-Unis au cours du xxe siècle.

33 Pour une analyse de The Bowen Episode voir Solberg et Tomilson, 1997 ; Rancan, 2008.

34 Nous soulignons.

35 Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Voir Fourcade, Ollion et Algan, 2015.

36 All one needs is to find a job—or a clientele (Bowen, 1953, 10).

37 Voir, par exemple, Calhoun, 2000.

38 Objectives and standards actually operative cannot easily be communicated to an outside observer. Faculty members have difficulty not only in achieving an objective view of the standards which they actually employ but also in expressing these standards in concrete and specific terms. (Bowen, 1953, 36)

39 There is no generally accepted sequence of courses and no agreed upon content for given courses. (Bowen, 1953, 87)

40 More than a third of […] students have not majored in economics in their undergraduate work (Bowen, 1953, 87).

41 Have acquired their professional knowledge and skills through individual study or through serving a kind of apprenticeship to more experienced persons (Bowen, 1953, 10).

42 Often considered necessary either at the time an economist begins his academic work or within a few years (Bowen, 1953, 12). Nous soulignons. Plus d’un tiers des directeurs de département interviewés dans le cadre du rapport ne considéraient pas le diplôme de doctorat comme étant essentiel pour enseigner dans un college (niveau licence).

43 Regarding the kind of education that is suitable for business economists or that prepares for this type of work (Bowen, 1953, 20).

44 For any professional position in economics, economists without formal graduate training are to be found at all levels in the Federal Civil Service. (Bowen, 1953, 15)

45 Who are to be awarded advanced degrees in economics—regardless of their specific career objectives. (Bowen, 1953, 2)

46 Bind the profession together and enable economist to of all types and persuasions to communicate with each other. (Bowen, 1953, 2)

47 Nous soulignons.

48 Runs a relatively independent “show” and each tries to cover a broad range of specialties (Bowen, 1953, 8).

49 Pour une analyse bibliométrique de la mathématisation de l’Économie durant le xxe siècle, voir Backhouse, 1998. Pour une analyse de l’utilisation des mathématiques dans l’Économie aux xixe et xxe siècles en France, États-Unis et en Angleterre, voir Weintraub, 2002. Pour une analyse de l’influence des travaux de Paul Samuelson et plus largement du département d’Économie du MIT dans la mathématisation de la discipline, voir les articles recueillis dans Weintraub, 2014. Pour une analyse de l’axiomatisation de la théorie économique dans le contexte de la Cowles Commission, voir Mirowski, 2002 ; Düppe et Weintraub, 2014.

50 Bob Coats signale par exemple que d’un point de vue conceptuel, les mathématiques ont été une force unificatrice dans l’Économie. Voir Coats, 1985, 1720-1721.

51 A sufficient orientation in mathematical ideas, symbols, and mode of thought to make economic theory and statistics more intelligible. (Bowen, 1953, 136)

52 Economics will almost surely lag behind other disciplines (Bowen, 1953, 137). Bowen insiste, cependant, sur les dangers d’un programme d’études où les préoccupations pour les détails techniques (technicalities) captent tout le temps et l’énergie des étudiants. Voir Bowen, 1953, 4.

53 Sur les tensions entre deux générations concernant la place des langues étrangères dans la formation des économistes, voir Bowen, 1953, 125-134.

54 Le terme est de Bowen.

55 Les actions de l’Association of American Universities ont été centrales à ce stade. Voir Bowen, 1953, 35-36.

56 Voir le chapitre 14 du rapport.

57 Voir Bell, 1954, 704.

58 La discussion du rapport s’est tenue principalement lors d’une table ronde présidée par John Perry Miller (Yale University) et réunissant H. R. Bowen (Williams College), R. D. Calkins (The Brookings Institution), T. H. Carroll (Ford Foundation), J. S. Early (University of Wisconsin), A. G. Hart (Columbia University), W. W. Heller (University of Minnesota), W. E. Hoadley (Armstrong Cork Company), F. Machlup, (Johns Hopkins University), J. Marschak (University of Chicago), A. Smithies (Harvard University), J. J. Spengler (Duke University), G. W. Stocking (Vanderbilt University), W. L. Thorp (Amherst College). Pour d’autres informations sur la table ronde, voir American Economic Association, 1954 et Miller, 1954 pour le bilan officiel.

59 Sur le Ad Hoc Committee on Implementation of the Bowen Report, voir Bell, 1955, 651 et 1956, 586, 594.

60 The need for and character of the appropriate scope of action by the Association on the different levels of education (Bell, 1955, 650).

61 Pour plus d’informations sur le Committee on Teacher Education, voir Bell, 1953, 564, 570 ; Bell, 1954, 705 ; Bell, 1955, 650, 654.

62 Pour plus d’informations sur le Committee on Economic Education, voir Bell, 1955, 648‑650 ; Bell, 1956, 589-593 ; Bell, 1957, 701 ; Bell, 1958, 612 ; Bell, 1960, 665‑666, 675 ; Bell, 1961, 599.

63 Si, entre 2000 et 2009, 40,3 % des citations dans l’American Economic Review (AER) correspondaient aux 25 revues considérées comme les plus reconnues de la discipline, dans l’American Political Science Review et l’American Sociological Review, pendant la même période, les citations intra-disciplinaires ne correspondaient qu’à 17,5 % et 22 % respectivement de l’ensemble des citations. Inversement, seulement 0,8 % et 0,3 % des citations dans l’AER procédaient, durant les 9 ans pris en considération, des 25 revues phares en science politique et sociologie (Fourcade, Ollion et Algan, 2015, 94-96). Pour une analyse de l’utilisation de manuels comme indicateur de consensus en Économie, voir Hahn et Baron, 2000, 1118-1119. Sur les différences entre disciplines dans les comités d’évaluation comme indicateurs de leur degré respectif de consensus, voir Lamont, 2010 ; Cole, 1983.

64 Voir, par exemple, Colander, 2000. Il est pourtant important de tenir compte, comme John Davis le souligne, tant des recoupements que des préoccupations partagées par ces différents programmes de recherche. Pour Davis, the proliferation of new approaches in economics reflect a transitional state of affairs, which may give way to new orthodoxy and a new mainstream in the future rather than a more pluralistic economics (Davis, 2008).

65 Closely tied to its unified academic discourse and the profession can be treated as a relatively monolithic whole (Reay, 2012, 52).

66 Recognized body of experts relying on a coherent system of formal “scientific” knowledge rooted in academia and embedded to different degrees and in different ways in various local settings across the world (Reay, 2012, 48-49).

67 Pour des synthèses concernant le lignage du dissensus, voir Solomon, 2001 et Oreskes, 2008. Myriam Solomon présente aussi une discussion du consensus dans les différents domaines d’études sur la science. Pour un cas d’étude de dissensus dans les sciences sociales, voir Rolin, 2011.

68 Certes, une épistémologie du dissensus tâchant de mettre en avant les vertus du pluralisme dans la production des savoirs – non seulement comme un moyen pour arriver aux « meilleures » théories, ou résultats, mais aussi comme une fin en soi de la science – existe. Elle s’est, cependant, principalement développée aux marges de la philosophie. Les idées de John Stuart Mill dans On Liberty sur le caractère indésirable du consensus, de Paul Feyerabend dans Against Method (1975) et plus récemment de Miriam Solomon dans Social Empiricism (2007) s’inscrivent dans cette lignée.

69 Les réflexions de Thomas Kuhn, 1962, sur la « science normale » s’y inscrivent. Une discussion active existe sur les différents degrés de consensus entre les sciences sociales et naturelles. Pour une analyse des raisons sociologiques qui expliquent ces différences et qui d’ailleurs rendent invisible l’accumulation qui existe dans les sciences sociales, voir Gingras, 2015. Pour une comparaison entre sciences sociales et naturelles basée sur un ensemble considérable d’indicateurs bibliométriques et l’analyse des pratiques d’évaluation de la recherche, voir Cole, 1983.

70 Voir, par exemple, Polanyi, 1958.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camila Orozco-Espinel, « Homogénéiser la profession pour faire science ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 31 | 2017, 67-91.

Référence électronique

Camila Orozco-Espinel, « Homogénéiser la profession pour faire science ? », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 14 juin 2019, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/696 ; DOI : 10.4000/rhsh.696

Haut de page

Auteur

Camila Orozco-Espinel

Doctorante en sociologie, EHESS, Centre Maurice-Halbwachs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals