Navigation – Plan du site
Dossier

L’histoire à l’épreuve du feu

Penser la Révolution française dans la France d’après-guerre (1918-1932)
The fireproof history. Thinking about the French Revolution in post-war France (1918-1932)
Jean-Luc Chappey et Guillaume Lancereau
p. 107-128

Résumés

À partir de la lecture d’un corpus de périodiques historiques (Revue historique de la Révolution française, Annales historiques de la Révolution française, La Révolution française…), cet article analyse les effets de la guerre sur le champ des études révolutionnaires en France de 1918 à 1932. Entre crise économique et crise de l’édition, diminution du nombre de spécialistes et renouvellement profond des thématiques (en particulier du côté de l’histoire économique et sociale), ce sont les contradictions d’une communauté académique qui sont ici étudiées, les tensions pesant sur les diverses formes et institutions de son environnement politico-socio-économique (revues, sociétés savantes, professeurs titulaires). Des analyses quantitatives permettent de mesurer l’ampleur des contraintes matérielles qui conduisirent à une internationalisation ainsi qu’à un regroupement des forces historiennes, donnant naissance aux actuelles Annales historiques de la Révolution française.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Discours de Georges Goyau, de l’Institut, dans « Chronique de la Société des études historiques », (...)

« La science historique est en péril. De très importants travaux d’érudition sont en souffrance ; ils attendent des éditeurs, et ne les trouvent point. […] Et si l’infortuné défricheur du champ de l’histoire a désormais tant de peine à faire connaître au public, à un large public, les trouvailles de son flair et le fruit de son labeur, n’est-il pas à craindre que le découragement s’empare d’un certain nombre de bonnes volontés et qu’il les éloigne du domaine historique, comme d’un domaine ingrat, mal rémunérateur, et finalement décevant ?1 »

  • 2 Hobsbawm, 2007, 92.
  • 3 Friguglietti, 2008 ; Mabire, 2016.
  • 4 Sur le sujet, voir notamment Louvrier, 2007 ou Mazauric, 2009. Parmi la colossale bibliographie su (...)
  • 5 Après plusieurs suppléances à Nancy et Lille à partir de 1908, Albert Mathiez est nommé à l’Univer (...)

1Le visage que présente l'historiographie de la Révolution française à la veille de la Première Guerre mondiale peut sembler familier à l’historien d’aujourd’hui2. Les éléments structurants de l’antagonisme entre « dantonistes » et « robespierristes » sont déjà en place3, tout comme les fondements épistémologiques d’une historiographie proto-socialiste4, au sein d’un monde académique structuré par un cursus honorum désormais bien établi, et alimenté par de nombreux périodiques savants. La Révolution française, fondée en 1881 et dirigée à partir de 1887 par Alphonse Aulard, premier titulaire entre 1891 et 1922 de la chaire d’histoire de la Révolution à la Sorbonne, continue d’œuvrer pour la consolidation de l’historiographie républicaine et scientifique de la Révolution. En dépit des rivalités opposant La Révolution française, les jeunes Annales révolutionnaires, organe scientifique de la Société des études robespierristes (SER) fondée en 1908 par Albert Mathiez5, et la concurrente Revue historique de la Révolution de Charles Vellay active entre 1910 et 1923, ces revues jouent un rôle moteur dans la dynamique de renouvellement historiographique au sein de l’Université, mais aussi auprès de l’opinion publique d’avant-guerre, concurrençant les entreprises venues tant de la droite anti-républicaine que de l’historiographie anecdotique ou romancée, dont Pierre Gaxotte, Louis Madelin ou Théodore Gosselin, dit G. Lenotre, furent les représentants les plus éminents – et édités. Cet effort de constitution de l’historiographie universitaire de la Révolution en un espace relativement autonome de production scientifique s’est appuyé sur un savoir-faire d’érudition et de critique documentaire perfectionné depuis les années 1880, décennie au cours de laquelle les premiers historiens « professionnels » se sont adjoint le concours précieux d’une pléiade d’archivistes et d’érudits locaux chargés de collecter les matériaux nécessaires à l’élaboration des plus vastes synthèses historiques. Ajoutons enfin que les historiens, bien qu’émancipés des impératifs strictement commémoratifs propres à l’agenda politique des débuts de la IIIe République, notamment en lien avec le Centenaire de la Révolution, s’attachent à préserver des rapports privilégiés vis-à-vis des autorités temporelles, assurant de la sorte le prompt versement de certains fonds publics aux Archives nationales ainsi que le financement de plusieurs commissions d’études et entreprises éditoriales. Ce positionnement stratégique explique également la présence des historiens de la Révolution au sein des plus prestigieuses institutions savantes (Comité des travaux historiques et scientifiques, Commission supérieure des archives, Commission de publication des documents sur les origines diplomatiques de la guerre de 1870-1871, etc.), ou encore leur captation des titres de noblesse sociale ou académique (officier d’académie ou de l’instruction publique, Légion d’honneur) venant opportunément compenser l’indifférence durable que manifeste, à quelques exceptions près, l’Institut de France à l’égard des historiens universitaires.

  • 6 Hanna, 1996 ; Prochasson, Rasmussen, 1996 ; Sirinelli, 1990 ; Tesnière, 2001 ; Ginsburger, 2010. S (...)
  • 7 Rapportée aux 233 sociétaires de la Société de l’histoire de la Révolution française et aux 180 me (...)
  • 8 « Assemblée générale annuelle », La Révolution française, vol. LII, n° 2, 1919, p. 98.
  • 9 Gauthier, 2008 ; De Francesco, 2013.
  • 10 Serna, 2010.

2Si cet aperçu mérite assurément d’être nuancé, au vu des concurrences ininterrompues dont a fait l’objet ce monopole académique, le mouvement dominant correspond bel et bien à un progrès de l’institutionnalisation de l’historiographie scientifique et républicaine de la Révolution. La rupture liée à l’éclatement de la guerre n’en apparaît que plus brutale. Comme tant d’intellectuels6, les historiens de la Révolution ont participé à l’effort de mobilisation des esprits entre 1914 et 1918, lorsqu’ils ne se sont pas trouvés directement confrontés à l’expérience du combat. Ainsi, les historiens « de l’arrière » ne manquent pas d’informer leurs lecteurs du devenir de leurs collaborateurs mobilisés, comptant dans leurs rangs plusieurs des auteurs les plus prolixes d’avant-guerre, à commencer par le « sergent Dommanget », l’une des figures centrales de la SER. La guerre apporte inévitablement son lot de drames, fauchant entre 1914 et 1918 neuf membres des deux sociétés d’histoire de la Révolution7. En écho aux rubriques nécrologiques des revues, l’Université adresse l’hommage collectif de l’institution aux jeunes historiens tombés au combat sans avoir pu achever leurs recherches : c’est ainsi que la Sorbonne organise en 1917 une cérémonie publique en l’honneur du défunt Pierre-Maurice Masson, auteur d’une thèse sur Rousseau, dont la soutenance, reportée faute de permission, ne put jamais avoir lieu. Le souvenir des abris mis en place à la Sorbonne en cas de bombardement aérien, comme celui des réunions savantes tenues « au bruit du canon allemand à longue portée8 », dont les obus s’échouent sur le lycée Louis-le-Grand voisin, marquent durablement les esprits. Tout en désavouant les falsifications et détournements de l’histoire, les spécialistes de la Révolution française n’ont pas hésité à mettre leur savoir-faire au service de la « défense nationale » : au moment même où Alphonse Aulard publie La guerre actuelle commentée par l’histoire, disserte à la Sorbonne sur « le patriotisme et la Révolution française » et polémique contre la « germanophilie » de Romain Rolland, Albert Mathiez célèbre La victoire en l’an II et Georges Weill relit l’histoire de L’Alsace française de 1789 à 1870. Contrairement à cette dynamique d’engagement patriotique des historiens, la séquence d’après-guerre a peu retenu l’attention des chercheurs, éclipsée tant par les effets, bien documentés9, de la Révolution russe, que par la décennie 1930 et la figure centrale de Georges Lefebvre10. Nous proposons donc d’aborder la décennie 1920 du point de vue de sa temporalité et de ses dynamiques propres, en insistant particulièrement sur les contraintes matérielles qui s’imposent au métier d’historien dans un contexte de crise éditoriale et de concurrence intellectuelle inédite, suscitant de nouvelles réflexions sur l’engagement public des chercheurs et sur l’actualité de la Révolution française.

La crise de l’édition scientifique

  • 11 Sur ce réseau, voir Becker, 2003 ; Blaszkiewicz-Maison, 2016 ; Lazarovici, 2010 ; Prochasson, 1993 (...)
  • 12 Bariéty, 1996 et Lowczyk, 2010. Voir également Becker, 2000 et Gingsburger, 2010.
  • 13 Entre 1917 et 1920, André Honnorat (1868-1950), haut fonctionnaire et député, multiplie les fondat (...)

3Contrairement aux intellectuels réunis autour d’Albert Thomas au ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre11, les talents des historiens de la Révolution n’ont pas été réquisitionnés à des fins d’organisation de la victoire militaire. Toutefois, certains d’entre eux ont su profiter des opportunités offertes par l’administration pour renforcer leur position institutionnelle et sociale. Alphonse Aulard, Arthur Chuquet et Philippe Sagnac participent ainsi aux réflexions sur la frontière rhénane au sein du Comité d’études de 1917-1919, institution d’expertise semi-officielle présidée par Ernest Lavisse12. La Société d’histoire de la guerre, fondée en 1919, est quant à elle placée sous la direction d’Alphonse Aulard et d’André Honnorat, futur ministre de l’Instruction publique13, ce double patronage lui garantissant une reconnaissance d’utilité publique dès 1924. La Revue d’histoire de la guerre mondiale publiée par cette société est dirigée par un autre historien de la Révolution française, Inspecteur général des archives et des bibliothèques Camille Bloch, également directeur des « Bibliothèque et musée de la Guerre » de Vincennes, future Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC, désormais « La Contemporaine »). Pour compléter ce tableau, il faudrait également citer les entreprises éditoriales officielles recourant aux services des historiens de la Révolution, dont Les sources de l’histoire des territoires rhénans de 1792 à 1814 dans les archives rhénanes et à Paris, important travail publié par Charles Schmidt en 1921 sous la responsabilité du Haut-Commissariat de la République française dans les provinces du Rhin, ou encore l’Histoire politique de la Grande Guerre dirigée, une fois de plus, par Alphonse Aulard.

  • 14 Archives nationales russes d’histoire sociale et politique (RGASPI, Moscou), fonds 71, op. 50, d.  (...)
  • 15 « Assemblée générale de la SER », Annales révolutionnaires, vol. XI, n° 3, 1919, p. 411.

4Ces nouveaux horizons institutionnels ne sauraient pourtant masquer le fait essentiel, à savoir la détresse éditoriale qui frappe la production savante. Les contraintes économiques et la structure défavorable du marché des lecteurs dissuadent les éditeurs d’investir dans les ouvrages d’érudition : Albert Mathiez éprouve tant de peine à faire publier en France La vie chère et le mouvement social en l’an II (finalement paru chez Payot en 1927) qu’il envisage un temps de faire éditer son ouvrage en URSS14. Du côté de la production périodique, le constat est analogue. Si Edmond Campagnac, secrétaire général de la SER, peut s’exclamer en 1919 « nous avons tenu15 », force est de constater que la Grande Guerre a anéanti le vivier de rédacteurs patiemment construit par les deux revues. Les Annales révolutionnaires sont interrompues en 1915, et ne parviennent à accroître leur base éditoriale qu’au seuil des années 1930, tandis que La Révolution française ne retrouve jamais son assise de 1914.

Graphique 1 : Nombre de rédacteurs par année (1910-1930)

Graphique 1 : Nombre de rédacteurs par année (1910-1930)

5De même, alors que les revues atteignaient avant 1914 un volume record (avec 1 144 pages par an pour La Révolution française, contre 764 pages pour la jeune revue de Mathiez), le conflit marque un coup d’arrêt brutal. La doyenne sombre littéralement, sans jamais dépasser les 380 pages entre 1920 et 1930, tandis que les Annales révolutionnaires ne parviennent que péniblement à effleurer les niveaux d’avant-guerre.

Graphique 2 : Nombre de pages composant un volume annuel (1910-1930)

Graphique 2 : Nombre de pages composant un volume annuel (1910-1930)
  • 16 « Assemblée générale de la SER », Annales révolutionnaires, vol. XII, n° 2, 1920, p. 156.

6Les historiens avancent divers motifs pour expliquer ces contraintes financières. Le 18 mars 1920, Edmond Campagnac constate qu’en dépit des 191 abonnements des sociétaires et du ministère de l’Instruction publique, la « crise du papier » et le « renchérissement inévitable » des frais de production de la revue et des publications fragilisent profondément les finances16. Un constat analogue s’impose à la Société d’histoire de la Révolution française (SHRF) en 1920, dont le secrétaire général Camille Bloch dresse le bilan suivant :

  • 17 « Assemblée générale annuelle », La Révolution française, vol. LXXIII, n° 1, 1920, p. 7.

Aujourd’hui la situation économique est défavorable à la production de l’esprit : l’activité des auteurs se heurte à la prudente inertie des éditeurs ; la disette de papier, les crises de main-d’œuvre sont les agents d’une stérilisation intellectuelle […]. Ceux d’entre vous qui ont depuis longtemps coutume de suivre ces réunions, se rappellent les années fécondes d’avant-guerre ; ils se les rappelleront, surtout en écoutant l’énumération restreinte que voici ; la guerre même ne fut pas aussi funeste que l’après-guerre17.

  • 18 Soulignons qu’il s’agit là d’un phénomène généralisé : en 1926, l’abonnement à la Revue d’histoire (...)

7Les deux sociétés recourent alors au même expédient : l’augmentation du coût des cotisations annuelles. Le prix de l’abonnement à La Révolution française est doublé entre 1918 et 1933, passant de 20 à 40 francs, et jusqu’à 50 pour l’étranger, signe d’une véritable « fuite en avant » inflationniste face au marasme financier de la Société18. L’étude détaillée de ses comptes permet d’en prendre la mesure : dès 1919, celle-ci devient, pour la première fois, déficitaire, et ne parvient à redresser – temporairement – ses finances qu’en bénéficiant, en 1925, d’un don de 10 000 francs émanant d’un citoyen états-unien, d’origine néerlandaise, Abraham Preyer.

  • 19 Aulard, 1920a, 42.

8Si les lacunes de la gestion financière elle-même, couplées à certains choix stratégiques discutables – notamment l’engagement de sommes conséquentes dans l’édition des Correspondance et mémoires de Barbaroux et d’un fascicule du Père Duchesne, publications au retour sur investissement négligeable –, le désengagement des pouvoirs publics a également joué un rôle déterminant. Le ministère de l’Instruction publique réduit drastiquement la subvention annuelle accordée à La Révolution française, de 5 000 francs dans la décennie d’avant-guerre à 4 000 francs en 1914, puis 3 000 en 1917. Ajoutons que cette parcimonie budgétaire a également fragilisé l’entreprise de publication de sources et de documents sur laquelle les tenants de l’historiographie érudite de la Révolution avaient construit leur légitimité : ainsi, le Conseil municipal de Paris, passé à droite en 1909, décide au lendemain du conflit de clôturer les crédits consacrés à sa Commission des recherches sur l’histoire de Paris pendant la Révolution. Enfin, l’inflation frappant le pays a provoqué un enchérissement généralisé mettant en péril la vie universitaire dans son ensemble, comme s’en émeut Alphonse Aulard en 1920, constatant qu’« il n’y a plus moyen de trouver un éditeur pour un livre d’histoire19 », que les étudiants ne trouvent plus à se loger à Paris et que les candidats doivent débourser jusqu’à 14 000 francs pour l’impression de leur thèse de doctorat.

Stratégies de sortie de crise

  • 20 Friguglietti, 2008, 92-93.
  • 21 « Chronique », Annales révolutionnaires, vol. XV, n° 5, 1923, p. 437.

9Aux rappels nostalgiques du faste d’avant-guerre succède sans tarder un puissant aggiornamento scientifique. Le rapprochement des publications rivales apparaît alors comme l’un des remèdes à la disette financière et éditoriale. La Revue historique de la Révolution française, créée à la suite d’un différend financier entre Mathiez et l’historien Charles Vellay, apparaît vulnérable depuis que ce dernier, ayant rompu avec les études révolutionnaires, se consacre depuis Athènes à sa revue L’Acropole. La publication, interrompue à la suite du décès de son directeur Otto Karmin en avril 1920, reprend deux ans plus tard sur l’initiative de Gustave Laurent, maire adjoint de Reims20. Estimant, avec Mathiez, que les revues historiques « ne peuvent plus se permettre le luxe de se faire concurrence sans dommage21 », cet ancien contributeur des Annales révolutionnaires et fervent partisan de Robespierre approuve la fusion de leurs revues respectives en une nouvelle publication, portant le titre d’Annales historiques de la Révolution française que nous lui connaissons aujourd’hui. Conformément aux prévisions enthousiastes d’un Mathiez, voyant la « famille robespierriste » ainsi dotée d’une assise matérielle consolidée et d’importantes perspectives de diffusion, ce modèle financier et éditorial porte rapidement ses fruits. En sus des fonds conséquents engagés dans la publication de la Correspondance de Robespierre et des Annales elles-mêmes, paraissant en six forts fascicules par an, la Société se trouve dès 1926 en mesure de reprendre l’impression du troisième volume des Œuvres de Robespierre, sans même avoir dû se résoudre à élever ses frais d’abonnement.

  • 22 Rapportons ici les espérances exprimées par Mathiez au terme d’une leçon professée aux étudiants é (...)
  • 23 Beecher, Fomichev, 2006.
  • 24 Nikolaj Mihajlovič Lukin (1885-1940), cousin de Nikolaj Buharin, est l’un des leaders des Révoluti (...)

10Le contexte politique et intellectuel de l’après-guerre apparaît également favorable à l’internationalisation du vivier des rédacteurs et des cercles de la diffusion scientifique : les historiens universitaires souscrivent explicitement à l’optimisme pacifiste et cosmopolite du moment, multipliant les parallèles entre les idéaux de la Révolution française et ceux de la Société des nations, voire encourageant le rapprochement des grandes démocraties occidentales22. Dans l’espace spécifique des spécialistes de la Révolution, cet appel à l’internationalisation se traduit par une présence croissante des travaux étrangers au sein des rubriques bibliographiques, mais également par d’importants échanges de ressources documentaires23 et enfin par l’ouverture des pages des revues scientifiques aux chercheurs étrangers. Au cours de la décennie 1920, on voit ainsi Louis R. Gottschalk, membre de l’Université de Chicago et actif animateur du Journal of Modern History, publier ses recherches sur Marat dans les Annales historiques de la Révolution française, où Nikolaj Lukin24 dresse le bilan de l’étude de la Révolution française en Union soviétique. Signalons encore que, lorsque la Commission d’histoire économique de la Révolution entreprend de formaliser les résultats d’une enquête attendue depuis près de quarante ans, portant sur l’objet le plus légitime de l’historiographie révolutionnaire, à savoir les cahiers de doléances de 1789, elle sollicite, en lieu et place d’un historien de la Sorbonne, l’historienne états-unienne Béatrice Fry Hyslop.

  • 25 Tronchet, 2014.
  • 26 « Compte-rendu des obsèques », La Révolution française, vol. LXXXI, n° 4, 1928, p. 296-332.

11On ne s’étonnera guère, dans ces conditions, que les années 1920 voient l’essor de nouvelles pratiques de « diplomatie universitaire25 ». Les projets d’édification d’une Cité internationale aux portes de Paris trouvent ainsi un écho dans La Révolution française, tandis que de chaleureuses réceptions ressoudent périodiquement les liens de l’« internationale historienne », à l’image de l’accueil réservé à Albert Mathiez lors de son séjour en Argentine en 1929, ou du dîner donné à Paris par la SHRF en l’honneur de l’historien soviétique Evgenij Tarle. Mais rien ne dit mieux cette internationalisation de l’historiographie révolutionnaire que l’énumération des hommages post mortem rendus aux deux maîtres de l’histoire de la Révolution. En 1932, professeurs et archivistes s’empressent depuis Naples, Chicago ou Berlin d’honorer le souvenir d’Albert Mathiez. L’inventaire des délégations et des personnalités figurant en 1928 aux obsèques de Aulard s’étale quant à lui sur huit pages de sa revue : on y rencontre des représentants de treize pays différents, regroupant ministres grecs ou lettons, anciens membres du Gouvernement provisoire russe, ou encore responsables de l’Association syrienne arabe ou de la Ligue géorgienne26.

  • 27 « Assemblée générale de la SER », Annales historiques de la Révolution française, vol. IV, n° 3, 1 (...)
  • 28 Mathiez, 1919b.
  • 29 Friguglietti, 1982, 646.
  • 30 Précisons toutefois que, parmi ces 23 thèses relevées, seules 11 semblent avoir été finalement sou (...)
  • 31 Dumoulin, 1983, en particulier 113-128.
  • 32 « Assemblée générale annuelle », La Révolution française, vol. LXXXIV, n° 2, 1931, p. 104.

12Dans un second temps, les effets du cosmopolitisme universitaire apparaissent toutefois sous un jour plus ambivalent. Ces mêmes historiens qui constataient avec fierté la pénétration inédite des publications françaises « dans les universités et les principaux centres intellectuels de Russie, d’Allemagne, d’Angleterre, des États-Unis et de l’Amérique du Sud27 », célébraient « la grande nation qui a sauvé la civilisation28 » et contaient la remise à Washington des clefs de la Bastille, s’inquiètent de manière croissante des progrès de la recherche universitaire chez leurs homologues états-uniens, d’autant plus portés à étudier l’histoire de France que la guerre mondiale a détourné leur intérêt de l’Allemagne29. Dès 1929, la List of Doctoral Dissertations in History Now in Progress at the Chief American Universities publiée par la Carnegie Institution de Washington y comptabilise 23 thèses d’histoire de la Révolution en cours, dont 10 pour les seules universités de Pennsylvanie et Columbia30. Dans un contexte de désaffection de l’élite des étudiants français à l’égard de la carrière historique31, cette avance des universités américaines signe la fin du monopole, jalousement entretenu durant quarante ans, des historiens français sur l’étude de la Révolution française. Camille Bloch, tout en affectant de se féliciter « de l’afflux croissant dans notre domaine d’une main-d’œuvre, étrangère, peu importe, mais qualifiée » signale le sentiment de gêne partagé par les chercheurs français : « D’aucuns éprouveront, devant ces constatations, un sentiment un peu pénible, celui qu’entraîne une dépossession »32. La fuite outre-Atlantique de vastes collections documentaires françaises, à la faveur d’un avantage financier certain, achève de miner l’optimisme des premiers temps. En 1931, ce sont ainsi 250 documents inédits sur Lafayette et son entourage qui quittent la France pour l’Université de Chicago, arrachant à Mathiez cette conclusion affligée :

  • 33 « Chronique. Une collection de documents inédits sur Lafayette », Annales historiques de la Révolu (...)

Il faut se réjouir qu’une pareille collection soit mise à la disposition des historiens, mais on pourra peut-être regretter qu’elle ait pu quitter la France, où sa place naturelle était marquée, pour aller enrichir les collections de nos voisins. Certains États ont pris des mesures législatives pour empêcher l’exportation de leurs richesses artistiques. Quand se décidera-t-on à empêcher aussi l’exportation de nos richesses historiques ?33

  • 34 Mariot, 2013.

13À cet effort d’ouverture internationale répond, localement, une stratégie non moins équivoque de démocratisation de l’historiographie de la Révolution. Si les combattants n’ont pas été « tous unis dans la tranchée34 », l’expérience de la guerre mondiale a pu révéler aux intellectuels mobilisés l’existence d’une base potentielle de lecteurs populaires. En 1919, Edmond Campagnac, mobilisé en tant qu’instituteur militaire à Massevaux (Haute-Alsace), rapporte effectivement :

  • 35 « Assemblée générale de la SER », Annales révolutionnaires, vol. XI, n° 3, 1919, p. 411.

Les hasards de la guerre m’ont amené à fréquenter des poilus sortis des milieux les plus divers. J’ai constaté que notre œuvre est connue et appréciée des intellectuels et même de quelques travailleurs manuels. Je n’ai pas été peu surpris de recevoir un jour sur le front la lettre d’un ouvrier typographe lyonnais, qui me parlait des Annales Révolutionnaires […]. Je signalerai en particulier que notre œuvre est de plus en plus en faveur dans le monde de l’enseignement primaire, où nos Annales se répandraient vite s’il était possible d’en réduire le prix35.

  • 36 Mathiez, 1918.
  • 37 « Assemblée générale de la SER », Annales révolutionnaires, vol. XIV, n° 3, 1922, p. 252.

14Ce lectorat des écoles primaires a d’ailleurs été la cible privilégiée des essais de vulgarisation historique entrepris par Mathiez en 1917 et 1918, à travers une série de courtes et percutantes chroniques parues dans L’École et la vie, manifestant un souci inédit d’ajustement du discours historiographique à la demande sociale du moment : témoin l’article comparant l’institution des cartes alimentaires dans la France de la Première Guerre mondiale au premier projet de « cartes de pain36 » mis en place par la section du Gros-Caillou au cœur de la disette de l’été 1793. Dans cette même perspective, la multiplication des conférences historiques données par les membres de la SER, à Paris comme ailleurs, apparaît autant comme un outil d’éducation populaire que comme un instrument publicitaire susceptible de renforcer le socle d’adhérents de la revue. Il ne s’agit pas ici de s’attirer les sympathies mondaines de la bourgeoisie parlementaire ou du grand public lettré, comme s’y attachaient les conférenciers républicains des années 1880 ou leurs homologues conservateurs de la Belle Époque (à l’instar de Frantz Funck-Brentano ou Louis Madelin), mais bel et bien de capter l’attention d’un public populaire et démocrate. D’où un impératif d’innovation formelle, prenant la forme d’une nouvelle « alliance des intellectuels démocrates et des artistes37 » à l’occasion des treize conférences organisées en 1922 par la SER à l’Union syndicale des techniciens de l’industrie, du commerce et de l’agriculture (USTICA). La Société ne se contente pas d’envoyer ses meilleurs intellectuels et propagandistes répandre la parole robespierriste ; elle sollicite également Julien Tiersot, spécialiste de l’histoire de la musique du xviiie siècle, pour diriger l’exécution de chants révolutionnaires, ainsi que le couple de comédiens Gina Barbieri et Armand Bour, chargés de lire et réciter des extraits de textes littéraires sur la Révolution.

  • 38 « De tels exemples ont une haute portée révolutionnaire » conclut ainsi une présentation de ces in (...)
  • 39 Mathiez, 1921, 85.

15En dépit des succès enregistrés – ce sont ainsi 800 auditeurs qui se pressent aux conférences robespierristes de 1922, annoncées et résumées dans L’Humanité38 –, ces manœuvres démocratiques apparaissent, elles aussi, à double tranchant. À emprunter sans prudence ni réflexivité la voie de ce que le jargon ministériel nommait alors « l’extension universitaire », autrement dit de la « vulgarisation scientifique », les historiens risquent en effet de compromettre quarante ans de laborieux efforts d’autonomisation du champ universitaire. La vulgarisation doit satisfaire certaines conditions, de forme comme de fond, sous peine de renouer avec des mondanités d’un autre temps, de sacrifier la rigueur scientifique sur l’autel du goût public, d’indexer l’agenda des investigations historiques sur les desiderata supposés du grand public volage ; on craint, en un mot, « que les beaux parleurs ne se laissent entraîner à faire tourner toute leur activité autour du cours public qui leur ouvrira les portes des salons, leur vaudra les applaudissements flatteurs des dames du monde et facilitera peut-être leur avancement39 ».

  • 40 Tesnière, 1990, 25.
  • 41 Archives nationales, F18* III 251.
  • 42 La Révolution française, vol. LXXXIII, n° 3, 1930, p. 279.

16La question apparaît, en effet, de la plus brûlante actualité, en un temps où les conditions économiques de l’après-guerre durcissent la concurrence éditoriale sur le marché du livre d’histoire. Les prudentes stratégies des éditeurs les conduisent à privilégier les commentaires plus ou moins inspirés de l’actualité politique et la littérature – ou, lorsqu’il s’agit d’histoire, l’histoire romancée. Pour en prendre la mesure, soulignons qu’il a été tiré entre 4 000 et 5 000 exemplaires de chaque volume de la célèbre collection « Peuples et civilisations40 », contre 1 500 exemplaires seulement pour l’édition, en 1920, des Discours de Danton par Hector Fleischmann, tandis que les Paroles d’un combattant de Barbusse atteignent les 10 000 volumes, et jusqu’à 40 000 pour les deux tomes du Chemin de la victoire de Louis Madelin41. Les historiens universitaires n’ont pourtant de cesse de s’élever contre les prétentions revivifiées des maîtres de l’histoire anecdotique et de la biographie littéraire. N’évoquons ici que l’accueil critique réservé par les professionnels de l’histoire aux volumes de la collection « Figures du passé », commandés par la maison Hachette avant la guerre à l’élite des historiens essayistes, dont Louis Madelin, G. Lenotre ou encore Albert-Émile Sorel. À propos du Charlotte de Corday publié par ce dernier en 1930, la recension donnée par Pierre Caron indique, non sans dédain, qu’il ne s’agit aucunement « d’un travail à prétentions scientifiques, mais d’un ouvrage destiné à un public large, dont l’information est courte, et qui demande à l’histoire, fût-ce sur des sujets rebattus, des évocations émouvantes ou pittoresques. À ce public, l’essai de M. Albert-Émile Sorel pourra plaire42 ».

Une histoire politique : quel rôle social de l’historien ?

  • 43 Il écrit ainsi : « la dernière guerre nous a montré les plus grands historiens se livrant publique (...)

17Au terme de quatre années de mobilisation intellectuelle, les groupes savants ont pour réflexe premier de rejeter sur leurs collègues la responsabilité de cette surenchère militariste. Alors qu’Albert Einstein soutient le pari hasardeux d’affirmer le caractère intrinsèquement pacifique des sciences de la nature, par contraste avec le bellicisme revanchard des sciences humaines43, les historiens français se déchargent de leurs propres compromissions en dépeignant leurs homologues allemands sous les traits de falsificateurs soumis à leur gouvernement et étrangers à la vérité historique défendue, seule, par l’Université française.

  • 44 Dumoulin, 2003, 223.
  • 45 Dumoulin, 1992, 363.
  • 46 Archives nationales, AJ16 4753.
  • 47 Archives nationales, F15929/1.

18L’une des thèses ayant cours dans l’histoire de l’historiographie consiste à affirmer que, victimes d’une conscience coupable, les universitaires auraient adopté une « déontologie du désengagement44 », aboutissant à constituer l’apolitisme en « règle fondamentale de la bienséance historienne à l’Université45 ». L’élection du modéré Philippe Sagnac, en lieu et place du fougueux Mathiez, à la chaire d’histoire de la Révolution française, a été avancée comme un symptôme de cette crise de l’engagement, au vu de la conclusion de l’assemblée des professeurs regrettant « qu’il y ait parfois en M. Mathiez un polémiste en même temps qu’un historien46 ». La chose est-elle pourtant assurée ? Pouvait-on réellement élire à la chaire d’histoire de la Révolution un historien si acharné à polémiquer avec son ancien titulaire et chacun des membres de son « école » ? Les mérites de Sagnac, fondateur de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, sont-ils si minces, relativement à ceux de Mathiez, pour que l’on puisse faire à la Faculté un procès en apolitisme ? Plus largement, n’est-ce pas là oublier que ce même Mathiez a été désigné à la Sorbonne entre 1926 et 1929 pour remplacer Sagnac nommé au Caire, que Georges Lefebvre ou Ernest Labrousse n’ont jamais masqué leurs engagements intellectuels, ou que la police d’après-guerre honora même Aulard d’un dossier à son nom pour être apparu en tête d’une liste du « Bloc républicain de gauche47 » ? N’est-ce pas, surtout, minorer les vigoureuses dénonciations de l’historiographie contre-révolutionnaire auxquelles se livrèrent les historiens universitaires dans leurs revues respectives ?

  • 48 Hersant, 1988 ; Mazeau, 2013.
  • 49 Dumoulin, 1992, 358.
  • 50 De Meaux, 1928, 267.
  • 51 Cité par Porset, 1990, 30. Voir également Schrader, 1992.

19L’après-guerre voit en effet la recrudescence des écrits hostiles à la République, propageant les légendes contre-révolutionnaires les plus surannées au moyen d’essais d’histoire fictionnelle, biographique ou événementielle, revendiquant toutefois l’apparat méthodologique de l’histoire professionnelle (notes infrapaginales, index, documents inédits). Les mémoires, récits individuels et anecdotes, dans la tradition des feuilletons du xixe siècle, alimentent ainsi un dynamique courant historique jouant sur les ressorts des publicistes à succès (le « coup de théâtre », le fait divers, le complot) et revendiquant explicitement une volonté de s’adresser au « grand » public48. Parmi d’autres, la librairie Arthème Fayard, éditant La Révolution française de Pierre Gaxotte ou le Louis XIV de Louis Bertrand, contribue largement à ce que « l’histoire de droite, au cours des années vingt, s’empare du marché à l’abandon des grandes synthèses d’histoire nationale49 ». Ajoutons que ces entreprises intellectuelles ne sont pas sans trouver un certain écho auprès de l’Académie française, dont le grand prix Gobert, récompense suprême au sein du système académique, va en 1926, à titre posthume, au travail d’Augustin Cochin sur Les sociétés de Pensée et la Révolution en Bretagne. Sans sombrer dans le complotisme étroit inspiré de l’abbé Barruel, celui-ci n’en annonçait pas moins en 1904, dans une lettre à Maurras, lui-même admis à l’Institut en 1938, « Nous en voulons à la Maçonnerie, vous le verrez tout de suite50 ». Ajoutons que ses travaux sur les « sociétés de pensée » d’Ancien Régime, suspectées d’avoir enfanté à elles seules la Révolution, inspirèrent à ses successeurs la fondation d’un « Cercle Augustin Cochin », dont la Revue internationale des Sociétés secrètes reconnut bien la valeur en affirmant : « Ces études anti-révolutionnaires seconderont admirablement nos recherches anti-judéo-maçonniques51 ».

  • 52 Le Gallo, 1928, 384.
  • 53 « Le cinéma et la Révolution française », Revue historique de la Révolution française, vol. XV, n° (...)

20La réponse des historiens universitaires mobilise les instruments critiques perfectionnés par la génération d’avant-guerre : ainsi, Émile Le Gallo démontre sans mal la partialité des thèses et la maigreur de la documentation accompagnant La Révolution française de Gaxotte, non sans souligner qu’« il faut remonter jusqu’à la Restauration, jusqu’à la littérature des émigrés, pour découvrir autant de caprice, autant de virulence contre-révolutionnaires » que dans ce succédané de martyrologe royaliste52. L’exercice devient en revanche plus périlleux lorsque la lutte se porte sur le terrain du cinéma, dont s’emparent prioritairement les héritiers de la contre-Révolution. Il n’est plus ici question de critique externe ou interne : aussi les historiens républicains n’ont-ils, en définitive, que peu de choses à opposer au traitement cinématographique réservé à la Révolution dans des productions « dont l’unique but est de rendre sympathique la famille royale et son défenseur le comte de Fersen, et de plaider la cause de la survivance du dauphin Louis XVII53 ».

  • 54 Mathiez, 1920a, 516.
  • 55 Celui-ci se plut à invalider nombre d’« appréciations historiques sans aucun rapport avec la polit (...)
  • 56 Bourgin, 1919a et b.

21Ce travail inextricablement scientifique et idéologique visant la diffusion des thèses contre-révolutionnaires achève de démontrer que les fureurs de la politique n’effrayent en rien les historiens des années 1920. À mieux y regarder, la posture honnie des érudits de l’Université n’est pas tant celle de l’historien partisan, que celle de l’historien officiel, de l’historien mis au service d’un parti, d’un gouvernement, d’un pouvoir. Et les sources d’asservissement sont légion. L’une des plus sensibles est à l’évidence la puissance économique, que Mathiez – non sans quelque mauvaise foi ou cécité – voit tout particulièrement à l’œuvre au sein des universités états-uniennes, véritables « usines entretenues par les capitalistes qui ont sur elles la haute main », raison pour laquelle « les professeurs américains ne sont, pour la plupart, ni libres, ni indépendants »54. La guerre mondiale, en soulevant l’enjeu du « pangermanisme scientifique » et de la censure systématique des écrits par le bureau de presse55, a également aiguisé l’attention des historiens quant aux formes du contrôle exercé par les gouvernements sur la production savante. Dès 1919, l’écho de cette censure apparaît dans les recherches que Georges Bourgin consacre aux enquêtes de l’administration du Second Empire et aux poursuites un temps envisagées à l’encontre du Saint-Just d’Ernest Hamel et de l’Histoire de la Révolution de Louis Blanc56. Au même moment, les historiens s’insurgent contre l’interdiction faite aux responsables militaires de 1914-1918 de publier leurs écrits de guerre sans les soumettre à l’autorisation du ministre, anticipant les risques liés à la généralisation potentielle de telles pratiques :

  • 57 Mathiez, 1920b, 442.

Notre gouvernement a charge d’âmes. […] Détenteur de la vérité, il la garde jalousement. Il ne tolère pas une seule macule à sa robe blanche. Les papes du Moyen Âge avaient de ces tendresses pour la Sainte Écriture. Comme mon rôle de professeur d’histoire va se trouver simplifié ! Je recevrai un de ces jours un joli petit catéchisme par demandes et réponses que je n’aurai plus qu’à inculquer à nos étudiants57.

  • 58 Febvre, 1920, 4.

22Un semblable dégoût de l’« histoire serve58 » se donne à lire dans la virulente polémique opposant Mathiez aux historiens soviétiques, coupables à ses yeux d’une intolérable compromission intellectuelle vis-à-vis de leur gouvernement :

  • 59 Mathiez, 1931, 154. Nous manquons ici de l’espace nécessaire pour détailler cet épisode, brièvemen (...)

« Rien ne montre mieux qu’à l’heure actuelle, dans ce pays, l’histoire trop souvent a cessé d’être indépendante et subit docilement la pression de la politique qui lui impose ses concepts, ses préoccupations, ses mots d’ordre et jusqu’à ses conclusions ». Tel est le grief fondamental que je vous fais. Vous avez abdiqué votre indépendance. Vous n’êtes plus que des instruments dans la main du gouvernement. Vous décorez du nom de marxisme votre capitulation59.

  • 60 « Un appel. Fière déclaration d’intellectuels », L’Humanité, 26 juin 1919, p. 1. Voir Olivera, 200 (...)
  • 61 Bloch, 1997, 125.

23En définitive, l’historiographie révolutionnaire accompagne bel et bien le mouvement de « démobilisation » des années 1920 : les apologies de la liberté intellectuelle des historiens pourraient faire leurs les mots de la Déclaration de l’indépendance de l’esprit proclamant dans L’Humanité que « l’Esprit n’est le serviteur de rien60 ». Pour autant, cette revendication n’a nullement eu pour corollaire une profession de foi apolitique. En définitive, la prescription tardive de Marc Bloch, devenue slogan : « Robespierristes, anti-robespierristes, nous vous crions grâce : par pitié, dites-nous simplement, quel fut Robespierre61 », dresse assez fidèlement le portrait d’une historiographie qui n’a jamais renoncé à être partisane en s’assumant pleinement comme telle.

Repenser la Révolution française

  • 62 Bompaire-Évesque, 1988 ; Sapiro, 2004.

24La sortie de crise des historiens universitaires de la Révolution semble avoir évité l’écueil du basculement antirationaliste vers des formes d’écriture littéraires et anecdotiques, sacrifiant les méthodes critiques et les choix d’objet propres à une discipline historique revendiquant sa scientificité. Ce positionnement n’allait pourtant pas de soi au lendemain de la guerre. Dans les années 1910, la répartition des rôles semblait encore bien rodée, lorsque les controverses autour de la « Nouvelle Sorbonne » opposaient des universitaires, républicains et dreyfusards, partisans d’un enseignement supérieur professionnel et scientifique, aux tenants, souvent académiciens ou aspirants tels, d’un traditionalisme intellectuel rejetant les méthodes d’érudition comme un produit d’importation allemande, et défendant « l’esprit français » aristocratique, fait de clarté, d’élégance et de vues synthétiques62. La guerre a pourtant rompu cet agencement : en faisant du combat culturel le prolongement du combat militaire contre un ennemi caricaturé et essentialisé, le pouvoir a autorisé les savants à revaloriser l’esprit, le goût et les humanités, soit les valeurs intellectuelles ou les disciplines supposément « françaises » ou « latines », contrastant avec la sèche érudition allemande. Les années 1915-1916 voient ainsi un véritable renversement des valeurs, le triomphe des intellectuels scientifiquement marginalisés avant la guerre. À ce sursaut d’irrationalisme littéraire et démagogique, les historiens de la Révolution ont au contraire répondu par une surenchère scientifique. En dépit, voire peut-être en raison des contraintes et concurrences que nous avons listées, l’expérience de la Guerre mondiale a donné une impulsion décisive à l’historiographie de la Révolution sur le plan intellectuel, aboutissant à l’élaboration d’axes inédits d’investigation et au renouvellement du questionnaire adressé au passé révolutionnaire.

  • 63 D’Avenel, 1918, 281.
  • 64 Caron, 1931, 286.
  • 65 Albert Meynier conclut ainsi dans La Révolution française que la dernière guerre « a dépeuplé près (...)

25L’un de ces antidotes au marasme intellectuel ambiant, et peut-être aussi à la désaffection du public, a consisté pour ces historiens à opposer leur savoir-faire spécifique aux énigmes du présent, glanant dans les expériences du passé des armes contre l’incertitude de l’actualité. D’où la multiplication des enquêtes rétrospectives mettant en regard les guerres révolutionnaires et la Grande Guerre. À l’été 1918, sur l’initiative de la Revue hebdomadaire, une série d’intellectuels est ainsi conviée à disserter sur les années 1815 et 1918. L’un des intervenants, le vicomte d’Avenel, postulant que « le détraquement causé par la guerre grandit en raison même du progrès63 », s’attache ainsi à démontrer que les dégâts matériels du conflit en cours, brisant l’essor du machinisme, de l’électrification, des transports et de l’agriculture, s’annoncent sans commune mesure avec ceux cumulés jusqu’en 1815. Ces analogies se déploient ainsi tout au long de la décennie, depuis les contributions de 1919-1920 sur les volontaires, ou sur les orphelins militaires lors des guerres révolutionnaires, jusqu’aux études de 1930-1931 comparant les deux grands épisodes guerriers du point de vue du « droit des victimes de la guerre à une réparation intégrale64 » ou encore des pertes humaines65.

26La voie la plus couramment empruntée par l’historiographie d’après-guerre se rapproche toutefois davantage de celle initiée par Georges d’Avenel : les angoisses et les préoccupations marquant la vie quotidienne des Français du front comme de l’arrière ont fourni aux historiens le point de départ de nouveaux questionnements d’ordre économique. Aux travaux de la Belle Époque sur les questions agraires sous l’Ancien Régime, suscités par la Commission Jaurès et les échanges avec l’historiographie de l’« École russe », se substituent désormais des recherches directement inspirées par l’expérience de 1914-1918, sur le rôle de l’État dans l’organisation de la vie économique des populations, à travers le cas des subsistances, du ravitaillement, des accaparements et des réquisitions pendant la Révolution. La publication de La vie chère et le mouvement social sous la Terreur de Mathiez (1927) et l’édition par Pierre Caron des procès-verbaux de La Commission des subsistances en l’an II (1925) témoignent de cette conversion des inquiétudes de la guerre et de l’après-guerre en problèmes historiographiques, enrichissant considérablement les problématiques du tournant du siècle et annonçant l’essor considérable de l’histoire économique dans les années 1930, sous l’égide de Georges Lefebvre et des Annales naissantes.

27Plus fondamentalement encore, la guerre a transformé jusqu’aux interprétations mêmes de la Révolution, et en particulier de la Terreur et du gouvernement révolutionnaire. Alors que les historiens de la IIIe République avaient traditionnellement évité d’aborder de front la dictature du Comité de Salut public, il se crée une forme d’unanimité autour de la thèse circonstancielle, justifiant la Terreur par les nécessités du moment :

  • 66 Aulard, 1920b, 7-8 (souligné par l’auteur).

La guerre nous a fait voir ce qu’on appelle la Terreur sous un autre jour […]. On comprend la Terreur, maintenant que Paris est bombardé. On s’explique le Tribunal révolutionnaire, la loi des suspects, la suspension de toutes les libertés, ce régime dictatorial de 1793, qu’on appelait hier démagogique, qu’on appelle aujourd’hui patriotique. […] Ah ! si nous avions un Comité de salut public ! C’est presque le cri général66.

28Cette réflexion sur les « nécessités » révolutionnaires fournit aux historiens républicains une grille de lecture de la Terreur opposée tant aux « vulgarisateurs » royalistes qu’au versant conservateur de l’historiographie savante. Les volumes de l’Histoire financière de la France après 1715 de Marcel Marion, titulaire de la chaire d’étude des faits économiques et sociaux au Collège de France et pourfendeur de la politique inflationniste révolutionnaire, avaient fait l’objet de réserves méthodologiques dès les années d’avant-guerre. Mais, après 1918, cette critique change de ton. La faute de l’auteur tient désormais à son incapacité à formuler une lecture plus indulgente de la politique économique du gouvernement révolutionnaire au regard des contraintes financières résultant de l’état de guerre :

  • 67 Caron, 1922, 175.

Après les expériences – inflation des prix, taxation, rationnement – que nous a values ou que nous vaut encore la guerre récente, il faut avouer que les indignations académiques contre les conséquences analogues ou même identiques d’une autre guerre, celle de la Révolution et de l’Europe, semblent un peu factices. […] Dans le bilan de son œuvre économique, tel qu’on le dresse communément, la Révolution voit mettre à son passif beaucoup de choses qui, en réalité, appartiennent à celui de la guerre. […] M. Marion ne paraît pas avoir toujours prêté une attention suffisamment insistante aux leçons du présent67.

  • 68 « Doctorat de M. Georges Belloni », La Révolution française, vol. LXXVIII, n° 1, 1925, p. 64.
  • 69 Richard, 1921.

29Enfin, au-delà même de cette lecture nouvelle de la Révolution, la guerre suggère aux historiens une réflexion inédite sur les modalités concrètes de fonctionnement de la bureaucratie révolutionnaire en charge de la lutte contre les ennemis intérieurs et extérieurs. L’action concrète du Comité de sûreté générale, des comités de surveillance, de la Commission des subsistances, des représentants en mission, du personnel chargé des réquisitions, les émissions monétaires, ou encore l’appui technique des guerres révolutionnaires, deviennent alors autant d’objets d’études légitimes. Cet intérêt scientifique se traduit notamment par des thèses de doctorat, à commencer par celle de Georges Belloni sur Le Comité de Sûreté générale de la Convention démontrant que les victoires militaires résultèrent en grande partie « de la vigoureuse politique intérieure du Comité », contraint de recourir à une forme de violence sans laquelle « les ennemis intérieurs n’eussent point cédé »68. Dans sa thèse, reçue plus favorablement par ses pairs, l’historien Camille Richard entreprend quant à lui l’étude du rôle du Comité de Salut public dans l’organisation des fabrications de guerre sous la Terreur. On mesure avec ce travail l’inflexion connue par l’historiographie depuis les débuts de la IIIe République : lorsque, aux lendemains du Centenaire, l’historien James Guillaume posait quelques jalons d’histoire des savants en Révolution, il ne s’intéressait aux cours révolutionnaires sur la poudre et le salpêtre qu’en tant que prologue à l’École normale ; trente ans plus tard, nous trouvons, dans la thèse de Camille Richard, une analyse serrée de l’action menée par les représentants en mission auprès des ingénieurs, industriels et ouvriers, du fonctionnement des rouages administratifs nouveaux (à l’instar de la Commission des armes et des poudres), de l’organisation des transports, des manufactures, des télégraphes aériens, des fabriques et fonderies, ou encore des rapports entre le Comité de Salut public et les savants, dont Berthollet, Monge, Fourcroy, Guyton, Hassenfratz et Vandermonde69.

30Il y a donc bien davantage, dans l’historiographie de la Révolution d’après 1918, qu’une série de rapprochements plus ou moins contrôlés entre les guerres révolutionnaires et la guerre mondiale ; bien davantage, également, qu’une contradiction terme à terme, et strictement idéologique, des légendes noires contre-révolutionnaires. La décennie 1920 voit l’émergence d’une réflexion nouvelle, et profondément ancrée dans l’expérience du conflit, abordant les guerres révolutionnaires non plus du point de vue des grands généraux et de l’« histoire bataille » tant décriée, mais armée d’un premier savoir-faire d’histoire économique et politique des autorités civiles en action.

  • 70 Dumoulin, 1985.
  • 71 Mazauric, 2008.
  • 72 Sur ces différentes institutions, voir De Francesco, 2010.
  • 73 Sapiro, 1999.
  • 74 Biard, 2009.

31La décennie d’après-guerre constitue une période charnière entre la première institutionnalisation de l’historiographie scientifique de la Révolution, sous l’égide des équipes respectives d’Alphonse Aulard et d’Albert Mathiez, et les nouveaux enjeux issus des bouleversements des années 1930. La Caisse des recherches scientifiques, ancêtre du CNRS, s’ouvre alors plus largement aux sciences humaines, transformant en profondeur les conditions matérielles du travail scientifique70. Parallèlement, la montée des fascismes bouleverse la grammaire de l’engagement idéologique des intellectuels, parfois pour le pire, comme l’illustrent notamment les carrières collaborationnistes des robespierristes François Vermale ou Paul Vaillandet sous l’Occupation71. Enfin, le décès, entre 1928 et 1932, des deux maîtres de l’historiographie révolutionnaire, conduit les historiens à se réunir autour du Centre d’études de la Révolution française de Philippe Sagnac, bientôt transformé, sous l’égide de Georges Lefebvre, en cet Institut d’histoire de la Révolution française, unique espace scientifique consacré spécifiquement à l’étude de cette période, dont nous avons eu récemment à déplorer la disparition72. Mais l’essentiel est peut-être ailleurs : précisément, dans le type de civilisation que contribuèrent à enfanter, ainsi que nous le savons désormais, les sursauts de philosophie antimoderne des années 1920 et 1930, sur fond de désengagement étatique et éditorial, d’irrationalisme anti-scientiste, de nationalisme littéraire et de démagogie intellectuelle, aboutissant naturellement à promouvoir les représentants, souvent académiciens, du pôle le plus traditionaliste du champ de production symbolique, promus aux fonctions de pouvoir culturel sous Vichy73. Fille de la guerre à tous égards, l’historiographie de la Révolution française semble pourtant s’être prémunie de ce renversement des valeurs, au prix d’une revendication réaffirmée d’autonomie du champ scientifique, de l’élaboration d’une nouvelle éthique de l’engagement, et d’un souci redoublé de répondre, par l’investigation savante, aux incertitudes du présent : peut-être est-ce en ce sens, plus qu’en tout autre, que cette écriture de la Révolution française s’illustra, dans l’après-guerre, comme « une histoire toujours vivante74 ».

Haut de page

Bibliographie

Aulard, A., 1920a, « La vie chère et le doctorat », La Révolution française, LXXIII, 1, p. 42-46.

Aulard, A., 1920b, « Histoire de la Révolution française. Points de vue nouveaux », Revue de l’enseignement français hors de France, 1, p. 7-11.

Bariéty, J., 1996, « Le “Comité d’études” du Quai d’Orsay et la frontière rhénane (1917-1919) », dans Baechler, C. et Fink, C. (dir.), L’établissement des frontières en Europe après les deux guerres mondiales, Bern, Peter Lang, p. 251-262.

Becker, A., 2003, Maurice Halbwachs. Un intellectuel en guerres mondiales 1914-1945, Paris, Agnès Viénot.

Becker, J.-J., 1988, « Le souvenir de la Révolution pendant la guerre de 1914 », dans Croisille, C. et Ehrard, J. (éd.), La légende de la Révolution, Clermont-Ferrand, Centre de recherches révolutionnaires et romantiques, p. 605-616.

Becker, J.-J., 2000, « La question des responsabilités allemandes au lendemain de la guerre mondiale, l’implication des historiens dans l’expertise et l’émergence d’une école historique », Sociétés contemporaines, 39, p. 85-94, DOI : 10.3406/socco.2000.1803.

Beecher, J., Fomichev, V. N., 2006, “French Socialism in Lenin’s and Stalin’s Moscow: David Riazanov and the French Archive of the Marx-Engels Institute”, The Journal of Modern History, 78/1, p. 119-143.

Biard, M. (dir.), 2009, La Révolution française, une histoire toujours vivante, Paris, Tallandier.

Blaszkiewicz-Maison, A., 2016, Albert Thomas. Le socialisme en guerre, 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Bloch, M., 1997 [1949], Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin.

Bompaire-Évesque, C., 1988, Un débat sur l’Université au temps de la Troisième République. La lutte contre la Nouvelle Sorbonne, Paris, Aux amateurs du livre.

Bourgin, G., 1919a, « La publication du Saint-Just d’Ernest Hamel et la justice du Second Empire », La Révolution française, LXXII, 4, p. 345-352.

Bourgin, G., 1919b, « La publication de l’Histoire de la Révolution de Louis Blanc et la justice du Second Empire », La Révolution française, LXXII, 5, p. 446-449.

Caron, P., 1922, « Compte-rendu de Marcel Marion, Histoire financière de la France depuis 1715 », La Révolution française, LXXV, 2, p. 170-176.

Caron, P., 1931, « Compte-rendu de Just Berland, Les dommages de guerre après Valmy », La Révolution française, LXXXIV, 3, p. 284-287.

D’Avenel, G., 1918, « La France économique après 1815 », Revue hebdomadaire, VII, 3, p. 281-297.

De Francesco, A., 2010, « Daniel Guérin et Georges Lefebvre, une rencontre improbable », La Révolution française, 2, Georges Lefebvre, en ligne : https://journals.openedition.org/lrf/162.

De Francesco, A., 2013, « D’une révolution à l’autre : Alphonse Aulard face aux événements russes de 1917 », La Révolution française, 5, DOI : 10.4000/lrf.986.

De Meaux, A., 1928, Augustin Cochin et la genèse de la Révolution, Paris, Plon.

Ducange, J.-N., 2012, La Révolution française et la social-démocratie. Transmissions et usages politiques de l’histoire en Allemagne et en Autriche, 1889-1934, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Ducange, J.-N., 2016, La Révolution française et l’histoire du monde, Paris, Armand Colin.

Dumoulin, O., 1983, Profession historien, 1919-1939 : un métier en crise ?, thèse de doctorat sous la direction d’André Burguière, EHESS.

Dumoulin, O., 1985, « Les sciences humaines et la préhistoire du CNRS », Revue française de sociologie, n° 26-2, p. 353-374.

Dumoulin, O., 1992, « Histoire et historiens de droite », dans Sirinelli, J.-F. (dir.), Histoire des droites en France, t. 2, Cultures, Paris, Gallimard, p. 327-398.

Dumoulin, O., 2003, Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel.

Dunaevskij, V., 1995, « Polemika Al’bera Mat’eza s sovetskimi istorikami. 1930-1931 », Novaja i novejšaja istorija, 4, p. 199-211.

Einstein, A., 1922, « La Science et le Pacifisme », Clarté, 5, p. 118.

Febvre, L., 1920, « L’histoire dans le monde en ruines », Revue de synthèse, XXX, p. 1-15.

Friguglietti, J., 1982, « Sur un colloque “avorté”. Les États-Unis dans la pensée historique d’Albert Mathiez », Annales historiques de la Révolution française, 250, p. 640-653.

Friguglietti, J., 2008, « La controverse Mathiez-Aulard et les origines de la Société des études robespierristes », Annales historiques de la Révolution française, 353, p. 63-94.

Gauthier, F., 2008, « Albert Mathiez, historien de la Révolution française. Le métier d’historien face aux manipulations de l’histoire », Annales historiques de la Révolution française, 353, p. 95-112.

Ginsburger, N., 2010, « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes universitaires, Allemagne-France-États-Unis (1914-1921), thèse de doctorat sous la direction d’Annette Becker, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense.

Hanna, M., 1996, The Mobilization of Intellect: French Scholars and Writers during the Great War, Cambridge, Harvard University Press.

Hersant, Y., 1988, « La Révolution francienne », dans Bonnet, J.-C. et Roger, P. (dir.), La légende de la Révolution au xxe siècle, Paris, Flammarion, p. 34-47.

Hobsbawm, E. J., 2007, Aux armes citoyens. Deux siècles d’histoire de la Révolution française, Paris, La Découverte.

Kondratieva, T., 1989, Bolcheviks et jacobins : itinéraire des analogies, Paris, Payot.

Lazarovici, F., 2010, « L’organisation du ministère de l’Armement sous Albert Thomas : une expérience socialiste ou technocratique ? », dans Ducoulombier, R. (dir.), Les Socialistes dans l’Europe en guerre, Paris, L’Harmattan, p. 55-71.

Le Gallo, É., 1928, « Compte-rendu de Pierre Gaxotte, La Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, V, 4, p. 384-385.

Louvrier, J., 2007, « Marx, le marxisme et les historiens de la Révolution française au xxe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 102, p. 147-167.

Lowczyk O., 2010, La fabrique de la paix. Du Comité d’études à la Conférence de la Paix, l’élaboration par la France des traités de la Première Guerre mondiale, Paris, Économica.

Luzzatto, S., 1991, « Les tranchées de la Sorbonne : les historiens français et le mythe de la guerre révolutionnaire », Storia della storiografia, 20, p. 3-27.

Mabire, A., 2016, « Une controverse historique : l’affrontement Aulard-Mathiez », dans Biard, M. et Leuwers, H. (dir.), Danton. Le mythe et l’histoire, Paris, Armand Colin, p. 185-197.

Mariot, N., 2013, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil.

Mathiez, A., 1918 (2 mars), « La carte de pain en l’an II », L’École et la vie, p. 395-396.

Mathiez, A., 1919a, « La démocratie française et la démocratie américaine », Annales révolutionnaires, XI, 3, p. 375.

Mathiez, A., 1919b, « Compte-rendu de Georges Weill, Histoire de États-Unis de 1787 à 1917 », Annales révolutionnaires, XI, 4, p. 562.

Mathiez, A., 1920a, « Compte-rendu d’Albert Mathiez, Danton et la paix, Annales révolutionnaires », XII, 6, p. 514-517.

Mathiez, A., 1920b, « Chronique. Les officiers et la liberté d’écrire », Annales révolutionnaires, XII, 5, p. 441-443.

Mathiez, A., 1921, « Chronique. L’Université et la Nation », Annales révolutionnaires, XIII, 1, p. 84-86.

Mathiez, A., 1931, « Choses de Russie soviétique », Annales historiques de la Révolution française, VIII, 2, p. 149-158.

Mazauric, C., 2008, « “Les chaussées sont désertes, plus de passants sur les chemins” (Esaïe 33.8). La SER dans la tourmente : 1940-1945 », Annales historiques de la Révolution française, 353, p. 169-207.

Mazauric, C., 2009, L’histoire de la Révolution française et la pensée marxiste, Paris, PUF.

Mazeau, G., 2013, « La bataille du public », dans Wahnich, S. (dir.), Histoire d’un trésor perdu. Transmettre la Révolution française, Paris, Les Prairies ordinaires, p. 345-367.

Meynier, A., 1930, « Levées et pertes d’hommes en France et en Europe sous la Révolution », La Révolution française, LXXXIII, 2, p. 143-159.

Michon, G., 1932, « Albert Mathiez et les événements de 1914-1920 », Annales historiques de la Révolution française, IX, 3, p. 247-251.

Olivera, P., 2001, La politique lettrée en France. Les essais politiques (1919-1932), thèse de doctorat sous la direction de Christophe Charle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Peyrard, C., Vovelle, M. (dir.), 2002, Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence.

Pogosjan, V., 2012, « K voprosu o polemike Al’bera Mat’eza », Francuzskij Ežegodnik/Annuaire d’études françaises, p. 428–437.

Porset, C., 1990, « Les Francs-maçons et la Révolution (autour de la “Machine” de Cochin), Annales historiques de la Révolution française, 279, p. 14-31.

Prochasson, C., 1993, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre 1900-1938, Paris, Seuil.

Prochasson, C., 1999, « Entre science et action sociale : le « réseau Albert Thomas » et le socialisme normalien, 1900-1914 », dans Topalov, C. (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 141-158.

Prochasson, C., Rasmussen, A., 1996, Au nom de la patrie. Les intellectuels et la Première Guerre mondiale (1910-1919), Paris, La Découverte.

Richard, C., 1921, Le Comité de Salut public et les fabrications de guerre sous la Terreur, Paris, Rieder et Cie.

Sapiro, G., 1999, La guerre des écrivains : 1940-1953, Paris, Fayard.

Sapiro, G., 2004, « Défense et illustration de “l’honnête homme”. Les hommes de lettres contre la sociologie », Actes de la recherche en sciences sociales, 153, p. 11-27.

Schrader, F. E., 1992, Augustin Cochin et la République française, Paris, Seuil.

Serna, P., 2010, « Lefebvre au travail, le travail de Georges Lefebvre : un océan d’érudition sans continent Liberté ? », La Révolution française, 2, Georges Lefebvre, en ligne : https://journals.openedition.org/lrf/165.

Sirinelli, J.-F., 1990, « Les intellectuels français et la guerre », dans Audoin-Rouzeau, S. et Becker, J.-J. (dir.) Les sociétés européennes et la guerre de 1914-1918, Nanterre, Publications de l’Université de Nanterre, p. 145-161.

Tesnière, V., 1990, « L’histoire aux éditions Alcan (1874-1939) », Vingtième Siècle, 28, p. 15-28.

Tesnière, V., 2001, « Université et propagande pendant la Première Guerre mondiale », Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire. 1860-1968, Paris, PUF, p. 197-211.

Venturi, F., 1966, Historiens du xxe siècle, Genève, Droz.

Tronchet, G., 2014, Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de Christophe Charle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Haut de page

Notes

1 Discours de Georges Goyau, de l’Institut, dans « Chronique de la Société des études historiques », Revue des études historiques, 3, 1924, p. 425-426.

2 Hobsbawm, 2007, 92.

3 Friguglietti, 2008 ; Mabire, 2016.

4 Sur le sujet, voir notamment Louvrier, 2007 ou Mazauric, 2009. Parmi la colossale bibliographie sur Jean Jaurès, signalons simplement Peyrard, Vovelle, 2002. On trouvera enfin d’utiles développements dans Venturi, 1966 et dans Ducange, 2012 et 2016.

5 Après plusieurs suppléances à Nancy et Lille à partir de 1908, Albert Mathiez est nommé à l’Université de Besançon en 1911 (Archives nationales, F17 23625 A). Défenseur de l’héritage de Robespierre (contre celui de Danton cher à Aulard), Mathiez fonde la Société des études robespierristes en 1908, avec Charles Vellay (docteur ès lettres et éditeur des œuvres de Saint-Just), qui s’en éloigne bientôt en raison de désaccords, notamment d’ordre financier.

6 Hanna, 1996 ; Prochasson, Rasmussen, 1996 ; Sirinelli, 1990 ; Tesnière, 2001 ; Ginsburger, 2010. Sur l’engagement spécifique des historiens peuvent être cités Becker, 1988 et Luzzatto, 1991.

7 Rapportée aux 233 sociétaires de la Société de l’histoire de la Révolution française et aux 180 membres de la Société des études robespierristes en 1914, la proportion semble mince, mais rappelons que les éléments les plus jeunes, formés aux meilleures méthodes et soucieux de « faire leurs preuves », ont souvent représenté le moteur de ces sociétés comptabilisant quantité d’adhésions davantage politiques ou honorifiques que scientifiques.

8 « Assemblée générale annuelle », La Révolution française, vol. LII, n° 2, 1919, p. 98.

9 Gauthier, 2008 ; De Francesco, 2013.

10 Serna, 2010.

11 Sur ce réseau, voir Becker, 2003 ; Blaszkiewicz-Maison, 2016 ; Lazarovici, 2010 ; Prochasson, 1993 et 1999.

12 Bariéty, 1996 et Lowczyk, 2010. Voir également Becker, 2000 et Gingsburger, 2010.

13 Entre 1917 et 1920, André Honnorat (1868-1950), haut fonctionnaire et député, multiplie les fondations à but philanthropique : en 1918, il est à l’origine de la loi (dite « Honnorat ») qui institue les sanatoriums pour les tuberculeux et, en 1919, de la création de la Cité universitaire internationale de Paris.

14 Archives nationales russes d’histoire sociale et politique (RGASPI, Moscou), fonds 71, op. 50, d. 149, 1.

15 « Assemblée générale de la SER », Annales révolutionnaires, vol. XI, n° 3, 1919, p. 411.

16 « Assemblée générale de la SER », Annales révolutionnaires, vol. XII, n° 2, 1920, p. 156.

17 « Assemblée générale annuelle », La Révolution française, vol. LXXIII, n° 1, 1920, p. 7.

18 Soulignons qu’il s’agit là d’un phénomène généralisé : en 1926, l’abonnement à la Revue d’histoire moderne atteint les 30 francs par an, tandis que les six fascicules de la Revue historique sont portés à 50 francs.

19 Aulard, 1920a, 42.

20 Friguglietti, 2008, 92-93.

21 « Chronique », Annales révolutionnaires, vol. XV, n° 5, 1923, p. 437.

22 Rapportons ici les espérances exprimées par Mathiez au terme d’une leçon professée aux étudiants états-uniens inscrits à l’Université de Besançon : « Les nations libres ne formeront-elles pas un jour une grande famille ? […] Cette grande guerre, qui a rapproché et confondu les hommes les plus divers, agira-t-elle sur eux à la manière d’un creuset qui unira les métaux pour de nouveaux alliages ? », Mathiez, 1919a, 375.

23 Beecher, Fomichev, 2006.

24 Nikolaj Mihajlovič Lukin (1885-1940), cousin de Nikolaj Buharin, est l’un des leaders des Révolutions russes et le chef de file des « historiens-marxistes ». Après la prise de pouvoir de Lénine, il participe à la réorganisation de l’enseignement supérieur en tant qu’enseignant de l’« Institut du professorat rouge ». Il contribue largement à la promotion des études bolchéviques sur l’histoire des sociétés d’Europe occidentale, en particulier sur la Révolution française, en tant que directeur des instituts d’histoire de l’Académie communiste (Komakademija), puis de l’Académie des sciences de l’URSS (Akademija Nauk SSSR). Titulaire de la chaire d’histoire moderne à l’Université de Moscou, il dirige la revue Istorik-marksist (L’historien marxiste). Nous lui devons notamment une biographie de Robespierre (1919) et des travaux sur la transformation des campagnes durant la Révolution française. Victime des purges staliniennes en 1938, il décède en prison en 1940.

25 Tronchet, 2014.

26 « Compte-rendu des obsèques », La Révolution française, vol. LXXXI, n° 4, 1928, p. 296-332.

27 « Assemblée générale de la SER », Annales historiques de la Révolution française, vol. IV, n° 3, 1927, p. 281.

28 Mathiez, 1919b.

29 Friguglietti, 1982, 646.

30 Précisons toutefois que, parmi ces 23 thèses relevées, seules 11 semblent avoir été finalement soutenues (essentiellement aux universités de Columbia et Pennsylvanie, nous révèlent les catalogues universitaires, malheureusement muets quant à l’identité des directeurs de ces thèses), et que ces travaux, dont le tiers ne dépasse pas les 180 pages, n’ont pas nécessairement représenté une contribution décisive à l’historiographie.

31 Dumoulin, 1983, en particulier 113-128.

32 « Assemblée générale annuelle », La Révolution française, vol. LXXXIV, n° 2, 1931, p. 104.

33 « Chronique. Une collection de documents inédits sur Lafayette », Annales historiques de la Révolution française, vol. VIII, n° 5, 1931, p. 471.

34 Mariot, 2013.

35 « Assemblée générale de la SER », Annales révolutionnaires, vol. XI, n° 3, 1919, p. 411.

36 Mathiez, 1918.

37 « Assemblée générale de la SER », Annales révolutionnaires, vol. XIV, n° 3, 1922, p. 252.

38 « De tels exemples ont une haute portée révolutionnaire » conclut ainsi une présentation de ces interventions : « Les Conférences révolutionnaires », L’Humanité, 12 février 1922, p. 4. Voir également : « Les conférences révolutionnaires. L’exemple de Robespierre », L’Humanité, 1er mars 1922, p. 2.

39 Mathiez, 1921, 85.

40 Tesnière, 1990, 25.

41 Archives nationales, F18* III 251.

42 La Révolution française, vol. LXXXIII, n° 3, 1930, p. 279.

43 Il écrit ainsi : « la dernière guerre nous a montré les plus grands historiens se livrant publiquement à des manifestations chauvinistes et militaristes particulièrement violentes. Il est quelque peu consolant de constater qu’il n’en a pas été de même dans le domaine des sciences naturelles. Par suite du caractère universel des sujets qu’ils étudient, par suite aussi de la nécessité d’une collaboration internationalement organisée, leurs représentants inclinent, pour la plupart, vers un état d’esprit internationaliste et encouragent généralement les efforts pacifistes », Einstein, 1922, 118.

44 Dumoulin, 2003, 223.

45 Dumoulin, 1992, 363.

46 Archives nationales, AJ16 4753.

47 Archives nationales, F15929/1.

48 Hersant, 1988 ; Mazeau, 2013.

49 Dumoulin, 1992, 358.

50 De Meaux, 1928, 267.

51 Cité par Porset, 1990, 30. Voir également Schrader, 1992.

52 Le Gallo, 1928, 384.

53 « Le cinéma et la Révolution française », Revue historique de la Révolution française, vol. XV, n° 4, 1923, p. 447.

54 Mathiez, 1920a, 516.

55 Celui-ci se plut à invalider nombre d’« appréciations historiques sans aucun rapport avec la politique de 1914 à 1917 » (Michon, 1932, 247) au sein du recueil La monarchie et la politique nationale (Paris, Alcan, 1917) regroupant dix-huit chroniques du Rappel dans lesquelles Mathiez démontait pièce par pièce l’Histoire de France de Jacques Bainville.

56 Bourgin, 1919a et b.

57 Mathiez, 1920b, 442.

58 Febvre, 1920, 4.

59 Mathiez, 1931, 154. Nous manquons ici de l’espace nécessaire pour détailler cet épisode, brièvement renseigné dans Kondratieva, 1989 mais aussi, et prioritairement, dans Dunaevskij, 1995 et, plus récemment, dans Pogosjan, 2012.

60 « Un appel. Fière déclaration d’intellectuels », L’Humanité, 26 juin 1919, p. 1. Voir Olivera, 2001, 572 et suiv.

61 Bloch, 1997, 125.

62 Bompaire-Évesque, 1988 ; Sapiro, 2004.

63 D’Avenel, 1918, 281.

64 Caron, 1931, 286.

65 Albert Meynier conclut ainsi dans La Révolution française que la dernière guerre « a dépeuplé près d’une fois et demie plus la France, en quatre ans et trois mois, que les autres en vingt-deux ans », Meynier, 1930, 156.

66 Aulard, 1920b, 7-8 (souligné par l’auteur).

67 Caron, 1922, 175.

68 « Doctorat de M. Georges Belloni », La Révolution française, vol. LXXVIII, n° 1, 1925, p. 64.

69 Richard, 1921.

70 Dumoulin, 1985.

71 Mazauric, 2008.

72 Sur ces différentes institutions, voir De Francesco, 2010.

73 Sapiro, 1999.

74 Biard, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Nombre de rédacteurs par année (1910-1930)
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/930/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Titre Graphique 2 : Nombre de pages composant un volume annuel (1910-1930)
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/930/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Chappey et Guillaume Lancereau, « L’histoire à l’épreuve du feu », Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 107-128.

Référence électronique

Jean-Luc Chappey et Guillaume Lancereau, « L’histoire à l’épreuve du feu », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/930 ; DOI : 10.4000/rhsh.930

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Chappey

Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Guillaume Lancereau

Centre de recherches historiques, EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals