Navigation – Plan du site
Dossier

La Grande Guerre, parenthèse ou nouvelle donne dans l’histoire des sciences de l’homme ?

The Great War, digression or new order in the history of human sciences?
Nicolas Ginsburger et Christine Laurière
p. 7-58

Texte intégral

Nous remercions Wolf Feuerhahn et Olivier Orain pour leur relecture attentive, leurs remarques constructives et leur soutien constant à propos de ce texte.

Questions de méthode

La « Grande Guerre des savants » à la loupe de l’histoire des sciences

  • 1 Pour quelques réflexions autour de cet événement et des modalités prises en France et dans les pay (...)
  • 2 Plusieurs synthèses sont parues récemment, présentant de précieuses mises à jour, de manière spéci (...)
  • 3 Prost, Winter, 2004.

1Au sens strict, le Centenaire de la Première Guerre mondiale touche à sa fin : événement mémoriel globalisé1, il a suscité un nombre considérable de manifestations et de publications à travers le monde, interprétant et réévaluant la Grande Guerre et ses infinies conséquences, à l’échelle nationale et internationale2. À dire vrai, cet effort d’analyse a débuté dès les lendemains du conflit3. En 1922, l’historien et ancien combattant français Jules Isaac écrivait ainsi dans un texte intitulé « Paradoxe sur la science homicide » :

  • 4 Isaac, 1923, 163.

De même qu’il n’y a aucune commune mesure entre la dernière guerre et toutes celles qui l’ont précédée – la dernière guerre ayant été la première à mériter le nom de scientifique –, de même et pour la même raison, ses effets ont été incomparables4.

  • 5 Sur l’histoire tourmentée de ces congrès pendant l’entre-deux-guerres : Blänsdorf, 2010.

2Très tôt émerge le constat du caractère inédit du conflit et de ses répercussions, d’une implication majeure et spécifique de la science dans cette période de violence exacerbée. À ce propos, l’historien belge Henri Pirenne déclarait dans son discours inaugural du Ve Congrès international des Sciences historiques5, à Gand en 1923 :

  • 6 Cité dans Boone, Keymeulen, 2017, 220.

Durant tout le cours de la guerre, les belligérants ont mis particulièrement deux sciences en réquisition : l’histoire et la chimie. Celle-ci leur a fourni des explosifs et des gaz ; celle-là des prétextes, des justifications ou des excuses6.

  • 7 Rasmussen, 2015, 53.
  • 8 La vraie « guerre des chimistes » se situe moins dans les gaz (à l’impact stratégique très faible (...)
  • 9 Schöttler, 2010.
  • 10 Febvre, 1920, cité dans Schöttler, 2015 ; Hirsch, 2016, chapitre 4, 95-123.

3À chacun donc son « artefact emblématique7 » : d’un côté les gaz de combat, les premiers à Ypres en avril 19158 ; de l’autre les revendications sur l’Alsace-Lorraine. Plus généralement et au-delà de la seule discipline historique, il semblerait logique de postuler que les représentants des sciences de l’homme dans leur ensemble ont bien été en effet concernés, eux aussi, par la Grande Guerre, qu’ils n’ont pas été épargnés par les destructions et les bouleversements, et que, comme dans de nombreux secteurs de la vie intellectuelle, ils se sont bien demandé comment continuer leurs activités « après le déluge9 », « dans le monde en ruines10 ». Encore faut-il s’en assurer, ne pas prendre cette idée pour une évidence et en cerner les enjeux. Évaluer la place du conflit dans leur propre histoire, pendant son déroulement, et surtout par la suite, lors de ces temps anomiques aux retentissements massifs, est bien l’objectif du présent dossier qui entend participer à cet effort général d’étude du conflit, dans le champ de compétence et de spécialité de la Revue d’histoire des sciences humaines.

  • 11 Mendelsohn, 2003 ; MacLeod, 2014 ; Rasmussen, 2004a et 2015. Parmi les rassemblements savants liés (...)
  • 12 Jarrige, Le Roux, 2017, 213 et 221-224 ; Bergerat, 2018 ; Cabanes, 2018.
  • 13 Rasmussen, 2004a, 681-682 ; Pestre, 2015, 466.
  • 14 Dernièrement sur les mathématiques : Aubin, 2018.

4C’est qu’on observe à ce niveau une relative dissymétrie historiographique dans l’étude des sciences en guerre. Dans le domaine des sciences de la nature et des technologies, les études sont nombreuses concernant des disciplines comme la médecine, la psychiatrie, la physique, la chimie, la géologie ou même les mathématiques11, évoluant récemment vers des problématiques plus globales tendant à mesurer les conséquences environnementales du conflit12. La guerre signe ainsi l’aboutissement d’un xixe siècle riche en constructions théoriques et organisationnelles, où les tenants des savoirs scientifiques, désormais bien établis dans diverses institutions (universités, sociétés savantes) et structures spécialisées (laboratoires, revues), ont accumulé des connaissances, mis au point des méthodes et construit une image sociale très solide. Envisagé de manière parfois un peu téléologique comme une sorte de « préhistoire » de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre froide, un « moment d’apprentissage encore improvisé » dans la guerre de masse et la collaboration entre militaires et scientifiques13, le conflit marque également le début de l’ère de la Big Science, première étape à grande échelle d’une scientifisation et d’une technologisation des armées, des gouvernements et des sociétés. Entre saignée des jeunes générations de spécialistes et questionnement sur la stagnation scientifique relative dans les années d’après-guerre14, entre mobilisation plus ou moins spontanée et organisée pendant le conflit et, en retour, accélération ou cumulativité dans les connaissances et les capacités d’expertise appliquées aux différents domaines militaires et civils, les effets du conflit ont été divers selon les disciplines, mais toujours significatifs.

  • 15 En particulier autour de la figure de Pirenne (Violante, 2004).
  • 16 Pour la géographie : Wardenga, 1995 ; Ginsburger, 2010 ; pour les sciences juridiques : Collectif, (...)
  • 17 Lewuillon, Nivet, 2017.
  • 18 Nicolas Beaupré intitule par exemple son chapitre consacré aux historiens des Annales entre 1914 e (...)
  • 19 Joas, 1989 ; Demoor, Posman, Van Dijck, 2017, 13-28.
  • 20 Le centenaire de la Grande Guerre s’ajoutant en la matière par exemple à celui de la mort de Karl (...)
  • 21 Joas, 1996 et 2000.
  • 22 En plus de l’université de Strasbourg dans les années 1920, ici traitée par Bertrand Müller, vérit (...)

5Du point de vue des sciences de l’homme, les choses semblent moins claires, même si les recherches sont également nombreuses, depuis relativement longtemps pour certaines disciplines comme l’histoire15, plus récemment pour d’autres16, avec un effet de rattrapage en partie dû à l’effet Centenaire17. Certains enjeux spécifiques expliquent que la « Grande Guerre des sciences de l’homme » et sa résonance à court et moyen terme ont fait l’objet d’un investissement à la fois très foisonnant mais relativement limité, à commencer par la mémoire propre à chaque discipline. Tout comme pour les sciences physiques par exemple (Marie Curie, Max Planck, Albert Einstein), la Première Guerre mondiale a en effet été vécue par des figures éminentes18, pour certaines considérées comme des « fondateurs » et des auteurs « classiques19 », que ce soit en histoire, en géographie, en sociologie ou en ethnologie, selon des modalités très inhabituelles, en particulier à travers une mobilisation de propagande nationaliste particulièrement virulente, contrastant avec leurs œuvres d’avant 1914. Ceci a rendu probablement plus délicates l’évocation, l’étude et l’interprétation de cette période, d’autant que la vague des centenaires individuels20 n’engage pas vraiment à une réflexion critique, à moins, par exemple, d’assumer clairement (quoique de façon iconoclaste) une certaine sociologie historique de la Grande Guerre, une interprétation du conflit en termes non de mal absolu, mais de manifestation de la modernité21. Même s’il ne s’agit pas de leur objectif premier, les contributions du dossier parviennent, à cet égard, à mettre à distance cet effet de « totémisation », malgré son poids historique et disciplinaire22.

  • 23 Celle de l’implication des savants dans le nazisme et de leur responsabilité dans les diverses for (...)
  • 24 Un tournant en la matière a été par exemple l’écriture d’une historiographie critique sur l’engage (...)
  • 25 De Schaepdrijver, 2011.
  • 26 À savoir les études (littéralement la « recherche ») consacrées aux pays respectivement à l’Est et (...)
  • 27 Le débat est notamment marqué très tôt (1919) par l’œuvre de John Maynard Keynes, The Economic Con (...)
  • 28 Pour les géographes : Ginsburger, 2016a.

6D’autres éléments peuvent constituer des freins dans l’étude et la compréhension de la spécificité des opérations scientifiques menées pendant la Première Guerre mondiale, telle la comparaison, plus ou moins justifiée, avec la Seconde, selon des enjeux mémoriaux et historiographiques encore épineux23. Du côté allemand, dans le contexte d’un regain d’intérêt pour l’histoire de la Grande Guerre24, ce sont notamment les problématiques liées d’une part au nationalisme idéologique et aux doctrines des races, d’autre part aux diverses opérations de déplacements de population et d’aménagement dans les zones occupées par les troupes austro-germaniques (Belgique, Pologne, Balkans, pays baltes), qui ont fait l’objet de récents travaux marquants. En la matière, la Première Guerre mondiale semble être caractérisée par des expérimentations similaires (quoiqu’à une autre échelle) à celles de la période d’occupation nazie25, en lien avec les disciplines et travaux, abondamment étudiés désormais, qui se développent après 1918, sur le terreau idéologique de la défaite militaire et du traité de Versailles, dans le cadre de l’Ost- et de la Westforschung26. De ce point de vue, la question de la responsabilité de certains spécialistes des sciences de l’homme (partant, de ces sciences elles-mêmes) dans les turbulences européennes de l’entre-deux-guerres, du fait de leurs actions pendant la Grande Guerre, est posée dès les années 1920 : leur participation active aux négociations lors de la conférence de la Paix de Paris, débouchant sur des traités contestés, aboutit ainsi à une mise en accusation directe (parfois nominale) et à des polémiques, à propos des aspects économiques (dettes, réparations, hyperinflation27) ou territoriaux (gains ou pertes de territoire, minorités, plébiscites28) du règlement du conflit.

  • 29 Un phénomène de rattrapage est actuellement en cours. Outre les éléments donnés par B. Müller à ce (...)
  • 30 Ainsi, le fils de Bloch, Étienne, a publié ses abondantes archives familiales tout en en contrôlan (...)
  • 31 Stern, 2001.
  • 32 Par exemple avec ceux du médiéviste de Heidelberg Karl Hampe, de l’historien et journaliste allema (...)
  • 33 Bueltzingsloewen, 2015, 310.
  • 34 Voir la contribution de B. Müller.

7Dans certains cas, les biais analytiques liés aux effets « grand savant » et « prologue de la Seconde Guerre mondiale » se combinent et se croisent. À cet égard, l’étude différenciée des historiens français Marc Bloch et Lucien Febvre est éclairante : si le premier a fait l’objet de publications nombreuses sur sa trajectoire et ses travaux pendant la Grande Guerre, le second n’a pas bénéficié d’une véritable étude exhaustive jusqu’à maintenant29. Dû en partie à des enjeux de mémoire disciplinaire, voire de controverses historiques, ce déséquilibre est également à mettre au compte d’effets de sources et d’archives30. Peu à peu découvertes et éditées, elles permettent d’évaluer les évolutions du « for intérieur » des savants, de l’articulation entre « vécu personnel et récit public31 », par exemple à travers les « journaux de guerre » d’universitaires, genre considérablement enrichi récemment32. On ne saurait donc affirmer (et le contraire aurait été à vrai dire surprenant) qu’on a affaire ici à une véritable « friche » historiographique, encore moins à une série de « trous noirs » qui n’auraient été que très récemment comblés33. Il n’en reste pas moins qu’un certain sentiment collectif d’insatisfaction et de malaise semble persister, fondé sur l’idée que la Grande Guerre est encore aujourd’hui largement un impensé dans l’histoire des sciences de l’homme, une « boîte noire » qu’il resterait à ouvrir méthodiquement34, et qu’il subsisterait en la matière un retard spécifique. Cette impression rend sans doute encore plus utile ce dossier de la Revue d’histoire des sciences humaines.

Incidence, continuité, limites : une temporalité qui pose problème

  • 35 La Seconde Guerre mondiale par exemple dans l’article de J. Léon sur les sciences du langage en te (...)
  • 36 « Les “années 1968” des sciences humaines et sociales » dans le dossier du numéro 26, dirigé par O (...)

8Il nous faut expliciter ici notre démarche, et notamment la tournure un peu inhabituelle du titre de ce dossier, qui donne à une date précise une importance singulière, ce qui n’est guère dans les habitudes de notre revue. Temporalité (« après 1918 ») et espace (« nouveau paysage ») sont ici conjoints : au-delà de l’aspect conjoncturel et mémoriel, le fait de s’intéresser à la Grande Guerre correspond à la volonté presque « expérimentale » de sonder la résonance de l’événement dans les sciences de l’homme, de tester ces champs disciplinaires sur une période donnée, relativement courte mais très dense, a priori marquée par une unité de nature (la guerre ouverte) instaurant une discontinuité entre un avant et un après caractérisés par diverses formes de paix (de jure, de facto, rêvée, armée). Ce dossier s’inscrit dans la lignée d’autres études et numéros consacrés aux sciences humaines et sociales en situation de crise, qu’elle soit militaire35 ou sociopolitique36. Ceci pose certains problèmes qu’il s’agit au préalable d’évoquer.

  • 37 Pour un état des lieux évoquant un certain nombre de ces sciences de l’homme, voir notamment : Lau (...)
  • 38 Vincent, 2007.
  • 39 Jeanpierre, 2016.
  • 40 Orain, 2015.
  • 41 Rasmussen, 2004a, 681.

9Pour penser et comprendre l’après (1918), il faut évidemment connaître l’avant (1918), c’est-à-dire à la fois l’« avant 1914 » et le « pendant 14-18 », pour saisir convenablement l’horizon d’attente et d’action des savants, leur paysage mental et social. Si la situation à la veille du conflit doit bien toujours être en ligne de mire37, on a choisi ici de se concentrer sur la Grande Guerre en elle-même, pendant laquelle les revendications et les organisations des sciences de l’homme paraissent avoir été mises à mal et éprouvées par une onde de choc d’une ampleur et d’une durée inédites, faisant suite à une période d’expansion et de cristallisation disciplinaires remarquable. La guerre semble la remettre en cause de multiples façons, augurant d’un nouveau rapport, potentiellement destructeur et déshumanisant, entre l’homme et la machine, aux antipodes des discours iréniques et réformateurs sur le progrès et les bienfaits de la technique, de la raison, de la science sur la civilisation, le système politique, les valeurs et la société38. Mais il s’agit d’apporter en la matière des réponses nuancées, distinguant rigoureusement les disciplines, les pays, les institutions et lieux de savoir, les pratiques savantes et les savoirs, les hommes et femmes de science. En effet, face au constat rétrospectif du statut de cette guerre, souvent décrite comme totale mais hétérogène, un discours en termes de rupture radicale uniforme ou de continuité globale d’une « aventure » dans un « temps des combats (1914-1962) »39 ne tiendrait pas compte de la spécificité de cette période. Cela dispenserait à tort de s’interroger plus attentivement sur son « incidence40 » différenciée pour les sciences de l’homme, de problématiser, singulariser, contextualiser et temporaliser davantage chacune de ces disciplines et de définir le rôle d’opérateur spécifique joué par le conflit dans chacun de ces cas – y compris en évitant de le considérer selon une lecture rétrospective et déterministe, prenant la Seconde Guerre mondiale comme aboutissement et modèle41.

  • 42 Avec comme question centrale : la Seconde Guerre mondiale est-elle la conséquence – c’est-à-dire l (...)
  • 43 Voir l’exposition actuelle du Musée de l’Armée à Paris, « 1918-1923 : à l’Est, la guerre sans fin  (...)
  • 44 C’est le choix de B. Müller, d’A.-S. Chambost et A. Gottely, de C. Bonnet et A. Lannoy.
  • 45 Ainsi des textes de J.-L. Chappey et G. Lancereau d’une part, de N. Ginsburger d’autre part.
  • 46 C’est le cas des études d’A. Hurel et de S. Reubi. Cette approche, classique chronologiquement et (...)

10« Après 1918 », soit, mais jusqu’à quand ? Ce qui se passe au cours des années 1920 (a fortiori dans les années 1930) dans les sciences de l’homme est-il dû à la Grande Guerre, entièrement ou partiellement, de manière directe ou indirecte ? On affronte ici une question méthodologique classique : la relation de cause à effet, d’événement à conséquence, traditionnellement abordée dans les champs d’histoire diplomatique, militaire, économique ou politique42. En effet, il est établi depuis longtemps et de plus en plus fermement que l’on ne peut considérer la Grande Guerre comme achevée en 1918, qu’il faut en prolonger le spectre, tant du point de vue militaire que politique ou diplomatique, socio-économique ou culturel : les sorties de guerre, plus ou moins longues et difficiles, font bien encore partie du conflit, ne serait-ce que par les processus complexes de « démobilisations », souvent décrites comme partielles ou retardées par une « guerre [qui semble] sans fin », notamment en Europe orientale43. Il est plus rare cependant de poser la question aussi directement dans le champ de l’histoire des sciences de l’homme, tant les acteurs ont paru pressés de fermer la « parenthèse » guerrière, dès 1914 dans la perspective d’une guerre courte, plus encore en 1918 par lassitude devant l’hécatombe et le sentiment de « suicide » collectif européen. Si le présent dossier interroge les rapports entre les sciences de l’homme et la Grande Guerre, une de ses originalités est bien d’envisager celle de la poursuite de ces interactions au-delà de l’arrêt des combats. La focale est résolument placée à la charnière des années de guerre et des années du retour à certaines formes de paix, en les englobant dans un certain continuum temporel de durée variable selon les objets, parfois jusqu’au mitan des années 192044, parfois aussi jusqu’au début45 voire à la fin46 des années 1930. À cet égard, remarquons que les auteurs de ce dossier ont tous choisi de traiter le court et moyen terme, considérant implicitement que les effets de la Grande Guerre ne sauraient dépasser 1939.

  • 47 Rasmussen, 2014, 433.

11Ces précautions méthodologiques posées, on ne saurait pour autant prétendre ici y répondre de façon définitive, ni étudier de manière exhaustive la situation particulière de chacune des sciences consacrées à l’homme et à la société pendant et après la Grande Guerre. Confrontées à des interrogations complexes qui exigent des réponses nuancées, adossées à une bibliographie en croissance constante au niveau international avec un effet d’accélération dû au Centenaire, les ambitions de cette introduction et du dossier ne peuvent que rester modestes, mais résolues. Dresser un état des lieux exhaustif dépasserait les limites de notre dossier et pourrait sembler une gageure face à une guerre protéiforme, à la grande variété de formes d’intervention dans le conflit, témoignant elles-mêmes de l’amplitude « du spectre idéologique, des types de pratiques disciplinaires et même des affects47 » des savants. Les articles réunis proposent plutôt des coups de sonde suggestifs sur des tensions, des enjeux et des idéaux, des rapports de force, des (ruptures de) dialogues, des pratiques scientifiques structurant et animant le champ des sciences de l’homme au passage et à l’issue de la Grande Guerre, à différentes échelles. Ce faisant, ils entendent enrichir et diversifier le répertoire des approches et des connaissances sur le sujet. Il importe donc dans cette introduction d’en cerner les avancées et les limites, de présenter certains de leurs résultats pour discuter notamment les problèmes méthodologiques, voire épistémologiques, que pose la « question » de cet « événement monstre » et de ses conséquences, réelles ou supposées, à court et moyen terme, sur les sciences de l’homme. Il s’agit de compléter également certaines perspectives, rencontrées dans d’autres champs, en particulier ceux, non traités en tant que tels dans le dossier (sociologie, anthropologie, histoire, géographie, économie), en ouvrant le spectre de la comparaison, au-delà des champs français et allemand très représentés ici. En définitive, il s’agit bien d’essayer de situer cette contribution collective dans plusieurs grands champs historiographiques actuellement très vastes et actifs, et de proposer d’une part un bilan, forcément incomplet et probablement trop franco centré mais que nous espérons utile, d’autre part des cadres et des hypothèses d’interprétation et de perspective.

Orages de mots et d’idées : une « brutalisation » des sciences de l’homme ?

Un long moment d’expression nationaliste collective et violente

  • 48 Prochasson, Rasmussen, 1996 ; Rasmussen, 2015.
  • 49 Querelle sur la responsabilité du déclenchement du conflit, sur le viol de la neutralité belge, su (...)
  • 50 Horne, 2005.
  • 51 Stromberg, 1982 ; Prochasson, Rasmussen, 1996 ; Hanna, 1996 ; Mommsen, 1996 ; Flasch, 2000 ; Proch (...)
  • 52 Beaupré, 2006 ; Becker, 2009.
  • 53 Soulez, 1988 ; Worms, Zanfi, 2014 ; Tiercelin, 2015.
  • 54 Cité dans Rasmussen, 2014, 431. De ce point de vue, on ne peut qu’être frappé par le contenu d’une (...)
  • 55 Azoulay, Boucheron, 2009.
  • 56 Voir la contribution de B. Müller.

12Du fait de son caractère spectaculaire permettant d’appréhender le répertoire d’actions et d’engagements des savants, l’historien ne saurait négliger la « mobilisation des esprits48 » par les mots et la plume qui s’opère dès 1914 et au moins jusqu’au milieu des années 1920 chez de nombreux représentants des sciences de l’homme. À la mobilisation militaire des plus jeunes et au climat de fortes incertitudes liées au conflit répond, dès les premiers combats puis par vagues de mobilisation, démobilisation et remobilisation consécutives à des événements particulièrement marquants49, l’engagement des aînés qui délaissent leur table de travail scientifique pour se mobiliser, à l’arrière, dans une « guerre des esprits » hautement publicisée et à forte dimension rhétorique. Forts de leur savoir et de leur reconnaissance sociale, ils sont nombreux, dans les « milieux des sciences », singulièrement de l’homme50, à rédiger des brochures et des tribunes dans la presse pour disqualifier et vilipender l’adversaire dans une entreprise de mobilisation spirituelle51 comparable à d’autres professions de l’esprit, comme les écrivains52 et les philosophes53. La mobilisation de 1914 change certes provisoirement la nature et le régime des débats intellectuels, la « concurrence tacitement réglementée [devenant] une lutte pour la suppression symbolique, sinon physique, de l’adversaire » selon l’expression de Max Weber54, dans le cadre cependant d’un régime de discussion intellectuelle et de polémique qui avait été civilisé par le xixe siècle, mais avait déjà connu bien des épisodes d’intensification et de violence55. Dans le cas présent, elle utilise clairement des métaphores militaires pour exprimer l’idée d’une « science en armes », à l’instar des troupes combattant sur les fronts, et ceci au-delà de 1918. Dans le cas strasbourgeois, l’université française à la frontière rhénane est bien décrite après-guerre comme une armée, « forte et puissante », où l’« armement [doit] être intellectuel » dans une « paix de vigilance », jusqu’à ce que « l’Allemagne désarme en pensée56 ».

  • 57 A. Hurel à propos de Haeckel et Wiegand, C. Bonnet et A. Lannoy au sujet de Harnack.
  • 58 Rasmussen, 2004b.
  • 59 Intitulé An die Kulturwelt !, traduit comme « Appel au monde civilisé » puis usuellement désigné p (...)
  • 60 Horne, 2005.
  • 61 Krumeich, 1996.
  • 62 Rasmussen, 2014, 428-429.
  • 63 Bruendel, 2003.
  • 64 Prochasson, 2004, 668-670.

13La première vague de mobilisation (automne 1914-été 1915) est caractérisée d’emblée par deux catégories de documents, relativement familiers aux intellectuels qui les saisissent comme ils avaient pu le faire dans les années précédentes, sur des sujets politiques ou scientifiques : les textes collectifs (manifestes, pétitions) et les écrits individuels (livres courts, articles). Dans la première catégorie, le célèbre Manifeste des 93, cité par plusieurs auteurs du dossier57 tant il a été fracassant et déterminant, fait figure à la fois de prototype et d’immédiat apogée dans la violence verbale. Il provoque une onde de choc prolongée, dans une dynamique de « guerre des manifestes58 » et de pétitions parcourant l’ensemble de la communauté scientifique des pays belligérants59. Il laisse également des traces majeures à court et moyen terme. Mais au-delà, bien des cas sont connus, comme celui de l’historien « officiel » de la IIIe République, Ernest Lavisse, s’indignant des atrocités allemandes60 et dénonçant la Kultur germanique61 opposée à la « civilisation » des pays de l’Entente, dans une « construction antagoniste » caractéristique de la bipolarisation internationale et des efforts d’unification conceptuelle nationale à l’œuvre dans les publications de guerre. D’autres topoi, révélant ces « constructions stéréotypiques » et « complexes mythiques » opératoires lors de la phase initiale du conflit, sont d’ailleurs en partie produits par des spécialistes de l’histoire et des sociétés62 : s’opposent ainsi les « idées de 1789 » et « l’esprit (ou les idées) de 1914 », concept défini par l’économiste et sociologue Johann Plenge, reposant sur des valeurs de communauté nationale, de force et de virilité, d’anglo- et francophobie63. De même sont conceptualisés les chocs entre « héros » et « marchands », théorisés par l’Allemand Werner Sombart en 1915, entre le « Teuton » et le « Slave » pour le front oriental, particulièrement développé par l’historien et publiciste berlinois Theodor Schiemann64.

  • 65 Pogge von Strandmann, 2006.
  • 66 Il meurt le 10 mai 1915 de maladie, à l’âge de 59 ans.
  • 67 Comme beaucoup de ses contemporains, il avait étalé sur une table une carte de l’Europe politique (...)
  • 68 Chickering, 1993 ; Reichert, 2015.
  • 69 Cette question, liée à celle de l’invasion de la Belgique neutre, des atrocités et à la légitimité (...)
  • 70 Schöttler, 2005 et 2015 ; Warland, 2011 ; Rasmussen, 2014, 432-433 ; Reichert, 2015.
  • 71 Evans, 2010b, 110.
  • 72 Zerilli, 1998, 121 ; Courmont, 2010.

14Au-delà de ces antagonismes conceptuels, auxquels il faut ajouter la lutte entre porteurs de civilisation et « barbares », d’autres théories sont investies comme armes de guerre et de propagande65. L’historien de Leipzig Karl Lamprecht connaît par exemple une mobilisation très active quoique brève66, caractérisée par un enthousiasme patriotique intense devant les premières victoires de l’armée allemande et les perspectives d’hégémonie sur l’Europe67, mais aussi, au-delà de sa signature du Manifeste des 93, par au moins neuf exposés publics (à des étudiants ou des soldats), une petite monographie et de nombreux articles et tribunes de presse68. Il s’engage particulièrement sur la « question belge69 », promouvant une interprétation de l’histoire du pays en termes de lutte perpétuelle du peuple flamand pour son existence70, contre la théorie de « l’âme belge » et de l’unité du peuple de la monarchie bruxelloise. Plusieurs des articles du dossier enrichissent l’étude de cette question : A. Hurel évoque le cas de préhistoriens et anthropologues français comme René Verneau ; J.-L. Chappey et G. Lancereau, celui d’A. Mathiez célébrant la mémoire de « la victoire de l’an II » ; A.-S. Chambost et A. Gottely celui des universitaires de la faculté de droit de Paris, avant-guerre admiratifs de l’approche scientifique du droit développée en Allemagne mais critiques sur le modèle allemand de l’État, aux avant-postes de la « guerre du droit », dans leurs cours comme dans leurs expressions académiques. On pourrait les comparer à certains anthropologues allemands utilisant leur « position en tant qu’experts des “peuples du monde” pour traiter de questions politiques et présenter une vision racialisée des ennemis de l’Allemagne et de leurs alliés71 », ou leurs collègues français dissertant sur Les caractères d’infériorité morbide des Austro-Allemands, « race maudite » à l’odeur corporelle fétide72, même si le paléontologue Marcellin Boule, codirecteur de la revue L’Anthropologie et professeur au Muséum d’histoire naturelle, pourtant virulent à titre personnel, s’abstient le plus possible d’engager sa revue dans les « questions d’actualité scientifique » débattues par exemple à l’École d’anthropologie. En Belgique occupée, Pirenne témoigne de ses sentiments d’horreur et d’indignation mêlés, dans son journal privé, en février 1915 :

  • 73 Cité dans Boone, Keymeulen, 2017, 215-216.

Cette guerre, la plus grande du monde, n’est pas seulement hideuse par son caractère de fanatisme national au point de vue moral, et de sa boucherie scientifique au point de vue militaire. […] Au point de vue intellectuel, c’est pire encore. […] Chacun hurle pour soi. […] Les 93 imposteurs peuvent servir à montrer où on est tombé ! […] Plus l’Allemagne s’est confinée dans son orgueilleux nationalisme, plus elle s’est mise à part de l’Europe et des humanités. Et elle s’étonne d’être haïe ! […] Il y a là sans doute de la force et de la grandeur, mais […] pour les autres une menace et un péril73.

  • 74 Tollebeek, 2010.
  • 75 Ses relations avec Lamprecht, si elles se refroidissent nettement, perdurent cependant à travers u (...)
  • 76 Boone, Keymeulen, 2017, 210-211.
  • 77 Pirenne, 1920. Ils ont été depuis réédités à partir des manuscrits originaux : Lyon, 1976 ; Pirenn (...)

15Médiéviste novateur en matière d’histoire urbaine, de démographie historique et d’histoire à la fois politique, économique et sociale, historien national par son œuvre monumentale en sept volumes Histoire de la Belgique (1900-1932)74, formé à l’école allemande et proche de Lamprecht, Henri Pirenne ne supporte ni la guerre, qui fauche son fils, Pierre, à Yser, le 3 novembre 1914, ni l’engagement virulent de ses collègues germaniques75. Il ne tolère pas plus la Flamenpolitik de l’occupant allemand et des nationalistes flamands qui imposent le néerlandais comme unique langue d’enseignement dans son université (Gand). S’y opposant ouvertement, il est arrêté chez lui le 18 mars 1916, transféré d’abord dans le camp pour prisonniers politiques de Holzminden, puis en résidence surveillée à Iéna, enfin en relégation à Creuzburg en Thuringe. Dans le premier camp, il dispense d’ailleurs un cours à ses codétenus, qu’il couche par écrit, manuscrit qui deviendra sa monumentale Histoire de l’Europe (des invasions au xvie siècle)76, publiée seulement en 1936, à sa mort. Ses Réflexions d’un solitaire et Souvenirs de captivité sont édités par ses soins dès 1920 pour témoigner de son expérience de savant et de civil en guerre77.

  • 78 Rasmussen, 2014, 447.
  • 79 Rappelons que cet anglicisme (littéralement « devenir brutal », parfois traduit par « ensauvagemen (...)
  • 80 Rasmussen, 2014, 448.
  • 81 Quoique parfois dans un contexte de menace guerrière et de retour des combats, par exemple lors de (...)
  • 82 Warland, 2008.
  • 83 Horne, 2005.
  • 84 De Schaepdrijver, 2011, 535.

16Lorsque les armes se taisent enfin, la guerre des esprits continue. Les différentes phases de mobilisation et de remobilisation des armées, des sociétés et des savants aboutissent à une démobilisation sinon « impossible78 », du moins lente, difficile et partielle, témoignant d’une certaine « brutalisation79 » des communautés savantes, en particulier dans les sciences de l’homme. La persistance de l’hostilité entre anciens belligérants, du fonctionnement des savants et institutions scientifiques dans « la continuité du paradigme de la mobilisation80 » est palpable dans de larges pans des sciences humaines et particulièrement soulignée dans la plupart des études du dossier. Cet état d’esprit collectif mène d’ailleurs à de nouvelles phases très actives de remobilisation, hors conflit81 mais dans son prolongement direct, avec des mots très proches de ceux utilisés en temps de guerre, notamment lors des premiers congrès internationaux d’après-conflit, où discours et déclarations encore souvent franchement germanophobes sont théâtralisés. Malgré la réconciliation diplomatique et politique relative du milieu des années 1920, la mémoire du conflit et de sa violence physique ou verbale reste forte, comme le montre à nouveau le cas d’Henri Pirenne. S’il rêve d’une Europe pacifique et unie, s’il rejette le nationalisme allemand et flamand et se réjouit, avec Lavisse, de la victoire des alliés comme celle « de la vérité scientifique et de la vérité morale82 », il ne pardonne pas les atrocités allemandes83. Pour lui, devenu après 1918 un héros du royaume martyr et une icône internationale (pour ses collègues comme pour l’opinion publique) de la résistance belge, honoré par l’organisation du congrès international des sciences historiques en 1923, dans sa ville de Gand et évidemment sans les Allemands, la guerre ne se termine vraiment qu’avec la publication, en 1928 – quelques années avant sa retraite (1930) puis sa disparition (1935) –, d’un ouvrage d’histoire non plus médiévale, mais contemporaine, presque immédiate, La Belgique et la guerre mondiale, dans la série de la Dotation Carnegie sur l’histoire économique et sociale de la guerre84.

Un « moment honteux » pour les sciences de l’homme ?

  • 85 À ce niveau, Durkheim, malgré ses textes patriotiques et le deuil de son fils, fit l’objet d’une c (...)
  • 86 Fournier, 2007, 843 et 851.

17Pour une partie de ces savants, la mobilisation collective intellectuelle de 1914 nécessite cependant un véritable effort, tant elle contrevient à l’ethos d’autonomie du scientifique, aux habitudes de l’internationale savante du temps de paix et à l’image que beaucoup se font de la figure du Herr Professor. Elle fait néanmoins écho à des thèmes nationalistes et militaristes qui pouvaient rappeler l’Affaire Dreyfus à ceux qui l’avaient connue, et avaient à cette occasion combattu le nationalisme et l’antisémitisme85. Certains y résistent dès les premiers combats, dans leur for intérieur ou, beaucoup plus marginalement, publiquement. Maurice Halbwachs écrit ainsi à sa femme, le 12 août 1914 : « Je ne veux pas renoncer à mes admirations. Je dois trop à la pensée allemande. […] Je me rattache instinctivement à ceux qui savent être libres de chauvinisme étroit et brutal et rester citoyens du monde », mais il lui avoue le 15 octobre : « Le manifeste des intellectuels allemands est rude (à digérer). Ces gens-là sont trompés, archi trompés par leur gouvernement ». En novembre 1914, Robert Hertz continue pour sa part à refuser de « haïr tout ce qui est allemand, et vomir Wagner, Nietzsche, etc. sous prétexte de cette guerre86 ». Dans sa Considération actuelle sur la guerre et la mort de 1915, Sigmund Freud note pour sa part :

  • 87 Freud, 2010 [1915], 255, cité dans Gay, 1994, et Rasmussen, 2014, 438.

Jamais encore un événement n’aura […] fourvoyé tant d’esprits parmi les plus lucides […]. Même la science a perdu de son impartialité impassible ; ceux qui la servent, mus par la plus amère rancœur, cherchent à lui emprunter des armes pour offrir une contribution à la lutte contre l’ennemi. L’anthropologue se fait une obligation de réputer l’adversaire inférieur et dégénéré, le psychiatre de prononcer un diagnostic qui conclut à son désordre psychique ou à un trouble de son esprit87.

  • 88 Feuerhahn, Rabault-Feuerhahn, 2014, 157-163.
  • 89 Ils sont également politiques, syndicaux ou religieux.
  • 90 Guieu, 2012 et 2015.
  • 91 Ainsi, A.-S. Chambost et A. Gottely rappellent que, parmi les difficultés de fonctionnement de la (...)

18Il y a cependant peu d’équivalents pour les sciences de l’homme des figures dissidentes précocement et résolument pacifistes de Romain Rolland ou d’Albert Einstein, même si l’historien militaire et député berlinois Hans Delbrück exprime son désaccord dès l’été 1914, discutant par la suite la stratégie des militaires et les buts de guerre allemands, tandis que le jeune linguiste viennois Leo Spitzer, mobilisé, multiplie les conférences et les écrits critiques, internationalistes et pacifistes contre l’enrôlement chauvin de sa discipline88. De leur côté, certains milieux, en particulier académiques et juridiques89, liés dès avant 1914 aux évolutions du droit international, s’insurgent contre la violation allemande des règles de la guerre. Sans être exclusivement pacifistes, ils continuent de militer pour un ordre mondial régulateur qui se cristallisera avec les propositions wilsoniennes et le projet de Société des Nations90. Ces sentiments mêlés s’expriment plutôt selon une éthique du retrait, couvrant tout un spectre allant du refus absolu et déclaré de la guerre au silence gêné. Pour les savants des États belligérants, cette position en retrait est à la fois socialement inacceptable et réprimée par les lois d’exception91, en 1914-1915, puis dans la phase de « remobilisation » de 1917-1918, subissant la qualification de défaitisme ou de haute trahison. La polarisation du champ scientifique international correspond donc à une injonction continue, de la part du champ social comme de la communauté savante. Sa violence peut être transitionnelle, comme vecteur d’homogénéisation du champ et de conformisme, supportant difficilement la dissidence et la résistance.

  • 92 Prochasson, 1998.

19Cette attitude de « non-engagement92 », souvent négligée par ceux qui étudient les intellectuels, est en revanche particulièrement forte chez les savants des États neutres. Elle se traduit d’abord par l’affirmation de leur position intermédiaire entre les deux camps, survivance de l’internationalisme de la Belle Époque et « troisième voie » dans un débat où le faux et le vrai sont brouillés par les combats et les propagandes. Puis, elle évolue peu à peu, pour certains, vers un engagement public prenant soit parti pour l’un ou l’autre camp, au nom de la justice et de la vérité toujours, au risque d’essuyer les mêmes accusations de complicité, soit vers une position en faveur d’une paix blanche. À ce niveau, l’attitude des savants suisses, suédois et états-uniens est remarquable. Le début de la guerre provoque une opposition rapide entre le camp des germanophiles et celui des francophiles, selon des fractures qui recouvrent souvent les aires culturelles intranationales (Suisse alémanique contre romande) ou s’alignent sur les origines des savants germaniques immigrés (par exemple aux États-Unis). L’entrée en guerre des États-Unis est un cas particulier. La mobilisation des savants en 1917-1918 prend des formes très similaires à celle de ceux des nations belligérantes de 1914-1915, profitant de l’héritage et des enseignements de ce début de guerre, mais selon des modalités et une grammaire très proches. Elle entraîne une remobilisation des savants européens, qui n’est pas uniforme mais procède là encore par vagues, alimentée par la baisse du moral des opinions publiques et les mutineries de 1917, puis par la révolution bolchevique et la paix séparée de Brest-Litovsk, enfin par le retour de la guerre de mouvement au printemps-été 1918 et les perspectives de victoire pour les uns, de défaite et d’écroulement politique pour les autres.

  • 93 Rasmussen, 2015, 61.
  • 94 Ce mouvement n’a pas seulement concerné leurs œuvres de guerre, comme le montre le cas de Durkheim (...)
  • 95 Cité dans Hirsch, 2016, 98.
  • 96 Cité dans Dumoulin, 2003, 223.
  • 97 Rasmussen, 2014, 445.
  • 98 Alors même qu’en 1914, c’est justement au nom de cette distinction que se développent les mobilisa (...)
  • 99 Rasmussen, 2014, 449.
  • 100 Febvre, 1997, 37.
  • 101 Beaupré, 2012, 1016.

20Même si elle est jugée sur le moment largement légitime dans le cadre de l’effort de guerre, cette mobilisation des esprits et de la plume fait l’objet d’une très rapide déqualification, dans les phases intermédiaires de démobilisation comme dans l’immédiat après-guerre, en particulier au nom du pacifisme et de l’idéal d’autonomie scientifique93. Cette dévalorisation alimentant la mémoire immédiate du conflit touche tout particulièrement certains spécialistes installés des sciences de l’homme, selon un régime d’accusation et de condamnation morale voire scientifique d’autant plus fort que beaucoup ne sont plus vivants pour y répondre. De fait, elle participe d’un « devoir d’inventaire » critique d’une génération sur l’autre94. Au moment même où Paul Valéry parle de l’histoire comme du « produit le plus dangereux que la chimie de l’intellect ait élaboré » et met « dans le même sac » historiens et prophètes, aussi incapables d’appréhender, pour les uns, le passé que, pour les autres, l’avenir95, Henri Hauser écrit : « Maintenant que la guerre est finie, les Français ne reliront pas sans embarras certaines œuvres écrites pendant la guerre96 ». Ainsi, les essais de guerre, notamment ceux du « pic propagandiste de 1914 et 191597 », subissent un discrédit rapide et durable, en tant qu’œuvres mineures et surtout « de circonstances », en dehors des cadres normaux du discours scientifique acceptés par leurs pairs, également contestables du point de vue moral. Un tel engagement public, produit d’un contexte guerrier paroxystique, celui du début du conflit, aurait eu comme conséquence un brouillage de la figure du savant et de son éthique professionnelle de différenciation raisonnée entre le vrai et le faux, glissant du côté de la propagande et de l’erreur98, voire de la déviance méthodologique, constituant, dans l’ampleur sans précédent de la violence des luttes intellectuelles, un « inquiétant précédent99 ». Officier combattant sur le front occidental100, n’ayant pas participé à la « mobilisation des esprits » et « se souvenant des limites et apories de l’apolitisme proclamé des historiens français de la génération précédente, qui ne les avaient nullement empêchés de s’inféoder tantôt au radicalisme républicain, tantôt au nationalisme intégral101 », Lucien Febvre, dans la conférence inaugurale de son cours d’histoire moderne à Strasbourg en décembre 1919, appelle à fermer cette parenthèse dans des termes bien connus :

  • 102 Febvre, 1920, 4-5.

L’histoire qui sert, c’est une histoire serve. Professeurs de l’Université Française de Strasbourg, nous ne sommes point les missionnaires débottés d’un Évangile national officiel, si beau, si grand, si bien intentionné qu’il puisse paraître. […] La vérité, nous ne l’amenons point, captive, dans nos bagages. Nous la cherchons. […] Ce qui a perdu l’Allemagne, n’est-ce pas précisément de s’être façonné une vérité à son usage exclusif, une vérité à sa ressemblance et à sa seule convenance. […] L’histoire est une science. Elle n’est pas une avocasserie102.

  • 103 Dumoulin, 2003, 223-234.
  • 104 Les accords de Locarno, en octobre 1925, consacrent notamment la réconciliation franco-allemande.
  • 105 Collectif, 2018, 77.

21Cette idée d’une aliénation des sciences de l’homme par la Grande Guerre est ici proclamée avec force pour en revendiquer l’autonomie, malgré l’injonction sociale de participation à la reconstruction de l’identité nationale blessée. Elle illustrerait une certaine « déontologie du désengagement103 » qui aurait touché une grande partie des historiens universitaires français de l’entre-deux-guerres, en particulier après Locarno104, restant sur la réserve d’« intellectuels modérés voire modestes105 ». Elle éclairerait également le fait que tous les savants allemands soient finalement peu à peu réintégrés dans la communauté internationale, au plus tard au début des années 1930.

Penser la violence symbolique des savants : réévaluations et nouvelles interprétations

  • 106 La synthèse des courants d’histoire des intellectuels d’une part, d’histoire sociale des sciences (...)
  • 107 Rasmussen, 2014, 429.
  • 108 Cet enjeu est bien exprimé dès le Manifeste des 93, qui consiste en une série d’affirmations, en a (...)
  • 109 Celle notamment de l’archive pour les historiens par exemple (Dumoulin, 2003, 189-216).
  • 110 Rasmussen, 2014, 429.
  • 111 Prochasson, 2004, 668.
  • 112 Rasmussen, 2007.
  • 113 Rasmussen, 2003, 58.
  • 114 Jessen, Vogel, 2002.
  • 115 Rasmussen, 2015, 49.

22Un siècle plus tard, le phénomène de violence savante de la Grande Guerre est interprété de façon tout à fait différente106. Dépassant l’idée d’une période d’hystérie collective et d’emportement politique, de fièvre pathologique et d’aveuglement coupable, il est davantage pensé comme un investissement savant spécifique. Utilisant les formes les plus légitimes de la communication scientifique, dans le cadre d’une « culture de guerre » plus globale, largement forgée par les élites intellectuelles, il est caractérisé par une « brutalisation du discours, exprimant une rhétorique de contestation, qui différait radicalement de la forme neutre des discours et du régime de certitude scientifique qui gouvernaient l’horizon « normal » de bien des professionnels de l’écrit107 ». De fait, cette très vive et large mobilisation savante peut d’abord être interprétée comme contribuant à affirmer « le rôle social majeur » acquis par les scientifiques en tant que professionnels du « vrai108 », dans une position d’« acteurs du combat national » disposant d’armes spécifiques109, et une posture critique (à l’égard de leurs pairs du camp ennemi) caractéristique et légitime, luttant contre le mensonge et les méfaits dissimulés, engagés dans un combat pour le droit et la justice, au service de la collectivité110 et en direction des opinions publiques. Ce faisant, les savants se réappropriaient, détournaient et radicalisaient une pratique d’avant-guerre, dans une vocation presque prophétique, en tant qu’intellectuels, fonction issue en France d’une Affaire Dreyfus alors vieille d’à peine vingt ans111. En tant que tels, ils se positionnaient comme un groupe socioprofessionnel dont « la montée en puissance fut manifeste au cours du conflit112 », utilisant un système de configuration de discours très spécifique : « réponses, manifestes, protestations, destinés à des strates concentriques de public – les pairs, l’opinion, les alliés et les neutres – formant un ensemble de textes qui fonctionnent comme un stéréotype sans cesse reproduit113 ». Ils répondaient d’ailleurs à un modèle qui n’était pas propre à la Grande Guerre, mais bien antérieur : le nationalisme virulent n’a jamais disparu dans les sciences aux xixe et xxe siècles. Il était intégré à la fonction sociale de certaines de ces sciences de l’homme114 et constituait un élément essentiel de l’entreprise de construction des États, de nationalisation des sociétés européennes115.

  • 116 Rasmussen, 2014, 437-438.

23La mobilisation des savants correspond aussi à une cristallisation spécifique de la réflexion épistémologique sur la science, dans la continuité de débats méthodologiques précédents mais opposant, de manière spécifique et exacerbée, pour chaque discipline, les versions française (plus largement latine et anglo-saxonne) et allemande (voire germanophone), en termes de contenus et de méthodes116. Contrairement à ce qui s’était passé après le conflit franco-prussien de 1870-1871, l’impératif dans de nombreuses sciences est, après 1918, de « désapprendre de l’Allemagne » selon le mot fameux de Pirenne en octobre 1921, qui témoigne d’ailleurs bien de son sentiment de déception à cet égard :

  • 117 Pirenne, 1922, cité dans Boone, Keymeulen, 2017, 219.

Et le plus terrible, ce n’est pas que des publicistes fanatiques aient répandu ce poison à travers la masse, c’est que les philosophes, les historiens, les économistes, les philologues et les sociologues n’aient pas résisté à la contagion, et qu’elle ait infecté ces universités allemandes que l’étranger cependant continuait à admirer béatement comme de sereines écoles de sciences et de critiques117.

  • 118 Notamment Schöttler, 2015.
  • 119 Lyon, Lyon, 1998 ; Boone, Keymeulen, 2017.
  • 120 Pirenne, 1922, 7.

24Dans le prolongement des analyses de P. Schöttler118, rappelées par B. Müller dans son texte, il ne s’agit pas cependant de surinterpréter les propos de Pirenne, qui n’est pas foncièrement germanophobe ni partisan d’une histoire nationale et antiallemande (en tout cas pour les autres pays que la Belgique), mais, au fond, en faveur d’une histoire a-nationale, véritablement comparée et internationale119. L’historien belge met ainsi en garde ses auditeurs contre « une croisade contre la science allemande » car « il n’y en a pas plus qu’il n’y a de science anglaise ou française ou américaine ou belge ; pas plus qu’il n’y a non plus de science bourgeoise ou socialiste : il y a la science tout court120 ». Au fond, dans le cas de Pirenne, très singulier mais finalement à bien des égards emblématique, la violence de guerre s’exerce à un triple niveau. Il l’assume dans ses écrits, ses discours et ses convictions, dans un combat pour la justice et pour une interprétation conflictuelle de l’histoire de son pays ; il la subit, par son emprisonnement comme par la conscience douloureuse d’une rupture avec ses convictions scientifiques d’avant-guerre, très marquées par son attachement au modèle allemand ; il la dépasse enfin, par son appel à une histoire européenne (en particulier économique et sociale) et comparée, par une orientation également assumée vers l’histoire contemporaine, à côté et dans le prolongement de son histoire médiévale et nationale.

  • 121 Rasmussen, 2003, 54. Le « Comité d’études et documents sur la guerre » rassemble par exemple Durkh (...)
  • 122 Expression de Paul Desjardins, citée dans Ory, Sirinelli, 1986, 67.
  • 123 Dans une littérature considérable sur ce sujet : Ory, Sirinelli, 1986 ; pour le cas de l’anthropol (...)
  • 124 Voir la contribution de B. Müller.
  • 125 Pour le cas de la géographie : Ginsburger, 2016b.

25La mobilisation du début de la Grande Guerre fait enfin figure de prototype, de modèle (positif ou négatif) du mouvement mondial des consciences savantes, à composante nationale très affirmée mais également à une échelle internationale. Elle montre la capacité des savants à se penser et à s’organiser comme un collectif agissant, par des moyens propres (publics, dans le cadre des universités ou des académies, ou privés mais soutenus par les pouvoirs publics) d’auto-mobilisation intellectuelle121. À ce titre, elle ouvre la voie à certaines mobilisations de l’entre-deux-guerres, fournissant tout un répertoire rhétorique opératoire. La condamnation de la mobilisation des savants de 1914-1915 dans les années 1920 répond d’ailleurs au même régime argumentatif que celui de la Grande Guerre : celui de la vérité (les savants engagés auraient participé à la propagande des États), de la responsabilité et de la complicité morale (en entonnant le « chœur des vieillards122 », ils auraient contribué à faire durer le conflit), enfin de la justice (ils auraient justifié une paix au mieux imparfaite, au pire carthaginoise, responsable de déséquilibres portant les germes de nouvelles conflictualités). Cette constance argumentative permet d’ailleurs une résurgence de ces formes, en particulier à partir de 1933-1934 avec le sentiment d’un « danger fasciste » et de nouvelles menaces de guerres ouvertes : les discours de lutte pour la civilisation ou pour la liberté s’incarnent alors dans des manifestes et des pétitions, des groupements nationaux et internationaux (comités de vigilance, déclarations aux tribunes des congrès internationaux)123. C’est donc plutôt l’idée d’une permanence du schéma de pensée et d’action de la Grande Guerre, relativement souterraine mais très marquée, qui semble prévaloir : on peut donc difficilement parler de « désengagement » dans les années d’immédiate après-guerre, dans le contexte strasbourgeois124 comme dans celui des milieux savants allemands, autrichiens ou hongrois par exemple125, marqués par le révisionnisme, la défense des intérêts nationaux menacés par le règlement de la paix. Dans le cas des historiens de la Révolution française, champ particulièrement investi par les idéologies politiques, J.-L. Chappey et G. Lancereau montrent que c’est le positionnement d’historien officiel d’État qui est refusé, plutôt que celui d’historiens partisans (de gauche – socialiste ou communiste – comme de droite), parfaitement assumé.

  • 126 En particulier, sous sa seule signature, L’Allemagne au-dessus de tout, la mentalité allemande et (...)
  • 127 Bruhns, 2014 et 2017 ; MacLeod, 2018.
  • 128 La France de l’Est en 1917 (Lacoste, 1979 et 1994 ; Heffernan, 2001 ; Ginsburger, 2010).
  • 129 Hertz, 2002.
  • 130 Depuis plusieurs années, deux camps s’opposent à ce niveau : d’une part les historiens (en particu (...)
  • 131 Becker, 2003b.
  • 132 Mariot, 2013.
  • 133 Mariot, 2017.

26D’un point de vue interne aux disciplines, certaines des publications et prises de positions de guerre ont même été analysées comme des tentatives pour étudier la crise mondiale et ses composantes, comme des mises à l’épreuve et des confirmations grandeur réelle de théories et modèles scientifiques. Pensons ici à Durkheim126 et Weber127 pour la sociologie, à Vidal de la Blache chez les géographes128. Mais le cadre interprétatif a également évolué en fonction de nouveaux corpus de sources, ne se limitant plus aux écrits publiés, mais s’élargissant à des écrits plus intimes (correspondances, carnets, journaux). La violence y est également souvent bien présente, posant la question non plus de la mise en scène publique de soi comme savant combattant, mais de la conviction intime, et demandant en tant que telle à être interprétée. Une des questions récurrente est celle du degré de nationalisme et de consentement à la violence : en la matière, c’est la sociologie qui a fourni récemment les cas d’études les plus investis par certains historiens, à travers la figure du durkheimien Robert Hertz. L’existence d’archives bien identifiées a ainsi permis la publication d’une correspondance conjugale d’autant plus passionnante qu’exceptionnelle, éclairant autant la personnalité du jeune sociologue que celle de sa femme Alice, psychologue de l’enfant129. À partir de ce document s’est développée une discussion portant sur la notion de « culture de guerre130 ». Ces lettres, parmi d’autres documents, sembleraient montrer une « cristallisation symbolique très forte du don de soi à la nation131 » chez les savants mobilisés sous les drapeaux. La revisite récente par Nicolas Mariot de tout un corpus de témoignages de jeunes intellectuels (en particulier normaliens) plongés dans les combats, vient nuancer (de façon délibérément polémique) cette analyse132, de même que son étude spécifique sur la figure de Hertz, afin de déconstruire la question de son consentement progressif au « sacrifice » patriotique dans les tranchées, sous l’angle d’une progressive « radicalisation intime » confinant au fanatisme133. Sur un autre plan, la contribution de C. Bonnet et A. Lannoy, donnant accès à une correspondance inédite entre deux spécialistes des sciences des religions, s’inscrit dans ce cadre de réévaluation de figures classiques, avec un objectif sans doute moins sensible que pour Hertz, quoiqu’entretenu par la contradiction apparente entre la violence présente dans les lettres et les valeurs chrétiennes universalistes.

Une nouvelle façon de faire de la science ? Acteurs, méthodes, débats

Une période favorable ? Sciences de l’homme, armées, États et sociétés

  • 134 Raj, Sibum, 2015.
  • 135 Rasmussen, 2015.

27La Grande Guerre a pu jouer pour les sciences de l’homme le rôle d’un levier d’expérience professionnelle et scientifique, d’une opportunité inédite pour des activités scientifiques, individuelles ou collectives, selon des formes nouvelles d’organisation et d’expression scientifique, quoiqu’à bien des degrés comparables à d’autres périodes historiques de conflit, par exemple celles des guerres du xixe siècle (révolutionnaires et coloniales)134 comme celles des conflits mondiaux postérieurs (Seconde Guerre mondiale et Guerre froide)135.

  • 136 Rasmussen, 2003, 52.
  • 137 Dard, 2016.
  • 138 Bourlet, 2007.
  • 139 Wolff, 2005 ; Ginsburger, 2010.
  • 140 Flachowsky, 2009.
  • 141 Rasmussen, 2014, 439.
  • 142 Becker, 2003a, 79-92 ; Blaszkiewicz-Maison, 2015, 74-75 ; Carrupt, 2015 ; Dhermy-Mairal, 2017b, 84 (...)

28En la matière, le rôle des autorités militaires, administratives et politiques a été déterminant : avec la stabilisation des fronts et le passage d’un régime de guerre courte à celui de guerre « pérenne136 », elles ont eu un besoin soudain de spécialistes des sciences de l’homme dans différentes instances. Créations ad hoc souvent éphémères, ne survivant pas au-delà de 1918, ces organisations laissent des souvenirs tout autant que des traces dans la science, démontrant bien une demande toujours croissante d’intellectuels-experts137. Outils dans la mobilisation des armées, des savants ont ainsi été présents dans le cadre de l’armée française, dans les services de la censure, les sections historique, économique ou de renseignement de l’état-major du ministère des armées138, ou au Service géographique de l’armée139, où les scientifiques pouvaient être mobilisés et employés en fonction de leurs capacités, plus intellectuelles cependant que disciplinaires, parfois aussi en tant que « manageurs de crise » au service de l’administration militaire140. Mais certains ont pu également apporter, en collaboration avec les gouvernements et dans le cadre de l’organisation de l’effort de guerre, des « outils, concepts et modèles pour penser la gestion de l’économie et des hommes, l’organisation des moyens et l’optimisation des capacités141 ». Le cas des normaliens entourant Albert Thomas au ministère français de l’Armement, pour être très spécifique, n’en est pas moins remarquable et d’une portée dépassant le temps du conflit. Autour de ce député socialiste, historien de formation, se retrouve comme collaborateurs et conseillers, entre 1915 et 1917, un aréopage de jeunes spécialistes de sciences de l’homme, une dream team composée en particulier des durkheimiens François Simiand, Maurice Halbwachs et Henri Hubert, Hubert Bourgin, du linguiste et philologue romaniste Mario Roques et du juriste William Oualid, du géographe Fernand Maurette et de l’historien Paul Mantoux, brain-trust engagé déjà précédemment dans le réformisme social d’action. Puisant largement dans leurs savoirs et leurs compétences intellectuelles pour mener leurs combats, ils se voient ainsi placés à la tête d’une administration d’État particulièrement centrale dans le contexte de la guerre142.

  • 143 Soutou, 2006.
  • 144 Skidelsky, 2003.

29Cette dimension de sciences de l’homme appliquées est également présente pour l’économie. L’historien moderniste et économiste Henri Hauser est ainsi impliqué dans les activités du ministère français du Commerce et de l’Industrie, expert fort écouté par son ministre Étienne Clémentel et par Clemenceau143. Alors jeune professeur de Cambridge et spécialiste de questions monétaires et financières, John Maynard Keynes est pour sa part engagé au Trésor en janvier 1915 pour la durée de la guerre, malgré les pressions de ses amis du groupe de Bloomsbury, pacifistes et objecteurs de conscience. Principal conseiller de plusieurs ministres des finances successifs, membre de la délégation britannique, entre janvier et juin 1919, à la conférence de la Paix et au Conseil suprême économique, il négocie en particulier les modalités de ravitaillement de l’Allemagne vaincue et le report de la fixation du montant exact des réparations allemandes, mais démissionne début juin. Opposé aux réparations allemandes trop importantes, au maintien des dettes interalliées et à une Société des Nations qui ne serait pas, selon lui, suffisamment tournée vers l’économique, il publie à la fin de la même année son fameux réquisitoire contre les clauses du traité de Versailles, se positionnant dès lors à la fois comme prophète des difficultés économiques des années d’entre-deux-guerres et expert scientifique technique conseillant les États pour les surmonter144.

  • 145 Ainsi de la « Commission géographique » du gouvernement général allemand de Varsovie (Wardenga, 19 (...)
  • 146 En France le « Comité d’Études » dirigé par Lavisse (Dumoulin, 2003, 201-215 ; Wolff, 2005 ; Lowcz (...)
  • 147 Rappelons que Mantoux, alors spécialiste d’histoire économique britannique et passé par le cabinet (...)
  • 148 Weber, par ailleurs très actif pendant et après le conflit, a été sollicité par la délégation alle (...)
  • 149 Voir le texte d’A.-S. Chambost et A. Gottely.
  • 150 Cette catégorie ici anachronique, désignant des « laboratoires à idées » composés d’experts, corre (...)
  • 151 MacMillan, 2006 ; Davion, 2018 ; Laniol, 2018.

30Le cas de Keynes n’est pas unique et beaucoup d’États belligérants ont également employé des experts de manière prospective, par exemple dans les zones occupées par les troupes allemandes et austro-hongroises145 ou dans la préparation des buts de guerre et des conditions de la paix, puis lors des négociations des traités146. Dès lors, le congrès de la Paix de Paris en 1919-1920 prend l’apparence d’un immense et très long congrès international où discutent et s’affrontent toutes sortes de sciences de l’homme, évidemment encadrées par les rapports de force entre États et les contraintes réalistes de la diplomatie147, même si les savants des pays vaincus (l’Allemagne en particulier) n’y occupent pas la place « habituelle » d’avant 1914148. À l’instar de Keynes et du Français Charles Rist pour l’économie, les spécialistes français du droit public ont joué un rôle important dans les nouvelles institutions de la paix, dans la rédaction des traités internationaux et au sein des commissions de réparations des dommages de guerre149. Tout au long des années de négociations internationales qui mettent en place le règlement du conflit et le nouvel ordre mondial d’après-guerre, la plupart des délégations nationales se dotent de savants, plus ou moins issus de leurs administrations ou de think tanks constitués pendant le conflit150, capables de conseiller et de faire valoir leurs revendications et intérêts, sur des bases se présentant comme objectives et scientifiques151.

  • 152 MacLeod, 2000.
  • 153 Hertz, 2015. Il n’est pas le seul : des deux côtés du Rhin, en Italie et en Europe balkanique, le (...)
  • 154 Laurière, 2008a.
  • 155 Feuerhahn, Rabault-Feuerhahn, 2014, 157.
  • 156 Bloch, 2006, 293-316.
  • 157 Prochasson, 2006 ; Roynette, 2010 ; Roynette, Siouffi, Smadja, Steuckardt, 2014.
  • 158 Ginsburger, 2014a et b.
  • 159 Burguière, 2006, 41-45.
  • 160 Beaupré, 2012, 1015.
  • 161 À rapprocher de l’ouvrage d’Ernest Kantorowicz sur Frédéric II, publié en 1927, consacré au pouvoi (...)

31Au-delà de l’utilisation officielle des compétences scientifiques, la Grande Guerre a eu un effet d’opportunité scientifique très prégnant pour certains représentants des sciences de l’homme, constituant une sorte de matrice, de grille de lecture et d’interprétation pour leurs travaux, pendant et après le conflit. Les exemples sont nombreux de savants plongés dans différentes formes de combats (tranchées, guerre aérienne) comme dans un « laboratoire du champ de bataille152 », in situ, un terrain fertile à part entière : Hertz collectant les « contes et dictons » des soldats de Mayenne153, Paul Rivet poursuivant en pointillé sur le front oriental ses recherches ethnographiques sur l’existence et l’utilisation d’instruments agraires et se constituant à cette occasion un corpus photographique154, Leo Spitzer profitant de son rôle dans la censure autrichienne de la correspondance des prisonniers de guerre italiens pour faire des travaux de « romanistique militaire » et étudier par exemple le terme « faim » dans les lettres de captivité155, Bloch étudiant la propagation des « fausses nouvelles » dans les tranchées parmi les soldats qu’il encadrait comme officier156, les linguistes soldats Albert Dauzat et Gaston Esnault faisant des enquêtes de terrain et analysant les rites et « la langue du feu », l’argot des poilus157 et certains géographes observant les flux et concentrations d’hommes et de matériels sur le front158. À cette liste, S. Reubi rajoute dans son article les archéologues, par exemple l’historien français Jérôme Carcopino repérant les ruines de Troie en prenant des photographies aériennes des lignes ennemies dans les Dardanelles. Or, ces expériences de guerre à dimension savante ont des prolongements après 1918. Bloch, vrai combattant « avec son dosage d’angoisses, de souffrances, de rencontres humaines », mais aussi véritable observateur plongé dans un « laboratoire d’étude des mentalités » et de « psychologie sociale d’une richesse inouïe159 », écrit en 1921 une « synthèse entre sa propre expérience de combattant et sa pratique d’historien », un « essai d’histoire du temps présent160 » sur les rumeurs, alors qu’il trouve à Strasbourg, comme le montre B. Müller, un terreau particulièrement favorable à la réflexion sur ce sujet. En 1924, ses Rois thaumaturges sont dans la même lignée, mais cette publication, étude de la « religion royale » dans les représentations populaires161, signe pour lui la fin d’un cycle et une sorte de sortie de guerre, se tournant dès lors presque exclusivement vers des questions d’histoire économique et sociale et de méthode.

  • 162 Rasmussen, 2014, 439, et 2015, 59 ; Lignier, 2016.
  • 163 Ainsi le primatologue et spécialiste de psychologie comparée Robert Yerkes, en 1917 président de l (...)
  • 164 Evans, 2003 et 2010a ; Berner, 2005 ; Scheer, Marchetti et Johler, 2010, 233-351 ; Lange, 2013.
  • 165 Gingrich, 2010, 371-372.

32Au-delà de rencontres ponctuelles avec des objets émergents ou de circonstances particulières aboutissant à une sorte de « science de braconnage », ce sont les conditions mêmes de la guerre qui sont favorables à certaines sciences de l’homme, à commencer par la massification de la mobilisation militaire, engendrant des concentrations inédites de population. Les effets de la guerre et l’efficacité de la propagande sur le moral des troupes et des opinions publiques ont ainsi fait l’objet d’analyses de psychologues, tandis que la sélection de certaines catégories de soldats (aviateurs, automobilistes, opérateurs radio, artilleurs) et la gestion des réflexes, du sang-froid et de la fatigue des troupes ont été ponctuellement guidées par des travaux spécifiques dans les deux camps, profitant en l’occurrence de « circonstances d’exception et de phénomènes162 » bien connus, mais à une échelle inédite163, dans des conditions très favorables d’expérimentation et d’observation des ressources humaines. Dans un tout autre contexte, les dizaines de milliers de soldats européens, asiatiques, africains, cantonnés dans les camps de prisonniers des puissances centrales, ont constitué un terrain d’enquêtes (anthropométriques essentiellement, également photo- et phonographiques, cinématographiques, statistiques) d’une amplitude inégalée pour les anthropologues allemands et austro-hongrois qui ont très massivement investi ces laboratoires à ciel ouvert164, « aubaines » en termes d’économies d’échelle des enquêtes. Ainsi, environ un quart des anthropologues germaniques a été concerné par ces recherches menées dans des conditions déontologiques très problématiques, ne répondant aucunement à une commande étatique mais de leur propre initiative, pensant contribuer à l’effort de guerre patriotique165.

  • 166 Il en est de même pour les techniques médicales (chirurgie réparatrice, traitement des chocs psych (...)
  • 167 Singaravélou, 2016.
  • 168 Voir la contribution de N. Ginsburger.

33Ce genre de méthode, voire de technologie, expérimenté dans le contexte du conflit, a pu faire après-guerre l’objet d’importations ponctuelles, pouvant aboutir à de véritables changements de points de vue, à une « révolution et un décentrement du regard ». S. Reubi montre que la photographie aérienne a ainsi été rapidement transférée dans plusieurs sciences de terrain (archéologie, géographie, histoire, histoire de l’art, urbanisme, ethnologie et anthropologie)166. Directement issue de la guerre mais démilitarisée, elle s’installe dans les panoplies disciplinaires, quoique de façon limitée et réservée à certains terrains, en particulier coloniaux et paracoloniaux (le Levant). Il faut souligner cette continuité : les pratiques de guerre et certains cadres de pensée développés en contexte de combats militaires en Europe ont pu d’autant mieux persister au-delà de 1918 qu’ils se déplaçaient et étaient acclimatés à des espaces non-européens, parfois eux-mêmes fortement militarisés ou dans une recherche de contrôle politique de l’espace et des populations167. Le cas de la géographie rurale allemande montre aussi comment un déplacement s’opère de la géographie coloniale à la géographie tropicale, qui conserve une place importante malgré (ou à cause de, par un investissement revanchiste supplémentaire) la perte des colonies après le traité de Versailles168.

  • 169 Ginsburger, 2010 ; Ginsburger, Sigaud, à paraître ; Sigaud, à paraître.
  • 170 Reichert, 2015, 96-103.
  • 171 Gay, 1994.

34La Grande Guerre a aussi pu jouer comme une expérience fondatrice pour penser certains objets propres aux sciences de l’homme, observables directement, in vivo, de manière inédite. Certains savants vont observer la guerre moderne et ses conséquences sur le front lui-même ou dans les zones occupées. Jean Brunhes par exemple, pour nourrir ses cours de géographie humaine au Collège de France, fait plusieurs voyages en zones de combats, pour réaliser des autochromes de ruines, de soldats et de populations locales169. Karl Lamprecht, malgré une santé très dégradée, se rend à deux reprises en Belgique occupée (décembre 1914, mars-avril 1915). Il rencontre longuement Guillaume II en personne, donne des conférences aux soldats (sur l’histoire belge et l’art flamand) et y étudie la réalité des combats et les évolutions de l’état d’esprit national, du tissu économique170. Mais la plupart des savants observent de l’intérieur le home-front, le « front intérieur », dans un processus (forcé) d’immersion dans la guerre totale, et en tirent des conséquences scientifiques. À cet égard, J.-L. Chappey et G. Lancereau montrent que les historiens de la Révolution française ont pu opérer une « conversion des inquiétudes de guerre et de l’après-guerre en problèmes historiographiques », concernant certains objets devenant dès lors centraux après 1918 (guerres, propagande et rôle de l’État, subsistances et crises économiques), aboutissant à des travaux divers dont le plus connu est sans doute La Grande Peur de 1789 (1932) de Georges Lefebvre. De la même façon, Sigmund Freud peut, à l’occasion du conflit, s’interroger sur le processus de deuil individuel et de masse, mais aussi théoriser sur pièces la pulsion d’agressivité, en 1915, et celle de mort, en 1920171.

  • 172 Ginsburger, 2010.
  • 173 Hirsch, 2016, 97.
  • 174 Fabre, 1996, 107.
  • 175 Par exemple à travers la distinction entre nations « égoïstes » et « altruistes » (Mergy, 2001 et (...)
  • 176 Fabre, 1996, 110; Van Gennep, 1995; Mauss, 2013.
  • 177 Gingrich 2010.

35Enfin, le conflit donne l’occasion de suivre en temps réel certains phénomènes, à grande échelle. Il en est ainsi pour la géographie militaire, mais aussi pour la géographie politique et la géopolitique naissante, avec l’affrontement des États et les déplacements de frontières qui donnent une actualité éclatante et un vaste champ d’application aux théories ratzéliennes et aux questions de territorialisation nationales172. C’est également le cas pour la sociologie et la psychologie sociale : la guerre, « scandale de la raison », a montré, dans la mobilisation et la durée des combats, « la force du fait sociologique, la toute-puissance, contraignante et idéale, de la société », en mobilisant des millions d’individus, mus par des sentiments nationaux et un consentement au sacrifice que Durkheim avait évoqué en 1897 comme un « suicide altruiste173 ». Plus largement, la question du sentiment national prend une place centrale pour les sciences de l’homme de l’entre-deux-guerres, pas seulement liée à la poursuite de l’affrontement entre les nationalismes, mais aussi pour comprendre ce qui s’est joué et se joue en Europe avec la reconfiguration territoriale et géopolitique considérable qu’a constituée la naissance d’États-nations nouveaux, issus de l’éclatement des empires centraux et orientaux. De nombreux savants, « d’une grande vigilance critique à l’égard du monde européen que l’on est en train de bâtir174 » après-guerre, tentent de comprendre les ressorts des fondations nationales modernes175. Si Marcel Mauss esquisse une approche théorique de la nation en soulignant la place centrale et ambiguë de la tradition et relevant que nation et démocratie ne sont pas consubstantielles (il pense à l’exemple soviétique), Arnold Van Gennep est davantage ethnographe, particulariste, et voudrait ausculter « les turbulences des nations en puissance et dégager les régularités de leur mode de penser et d’agir176 ». Ni l’un ni l’autre ne vont au bout de leur entreprise, peut-être parce que le sujet était trop proche et brûlant, inachevé et sensible du point de vue du statut de discipline serve qu’ont pu assumer l’ethnologie du proche, les études folkloriques ou la Volkskunde dans le projet de construction nationale, statut largement assumé par les savants des nouveaux pays d’Europe centrale et orientale177.

Dynamiques et contradictions dans l’internationalisme savant

36Entre 1914 et la fin des années 1920, l’articulation entre nationalisme et internationalisme scientifique, en particulier la question centrale de la rivalité franco-allemande, présente des caractéristiques qui travaillent les champs savants, au niveau national comme inter- ou transnational, sinon créées du moins accentuées et accélérées par le conflit.

  • 178 Crawford, 1992 ; Feuerhahn, Rabault-Feuerhahn, 2010.
  • 179 Voir le texte d’A. Hurel.
  • 180 Voir par exemple l’article de C. Bonnet et A. Lannoy.
  • 181 Voir la contribution de N. Ginsburger. Pour le cas de l’ethnologie : Laurière, 2010.
  • 182 Rasmussen, 2014, 445.
  • 183 Frank, 2012.
  • 184 C’est une bonne partie de l’historiographie de la Grande Guerre qui est également concernée par ce (...)
  • 185 L’existence et les formes des sentiments nationaux, dans le cas belge par exemple, la place de la (...)
  • 186 Rasmussen, 2004b.

37Dès le début des combats en août 1914, l’internationalisme scientifique tel qu’il s’exprima au xixe siècle et à la Belle Époque semble sinon mort brutalement avec les premiers jours de la Grande Guerre, du moins suspendu178 et fragmenté par le choc et la surprise du conflit, puis par les diverses formes d’engagement des savants. Rapidement, les scientifiques de l’Entente décident de punir leurs pairs allemands, jugés complices des actes militaires, selon leurs moyens, en premier lieu par une exclusion des institutions nationales internationalisées que sont les sociétés savantes, les académies et les revues179. Avec le déclenchement de la guerre, les formes « normales » de l’internationalisme savant sont immédiatement mises en sommeil sine die, notamment pour des raisons de perturbations majeures dans les circulations180, même si certaines renaissent progressivement pendant le conflit, à travers des congrès régionaux181, des échanges entre universités internes à chaque camp et des missions académiques. Le souvenir des rassemblements passés et l’action des savants des pays neutres, évidemment « alarmés des effets délétères qu’aurait le conflit sur l’Europe du savoir », pour « préserver le réseau de coopération savante182 », sont persistants, mais d’abord vains. Cependant, l’internationalisme perdure bien, plus vigoureux que jamais, à travers les manifestations les plus nationalistes d’engagement, selon une interprétation « circulationniste » des relations culturelles et scientifiques internationales183 : les divers manifestes et publications de guerre et d’après-guerre participent bien à un débat scientifique véritablement mondialisé, qui monte en puissance avec la guerre et perdure, parfois pendant tout le xxe siècle184. Il concerne des questions relevant pleinement du champ des sciences de l’homme, dont certaines sont relativement anciennes et ne datent pas de 1914, malgré une reformulation inédite185 tandis que d’autres sont directement liées au conflit, selon des opérations très diverses de transferts culturels, d’affirmations, de reformulations et de traductions, de mises à l’épreuve selon des opérations typiquement scientifiques (administration de la preuve, documentation, recherche du vrai), à travers des acteurs et opérateurs multiples (savants, institutions scientifiques, éditeurs, États et propagande) dont la circulation des textes révèlent les principaux réseaux186.

  • 187 Rasmussen, 2014, 445.
  • 188 Voir la contribution d’A. Hurel.
  • 189 Schroeder-Gudehus, 1978 et 1986.
  • 190 Pour le cas de la géologie : Bergerat, 2018.
  • 191 Celles des Conseils Solvay et de la commission des prix Nobel qui ne cautionnent pas cette « mise (...)
  • 192 Reinbothe, 2010, 207.

38Avant même l’armistice, alors que « la reconstruction des relations intellectuelles internationales brisées par la guerre est à l’ordre du jour187 », la renaissance de l’internationalisme scientifique épouse étroitement le découpage diplomatique du monde entre Entente et puissances centrales, puis vainqueurs et vaincus, dans les sociétés savantes nationales188 comme au niveau international. Les nouvelles structures scientifiques généralistes créées en 1919189 se moulent sur le modèle des conférences interalliées et boycottent les scientifiques germaniques, exclus dès lors des organisations internationales disciplinaires qui se mettent en place190, à quelques exceptions près191. En retour, les savants allemands adoptent une position intransigeante de refus des « nouveaux rapports de force […] [et d’]une réflexion critique sur la Première Guerre mondiale192 ». Internationalisme et nationalisme s’articulent selon la grammaire héritée du conflit, comme C. Bonnet et A. Lannoy le montrent pour Loisy, engagé très tôt dans la défense d’une « religion de la paix » qui serait la nouvelle « religion de l’humanité », fervent promoteur de la mise en place d’un nouvel ordre mondial plus harmonieux, notamment organisé autour de la SDN, mais critique compulsif des « vices » de la science des religions allemande.

  • 193 Rasmussen, 2007.
  • 194 Feuerhahn, Rabault-Feuerhahn, 2010, 14. Ceci n’est pas forcément vrai dans tous les cas : la Suède (...)
  • 195 Schroeder-Gudehus, 1986.
  • 196 Rasmussen, 2015, 49.

39Les organisations internationales et la reprise des congrès internationaux au milieu des années 1920 sont d’ailleurs le lieu de la mise en scène et en mots, de la justification rhétorique de la poursuite de la guerre du côté des savants représentant les vainqueurs, par une exclusion et une condamnation des vaincus présentées comme une sanction collective du fait de leurs attitudes pendant le conflit. À rebours du mythe nostalgique d’une science « pure », intrinsèquement internationale et « morale193 », les grandes instances scientifiques internationales alliées et de très nombreux savants à titre personnel semblent ainsi s’accommoder des conséquences persistantes de la guerre sur la vie scientifique et des luttes de pouvoir qui en découlent pour la redéfinition de la hiérarchie des nations scientifiques194. « Pas de Locarno pour la science195 » : certains attendent de cette exclusion une nouvelle donne internationale, une lutte « pour le leadership national dans le monde savant196 », où l’Allemagne serait beaucoup moins dominante qu’avant 1914, où les écoles nationales des pays vainqueurs montreraient qu’elles dirigent désormais la République des sciences, par métonymie et comme un symbole de la victoire militaire et politique de la démocratie, du droit et de la justice sur la tyrannie et la barbarie.

  • 197 Reinbothe, 2006.
  • 198 Voir la contribution de B. Müller.

40Si le recul, voire l’abandon de la langue allemande dans les congrès et les échanges scientifiques internationaux (supplantée par l’anglais, et le français dans une moindre mesure)197 semble d’abord prendre acte de ce rééquilibrage, de nombreux scientifiques ont cependant rapidement conscience que les savants allemands continuent à occuper, hors des instances internationales, une place éminente voire prépondérante. Dans le champ des études préhistoriques (A. Hurel), le sentiment de concurrence entre la France et l’Allemagne se renforce, mais les spécialistes français font le constat de leur relatif déclassement et de difficultés persistantes, notamment en raison d’une professionnalisation insuffisante, tandis que les centres de recherche allemands semblent, même après 1929 et 1933, plus dynamiques que jamais. L’université de Strasbourg se nourrit pour sa part d’un rapport très ambivalent à l’université prussienne, entre admiration persistante et rejet, concurrence et rattrapage, « hantise » de la comparaison198. Ces éléments nourrissent l’hypothèse de l’existence, après 1918, d’une nouvelle « crise allemande de la pensée française », comme après 1870, alors même que cette fois, la France a vaincu, quoique difficilement et avec ses alliés.

  • 199 Pour le cas des géographes : Ginsburger, à paraître ; pour celui des sociologues : Johnston, 2018.
  • 200 Reinbothe, 2010. Le refus des États-Unis d’intégrer le nouvel ordre mondial autour de la SDN est a (...)
  • 201 Rausch, 2007 ; Tournès, 2008, 2010 et 2011 ; Rietzler, 2011 ; Syga-Dubois, 2016 ; Jeanpierre, 2016 (...)
  • 202 Voir la contribution de J.-L. Chappey et G. Lancereau.
  • 203 Voir le texte d’A.-S. Chambost et A. Gottely.
  • 204 Comme le montre l’exemple du financement par la Donation Carnegie pour la paix internationale d’un (...)
  • 205 Ainsi du Laura Spelman Rockefeller Memorial, fondé en 1918 et s’orientant à partir de 1922 vers le (...)
  • 206 Revel, 2015, 194.
  • 207 Voir la contribution de N. Ginsburger.

41Une nouvelle géographie internationale des sciences de l’homme se met en place, profitant de l’exclusion de l’Allemagne ainsi que de l’affaiblissement (notamment économique) des communautés savantes des États européens belligérants. Le phénomène majeur est évidemment la montée en puissance des scientifiques états-uniens, même si ce phénomène est déjà perceptible avant 1914 et n’est qu’accéléré par le succès de leurs alliances militaires199, et malgré le fait que, paradoxalement, ils ne sont pas plus que les Allemands intégrés dans nombre d’institutions savantes internationales d’après 1918200. A.-S. Chambost et A. Gottely étudient les mécanismes par lesquels le droit anglo-saxon diffuse son modèle, alors que les enseignants sont plutôt dans l’affirmation de la prééminence d’un droit français. J.-L. Chappey et G. Lancereau relèvent pour leur part des effectifs croissants d’historiens états-uniens étudiant la Révolution française avec des facilités de recherche que n’ont pas leurs homologues français et un intérêt redoublé par le fait que la guerre les a relativement détournés de l’histoire de l’Allemagne. Cette importance nouvelle des États-Unis ne prend pas seulement la forme d’une nouvelle concurrence d’un pays neuf avec ses anciens alliés de guerre, mais d’un rapprochement entre sciences européennes et états-uniennes, portées par la politique très active de mécénat, notamment par l’action des fondations privées201, apport nécessaire pour maintenir le financement des entreprises et institutions savantes dans une Europe exsangue, longtemps sous le coup de la crise de reconversion économique d’après-guerre,, comme le montrent les cas de la revue La Révolution française202 et de l’Institut des hautes relations internationales203. Mais ces fondations contribuent également à l’organisation de la recherche, au niveau international204 comme national205. Est-ce, pour au moins cinquante ans, l’affirmation du « modèle américain » dans les sciences de l’homme206 ? Le rééquilibrage et la reconfiguration des forces nationales dans l’environnement de l’internationale des sciences de l’homme sont indéniables, mais ils sont à relativiser, en tout cas avant les années 1930 et la Seconde Guerre mondiale : l’impression d’une reconstruction de la science européenne, selon les nouvelles modalités nationales et internationales, s’impose à partir du milieu des années 1920, et ceci jusqu’au milieu des années 1930, moment où les communautés savantes allemandes commencent à se dévitaliser du fait de la politique du pouvoir national-socialiste, amenant certains à l’exil et d’autres à la disparition : c’est ce que montre ici le cas de la géographie économique, dont un certain « âge d’or » coïncide exactement avec la République de Weimar207.

  • 208 Voir le texte d’A. Hurel.
  • 209 Maufroy, 2010.
  • 210 Voir la contribution de J.-L. Chappey et G. Lancereau.

42Cependant il n’y a pas que l’émergence des savants et des acteurs états-uniens sur la scène scientifique internationale. Certains pays anciens voient en effet leur place confortée par l’abaissement des savants germaniques (exclus), français et britanniques (en crise relative), notamment la Belgique, comme intermédiaire et partenaire de la France, et l’Espagne, par exemple dans le champ des sciences préhistoriques208. De plus, les pays nouveaux, notamment ceux de l’Europe orientale et balkanique, profitent également de relations scientifiques affirmées avec les puissances de l’Entente, au nom de la persistance des camps de la Grande Guerre, mais surtout d’une diplomatie culturelle, scientifique et académique française visant à prendre pied dans ces zones traditionnelles d’influence germanique. Ainsi, ces nouveaux États, qui s’appuient sur des communautés savantes déjà bien constituées avant 1914, se positionnent par exemple sur des sujets particuliers, comme les études byzantines, où les pays balkaniques (Roumanie, Serbie, Grèce) occupent une place prépondérante avec les Français (C. Diehl), les Allemands, Autrichiens et Soviétiques étant absents mais l’allemand restant la langue officielle de travail209. La place de la science soviétique est, quant à elle, très incertaine, comme le montrent son exclusion de la plupart des organisations savantes internationales et les critiques acerbes d’A. Mathiez à l’encontre de ses collègues210. Quant aux autres communautés scientifiques nationales, leur développement est plutôt remarquable dans les années 1930, ce dont témoignent par exemple les relations universitaires et scientifiques entre la France et le Brésil.

  • 211 Locarno mène à l’assouplissement des clauses d’exclusion par le Comité international de recherches (...)
  • 212 Au terme d’une sorte de « contre-boycott », car ils avaient été réintégrés dès le congrès de Paris (...)

43Avec les signes d’apaisement diplomatiques internationaux, avec sans doute aussi l’idée de l’impossibilité de continuer à tenir à l’écart une communauté savante nationale aussi importante que celle des pays vaincus et la volonté d’aller vers une réconciliation pour reconnaître les nouvelles dispositions démocratiques de la République de Weimar, les institutions savantes s’autorisent à emboîter le pas aux politiques, entre le milieu des années 1920 et le début des années 1930211. Ainsi, A. Hurel indique que plusieurs Allemands sont réintégrés dans les sociétés savantes spécialisées dans les études préhistoriques, en 1929 seulement, bien que partiellement et discrètement. Dans le champ de la géographie universitaire, les Allemands n’intègrent l’UGI qu’au congrès de Varsovie en 1934, dans un contexte international cependant bouleversé par l’arrivée au pouvoir du parti national-socialiste212. Commence alors une nouvelle période de tension, interne à cette discipline comme à d’autres, en particulier du fait de l’exacerbation des revendications nationalistes et du révisionnisme germanique.

Ce que la Grande Guerre fait à la vie savante

  • 213 Même si les deux dimensions sont évidemment étroitement liées (Adell, Lamy, 2016).
  • 214 Rasmussen, 2014, 443.
  • 215 Ibid., 445.

44L’histoire des sciences de l’homme pendant la Grande Guerre a souvent été menée au prisme des trajectoires individuelles, dont la microchronologie (événements personnels, sociaux et biologiques, publications, événements professionnels) était en partie soumise à la macrochronologie du conflit. Dès lors, étant donné le poids des événements, s’impose souvent l’idée d’une période à part dans leur « vie savante », telle une pause et une parenthèse tenant au mieux de « l’expérience », au pire de la contrainte (obligation militaire, devoir moral), de l’obstacle (pour leurs études, leurs carrières, leurs travaux), sans intérêt fondamental dans leur biographie et identité scientifiques, une période certainement importante dans le parcours de leur corps biologique et de leur personnalité sociale, mais relevant de l’individu, du personnel et non du scientifique stricto sensu213. Encore faut-il bien distinguer, au-delà du « dégradé d’attitudes forgées par les expériences que chacun fit de la guerre214 » et d’une « hétérogénéité chronologique et nationale, parfois chez les mêmes individus215 », plusieurs motifs prégnants, polarisant et structurant les diverses approches des situations individuelles de savants dans la Grande Guerre.

  • 216 Ainsi également de plusieurs géographes et anthropologues allemands (par exemple Emil von Luschan) (...)

45Le cas de l’absence d’effet lié à la guerre doit d’abord être évoqué car il correspond, d’une part, à un idéal d’autonomie de la science à l’égard du contexte militaro-politique et a concerné, d’autre part, de très nombreux spécialistes des sciences de l’homme appartenant à des États neutres ou belligérants mais en situation personnelle de blocage, de neutralisation et de situation périphérique par rapport aux théâtres de guerre. Bronisław Malinowski, citoyen austro-hongrois étudiant à Londres, part ainsi en Australie en 1914, avant le déclenchement des hostilités, y est assigné à résidence avec le début des combats216. De 1915 à 1918, il séjourne en Nouvelle-Guinée, chez les Mélanésiens des îles de Mailu, des Trobriand et Luzançay, publiant son ouvrage Les Argonautes du Pacifique occidental en 1922. Si une absence de mobilisation militaire ou civile n’est évidemment pas une preuve d’indifférence pour le conflit ni d’une déconnexion totale, il faut cependant bien accepter cette possibilité, expliquant par exemple que certains travaux se poursuivent pendant la guerre, que, chez les nombreux non-mobilisés (trop âgés, exemptés, neutres), des thèses de doctorat sont soutenues et que des publications paraissent presque normalement dans des revues scientifiques.

  • 217 Simon, 2017, 104-106.
  • 218 Olivier, 2017, 53-54.
  • 219 Dhermy-Mairal, 2017b.
  • 220 Laurière, 2008a.
  • 221 Ginsburger, 2010 et 2016a ; Amat, 2018.

46Le motif historiographique de la « guerre-parenthèse » est courant dans la vie des savants des États belligérants, en particulier pour ceux qui connaissent une longue carrière post-conflit et pour lesquels il manque une documentation permettant de connaître leurs situations réelles et sentiments intimes. Classiquement, le début du conflit et la mobilisation suspendent les activités normales et plongent les personnes concernées, « intellectuels perdus dans les tranchées », dans un autre temps, une période qui, lorsqu’elle s’arrête avant ou avec l’armistice, fait reprendre à l’intéressé sa fonction d’origine, malgré les éventuelles séquelles physiques ou morales de son expérience de guerre, dans une « prolongation de [son] identité savante217 ». Ainsi, exemple parmi tant d’autres, « la guerre eut pour effet de briser soudainement [l’]activité professionnelle [du sociologue et préhistorien Henri Hubert] engagée avec succès [au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain en Laye et à l’EPHE]. […] Après la guerre, Hubert semble reprendre ses travaux là où il les avait laissés, mais, malade du cœur, il est visiblement épuisé218 » et meurt en 1927. Mais on comprend mieux son itinéraire si l’on sait que, mobilisé en juillet 1915 au 90e régiment d’infanterie territoriale, au service automobile, il intègre en novembre le cabinet du ministre Thomas, jusqu’à la démission de ce dernier, en septembre 1917, puis le Service de protection des monuments et des œuvres d’art, pour assurer la protection de collections préhistoriques. Après-guerre, il continue à être impliqué, jusqu’à son décès, dans le réseau politique de Thomas, manifestant un intérêt constant pour la question allemande219. La « pause scientifique » est rarement absolue, elle peut renvoyer à des formes singulières de rupture voire de continuité : ainsi Paul Rivet retrouve, du fait de la guerre, son premier métier et sa formation naturaliste, avec lesquels il avait précédemment rompu, en servant comme médecin militaire sur les fronts de Verdun et d’Orient, à Salonique et en incitant ses frères d’armes à participer à une campagne de collectes naturalistes220. « Parenthèse » peut également signifier non pas une interruption totale de l’activité savante, mais une réorientation plus ou moins provisoire, imposée par les impératifs du conflit. Certains spécialistes de géographie physique (le Berlinois Albrecht Penck, le Français Emmanuel de Martonne, le Serbe Jovan Cvijić) ont publié des études spécifiques de géographie humaine, ethnographique et politique, répondant à l’actualité militaire et diplomatique de la guerre et des négociations de paix, puis retournant à leur terrain de prédilection auquel ils avaient de nouveau accès221.

  • 222 Cité dans Ginsburger, 2010 et 2014b, 399.
  • 223 Mariot, 2017.
  • 224 Voir la contribution de A. Hurel.
  • 225 Voir l’article de J.-L. Chappey et G. Lancereau.
  • 226 Fournier, 2007, 909.
  • 227 Sanguin, 1993 ; Ginsburger, 2010.
  • 228 Pour la sociologie française : Marcel, 2001 ; Hirsch, 2016 ; Cuin, Hervouet, 2018. Pour la géograp (...)

47De l’autre côté du spectre des expériences de guerre, le motif de la « guerre-rupture » est présent, sous une forme objective ou subjective. Le sentiment de discontinuité peut être exprimé par les acteurs, par exemple Georges Chabot lorsqu’il écrit : « Mes années d’étudiant, de normalien, si proches et si vivantes, me semblent aujourd’hui appartenir à un autre plan, à un « cycle » antérieur, pour user d’expressions géographiques222. » La rupture est évidente en cas de décès, en rapport direct ou indirect avec les combats, pour de jeunes chercheurs prometteurs (Hertz223, Joseph Déchelette224, Pierre-Maurice Masson225 parmi tant d’autres) comme pour des spécialistes plus âgés quoiqu’encore dans toute leur force productive et intellectuelle, par exemple certains « chefs d’école » français comme Durkheim en 1917226 et Vidal de la Blache en 1918227, tous deux à la suite et probablement en conséquence de la mort de leur fils (respectivement André et Joseph) sur le front. L’effet de souffle provoqué par la disparition de ces figures centrales a pu suggérer l’idée que la Grande Guerre aurait été un tournant disciplinaire, ce qui pose la question de la poursuite de leur œuvre par les disciples survivants. Ce tournant aurait débouché sur une période d’épanouissement plus ou moins respectueux des concepts hérités, alimentée par le culte du père fondateur, à la fois héros et victime, représentation fondée sur la construction largement mythique d’une interprétation de l’histoire disciplinaire en termes d’un « âge d’or », interrompu par le conflit mondial228.

  • 229 Notons que cette expérience combattante, dans certains cas bien particuliers, peut d’ailleurs être (...)
  • 230 Amputé du bras gauche en avril 1917, après une blessure au Chemin des dames, d’abord moderniste, i (...)
  • 231 Amputé de la jambe droite, cet historien moderniste devient géographe colonial après-guerre. Dans (...)
  • 232 Delzescaux, 2016, 36.
  • 233 Audoin-Rouzeau, 2010.
  • 234 Sieg, 2008.
  • 235 Trom, 2016, 387 et 393-395 ; Blomert, 2018.
  • 236 Demoor, Posman, Van Dijck, 2017.

48Entre parenthèse et rupture absolue, la persistance de traces de l’expérience de guerre offre un motif intermédiaire : c’est évidemment le cas des figures de savants blessés de guerre229 (Pierre Renouvin230, Robert Capot-Rey231) ou changeant de vision du monde du fait du conflit et de ses conséquences. Pour Norbert Elias, engagé volontaire dans l’armée à l’âge de 18 ans, la Grande Guerre a bien représenté une « ligne de partage des eaux » entre une jeunesse confortable et un âge adulte l’amenant à la philosophie et à la sociologie232. Cette expérience directe de la brutalité guerrière, de l’instabilité sociale et politique, constitue pour lui un tournant233. Mais c’est aussi « l’expérience de la solitude de l’individu pris dans le courant de l’histoire », celle des poilus dans les tranchées comme celle « des juifs allemands suspectés de trahison », parfois marginalisés, qui le marque. Cette impression provoqua certainement, comme chez d’autres intellectuels234, une rupture importante pour le jeune patriote de Breslau, engagé avant-guerre et jusqu’en 1924 dans le mouvement de jeunesse sioniste du Blau-Weiss235. Karl Polanyi, étudiant en philosophie et en droit à l’université de Budapest, est pour sa part mobilisé comme officier dans la cavalerie austro-hongroise et blessé sur le front russe. Son activisme politique soutenant le gouvernement républicain social-démocrate Karolyi et s’opposant à la révolution de Béla Kun le force à émigrer à Vienne : il y devient dans les années 1920 journaliste économique et politique et peu à peu un économiste reconnu, jusqu’à son émigration à Londres, en 1933. Dans son cas, l’après-guerre correspond donc à une double rupture, à la fois à une réorientation disciplinaire et un déplacement géographique forcé236.

  • 237 Par exemple le géographe Raoul Blanchard à Harvard, au printemps 1917 (Ginsburger, 2010), ce qui n (...)
  • 238 Voir la contribution de B. Müller.
  • 239 Par exemple les sociétés de géographie : Heffernan, 1995 et 1996.
  • 240 Eckart, Godel, 2016.
  • 241 Pour l’École normale supérieure : Chaline, 1996 ; Mariot, 2012 ; pour celle des Chartes : Leniaud, (...)
  • 242 Schwabe, 1969 ; Gruber, 1975 ; Fordham, 1997 ; von Bruch, 2006 ; Maurer, 2006 ; Irish, 2015.
  • 243 Pour le cas de la géographie : Ginsburger, 2015b.
  • 244 Par exemple l’agitation révolutionnaire, les tensions territoriales et militaires sur fond de règl (...)
  • 245 Voir les contributions de J.-L. Chappey et G. Lancereau, d’A. Hurel et de A.-S. Chambost et A. Got (...)
  • 246 Voir l’article de S. Reubi sur la réduction des coûts grâce à la photographie aérienne, et celui d (...)

49Ce cas de rupture professionnelle est également perceptible lorsque naissent des perspectives scientifiques ou professionnelles inédites, dans et après la guerre, dans le cadre des diverses formes de politique et de diplomatie universitaires : les envois de professeurs en tant qu’ambassadeurs académiques et conseillers techniques aux États-Unis pour la France avant 1917237, puis dans les pays de la « Petite Entente » après-guerre, de manière à étendre les influences culturelles, sont des exemples auxquels il faut ajouter les créations de postes plus ou moins stables au gré des occupations de guerre et d’après-guerre. L’université de Strasbourg en est un bon exemple, où de jeunes universitaires provinciaux trouvent des promotions professionnelles indéniables dans les années 1920, « l’université nouvelle » jouant le rôle de tremplin, d’antichambre de la Sorbonne et du Collège de France238. D’une manière plus générale, les institutions savantes, en particulier celles qui dépendent d’un bassin de jeunes savants en formation ou formés, objets classiques souvent étudiés (sociétés savantes239 et académies240, grandes écoles241 et universités242, organisations internationales), posent par nature la question de la continuité et fournissent des sources nombreuses permettant de bien mesurer, par diverses formes de séries (effectifs, publications propres, vie des savants et vie matérielle), les effets du conflit. De ce point de vue, les articles du dossier complètent et renouvellent les perspectives, à travers des lieux de savoir originaux, comme la bibliothèque de droit de Cujas. L’effet est souvent le même : le déclenchement du conflit provoque brutalement une « mise en friche » avec l’éloignement contraint des combattants, leur occupation à des tâches le plus souvent bien éloignées de leurs champs d’expertise et la baisse brutale des effectifs d’étudiants inscrits ou de lecteurs de bibliothèque, relativement compensée par leur féminisation spectaculaire mais souvent provisoire243, la paralysie de la sociabilité savante et le ralentissement important du rythme des publications, faute d’auteurs ou à cause des perturbations matérielles des structures d’édition et des conditions normales du travail scientifique. Les effets des crises politiques, sociales et économiques de la première moitié des années 1920, en lien direct avec la Grande Guerre244, sont tout à fait perceptibles et durables dans ces institutions : difficultés éditoriales, stagnation du nombre de pages dans les publications, perte de l’hégémonie245. Elles survivent néanmoins et traversent les tourmentes en gardant et en adaptant leurs activités, utilisant parfois d’ailleurs pour cela des produits dérivés de la guerre246.

  • 247 Chaubet, 2016.
  • 248 Fournier, 1994, 395.

50Immédiatement après 1918, l’ombre de la Grande Guerre est constamment évoquée, sous la forme d’un bilan mais aussi d’un processus inachevé, dépassant la stricte polarité guerre/paix. Période d’examen de conscience collectif, ce moment réflexif particulièrement prononcé pose de façon très crue la question de « l’avenir de la science » en général, dans un monde vécu et vu comme instable, en crise polymorphe. Les perspectives, dans et au sortir du conflit, balancent entre un pessimisme obsédant, également exprimé dans divers essais influents247, et un optimisme plus ou moins réaliste, comme Mauss l’exprime par exemple, lors de sa démobilisation en janvier 1919, lorsqu’il écrit : « Je vois l’avenir de l’Europe très faible, très noir. Enfin, on travaillera248. » C’est dans ce régime d’incertitudes que se développent aussi des réflexions nouvelles sur les objets et les méthodes.

51Le constat d’une crise profonde des sociétés, partant des sciences, consécutive à la Grande Guerre est assez globalement partagé, d’abord du point de vue humain et économique, comme l’écrit par exemple Charles Barrois :

  • 249 Cité dans Ginsburger, 2010, 817.

La guerre a fait un trou dans nos existences et nous n’arrivons pas à le boucher. Notre vie se consume dans les misères matérielles d’une reconstitution, qui paraît stérile et sans limites, et nous force à remettre à d’autres mains le culte de la science pure. Avant de produire, il nous faut réparer, ce qui coûte autant de temps que d’argent249.

52Cette vision désespérée des effets de la Première Guerre mondiale, certes par un géologue qui a vécu le conflit dans une ville de Lille encore considérablement marquée par les années d’occupation allemande, est partagée par son collègue géographe Lucien Gallois :

  • 250 Ibid., 816.

Il est bien des vides à combler et c’est la génération de 25 à 35 ans qui a été décimée. Notre personnel de géographes de cet âge est à peu près réduit à rien […]. Notre but est d’abord d’assurer l’existence de nos publications. […] Les frais d’impression, de papier surtout, sont trop considérables. Toutes les publications françaises souffrent de ces difficultés. Le prix du papier baissera, mais les frais d’impression ne diminueront pas. Le problème partout est de trouver de l’argent250.

  • 251 Voir le texte d’A. Hurel.
  • 252 Voir les textes de J.-L. Chappey et G. Lancereau, d’A.-S. Chambost et A. Gottely.
  • 253 Voir la contribution de B. Müller. Voir également Boone, Keymeulen, 2017.

53Ces difficultés du quotidien alimentent également dans les études préhistoriques l’idée d’une dévitalisation du champ du fait de la guerre251, tandis que le milieu des historiens de la Révolution française multiplie les « rappels nostalgiques du faste d’avant-guerre » et que les études juridiques connaissent un « repli sur soi doctrinal », un « provincialisation » et une mythification de la « tradition de la Belle Époque »252. À cela s’ajoutent des interrogations plus épistémologiques sur le devenir des sciences de l’homme. Même à l’université de Strasbourg, pourtant triomphante, la conscience d’une crise globale du modèle scientifique, d’une décadence et d’une remise en cause est nourrie par le constat d’une impasse de la voie allemande : du point de vue de la méthode historique, à la suite notamment de Pirenne, une bascule s’opère vers une histoire comparative, universelle, européenne, d’abord et avant tout pour contrer l’historisme allemand déjà présent avant 1914, mais vu comme exacerbé par le conflit et la défaite253.

  • 254 Cité dans Ginsburger, 2010, 816.
  • 255 Burguière, 2006, 23-51.

54Faisant pendant à ce constat de crise, une dynamique plus optimiste et volontariste s’exprime également, liée au retour à des conditions quasi normales de travail. Gallois l’écrit également : « Tout le monde s’est remis sérieusement au travail. Nous avons d’assez nombreux étudiants, heureusement […]. La bonne volonté est générale254. » Réparer sans pouvoir effacer, renouer avec une activité scientifique semblable à celle d’avant 1914, à moyen terme en tout cas, mieux s’organiser enfin : tels paraissent les objectifs les plus pressants. À Strasbourg, il s’agit de la reconstruction méthodique d’un monde intellectuel décrit comme en ruines, selon une mystique de la régénération, très présente chez les intellectuels dans l’immédiat avant-guerre et pendant le conflit, nourrie par la relative jeunesse des enseignants et par l’émulation nourrie d’une volonté de créer dans cette institution symbolique un lieu de science particulièrement performant et innovant, en concurrence obsessionnelle avec un modèle allemand passé (celui, long de presque cinquante ans, de l’université allemande) et présent (celui des universités de la République de Weimar). Si B. Müller montre que cette dynamique locale à dimension nationale a globalement tourné court vers 1925, elle a cependant eu des effets plus durables : même si le projet initial de création de revue par Febvre au milieu des années 1920 a avorté du fait des conditions économiques défavorables, il ressurgit en 1929 avec la fondation de la revue des Annales d’histoire économique et sociale, plus parisienne que strasbourgeoise cependant, marquée par l’influence de Pirenne, le « goût du présent » et le souvenir de l’expérience de guerre, prélude au sentiment de « crise de la culture européenne255 ».

  • 256 Hirsch, 2016, 330-336.
  • 257 Voir le texte de C. Bonnet et A. Lannoy.
  • 258 Dhermy-Mairal, 2015a et b, 2017a.
  • 259 Soutou, 2006.
  • 260 Voir la contribution de N. Ginsburger.

55À partir de cet exemple, peut-on généraliser et parler d’un véritable aggiornamento scientifique général après 1918 ? Cette dynamique de reconfigurations disciplinaires et de nouveaux travaux pluridisciplinaires, au terme d’un processus de maturation d’une remise en cause globale de la façon de penser les hommes et les sociétés, semble certes en partie imputable au conflit, mais n’y est sans doute pas réductible : on en trouve des traces précoces avant 1914, par exemple chez un certain nombre d’historiens déjà sensibles à la question du « temps social256 ». Mais l’après-guerre semble être un moment de cristallisation et de généralisation de l’interdisciplinarité, qui trouve également place dans d’autres secteurs, par exemple chez Loisy qui importe progressivement dans son champ certains outils de la sociologie durkheimienne257, ou dans des sciences de terrain (archéologie, ethnologie, géographie, etc.), pour lesquelles l’adoption de la technique militaire de la photographie aérienne requiert des compétences très diverses, rejetant la possibilité du travail individuel selon S. Reubi. Ils sont enfin à l’œuvre dans d’autres lieux de science, dont le modèle est plutôt lié aux opérations savantes appliquées du temps de guerre, au sein des instances de mobilisation, et aux sciences de gouvernement. Une partie des spécialistes qui avaient été employés auprès d’Albert Thomas prolonge l’expérience après-guerre au Bureau international du travail258, tandis que Hauser s’inscrit, comme d’autres experts (Mantoux, Jean Monnet), dans les milieux économiques et commerciaux de la SDN259. C’est dans ce creuset pacifiste, cosmopolite et animé par de nouvelles problématiques qu’à la fin des années 1920, le jeune Wolfgang Hartke trouve des perspectives intellectuelles stimulantes, renvoyant à celles de son maître berlinois Rühl, lui aussi désireux de régénérer une géographie allemande, décrite comme sclérosée, par l’apport des sciences sociales et économiques260.

What if… ?

  • 261 Cité dans Michel, 2004, 296.

Quand on y songe – surtout quand on est à la fois spectateur et acteur […] –, on a l’impression d’avoir déjà vécu depuis 1914 non pas une guerre, mais plusieurs guerres successives, profondément différentes les unes des autres, chacune d’elles au fur et à mesure qu’elles se succèdent nous éloignant davantage du passé, nous entraînant plus loin, toujours plus loin vers l’inconnu, vers des terres nouvelles dont la masse se profile dans la brume261.

  • 262 Ibid., 298.
  • 263 Rasmussen, 2014, 424.
  • 264 Revel, 2015, 190 et 206.

56Ainsi Jules Isaac analysait-il en juin 1917 son sentiment et sa perception du grand chambardement de la Grande Guerre, en appelant plus loin les historiens à penser la « rapide croissance des transformations et des renouvellements262 » pour comprendre leur temps. En effet, si ce conflit ne fut assurément pas « un bloc263 », il n’a pas agi sur les sciences de l’homme de façon monolithique, mais bien selon un continuum très large de réactions et de situations dont les articles de ce dossier témoignent, mélange d’affirmations, d’incertitudes et de tensions, de fragmentations et « de recompositions, au moins partielles264 ». Elles se sont trouvées dans un régime polymorphe et durable de crises : crise conjoncturelle de militarisation et de brutalisation, de définition également, entre le national et l’international, crise enfin de croissance, de conscience et d’identité, qui n’expliquent cependant pas tout dans leur histoire postérieure. Entre résilience et reconfigurations, changements et permanences, poursuite des oppositions en temps de paix et volonté de reconstituer une certaine communauté savante internationale, les sciences de l’homme ont bien été « travaillées » par la Grande Guerre, avant et après 1918.

  • 265 Rasmussen, 2015, 48.
  • 266 Ibid., 57.

57Néanmoins, on l’a vu, l’enjeu des interactions entre les sciences de l’homme et la Grande Guerre ne se situe pas seulement dans la façon dont le conflit a changé le régime des sciences, mais aussi dans la façon dont ces dernières, produisant non seulement des savoirs, mais aussi des systèmes d’action, de valeur et de « représentations sur lesquels reposent discours et postures d’autorité265 », ont changé la façon de faire et de se figurer le conflit moderne. Dans un processus d’hybridation remarquable quoique comparable à celui d’autres conflits antérieurs et postérieurs266, de militarisation des sciences et de scientifisation des armées et des États, elles se sont mobilisées en particulier au service du vrai et de la justice, définissant dès lors les termes des débats internationaux fondant la légitimité des États à faire la guerre et les modalités de la mobilisation, repensant, dès les premiers combats et jusqu’aux années 1920, leurs méthodes et leur organisation en adoptant largement la logique des gouvernements, en faisant converger localement (dans les armées, les ministères, les universités, les think tanks, les organismes internationaux) les savoirs académiques dans une logique souvent pluridisciplinaire, en temps de guerre comme d’après conflit.

  • 267 Pour le cas de l’ethnologie : Delpuech, Laurière, Peltier-Caroff, 2017.

58Comment (re)passer de l’état de guerre à celui de paix ? Comment se démobiliser, si tant est que cela soit vraiment possible, selon quelles modalités et quelle chronologie, pour en garder quelle mémoire ? Et comment se réconcilier ? Toutes ces questions, posées à l’ensemble des sociétés européennes dans les années d’immédiat après-guerre, sont bien peu ou prou présentes dans les sciences de l’homme de l’époque. Beaucoup de choses ont changé dans les sciences humaines et sociales avec l’expérience de la Première Guerre mondiale, mais il ne s’agit pas cependant d’en conclure que tout a changé, et que le paysage en est totalement bouleversé en 1918, du fait du conflit, ni que ce dernier explique toutes les évolutions de l’après-guerre. Il ne s’agit pas de s’en étonner outre mesure, mais de prendre acte du fait que le poids de la Grande Guerre, guerre totale, a pu être différencié, en fonction des pays, des régions, des catégories sociales ou des champs disciplinaires. Certes, aucun des articles de notre dossier ne conclut à l’absence de modifications profondes dans la discipline ou au basculement rapide, la parenthèse sanglante et belliqueuse refermée, vers une certaine science « normale » d’avant 14, un « retour à l’ordre ». Mais au-delà du milieu des années 1920, l’image de la Grande Guerre comme matrice des sciences de l’homme est plus contestable. Si, dans certains des cas évoqués dans les articles, le « conséquentialisme » a quelque chose d’évident, d’immédiat, apparaissant dès lors parfaitement recevable, pour d’autres, il pose véritablement question. Qu’un besoin de renouvellement important se soit manifesté dans certaines sciences humaines ou sociales à la fin des années 1920 n’est pas forcément indexable sur la guerre, en tout cas pas de façon exclusive267. Il est difficile à l’historien d’établir de manière absolue une telle relation causale et de mesurer les impacts directs réels en la matière, de la Grande Guerre en particulier comme de tout événement en général. Ceci pose la question du poids du conflit sur des processus qui auraient pu advenir sans elle, et qui n’aurait joué qu’un rôle d’accélérateur ou de cristallisateur d’évolutions fondamentales déjà amorcées avant 1914.

  • 268 Orain, 2015.
  • 269 Bien moins cependant que la Seconde (Deluermoz, Singaravélou, 2016).
  • 270 Cependant, imaginant ce qu’aurait été l’histoire de « l’autre siècle » si les armées allemandes av (...)

59Cette discussion, qui rejoint l’idée d’une « fertilisation paradoxale268 » de l’événement, mérite sans doute que les historiens, dans les années post-centenaire, se penchent avec mesure et modestie, par une interrogation encore plus poussée, de manière résolument comparée (entre disciplines, entre pays), sur l’influence du conflit sur le reste du xxe siècle, en convoquant l’idée plus subtile, à mesure que s’éloigne l’armistice, de « chaîne causale » ou cumulative, pour laisser la place à d’autres événements ou processus permettant d’expliquer les difficultés d’une discipline ou le regain du nationalisme, ou encore par une histoire contrefactuelle éminemment délicate à conduire mais potentiellement suggestive. Si la Grande Guerre a bien fait l’objet de tentatives de ce genre en ce qui concerne l’histoire militaire269, cela n’a pas été fait – à notre connaissance – à propos des sciences de l’homme270. Que se serait-il donc passé, par exemple, si la sociologie française n’avait pas perdu sa jeune génération de spécialistes (à commencer par Hertz) dans les tranchées, et si leur maître, Émile Durkheim, n’était pas disparu à l’âge de 59 ans ? À quoi aurait ressemblé l’historiographie française d’après-guerre si Marc Bloch ou Lucien Febvre était mort au combat ?

Haut de page

Bibliographie

Adell, N., Lamy, J., 2016, Ce que la science fait à la vie, Paris, CTHS.

Amat, J.-P., 2018, « Aux cartes ! Des géographes pour la paix ou pour la guerre ? », dans Lagrange, F., Bertrand, C., Lachèvre, C., Ranvoisy, E. (éd.), À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923, Paris, Gallimard/Musée de l’Armée, p. 33-38.

Aubin, D., 2018, L’élite sous la mitraille. Les normaliens, les mathématiques et la Grande Guerre, 1900-1925, Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Audoin-Rouzeau, S., 2010, « Norbert Elias et l’expérience oubliée de la Première Guerre mondiale », Vingtième siècle, revue d’histoire, 106, p. 105-114.

Azoulay, V., Boucheron, P. (éd.), 2009, Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Seyssel, Champ Vallon.

Beaupré, N., 2006, Écrire en guerre, écrire la guerre. France, Allemagne 1914-1920, Paris, CNRS Éditions.

Beaupré, N., 2012, Les Grandes Guerres, 1914-1945, dans Cornette, J. (éd.), Histoire de France, t. 12, Paris, Belin.

Becker, A., 2003a, Maurice Halbwachs. Un intellectuel en guerres mondiales 1914-1945, Paris, Aniès Viénot.

Becker, A., 2003b, « De quelques historiens, sociologies et ethnologues juifs en Grande Guerre. Entre Sciences sociales, République, Union sacrée et barrésisme », Archives juives, 36/2, p. 68-85.

Becker, A., 2009, Apollinaire. Une biographie de guerre, 1914-1918, Paris, Tallandier.

Becker, A., Becker, J.-J., 2003, « Pierre Renouvin », dans Sales, V. (éd.), Les Historiens, Paris, Armand Colin, p. 104-118.

Becker, J.-J., 2004, L’année 1914, Paris, Armand Colin.

Bergerat, F. (éd.), 2018, 14-18, la Terre et le Feu. Géologie et géologues sur le front occidental, AGBP/COFRHIGÉO/SGN, Mémoire Hors-série n° 10 de l’AGBP.

Berner, M., 2005, « Forschungs-‘Material » Kriegsgefangene: die Massenuntersuchungen der Wiener Anthropologen an gefangene Soldaten, 1915-1918 », dans Gabriel, H. E. (éd.), Neugebauer, W., Vorreiter der Vernichtung? Eugenik, Rassenhygiene, und Euthanasie in der österreichischen Diskussion vor 1938, Vienne, Böhlau, p. 167-198.

Blaszkiewicz-Maison, A., 2015, Albert Thomas : le socialisme en guerre, 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Blänsdorf, A., 2010, « Une collaboration scientifique “dans un esprit vraiment œcuménique et international” : Les congrès internationaux d’historiens et le Comité International des Sciences Historiques dans l’Entre-deux-guerres », Revue germanique internationale, 12, p. 209-228.

Bloch, M., 2006, L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Paris, Gallimard (Quarto).

Blomert, R., 2018, « Norbert Elias et les études sur la Renaissance à Heidelberg (année 1920) », Revue d’histoire des sciences humaines, 32, p. 211-225.

Boone, M., Keymeulen, S., 2017, « “Personne ne songe à l’Europe, sauf quelques utopistes sans voix et sans force” : Henri Pirenne (1862-1935) et l’histoire de l’Europe », dans Crouzet, D. (éd.), Historiens d’Europe, historiens de l’Europe, Seyssel, Champ Vallon (Époques), p. 209-226.

Boureau, A., 2018 [1990 ; 2000], Kantorowicz. Histoires d’un historien, Paris, Les Belles Lettres.

Bourlet, M., 2007, « Des normaliens dans les services de renseignement du ministère de la Guerre (1914-1918) », Revue historique des armées, 247, p. 31-41.

Bruendel, S., 2003, Volksgemeinschaft oder Volksstaat. Die „Ideen von 1914“ und die Neuordnung Deutschlands im Ersten Weltkrieg, Berlin, Akademie Verlag.

Bruhns, H., 2014, « Der ’Soziologe’ und der Krieg. Max Weber 1914-1920 – “Dieser Krieg ist groß und wunderbar” », Lendemains, 39/156, p. 60-74.

Bruhns, H., 2017, Max Weber und der Erste Weltkrieg, Tübingen, Mohr Siebeck.

Bueltzingsloewen, I. von, 2015, « La Grande Guerre : une parenthèse dans l’histoire de la psychiatrie française ? », dans Compagnon, A. (éd.), Autour de 1914-1918 : nouvelles figures de la pensée. Sciences, arts et lettres, Paris, Odile Jacob, p. 309-329.

Burguière, A., 2006, L’École des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob.

Cabanes, B. (dir.), 2018, Une histoire de la guerre, du xixe siècle à nos jours, Paris, Seuil.

Carrupt, R., 2015, « Fernand Maurette (1878-1937) : de la géographie économique à l’expertise internationale », dans Clerc, P., Robic, M.-C. (éd.), Des géographes hors-les-murs ? Itinéraires dans un monde en mouvement (1900-1940), Paris, L’Harmattan, p. 69-107.

Chagnon, M.-E., 2012, « Le Manifeste des 93 : la mobilisation des académies françaises et allemandes au déclenchement de la Première Guerre mondiale (1914–1915) », French Historical Studies, 35/1, p. 123-147.

Chagnon, M.-E., Irish, T. (éd.), 2018, The Academic World in the Era of the Great War, Londres, Palgrave Macmillan.

Chaline, O., 1996, « Les normaliens dans la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, 183, p. 99-110.

Charle, C., Jeanpierre, L. (éd.), 2016, La vie intellectuelle en France, t. 1, Des lendemains de la Révolution à 1914, Paris, Seuil.

Chaubet, F., 2016, « Le motif de la crise de civilisation dans l’entre-deux-guerres », dans Charle, C., Jeanpierre, L. (éd.), La vie intellectuelle en France, t. 2, De 1914 à nos jours, Paris, Seuil, p. 48-51.

Chickering, R., 1993, Karl Lamprecht. A German Academic Life (1856-1915), Atlantic Highlands, Humanities Press.

Clark, C., 2013, Les somnambules. Été 1914 : comment l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion.

Claval, P., Sanguin, A.-L., 1995, La géographie française à l’âge classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan.

Collectif, 2005, Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 23, « La guerre du droit », 1914-1918.

Collectif, 2018, Un géographe de plein vent. Albert Demangeon (1872-1940), Paris, Éditions des Cendres.

Courmont, J., 2010, L’odeur de l’ennemi. L’imaginaire olfactif en 1914-1918, Paris, Armand Colin.

Crawford, E. T., 1992, Nationalism and Internationalism in Science, 1880-1939: Four Studies of the Nobel Population, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Cuin, C.-H., Hervouet, R. (éd.), 2018, Durkheim aujourd’hui, Paris, PUF.

Dard, O., 2016, « Experts et intellectuels-experts : une demande croissante », dans Charle, C., Jeanpierre, L. (éd.), La vie intellectuelle en France, t. 2, De 1914 à nos jours, Paris, Seuil, p. 52-57.

Davion, I., 2018, « Le rôle des experts dans la fabrique de la paix », dans Lagrange, F., Bertrand, C., Lachèvre, C., Ranvoisy, E. (éd.), À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923, Paris, Gallimard/Musée de l’Armée, p. 27-32.

De Schaepdrijver, S., 2011, « “That theory of races.” Henri Pirenne on the unfinished business of the Great War », Revue belge d’histoire contemporaine, 41/3-4, p. 533-552.

De Simonis, P., Dei, F., 2010, « Wartime folklore: Italian anthropology and the First World War », dans Johler, R. Marchetti, Ch., Scheer, M. (éd.), Doing anthropology in wartime and war zones, Bielefeld, Transcript, p. 75-98.

Delacroix, X. (éd.), 2018, L’autre siècle. Et si les Allemands avaient gagné la bataille de la Marne ?, Paris, Fayard.

Delpuech, A., Laurière, C., Peltier-Caroff, C. (éd.), 2017, Les années folles de l’ethnographie. Trocadéro 28-37, Paris, Publications scientifiques du MNHN (Archives).

Deluermoz, Q., Singaravélou, P., 2016, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Seuil.

Delzescaux, S., 2016, Norbert Elias. Distinction, conscience et violence, Paris, Armand Colin.

Demoor, M., Posman, S., Van Dijck, C. (éd.), 2017, Intellectual Response to the First World War. How the conflict impacted on Ideas, Methods and Fields of Enquiry, Brighton, Portland, Sussex Academic Press.

Deperchin, A., 2013, « Droit de la guerre », dans Winter, J. (éd.), Histoire de la Première Guerre mondiale, vol. 1, Combattre, Paris, Fayard, p. 657-681.

Dhermy-Mairal, M., 2015a, « Du danger des enquêtes savantes. Faire œuvre de science dans l’entre-deux-guerres au Bureau international du travail », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 62/4, p. 7-32.

Dhermy-Mairal, M., 2015b, « Durkheimisme scientifique et durkheimisme d’action : François Simiand et le Bureau international du travail (1920-1930) », Revue française de sociologie, 56/4, p. 673-696.

Dhermy-Mairal, M., 2017a, « Edgard Milhaud, un économiste au Bureau international du travail. Faire science en économie sociale ou la quête d’autonomie d’un savant », Revue d’histoire des sciences humaines, 31, p. 93-112.

Dhermy-Mairal, M., 2017b, « Henri Hubert et la guerre. Un “rail” pour Albert Thomas », dans Olivier, L. (éd.), La Mémoire et le Temps. L’œuvre transdisciplinaire d’Henri Hubert (1872-1927), Paris, Demopolis, p. 81-101.

Dumoulin, O., 2003, Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel.

Eckart, W. U., Godel, R. (éd.), 2016, „Krieg der Gelehrten“ und die Welt der Akademien 1914–1924, Acta Historica Leopoldina, t. 68, Stuttgart, Wissenschaftliche Verlagsgesellschaft.

Evans, A. D., 2003, « Anthropology at war: Racial studies of POW’s during WW1 », dans Penny, H. G., Bunzl, M. (éd.), Worldly Provincialism: German Anthropology in the Age of Empire, Ann Arbor, University of Michigan Press, p. 198-229.

Evans, A. D., 2010a, Anthropology at War: World War 1 and the Science of Race in Germany, Chicago, University of Chicago Press.

Evans, A. D., 2010b, « Science behind the lines: The effects of World War I on anthropology in Germany », dans Johler, R. Marchetti, Ch., Scheer, M. (éd.), Doing Anthropology in Wartime and War Zones, Bielefeld, Transcript, p. 99-122.

Fabre, D., 1996, « L’ethnologue et les nations », dans Fabre, D. (éd.), L’Europe entre cultures et nations, Paris, Éditions de la MSH, p. 99-120.

Febvre, L., 1920, « L’histoire dans le monde en ruines », Revue de synthèse historique, 30/88, p. 1-15.

Febvre, L., 1997, De la Revue de synthèse aux Annales. Lettres à Henri Berr 1911-1954, Paris, Fayard.

Feuerhahn, W., Rabault-Feuerhahn, P., 2010, « La science à l’échelle internationale », Revue germanique internationale, 12, La fabrique internationale de la science. Les congrès scientifiques de 1865 à 1945, p. 5-15.

Feuerhahn, W., Rabault-Feuerhahn, P., 2014, « La philologie peut-elle s’exporter ? À propos de l’itinéraire identitaire et disciplinaire de Leo Spitzer », Revue germanique internationale, 19, p. 155-177.

Flachowsky, S., 2009, « “So viel ich kann, bemühe ich mich, der Heeresverwaltung nützlich zu sein”. Wissenschaftler als Krisenmanager zwischen 1914 und 1945. Emil Fischer - Rudolf Schenk - Adolf Fry », dans Berg, M. (éd.), Mit Feder und Schwert. Militär und Wissenschaft - Wissenschaftler und Krieg, Stuttgart, Franz Steiner, p. 107-135.

Flasch, K., 2000, Die geistige Mobilmachung. Die deutschen Intellektuellen und der Erste Weltkrieg. Ein Versuch, Berlin, Alexander Fest Verlag.

Flöter, J., Diesener, G. (éd.), 2015, Karl Lamprecht (1856-1915). Durchbruch in der Geschichtswissenschaft, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag.

Fordham, E., 1997, « Universities », dans Winter, J., Robert, J.-L. (éd.), Capital cities at war. Paris, London, Berlin, 1914-1919, vol. 2, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Fournier, M., 1994, Marcel Mauss, Paris, Fayard.

Fournier, M., 2007, Émile Durkheim (1858-1917), Paris, Fayard.

Frank, R., 2012, « Culture et relations internationales : transferts culturels et circulation transnationale », dans id. (éd.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF (Le nœud gordien), p. 437-451.

Freud, S., 2010, Anthropologie de la guerre, Paris, Fayard.

Gay, P., 1988, Freud, A Life for Our Time, Norton (trad. fr. 1991, Freud, une vie, Paris, Hachette).

Gay, P., 1994, « Freud et la guerre », dans Becker, J.-J. (éd.), Guerre et cultures, 1914-1918, Paris, Armand Colin.

Gelfand, L. E., 1963, The Inquiry: American Preparations for Peace, 1917-1919, New Haven, Yale University Press.

Giaccaria, P., Minca, C. (éd.), 2016, Hitler’s Geographies. The spatialities of the Third Reich, Chicago, University of Chicago Press.

Gilles, B., Offenstadt, N. (éd.), 2014, « Mémoires de la Grande Guerre », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 113-114, p. 2-5.

Gingrich, A., 2010, « After the Great War: National reconfigurations of anthropology in late colonial times », dans Johler, R. Marchetti, Ch., Scheer, M. (éd.), Doing anthropology in wartime and war zones, Bielefeld, Transcript, p. 355-379.

Ginsburger, N., 2010, « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes universitaires. France, Allemagne, États-Unis (1914-1921), thèse de doctorat, université Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

Ginsburger, N., 2014a, « Regards géographiques au cœur des combats », L’Espace géographique, 43/2, p. 179-187.

Ginsburger, N., 2014b, « „Der Krieg, die schrecklichste Erosion“. Feldpostbriefe als Quellen für die Geschichte der Geographie », dans Brogiato, H.-P., Schelhaas, B. (éd.), „Die Feder versagt…“ Feldpostbriefe aus dem Ersten Weltkrieg an den Leipziger Geographie-Professor Joseph Partsch, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, p. 399-411.

Ginsburger, N., 2015a, « Géographie humaine, historiens des Annales et guerres mondiales. L’itinéraire heurté de Théodore Lefebvre (1889-1943) », dans Clerc, P., Robic, M.-C. (éd.), Des géographes hors-les-murs ? Itinéraires dans un monde en mouvement (1900-1940), Paris, L’Harmattan, p. 137-182.

Ginsburger, N., 2015b, « Les premières géographes universitaires en France : enquête sur les débuts d’une féminisation disciplinaire (1913-1928) », Cybergeo: European Journal of Geography, DOI : 10.4000/cybergeo.27138

Ginsburger, N., 2016a, « Réseaux académiques et circulations savantes entre guerres et paix (1912-1919). Les expertises de Jovan Cvijić et de ses collègues géographes à travers les cas de Trieste et Fiume », Cybergeo: European Journal of Geography, DOI : 10.4000/cybergeo.27690

Ginsburger, N., 2016b, « L’expertise territoriale et cartographique des vaincus austro-hongrois. Robert Sieger, Pal Teleki et les traités de Saint-Germain et de Trianon », Cartes & Géomatique, 228, Cartographie et traités de paix (xve-xxe siècle), p. 115-132.

Ginsburger, N., à paraître, « « Vous voulez faire de moi un géographe américain ? » Vidaliens et Davisiens dans la Grande Guerre », dans Catala, M., Jeannesson, S. (éd.), Actes du colloque international « “Voilà les Américains !” Les États-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs », 22-24 juin 2017, Saint-Nazaire.

Ginsburger, N., Sigaud, A., 2019 (à paraître), « Montrer, expliquer et comprendre la Grande Guerre. Les plaques photographiques des “Archives de la planète” et les cours de Jean Brunhes au Collège de France (1915-1917) », dans Borlée, D., Doucet, H. (éd.), Actes du colloque international « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir », 16-18 mars 2016, Strasbourg.

Graceffa, A., 2014, « Médiévistes en guerre : un engagement patriotique. Analyse comparée entre 1870-1871 et 1914-1918 », dans Condette, J.-F. (éd.), Les Écoles dans la guerre. Acteurs et institutions éducatives dans les tourmentes guerrières (xviie-xxe siècles), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 159-180.

Gruber, C. S., 1975, Mars and Minerva: World War I and the Uses of Higher Learning in America, Baton Rouge, Louisiana State University Press.

Guieu, J.-M., 2012, « Les juristes internationalistes français, l’Europe et la paix à la Belle Époque », Relations internationales, 149, p. 27-41.

Guieu, J.-M., 2015, Gagner la paix, 1914-1929, Histoire de la France contemporaine, t. 5, Paris, Seuil.

Hampe, K., 2004, Kriegstagebuch 1914-1919 (éd. F. Reichert et E. Wolgast), Deutsche Geschichtsquellen des 19. und 20. Jahrhunderts, t. 63, Munich, Oldenbourg.

Hanna, M., 1996, The Mobilization of Intellect. French Scholars and Writers during the Great War, Cambridge, Harvard University Press.

Heffernan, M., 1995, « The spoils of war: The Société de Géographie de Paris and the French Empire, 1914-1919 », dans Bell, M., Butlin, R., Heffernan, M. (éd.), Geography and Imperialism 1820-1940, Manchester/New York, Manchester University Press, p. 221-264.

Heffernan, M., 1996, « Geography, cartography and military Intelligence: The Royal Geographical Society and the First World War », Transactions of the Institute of British Geographers, 21, p. 504-533.

Heffernan, M., 2001, « The politics of historical geography: French intellectuals and the question of Alsace-Lorraine 1914-1918 », dans Black, I., Butlin, R. (éd.), Place, culture and Identity, Sainte-Foy, Presses de l’université Laval, p. 203-234.

Hertz, R., 2002, Un ethnologue dans les tranchées, août 1914-avril 1915. Lettres de Robert Hertz à sa femme Alice (présentées par A. Riley et P. Besnard), Paris, CNRS Éditions.

Hertz, R., 2015, Sociologie religieuse et anthropologie. Deux enquêtes de terrain (1912-1915) (éd. S. Baciocchi et N. Mariot), Paris, PUF.

Hirsch, T., 2016, Le temps des sociétés. D’Émile Durkheim à Marc Bloch, Paris, Éditions de l’EHESS.

Horne, J., 2005, « Les milieux des sciences humaines et sociales face aux atrocités pendant et après la guerre. Henri Pirenne, Fernand van Langenhove, Marc Bloch », dans Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (éd.), Histoire culturelle de la Grande Guerre, Paris, Armand Colin, p. 11-20.

Horne, J., Kramer, A., 2005, 1914. Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier.

Irish, T., 2015, The University at War, 1914-25: Britain, France, and the United States. Houndmills, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan.

Isaac, J., 1923, « Paradoxe sur la science homicide », Revue de Paris, p. 153-170, republié en 1936 dans Paradoxe sur la science homicide et autres hérésies, Paris, Rieder, puis en 2003, Alliage, 52, La science et la guerre, p. 79-87.

Jarrige, F., Le Roux, T., 2017, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil.

Jeanpierre, L., 2016, « L’aventure des sciences de l’homme », dans Charle, C., Jeanpierre, L. (éd.), La vie intellectuelle en France, t. 2, De 1914 à nos jours, Paris, Seuil, p. 139-166.

Jessen, R., Vogel, J. (éd.), 2002, Wissenschaft und Nation in der europäischen Geschichte, Frankfurt/New York, Campus.

Joas, H., 1989, « Die Klassiker der Soziologie und der Erste Weltkrieg », dans Joas, H., Steiner, H. (éd.), Machtpolitischer Realismus und pazifistische Utopie. Krieg und Frieden in der Geschichte der Sozialwissenschaften, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Joas, H., 1996, « Die Sozialwissenschaften und der Erste Weltkrieg. Eine vergleichende Analyse », dans Mommsen, W. J. (éd.), Kultur und Krieg: die Rolle der Intellektuellen, Künstler und Schriftsteller im Ersten Weltkrieg, Munich, R. Oldenburg, p. 17-29.

Joas, H., 2000, Kriege und Werte. Studien zur Gewaltgeschichte des 20. Jahrhunderts, Weilerswist, Velbrück Wissenschaft.

Johnston, A. M., 2018, « “Despite Wars, Scholars remain the Great Workers of the International”: American Sociologists and French Sociology during the First World War », dans Chagnon, M.-E., Irish, T. (éd.), The Academic World in the Era of the Great War, Londres, Palgrave Macmillan, p. 97-118.

Krumeich, G., 1996, « Ernest Lavisse und die Kritik an der deutschen “Kultur”, 1914-1918 », dans Mommsen, W. J. (éd.), Kultur und Krieg: die Rolle der Intellektuellen, Künstler und Schriftsteller im Ersten Weltkrieg, Munich, R. Oldenburg, p. 143-154.

Lacoste, Y., 1979, « À bas Vidal… Viva Vidal ! », Hérodote, 16, p. 68-81.

Lacoste, Y., 1994, « Présentation de La France de l’Est », dans Vidal de la Blache, P., La France de l’Est (Lorraine-Alsace) 1917, Paris, La Découverte, p. V-XXXVIII.

Lange, B., 2013, Die Wiener Forschungen an Kriegsgefangenen 1915-1918. Anthropologische und ethnografische Verfahren im Lager, Sitzungsberichte der philosophisch-historischen Klasse, t. 838, Vienne, Veröffentlichungen zur Sozialanthropologie, t. 17.

Laniol, V., 2018, « Être expert à la Conférence de la Paix de 1919 : tentative de comparaisons internationales », dans Jeannesson, S., Jesné, F., Schakenbourg, E. (éd.), Experts et expertises en diplomatie. La mobilisation des compétences dans les relations internationales du Congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 145-171.

Laurière, C., 2008a, Paul Rivet : le savant et le politique, Paris, Publications scientifiques du MNHN.

Laurière, C., 2008b, « L’anthropologie et le politique, les prémisses. Les relations entre Franz Boas et Paul Rivet (1919-1942) », L’Homme, 187-188, p. 69-92.

Laurière, C., 2010, « La discipline s’acquiert en s’internationalisant. L’exemple des congrès internationaux des américanistes (1875-1947) », Revue germanique internationale, 12, p. 69-90.

Laurière, C. (éd.), 2015, 1913, la recomposition des sciences de l’homme, Carnet de Bérose, 7, en ligne : http://www.berose.fr/?1913-la-recomposition-de-la-science-de-l-Homme.

Leniaud, J.-M., Pastoureau, M. (éd.), 2015, L’École des chartes et sa « Grande Guerre » : servir la nation par la politique et l’histoire, Paris, École nationale des chartes/Éditions des Cendres.

Lewuillon, S., Nivet, P. (éd.), 2017, La Grande Guerre des archéologues, Dijon, Éditions universitaires de Dijon.

Lignier, W., 2016, « Mesurer l’intelligence », dans Charle, C., Jeanpierre, L. (éd.), La vie intellectuelle en France, t. 2, De 1914 à nos jours, Paris, Seuil, p. 185-188.

Loez, A., Offenstadt, N., 2013, « Les enjeux historiens d’un centenaire : la Grande Guerre », dans Granger, C. (éd.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle, Paris, Autrement, p. 165-178.

Lowczyk, O., 2010, La Fabrique de la Paix. Du Comité d’études à la Conférence de la paix, l’élaboration par la France des traités de la Première Guerre mondiale, Paris, Economica/Institut de Stratégie Comparée.

Lyon, B., Lyon, M., 1998, « The War of 1914 and Henri Pirenne’s revision of his methodology », dans Schryver, R. de, Tollebeek, J., Verbeeck, G. et al. (éd.), De lectuur van het verleden. Opstellen over de geschiedenis van de geschiedschrijving aangeboden aan Reginald de Schryver (Reading the past. Essays on history of historical writing in honour of Reginald de Schryver), Louvain, Universitaire Pers Leuven, p. 507-516.

Lyon, M. (ed.), 1976, The “journal de guerre” of Henri Pirenne, Amsterdam, North-Holland.

MacLeod, R., 2000, « Sight and sound on the Western Front. Surveyors, scientists, and the ‘battlefield laboratory’, 1915-1918 », War & Society, 18/1, p. 23-46.

MacLeod, R., 2014, « Sciences en guerre », dans Winter, J. (éd.), La Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, vol. 2 : États, p. 477-500.

MacLeod, R., 2017, « The Mobilisation of Minds and the Crisis in International Science: The Krieg der Geister and the Manifesto of the 93 », Journal of War and Culture Studies, 11-1, p. 58-78.

MacLeod, R., 2018, « The World of Science, the Great War and Beyond: Revisiting Max Weber’s Wissenschaft als Beruf », dans Chagnon, M.-E., Irish, T. (éd.), The Academic World in the Era of the Great War, Palgrave, Macmillan, p. 253-270.

MacMillan, M., 2006, Les artisans de la paix. Comment Lloyd George, Clemenceau et Wilson ont redessiné la carte du monde, Paris, JC Lattès.

Mariot, N., 2012, « Pourquoi les normaliens sont-ils morts en masse en 1914-1918 ? Une explication structurale », Pôle Sud, 36, p. 9-30.

Marcel, J.-C., 2001, Le durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUF.

Mariot, N., 2013, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil.

Mariot, N., 2017, Histoire d’un sacrifice. Robert, Alice et la guerre, Paris, Seuil.

Markwell, D., 2006, John Maynard Keynes and International Relations: Economic Paths to War and Peace, Oxford/New York, Oxford University Press.

Maufroy, S., 2010, « Les premiers congrès internationaux des études byzantines : entre nationalisme scientifique et construction internationale d’une discipline », Revue germanique internationale, 12, p. 229-240.

Maurer, T. (éd.), 2006, Kollegen, Kommilitonen, Kämpfer. Europäische Universitäten im Ersten Weltkrieg, Stuttgart, Steiner.

Mauss, M., 2013, La Nation, Fournier, M. et Terrier, J. (éd.), Paris, PUF.

Mayer, G., 2009, Als deutsch-jüdischer Historiker in Krieg und Revolution 1914-1920. Tagebücher, Aufzeichnungen, Briefe, Niedhart, G. (éd.), Munich, Oldenbourg Verlag.

Mendelsohn, E., 2003, « Science, scientists, and the military », dans Krige, J., Pestre, D. (éd.), Companion to science in the twentieth century, Londres, Routledge, p. 175-202.

Mergy, J., 2001, Nations et nationalismes : Durkheim et les durkheimiens. De la question de l’Alsace-Lorraine à la Société des nations, thèse de doctorat, université Paris IX.

Mergy, J., 2004, « Teamwork across disciplines: Durkheimian sociology and the study of nations », Revue européenne des sciences sociales, XLII-129, p. 237-248.

Michel, M. (éd.), 2004, Jules Isaac, Un historien dans la Grande Guerre. Lettres et carnets 1914-1917, Paris, Armand Colin.

Mommsen, W. J., 1985 [1959], Max Weber et la politique allemande, 1890-1920, Paris, PUF.

Mommsen, W. J. (éd.), 1996, Kultur und Krieg: die Rolle der Intellektuellen, Künstler und Schriftsteller im Ersten Weltkrieg, Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien 34, Munich, R. Oldenbourg Verlag.

Offenstadt, N., 2010, « La Grande Guerre », dans Delacroix, C., Dosse, F., Garcia, P., Offenstadt, N. (éd.), Historiographies, Concepts et débats, t. II, Paris, Gallimard (Folio histoire), p. 1062-1073.

Olivier, L. (éd.), 2017, La Mémoire et le Temps. L’œuvre transdisciplinaire d’Henri Hubert (1872-1927), Paris, Demopolis.

Orain, O., 2015, « Une fertilisation paradoxale ? Bilan historiographique de l’incidence de Mai 68 sur les transformations des sciences de l’homme et de la société dans les années 1960-1970 », Revue d’histoire des sciences humaines, 26, p. 243-294.

Ory, P., Sirinelli, J.-F., 1986, Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin.

Pestre, D., 1984, Physique et physiciens en France, 1918-1940, Paris, Editions des archives contemporaines.

Pestre, D., 1995, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences : nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales Histoire Sciences sociales, 50-3, p. 487-522.

Pestre, D., 2015, « Savoirs et sciences de la Renaissance à nos jours. Une lecture de longue durée », dans Bonneuil, C., Pestre, D. (éd.), Le siècle des technosciences, t. 3 de Pestre, D. (éd.), Histoire des sciences et des savoirs, Paris, Seuil, p. 461-485.

Pirenne, H., 1920, Souvenirs de captivité en Allemagne (mars 1916-novembre 1918), Bruxelles, M. Lamertin.

Pirenne, H., 1922, Ce que nous devons désapprendre de l’Allemagne, Gand, I. Vanderpoorten.

Pirenne, H., 2014, Histoire de l’Europe, éditée d’après les carnets de captivité, 1916-1918, Souvenirs de captivité, préface et éd. critique J.-P. Devroey et A. Knaepen, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Piskorksi, J. M., Hackmann, J., Jaworski, R. (éd.), 2002, Deutsche Ostforschung und polnische Westforschung im Spannungsfeld von Wissenschaft und Politik, Deutsche Ostforschung und Polnische Westforschung 1, Osnabrück.

Pogge von Strandmann, H., 2006, « The Role of British and German Historians in Mobilizing Public Opinions in 1914 », dans Stuchtey, B., Wende, P. (éd.), British and German Historiography, 1750-1950: Traditions, Perceptions and Transfers, Oxford/New York, Oxford University Press, p. 335-371.

Prochasson, C., 1993, Les intellectuels, le socialisme et la guerre 1900-1938, Paris, Seuil.

Prochasson, C., 1998, « Jalons pour une histoire du “non-engagement” », Vingtième Siècle, 60, p. 102-111.

Prochasson, C., 2004, « Les intellectuels », dans Audoin-Rouzeau, S., Becker, J.-J. (éd.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, p. 665-676.

Prochasson, C., 2006, « La langue du feu. Science et expérience linguistiques pendant la Première Guerre mondiale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53/3, p. 122-141.

Prochasson, C., 2008, 14-18 Retours d’expériences, Paris, Tallandier.

Prochasson, C., Rasmussen, A., 1996, Au nom de la patrie, les intellectuels et la Première Guerre mondiale (1910-1919), Paris, La Découverte.

Prochasson, C., Rasmussen, A. (éd.), 2004, Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte.

Prost, A., Winter, J., 2004, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil.

Purseigle, P., 2008, « A very French debate: The 1914-18 ‘war culture’ », Journal of War and Culture Studies, I, 1, p. 9-14.

Raj, K., Sibum, H. O. (éd.), 2015, Modernité et globalisation, t. 2 de Pestre, D. (éd.), Histoire des sciences et des savoirs, Paris, Seuil.

Ramel, F., 2004, « Durkheim au-delà des circonstances : Retour sur l’Allemagne au-dessus de tout. La mentalité allemande et la guerre », Revue française de sociologie, 45/4, p. 739-751.

Rasmussen, A., 2003, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser : les formes d’investissement scientifique en France dans la Grande Guerre », 14–18 Aujourd’hui–Today–Heute, Le Sabre et l’éprouvette : l’invention d’une science de guerre, 1914-1939, 6, p. 49–59.

Rasmussen, A., 2004a, « Sciences et scientifiques », dans Audoin-Rouzeau, S., Becker, J.-J. (éd.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, p. 677-688.

Rasmussen, A., 2004b, « La “science française” dans la guerre des manifestes », Mots. Les langages du politique, 7, p. 9-23.

Rasmussen, A., 2007, « Réparer, réconcilier, oublier : enjeux et mythes de la démobilisation scientifique, 1918-1925 », Histoire@Politique. Politique, culture, société, 3.

Rasmussen, A., 2014, « La mobilisation des esprits », dans Winter, J. (éd.), La Première Guerre mondiale, t. 3, Sociétés, Paris, Fayard, p. 423-449.

Rasmussen, A., 2015, « Sciences et guerres », dans Bonneuil, C., Pestre, D. (éd.), Le siècle des technosciences, t. 3 de Pestre, D. (éd.), Histoire des sciences et des savoirs, Paris, Seuil, p. 46-65.

Raumhadter, G., 1973, Geschichtswissenschaft und Patriotismus. Österreichische Historiker im Weltkrieg 1914-1918, Vienne, Verlag für Geschichte und Politik.

Rausch, H., 2007, « US-amerikanische „Scientific Philanthropy“ in Frankreich, Deutschland und Grossbritannien zwischen den Weltkriegen », Geschichte und Gesellschaft, 22, p. 73-98.

Reichert, F., 2015, « Im Grossen Krieg : Karl Lamprechts Reise an die Westfront », dans Flöter, J., Diesener, G. (éd.), Karl Lamprecht (1856–1915). Durchbruch in der Geschichtswissenschaft, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, p. 85-120.

Reinbothe, R., 2006, Deutsch als internationale Wissenschaftssprache und der Boykott nach dem Ersten Weltkrieg, Francfort, Peter Lang.

Reinbothe, R., 2010, « L’exclusion des scientifiques allemands et de la langue allemande des congrès scientifiques internationaux après la Première Guerre mondiale », Revue germanique internationale, 12, p. 193-207.

Revel, J., 2015, « L’avènement des sciences sociales », dans Bonneuil, C., Pestre, D. (éd.), Le siècle des technosciences, t. 3 de Pestre, D. (éd.), Histoire des sciences et des savoirs, Paris, Seuil, p. 189-209.

Rietzler, K., 2011, « Experts for Peace. Structures and motivations of Philanthropic Internationalism in the Interwar Years », dans Laqua, D. (éd.), Internationalism Reconfigured: Transnational Ideas and Movements Between the World Wars, Londres, I. B. Tauris, p. 45-65.

Robic, M.-C., 2010, « À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités », Revue germanique internationale, 12, p. 33-45.

Robic, M.-C., Briend, A.-M., Rössler, M. (éd.), 1996, Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les Congrès internationaux de géographie, Montréal, Paris, L’Harmattan.

Rousseau, F. (éd.), 2014, La Grande Guerre des sciences sociales, Outremont, Athéna éditions.

Roynette, O., 2010, Les Mots des tranchées. L’invention d’une langue de guerre, 1914-1919, Paris, Armand Colin.

Roynette, O., Siouffi, G., Smadja, S., Steuckardt, A., 2014, « Langue écrite et langue parlée pendant la Première Guerre mondiale : enjeux et perspectives », Romanistisches Jahrbuch, 64, p. 106-129.

Sanguin, A.-L., 1993, Vidal de la Blache, un génie de la géographie, Paris, Belin.

Scheer, M., Marchetti, C., Johler, R., 2010, « “A time like no other”: The impact of the Great War on European Anthropology” », dans Johler, R., Marchetti, C., Scheer, M. (éd.), Doing Anthropology in Wartime and War Zones: World War I and the Cultural Sciences in Europe, Bielefeld, Transcript, p. 9-26.

Schöttler, P. (éd.), 1997, Geschichtsschreibung als Legitimationswissenschaft, 1918-1945, Francfort, Suhrkamp Verlag.

Schöttler, P., 2005, « Henri Pirenne face à l’Allemagne de l’après-guerre ou la (re)naissance du comparatisme en histoire », dans Jaumain, S., Amara, M., Majerus, B. (éd.), Une guerre totale ? La Belgique dans la Première Guerre mondiale. Nouvelles tendances de la recherche historique, Bruxelles, Archives générales du Royaume, p. 507-517.

Schöttler, P., 2010, « After the Deluge. The Impact of the Two World Wars on the Historical Work of Henri Pirenne and Marc Bloch », dans Berger, S., Lorenz, C. (éd.), Nationalizing the Past. Historians as Nation Builders in Modern Europe, Hampshire, p. 404-425.

Schöttler, P., 2015, Die « Annales »-Historiker und die deutsche Geschichtswissenschaft, Tübingen, Mohl Siebeck.

Schöttler, P., 2017, Du Rhin à la Manche. Frontières et relations franco-allemandes au xxe siècle, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Schroeder-Gudehus, B., 1978, Les Scientifiques et la paix : la communauté scientifique internationale au cours des années 20, Montréal, Presses de l’université de Montréal.

Schroeder-Gudehus, B., 1986, « Pas de Locarno pour la science. La coopération scientifique internationale et la politique étrangère des États pendant l’entre-deux-guerres », Relations internationales, 46, p. 173-194.

Schwabe, K., 1969, Wissenschaft und Kriegsmoral. Die deutschen Hochschullehrer und die politischen Grundfragen des Ersten Weltkrieges, Göttingen, Musterschmidt-Verlag.

Sieg, U., 2008, Jüdische Intellektuelle im Ersten Weltkrieg. Kriegserfahrungen, weltanschauliche Debatten und kulturelle Neuentwürfe, Berlin, Akademie Verlag.

Sigaud, A. (éd.), 2019, Réalités (in)visibles. Autour d’Albert Kahn, les archives de la Grande Guerre, Boulogne-Billancourt, Département des Hauts-de-Seine/musée départemental Albert-Kahn/Éditions Bernard Chauveau.

Simon, D., 2017, Les inscriptions savantes de Maximilien Sorre (1880-1962) entre conformation et singularisation dans le champ de la géographie, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Singaravélou, P., 2016, « Sciences coloniales et sciences humaines », dans Charle, C., Jeanpierre, L. (éd.), La vie intellectuelle en France, t. 2, De 1914 à nos jours, Paris, Seuil, p. 167-172.

Skidelsky, R., 2003, John Maynard Keynes, 1883-1946: Economist, Philosopher, Statesman, Londres, Macmillan.

Smith, N., 2003, American Empire. Roosevelt’s Geographer and the Prelude to Globalization, University of California Press.

Société de géographie de Paris, 2015 (juin), Les experts français et les frontières d’après-guerre. Les procès-verbaux du comité d’études 1917-1919, introduction et notes par I. Davion, préface de G.-H. Soutou, Supplément au Bulletin de liaison des membres de la Société de Géographie.

Soulez, P. (éd.), 1988, Les philosophes et la guerre de 1914, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Soutou, G.-H., 2006, « Henri Hauser et la Première Guerre mondiale », dans Marin, S.-A., Soutou, G.-H. (éd.), Henri Hauser (1866-1946). Humaniste, Historien, Républicain, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, p. 147-183.

Stern, F., 2001, « Les historiens de la Grande Guerre, vécu personnel, récit public », dans Grandeurs et défaillances de l’Allemagne du xxe siècle ; le cas exemplaire d’Albert Einstein, Paris, Fayard.

Stromberg, R. N., 1982, Redemption by War. The Intellectuals and 1914, The Regents Press of Kansas.

Syga-Dubois, J., 2016, Wissenschaftliche Philanthropie und transatlantischer Austausch in der Zwischenkriegszeit. Die sozialwissenschatlichen Förderprogramme der Rockefeller Stiftungen in Deutschland, thèse de doctorat, EHESS/université de Bielefeld.

Thiers, E., 2005, « Droit et cultures de guerre 1914-1918. Le Comité d’études et documents sur la guerre », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 23, « La guerre du droit » 1914-1918, p. 23-48.

Tiercelin, C., 2015, « Les philosophes français face à la guerre : politique, morale, philosophie », dans Compagnon, A. (éd.), Autour de 1914-1918 : nouvelles figures de la pensée. Sciences, arts et lettres, Paris, Odile Jacob, p. 195-221.

Tollebeek, J., 2010, « At the crossroads of nationalism: Huizinga, Pirenne and the Low Countries in Europe”, European Review of History, 17/2, p. 187-215.

Tournès, L., 2008, « La fondation Rockefeller et la construction d’une politique des sciences sociales en France (1918-1940) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 6, p. 1371-1402.

Tournès, L., 2010, « Penser global. Agir local. La fondation Rockefeller en France (1914-1960) », dans Dulphy, A., Frank, R., Matard-Bonucci, M.-A. (éd.), Les relations culturelles internationales au xxe siècle. De la diplomatie culturelle à l’acculturation, Bruxelles, P. Lang, p. 375-382.

Tournès, L., 2011, Sciences de l’homme et politique : les fondations philanthropiques américaines en France au xxe siècle, Paris, Classiques Garnier.

Trom, D., 2016, « Elias sur l’antisémitisme : le sionisme ou la sociologie », Annales. Histoire, Sciences sociales, 71/2, p. 385-420.

Ungern-Sternberg, J. et W. von, 1996, Der Aufruf „An die Kulturwelt!“. Das Manifest der 93 und die Anfänge der Kriegspropaganda im Ersten Weltkrieg, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Van Gennep, A., 1995 [1921], Traité comparatif des nationalités, préface de J.-F. Gossiaux, Paris, CTHS.

Vincent, J., 2007, « Les “sciences morales” : de la gloire à l’oubli ? Savoirs et politique en Europe au xixe siècle », La revue pour l’histoire du CNRS, 18, DOI : 10.4000/histoire-cnrs.4551.

Violante, C., 2004, Das Ende der ‘grossen Illusion’. Ein europäischer Historiker im Spannungsfeld von Krieg und Nachkriegszeit, Henri Pirenne (1914-1923). Zu einer Neulesung der ‘Geschichte Europas’, Berlin, Duncker & Humblot.

Vom Brocke, B., 1985, « Wissenschaft und Militarismus. Der Aufruf der 93 „An die Kulturwelt!“ und der Zusammenbruch der internationalen Gelehrtenrepublik im Ersten Weltkrieg » dans Calder, W. M. (éd.), Wilamowitz nach 50 Jahren, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, p. 649-719.

Von Bruch, R., 2006, Gelehrtenpolitik, Sozialwissenschaften und akademische Diskurse in Deutschland im 19. und 20. Jahrhundert, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Wardenga, U., 1995, « „Nun ist Alles, Alles anders !“. Erster Weltkrieg und Hochschulgeographie », dans Wardenga, U., Hönsch, I. (éd.), Kontinuität und Diskontinuität der deutschen Geographie in Umbruchphasen. Studien zur Geschichte der Geographie, Münstersche Geographische Arbeiten 39, Westfälische Wilhelms-Universität Münster, Institut für Geographie, p. 83-97.

Warland, G., 2008, « Avatars de la “métahistoire” nationale et mise en récit de la Grande Guerre. Point de mire sur Henri Pirenne (1862-1935) et Ernest Lavisse (1842-1922) », dans Laserra, A., Leclercq, N., Quaghebeur, M. (éd.), Mémoires et antimémoires littéraires au xxe siècle. La Première Guerre mondiale, colloque de Cerisy-la-Salle, 2005, vol. 2, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, p. 27-63.

Warland, G., 2011, « Henri Pirenne and Karl Lamprecht’s Kulturgeschichte. Intellectual transfert or “théorie fumeuse” », Revue belge d’histoire contemporaine, 41/3-4, p. 427-455.

Weber, M, 2015, Discours de guerre et d’après-guerre, présenté par H. Bruhns, Paris, Éditions de l’EHESS.

Winkle, R., 2006, « “Connaître à fond l’âme du soldat”: Französische Aberglaubenforschung während des Ersten Weltkriegs », dans Korff, G. (éd.), Alliierte im Himmel: Populare Religiosität und Kriegserfahrung, Tübingen, Tübinger Vereinigung für Volkskunde, p. 349-370.

Winter, J., 2013, « L’histoire de la Première Guerre mondiale : le moment transnational » dans Winter, J. (éd.), Histoire de la Première Guerre mondiale, t. 1, Combats, Paris, Fayard, p. 9-19.

Wolff, D., 2005, Albert Demangeon (1872-1940). De l’école communale à la chaire en Sorbonne, l’itinéraire d’un géographe moderne, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Worms, F., Zanfi, C. (éd.), 2014, « L’Europe philosophique des congrès à la guerre », Revue de métaphysique et de morale, 84, p. 459-466.

Zerilli, F. 1998, Il lato oscuro dell’etnologia, Rome, CISU.

Haut de page

Notes

1 Pour quelques réflexions autour de cet événement et des modalités prises en France et dans les pays anciennement belligérants : Loez, Offenstadt, 2013 ; Winter, 2013 ; Gilles, Offenstadt, 2014.

2 Plusieurs synthèses sont parues récemment, présentant de précieuses mises à jour, de manière spécifique (les trois forts volumes sous la direction de Jay Winter, chez Fayard, en 2013-2014) ou comparée (Cabanes, 2018).

3 Prost, Winter, 2004.

4 Isaac, 1923, 163.

5 Sur l’histoire tourmentée de ces congrès pendant l’entre-deux-guerres : Blänsdorf, 2010.

6 Cité dans Boone, Keymeulen, 2017, 220.

7 Rasmussen, 2015, 53.

8 La vraie « guerre des chimistes » se situe moins dans les gaz (à l’impact stratégique très faible mais à la place majeure dans l’imaginaire de ce conflit, avec un indéniable effet de surprise et de terreur, participant donc pleinement à la guerre psychologique), que dans les explosifs, qui causèrent plus de la moitié des morts sur le champ de bataille (Rasmussen, 2015, 54-55).

9 Schöttler, 2010.

10 Febvre, 1920, cité dans Schöttler, 2015 ; Hirsch, 2016, chapitre 4, 95-123.

11 Mendelsohn, 2003 ; MacLeod, 2014 ; Rasmussen, 2004a et 2015. Parmi les rassemblements savants liés au Centenaire, on peut par exemple noter le colloque international « Science en guerre et guerre des savants. Politique et réseaux scientifiques internationaux durant la Première Guerre mondiale », organisé en novembre 2014 à Bruxelles, ou la conférence « The Academic World in the Era of the Great War », en août 2014 au Trinity College de Dublin (Chagnon, Irish, 2018).

12 Jarrige, Le Roux, 2017, 213 et 221-224 ; Bergerat, 2018 ; Cabanes, 2018.

13 Rasmussen, 2004a, 681-682 ; Pestre, 2015, 466.

14 Dernièrement sur les mathématiques : Aubin, 2018.

15 En particulier autour de la figure de Pirenne (Violante, 2004).

16 Pour la géographie : Wardenga, 1995 ; Ginsburger, 2010 ; pour les sciences juridiques : Collectif, 2005 ; Deperchin, 2013.

17 Lewuillon, Nivet, 2017.

18 Nicolas Beaupré intitule par exemple son chapitre consacré aux historiens des Annales entre 1914 et 1945 : « De quelques historiens (et non des moindres) » (Beaupré, 2012, 1015).

19 Joas, 1989 ; Demoor, Posman, Van Dijck, 2017, 13-28.

20 Le centenaire de la Grande Guerre s’ajoutant en la matière par exemple à celui de la mort de Karl Lamprecht en 2015 (Flöter, Diesener, 2015), d’Émile Durkheim en 2017 (Cuin, Hervouet, 2018), de Paul Vidal de la Blache et de Georg Simmel en 2018, Max Weber en 2020, Ernest Lavisse en 2022 et Vilfredo Pareto en 2023.

21 Joas, 1996 et 2000.

22 En plus de l’université de Strasbourg dans les années 1920, ici traitée par Bertrand Müller, véritable « mythe fondateur » dans l’historiographie française, Jean-Luc Chappey et Guillaume Lancereau évoquent les personnalités d’Alphonse Aulard et Albert Matthiez, Corinne Bonnet et Annelies Lannoy les figures d’Alfred Loisy et Adolf von Harnack, Nicolas Ginsburger celle de Walter Christaller, dont la « théorie des lieux centraux » a été particulièrement importante dans la géographie mondiale de la seconde moitié du xxe siècle.

23 Celle de l’implication des savants dans le nazisme et de leur responsabilité dans les diverses formes de violence (allant jusqu’à l’extermination) de cette guerre. Cette problématique est ici notamment présente dans les contributions d’A. Hurel et de N. Ginsburger. La comparaison semble moins délicate lorsqu’il s’agit de comparer la Première Guerre mondiale avec la guerre franco-prussienne de 1870 par exemple, comme cela a été fait récemment pour les historiens médiévistes français (Graceffa, 2014).

24 Un tournant en la matière a été par exemple l’écriture d’une historiographie critique sur l’engagement des universitaires, dans les pays germanophones à la fin des années 1960 : Schwabe, 1969 ; Raumhadter, 1973.

25 De Schaepdrijver, 2011.

26 À savoir les études (littéralement la « recherche ») consacrées aux pays respectivement à l’Est et à l’Ouest de l’Allemagne (Piskorksi, Hackmann, Jaworski, 2002 ; Giaccaria, Minca, 2016 ; Schöttler, 1997 et 2017).

27 Le débat est notamment marqué très tôt (1919) par l’œuvre de John Maynard Keynes, The Economic Consequences of the Peace (Markwell, 2006).

28 Pour les géographes : Ginsburger, 2016a.

29 Un phénomène de rattrapage est actuellement en cours. Outre les éléments donnés par B. Müller à ce sujet, une lettre inédite de Febvre, datée du 1er août 1914, a été publiée par Jean Lecuir dans le magazine L’Histoire (n° 452, octobre 2018, p. 26-27), et la correspondance entre Febvre et Henri Hauser en 1914-1915 devrait être éditée en 2019, dans l’ouvrage Lucien Febvre face à l’histoire sous la direction de Marie Barral-Baron Daussy et Philippe Joutard.

30 Ainsi, le fils de Bloch, Étienne, a publié ses abondantes archives familiales tout en en contrôlant l’utilisation (Bloch, 2006), tandis que les circonstances de la mort du médiéviste, résistant fusillé en 1944, ont fortement joué dans la cristallisation de sa figure d’icône héroïque et sacrificielle, permettant de faire à son propos un lien entre les deux conflits mondiaux, comme pour M. Halbwachs ou Th. Lefebvre (Becker, 2003a ; Ginsburger, 2015a), et de l’opposer, notamment pendant les années 1990, à l’attitude de Febvre pendant l’Occupation, controverse ayant sans doute joué un grand rôle dans l’occultation de la Grande Guerre du moderniste (Schöttler, 2015, 108-122 ; Hirsch, 2016, 350).

31 Stern, 2001.

32 Par exemple avec ceux du médiéviste de Heidelberg Karl Hampe, de l’historien et journaliste allemand socialiste Gustav Mayer ou français Jules Isaac, ou encore du géographe de Grenoble Raoul Blanchard (respectivement : Hampe, 2004 ; Mayer, 2009 ; Michel, 2004 ; Ginsburger, 2010).

33 Bueltzingsloewen, 2015, 310.

34 Voir la contribution de B. Müller.

35 La Seconde Guerre mondiale par exemple dans l’article de J. Léon sur les sciences du langage en temps de guerre (1941-1966) du numéro 26 (janvier 2015) et dans les documents des numéros 30 (texte de Marcel Griaule sur l’ethnologie française sous l’Occupation, commenté par Ch. Laurière, printemps 2017) et 31 (la fondation de la licence et de l’agrégation de géographie, commentée par N. Ginsburger, automne 2017).

36 « Les “années 1968” des sciences humaines et sociales » dans le dossier du numéro 26, dirigé par O. Orain.

37 Pour un état des lieux évoquant un certain nombre de ces sciences de l’homme, voir notamment : Laurière, 2015 ; Charle, Jeanpierre, 2016.

38 Vincent, 2007.

39 Jeanpierre, 2016.

40 Orain, 2015.

41 Rasmussen, 2004a, 681.

42 Avec comme question centrale : la Seconde Guerre mondiale est-elle la conséquence – c’est-à-dire la répétition – de la Première ? Ou bien seulement d’une partie – la révolution russe ? De la défaite des Empires centraux, des traités de paix ?

43 Voir l’exposition actuelle du Musée de l’Armée à Paris, « 1918-1923 : à l’Est, la guerre sans fin ».

44 C’est le choix de B. Müller, d’A.-S. Chambost et A. Gottely, de C. Bonnet et A. Lannoy.

45 Ainsi des textes de J.-L. Chappey et G. Lancereau d’une part, de N. Ginsburger d’autre part.

46 C’est le cas des études d’A. Hurel et de S. Reubi. Cette approche, classique chronologiquement et présente dans de très nombreuses études, a été menée pour le cas des physiciens français par exemple (Pestre, 1984), dans le cadre de la nouvelle histoire sociale des sciences et des savoirs (Pestre, 1995 et 2015).

47 Rasmussen, 2014, 433.

48 Prochasson, Rasmussen, 1996 ; Rasmussen, 2015.

49 Querelle sur la responsabilité du déclenchement du conflit, sur le viol de la neutralité belge, sur les atrocités allemandes contre les symboles culturels (bibliothèques, monuments religieux) et les civils du nord de la France et de Belgique, sur le Lusitania, sur la question des propositions de paix blanches et négociées,…

50 Horne, 2005.

51 Stromberg, 1982 ; Prochasson, Rasmussen, 1996 ; Hanna, 1996 ; Mommsen, 1996 ; Flasch, 2000 ; Prochasson, 2008 ; Mariot, 2013 ; Rasmussen, 2014.

52 Beaupré, 2006 ; Becker, 2009.

53 Soulez, 1988 ; Worms, Zanfi, 2014 ; Tiercelin, 2015.

54 Cité dans Rasmussen, 2014, 431. De ce point de vue, on ne peut qu’être frappé par le contenu d’une des lettres de Loisy à Cumont, en avril 1915, citée par C. Bonnet et A. Lannoy, le savant français écrivant, à propos d’un compte-rendu de lecture avorté : « J’aurais eu un certain plaisir à fusiller le dieu de Deissmann et Deissmann lui-même » Cette menace littérale de mort alimente l’idée d’une porosité entre l’espace savant et le champ militaire.

55 Azoulay, Boucheron, 2009.

56 Voir la contribution de B. Müller.

57 A. Hurel à propos de Haeckel et Wiegand, C. Bonnet et A. Lannoy au sujet de Harnack.

58 Rasmussen, 2004b.

59 Intitulé An die Kulturwelt !, traduit comme « Appel au monde civilisé » puis usuellement désigné par le nombre des signataires, il est publié le 4 octobre 1914 et traduit très rapidement en 14 langues. Il est suivi d’un grand nombre de réponses outrées des communautés savantes des pays opposés à l’Allemagne (en particulier les académies des sciences et les universités), et autres pétitions allemandes ou germanophiles sur des sujets voisins, traitant par exemple des buts de guerre allemands, appuyant ou s’opposant à la ligne politique pangermaniste et annexionniste. Le 16 octobre 1914, une autre « déclaration des professeurs du Reich allemand » est ainsi lancée par le philologue berlinois Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff et l’historien Dietrich Schäfer, avec également un grand retentissement (vom Brocke, 1985 ; Ungern-Sternberg, 1996 ; Prochasson, Rasmussen, 1996 ; Flasch, 2000 ; Becker, 2004 ; Prochasson, 2004, 667 ; Rasmussen, 2004b et 2014, 430 ; Chagnon, 2012 ; MacLeod, 2017).

60 Horne, 2005.

61 Krumeich, 1996.

62 Rasmussen, 2014, 428-429.

63 Bruendel, 2003.

64 Prochasson, 2004, 668-670.

65 Pogge von Strandmann, 2006.

66 Il meurt le 10 mai 1915 de maladie, à l’âge de 59 ans.

67 Comme beaucoup de ses contemporains, il avait étalé sur une table une carte de l’Europe politique sur laquelle il positionnait des drapeaux, suivant à la loupe les mouvements des troupes, en fonction des nouvelles émanant des journaux. Cet enthousiasme patriotique est partagé par beaucoup d’autres savants, même par ceux qui s’en éloignent très rapidement, tel Sigmund Freud qui écrit le 23 août 1914 : « La montée d’enthousiasme en Autriche m’a d’abord emporté moi aussi. […] J’ai mobilisé tout d’un coup ma libido pour l’Autriche-Hongrie ». Mais son « zèle patriotique se refroidit assez vite », en raison de son anglophilie, du départ au front de ses trois fils et des difficultés matérielles dues au conflit (Gay, 1988 [1991, t. 1, 544] et 1994).

68 Chickering, 1993 ; Reichert, 2015.

69 Cette question, liée à celle de l’invasion de la Belgique neutre, des atrocités et à la légitimité de l’occupation, occupe la moitié des arguments du Manifeste des 93 et provoque la publication rapide de très nombreux écrits, en partie issus de commandes des autorités mais aussi de processus d’auto-mobilisation (Reichert, 2015, 92-93).

70 Schöttler, 2005 et 2015 ; Warland, 2011 ; Rasmussen, 2014, 432-433 ; Reichert, 2015.

71 Evans, 2010b, 110.

72 Zerilli, 1998, 121 ; Courmont, 2010.

73 Cité dans Boone, Keymeulen, 2017, 215-216.

74 Tollebeek, 2010.

75 Ses relations avec Lamprecht, si elles se refroidissent nettement, perdurent cependant à travers une courte correspondance de guerre.

76 Boone, Keymeulen, 2017, 210-211.

77 Pirenne, 1920. Ils ont été depuis réédités à partir des manuscrits originaux : Lyon, 1976 ; Pirenne, 2014.

78 Rasmussen, 2014, 447.

79 Rappelons que cet anglicisme (littéralement « devenir brutal », parfois traduit par « ensauvagement ») est un concept élaboré par l’historien germano-américain George L. Mosse et désigne l’acceptation globale par les sociétés de l’entre-deux-guerres d’un haut niveau de violence issu de la Grande Guerre, entraînant la poursuite d’attitudes agressives en temps de paix, la « banalisation » de cette violence, dans le quotidien de la vie sur les fronts de guerre comme, par la suite, dans la vie civile, et l’émergence de valeurs comme le patriotisme radical ou le culte de la virilité. Depuis sa formulation et encore aujourd’hui, cette théorie est très largement discutée.

80 Rasmussen, 2014, 448.

81 Quoique parfois dans un contexte de menace guerrière et de retour des combats, par exemple lors de l’occupation de la Ruhr par les troupes françaises en 1923.

82 Warland, 2008.

83 Horne, 2005.

84 De Schaepdrijver, 2011, 535.

85 À ce niveau, Durkheim, malgré ses textes patriotiques et le deuil de son fils, fit l’objet d’une campagne antisémite publique très lourde en 1916 et fut accusé de trahison par L’Action française « dans les mêmes termes que pendant l’Affaire » (Becker, 2003b, Fournier, 2007).

86 Fournier, 2007, 843 et 851.

87 Freud, 2010 [1915], 255, cité dans Gay, 1994, et Rasmussen, 2014, 438.

88 Feuerhahn, Rabault-Feuerhahn, 2014, 157-163.

89 Ils sont également politiques, syndicaux ou religieux.

90 Guieu, 2012 et 2015.

91 Ainsi, A.-S. Chambost et A. Gottely rappellent que, parmi les difficultés de fonctionnement de la bibliothèque Cujas, le simple fait d’acheter des livres en allemand est alors assimilé à du « commerce avec l’ennemi ».

92 Prochasson, 1998.

93 Rasmussen, 2015, 61.

94 Ce mouvement n’a pas seulement concerné leurs œuvres de guerre, comme le montre le cas de Durkheim, dont l’héritage et l’interprétation de l’œuvre ont constitué un enjeu fondamental pour la discipline sociologique dans les années 1920 : Hirsch, 2016, 104-116.

95 Cité dans Hirsch, 2016, 98.

96 Cité dans Dumoulin, 2003, 223.

97 Rasmussen, 2014, 445.

98 Alors même qu’en 1914, c’est justement au nom de cette distinction que se développent les mobilisations, en particulier sur la question des responsabilités du déclenchement de la guerre et des violences sur les civils (Prochasson, Rasmussen, 2004).

99 Rasmussen, 2014, 449.

100 Febvre, 1997, 37.

101 Beaupré, 2012, 1016.

102 Febvre, 1920, 4-5.

103 Dumoulin, 2003, 223-234.

104 Les accords de Locarno, en octobre 1925, consacrent notamment la réconciliation franco-allemande.

105 Collectif, 2018, 77.

106 La synthèse des courants d’histoire des intellectuels d’une part, d’histoire sociale des sciences et des savants d’autre part, est portée, de manière continue depuis près de vingt-cinq ans, par les travaux de Christophe Prochasson et d’Anne Rasmussen (à partir de Prochasson, 1993 et Prochasson, Rasmussen, 1996).

107 Rasmussen, 2014, 429.

108 Cet enjeu est bien exprimé dès le Manifeste des 93, qui consiste en une série d’affirmations, en anaphore, commençant toutes par : « il n’est pas vrai que… » et démentant les accusations de viol de la neutralité belge ou d’atrocités allemandes, revendiquant le droit à la légitime défense contre la Grande-Bretagne et la Russie.

109 Celle notamment de l’archive pour les historiens par exemple (Dumoulin, 2003, 189-216).

110 Rasmussen, 2014, 429.

111 Prochasson, 2004, 668.

112 Rasmussen, 2007.

113 Rasmussen, 2003, 58.

114 Jessen, Vogel, 2002.

115 Rasmussen, 2015, 49.

116 Rasmussen, 2014, 437-438.

117 Pirenne, 1922, cité dans Boone, Keymeulen, 2017, 219.

118 Notamment Schöttler, 2015.

119 Lyon, Lyon, 1998 ; Boone, Keymeulen, 2017.

120 Pirenne, 1922, 7.

121 Rasmussen, 2003, 54. Le « Comité d’études et documents sur la guerre » rassemble par exemple Durkheim et Lavisse, Émile Boutroux et Ernest Denis, Gustave Lanson et Charles Seignobos (Thiers, 2005 ; Demoor, Posman, Van Dijck, 2017).

122 Expression de Paul Desjardins, citée dans Ory, Sirinelli, 1986, 67.

123 Dans une littérature considérable sur ce sujet : Ory, Sirinelli, 1986 ; pour le cas de l’anthropologie française et de P. Rivet : Laurière, 2008a.

124 Voir la contribution de B. Müller.

125 Pour le cas de la géographie : Ginsburger, 2016b.

126 En particulier, sous sa seule signature, L’Allemagne au-dessus de tout, la mentalité allemande et la guerre, et avec Ernest Denis Qui a voulu la guerre ? Les origines de la guerre d’après les documents diplomatiques, tous deux en 1915. C’est surtout dans le premier qu’on trouve, appliqués aux relations internationales, certains de ses concepts clés, comme les représentations collectives (les « mentalités », en particulier la « volonté de puissance » germanique) ou l’opposition du normal et du pathologique (Ramel, 2004 ; Demoor, Posman, Van Dijck, 2017).

127 Bruhns, 2014 et 2017 ; MacLeod, 2018.

128 La France de l’Est en 1917 (Lacoste, 1979 et 1994 ; Heffernan, 2001 ; Ginsburger, 2010).

129 Hertz, 2002.

130 Depuis plusieurs années, deux camps s’opposent à ce niveau : d’une part les historiens (en particulier liés à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne) qui considèrent que les sociétés belligérantes (notamment les combattants) ont « consenti » au sacrifice par une intériorisation de valeurs patriotiques et d’une « culture de guerre », avant et pendant le conflit, mêlant haine de l’ennemi, deuil généralisé et esprit de croisade ; d’autre part les chercheurs (notamment liés au Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 [CRID 14-18]) pour qui ces éléments, surtout présents chez les élites (en particulier intellectuelles), ne concernent que marginalement les soldats, essentiellement « contraints » dans le cadre militaire et social. Ce débat (historiographique, mais aussi politique, selon un clivage gauche/droite manifeste) est aujourd’hui cependant moins vif qu’au début des années 2000 (Purseigle, 2008 ; Offenstadt, 2010 ; Rousseau, 2014).

131 Becker, 2003b.

132 Mariot, 2013.

133 Mariot, 2017.

134 Raj, Sibum, 2015.

135 Rasmussen, 2015.

136 Rasmussen, 2003, 52.

137 Dard, 2016.

138 Bourlet, 2007.

139 Wolff, 2005 ; Ginsburger, 2010.

140 Flachowsky, 2009.

141 Rasmussen, 2014, 439.

142 Becker, 2003a, 79-92 ; Blaszkiewicz-Maison, 2015, 74-75 ; Carrupt, 2015 ; Dhermy-Mairal, 2017b, 84-87.

143 Soutou, 2006.

144 Skidelsky, 2003.

145 Ainsi de la « Commission géographique » du gouvernement général allemand de Varsovie (Wardenga, 1995 ; Ginsburger, 2010).

146 En France le « Comité d’Études » dirigé par Lavisse (Dumoulin, 2003, 201-215 ; Wolff, 2005 ; Lowczyk, 2010 ; Ginsburger, 2010 ; Société de géographie de Paris, 2015), aux États-Unis l’Inquiry (Gelfand, 1963 ; Smith, 2003 ; Ginsburger, 2010 et 2016a ; Amat, 2018), deux institutions qui rassemblaient essentiellement des universitaires spécialistes de sciences de l’homme, produisant des rapports et des documents (cartes, statistiques) en très grande quantité, se révélant par la suite diversement écoutés par les décideurs et diplomates.

147 Rappelons que Mantoux, alors spécialiste d’histoire économique britannique et passé par le cabinet d’A. Thomas, est l’officier interprète exclusif du Conseil des Quatre (Clemenceau, Lloyd George, Wilson, Orlando) pendant la Conférence : ses notes abondantes, publiées en 1955, sont une source essentielle sur ce sujet.

148 Weber, par ailleurs très actif pendant et après le conflit, a été sollicité par la délégation allemande, au nom de son expertise en droit international, et a participé à l’élaboration de la constitution de la République de Weimar (Mommsen, 1985 ; Bruhns, 2014 et 2017 ; Weber, 2015). Dans leur contribution, C. Bonnet et A. Lannoy indiquent qu’il en fut de même pour Harnack.

149 Voir le texte d’A.-S. Chambost et A. Gottely.

150 Cette catégorie ici anachronique, désignant des « laboratoires à idées » composés d’experts, correspond bien à l’activité commune intense de production de rapports, mais peut-être plus au cas états-unien qu’au français, où les universitaires présents travaillent davantage comme dans un séminaire de recherche, avec des rapports jugés peu utilisables, trop « scientifiques », d’où leur peu d’audience auprès du Quai d’Orsay.

151 MacMillan, 2006 ; Davion, 2018 ; Laniol, 2018.

152 MacLeod, 2000.

153 Hertz, 2015. Il n’est pas le seul : des deux côtés du Rhin, en Italie et en Europe balkanique, le « folklore de guerre », les pratiques et dictons des soldats dans les tranchées ont ainsi été notés et répertoriés, selon des cadres analytiques très différents propres à chacune de ces traditions disciplinaires nationales (pratiques superstitieuses ou expressions nationales) (Winkle, 2006 ; Scheer, Marchetti et Johler, 2010, 21 ; De Simonis et Dei, 2010).

154 Laurière, 2008a.

155 Feuerhahn, Rabault-Feuerhahn, 2014, 157.

156 Bloch, 2006, 293-316.

157 Prochasson, 2006 ; Roynette, 2010 ; Roynette, Siouffi, Smadja, Steuckardt, 2014.

158 Ginsburger, 2014a et b.

159 Burguière, 2006, 41-45.

160 Beaupré, 2012, 1015.

161 À rapprocher de l’ouvrage d’Ernest Kantorowicz sur Frédéric II, publié en 1927, consacré au pouvoir charismatique de l’empereur médiéval mais aussi au sentiment national germanique, avec un patriotisme affirmé. L’historien allemand avait connu une guerre très intense : jeune engagé volontaire et artilleur, sur les fronts occidental puis oriental et en Turquie, il poursuit les combats dans les corps francs pour s’opposer aux Polonais puis aux communistes à Berlin et en Bavière (Boureau, 2018, 29 et 41-42).

162 Rasmussen, 2014, 439, et 2015, 59 ; Lignier, 2016.

163 Ainsi le primatologue et spécialiste de psychologie comparée Robert Yerkes, en 1917 président de l’American Psychological Association et du comité d’examen psychologique des recrues à la suite de l’entrée en guerre des États-Unis, produisit le premier ensemble de tests non verbaux d’intelligence, appliqués à plus d’un million de soldats, particulièrement marqués par le racisme, la xénophobie anti-migrants et les théories eugénistes.

164 Evans, 2003 et 2010a ; Berner, 2005 ; Scheer, Marchetti et Johler, 2010, 233-351 ; Lange, 2013.

165 Gingrich, 2010, 371-372.

166 Il en est de même pour les techniques médicales (chirurgie réparatrice, traitement des chocs psychologiques), d’abord testées sur les atteintes répétées au corps et à l’esprit des soldats.

167 Singaravélou, 2016.

168 Voir la contribution de N. Ginsburger.

169 Ginsburger, 2010 ; Ginsburger, Sigaud, à paraître ; Sigaud, à paraître.

170 Reichert, 2015, 96-103.

171 Gay, 1994.

172 Ginsburger, 2010.

173 Hirsch, 2016, 97.

174 Fabre, 1996, 107.

175 Par exemple à travers la distinction entre nations « égoïstes » et « altruistes » (Mergy, 2001 et 2004).

176 Fabre, 1996, 110; Van Gennep, 1995; Mauss, 2013.

177 Gingrich 2010.

178 Crawford, 1992 ; Feuerhahn, Rabault-Feuerhahn, 2010.

179 Voir le texte d’A. Hurel.

180 Voir par exemple l’article de C. Bonnet et A. Lannoy.

181 Voir la contribution de N. Ginsburger. Pour le cas de l’ethnologie : Laurière, 2010.

182 Rasmussen, 2014, 445.

183 Frank, 2012.

184 C’est une bonne partie de l’historiographie de la Grande Guerre qui est également concernée par ces problématiques centrales (Prost, Winter, 2004), avec des prolongements très récents : la question de la responsabilité dans le déclenchement du conflit (bien mal réglée par le traité de Versailles, dans son article 231) a ainsi été traitée du côté français par P. Renouvin et Jacques Droz par exemple, mais connaît avec le centenaire de nouvelles interprétations (en particulier Clark, 2013) ; celle des atrocités allemandes, si on avait pu la croire définitivement réglée avec l’ouvrage de John Horne et Alan Kramer (Horne, Kramer, 2005), a récemment été réactivée, notamment dans les colonnes du journal français Le Monde.

185 L’existence et les formes des sentiments nationaux, dans le cas belge par exemple, la place de la science allemande, de ses méthodes et de son organisation, comme modèle.

186 Rasmussen, 2004b.

187 Rasmussen, 2014, 445.

188 Voir la contribution d’A. Hurel.

189 Schroeder-Gudehus, 1978 et 1986.

190 Pour le cas de la géologie : Bergerat, 2018.

191 Celles des Conseils Solvay et de la commission des prix Nobel qui ne cautionnent pas cette « mise en quarantaine » (Crawford, 1992 ; Rasmussen, 2007). Pour l’ethnologie et le combat de Rivet et de Boas jusqu’au congrès de Göteborg et La Haye en 1924, organisé « dans un esprit de complet internationalisme », et marqué par une poignée de main publique et médiatisée entre Rivet et Karl von den Steinen : Laurière, 2008b et 2010.

192 Reinbothe, 2010, 207.

193 Rasmussen, 2007.

194 Feuerhahn, Rabault-Feuerhahn, 2010, 14. Ceci n’est pas forcément vrai dans tous les cas : la Suède, les États-Unis et la Grande-Bretagne par exemple ont été particulièrement pressants pour obtenir la réintégration des savants allemands dans les instances internationales disciplinaires, avec des résultats cependant inégaux.

195 Schroeder-Gudehus, 1986.

196 Rasmussen, 2015, 49.

197 Reinbothe, 2006.

198 Voir la contribution de B. Müller.

199 Pour le cas des géographes : Ginsburger, à paraître ; pour celui des sociologues : Johnston, 2018.

200 Reinbothe, 2010. Le refus des États-Unis d’intégrer le nouvel ordre mondial autour de la SDN est ainsi visible dans l’absence des savants états-uniens dans la plupart des unions disciplinaires. Pour la géographie, l’union géographique internationale (UGI) est créée en 1922 mais les États-Unis ne deviennent officiellement membres qu’en 1928 (Robic, Briend, Rössler, 1996, 43).

201 Rausch, 2007 ; Tournès, 2008, 2010 et 2011 ; Rietzler, 2011 ; Syga-Dubois, 2016 ; Jeanpierre, 2016, 142.

202 Voir la contribution de J.-L. Chappey et G. Lancereau.

203 Voir le texte d’A.-S. Chambost et A. Gottely.

204 Comme le montre l’exemple du financement par la Donation Carnegie pour la paix internationale d’une série d’ouvrages consacrée à l’histoire économique de la guerre, composée de 132 volumes à tonalité idéologique libérale économiquement et pacifiste politiquement et dirigée par des universitaires états-uniens et européens (surtout des économistes et des historiens) (Prost, Winter, 2004, 17-18 et 146-151).

205 Ainsi du Laura Spelman Rockefeller Memorial, fondé en 1918 et s’orientant à partir de 1922 vers le soutien aux sciences sociales françaises, en dialogue avec des universitaires français établis (S. Charléty, C. Rist, M. Mauss, C. Bouglé), par des programmes collectifs et interdisciplinaires de recherche dans les années 1930, des voyages d’universitaires aux États-Unis et des bourses d’études pour jeunes prometteurs, des créations de postes ou le soutien d’instituts (Tournès, 2008 et 2010).

206 Revel, 2015, 194.

207 Voir la contribution de N. Ginsburger.

208 Voir le texte d’A. Hurel.

209 Maufroy, 2010.

210 Voir la contribution de J.-L. Chappey et G. Lancereau.

211 Locarno mène à l’assouplissement des clauses d’exclusion par le Comité international de recherches en 1926 et l’admission de l’État allemand dans la SDN en octobre de la même année, enfin en 1931 à la suppression du principe d’exclusion au Comité, devenu « Conseil international des unions scientifiques ». Comme le rappelle B. Müller, le basculement de 1924-1925 est également marqué par la victoire du Cartel des gauches en France et le retrait des troupes françaises de Rhénanie.

212 Au terme d’une sorte de « contre-boycott », car ils avaient été réintégrés dès le congrès de Paris en 1931, auquel ne participe officiellement qu’Alfred Rühl, comme le rappelle ici N. Ginsburger (Robic, Rössler, Briend, 1996, 46 ; Robic, 2010).

213 Même si les deux dimensions sont évidemment étroitement liées (Adell, Lamy, 2016).

214 Rasmussen, 2014, 443.

215 Ibid., 445.

216 Ainsi également de plusieurs géographes et anthropologues allemands (par exemple Emil von Luschan), invités au grand Congrès international de la Société britannique pour l’avancement des sciences, dans les villes universitaires australiennes (Ginsburger, 2010).

217 Simon, 2017, 104-106.

218 Olivier, 2017, 53-54.

219 Dhermy-Mairal, 2017b.

220 Laurière, 2008a.

221 Ginsburger, 2010 et 2016a ; Amat, 2018.

222 Cité dans Ginsburger, 2010 et 2014b, 399.

223 Mariot, 2017.

224 Voir la contribution de A. Hurel.

225 Voir l’article de J.-L. Chappey et G. Lancereau.

226 Fournier, 2007, 909.

227 Sanguin, 1993 ; Ginsburger, 2010.

228 Pour la sociologie française : Marcel, 2001 ; Hirsch, 2016 ; Cuin, Hervouet, 2018. Pour la géographie : Claval, Sanguin, 1995 ; Collectif, 2018.

229 Notons que cette expérience combattante, dans certains cas bien particuliers, peut d’ailleurs être valorisée à court ou moyen terme dans une carrière universitaire, et faire la différence entre candidats, montrant en la matière une certaine « valeur extra-scientifique » (Ginsburger, 2015a ; Simon, 2017, 109-111).

230 Amputé du bras gauche en avril 1917, après une blessure au Chemin des dames, d’abord moderniste, il se spécialise dès 1921 dans l’étude de la Grande Guerre et des relations internationales et participe notamment à l’organisation de la bibliothèque-musée d’histoire de la guerre ainsi qu’à la collecte et à l’analyse de sa documentation, contribution majeure à une « muséification de la guerre » et une mémoire-conservatoire immédiate (Becker, Becker, 2003 ; Rasmussen, 2014, 441).

231 Amputé de la jambe droite, cet historien moderniste devient géographe colonial après-guerre. Dans son parcours, le poids de son passé d’ancien combattant fut considérable : il consacra son doctorat à la région industrielle sarroise en 1934, à défaut de l’Algérie, où il vivait et enseignait, mais ne pouvait pas faire de terrain, étant donné son handicap.

232 Delzescaux, 2016, 36.

233 Audoin-Rouzeau, 2010.

234 Sieg, 2008.

235 Trom, 2016, 387 et 393-395 ; Blomert, 2018.

236 Demoor, Posman, Van Dijck, 2017.

237 Par exemple le géographe Raoul Blanchard à Harvard, au printemps 1917 (Ginsburger, 2010), ce qui ne lui fit pas quitter sa chaire de Grenoble, mais lui permit, dans l’entre-deux-guerres, d’enseigner régulièrement en Amérique du Nord.

238 Voir la contribution de B. Müller.

239 Par exemple les sociétés de géographie : Heffernan, 1995 et 1996.

240 Eckart, Godel, 2016.

241 Pour l’École normale supérieure : Chaline, 1996 ; Mariot, 2012 ; pour celle des Chartes : Leniaud, Pastoureau, 2015.

242 Schwabe, 1969 ; Gruber, 1975 ; Fordham, 1997 ; von Bruch, 2006 ; Maurer, 2006 ; Irish, 2015.

243 Pour le cas de la géographie : Ginsburger, 2015b.

244 Par exemple l’agitation révolutionnaire, les tensions territoriales et militaires sur fond de règlement d’indemnités de guerre et d’inflation, ou encore la croissance économique dans certains pays comme les États-Unis.

245 Voir les contributions de J.-L. Chappey et G. Lancereau, d’A. Hurel et de A.-S. Chambost et A. Gottely.

246 Voir l’article de S. Reubi sur la réduction des coûts grâce à la photographie aérienne, et celui d’A. Hurel sur l’utilisation de tranchées pour faire des économies de terrassement lors de certaines fouilles archéologiques.

247 Chaubet, 2016.

248 Fournier, 1994, 395.

249 Cité dans Ginsburger, 2010, 817.

250 Ibid., 816.

251 Voir le texte d’A. Hurel.

252 Voir les textes de J.-L. Chappey et G. Lancereau, d’A.-S. Chambost et A. Gottely.

253 Voir la contribution de B. Müller. Voir également Boone, Keymeulen, 2017.

254 Cité dans Ginsburger, 2010, 816.

255 Burguière, 2006, 23-51.

256 Hirsch, 2016, 330-336.

257 Voir le texte de C. Bonnet et A. Lannoy.

258 Dhermy-Mairal, 2015a et b, 2017a.

259 Soutou, 2006.

260 Voir la contribution de N. Ginsburger.

261 Cité dans Michel, 2004, 296.

262 Ibid., 298.

263 Rasmussen, 2014, 424.

264 Revel, 2015, 190 et 206.

265 Rasmussen, 2015, 48.

266 Ibid., 57.

267 Pour le cas de l’ethnologie : Delpuech, Laurière, Peltier-Caroff, 2017.

268 Orain, 2015.

269 Bien moins cependant que la Seconde (Deluermoz, Singaravélou, 2016).

270 Cependant, imaginant ce qu’aurait été l’histoire de « l’autre siècle » si les armées allemandes avaient vaincu lors de la bataille de la Marne, Pascal Ory évoque en passant, dans sa description uchronique d’une « Très Belle Époque », la carrière de Marc Bloch en Allemagne et la fondation de la revue Die Annalen… (Delacroix, 2018, 297).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger et Christine Laurière, « La Grande Guerre, parenthèse ou nouvelle donne dans l’histoire des sciences de l’homme ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 7-58.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger et Christine Laurière, « La Grande Guerre, parenthèse ou nouvelle donne dans l’histoire des sciences de l’homme ? », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/797 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.797

Haut de page

Auteurs

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé à l’équipe EHGO (UMR Géographie-Cités)

Articles du même auteur

Christine Laurière

Chargée de recherche au CNRS (IIAC-LAHIC), codirectrice de Bérose, Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals