Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43DossierIdéalisé et opérant ?

Dossier

Idéalisé et opérant ?

Le statut de la ville médiévale dans la formation de la pensée urbanistique britannique au début du xxe siècle
Idealized and Operative? The Medieval City’s Status in the Formation of British Urban Theory in the Early 20th Century
Stéphane Sadoux
p. 121-148

Résumés

Cet article apporte un éclairage sur les manières dont le Moyen Âge a alimenté des réflexions qui accompagnent la naissance de l’urbanisme britannique au début du xxe siècle. Dans un pays où l’urbanisation galopante rend nécessaire l’élaboration de plans, l’image de la ville médiévale tient alors une place de choix, tant dans le discours que dans les desseins, reflétant l’idée selon laquelle les qualités de la ville médiévale font d’elle un précédent opératoire pouvant nourrir les projets architecturaux et urbains contemporains. En irriguant la pensée comme l’action, la représentation du Moyen Âge devient dès lors un élément incontournable de toute étude portant sur les fondements épistémologiques et pratiques de l’urbanisme britannique naissant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Southgate, 2005.
  • 2 Voir notamment Pugin, 1838a, 1843.

1Dans un ouvrage publié en 2005, Berverley Southgate s’interrogeait : « À quoi sert l’histoire1 ? » Lorsqu’elle est soulevée dans les champs de l’architecture et de l’urbanisme, cette question n’est pas anodine : le passé y est notamment appréhendé comme un réservoir de précédents convoqués dans le cadre de projets dont le but est d’envisager et de dessiner l’avenir. Cette mobilisation peut se traduire par le rejet de certaines théories ou morphologies ou, a contrario, par la reproduction ou la réinterprétation de concepts, de formes et de dispositifs jugés vertueux. Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, des architectes britanniques, au premier rang desquels Augustus Pugin, puisent leur inspiration dans la production d’un Moyen Âge idéalisé et façonnent un style : le gothic revival. Incarné par de nombreux édifices publics et lieux de culte, largement diffusé par des ouvrages, articles et traités2, ce regain d’intérêt pour le gothique illustre le statut de référence auquel accède alors le Moyen Âge dans l’imaginaire des architectes.

  • 3 Voir à ce sujet Guy, 1996.
  • 4 Concernant les enquêtes, voir Topalov, 2015. À propos de statistiques, voir Goldman, 2022.
  • 5 Voir en particulier Chadwick, 1842.

2Durant cette période, l’urbanisation galopante et la croissance démographique exponentielle mettent en lumière la nécessité d’élaborer un cadre politique et réglementaire capable d’exercer un contrôle sur l’environnement urbain. L’urgence d’améliorer les conditions de vie des classes ouvrières est soulignée par de nombreux acteurs dont les constats et propositions sont largement diffusés. Dans le domaine de la littérature, les social problem novels de Charles Dickens, Frances Trollope ou encore Charlotte Elizabeth Tonna dépeignent le quotidien pénible des travailleurs dans les villes industrielles3. Les résultats d’enquêtes, telles que celles menées par les industriels Charles Booth et Seebohm Rowntree, alimentent les débats dans un contexte marqué par le fort développement des statistiques et des tendances qu’elles contribuent à mettre en évidence4. L’essor des organismes à visée philanthropique participe à la remise en cause du laisser-faire, dont les limites sont mises en lumière par des rapports officiels5. Au sein des métropoles, les classes ouvrières sont logées dans des quartiers à très forte densité, majoritairement constitués d’habitations érigées en bande et dos à dos (back-to-back). Cette morphologie, rendue possible par un cadre juridique permissif, contribue autant à engendrer des profits pour les propriétaires qu’à dégrader la santé des populations exposées aux épidémies.

  • 6 Voir notamment Booth, 2003.
  • 7 Cette occurrence est relevée par Adams, Thompson, Adams, 1932, 45.
  • 8 Cette évolution est saluée par les acteurs du secteur caritatif (Charity Organisation Review, 1910 (...)
  • 9 Les enjeux urbains de l’époque victorienne ont notamment été traités par Briggs (1963) et Cherry ( (...)
  • 10 Parlementaire, représentant de la circonscription de St. George’s Hanover Square à Londres (1906-1 (...)
  • 11 Fondé grâce au Local Government Board Act de 1871, cet organisme est chargé de superviser les acti (...)
  • 12 Hansard House of Commons Debates, 1909.

3Si la constitution de la pensée urbanistique britannique résulte d’une longue accumulation d’expérimentations pratiques et intellectuelles6 visant à transformer l’environnement urbain et à le rendre plus habitable, la naissance de cette discipline, profession et champ d’action publique, date du début du xxe siècle : l’expression « town planning » est employée pour la première fois en 1905 par John Nettlefold7, un réformateur social et élu municipal fortement impliqué dans l’amélioration des conditions de vie des classes ouvrières à Birmingham. Quelques années plus tard, la promulgation du Housing, Town Planning, etc. Act (1909) donne pour la première fois à l’urbanisme une assise juridique. Cette loi rend en particulier illégale la construction d’habitations sur le modèle back-to-back8 et permet aux autorités locales d’élaborer des plans (town planning schemes) pour encadrer les nouvelles constructions, notamment en périphérie des grandes villes que l’on cherche à désengorger9. Mais les débats qui agitent alors le Parlement laissent transparaître une certaine inquiétude. En novembre 1909, Alfred Lyttelton10 s’adresse à la Chambre des communes et alerte ses pairs : il existe très peu d’exemples pour guider le Local Government Board11 et rares sont les personnes compétentes en matière de planification12. Dans un contexte urbain inédit, les acteurs relèvent la difficulté de traiter la situation sans pouvoir se référer à des précédents.

  • 13 En particulier les travaux de Françoise Choay (1965) en histoire de l’urbanisme, dont la principal (...)

4Si le town planning naissant s’ancre dans le mouvement hygiéniste, la ville médiévale et son héritage sont convoqués par des théoriciens et concepteurs dont le rôle dans la constitution de la pensée urbanistique britannique a été significatif : en nourrissant la pensée comme l’action, l’espace urbain du Moyen Âge accède alors au statut de précédent opérant. Le présent article propose d’apporter un éclairage sur ce processus. En s’appuyant sur un corpus de sources premières anglophones, il développe une interprétation complémentaire de certains travaux francophones influents13 et vise plus particulièrement à expliciter les logiques de réinterprétation de formes urbaines inspirées de la ville médiévale. Il se donne également pour objectif de mettre en évidence les contributions d’acteurs moins familiers aux débats relatifs au médiévalisme.

Le médiévalisme de l’ère victorienne

  • 14 Roberts, 1980 ; Boos, 1992 ; Parker, Wagner, 2020.

5En Angleterre, le Moyen Âge suscite un certain intérêt dans les domaines de la littérature et de l’architecture dès les années 1760, mais ce n’est qu’à partir des années 1830 que le phénomène gagne en importance. Au cours de la période victorienne, en effet, de nombreux artistes, philosophes, politiques et hommes d’Église se réfèrent à un Moyen Âge idéalisé, dans lequel ils puisent leur inspiration et espèrent trouver des solutions aux enjeux contemporains. Si les causes et les conséquences de ce mouvement ont fait l’objet de diverses interprétations, son existence fait consensus : l’on n’hésite pas à parler de médiévalisme victorien14.

  • 15 Ruskin, 1854, 157.
  • 16 Matthews, 2011, 705, 707-708.
  • 17 Tel que proposé par Simons, 1992, 1.
  • 18 Holloway, Palmgren, 2005, 2.
  • 19 Mill, 1831, 20.
  • 20 Bowker, 1902, 41.

6L’invention du mot medievalism a longtemps été attribuée à John Ruskin, qui l’emploie en 1853 pour désigner alors une période historique15. Selon le médiéviste David Matthews, l’entrée progressive du terme dans le langage courant donne lieu à un glissement sémantique, traduit par une perte de neutralité de sa signification16. Le médiévalisme ne désigne plus une période historique, mais une attitude à l’égard de ladite période. Le mot se charge dès lors de connotations péjoratives et décrie l’inauthenticité d’un passé médiéval recréé. Dans le présent article, le terme médiévalisme est employé pour désigner l’étude et la mobilisation de la culture médiévale dans la période postmédiévale17 et mettre en lumière certaines de ses manifestations dans le domaine de l’urbanisme. Au cours de l’époque victorienne, les représentations du Moyen Âge sont en grande partie façonnées par la littérature et le regard posé sur le Moyen Âge relève de la fantaisie : sont extraits de l’histoire des éléments choisis dans le but de nourrir l’imaginaire et de façonner les goûts contemporains18. Interroger le médiévalisme victorien implique donc de questionner le rapport qu’entretient la société britannique du xixe siècle avec l’histoire et les raisons pour lesquelles elle s’identifie à une société antérieure. Dans un texte publié en 1831, John Stuart Mill offre une clé de lecture, en affirmant qu’une telle attitude s’observe en temps de mutation. L’humanité, affirme-t-il, se retrouve divisée entre ceux qui vivent le temps présent et ceux qui se projettent dans le passé19. La période au cours de laquelle Mill rédige ce texte illustre d’après lui ce phénomène qui semble par ailleurs s’être inscrit dans la durée : l’historien Frederic Harrison affirme ainsi en 1901 que « si notre âge était celui du progrès, il était également celui de l’histoire20 ».

  • 21 Architects’ Magazine, 1905, 33.
  • 22 Turner, 2014.
  • 23 Pugin, 1843.
  • 24 La notion de renaissance a été contestée par certains historiens pour qui le style gothique n’a ja (...)
  • 25 Voir en particulier Chieffo Raguin, 1990.
  • 26 Pugin, 1838b.
  • 27 Wagner, 2005, 14.
  • 28 Stanton, 1954.

7La nature fictive du Moyen Âge dépeint par les artistes victoriens ne doit pas occulter la présence, dans la ville du xixe siècle, de nombreux vestiges médiévaux, lesquels contribuent à rendre le Moyen Âge tangible : ils permettent d’observer des fragments du passé et de s’y projeter. Il serait réducteur d’affirmer que les débats relatifs à l’architecture permettent à eux seuls de comprendre le rôle qu’a pu tenir le médiévalisme dans la formation de la pensée urbanistique britannique du début du siècle. Pourtant, ces dialogues et discordes colorent fortement le contexte dans lequel s’inscrit l’émergence de l’urbanisme. En 1905, la revue Architects’ Magazine clame ainsi que l’Angleterre traverse au cours de la seconde moitié du xixe siècle une « guerre civile architecturale » dans laquelle s’affrontent les défenseurs des styles gothique, classique et éclectique21. Si l’architecture inspirée du Moyen Âge est, dans un premier temps, associée au catholicisme, les œuvres de Ruskin contribuent rapidement à leur dissociation22. Aux yeux de nombreux architectes de l’ère victorienne, et tout particulièrement de Pugin, le gothique permet avant tout de lutter contre le paganisme associé au classicisme23. Le gothic revival24 domine alors largement la production architecturale et incarne l’expression de valeurs morales25. S’appuyant sur les outils graphiques de l’architecte, Pugin critique vivement les productions contemporaines classiques qu’il cherche à ridiculiser en les comparant à des chefs-d’œuvre gothiques au fil des pages de son célèbre ouvrage Contrasts, publié en 183626 (fig. 1a). Pour Pugin, la composition architecturale et les figures sur lesquelles elle repose sont autant de messages adressés à la société pour exprimer l’histoire et les traditions du pays27. Au-delà, l’architecture reflète selon lui l’importance des arts et métiers qui concourent à la conception et à la réalisation d’un édifice. Le gothic revival peut dès lors être interprété comme une tentative de redéfinition des modalités de la production architecturale, fondée sur un retour à des méthodes traditionnelles et artisanales28. Si cette posture concerne avant tout l’échelle de l’édifice, force est de constater que Pugin n’écarte pas le contexte urbain. Alors que la première édition de Contrasts met en scène des édifices individuels, les éditions plus tardives incluent une planche réalisée en 1841 qui compare l’apparence d’une « ville catholique » en 1440 et en 1840 (fig. 1b).

Fig. 1a et 1b : Contrastes d’après Pugin

Fig. 1a et 1b : Contrastes d’après Pugin

Source : Pugin, A. W. N., Contrasts. Or, A Parallel Between the Noble Edifices of the Middle Ages and Corresponding Buildings of the Present Day, Showing the Present Decay of Taste, Londres, H. G. Bohn, 1838 [1836] (fig. 1a) ; 2e éd. Édimbourg, J. Grant, 1898 (fig. 1b).

  • 29 Oxford Society for Promoting the Study of Gothic Architecture, 1839 ; Prout, 1989.
  • 30 O’Hear, 1993 ; Bradley, 2002; Margolis et al., 2014 ; Curl, Wilson, 2015b.
  • 31 Kaufman, 1987.

8Outre ces débats relatifs aux vertus supposées du style gothique, la seconde moitié du xixe siècle est également marquée par l’inquiétude de voir les vestiges du Moyen Âge anéantis par les nouvelles constructions. Les destructions de nombreux édifices médiévaux suscitent de vives réactions et donnent lieu en 1877 à la fondation, par le polymathe William Morris, de la Society for the Protection of Ancient Buildings. La préservation de ce patrimoine comme la pratique et la promotion du gothic revival s’ancrent progressivement dans une méthode scientifique en histoire de l’architecture lancée, développée et pratiquée par différents groupes, en particulier par la Society for Promoting the Study of Gothic Architecture ou la Cambridge Camden Society29 : les relevés d’édifices médiévaux, notamment des lieux de culte, se multiplient. Les motifs et dispositifs hérités du Moyen Âge sont étudiés et redessinés, et leur analyse permet non seulement de les comprendre, mais également de les employer dans un contexte contemporain, en associant des formes à des idées30. En ancrant leurs desseins dans des précédents réinterprétés, les architectes ne pratiquent pas la copie : ils contribuent au développement de l’architecture31. Un processus similaire s’opère dans le domaine de l’urbanisme au tournant du siècle.

Caractériser et comprendre la ville médiévale

  • 32 Geddes, 1904.
  • 33 Branford, 1915, 100.
  • 34 Abercrombie, 1916 ; Lanchester, 1916.
  • 35 Geddes, 1919, 281.
  • 36 Id., 1949, 177. La première édition de l’ouvrage Cities in Evolution date de 1915.
  • 37 Id., 1913, 90. Ce point de vue est alors largement partagé : voir notamment Richardson, 1912, 125.
  • 38 Id., 1904, 107.

9Si la naissance de l’urbanisme britannique se traduit notamment par l’élaboration d’un cadre juridique et réglementaire, elle est également fondée sur la définition de méthodes propres à la discipline, lesquelles répondent à des objectifs précis, telle la formulation de principes permettant d’aborder, d’analyser et de comprendre le contexte urbain en vue de le transformer et de l’améliorer. L’idée selon laquelle l’enquête doit précéder toute forme de planification est celle du polymathe écossais Patrick Geddes, qui l’expose en 1904 à l’occasion d’une conférence32. Dans un article publié en 1915, le sociologue Victor Branford, collaborateur de Geddes, explique notamment que la participation d’historiens et d’archéologues aux enquêtes doit permettre d’identifier les caractéristiques des villes et villages propres à chaque période historique. Il s’agit selon lui de « reconstruire la phase médiévale à partir des édifices, ruines et monuments qui survivent », mais également de documenter les configurations et traditions sociales afin de comprendre la manière dont les lieux étaient habités33. Les propositions de méthodes d’enquête formulées par l’architecte Henry Lanchester et l’architecte-urbaniste Patrick Abercrombie l’année suivante accordent dans la même veine une place de choix à l’étude historique de villes34. Ils s’inscrivent ainsi dans la lignée de Geddes : comprendre la transformation des villes au cours des différentes périodes, notamment médiévale, permettrait non seulement d’interpréter le présent, mais également de déceler une partie du futur, car « les bourgeons de la saison prochaine sont déjà là35 ». Pour Geddes, la ville médiévale a en partie été détruite, mais son influence demeure : il affirme ainsi que la « filiation historique » qui relie le Moyen Âge au présent « détermine nos vies jusqu’à aujourd’hui36 ». Les caractéristiques de la ville médiévale sont documentées et analysées par les nombreuses enquêtes menées au début du xxe siècle. Deux d’entre elles méritent d’être présentées. La première est notamment mise en exergue par la Cities and Town Planning Exhibition que Geddes organise en 1910 : le contenu de la galerie consacrée au Moyen Âge souligne que la ville médiévale s’adapte à la topographie dans laquelle elle s’inscrit37. La seconde est citée par Geddes lors d’une allocution à la Sociological Society. Il affirme alors que « l’exploration d’une majestueuse ville moderne ou [d’une ville] de la Renaissance est constamment modulée par la découverte de pittoresques vestiges médiévaux […]38 ». La mobilisation de la ville médiévale dans la pensée urbanistique britannique du début du xxe siècle s’ancre ainsi dans une approche spatiale et visuelle.

  • 39 Adshead devient en 1909 le premier professeur de civic design à l’université de Liverpool. Il est (...)
  • 40 Adshead, 1910, 3.
  • 41 Brinckmann, 1910, 161 ; Triggs, 1911, 74 ; Richardson, 1912, 125.
  • 42 Urbaniste, Adams est secrétaire général de la Garden Cities Association fondée par Ebenezer Howard (...)
  • 43 Adams, 1935, 78.
  • 44 Haverfield, 1910, 129.
  • 45 Unwin, 1909 ; Adshead, 1910 ; Triggs, 1911.
  • 46 Reilly, 1910, 192.
  • 47 Adams, 1935, 78.

10La pensée urbanistique du début du xxe siècle se construit également au fil des pages de la littérature scientifique et professionnelle émergente et des institutions qui les portent. Fondée en 1910, The Town Planning Review est publiée par l’université de Liverpool, où la première formation en urbanisme au monde est lancée un an plus tôt. Paru dans le premier numéro, un article de l’architecte urbaniste Stanley Adshead39 oppose le développement de certaines villes conçues selon des tracés « réguliers et ordonnés » à la croissance « sporadique » de la plupart des villes médiévales40. L’idée selon laquelle la ville du Moyen Âge est le fruit d’une croissance urbaine et de l’agrégation progressive d’édifices est fréquemment évoquée41. De nombreux pionniers de l’urbanisme développent un discours fondé sur l’analyse du tracé des voiries : Thomas Adams42 affirme à titre d’exemple que la plupart des villes médiévales européennes ont des trames viaires irrégulières et que les villes structurées selon des formes géométriques, telles les bastides françaises, sont des exceptions43. En se penchant de la sorte sur les villes du Moyen Âge, Adams et ses contemporains s’adonnent à l’analyse de précédents, dont ils espèrent dégager des caractéristiques récurrentes. L’accent est parfois mis sur les exceptions plutôt que sur la règle : dans son ouvrage Ancient Town Planning publié en 1913, l’historien et archéologue Francis Haverfield déplore l’habitude qu’ont les Britanniques de chercher à tout prix une origine romaine dans les villes médiévales anglaises aux trames régulières : « Je pense que nous allons beaucoup trop loin. Il est tout à fait possible que des routes se croisent à angle droit sans que ces voies soient romaines : le plan régulier était occasionnellement utilisé au Moyen Âge […]44. » L’existence de villes médiévales constituées sur une trame géométrique est relevée par d’autres théoriciens et praticiens influents, qui ne manquent pas de citer Winchelsea en exemple45. Nonobstant la reconnaissance de ces exceptions, la ville médiévale est au début du xxe siècle essentiellement assimilée à un espace urbain compact, structuré par un réseau de rues sinueuses. L’architecte Charles Reilly, directeur du département d’architecture de l’université de Liverpool de 1904 à 1933 et fervent défenseur du néoclassicisme, affirme pourtant dans une description de la ville de York que ses caractéristiques permettent d’imaginer la vie au Moyen Âge – une vie faite « de proximité, d’intimité et de voisinage46 ». Le caractère irrégulier de la trame et la logique organique qui sous-tend sa constitution font l’objet d’éloges ou sont a minima défendus : Adams affirme à titre d’exemple qu’une structure géométrique n’implique pas une conception plus intelligente. Le jugement que l’on porte sur la planification doit d’après lui s’appliquer à toute la ville et non exclusivement au tracé des voiries47.

  • 48 Reilley, 1910, 93.
  • 49 Adshead, 1910, 3.
  • 50 Adams, 1935, 78.
  • 51 Adshead, 1910, 3 ; Adams, 1935, 80, 137.
  • 52 Sutcliffe, 1981, 171.
  • 53 Malgré la promulgation, l’année précédente, de la première loi en urbanisme et le lancement d’une (...)
  • 54 Eberstadt, 1910, 104.
  • 55 Cameron, 1910, 182.
  • 56 The Town Planning Review, 1910, 267.
  • 57 Tout, 1917.
  • 58 The Lancet, 1910.

11Outre la maîtrise de l’urbanisation et l’amélioration des conditions de vie des populations, l’une des préoccupations des pionniers de l’urbanisme concerne l’appauvrissement supposé des qualités visuelles de l’environnement urbain48. Ici transparaissent les inévitables liens entre les deux disciplines désormais distinctes que sont l’architecture et l’urbanisme. Les villes du Moyen Âge sont convoquées comme précédent au titre de leurs qualités formelles. Certains louent l’harmonie des styles qu’elles accueillent49 et attribuent leurs qualités artistiques à l’irrégularité de leur morphologie50. D’autres affirment qu’elles incarnent un art qualifié d’héréditaire et de civique : ces villes refléteraient ainsi la passion des artisans bâtisseurs, dont le sens de l’esthétique et la liberté de création sont loués51. Loin d’être marginaux, ces points de vue sont documentés dans les actes de la première Town Planning Conference, un événement international qui réunit 1 250 personnalités britanniques et étrangères durant six jours en octobre 191052. Ces rencontres se tiennent à Londres sous l’égide de l’Institute of British Architects53 et les débats qui s’y déroulent montrent que l’urbanisme médiéval est élevé par certains au rang d’art. L’économiste et urbaniste allemand Rudolf Eberstadt y suggère que le Moyen Âge est riche d’enseignements : il affirme que tanneurs et menuisiers considèrent alors leur profession comme une science et un art. Renvoyant ses pairs à leur propre situation, il les interroge : « Qu’en est-il de l’urbanisme ? S’agit-il d’un art ou d’une science ? » Il conclut en plaidant pour une mobilisation raisonnée des précédents médiévaux : il ne s’agit pas de se tourner vers les « maîtres » d’autrefois pour les copier, eux et les formes dont ils sont les auteurs. D’après lui, la « combinaison de l’art et de la science » est la meilleure leçon qui puisse être tirée du Moyen Âge : il importe de l’adopter dans le domaine de l’urbanisme54. En réponse aux propos d’Eberstadt, un conseiller municipal de la ville d’Édimbourg affirme qu’il conviendrait de se demander ce que les « grands esprits » du Moyen Âge auraient fait face aux enjeux de la ville du début du xxe siècle55. La valeur de la ville du Moyen Âge tiendrait donc à ce qu’elle nous dit des attitudes adoptées par ses bâtisseurs au regard de leurs besoins. Les qualités esthétiques de la ville médiévale en seraient une conséquence, plus qu’une fin en soi. C’est sans doute la raison pour laquelle un article publié en 1910 dans The Town Planning Review évoque « l’art inconscient de Moyen Âge »56. L’idée selon laquelle la ville médiévale peut guider les pionniers de l’urbanisme n’est toutefois pas exclusivement formulée par des concepteurs : certains historiens du début du xxe siècle l’affirment également. C’est précisément la teneur des propos que tient l’historien Thomas Tout à l’occasion d’une conférence donnée à Manchester en 1917 : « Il est de nos jours naturel pour un médiéviste de s’intéresser à la planification urbaine médiévale. […] Il n’est pas entièrement irréaliste de se dire que les époques passées ont fait face aux mêmes problèmes que ceux que nous essayons de traiter […]57. » Fortement impliqué dans les débats relatifs à l’aménagement des villes, le monde de la médecine souligne également l’importance de la conférence de 1910. Quelques jours seulement après l’événement, un article publié dans The Lancet affirme que la beauté a des vertus « préventives et curatives », ajoutant qu’elle « contribue à notre bonheur et donc, à nous garder en bonne santé58 ». Si ce texte ne fait pas explicitement allusion aux villes anciennes, il n’en démontre pas moins l’intérêt que d’autres disciplines accordent aux qualités esthétiques du cadre de vie.

L’influence du modèle de la garden city et de Raymond Unwin

  • 59 Voir notamment Sutcliffe, 1980.
  • 60 Parmi les travaux récents, l’on peut notamment citer Bowie, 2017.
  • 61 Howard, 1898
  • 62 Unwin, 1909.
  • 63 Sitte, 1889.
  • 64 Unwin, 1909, 52.
  • 65 Ibid., 62.

12L’historiographie de l’urbanisme nous rappelle que de nombreuses expérimentations visant à améliorer les conditions de vie des populations sont menées avant la naissance de la discipline59. L’on peut notamment de souligner le rôle important qu’ont joué certains villages construits par de riches industriels. Érigée à partir de 1902 pour les frères Rowntree, New Earswick permet d’introduire l’architecte Raymond Unwin, dont la proximité avec les milieux réformistes et socialistes a été largement documentée60 et dont le rôle dans la constitution de la pensée urbanistique britannique a été déterminant. Le projet de New Earswick lui permet de mettre en pratique certains des principes élaborés avec son associé Barry Parker, puis affinés l’année suivante lorsqu’ils produisent le plan d’aménagement de Letchworth, la première garden city érigée sur le modèle formulé par Ebenezer Howard dans son célèbre ouvrage publié en 189861. Unwin élabore par ailleurs en 1906 le plan pour Hampstead Garden Suburb en périphérie de Londres et publie l’influent Town Planning in Practice en 190962. Il y revient sur les travaux de Camillo Sitte, un architecte autrichien dont la pensée est synthétisée dans un ouvrage paru en 188963. Unwin rappelle que l’analyse des plans de villes médiévales menée par Sitte lui permet de conclure que leurs qualités esthétiques découlent de principes artistiques. Les propos d’Unwin sont appuyés par de nombreux clichés de villes médiévales, lesquelles attestent selon lui de la beauté et du pittoresque qui résultent de ce développement progressif de la ville sur des tracés irréguliers. Selon Unwin, le développement de la ville médiévale était « délibérément planifié par les anciens sur la base de principes artistiques qui étaient alors pleinement compris64 ». Il affirme toutefois que l’aspect de la « ville gothique » ne résulte pas seulement de sa morphologie urbaine irrégulière ; il est également à imputer à l’architecture du Moyen Âge, dont les volumes et les proportions témoignent de la grande liberté dont jouissaient les bâtisseurs65.

  • 66 Le County of London Plan est publié en 1943 ; le Greater London Plan en 1944.
  • 67 John Tudor Walters, était également président du Hampstead Garden Suburb Trust.
  • 68 Tudor Walters Committee, 1918.
  • 69 Local Government Board and Ministry of Health, 1919.
  • 70 Le rôle prépondérant du mouvement des garden cities a été relevé dans différents travaux d’histoir (...)

13Figure de proue du mouvement des garden cities, Unwin a exercé son influence dans différents cercles. C’est à lui que l’on doit l’organisation de la Town Planning Conference de 1910, à laquelle il participe également en qualité de représentant de la Garden Cities Association. Quelques années plus tard, en 1914, il met fin à sa collaboration avec Barry Parker et devient le premier inspecteur en chef chargé de l’urbanisme au Local Government Board. En 1919, il est nommé architecte en chef au sein du nouveau ministère de la Santé et il y est chargé pendant une dizaine d’années de l’évaluation des projets d’extension soumis par des municipalités. Soulignons enfin qu’il exerce en qualité de conseiller pour le Greater London Regional Committee entre 1929 et 1933. Les propositions qu’il formule dans ce cadre pour contenir l’étalement urbain de la capitale posent les bases des ceintures vertes (greenbelts) définies et mises en œuvre dans l’après-guerre, avec les plans élaborés par Patrick Abercrombie66. L’influence d’Unwin sur la pensée urbanistique britannique se traduit également par le rôle que joue l’homme dans la lutte contre la crise du logement que connaît l’Angleterre à la sortie de la Première Guerre mondiale. Pour mettre en œuvre le programme « Homes fit for Heroes » annoncé par le Premier ministre Lloyd George, un comité est formé dans le but de répondre à la pénurie de logements et d’offrir aux hommes de retour du front des habitats dignes. Présidé par le parlementaire libéral Sir John Tudor Walters, le comité compte Unwin parmi ses membres67. Son rapport, paru en 191868, préconise la construction de nouveaux quartiers à l’extérieur des agglomérations, avec des densités de trente logements à l’hectare, soit celles proposées par Unwin dans ses ouvrages précédents. La plupart de ces principes sont repris en 1919 par le Local Government Board : un manuel69 publié à cette date comprend des modèles de plan d’aménagement largement inspirés des compositions élaborées par Unwin à Letchworth ou Hampstead et explicités dans son ouvrage de 1909. Il comprend également un exemple de projet soumis par une municipalité et validé par le Local Government Board : sa morphologie est organique et la légende précise que la trame s’adapte à la topographie. Les formes du périurbain britannique de l’entre-deux-guerres sont ainsi largement colorées par les principes de composition élaborés par Unwin pour la construction de garden cities ou garden suburbs70.

La réinterprétation de formes urbaines médiévales : espaces clos et vivre ensemble

  • 71 Lilley, 1999.
  • 72 Thompson, 1923, 221.
  • 73 BAL Unwin Papers UN 15/2, « The Dawn of a Happier Day », p. 1-3, cité dans Swenarton, 1989, 152.

14L’influence de la ville médiévale sur Unwin est régulièrement affirmée dans les travaux scientifiques, mais sa nature a rarement été explicitée dans le détail. Un article de Keith Leilly71 fait figure d’exception, mais le cas d’Unwin y est davantage employé pour expliciter le rapport que d’autres urbanistes, en l’occurrence Camillo Sitte, Thomas Sharp et Le Corbusier, ont entretenu avec la ville du Moyen Âge. Or, dès 1923, Unwin est qualifié d’urbaniste médiéval72. Il semble ici important de préciser que le regard qu’il porte sur le Moyen Âge a évolué au fil du temps. Dans un ouvrage s’intéressant aux architectes inscrits dans le sillage de la pensée de Ruskin, l’historien de l’architecture Mark Swenarton consacre un chapitre à Unwin. Il y cite en particulier un manuscrit daté de 1886 dans lequel Unwin critique la violence et l’ignorance qui caractérisent d’après lui le Moyen Âge73. Plus tard, pourtant, il se rallie à la cause de Morris et aborde la ville médiévale comme une source d’inspiration pour de nouvelles expérimentations architecturales, lesquelles permettraient de faire renaître l’esprit collectif du Moyen Âge à une époque dominée par l’individualisme.

  • 74 Unwin, Parker, 1902, 5.
  • 75 Ibid.
  • 76 Darwall-Smith, 2005, 16.
  • 77 Foster, 1893, 84.
  • 78 Leedy, 1998, 64.
  • 79 Salter, Lobel, 1954.

15Pour comprendre les logiques qui sous-tendent la manière dont il mobilise la ville médiévale, il convient en premier lieu de relire Cottage Plans and Common Sense, un pamphlet paru en 1902 qu’il rédige avec son associé Parker. Le quadrangle, hérité du Moyen Âge, y est réinterprété. Les deux hommes rappellent que ce précédent apparaît au sein des universités d’Oxford et de Cambridge74, fondées respectivement aux xie et xiiie siècles. Les années que le jeune Unwin passe à Oxford expliquent sans doute pour partie l’intérêt qu’il voue aux formes architecturales et urbaines médiévales. Dans Cottage Plans and Common Sense, le college est défini du point de vue morphologique, comme une « collection de petits édifices organisés autour d’un espace75 ». La première manifestation de cette forme singulière a lieu à Oxford au xiiie siècle, lorsque Merton College érige de nouveaux édifices sur ses terrains76 : de leur implantation naissent les Front Quad et Mob Quad. Dans ses formes primitives, le quadrangle résulte d’un processus incrémentiel au cours duquel des édifices mitoyens sont successivement érigés en bordure de parcelles, autour d’un espace laissé vacant. Il constitue le cœur de l’institution et le « berceau de la vie collégiale »77. À Merton comme dans la plupart des colleges, les différentes ailes des quadrangles abritent des espaces collectifs tels que les chapelles et les bibliothèques. Les premiers quadrangles ont des formes irrégulières78, que l’on doit à leur constitution progressive et à l’adaptation des constructions au parcellaire : Mob Quad a ainsi été décrit comme un quadrangle né par accident79 (fig. 2). Si cette forme spécifique reflète les logiques propres à la constitution progressive du tissu urbain médiéval, sa capacité à répondre aux besoins des communautés qui l’habitent lui vaut d’accéder au statut de modèle, répliqué par d’autres colleges.

Fig. 2 : Photographie aérienne de Mob Quad, Merton College, Oxford

Fig. 2 : Photographie aérienne de Mob Quad, Merton College, Oxford

Source : Wikimedia Commons, 26 mars 2006, en ligne : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Mob_Quad_from_Chapel_Tower.jpg (consulté le 11 juillet 2023).

  • 80 Unwin, Parker, 1901.
  • 81 Ibid., 107.
  • 82 Unwin, 1912.

16La réinterprétation du quadrangle ne se manifeste toutefois pas exclusivement dans les universités. En 1901, Unwin et Parker publient The Art of Building a Home80 et critiquent fortement les formes urbaines caractéristiques de l’époque, en particulier le logement en bandes. Ils prônent au contraire l’organisation en îlots formant des quadrangles dont le cœur pourrait accueillir différents aménagements, tels un terrain de tennis ou un jardin partagé. Au fil des pages de cet ouvrage transparaît la volonté de fonder l’architecture et l’urbanisme sur des formes permettant de favoriser le vivre ensemble et ainsi de renverser la tendance à l’individualisme rencontré dans la ville industrielle81. Par ailleurs, l’agencement d’édifices autour d’un espace central répond à une logique de positionnement contre les réglementations alors en vigueur, les bye-laws, dont les maisons en bandes sont le produit. Ce discours est également présent dans Nothing Gained by Overcrowding, publié par Unwin en 1912 : la densité produite par les bye-laws82 y est fortement critiquée. L’argumentaire écrit de l’auteur est accompagné de pièces graphiques et, si rien ne permet d’affirmer qu’Unwin s’est inspiré de Constrasts, force est de constater que la méthode employée rappelle l’ouvrage de Pugin (fig. 3a et 3b).

Fig. 3a et 3b : Comparaison de logements érigés sur le modèle des bye-laws et d’un ensemble de logements regroupés autour d’un espace central

Fig. 3a et 3b : Comparaison de logements érigés sur le modèle des bye-laws et d’un ensemble de logements regroupés autour d’un espace central

Source : Unwin, R., 1912, Nothing Gained by Overcrowding! How the Garden City Type of Development May Benefit Both Owner and Occupier, Londres, P. S. King & Son for the Garden Cities & Town Planning Association.

  • 83 Unwin, Parker, 1902.
  • 84 Ibid., 5
  • 85 Ibid., 4.
  • 86 Unwin, 1909, 197, 382.

17Le même dispositif spatial est repris en 1902 dans Cottage Plans et Common Sense83. La surface couverte par un quadrangle permet la mise à distance des habitations et de leurs ouvertures afin de respecter l’intimité des habitants, mais également de laisser entrer l’air et la lumière84. Si le précédent médiéval hérité des colleges d’Oxford fait l’objet d’une réinterprétation colorée par les préoccupations contemporaines relatives à l’hygiène, Parker et Unwin s’efforcent d’en conserver les caractéristiques fondamentales. L’un des croquis illustre ainsi la vue décrite un an plus tôt dans The Art of Building a Home : l’intérieur d’un quadrangle est aperçu à travers une arche, permettant ainsi d’en visualiser les qualités, de susciter l’intérêt et la surprise. Le quadrangle est, selon les deux concepteurs, « majestueux et accueillant » : il procure un « sentiment d’unité et de complétude85 ». Le rôle qu’il joue comme support de la vie collective est pour sa part évoqué dans la légende du croquis : la salle commune (common room) de cet ensemble de logements coopératifs est située dans l’angle du quadrangle. La valeur collective du quadrangle et la centralisation des équipements qu’il assure sont rappelées quelques années plus tard par Unwin dans Town Planning in Practice86.

  • 87 L’un des rares articles évoquant cette réalisation est Miller, 1992.

18Les principes de composition formulés dans ces deux ouvrages sont mis en œuvre dans différentes réalisations au début du xxe siècle. L’une des premières, baptisée The Orchard, est conçue par Unwin et Parker à Hampstead Garden Suburb. Érigée en 1909, elle accueille cinquante-sept logements pour personnes âgées, regroupés autour d’un espace central végétalisé. Détruite dans les années 1970, elle est rarement mentionnée, alors même qu’elle représente un prototype du quadrangle du xxe siècle87. Plusieurs projets importants apparaissent également dans les deux garden cities conçues d’après les principes d’Ebenezer Howard : Homesgarth (1910-1913, rebaptisée Sollershott Hall) et Meadow Way Green (1914-1924) à Letchworth ; et Guessens Court (1924-1925) à Welwyn. Ces exemples de résidences coopératives proposent des équipements collectifs tels que des réfectoires et reprennent certains langages des quadrangles d’Oxford. À Homesgarth, la circulation couverte rappelle ainsi les cloîtres des colleges. La réinterprétation du modèle du quadrangle n’est toutefois pas confinée aux garden cities. En témoigne le projet conçu au début des années 1910 par Stanley Adshead et Stanley Ramsey à Kennington pour le duché de Cornouailles. Son plan illustre une fois encore le processus par lequel un précédent est réinterprété. Le style n’a rien de médiévaliste et la présence de coursives témoigne de l’évolution des usages au cours des siècles. Pourtant, la morphologie urbaine produite par le groupement des logements rappelle les quadrangles érigés à Oxford. À Kennington, la forme est le résultat d’un projet délibéré plutôt que d’une agrégation progressive d’édifices, mais le quadrangle ainsi produit, contraint par la structure de la trame viaire dans laquelle il s’insère, est irrégulier (fig. 4a et 4b).

19Il semble de surcroît important de souligner que les réflexions d’Unwin témoignent d’une perspective multiscalaire. En 1913 paraît un ouvrage dont l’auteur, Charles Purdom, un écrivain et économiste, est fortement impliqué dans le mouvement des garden cities. L’une des annexes est un texte d’Unwin, dans lequel il revient sur la composition du plan de Letchworth et sur les difficultés de transposer certains principes à une plus grande échelle :

  • 88 Unwin, 1913, 228-229.

Un square spacieux agrémenté d’arbres et de jardins semblait, pour la première garden city, être une centralité plus appropriée qu’une simple place architecturale de plus petite taille, telle que l’on en trouve dans de nombreuses villes du continent ; et afin de s’assurer qu’elle deviendrait le véritable centre de la vie de la future cité, elle a été dessinée comme point focal du réseau viaire. Cette configuration, qui tend à mettre l’accent sur le centre et à concentrer la vie de la cité de la manière désirée, entraîne sans doute une perte du sentiment d’enceinte et de confort, qui sont des caractéristiques attractives d’une place médiévale88.

  • 89 Chancellor, 1907, ix.
  • 90 Lawrence, 1993.
  • 91 Unwin, 1887.

20Ce square, qui ne reproduit pas le langage de la ville du Moyen Âge, n’en reste pas moins un espace collectif. Il se distingue en cela des squares résidentiels londoniens dont l’historien Beresford Chancellor a documenté le caractère singulier89. Henry Lawrence nous rappelle qu’ils visent à l’appréciation des propriétés adjacentes érigées dans le cadre d’opérations immobilières destinées aux classes supérieures90. Grâce à des baux emphytéotiques, les aristocrates de la capitale conservent la propriété du foncier avec des projets dont les logiques sont diamétralement opposées à celles qui sous-tendent la réalisation des garden cities : au sein de ces dernières, le sol est municipalisé afin de capturer la plus-value foncière au bénéfice des populations. Il est à ce sujet intéressant de souligner que, dans un article paru dans le journal de la Socialist League, Unwin réaffirme son intérêt pour les villes anciennes et déplore que les populations aient, depuis, été dépossédées de leurs terres91.

21Rappelons enfin que dans Town Planning in Practice, Unwin affirme que les villes anciennes doivent notamment leur beauté à leur dispositif de clôture : le contexte dans lequel il tient ces propos l’incite à expliquer qu’il ne prône en aucun cas la fortification des villes, mais il n’en souligne pas moins l’importance d’en définir clairement les limites. Son discours est conforté par un croquis illustrant le rôle que joue le mur d’enceinte érigé autour de Hampstead Garden Suburb (fig. 5). Ici encore, l’un des principes de la ville médiévale fait l’objet d’une réinterprétation : il n’est pas question de doter la ville d’un dispositif de défense, mais d’en affirmer le contour.

Fig. 4a et 4b : Plan, élévation et photographie du quadrangle de l’Old Tenants Hostel, Kennington

Fig. 4a et 4b : Plan, élévation et photographie du quadrangle de l’Old Tenants Hostel, Kennington

Source : Technical Journals, 1917, Houses for Workers.

Fig. 5 : Croquis montrant le mur d’enceinte, Hampstead Garden Suburb

Fig. 5 : Croquis montrant le mur d’enceinte, Hampstead Garden Suburb

Source : Unwin, R., 1909, Town Planning in Practice: An Introduction to the Art of Designing Cities and Suburbs, Londres, T. Fisher Unwin, 163.

Conclusion : précédents et projets

  • 92 Rowe, Caragonne, 1996, 368.

22Dans un essai publié en 1996, l’historien de l’architecture Colin Rowe s’offusquait : « Je ne comprends pas que l’utilisation de précédents puisse être attaquée ou même questionnée92. » Le dictionnaire Collins nous rappelle que le mot anglais precedent désigne en premier lieu une décision judiciaire qui fait autorité lors de prises de décision ultérieures. Il se réfère également à un cas convoqué pour justifier des événements ultérieurs jugés similaires. Dès lors, il convient de se pencher sur les raisons pour lesquelles certains d’entre eux se voient attribuer une valeur d’exemplarité qui en ferait des références.

  • 93 Coste, 2008, 78.

23La place du médiévalisme dans la formation de la pensée urbanistique britannique présente à ce titre un intérêt non négligeable. Il permet d’analyser la construction d’un modèle a posteriori, celui de la ville du Moyen Âge, que certaines de ses caractéristiques rendraient désirable. Ces principes sont formulés par les architectes, en particulier Sitte et Unwin, sur la base de relevés et d’analyses de plans. Il s’agit ici d’un exemple de production de modèles d’intelligibilité tels que définis par l’historienne de l’architecture Anne Coste : ces modèles permettent d’interpréter une réalité antérieure et de la comprendre93. Ils sont, selon Coste, formulés en architecture ainsi que dans d’autres disciplines connexes. L’urbanisme en est un parfait exemple : l’élaboration de modèles d’intelligibilité de la ville médiévale permet d’émettre des hypothèses relatives aux logiques qui sous-tendent leur constitution. Ces modèles se construisent notamment grâce à un processus d’abstraction et de représentation simplifiée : le plan de ville permet de décrypter la relation qu’entretiennent les édifices et les espaces non bâtis. La ville du Moyen Âge nourrit ainsi la constitution d’un modèle d’intelligibilité dont la contribution à l’urbanisme est d’ordre épistémologique.

  • 94 Reilly, 1910, 192.
  • 95 Ibid.
  • 96 Lanchester, 1915, 266-267.
  • 97 The Building News, 1862, 99.

24La lecture des travaux des pionniers de l’urbanisme britannique et l’analyse de leurs projets et réalisations invite de surcroît à questionner la nature même du médiévalisme qu’ils pratiquent et donc les raisons pour lesquelles la ville médiévale devient à leurs yeux un précédent opérant qui alimente le processus de conception. Il est à ce propos utile de souligner que le mot « médiévalisme » n’est guère employé dans cette discipline. Les connotations péjoratives associées à ce terme renvoient, au début du xxe siècle, à l’inauthenticité qu’il est supposé incarner. L’article de Reilly publié en 1910 illustre ce point de vue, mais reflète également le fait que ce débat, essentiellement relatif aux styles, concerne davantage l’architecture que l’urbanisme. Reilly se demande ainsi si les cottages inspirés de l’architecture médiévale ont leur place dans les garden suburbs qui fleurissent alors94. À ses yeux, il convient d’évaluer la mesure dans laquelle un certain type d’architecture exprime avec justesse la culture contemporaine : les concepteurs ne doivent en aucun cas « mettre du vieux vin dans de nouvelles outres95 ». Dans la même veine, Lanchester suggère que ces débats doivent inciter à étudier l’histoire sociale, afin de mettre en évidence et de comprendre les incohérences entre architecture et traditions96. Reilly n’est toutefois pas le premier à soulever la question de l’adéquation d’un style à une époque : des débats similaires ont lieu en 1862 lors de l’Exposition universelle tenue à Londres, où sont exposés le mobilier et les décorations produites par l’entreprise Morris, Marshall & Falkner. La revue The Building News souligne leur finesse, mais ajoute que ces productions sont « profondément médiévales » et qu’elles « ne sont pas plus adaptées aux besoins des hommes qu’une armure médiévale le serait dans le cadre d’une guerre moderne […]97 ».

  • 98 Unwin, 1909, 89. Notons que quelques années plus tard, Abercrombie tient un discours similaire (Ab (...)
  • 99 Reilly, 1910, 192.

25Une tentative d’explication du médiévalisme pratiqué par les urbanistes britanniques du début du xxe siècle pourrait mettre l’accent sur deux points. Le premier concerne l’attitude des urbanistes au regard de la période historique dont ils s’inspirent. Cette posture est illustrée par les propos d’Unwin, pour qui l’objectif n’est pas de copier la ville du Moyen Âge : il considère que les Allemands ont trop cherché à l’imiter98. Le second point, qui découle du premier, tient aux enseignements que les urbanistes tirent de la ville médiévale : ceux-ci relèvent d’une manière de fabriquer la ville, fondée sur la réponse à des besoins et l’adaptation à des contraintes. La méthode prime sur le résultat. L’irrégularité du tissu urbain et de la trame viaire ne se décrète pas : elle est le résultat d’une manière de pratiquer l’urbanisme, plutôt qu’une fin en soi et un modèle qu’il s’agirait de reproduire. Reilly affirme ainsi que le « pittoresque doit être naturel et inhérent au site, induit par la courbe d’une rivière, d’une colline, d’une vallée ; tout ce qui est produit de manière artificielle […] est une absurdité99 ».

  • 100 Holford, 1953, 100.

26Il serait réducteur d’affirmer que les théoriciens et praticiens de l’urbanisme évoqués dans cet article sont les seuls fondateurs de la pensée urbanistique britannique. De nombreuses autres personnes, connues et moins connues, ont contribué à la formation de cette discipline. Il n’en reste pas moins que les principes qu’ils formulent l’ont fortement marquée. Se pencher sur leurs travaux revient à examiner une période charnière, au cours de laquelle s’élaborent des discours et des principes dont l’un des fils conducteurs est la relation entre le passé, le présent et l’avenir. Les caractéristiques de la ville dont ils vantent les mérites sont pour la plupart des éléments fondateurs du courant de pensée que l’on qualifie aujourd’hui d’urbanisme traditionnel, lequel prône la fabrication d’une ville de proximité, visuellement stimulante, dont la morphologie et la trame viaire découlent du contexte dans lequel elle s’inscrit. Marginalisée dans l’après-guerre, lorsque le modernisme bat son plein, cette pensée ne s’est jamais réellement éteinte : dans un rapport publié en 1953 par le ministère du Logement et du Gouvernement local britannique, l’architecte William Holford affirme ainsi que certaines des valeurs sociales et esthétiques de l’urbanisme médiéval demeurent alors valables et que le caractère « informel, varié et dramatique » d’une place médiévale n’a pas d’équivalent dans les productions contemporaines. Les espaces clos typiques de la ville médiévale suscitent selon lui l’émerveillement : il y a « quelque chose d’intéressant dans chaque coin » de ces places qui « reflètent la vie de la cité »100.

  • 101 En particulier : Urban Task Force, 1999 ; English Partnerships et The Housing Corporation, 2000.
  • 102 Vescovi, 2013, 147.
  • 103 Entretien avec Andrés Duany, 14 octobre 2021.
  • 104 Calthorpe, 1993, 15.

27À partir de la fin du xxe siècle, l’impératif de répondre aux enjeux climatiques se traduit par une inflexion des politiques publiques et la publication de différents guides et manuels d’urbanisme à destination des concepteurs et des collectivités101. Le discours véhiculé promeut la ville traditionnelle et certains universitaires n’ont pas manqué d’interpréter les réalisations qui en découlent à la lumière des précédents évoqués dans cet article. D’après Francesco Vescovi, par exemple, le plan de 2006 pour le Redcliffe Urban Village à Bristol propose de recréer la morphologie caractéristique du quartier au Moyen Âge102. Le New Urbanism nord-américain, qui émerge au cours des années 1980 en réaction aux formes urbaines produites par le fonctionnalisme et l’étalement urbain, témoigne pour sa part de la circulation des théories et des modèles. Andrés Duany, cofondateur de ce mouvement, reconnaît notamment qu’il « travaille à la manière d’Unwin, en suivant les traces [du passé]103 ». Peter Calthorpe, autre figure importante de ce courant, admet que son ouvrage The Next American Metropolis est inspiré par de nombreuses théories, parmi lesquelles « l’environnementalisme romantique de Ruskin » et « l’urbanisme médiéval de Sitte »104. La mobilisation et la réinterprétation de précédents par les urbanistes participent ainsi d’un cheminement dans lequel l’antériorité est analysée, assimilée, réemployée et dans une certaine mesure diluée dans les nouveaux modèles qui formeront les précédents des siècles à venir.

Haut de page

Bibliographie

Abercrombie, P., 1916, « Study Before Town Planning », The Town Planning Review, 6 (3), p. 171-190.

Abercrombie, P., 1915, « Town Planning Literature. A Brief Summary of Its Present Extent », The Town Planning Review, 6 (2), p. 77-100.

Adams, T., 1935, Outline of Town and City Planning. A Review of Past Efforts and Modern Aims, New York, Russell Sage Foundation.

Adams, T., 1932, Thompson, F. L., Adams, J. W. R., 1932, Recent Advances in Town Planning, Londres, J. & A. Churchill.

Adshead, S. D., 1910, « An Introduction to Civic Design », The Town Planning Review, 1 (1), p. 3-17.

Architects’ Magazine, 1905, « Victorian Era and the Baronial Style », Architects’ Magazine, 6 (62), p. 33.

Boos, Florence (dir.), 1992, History and Community. Essays in Victorian Medievalism, New York, Garland.

Booth, P., 2003, Planning by Consent. The Origins and Nature of British Development Control, Londres/New York, Routledge.

Bowie, D., 2017, The Radical and Socialist Tradition in British Planning. From Puritan Colonies to Garden Cities, Londres, Routledge.

Bowker, A., 1902, The King Alfred Millenary. A Record of the National Commemoration, Londres, Macmillan.

Bradley, S., 2002, « The Englishness of Gothic. Theories and Interpretations from William Gilpin to J. H. Parker », Architectural History, 45, p. 325-246.

Branford, V., 1915, « The Regional Survey as a Method of Social Study », The Geographical Teacher, 8 (2), p. 97-102.

Briggs, A., 1963, Victorian Cities, Watford, Odhams.

Brinckmann, A., 1910, « The Evolution of the Ideal in Town Planning Since the Renaissance », dans The Royal Institute of British Architects (dir.), Transactions of the Town Planning Conference, London, 10-15 October 1910, Londres, The Royal Institute of British Architects, p. 161-166.

Calthorpe, P., 1993, The Next American Metropolis. Ecology, Community and the American Dream, New York, Princeton Architectural Press.

Cameron, R. M., 1910, « Discussion at the Overflow Meeting », dans The Royal Institute of British Architects (dir.), Transactions of the Town Planning Conference, London, 10-15 October 1910, op. cit., p. 182-183.

Chancellor, E. B., 1907, The History of the Squares of London. Topographical and Historical, Londres, Kegan Paul, Trench, Trübner & Co.

Charity Organisation Review, 1910, « Editorial Notes », Charity Organisation Review, 28 (166), p. 251-254.

Cherry, G. E., 1970, Town Planning in its Social Context, Londres, Leonard Hill.

Chieffo Raguin, V., 1990, « Revivals, Revivalists and Architectural Stained Glass », Journal of the Society of Architectural Historians, 49 (3), p. 310-329.

Choay, F., 1965, L’urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie, Paris, Éditions du Seuil.

Choay, F., 1970, « L’histoire et la méthode en urbanisme », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 25 (4), p. 1143-1154.

Coste, A., 2008, « Quel sens en architecture pour le polysémique terme de modèle ? », Actes du séminaire « Modèles, références et analogies dans les conduites à projet », Grenoble, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble.

Chadwick, E., 1842, Report on the Sanitary Condition of the Labouring Population of Great Britain, Londres, Her Majesty’s Stationery Office.

Curl, J. S., Wilson, S., 2015a, « Gothic Revival », A Dictionary of Architecture and Landscape Architecture, 3e éd., Oxford, Oxford University Press, p. 323.

Curl, J. S., Wilson, S., 2015b, « Historicism », A Dictionary of Architecture and Landscape Architecture, op. cit., p. 362.

Darvill, T., 2008, « Neo-Gothic », The Concise Oxford Dictionary of Archaeology, 2e éd., Oxford, Oxford University Press.

Darwall-Smith, R., 2005, « The Medieval Buildings of University College, Oxford », Oxoniensia, 70, p. 9-26.

Eberstadt, R., 1910, « Banquet – Speeches », dans The Royal Institute of British Architects (dir.), Town Planning Conference, London, 10-15 October 1910, op. cit., p. 103-105.

English Partnerships, The Housing Corporation, 2000, The Urban Design Compendium, Londres, English Partnerships, The Housing Corporation.

Foster, J., 1893, Oxford Men & Their College, Oxford/Londres, Parker & Co.

Geddes, P., 1904, « Civics. As Applied Sociology. Part 1. Read before the Sociological Society at a Meeting in the School of Economics and Political Science (University of London), on Monday, July 18th, 1904 », publié dans id., Syllabus of a course of eight lectures on civics as applied sociology. A study of great cities in their contributions to human development, and to contemporary civic problems and possibilities by Professor Geddes, Oxford, Manchester College, 1905.

Geddes, P., 1913, « Two Steps in Civics. “Cities and Town Planning Exhibition” and the “International Congress of Cities”, Ghent International Exhibition, 1913 », The Town Planning Review, 4 (2), p. 78-94.

Geddes, P., 1919, « Beginnings of a Survey of Edinburgh », Scottish Geographical Magazine, 35 (8), p. 281-298.

Geddes, P., 1949, Cities in Evolution, nouvelle éd. révisée par The Outlook Tower Association et The Association for Planning and Regional Reconstruction, Londres, William & Norgate.

Goldman, L., 2022, Victorians and Numbers. Statistics and Society in Nineteenth Century Britain, Oxford, Oxford University Press.

Guy, J. M., 1996, The Victorian Social-Problem Novel. The Market, the Individual and Communal Life, Basingstoke, Macmillan.

Hansard House of Commons Debates, 1909, Commons Hansard, vol. 12, 1er novembre 1909, colonne 1567.

Haverfield, F., 1910, « Town Planning in the Roman World », dans The Royal Institute of British Architects (dir.), Transactions of the Town Planning Conference, London, 10-15 October 1910, op. cit., p. 123-132.

Hewitt, L. E., 2016, « Ordering the Urban Body. Professional Planning in Early Twentieth Century Britain », Social History, 41 (3), p. 304-318.

Holford, W. G., 1953, « Design in City Centres », dans Ministry of Housing and Local Government (dir.), Design in Town and Village, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, p. 71-120.

Holloway, L. M., Palmgren, J. A., 2005, « Introduction », dans Holloway, L. M., Palmgren, J. A. (dir.), Beyond Arthurian Romances. The Reach of Victorian Medievalism, New York, Palgrave Macmillan, p. 1-8.

Howard, E., 1898, To-Morrow. A Peaceful Path to Real Reform, Londres, Swan Sonnenschein & Co.

Kaufmann, E. N., 1987, « Architectural Representation in Victorian England », Journal of the Society of Architectural Historians, 46 (1), p. 30-38.

Lanchester, H. V., 1915, « Tradition and City Development », The Town Planning Review, 5 (4), p. 260-267.

Lanchester, H. V., 1916, « Recent Developments in Civic Studies », The Town Planning Review, 7 (1), p. 43-50.

Lawrence, H. W., 1993, « The Greening of the Squares of London. Transformation of Urban Landscapes and Ideals », Annals of the Association of American Geographers, 83 (1), p. 90-118.

Leedy, W., 1998, « Architecture, University and College », dans Szarmach, P. E., Tavormina, M. T., Rosenthal, J. T. (dir.), Medieval England. An Encyclopedia, New York, Garland Publishing, p. 63-65.

Lilley, K. D., 1999, « Modern Visions of the Medieval City. Competing Conceptions of Urbanism in European Civic Design », Environment and Planning B: Planning and Design, 26, p. 427-446.

Lindfield, P., 2016, Georgian Gothic. Medievalist Architecture, Furniture and Interiors, 1730-1840, Woodbridge, The Boydell Press.

Local Government Board and Ministry of Health, 1919, Manual on the Preparation of State-Aided Housing Schemes, Londres, Her Majesty’s Stationery Office.

Margolis, J. et al., 2014, « Historicism », dans Kelly, M. (dir.) Encyclopedia of Aesthetics, Oxford, Oxford University Press

Matthews, D., 2011, « From Medieval to Mediaevalism. A New Semantic History », The Review of English Studies, 62 (257), p. 695-715.

Meller, H., 2003, « Housing and Town Planning, 1900-1939 », dans Wrigley, C. (dir.), A Companion to Early Twentieth Century Britain, Malden, Blackwell, p. 388-404.

Mill, J. S., 1831, « The Spirit of the Age I », Examiner, 9 janvier, p. 20-21.

Miller, M., 1992, « The Saga of the ‘Suburb Salubrious’ », Planning History. Bulletin of the Planning History Group, 14 (3), p. 4-12.

O’Hear, A., 1993, « Historicism and Architectural Knowledge », Philosophy, 68 (264), p. 127-144.

Oxford Society for Promoting the Study of Gothic Architecture, 1839, The Rules and Proceedings of the Oxford Society for Promoting the Study of Gothic Architecture, Oxford, Oxford Society for Promoting the Study of Gothic Architecture.

Parker, J., Wagner, C. (dir.), 2020, The Handbook of Victorian Medievalism, Oxford, Oxford University Press.

Paul, H., 1935, « Back-to-Back Houses », The Journal of State Medicine, 43 (2), p. 63-71.

Prout, D., 1989, « The Oxford Society for Promoting the Study of Gothic Architecture and the Oxford Architectural Society, 1839-1860 », Oxoniensia, 54, 379-392.

Pugin, A. W. N., 1838a, Examples of Gothic Architecture. Selected from Various Edifices in England, Londres, H. G. Bohn.

Pugin, A. W. N, 1838b, Contrasts. Or, A Parallel Between the Noble Edifices of the Middle Ages, and Corresponding Buildings of the Present Day, Shewing the Present Decay of Taste, Londres, H. G. Bohn.

Pugin, A. W. N., 1843, An Apology for the Revival of Christian Architecture in England, Londres, John Weale.

Reilly, C. H., 1910, « The City of the Future. The Immediate Future in England », Town Planning Review, 1 (3), p. 191-197.

Richardson, A. E., 1912, « The Market Place, St. Albans Features of English Towns No.4 », Town Planning Review, 3 (2), p. 123.

Roberts, H. E., 1980, « Victorian Medievalism. Revival or Masquerade? », Browning Institute Studies, 8, p. 11-44.

Rowe, C., 1996, As I Was Saying. Recollections and Miscellaneous Essays, vol. 2, Cornelliana, éd. par A. Caragonne, Cambridge, MIT Press.

Royle, E., 2012, Modern Britain. A Social History, 1750-2011, 3e éd., Londres, Bloomsbury Academic.

Ruskin, J., 1854, Lectures on Architecture and Painting. Delivered at Edinburgh in November, 1853, Londres, John Wiley.

Salter, H. E. E., Lobel, M. D. (dir.), 1954, A History of the County of Oxford, vol. 3, The University of Oxford, Oxford, Oxford University Press.

Simons, J., 1992, « Introduction. From Medieval to Medievalism », in Simons, J. (dir.) From Medieval to Medievalism, Basingstoke, Macmillan, p. 1-7.

Sitte, C., 1889, Der Städtebau. Nach seinen künstlerischen Grundsätzen, Vienne, Graeser.

Southgate, B., 2005, What is History For?, Londres, Routledge.

Stanton, P. B., 1954, « Pugin. Principles of Design versus Revivalism », Journal of the Society of Architectural Historians, 13 (3), p. 20-25.

Sutcliffe, A. (dir.), 1980, The Rise of Modern Urban Planning, 1800-1914, Londres, Mansell.

Sutcliffe, A., 1981, Towards the Planned City. Germany, Britain, the United States and France, 1780-1914, New York, St. Martin’s Press.

Swenarton, M., 1989, Artisans and Architects. The Ruskinian Tradition in Architectural Thought, Basingstoke, Macmillan.

Technical Journals, 1917, Houses for Workers, Londres, Technical Journals Ltd.

The Building News, 1862, « The Mediæval Court, International Exhibition », The Building News And Architectural Review, 9, p. 98-101.

The Lancet, 1910, « Town-Planning Conference and Exhibition », The Lancet, 176 (4547), p. 1232-1233.

The Town Planning Review, 1910, « A Pillory. Some Examples of Incongruities and Defacements of Existing Towns », The Town Planning Review, 1 (3), p. 265-267.

Thompson, F. L., 1923, Site Planning in Practice. An Investigation of the Principles of Housing Estate Development, Londres, H. Frowde, Hodder & Stoughton.

Topalov, C., 2015, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Paris, Classiques Garnier.

Tout, T. F., 1917, Mediæval Town Planning. A lecture delivered at the John Rylands Library on the 13th December, 1916, Manchester, The University Press.

Triggs, H. I., 1911, Town Planning. Past, Present and Possible, Londres, Methuen & Co.

Tudor Walters Committee, 1918, Report of the Committee Appointed by the President of the Local Government Board and the Secretary for Scotland to Consider Questions of Building Construction […], Cd. 9191, Londres, Her Majesty’s Stationery Office.

Turner, F., 2014, European Intellectual History. From Rousseau to Nietzsche, éd. par Lofthouse, R., New Haven, Yale University Press.

Unwin, R., 1887, « Early Communal Life and What it Teaches », Commonweal, 23 avril.

Unwin, R., 1909, Town Planning in Practice. An Introduction to the Art of Designing Cities and Suburbs, Londres, T. Fisher Unwin.

Unwin, R., 1912, Nothing Gained by Overcrowding! How the Garden City Type of Development May Benefit Both Owner and Occupier, Londres, P. S. King & Son for the Garden Cities & Town Planning Association.

Unwin, R., 1913, « The Planning of Garden City », dans Purdom, C. B., The Garden City. A Study in the Development of a Modern Town, Londres, J. M. Dent and Sons, p. 222-229.

Unwin, R., Parker, B., 1901, The Art of Building a Home. A Collection of Lectures and Illustrations, Londres, Longmans, Green & Co.

Unwin, R., Parker, B., 1902, Cottage Plans and Common Sense, Fabian Society.

Urban Task Force, 1999, Towards an Urban Renaissance. Final Report of the Urban Task Force, Chaired by Lord Rogers of Riverside, Londres, Her Majesty’s Stationery Office.

Vescovi, F., 2013, Designing the Urban Renaissance: Sustainable Competitive Place Making in England, Dordrecht, Springer.

Wagner, C. M., 2005, « “Standing Proof of the Degeneracy of Modern Times”. Architecture, Society and the Medievalism of A. W. N. Pugin », dans Holloway, L. M., Palmgren, J. A. (dir.), Beyond Arthurian Romances: The Reach of Victorian Medievalism, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 9-38.

Wedd, G. M., 1997, « The Gothic Revival Revisited », The Contemporary Review, 271 (1580), p. 143-150.

Haut de page

Notes

1 Southgate, 2005.

2 Voir notamment Pugin, 1838a, 1843.

3 Voir à ce sujet Guy, 1996.

4 Concernant les enquêtes, voir Topalov, 2015. À propos de statistiques, voir Goldman, 2022.

5 Voir en particulier Chadwick, 1842.

6 Voir notamment Booth, 2003.

7 Cette occurrence est relevée par Adams, Thompson, Adams, 1932, 45.

8 Cette évolution est saluée par les acteurs du secteur caritatif (Charity Organisation Review, 1910, 251) et de la médecine (voir notamment Paul, 1935).

9 Les enjeux urbains de l’époque victorienne ont notamment été traités par Briggs (1963) et Cherry (1970).

10 Parlementaire, représentant de la circonscription de St. George’s Hanover Square à Londres (1906-1913).

11 Fondé grâce au Local Government Board Act de 1871, cet organisme est chargé de superviser les activités du gouvernement local. Il fonctionne jusqu’en 1919, date à laquelle il est fusionné avec les National Health Commissioners pour donner naissance au nouveau ministère de la Santé (Ministry of Health).

12 Hansard House of Commons Debates, 1909.

13 En particulier les travaux de Françoise Choay (1965) en histoire de l’urbanisme, dont la principale contribution a été la formulation d’une distinction entre la vision progressiste, « orientée vers l’avenir » et « dominée par l’idée de progrès », et la vision culturaliste, fondée sur l’inquiétude de voir disparaître « l’ancienne unité organique de la cité, sous la pression désintégrante de l’industrialisation ». Il convient de souligner que cinq années plus tard, Choay proposait elle-même de dépasser cette dichotomie (Choay, 1970).

14 Roberts, 1980 ; Boos, 1992 ; Parker, Wagner, 2020.

15 Ruskin, 1854, 157.

16 Matthews, 2011, 705, 707-708.

17 Tel que proposé par Simons, 1992, 1.

18 Holloway, Palmgren, 2005, 2.

19 Mill, 1831, 20.

20 Bowker, 1902, 41.

21 Architects’ Magazine, 1905, 33.

22 Turner, 2014.

23 Pugin, 1843.

24 La notion de renaissance a été contestée par certains historiens pour qui le style gothique n’a jamais véritablement disparu dans le pays, tandis que d’autres ont affirmé que c’est au cours du xviiie siècle que le style renaît. Voir à ce sujet Tarvill, 2008 ; Curl, Wilson, 2015a ; Lindfield, 2016. Nonobstant ces différences de point de vue, la plupart des travaux s’accordent à dire que l’époque victorienne est le théâtre d’une renaissance significative (voir notamment Wedd, 1997).

25 Voir en particulier Chieffo Raguin, 1990.

26 Pugin, 1838b.

27 Wagner, 2005, 14.

28 Stanton, 1954.

29 Oxford Society for Promoting the Study of Gothic Architecture, 1839 ; Prout, 1989.

30 O’Hear, 1993 ; Bradley, 2002; Margolis et al., 2014 ; Curl, Wilson, 2015b.

31 Kaufman, 1987.

32 Geddes, 1904.

33 Branford, 1915, 100.

34 Abercrombie, 1916 ; Lanchester, 1916.

35 Geddes, 1919, 281.

36 Id., 1949, 177. La première édition de l’ouvrage Cities in Evolution date de 1915.

37 Id., 1913, 90. Ce point de vue est alors largement partagé : voir notamment Richardson, 1912, 125.

38 Id., 1904, 107.

39 Adshead devient en 1909 le premier professeur de civic design à l’université de Liverpool. Il est par la suite le premier professeur d’urbanisme à l’University College de Londres, où il prend ses fonctions en 1914. Praticien, il élabore également des plans pour différentes villes, notamment Southampton et Chesterfield.

40 Adshead, 1910, 3.

41 Brinckmann, 1910, 161 ; Triggs, 1911, 74 ; Richardson, 1912, 125.

42 Urbaniste, Adams est secrétaire général de la Garden Cities Association fondée par Ebenezer Howard et est le premier gestionnaire de Letchworth Garden City de 1903 à 1906.

43 Adams, 1935, 78.

44 Haverfield, 1910, 129.

45 Unwin, 1909 ; Adshead, 1910 ; Triggs, 1911.

46 Reilly, 1910, 192.

47 Adams, 1935, 78.

48 Reilley, 1910, 93.

49 Adshead, 1910, 3.

50 Adams, 1935, 78.

51 Adshead, 1910, 3 ; Adams, 1935, 80, 137.

52 Sutcliffe, 1981, 171.

53 Malgré la promulgation, l’année précédente, de la première loi en urbanisme et le lancement d’une formation à l’université de Liverpool, ce n’est que quelques années plus tard, en 1914, qu’est fondé le Town Planning Institute.

54 Eberstadt, 1910, 104.

55 Cameron, 1910, 182.

56 The Town Planning Review, 1910, 267.

57 Tout, 1917.

58 The Lancet, 1910.

59 Voir notamment Sutcliffe, 1980.

60 Parmi les travaux récents, l’on peut notamment citer Bowie, 2017.

61 Howard, 1898

62 Unwin, 1909.

63 Sitte, 1889.

64 Unwin, 1909, 52.

65 Ibid., 62.

66 Le County of London Plan est publié en 1943 ; le Greater London Plan en 1944.

67 John Tudor Walters, était également président du Hampstead Garden Suburb Trust.

68 Tudor Walters Committee, 1918.

69 Local Government Board and Ministry of Health, 1919.

70 Le rôle prépondérant du mouvement des garden cities a été relevé dans différents travaux d’histoire sociale, notamment Royle, 2012.

71 Lilley, 1999.

72 Thompson, 1923, 221.

73 BAL Unwin Papers UN 15/2, « The Dawn of a Happier Day », p. 1-3, cité dans Swenarton, 1989, 152.

74 Unwin, Parker, 1902, 5.

75 Ibid.

76 Darwall-Smith, 2005, 16.

77 Foster, 1893, 84.

78 Leedy, 1998, 64.

79 Salter, Lobel, 1954.

80 Unwin, Parker, 1901.

81 Ibid., 107.

82 Unwin, 1912.

83 Unwin, Parker, 1902.

84 Ibid., 5

85 Ibid., 4.

86 Unwin, 1909, 197, 382.

87 L’un des rares articles évoquant cette réalisation est Miller, 1992.

88 Unwin, 1913, 228-229.

89 Chancellor, 1907, ix.

90 Lawrence, 1993.

91 Unwin, 1887.

92 Rowe, Caragonne, 1996, 368.

93 Coste, 2008, 78.

94 Reilly, 1910, 192.

95 Ibid.

96 Lanchester, 1915, 266-267.

97 The Building News, 1862, 99.

98 Unwin, 1909, 89. Notons que quelques années plus tard, Abercrombie tient un discours similaire (Abercrombie, 1915).

99 Reilly, 1910, 192.

100 Holford, 1953, 100.

101 En particulier : Urban Task Force, 1999 ; English Partnerships et The Housing Corporation, 2000.

102 Vescovi, 2013, 147.

103 Entretien avec Andrés Duany, 14 octobre 2021.

104 Calthorpe, 1993, 15.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a et 1b : Contrastes d’après Pugin
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/8776/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Crédits Source : Pugin, A. W. N., Contrasts. Or, A Parallel Between the Noble Edifices of the Middle Ages and Corresponding Buildings of the Present Day, Showing the Present Decay of Taste, Londres, H. G. Bohn, 1838 [1836] (fig. 1a) ; 2e éd. Édimbourg, J. Grant, 1898 (fig. 1b).
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/8776/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : Photographie aérienne de Mob Quad, Merton College, Oxford
Crédits Source : Wikimedia Commons, 26 mars 2006, en ligne : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Mob_Quad_from_Chapel_Tower.jpg (consulté le 11 juillet 2023).
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/8776/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 3a et 3b : Comparaison de logements érigés sur le modèle des bye-laws et d’un ensemble de logements regroupés autour d’un espace central
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/8776/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Crédits Source : Unwin, R., 1912, Nothing Gained by Overcrowding! How the Garden City Type of Development May Benefit Both Owner and Occupier, Londres, P. S. King & Son for the Garden Cities & Town Planning Association.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/8776/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 4a et 4b : Plan, élévation et photographie du quadrangle de l’Old Tenants Hostel, Kennington
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/8776/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Crédits Source : Technical Journals, 1917, Houses for Workers.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/8776/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Fig. 5 : Croquis montrant le mur d’enceinte, Hampstead Garden Suburb
Crédits Source : Unwin, R., 1909, Town Planning in Practice: An Introduction to the Art of Designing Cities and Suburbs, Londres, T. Fisher Unwin, 163.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/8776/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Sadoux, « Idéalisé et opérant ? »Revue d’histoire des sciences humaines, 43 | 2023, 121-148.

Référence électronique

Stéphane Sadoux, « Idéalisé et opérant ? »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 43 | 2023, mis en ligne le 24 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/8776 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.8776

Haut de page

Auteur

Stéphane Sadoux

Univ. Grenoble Alpes, ENSAG, AE&CC, Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search