Navigation – Plan du site
Dossier

La fin d’un internationalisme savant

La préhistoire française face à l'Allemagne entre les deux guerres mondiales
The end of a scholarly internationalism. French prehistory facing Germany between two world wars
Arnaud Hurel
p. 129-162

Résumés

L’article examine les conséquences de la Première Guerre mondiale sur les études en pré et protohistoire dans le cadre spécifique des relations franco-allemandes. Il étudie, vu de France, dans quelles mesures et modalités ce conflit entraîna une reconfiguration des usages et savoirs. Il s’attache à établir la situation au sortir de la guerre, l’échec de l’internationalisme savant et la montée des nationalismes patrimoniaux, puis aborde deux aspects particuliers de ce champ après l’armistice de 1918 : la difficulté à relancer la démarche internationaliste des Congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques et le regard porté par la France sur l’Allemagne pendant l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lyell, 1860.
  • 2 Laming-Emperaire, 1964, 153-186.

1Il est d’usage de faire de l’année 1859 celle de la reconnaissance de la préhistoire, ou plutôt celle du consensus international autour de l’acceptation de son premier horizon paradigmatique, la haute antiquité de l’Homme. Cette étape est l’œuvre commune de naturalistes et d’archéologues anglais et français qui, réunis dans les carrières des terrasses alluviales de la Somme, à Amiens et Abbeville, constatent l’association à des niveaux stratigraphiques profonds d’artefacts lithiques avec des ossements fossiles d’animaux éteints ou disparus depuis des milliers d’années. L’onction vient ensuite d’un acte public de conversion de Charles Lyell (1797-1875). Convaincu par les preuves apportées par les découvertes de Brixham et d’Abbeville1, le géologue annonce, avec toute la force de son magistère, aux participants au congrès d’Aberdeen de l’Association britannique pour l’avancement des sciences (15 septembre 1859) sa conversion au principe de l’existence d’un homme antéhistorique. Au-delà de cette geste scientifique, ce moment est aussi celui de la « cristallisation », selon la judicieuse expression employée par Annette Laming-Emperaire (1917-1977)2, de travaux antérieurs en géologie, paléontologie et archéologie autour de la question commune sur l’ancienneté de l’Homme. Il emporte également la légitimation in situ de recherches de chercheurs comme l’Abbevillois Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) et ancre les études préhistoriques dans une dimension non exclusivement nationale.

  • 3 Hurel, Coye, 2016.
  • 4 Cette contestation est singulièrement plus forte en Grande-Bretagne qu’en France et s’explique par (...)

2Le recours à cette espèce de disputatio magistrorum internationale va se renouveler en 1863 lors de l’affaire de la « mâchoire de Moulin Quignon3 ». Cette fois, il s’agira de discuter de la valeur de pièces qui semblent pour Boucher de Perthes et d’autres, dont Armand de Quatrefages (1810-1892) et Édouard Lartet (1801-1871), constituer autant de preuves directes et sûres de l’existence de l’homme préhistorique. Toutefois, réunis à Abbeville avec leurs mêmes interlocuteurs britanniques qu’en 1859, ils seront contraints d’acter leurs désaccords au moment de trancher sur l’authenticité de la mandibule humaine et des artefacts mis au jour dans la carrière de Moulin Quignon. Pour les Anglais, la préhistoire naissante est en quête de légitimité scientifique et sociale. Elle ne peut pas s’encombrer de doutes ou de polémiques, qui constitueraient autant d’opportunités offertes à ceux qui contestent la crédibilité de ces recherches4. La discussion est d’importance ; placée au plan transnational, elle se veut une méthode presque neutralisée d’élaboration et de validation du savoir.

  • 5 Déchelette, 1908, 1910, 1913, 1914.
  • 6 Péré-Noguès, 2014.

3Ce caractère va accompagner et structurer le développement de la préhistoire. Les frontières nationales s’effacent devant la circulation des pièces, des collections, des idées, des publications. Il n’est que de parcourir le Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine5 de Joseph Déchelette (1862-1914) pour apprécier la nature collective et européenne des sciences pré et protohistoriques jusqu’à la Première Guerre mondiale. L’auteur s’appuie sur un réseau savant européen dont le Manuel rend compte dans la multitude de références bibliographiques et de faits archéologiques qui y figurent. Une étude menée sur ses correspondants scientifiques, au sein de son abondante correspondance (près de 3 000 lettres), montre que le tiers d’entre eux n’étaient pas français ; 43 % étaient allemands ou ressortissants de l’Empire austro-hongrois6. À tous ces points de vue, la mort de Déchelette sur le front dès septembre 1914 peut être perçue comme un symbole, la fin d’une époque, celle d’une partie des modes d’action et sociabilités qui constituaient les fondements antérieurs de la préhistoire. Quelques semaines auparavant, le préhistorien écrivait à Salomon Reinach (1858-1932) sa certitude d’une victoire militaire et d’une reprise du travail scientifique après ce qui n’aurait été qu’une terrible mais simple interruption :

  • 7 Binétruy, 1994, 197

Après une paix qui pourra être tardive, mais qui ne peut manquer d’être victorieuse, nous reprendrons avec une activité nouvelle nos études interrompues […]. Si tout ce que l’on dit des Allemands […] est exact même en partie, ils seront la honte de l’humanité […]7.

  • 8 Jeanblanc, 2004.
  • 9 Topinard, 1884.

4Sans doute Déchelette était-il en l’espèce influencé par les années qui suivirent la guerre franco-allemande de 1870-1871 et l’impact faible de ce conflit sur l’internationalisme préhistorien. Le rétablissement des relations franco-allemandes fut rapide, les controverses scientifiques antérieures reprirent de plus belle. Ainsi en fut-il en anthropologie autour des questions de doctrine liées aux études craniométriques, fer de lance de l’école anthropologique française, regroupée au sein des institutions créées par Paul Broca (1824-1880), mais dont le caractère décisif était contesté par des chercheurs d’outre-Rhin comme Rudolf Virchow (1821-1902)8. Les tentatives allemandes d’unification internationale des points de comparaison utilisés pour les mesures anatomiques et spécialement l’entente de Francfort (Frankfurter verstandigung, 1882) furent rejetées par leurs homologues français, désireux de conserver leurs propres procédures et classifications9.

5Après la signature du traité de Francfort (10 mai 1871) actant la défaite militaire de la France, de manière symptomatique la question Alsace-Lorraine ne paraît pas explicitement interférer dans l’univers de la préhistoire. Ce n’est qu’avec la création de la Société préhistorique de France (SPF) – mais nous sommes déjà en décembre 1903 et le contexte n’est plus aussi serein – que celle-ci est évoquée indirectement à travers la nationalité des membres de la société savante. À partir de 1907, avec l’adhésion de son premier membre alsacien, la SPF prend l’habitude de distinguer, au titre des membres étrangers, ceux d’Alsace-Lorraine de ceux d’Allemagne.

  • 10 Hurel, 2007, 149-203

6Cet arrière-plan géopolitique n’apparaît pas suffisant pour troubler les relations préhistoriennes entre la France et l’Allemagne. Les échanges sont à la fois scientifiques mais également commerciaux. Ils ne sont momentanément perturbés, juste avant la guerre, que par deux scandales de ventes litigieuses de pièces préhistoriques à l’Allemagne – fossiles humains mis au jour en 1910 dans la vallée de la Vézère et cédés par le Suisse Otto Hauser (1874-1932), le vol sur le chantier de Laussel puis la cession en 1912 d’un bloc de calcaire sculpté d’une vénus paléolithique. Encore convient-il de signaler que les campagnes de dénonciation d’opérations archéologiques allemandes sur le territoire national qui se développent entre 1907 et 1913 sont pour une large part instrumentalisées par ceux qui militent alors pour la mise en œuvre d’une législation restrictive du droit de fouille10. Le problème est donc d’abord franco-français avant d’être international.

  • 11 Neumayer, 2017
  • 12 Hurel, 2011, 192-199.

7La France et l’Allemagne archéologiques entretiennent des relations commerciales suivies que ces péripéties exposent au grand jour. Très régulièrement, faute de trouver des acquéreurs en France, des pièces et de grandes collections de pré et protohistoire sont proposées à l’achat aux chercheurs allemands et aux musées archéologiques. Les directeurs successifs du Berliner Museum für Vor- und Frühgeschichte, Albert Voss (1837-1906) puis Carl Schuchhardt (1859-1944), sont ainsi souvent sollicités par des préhistoriens, des intermédiaires ou des marchands français ayant pignon sur rue11. Avec l’aval des autorités françaises, voire après expertise de conservateurs et chercheurs, des ensembles importants quittent ainsi en toute légalité la France12.

  • 13 Schuchhardt, 1914 dans Lewuillon, 2014, 63.

8À l’automne 1914, après deux mois de combats, les mentalités sont devenues autres. Lorsque Schuchhardt insère dans les pages de la rubrique nécrologique du Prähistorische Zeitschrift une notice consacrée à Déchelette, il pleure la perte d’un collègue et ami de la « science allemande » mais souligne que « Le fait que Joseph Déchelette ait dû tomber victime de cette guerre relève de cette fatalité qui nous fait réaliser que ce n’est pas seulement dans nos propres rangs que nous éprouvons des pertes douloureuses. Lui […] l’ami de la science allemande comme il n’y en a guère d’autre en France !13 »

  • 14 Rasmussen, 2003.

9Dès la déclaration de la guerre, la mobilisation des hommes et des esprits en France a été radicale, quelle que soit la forme d’implication des uns et des autres. Comme leurs collègues qui contribuent directement par leurs recherches à l’effort de guerre14 mais à leur manière, les préhistoriens et naturalistes s’engagent aux côtés de la nation. Par les armes ou, pour les plus âgés, par le discours, préhistoriens, paléontologues, géologues, archéologues se mettent à disposition de la lutte patriotique et dénoncent eux aussi l’ignominie de certaines destructions emblématiques, comme l’incendie de la bibliothèque de l’université de Louvain (25-26 août 1914) ou le bombardement de la cathédrale de Reims (19 septembre 1914). Paul Sabatier (1854-1951), Prix Nobel de chimie, exprime en 1915 sa « surprise douloureuse » d’avoir trouvé les noms de scientifiques amis dans la liste des 93 signataires du manifeste des intellectuels allemands Aufruf an die Kulturwelt (Appel au monde civilisé). L’acte lui paraît d’une telle gravité qu’il sera pour sa génération un obstacle à toute réconciliation ultérieure :

  • 15 Sabatier, 1915, 281.

Il est évident que la terrible guerre que subit l’Europe a troublé irrémédiablement les relations qui existaient entre les savants des pays ennemis. […] Il ne paraît pas possible que ces relations soient reprises jamais, et seules, les générations futures d’intellectuels, nés à la science après la tourmente, pourront en renouer de semblables. Entre les savants allemands et nous, il y aura toujours l’incendie de l’Université de Louvain, la ruine des Halles d’Ypres, le bombardement des cathédrales de Reims et de Soissons, les fusillades et les tortures innombrables de femmes, d’enfants, de prêtres, et peut-être, barrière encore plus infranchissable, les plaidoyers de la KuItur germanique et de ses ambitions hégémoniques. Il est évident que le fossé déjà creusé ne sera jamais comblé, et qu’il ne pourra, au contraire, qu’être rendu plus profond par les rancœurs que la défaite provoquera chez ceux qui seront vaincus. […] Le temps sera le seul ouvrier efficace de l’apaisement et de l’union future sur le terrain scientifique […]15.

10L’Appel est explicitement un texte de soutien à la politique de Guillaume II. Publié en Allemagne le 4 octobre 1914, il est connu en France dès le 13 octobre 1914 après sa diffusion par le quotidien Le Temps puis par la Revue scientifique (14 novembre 1914). Les 93 intellectuels signataires de ce manifeste dénoncent une guerre qui aurait été imposée à l’Allemagne et les accusations d’exactions portées contre ses troupes. Ils revendiquent la nécessité du viol de la neutralité de la Belgique et justifient l’obligation de mener des actions de représailles à Louvain en réponse à des attaques de partisans. Ils dénient à leurs adversaires de la Triple Entente leur posture de défenseurs de la Civilisation européenne car « Ceux qui s’allient aux Russes et aux Serbes, et qui ne craignent pas d’exciter des mongols et des nègres contre la race blanche, offrant ainsi au monde civilisé le spectacle le plus honteux qu’on puisse imaginer, sont certainement les derniers qui aient le droit de prétendre au rôle de défenseurs de la civilisation européenne. »

11La lecture de l’Appel des 93 produit chez les préhistoriens et anthropologues une émotion similaire à celle des autres scientifiques car ils découvrent parmi les signataires certains de leurs estimés confrères, comme Ernst Haeckel (1834-1919), Theodor Wiegand (1864-1936), Friedrich von Duhn (1851-1930) ou Johann Jacob de Groot (1854-1921). Elle est ressentie comme une provocation et exacerbe encore plus les ressentiments. Dès lors, dans un camp comme dans l’autre, la voix de la lutte patriotique balaye des décennies de coopération et s’impose, chacun usant de sa science pour se poser en défenseur de la civilisation et du progrès face à la barbarie et la régression incarnées par l’autre. Tout espoir de fraternisation future ou de simple collaboration semble vain.

  • 16 Cet article prolonge et complète une communication de l’auteur « Préhistoires françaises à l’épreu (...)

12Dans cette perspective, l’objet du présent article est d’examiner les conséquences de la Première Guerre mondiale sur la marche des études en pré et protohistoire dans le cadre spécifique des relations franco-allemandes. Il permettra de vérifier, vu de France, dans quelles mesures et modalités ce conflit entraîna une reconfiguration des usages et savoirs. Il s’attachera tout d’abord à établir la situation au sortir de la guerre puis abordera deux aspects particuliers de ce champ après l’armistice de 1918 : la difficulté à relancer la démarche internationaliste portée depuis 1865 par les Congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques (CIAAP) et le regard porté par la France sur l’Allemagne pendant l’entre-deux-guerres16.

France-Allemagne : la situation au sortir de la guerre

Du côté des sociétés savantes

  • 17 Les séances avaient été suspendues à compter du 21 juillet 1870 et n’avaient repris que plusieurs (...)
  • 18 Ces membres associés étrangers sont Ferdinand Leopold Freiherr von Andrian-Werburg (1835-1914) pré (...)
  • 19 Ernest Solvay (1838-1922), Alfred de Loë (1858-1947), Louis De Pauw (1844-1918), Auguste Houzeau d (...)
  • 20 Pr Aldabert Bezzenberger (1851-1922) de la Société allemande de Préhistoire, Karl Haake, Hofrath S (...)
  • 21 Taté, 1915, 36.

13Dès les premiers mois de la guerre, les sociétés savantes françaises font assaut de patriotisme. Contrairement à 1870, la Société d’anthropologie de Paris (SAP) n’interrompt pas ses séances17 mais, « par protestation contre les violations du droit et des principes de l’humanité commises par les armées ennemies », elle décide d’exclure ses membres associés et correspondants allemands et autrichiens18 qui sont remplacés, immédiatement et par acclamation, par des chercheurs belges19. De son côté, la SPF exclut ses membres austro-hongrois et allemands20 car « il n’y a pas, actuellement, de distinction à faire ; la guerre engagée devant finalement provoquer le rétablissement des divisions ethniques naturelles21 ». Pendant la guerre, SAP et SPF essayent de conserver un mode de fonctionnement normal. Mais, en réalité et fort logiquement, cela n’est pas possible car leurs rangs sont clairsemés, du fait de la mobilisation générale puis des morts au combat, et la quantité de travaux produits est en chute libre.

  • 22 Partant de ce constat, Henri-Martin va aller jusqu’à conseiller de profiter des tranchées creusées (...)
  • 23 Ce point doit être mis en regard avec le peu de recrutements de membres français au début des anné (...)

14La paix conclue, ces sociétés tentent de retrouver leur niveau d’activité antérieur. En 1919-1920, la SAP choisit de profiter de la recomposition géopolitique. Elle accueille les anthropologues des délégations pour la paix des nations alliées (États-Unis, Belgique, Pologne, etc.) lors de leur venue en France et élit en son sein quelques ressortissants des récents pays issus des traités, comme le Polonais Jan Czekanowski (1882-1965) ou les Tchécoslovaques Karel Chotek (1881-1967) et Jindřich Matiegka (1862-1941). Toutefois, en janvier 1923, à l’occasion de l’installation du nouveau bureau de la SAP, le président Léon Henri Henri-Martin (1864-1936) ne peut que constater que la société est en crise ; le renouvellement des adhérents est faible et les recherches sont peu actives. À cela s’ajoutent les difficultés financières qui rendent difficile l’ouverture de nouveaux chantiers de fouilles22. Pour autant, il n’est pas suggéré de recruter des membres étrangers (titulaires, associés ou correspondants) allemands ou autrichiens. Ce n’est qu’à partir de 1929 que sont élus le secrétaire de la Société d’anthropologie de Vienne Leo Bouchal (1877-1936), les professeurs Josef Szombathy et Franz Heger, ces deux derniers ayant été précédemment exclus de la SAP en 1914. L’acte, bien que discret, est symbolique mais unique. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la SAP n’accueille aucun autre membre de ces pays23 et, après 1933, ses séances ne sont pas directement le lieu de discussions sur la place et l’évolution de l’anthropologie en Allemagne.

15À la SPF, la fin de la guerre n’implique pas que l’on baisse le pavillon du patriotisme cocardier. Pour son président, Armand Viré (1869-1951), la réconciliation entre les anciens belligérants n’est pas à l’ordre du jour :

  • 24 « Séance du 22 janvier 1920 », Bulletin de la Société préhistorique française, 1920, vol. 17, n° 1 (...)

Nous voici enfin revenus à une période normale. L’horrible fléau déchaîné par une race de proie sur l’humanité a pris fin. Le bon droit a triomphé et il ne reste plus à l’Allemagne qu’à réparer, en ce qu’ils ont de réparables, les désastres qu’elle a causés. Il est des choses, pourtant, qui sont irréparables. C’est le recul subi par la civilisation du fait des Allemands, c’est la confiance dans leur parole qu’ils ont tuée par toute leur conduite, c’est la solidarité internationale qu’a fait disparaître le manifeste des intellectuels allemands.
Aussi longtemps que ces derniers n’auront pas manifesté d’une façon éclatante et prolongée qu’ils ont compris enfin leur erreur, nous ne pouvons les considérer comme des frères scientifiques, et nos portes doivent leur rester obstinément fermées24.

16Depuis les exclusions de 1914, la société ne compte plus aucun membre allemand ou autrichien et il n’existe aucun service d’échange du bulletin avec une revue ou une société de ces pays. Là, également, c’est en 1929 que la société s’ouvre de nouveau à l’Allemagne, lorsque le Dr Georg Kraft (1894-1944) de Fribourg-en-Brisgau est admis comme membre. Cette entrée se fait sur la pointe des pieds et tout est fait pour ne pas heurter la sensibilité nationale : le choix se porte sur un préhistorien qui s’est fait connaître par ses recherches sur la préhistoire de la Suisse, il n’est pas présenté comme Allemand mais comme sujet du Grand-Duché de Bade, Grand-Duché qui n’existe plus depuis 1918. En revanche, en 1930, l’accueil de Karl Wilhelm Hiersemann (1854-1928) et d’Herbert Kühn (1895-1980) de Leipzig est plus explicite, tout comme, en 1932, l’adhésion de la bibliothèque de l’université de Heidelberg.

Le quotidien des relations scientifiques

17Le retour à la paix aurait pu annoncer un retour à l’ensemble des pratiques antérieures propres à la communauté préhistorienne, qu’il s’agisse de la libre circulation et vente des pièces archéologiques ou des chantiers de fouilles à l’étranger.

  • 25 Neumayer, 2017, 160-163.

18Si à l’issue de la Première Guerre mondiale aucune norme juridique ne vient fondamentalement mettre en cause le commerce des objets, il apparaît cependant difficile de passer outre les préventions psychologiques et de reprendre benoîtement ce type d’échanges commerciaux. Au contraire, une demande de restitution de la vénus de Laussel est même adressée en 1922, sans succès, par le ministère français des Affaires étrangères au Berliner Museum für Vor- und Frühgeschichte. En ce qui concerne ce musée, des relations scientifiques s’instaurent de nouveau avec ses homologues français à partir de 1926 – significativement les premières demandes émanent de Strasbourg – puis de petites transactions sont menées à partir de 1929, les premières par l’intermédiaire de l’abbé Henri Breuil (1877-1961)25, qui poursuit ici ses opérations de courtage antérieures.

  • 26 Ce comité de perfectionnement fait office de conseil scientifique. Dans sa formule initiale, il es (...)
  • 27 Hurel, 2011, 227-249.
  • 28 Lanzarote-Guiral, 2011.

19Sur le terrain, l’archéologie extra-métropolitaine prenait parfois, avant-guerre, la forme d’un impérialisme archéologique au détriment de pays qui, comme l’Espagne, n’appliquaient pas de législation restrictive à l’égard des chercheurs étrangers. Mais, au sortir du conflit mondial, la situation n’est plus la même et cela va avoir des répercussions directes sur des institutions, par nature et par statut à vocation internationale. Tel est le cas de la fondation de l’Institut de paléontologie humaine (IPH) créée par le prince Albert Ier de Monaco (1848-1922) en 1910, selon un projet scientifique préparé par le professeur de paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle Marcellin Boule (1861-1942), premier directeur de l’IPH, et l’abbé Breuil, professeur d’ethnographie préhistorique en son sein. Cet établissement a été conçu dans une réelle perspective internationale, qu’il s’agisse de la composition de ses instances (conseil d’administration et comité de perfectionnement26), du choix d’un Allemand, l’abbé Hugo Obermaier (1877-1946), pour prendre en charge l’une de ses trois chaires professorales (géologie appliquée à la préhistoire) ou du soutien apporté à des recherches menées hors de France. Si Breuil traverse la guerre sans dommage et réussit même à poursuivre ses projets scientifiques au fil de ses affectations militaires27, celle-ci a porté un coup quasi fatal à l’IPH : Obermaier a été exclu en raison de sa nationalité dès 191428, une recomposition de ses instances est engagée dans le sens d’un recentrage national et, entre autres du fait de sa situation financière devenue précaire, l’institut est contraint de totalement réviser ses projets de recherches.

  • 29 Boule annoncera la mort du marquis de Cerralbo en ces termes : « Enrique Aguilera y Camboa, marqui (...)

20Juste avant la guerre (1911-1913), l’Espagne, principale zone d’action de l’IPH, s’est dotée d’institutions et de normes juridiques pour encadrer les fouilles et la conservation des collections. Cet arsenal juridique a pour ambition de développer l’archéologie nationale et de s’opposer aux tentatives étrangères d’accaparement archéologique. Il limite de manière drastique les possibilités d’intervention des non espagnols, en leur interdisant la propriété et l’exportation des objets mis au jour, et impose des demandes préalables d’autorisation de fouilles. Ce sont des concurrents directs de chercheurs français et souvent des personnes aux orientations germanophiles affirmées, comme le marquis Enrique de Aguilera y Gamboa de Cerralbo (1845-1922)29 président de la Commission et vice-président de la Junta Superior de Excavaciones y Antigüedades, qui contrôlent l’archéologie. La situation à cet égard de l’IPH, dont les principaux chantiers et zones de prospections sont, du fait de Breuil, en Espagne, devient compliquée.

  • 30 Balout, 1963.
  • 31 Henri-Martin, 1957.

21Le cas Breuil est intéressant car il illustre cette reconfiguration des activités puisque, selon le relevé effectué par Lionel Balout (1907-1992)30, les missions scientifiques de l’abbé entre 1902 et 1919 l’amenaient essentiellement en Espagne (56 mois entre 1902 et 1919) et, dans une moins grande mesure, en Grande-Bretagne, pour un seul voyage en Autriche et Allemagne. Ces priorités correspondent à ses orientations scientifiques d’alors (art pariétal et mobilier paléolithique). Entre les deux guerres, il parcourt l’Europe tout en évitant l’Allemagne et en ne faisant que de furtives incursions au-delà des Pyrénées, n’étant plus le bienvenu en Espagne. L’étude des publications de Breuil permet de préciser les espaces géographiques vers lesquels il s’oriente. Une bibliographie générale de ses travaux établie en 195731 comprend 794 références, 91 % des articles et livres de préhistoire de l’abbé publiés avant 1940 portent sur des sujets européens ; 60 % d’entre eux concernent la France et 19 % l’Espagne. En réduisant la période de référence, on constate que 56 % du total de ces publications datent de la période 1898-1920. Dans leur très grande majorité, elles ont pour objet l’archéologie de la France (73,5 %) et de l’Espagne (21,7 %). Mais entre 1921 et 1940, la part de l’Espagne tombe à 12,8 % et encore convient-il de relativiser ce résultat dans la mesure où un nombre non négligeable de ces publications concernent des travaux ébauchés avant 1919. Allemagne et Autriche sont très marginales (2,8 %).

22Au-delà du cas espagnol, la production de Breuil illustre les évolutions des pratiques et concepts à compter des années 1920. Si la protohistoire française privilégie des approches locales, la préhistoire paléolithique et la paléontologie humaine s’ouvrent à l’Afrique et à l’Asie, pour prendre en compte les dynamiques de peuplement continentales et intercontinentales et les populations pré Sapiens hors d’Europe. Cette problématique et le changement d’échelle induit amènent Breuil à étendre sa zone de pérégrination scientifique (Chine, Afrique du Nord, Afrique australe et de l’Est) et à diversifier à proportion ses publications. Mais, en France, Breuil est depuis sa nomination comme professeur de l’IPH (1911) l’un des rares professionnels de la préhistoire, et avec d’autres, comme le Père Pierre Teilhard de Chardin s.j. (1881-1955) en Chine, Asie du Sud-Est et Afrique de l’Est, un des seuls à pouvoir être un acteur de terrain de ces recherches. L’état commun reste celui de l’amateur – personne dédiant avec une compétence attestée par la communauté scientifique (congrès, publications, etc.) une partie plus ou moins importante de son temps libre et de son argent à la préhistoire – qui ne peut avoir les mêmes ambitions. De fait, les pré et protohistoires françaises demeurent essentiellement régionales, voire locales, et non professionnalisées alors que les concepts influents de l’entre-deux-guerres vont inciter au dépassement des frontières.

France-Allemagne depuis L’Anthropologie

23En 1889, le préhistorien Émile Cartailhac avait été l’artisan de la création d’un nouveau périodique, L’Anthropologie. Celui-ci était né de la fusion des trois revues historiques du champ de l’anthropologie et de la préhistoire : les Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’Homme fondés dès 1864 par Gabriel de Mortillet (1821-1898), la Revue d’Anthropologie dirigée depuis 1884 par le Dr Paul Topinard (1830-1911), la Revue d’Ethnographie créée par le Dr Ernest Théodore Hamy (1842-1908) en 1882 pour valoriser les travaux et collections du Musée d’Ethnographie du Trocadéro. En quelques années, L’Anthropologie, sous la direction conjointe de Cartailhac, Topinard et Hamy jusqu’en 1894, puis sous celle de Marcellin Boule et de René Verneau, était devenue une des références intellectuelles de la préhistoire par son suivi minutieux de l’actualité de la recherche au plan international, sa rigueur éditoriale, l’exigence scientifique de ses articles et son indépendance à l’égard des chapelles des sociétés savantes. Cette revue offre donc un point de vue tout à fait intéressant pour observer la situation dans le monde préhistorien entre les deux guerres mondiales.

  • 32 Voir en particulier Boule, 1916.
  • 33 « Séance du 19 novembre 1919. Présidence de M. Marcellin Boule, président », L’Anthropologie, 1920 (...)
  • 34 Ibid., p. 152.

24Pendant la Première Guerre mondiale, Boule assume essentiellement seul l’animation de L’Anthropologie. Non mobilisable, en raison de son âge, il se montre également très actif pour soutenir par des articles l’effort national32. Au sortir de la guerre, il apparaît accablé et c’est lors de la séance de reprise des activités de l’Institut français d’anthropologie (IFA), après cinq années de mise en sommeil, qu’il livre son amertume. Selon lui, la guerre qui vient de s’achever « marque dans la courbe ascensionnelle de l’Humanité, une chute profonde, une régression morale dont les causes lointaines sont autant du domaine de l’Anthropologie que de l’Histoire33 ». La victoire des alliés cache mal une défaite de la science et de l’intelligence. La situation lui paraît bien sombre pour les sciences de l’Homme, mais il importe de tenter de surmonter cette faillite et il appartient aux « vieux hommes, auxquels souriait naguère la perspective d’une retraite agréable » de « préparer de jeunes et nouvelles recrues auxquelles ils passeront le flambeau que leurs mains fatiguées ne sauraient encore tenir longtemps »34.

25Boule n’évoque pas alors le problème d’un rapprochement avec l’Allemagne, mais dès 1921, apparaissent dans les pages consacrées dans L’Anthropologie au « mouvement scientifique » les premiers comptes rendus de travaux de langue germanique. En réalité, il s’agit de recensions portant sur des articles et livres publiés avant puis pendant la guerre en Allemagne et en Autriche. Franz de Zeltner (1871-1930), collaborateur de la revue, livre ainsi des recensions des Mitteilungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien. Teilhard de Chardin se charge de commenter des découvertes en paléontologie humaine faites en 1914 en Allemagne, dont celle d’une mandibule humaine près de Weimar par Gustav Schwalbe.

  • 35 Verneau, 1921.
  • 36 Lefort, 1918.
  • 37 Sur les usages de la notion de « science allemande » jusqu’à la Première Guerre mondiale voir Klei (...)
  • 38 Papillault, 1919, 330.

26Verneau reste sur une position radicale à l’égard de l’Allemagne. Cette guerre a valeur pour lui de démonstration anthropologique, celle d’une essence particulière de l’être allemand, une incompatibilité ontologique avec un modèle civilisationnel. Verneau rend ainsi complaisamment compte d’un article de l’anthropologue belge Émile Houzé (1848-1921) consacré à « L’Allemand à travers les âges35 » dont l’une des interrogations est de déterminer si « l’absence de variations dans le type physique » allemand correspond à « un état stationnaire des fonctions mentales ». Pour Houzé, cité par Verneau, les Allemands auraient connu un « arrêt de développement social » qui aurait correspondu « à un arrêt d’évolution cérébrale et mentale ». Le regard porté par les auteurs antiques, tout comme la lecture des allemands, tel Luther, confirmeraient la faible moralité qui anime ces populations tout comme leur propension à faire primer la force sur le droit. Cette approche est dans la lignée de prises de position de ce type, fréquemment rencontrées pendant la guerre. Dans une certaine mesure elle peut paraître anachronique une fois la paix signée, cependant elle n’est pas unique. Ainsi le Dr Georges Papillault (1863-1934), professeur de sociologie à l’École d’anthropologie, commentant dans la Revue anthropologique le livre de Joseph Lefort (1848-1927) La science et les savants allemands36, n’hésite pas à condamner la complaisance dont certains scientifiques français auraient fait preuve avant-guerre à l’égard d’une science allemande37, cupide et ne visant que « le profit immédiat, industriel ou commercial38 ».

Réunions internationales et congrès

Le glas des Congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques et de l’utopie internationaliste39

  • 39 Sur les ambiguïtés historiques et épistémologiques originelles des CIAAP voir Kaeser, 2010.
  • 40 Hubert, 1900, 221.

27Henri Hubert (1872-1927) a souligné que « L’organisation de l’archéologie préhistorique est en partie l’œuvre des premiers Congrès40 ». Effectivement, chacun des CIAAP, qui se tiennent presque chaque année à partir de 1865 (La Spezia), est souvent l’occasion d’enregistrer des avancées scientifiques majeures, de faire œuvre de synthèse en colligeant et confrontant entre eux des faits acquis isolément et de souder une communauté scientifique dont les membres, chacun dans leur pays, vivent souvent leur science en marge des parcours et institutions classiques. Ces réunions se révéleront essentielles au niveau conventionnel, en matière de terminologie ou de classification par exemple, ou lors des débats d’orientation (chronologies, nomenclatures, diffusionnisme…).

  • 41 « Acte de fondation d’un Congrès paléoethnologique international, faite par la Société Italienne d (...)

28Leurs fondateurs confient aux congrès la mission d’être les hérauts « des études qui ont pour but de nous faire connaître l’origine de l’humanité et les premières pages de l’histoire ». Le but est « de leur imprimer une bonne direction », avec « l’immense avantage qui résulte pour la science du rapprochement entre eux de tous les hommes qui s’occupent des recherches antéhistoriques »41, quoiqu’ils soient issus de traditions disciplinaires différentes (naturalistes, archéologues). Une autre de leurs caractéristiques est de se proclamer confraternels et placés au-delà des contingences politiques ou des frontières :

  • 42 Lartet, 1868, 426.

Comme nos études et nos discussions se maintiendront nécessairement dans un horizon placé au-dessus des agitations politiques et des dissentiments possibles entre gouvernements, nous devons, dès à présent et quoi qu’il arrive, considérer notre congrès comme essentiellement neutralisé. Il ne saurait, en effet, y avoir de frontières, pour ceux qui, comme nous, étudient l’histoire et le progrès de la grande famille humaine envisagée dans la solidarité la plus absolue42.

29À partir de la session de Paris de 1900, les CIAPP, confrontés à l’émergence de revendications nationales (discussions autour de la langue des congrès par exemple), commencent à perdre de leur logique internationaliste initiale, mais ils demeurent jusqu’au XIVe congrès de Genève (1912) des éléments structurants et représentatifs de la préhistoire européenne.

30Dès la fin de la Première Guerre mondiale, Verneau et Boule, en tant que membres du conseil permanent des CIAAP, exhortent les Espagnols à renouveler leur invitation à accueillir le congrès formulée avant-guerre. Un comité local d’organisation, présidé par Jacobo Fitz-James Stuart (1878-1953) duc d’Albe, est mis en place en 1924 avec pour objectif de convoquer un congrès à Madrid en 1926, mais le projet échoue.

Les congrès interalliés de l’Institut international d’anthropologie

  • 43 Guyot, 1919, 52-54.
  • 44 Nations alliées et neutres (France, Belgique, Italie, États-Unis, Grande-Bretagne et Dominions, Po (...)

31En France, l’École d’anthropologie de Paris lance le 20 novembre 1918 un « Appel aux anthropologistes alliés » dans l’intention de rassembler les « Anthropologistes de toutes les Nations qui se sont liguées pour la défense de la Civilisation ». Se trouvent donc exclus les pays autrefois membres de la triple alliance, hormis l’Italie, car la guerre avait, selon Yves Guyot (1843-1928), « dévoilé l’esprit de fourberie et de domesticité de la science allemande, sa fausse érudition, son mercantilisme éhonté, son habileté à déformer les théories, et même les observations anthropologiques, pour appuyer les visées de l’impérialisme allemand43 ». Il est envisagé de créer un organisme international et un secrétariat permanents (Office central) chargés d’organiser des sessions périodiques, de centraliser les informations et la documentation, de définir un plan général de recherches anatomiques, de lancer un programme systématique « de fouilles préhistoriques et ethnographiques » et « d’enquêtes anthropologiques ». Du 9 au 14 septembre 1920, dans les locaux de l’École d’anthropologie à Paris, se tient une réunion préparatoire réunissant 17 délégués de 14 nations44. Elle conduit à l’adoption d’une résolution finale portant statuts d’un Institut international d’anthropologie (IIA).

32Ceux-ci entérinent la domination française sur la structure (25 des 50 membres du conseil de direction qui siège à Paris sont français) et un programme scientifique ancré dans la tradition anthropologique française héritée de Paul Broca autour d’une anthropologie d’essence anthropométrique et raciologique.

  • 45 Capitan, 1920, 213.
  • 46 Sur la tradition anthropologique allemande et ses évolutions, voir Proctor, 1988.

33Lors de cette réunion de septembre 1920, Louis Capitan avait dénoncé, en vain, le retour des antiennes de l’ethnologie raciale défendue par l’École, alors qu’il lui semblait nécessaire de la « dégager de l’ornière où depuis près d’un siècle elle est enlisée45 ». Elle ne pouvait plus, pour devenir « science des races humaines », continuer à se cantonner dans une « accumulation presque entièrement stérile » de données fournies par les seules descriptions anatomiques (morphologie, craniométrie, anthropométrie) et comparaisons. Mais son auditoire n’était pas prêt à l’écouter, car encore meurtri par la guerre et engoncé dans la rivalité persistante de méthodes et d’écoles avec l’anthropologie allemande depuis l’époque de Paul Broca46.

34Des critiques sur l’influence française se font entendre dès la première session de l’IIA (Liège, 1921) et l’exclusion de certaines nations commence à être contestée. De même, la place secondaire accordée à la préhistoire – une simple section d’« Anthropologie préhistorique et Ethnographie comparée » parmi les quatre – choque les préhistoriens qui, jusqu’en 1924, espèrent encore pouvoir convoquer l’ancien CIIAP à Madrid.

  • 47 Sur la question de l’exclusion des Allemands et de leur retour dans les instances scientifiques in (...)

35Lors du IIIe congrès de l’IAA à Amsterdam (1927), l’Allemagne est officiellement représentée mais plusieurs demandes sont adressées au bureau directeur de l’IIA afin que ses congrès deviennent pleinement internationaux, en particulier dans les organes permanents47. L’IIA ne donne alors pas suite à la demande et se contente d’annoncer une union entre l’ancien CIAAP et son propre congrès.

  • 48 Lettre de Marcellin Boule à Louis Marin, 2 juillet 1928, AIPH.

36Dans cette optique, Louis Marin (1871-1960), président de l’IIA, député de Meurthe-et-Moselle et directeur de l’École d’anthropologie, sollicite alors Boule pour qu’il donne son avis sur ce projet de fusion et les modalités pour y parvenir. Convaincu que les CIAAP ne renaîtront pas, Boule concède sans enthousiasme son « adhésion de principe48 ».

  • 49 Lettre de Charles Fraipont à Marcellin Boule, 11 janvier 1928, Archives de l’Institut de paléontol (...)
  • 50 Lettre de Marcellin Boule à Charles Fraipont, 13 janvier 1928, AIPH.

37Charles Fraipont, bien que membre de l’IIA, souhaite redonner vie aux CIAAP. En 1928, il propose confidentiellement à Boule la candidature de Liège pour relancer en 1930 ces congrès CIAAP indépendamment de l’IIA49. Pour Boule, conformément aux statuts, seul le conseil permanent des anciens congrès pourrait « considérer que les Espagnols n’ont pas tenu leurs engagements et accepter les offres de Liège50 ».

38Prenant acte d’une situation pratiquement inextricable et des problèmes liés tant aux périmètres scientifiques qu’aux restrictions imposées aux nations adhérentes au congrès de l’IIA, un groupe de cinq préhistoriens se réunit à Berlin. Il comprend le Français Raymond Lantier (1886-1980), l’abbé Hugo Obermaier devenu professeur espagnol à l’université de Madrid et représentant l’Espagne, les Allemands Gerhard Bersu (1889-1964), directeur du Archaeologisches Institut des Deutschen Reiches (Römisch-Germanische Kommission) de Francfort, et Wilhelm Unverzagt (1892-1971), professeur à l’université de Berlin, l’Espagnol Pedro Bosch-Gimpera (1891-1974). Ils décident la création d’une nouvelle entité, un congrès regroupant l’ensemble des chercheurs se consacrant aux périodes antéhistoriques, qui prendrait le nom de Congrès international des Sciences préhistoriques et protohistoriques (CISPP). Obermaier et Bersu, auxquels s’associe Vaufrey, vont être les discrètes et efficaces chevilles ouvrières de ce projet.

  • 51 Lettre d’Hugo Obermaier à Raymond Vaufrey, 2 août 1930, AIPH.

39Pour Obermaier, les CIAAP « ont été injustement absorbés par l’Institut international d’anthropologie » et il convient de « les réorganiser et faire revivre […] car leur tradition est trop glorieuse51 ». De son côté, Vaufrey sollicite divers partenaires en Europe, soit par lettre soit directement lors d’une mission en Europe centrale, pour leur proposer d’organiser un congrès en Suisse, pays neutre. Une étape essentielle, au-delà de la mobilisation scientifique, sera selon lui de régler la question de l’IIA (« Impossibilité de procéder sans avoir d’abord démoli l’Institut dit international ») et le prochain congrès, qui doit se tenir au Portugal, pourrait être une première étape de l’opération de déstabilisation de l’IIA :

  • 52 Oswald Menghin (1888-1973), professeur à l’université de Vienne.
  • 53 À cette date ont été consultés : Bersu,
  • 54 Lettre de Raymond Vaufrey à Gerhard Bersu, 11 juillet 1930, AIPH.

La première chose à faire est donc, après le Congrès du Portugal, de démontrer dans nos revues l’incapacité de l’Institut international à organiser de véritables Congrès internationaux. Il faudra que vous en parliez à MM. Unverzagt, Obermaier et Menghin52 ; M. Lantier et moi nous suivrons la même politique, et je donnerai le mot d’ordre en Angleterre, en Suisse, en Tchéco-Slovaquie et Pologne ; – ensuite que nous portions à la connaissance du public savant le fait qu’un Comité53 s’est constitué pour la réorganisation de vrais Congrès internationaux54.

  • 55 La décision de supprimer le pluriel à l’adjectif qualificatif « préhistoriques » aurait été prise (...)
  • 56 « International Congress of Archaeology and Anthropology, Portugal, 1930 », Nature, n° 3157, vol.  (...)

40La XVe session du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique55 se tient au Portugal en même temps que la IVe session de l’IIA (21-30 septembre 1930). Un comité international de préparation scientifique des sessions de l’IIA, sans rôle exécutif et sans représentant officiel de la Grande Bretagne56, avait été précédemment mis en place. Richard Thurnwald (1869-1954) de l’université de Berlin y représentait l’Allemagne et Wilhelm Koppers (1891-1961) éditeur d’Anthropos l’Autriche. Les langues admises pour les rapports officiels et les communications sont le français, l’allemand, l’anglais, l’espagnol, l’italien et le portugais. Cette collégialité internationale n’est qu’apparente : le comité d’organisation du congrès est exclusivement portugais, la « commission de rédaction et d’impression du volume » des actes n’est composée que de Français et de Portugais.

  • 57 Ce comité est composé du président de l’IIA, Louis Marin, du président du Royal Anthropological In (...)

41Faute de réelles avancées, l’Allemagne, l’Autriche et la Hongrie n’ont pas souhaité envoyer de délégués officiels au congrès. Celui-ci aurait dû consacrer l’IIA, associé officiellement au Comité permanent du CIAAP (Boule est membre du comité d’honneur du congrès), mais il est un échec, celui de l’IIA. Au fil des séances, ses dirigeants ont été obligés de faire des concessions et ont dû faire face à la détermination de Miriam Tildesley (1883-1979), représentante du Royal Anthropological Institute of Great Britain, qui a pris la tête de la contestation. Elle est alors appuyée par la diffusion parmi les congressistes d’une lettre de la Berufsvereinigung deutscher Vorgeschichtsforscher (Association des préhistoriens professionnels allemands) demandant à l’IIA de se retirer de l’organisation des congrès de préhistoire. Le coup porte puisqu’à la séance de clôture les responsables de l’IIA déclarent confier à un comité extérieur, dans lequel l’IIA ne serait officiellement représenté que par son seul président, l’organisation des futurs CIAAP57.

42De retour à Paris, une partie des chercheurs français déplore, par la voix de Paul Rivet (1876-1958), que

  • 58 « Institut français d’anthropologie. Séance du 19 novembre 1930 », L’Anthropologie, t. 40, 1930, p (...)

Les Congrès tenus depuis la guerre ont été des Congrès interalliés et non des Congrès internationaux. Il est indispensable, si nous voulons supprimer cette équivoque, de rétablir sur ses anciennes bases le vieux Congrès international d’avant-guerre, qui a un beau passé. L’état des esprits dans les milieux scientifiques se prête à la réunion d’un Congrès vraiment international qui fournirait aux savants la possibilité de rencontrer tous leurs collègues étrangers sans exceptions. D’ailleurs l’expérience des Congrès des Américanistes, pour ne parler que de ceux-là, prouve que cet état d’esprit existe heureusement depuis de longues années déjà58.

43Comme convenu, Vaufrey ouvre le feu contre l’IIA. Dans son compte rendu du congrès de 1930 publié dans L’Anthropologie, il souligne l’absence au congrès « de toute une élite d’archéologues, et en général de naturalistes s’intéressant à la préhistoire. ». Dans ces conditions,

  • 59 Vaufrey, 1931a, 97.

Il ne faut pas s’étonner que l’intérêt se soit surtout concentré autour des moyens de remédier à un pareil état de choses et de rendre aux futurs congrès leur caractère vraiment international et universel. La « question des Congrès » s’est ainsi trouvée portée au premier plan des discussions et a bientôt absorbé la meilleure part des énergies59.

  • 60 Lettre de Raymond Vaufrey au Comte Henri Bégouën, 26 octobre 1930, AIPH.
  • 61 [Bégouën H.], 1930, 3.

44L’opération en cours de déstabilisation de l’IIA ne plaît pas à tout le monde et le comte Henri Bégouën (1863-1956) laisse entendre que des « manœuvres allemandes » avec la complicité de « certains Français » ont permis d’aboutir à ce résultat60. En novembre, avant la réunion du comité mis en place à Porto, il fait circuler anonymement une lettre ouverte, « adressée à un savant allemand », dans laquelle il regrette l’abstention des représentants allemands au récent congrès et la « pénible impression, [produite] non seulement sur les Français, mais sur la plupart des Congressistes » par la déclaration écrite des préhistoriens allemands. Pour lui, la question de fond, le reproche du manque de représentativité internationale du congrès de Porto et la surreprésentation de la France, dissimule en réalité une montée du nationalisme, une revendication plus liée au prestige national qu’à l’intérêt scientifique : « En somme, ce soi-disant internationalisme, n’est que la réunion d’aspirations nationalistes souvent contradictoires, et parfois d’ambitions personnelles61 ».

  • 62 Ibid., 7.

45Bégouën rappelle que les statuts des CIAAP n’envisageaient pas de quotas de représentants par pays et que du fait de la guerre toutes les relations scientifiques et personnelles ont été rompues, avec pour conséquence de porter un coup fatal aux CIAAP. Selon lui, le but essentiel de l’IIA était justement de permettre la reprise des collaborations internationales, dont la continuation des CIAAP par l’IIA en est une manifestation. Enfin, cette formule permet d’éviter de « séparer complètement la préhistoire de l’anthropologie » et d’éviter que la préhistoire ne soit « que la préface de l’archéologie classique62 ».

  • 63 Sont présents : Louis Marin, président de l’IIA, Verneau membre du conseil permanent des CIAAP et (...)

46La réunion du comité qui se tient à Paris le 22 décembre 193063 est l’occasion pour la majorité des membres encore vivants du conseil permanent des CIAAP d’exprimer, via des lettres de Pittard et de Boule, leur soutien à l’idée de réactiver ces réunions. Parmi eux, seul Verneau exprime une voix discordante en soutenant la prépondérance de l’IIA.

Des congrès internationaux de préhistoire et de protohistoire

47En avril 1930, à l’occasion de la réunion du Ve Congrès international d’Archéologie qui se tient à Alger, un comité international de préhistoire est créé avec pour missions d’œuvrer au développement de la préhistoire et de la protohistoire, de favoriser la reprise des CIAAP afin de « grouper d’une façon indépendante toutes les disciplines (géologie, anthropologie préhistorique, paléontologie animale et végétale, archéologie, etc.) qui concourent, aujourd’hui plus que jamais, au développement des sciences préhistoriques ». L’objectif n’est pas que de redonner du lustre aux anciens CIAAP. Il s’agit surtout de reconstruire une véritable entité à la fois véritablement internationale, non liée à un pays ou groupement donné – du type IIA –, et dans une optique scientifique large conforme au champ de la préhistoire, c’est-à-dire non strictement anthropologique et englobant pré et protohistoire. Pour ce faire, il est décidé d’organiser une réunion de concertation permettant de préparer les termes de cette future organisation internationale et une circulaire en ce sens est expédiée par Bosch-Grimpera.

  • 64 Vaufrey, 1931b, 313.

48Celle-ci se tient à Berne le 28 mai 1931. Seize pays représentés par trente scientifiques ont répondu à l’appel. Pour Myres et Vere Gordon Childe (1892-1957), il demeure essentiel de continuer à marquer l’union entre la préhistoire et l’anthropologie et, pour ce faire, il conviendrait de conserver la dénomination des anciens CIAAP. Cette objection ne convainc pas les autres participants et il est décidé, à l’unanimité, la constitution d’un nouveau congrès international sous la dénomination de Congrès international des Sciences préhistoriques et protohistoriques. En cours de séance, Breuil avait considéré que le congrès aurait pour objet « l’étude de l’Homme pré- et protohistorique et de ses œuvres », en revanche, le règlement général du congrès adopté à Berne reprend à son compte cet objectif large en indiquant que « Sous le nom de sciences préhistoriques et protohistoriques sont comprises toutes les disciplines qui concourent à leur développement : Géologie, Paléontologie animale et végétale, Anthropologie, Ethnographie, Folklore, Archéologie, etc., dans leurs applications à la Préhistoire et à la Protohistoire »64.

  • 65 Pays représentés au Conseil permanent : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, (...)

49Il est décidé d’établir un conseil permanent composé d’un ou deux membres par pays « choisis par la Conférence de Berne parmi les savants professionnels en fonction appartenant aux disciplines intéressées65 ». Cette notion de « savants professionnels » pose problème dans les pays qui, comme la France, n’ont pas achevé l’institutionnalisation de la préhistoire et où les scientifiques professionnels sont peu nombreux et relèvent souvent de structures privées (IPH, École d’anthropologie).

  • 66 Les archéologues anglais Charles Peers (1868-1952), président, et John Linton Myres, secrétaire gé (...)

50Le Congrès international des sciences préhistoriques et protohistoriques se réunit pour la première fois à Londres en 1932. Vingt-deux nations y participent, tous les anciens belligérants sont représentés – hormis l’Union soviétique – et la composition du bureau mis en place par l’assemblée générale du congrès traduit cette diversité66.

  • 67 Lettre de Raymond Vaufrey à Jacques Breuer, 27 octobre 1931, AIPH.
  • 68 Dubois, 2011.

51Mais l’union des préhistoriens et des protohistoriens ne se fait pas sans mal. Alors que la réunion de Berne de 1931 avait acté, à l’unanimité des participants, le choix d’un congrès international associant préhistoire et protohistoire, un incident s’était produit à ce sujet lors de la première réunion du conseil permanent qui se tint à Paris le 31 octobre 1931 et dont les comptes rendus officiels ne parlèrent pas. Fort des dernières découvertes, dont celle du Sinanthrope en Chine à laquelle l’IPH avait été associé par l’intermédiaire de Teilhard de Chardin, Boule proposa la création d’une section de « Paléontologie humaine, origine et évolution de l’homme préhistorique » au sein du congrès. Une contestation menée par des « savants de culture germanique67 » se fit alors jour contre cette vision de la préhistoire plus naturaliste qu’archéologique. Cet épisode montre l’existence de positions différentes entre la France et l’Allemagne : d’un côté une préhistoire envisagée d’abord comme paléolithique, plus naturaliste et engagée dans une dimension continentale, de l’autre une protohistoire aux marges de l’histoire et pouvant plus aisément prendre place dans l’écriture du récit national. Cette approche dichotomique est à l’image de la division de plus en plus forte en France entre pré et protohistoire. Les grandes synthèses tout comme la recherche de problématiques communes, selon le modèle générationnel incarné par des chercheurs comme Joseph Déchelette ou Émile Cartailhac68, ne sont plus à l’ordre du jour.

52Cet incident est aussi l’occasion de constater que la question des relations avec l’Allemagne prend une tournure différente. La communauté internationale préhistorienne est à la croisée de chemins et les discussions autour du congrès laissent transparaître l’influence de plus en plus prégnante des contextes politiques nationaux. Il ne s’agit plus seulement de rancœur à l’égard d’un pays qui a contribué à faire sombrer l’Europe dans le chaos ou de divergences savantes, mais implicitement de faire face aux bouleversements politiques en cours et à des clivages scientifiques profonds sur les attendus de l’anthropologie qui se font jour.

Un sentiment de déclassement de la France préhistorienne vis-à-vis de l’Allemagne

Un voisin qui inspire ou qui inquiète

  • 69 Staël-Holstein, 1810, 5.
  • 70 Fustel de Coulanges, 1872, 245.
  • 71 Sur le « voyage en Allemagne », la « supériorité » de la contribution allemande au « travail histo (...)
  • 72 Prost, 1996, 33-34.

53Après la guerre, à côté des manifestations de persistance d’une franche hostilité, s’installe de nouveau le jeu de répulsion attirance entre la France et l’Allemagne. Tout au long du xixe siècle, chacun a vu dans son voisin tour à tour une source d’inspiration – Allemagne « patrie de la pensée69 » selon Germaine de Staël-Holstein (1766-1817) –, un motif d’appréhension ou d’envie traduisant une impression ou un constat objectif de retard dans le domaine scientifique national. En 1872, l’historien Numa Denis Fustel de Coulanges (1830-1889) peut même écrire que « Nous professons en France que la science n’a pas de patrie ; les Allemands soutiennent sans détour la thèse opposée. […] L’érudition en France est libérale ; en Allemagne elle est patriote70 ». Le processus de professionnalisation de l’histoire en France dans les années 1880, la normalisation des méthodes et la mise en place d’un cadre institutionnel, ont été fortement inspirés par le modèle allemand71. Ils ont permis à l’histoire de n’être plus un exercice d’érudition pour devenir « une profession, c’est-à-dire une collectivité organisée, avec ses règles, ses procédures de reconnaissance, ses carrières72 ».

54La lettre ouverte aux médecins de France écrite en 1921 par George Weiss (1859-1931) s’inscrit dans cette veine de vigilance à l’égard de l’Allemagne avec, bien sûr, ce prisme particulier de la position du doyen de la Faculté de Strasbourg redevenue française et incarne une espèce de sentinelle de la France scientifique à l’Est. Dans ce texte, Weiss insiste sur l’importance de la formation des jeunes médecins, dont le contenu doit dépasser la seule acquisition des connaissances pour leur inculquer la conscience du rôle social qui sera le leur. Ce temps universitaire doit être l’occasion de leur enseigner des valeurs morales et patriotiques qui diffuseront dans la population à travers l’exercice quotidien des consultations médicales et du suivi des patients. Selon Weiss, cette dimension singulière, que l’on pourrait étendre à toute pratique scientifique, est bien présente en Allemagne où la science profite à l’ensemble de la nation et est comprise comme vectrice de prestige. Il en appelle à la prudence :

  • 73 Weiss, 1921, 1441.

Notre plus grave erreur serait de croire la guerre terminée ; elle a simplement changé de face pour le moment. On ne tire plus le canon, on tire des lettres de change ; on n’envoie plus d’avions de reconnaissance, mais les commis voyageurs allemands recommencent à sillonner la terre ; je ne sais si l’Allemagne prépare des gaz asphyxiants nouveaux, mais à coup sûr elle fabrique à haute dose des matières colorantes et des produits chimiques de toute nature. Déjà elle fait dans tous les pays une campagne de propagande inouïe signalée par nos représentants : les laboratoires allemands regorgent d’étudiants de toutes nations, hélas ! je ne sais et ne veux pas les nommer. Tous les périodiques scientifiques continuent à paraître, récemment un fascicule de l’un des plus importants d’entre eux m’est tombé sous la main, il contenait quatre mémoires, un allemand, un anglais, un russe, un italien73.

  • 74 À partir de juillet 1932, la réglementation allemande permet de recourir aux chômeurs pour les fou (...)

55Au cours des années 1920-1930, les relations s’apaisent entre la France et l’Allemagne. Or, la crise économique qui touche la France, où le chantier national de reconstruction tarde à s’achever, et l’Europe, affecte directement le mouvement scientifique français. Les chantiers de fouilles sont moins nombreux et les jeunes archéologues peinent plus encore à trouver un emploi74. Toute trace de redressement de la science allemande renvoie la France à ses retards.

La préhistoire française en difficulté

  • 75 Boule, 1923, 11.
  • 76 « Séance du 19 novembre 1919. Présidence de M. Marcellin Boule, président », L’Anthropologie, 1920 (...)
  • 77 Hurel, 2007, 222-230.

56Dans le domaine des études préhistoriques et de la paléontologie humaine, le sentiment de perte de vitesse s’insinue d’autant plus aisément que chacun peut faire le constat que la disparition d’une génération dans les tranchées interdit un renouvellement du personnel scientifique. Le bilan est à plus forte raison difficile à accepter que la « période, d’une dizaine d’années, précédant immédiatement le terrible phénomène de régression humaine provoquée par l’Allemagne en 1914, fut vraiment en France une belle période pour la paléontologie humaine et la Préhistoire. Les chercheurs étaient nombreux ; ils faisaient, dans toutes les régions de la France, des observations utiles, parfois de belles découvertes75. » Le personnel manque, les étudiants sont rares, les sociétés savantes s’essoufflent, les priorités immédiates de l’investissement public dans une économie exsangue sont à la reconstruction industrielle plus qu’aux sciences humaines et naturelles. Comment dans cette situation attirer de jeunes chercheurs ? Pour Boule, au-delà du soin apporté à la vulgarisation pour susciter de nouvelles vocations, il convient d’abord de pouvoir offrir aux étudiants des « perspectives de situation ». Or, sur ce point, les sciences anthropologiques se heurtent « à l’Institut et aux dirigeants de l’Université, qui les ignorent et par suite ne leur ont pas fait la place qui leur est due76 ». En effet, la préhistoire demeure exclue des grades académiques77 et l’Université n’offre aucune possibilité de recrutement, si ce n’est de façon subsidiaire en géologie ou paléontologie. Cette situation va avoir pour conséquence d’accentuer un peu plus encore le déséquilibre entre une préhistoire paléolithique, où les questions de géochronologie et de bio-stratigraphie sont essentielles et donc l’orientent plutôt vers les sciences naturelles, et une protohistoire et un Néolithique envisagés de façon plus archéologique. Ce repli va entraîner entre les deux guerres mondiales un net rétrécissement du champ des études antéhistoriques françaises.

  • 78 Pour une analyse historique et épistémologique des impasses méthodologiques originelles des études (...)
  • 79 Octobon, 1927, 253.
  • 80 Hurel, 2015.
  • 81 Anne Lehoërff note à cet égard que « la disparition de Déchelette a ramené, d’une certaine manière (...)
  • 82 Lantier, 1936, 97.
  • 83 Il rejoint en cela un sentiment précédemment exprimé par Octobon de façon lapidaire : « En résumé, (...)
  • 84 À l’exception notable des travaux du Père Antoine Poidebard s.j. (1878-1955) en Syrie (Nordiguian, (...)

57Dès 1927, s’alarmant devant les membres de la SPF de la situation faite aux études néolithiques78, François-Charles-Ernest Octobon (1881-1969) déplore qu’en France « Le Néolithique [soit] en préhistoire la science des parents pauvres ; on ramasse le Néolithique, on fouille le Paléolithique79. » Il ne bénéficie d’aucune considération, les chercheurs préférant selon lui se consacrer aux problèmes chrono stratigraphiques et typologiques des périodes les plus anciennes, comme aux nouveaux développements de la paléontologie humaine qu’ouvrent les découvertes récemment faites en Afrique australe (Australopithecus africanus) ou en Chine (Sinanthropus pekinensis)80. Quant à la protohistoire, l’intérêt se porte sur les périodes tardives (pré-romaines), ce dont témoignent les travaux de Raymond Lantier, conservateur du Musée des antiquités nationales et donc en tant que tel héritier et chef de file de ce champ scientifique en France81. Celui-ci, présente en 1934 un bilan en demi-teinte d’un siècle d’archéologie protohistorique française – qu’il envisage dans une acception temporelle large – à l’occasion du centenaire du Service des monuments historiques et de la Société française d’archéologie. Son article est d’abord un panorama de la succession des découvertes enregistrées depuis un siècle et du vandalisme qui les a accompagnées, plus qu’une analyse des enjeux conceptuels de la protohistoire. Intégrant le Néolithique dans la protohistoire avec la transition avec l’Âge du bronze (chalcolitique), Lantier note que ces périodes « ont marqué pendant longtemps un regrettable flottement82 », caractérisé par le grand émiettement des initiatives, l’absence de centralisation des données et le défaut d’œuvres de synthèse, comme celle entreprise par Déchelette avant-guerre83. Pour les périodes des âges du Bronze et du Fer, la protohistoire proprement dite, il relève le manque de réelles problématiques de recherche dans un domaine qui repose d’abord sur un régime de découvertes opportunistes. Les lacunes sur la question des habitats sont immenses, tout comme est délaissée l’étude de l’occupation agricole des sols. Le manque de coordination étatique a pour corolaire technique le non-recours en France métropolitaine aux méthodes de prospection aérienne84.

  • 85 Vaufrey est un élève de Boule. Boursier de « doctorat et de voyage » du Muséum » (1923-1927), il e (...)
  • 86 Même si ces chroniques donnent peut-être une image partiale de la situation, du fait de l’engageme (...)

58À partir de 1930, Raymond Vaufrey (1890-1967)85, à travers ses articles de L’Anthropologie, se fait chroniqueur à la fois des avancées réglementaires en faveur de la protection des gisements et objets qu’enregistrent quasiment tous les pays, mais aussi a contrario de la situation paradoxale de la France où les faits divers (pillages de sites, destructions diverses) soulignent l’absence de normes contraignantes, de structuration de l’archéologie et les renoncements de l’administration86. Pour Vaufrey, les difficultés de la protohistoire française deviennent un problème européen et le symptôme de la crise de l’archéologie antéhistorique :

  • 87 Vaufrey, 1932, 545.

Un jour viendra, assez proche, où, comme je me l’entendais dire un soir à Londres par trois éminents préhistoriens étrangers, les études sur le Néolithique et les âges des Métaux deviendront impossibles en Europe occidentale parce qu’à l’endroit où se nouent les questions à résoudre, faute des travaux indispensables de synthèse critique, il y aura un blanc : la France. Ces paroles, que n’animait certainement aucun esprit de dénigrement de notre pays, ne sont pas de celles qu’il est agréable à un Français d’entendre. Entendues, elles devraient être suivies de mesures propres à en démentir la fatale prophétie. La France ne conservera ou ne reprendra sa place dans le domaine des études préhistoriques que si ces sciences sont enseignées à l’Université : la Préhistoire paléolithique dans les Facultés des Sciences, la Protohistoire sensu lato dans les Facultés des Lettres87.

  • 88 Voir, par exemple, « Editorial Notes », Antiquity, vol. 10, n° 39, 1936, p. 257-260, ici p. 257-25 (...)
  • 89 Vaufrey, 1936, 416. Il est à noter que cet article est publié peu après les élections législatives (...)

59De même, lorsqu’en 1936 la revue Antiquity fait état à plusieurs reprises des retards pris en France par les études protohistoriques88, si actives sur l’autre rive de la Manche, l’analyse attire évidemment l’attention de Vaufrey qui y voit des arguments supplémentaires apportés à sa campagne. Il note une nouvelle fois que les problèmes français apparaissent même préjudiciables à la marche internationale des recherches puisqu’ils en viennent à créer des espèces de zones blanches qui font obstacle à la connaissance des cadres chronologiques et des phénomènes d’interactions et de diffusions culturelles. Pour Vaufrey, les Anglais pointent ici la nécessité « d’insuffler à la Préhistoire française le sang nouveau qui la sauvera d’une anémie pernicieuse, bientôt mortelle (et qui n’est pas engendrée par le “nationalisme”, mais bien au contraire par un affaiblissement du patriotisme). Ici, nous ne pouvons que crier dans le désert !89 ».

  • 90 Pr Hubert Schmidt (1864-1933), Carl Schuchhardt (1859-1943), Pr Wilhelm Unverzagt (1892-1971), Pr (...)
  • 91 Callmer, 2006.

60Mais plus qu’en Angleterre, c’est en Allemagne que Vaufrey trouve souvent matière à comparaison négative pour la France. Ses articles mettent en relief le contraste entre une France qui semble se désintéresser de son patrimoine et de la connaissance en préhistoire et une Allemagne dont le dynamisme en ces matières est frappant. L’écart est saisissant, en particulier lorsqu’il dresse la liste des préhistoriens de premier plan que compte ce pays et qui occupent des fonctions officielles dans l’enseignement universitaire ou dans les musées, et animent l’association des préhistoriens professionnels90. La préhistoire s’inscrit là-bas dans la voie de développement académique suivie par l’anthropologie depuis le xixe siècle, dans une optique collective et institutionnalisée91. En France, la préhistoire demeure, comme au siècle précédent, une activité individuelle, voire individualiste.

  • 92 Dresch, 1913.
  • 93 Kossinna, 1912.
  • 94 Kossinna, 1921.
  • 95 M. Boule, quant à lui, a utilisé les pages de L’Anthropologie pour dénoncer les théories sur le be (...)

61Au-delà, il est intéressant de noter que les analyses de Vaufrey ne s’arrêtent pas sur la substance idéologique qui porte les développements de l’archéologie allemande. À la veille de la Première Guerre mondiale, quelques voix s’élevaient pour dénoncer les dangers de l’instrumentalisation des études préhistoriques à des fins nationalistes par Gustaf Kossinna (1858-1931)92. Selon lui, la préhistoire, science éminemment nationale, serait une source de connaissance de l’histoire des peuples et une inspiration en opposition avec les visées internationalistes93. Dans les années d’après-guerre, alors même que le pangermanisme völkisch et les théories kossinniennes sur les Indos-Germains retrouvent leur lustre en Allemagne94, Vaufrey ne voit pas là motif à discussion95.

Prendre en compte ou pas la nouvelle donne intérieure de l’Allemagne

  • 96 Vaufrey, 1931c, 517.

62En 1931, muni d’une mission de deux mois du ministère de l’Instruction publique, Vaufrey effectue une série de visites des principaux centres de recherche d’Europe centrale. Ce voyage d’étude fait l’objet d’une conférence à l’IPH (« La paléontologie humaine en Allemagne ») et d’un article dans L’Anthropologie où il dresse un bilan flatteur des sciences préhistoriques allemandes, car il a été « frappé du progrès » qu’elles continuent de connaître dans ce pays : « Contre cette phalange disciplinée, fortement encadrée, que pouvons-nous en France, où les préhistoriens professionnels ne sont que quelques tirailleurs dispersés, dont le nombre n’atteint certainement pas la dizaine96. »

  • 97 Breuer est à cette période attaché des Musées royaux d’art et d’histoire (section belgo-romaine) à (...)

63La propension de Vaufrey à scruter l’archéologie française à l’aune des entreprises allemandes passe difficilement du côté de certains de ses confrères. Dans sa lettre à un savant allemand de 1930, le comte Bégouën osait le terme de « complicité ». À son tour, l’archéologue belge Jacques Breuer (1892-1971)97 l’interpelle et l’accuse de trop servir la cause de l’Allemagne. Vaufrey se défend en faisant assaut de patriotisme tout en ne cédant rien sur le plan d’une germanophilie d’autant plus saillante qu’il semble désabusé par l’indifférence des pouvoirs publics français à l’égard de la préhistoire :

  • 98 Le 28 juillet 1914 se déroulèrent de violentes manifestations anti-guerre à Paris sur le boulevard (...)
  • 99 Lettre de Raymond Vaufrey à Jacques Breuer, 31 octobre 1931, AIPH.

La politique est une chose qui ne regarde que la conscience de chacun de nous, la science en est une autre qui ne sera jamais assez indépendante. Politiquement, cependant, je puis vous redire que je suis aussi « germanophile » qu’il est raisonnablement permis de l’être. Je l’ai été en 1914 en me faisant charger par la police dans les fameuses manifestations contre la guerre qui se déroulèrent devant Le Matin98, tout le monde ne peut en dire autant, de ce côté ou de l’autre de la frontière ; je l’ai été pendant la guerre, moi, sergent d’infanterie, d’une façon qui ne m’a pas toujours valu que des approbations ; je l’ai été depuis en prenant en mains, moi français, la campagne contre l’I.I.A., faisant dans ce but un voyage de deux mois à travers l’Europe (voyage qui m’a valu, en France, d’être à nouveau désigné comme « champion des Boches » par les gens bien intentionnés). Les camarades se sont contentés de voler au secours de la victoire. J’ai entre les mains une vaste correspondance qui montre que c’est entre nous seuls, Obermaier, Bersu et moi, que s’est élaboré la formule qui a triomphé à Berne. Je l’ai fait parce que j’ai cru juste que les Allemands aient bien dans les congrès la place à laquelle leur donne droit le développement des sciences préhistoriques chez eux. […] Mais tout cela me laisse le droit, je suppose, de défendre les intérêts de mon pays, si je le juge utile. Non seulement la France ne poursuit aucun rêve d’hégémonie dans les congrès, mais il est à craindre au contraire qu’elle n’occupe qu’un rôle très effacé, d’abord par suite de l’absence d’une organisation universitaire de nos études. Bersu avait parfaitement compris la situation délicate où je me trouverai en France de par ce fait, moi, promoteur du nouveau congrès, si nous étions tombés d’accord sur la nécessité de ménager, à leur tour, les susceptibilités françaises, en nous employant à masquer, chaque fois que cela serait possible notre infériorité vis-à-vis des Allemands.
[…] Par son opposition, inconsciente ou non, M. Bersu tendait à diminuer encore la pauvre part de la France dans les congrès, cette part étant évidemment surtout paléolithique99.

  • 100 Sur le parcours politique et scientifique du protohistorien Hans Reinerth, voir Schöbel, 2007.
  • 101 Sur les errements épistémologiques d’une certaine forme d’écriture de l’histoire de l’institutionn (...)

64Dépité par la situation française, Vaufrey continue, après l’arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, à accumuler les exemples de la décadence des recherches préhistoriques françaises. C’est même dans l’organe « scientifique » du NSDAP (Nationalsozialistische Monatshefte) qu’il trouve matière à comparaison négative. Hans Reinerth (1900-1990)100, sous le titre Deutsche Vorgeschichte (« Préhistoire allemande »), explique « comment les sciences anthropologiques (Anthropologie, Préhistoire, Histoire, Ethnographie et Folklore) peuvent et doivent contribuer à donner à l’Allemagne nouvelle la conscience qu’elle possède une civilisation autochtone plongeant ses racines dans le sol allemand ». Plus qu’une simple déclaration d’intention, c’est un véritable programme de développement de la préhistoire que présente cet ancien élève de Gustaf Kossinna : enseignement de la préhistoire dans les écoles, création de chaires, d’instituts, et d’un institut de Préhistoire nationale, protection des monuments, nouveaux musées. De fait, ces éléments vont servir de fondement à la réforme des structures de l’archéologie entamée à partir de 1933. Analysant ce manifeste et ne discutant pas le principe d’archéologie raciale porté par le projet Reinerth, Vaufrey n’y voit qu’une énième intrusion politicienne dans la préhistoire, appréhendée comme pouvant contribuer à la construction d’une identité nationale rendue légitime par les archives du sol101. En l’espèce, il estime que l’essentiel du propos est qu’il s’agit d’un exemple de structuration dont la France pourrait s’inspirer en mettant enfin en œuvre une politique publique de l’archéologie :

  • 102 Vaufrey, 1933.

Un préhistorien français s’est indigné récemment du « nationalisme » qui, paraît-il, se fait jour dans ces articles. Nous ne partageons pas son émoi. Certes, ils témoignent que les gouvernements de l’Allemagne, quels qu’ils soient, s’intéresseront à la Préhistoire comme s’y sont intéressés les gouvernements passés. Que cette sollicitude ne soit pas complètement désintéressée, je ne vois pas qu’il y ait rien là de spécifiquement allemand et, en se préoccupant, par-dessus la mêlée des partis, de donner au peuple le sentiment de sa dignité nationale et de la grandeur de son pays, les hommes politiques d’outre-Rhin nous donnent un exemple que les nôtres pourraient suivre, sinon à leur avantage, du moins à celui de notre patrie102.

  • 103 Vallois, 1932.
  • 104 Vallois, 1929, 217.
  • 105 Sur le glissement idéologique et scientifique de Fischer de l’hygiène raciale à l’eugénisme et ant (...)
  • 106 Sur les difficultés rencontrées par Verschuer à l’arrivée des nazis (destitution de l’institut Ber (...)
  • 107 Il sera démis de ses fonctions en juillet 1933, voir Lilienthal, 1997.
  • 108 Vallois, 1932, 341.

65Les pressions de la politique sur les sciences de l’Homme en Allemagne ne sont pas inconnues de Vaufrey. Il sait que l’enjeu n’est pas qu’administratif. Son collègue codirecteur de L’Anthropologie, Henri-Victor Vallois (1889-1981) est lui aussi attentif à la situation en Allemagne. Il évoque régulièrement dans les pages de la revue les nouveaux développements de l’anthropologie allemande, en particulier les questions d’hygiène raciale qui y prennent une place importante. Ainsi, en 1932, publie-t-il une étude sur les institutions d’anthropologie physique (biologie, anatomie, physiologie) en Europe centrale103. Il y évoque longuement l’Allemagne, dont il présente avec envie les nouveaux centres de recherche comprenant personnels, laboratoires et collections qui ouvrent à côté des chaires d’anthropologie des universités. Son attention a été particulièrement attirée par le Kaiser-Wilhelm-Institut de Berlin-Dahlem, dont il avait déjà annoncé en 1929 la création en soulignant que celle-ci était « une preuve de l’importance que l’on accorde maintenant en Allemagne aux recherches anthropologiques104 ». Cet institut, dédié à l’anthropologie, l’hérédité humaine et l’eugénique, est dirigé depuis 1927 par le Pr Eugen Fischer (1874-1967)105, assisté d’Otmar Freiherr von Verschuer (1896-1969)106, chargé du département d’hérédité humaine qui se consacre spécialement à l’étude des jumeaux, et d’Hermann Muckermann s.j. (1877-1962) directeur du département d’eugénique107. Pour Vallois, cet institut, que le « luxe d’organisation » et la « richesse des moyens » impressionnent, est la démonstration que l’Allemagne investit de manière décisive dans la recherche et sur les problématiques scientifiques les plus actuelles, soit, en l’occurrence, « ce nouveau domaine de l’anthropologie physique qu’on appelle l’anthropologie biologique : étude des phénomènes héréditaires chez l’homme, distinction des caractères phénotypiques et génotypiques, biologie des métis, etc.108 ».

  • 109 Sur l’enrôlement des préhistoriens allemands dans le nazisme, voir Pape, 2002a et 2002b.
  • 110 « History Made in Germany », Nature, vol. 133, n° 3356, 24 février 1934, p. 284.
  • 111 « The Teaching of History and Prehistory in Germany », Nature, vol. 133, n° 3356, 24 février 1934, (...)
  • 112 Vaufrey voit là un trait commun des scientifiques anglais et en veut pour preuve le texte de la le (...)
  • 113 Vaufrey, 1934, 450.

66Le ton neutre dont continue d’user Vaufrey lorsqu’il évoque l’archéologie allemande après l’arrivée à la chancellerie d’Adolf Hitler (1889-1945) et de trois ministres issue du NSDAP peut surprendre109. À force de scruter l’institutionnalisation de la préhistoire et de l’anthropologie en Allemagne, Vaufrey semble abandonner une partie de son esprit critique. La question peut se poser lorsqu’il discute, en 1934, la publication dans Nature110 de la traduction intégrale en anglais, assortie d’un commentaire, d’une circulaire du 9 mai 1933 de Wilhelm Frick (1877-1946), ministre de l’Intérieur du Reich, sur les directions à donner à l’enseignement de l’histoire et de la préhistoire dans les établissements scolaires du Reich111. Pour les rédacteurs de Nature, ce texte réglementaire du gouvernement nazi repose sur des conjectures scientifiques erronées mobilisées au service du nationalisme allemand et d’un idéal politique, soutenu par le pangermanisme völkisch et de la théorie nordique, appelé à être imposé à tous les peuples considérés comme de race germanique. Vaufrey ne conteste pas la traduction du document mais reproche à Nature les conclusions alarmistes et politiques qui l’accompagnent112. Il relativise la portée des termes de Frick estimant que « par sa naïve exagération même, la circulaire du docteur Frick ne nous paraît pas menacer l’avenir de la science allemande113 » :

  • 114 Ibid., 448.

la volonté partisane de l’État (ou, sous d’autres régimes, des forces occultes qui le dirigent), nous paraît moins dangereuse quand elle lutte à visage découvert, comme dans la circulaire du docteur Frick, que lorsqu’elle s’insinue dans les conseils scientifiques et y implante sournoisement les mœurs politiques [pour] donner les places, non à ceux que qualifient leurs titres et leurs travaux, mais à ceux dont l’insuffisance neutralise l’indépendance, en d’autres termes : donner aux intérêts particuliers le pas sur l’intérêt général114.

67Jusqu’à la Première Guerre mondiale, les sciences préhistoriques et protohistoriques montrent une grande vitalité. Elles reposent en France essentiellement sur de nombreux amateurs, une multiplicité d’institutions privées qui structurent leurs actions, et bénéficient d’une très large diffusion de leurs opérations et résultats. Elles s’insèrent parfaitement dans la perspective internationaliste portée par les congrès internationaux, qui sont à la fois des points d’ancrages intellectuels et des manifestations identitaires d’un champ scientifique, par nature interstitiel, entre sciences naturelles et archéologie.

  • 115 Vaufrey, 1941, 494.

68Entre les deux guerres mondiales, la situation bascule. L’internationalisme savant ne résiste pas aux partis patriotiques pris pendant le conflit, ni à la consolidation des nationalismes patrimoniaux portés par la généralisation des législations restrictives à l’exercice de l’archéologie. En France, un ensemble de facteurs concourent à séparer les communautés et à isoler la préhistoire (non-reconstitution de son personnel, persistance de l’absence de réelle politique publique de protection du patrimoine archéologique et d’encadrement des travaux de terrain…). Le parcours personnel de Breuil, sa chaire de préhistoire au Collège de France (1929) – « Les chaires du Collège de France, sont, en effet, essentiellement attachées à un homme, dont elles consacrent le passé et assurent l’avenir115. » – puis son élection à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (1938), ne peuvent masquer une marginalité d’ensemble.

  • 116 Péquart, Péquart, 1928.

69Nombre d’acteurs français et étrangers de la préhistoire déplorent que la France soit en train de perdre la place qu’elle occupait depuis le milieu du xixe siècle à l’avant-garde des recherches. De fait, elle se cantonne majoritairement dans l’étude de gisements situés sur son sol (métropole et colonies) et dans une forme de conformisme conceptuel qui, par exemple, n’intègre que secondairement un changement d’échelle spatiale, rendu pourtant nécessaire pour prendre en compte les problématiques de dynamiques de peuplement. Cette France préhistorienne conçoit encore sa mission en termes de collecte de pièces et de typologies. Sur le plan heuristique, la valeur de l’acte de fouille n’est toujours pas établie, à peine esquissée par les recherches de Marthe (1884-1963) et Saint-Just (1881-1944) Péquart dans des sites mésolithiques du Morbihan116. À de très rares exceptions près, il n’est appréhendé que comme une étape et non un acte fondateur du processus scientifique permettant de mettre au jour un ensemble d’interactions. Sur le plan méthodologique, le recours à la prospection et à la photographie aériennes reste anecdotique, alors qu’elles sont développées en Angleterre et en Allemagne. De même, le maintien de la préhistoire à l’écart de l’Université limite les échanges interdisciplinaires (méthodes, techniques). Il faudra ainsi attendre les années 1950 pour que la préhistoire, qui revendiquera alors sa « modernité », considère les potentialités de la palynologie, de la granulométrie sédimentologique, de la micromalagologie ou de l’anthracologie.

70Plus globalement, la préhistoire française de l’entre-deux-guerres ne profite pas de l’engouement pour les sciences qui s’affirme à partir de la fin des années 1920. Elle ne connaît pas plus d’ouverture épistémologique du type de celle opérée à cette époque par l’histoire avec la création des Annales (1929). Ce n’est que par subsidiarité, dans le cadre d’une reconfiguration de l’anthropologie, qu’elle se trouve associée à ces deux moments majeurs des sciences de l’Homme que sont la création de l’Institut d’ethnologie (1925) puis l’inauguration du musée de l’Homme (1937).

  • 117 Trigger, 1999.
  • 118 À l’automne 1944, la Commission du conseil supérieur d’enquête du ministère de l’éducation nationa (...)

71Dans ces conditions, pour certains toute comparaison avec l’Allemagne se révèle douloureuse et vaut démonstration que la France préhistorienne serait dans une impasse. La préhistoire et l’anthropologie, allemandes profitant de leur structuration et reconnaissance universitaires anciennes, s’y montrent dynamiques et peu affectées par les conséquences de la Première Guerre mondiale. Mais, à partir de 1933, les évolutions de la situation intérieure, la racialisation du social et du politique qui est mise en œuvre, modifient profondément l’horizon des sciences de l’Homme. Si des préhistoriens comme Childe – dont les opinions politiques personnelles sont par ailleurs connues117 – marquent tout de suite leurs distances avec l’intrication du programme nazi et du scientifique, d’autres, comme Vaufrey, n’y voient qu’une question de politique intérieure. Il reste d’abord admiratif du mouvement d’institutionnalisation de la préhistoire en Allemagne à proportion du désintérêt français pour celle-là. Dans son cas, ses prises de position de l’entre-deux-guerres et son souci de maintenir des contacts scientifiques suivis avec ses homologues allemands pré et protohistoriens, avant puis pendant la Seconde Guerre mondiale, seront autant de sujets de mésentente avec ses confrères français et autant de griefs portés à son endroit à la Libération118.

Haut de page

Bibliographie

Balout, L., 1963, « Voyages de l’abbé Breuil en France, en Europe, à travers le monde (1897-1957) », Libyca, 11, p. 9-42.

Bégouën, H., 1920, « Réunion préparatoire pour la fondation de l’Institut international d’anthropologie », Revue anthropologique, 30, p. 193-255.

[Bégouën, H.], 1930, À propos des Congrès Scientifiques Internationaux, Toulouse, Imp. Languedocienne.

Binétruy, M.-S., 1994, De l’art roman à la préhistoire, des sociétés locales à l’Institut, itinéraires de Joseph Déchelette, Lyon, Lugd.

Boule, M., 1916, « La guerre et la paléontologie », dans Petit, G., Les Allemands et la Science, Paris, Félix Alcan, p. 33-45.

Boule, M., 1922a, « Müller (Sophus). L’âge de la pierre en Slesvig (Mémoires de la Société royale des Antiquaires du Nord, nouvelle série, 1914-1915). In. L’âge du bronze en Slesvig (ibid., 1910-1917) », L’Anthropologie, 32, p. 155-159.

Boule, M., 1922b, « Marquis de Cerralbo », L’Anthropologie, 32, p. 593.

Boule, M., 1923, « L’œuvre anthropologique du prince Albert Ier de Monaco », L’Anthropologie, 33, p. 1-15.

Callmer, J. et al., 2006, Die Anfänge der ur- und frühgeschichtlichen Archäologie als akademisches Fach (1890-1930) im europäischen Vergleich : internationale Tagung an der Humboldt-Universität zu Berlin vom 13. - 16. März 2003, Berlin, M. Leidorf (Rahden).

Capitan, L., 1920, « Rapport Général », Revue anthropologique, 30, p. 209-217.

Childe, G., 1933, « Is Prehistory Practical? », Antiquity, 17/28, p. 410-418.

Coye, N., 1993, « L’âge de la pierre polie : un égarement des études néolithiques en France au xixe siècle », Bulletin de la Société préhistorique française, 90/1, p. 69-86.

Crips, L., 1993, « Les avatars d’une utopie scientiste en Allemagne : Eugen Fischer (1874-1967) et l’“hygiène raciale” », Le mouvement social, 163, p. 7-23.

Déchelette, J., 1908, Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, Tome I, Archéologie préhistorique. Âge de la pierre taillée (paléolithique). Âge de la pierre polie (néolithique), Paris, Picard.

Déchelette, J., 1910, Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, Tome II, Archéologie celtique ou protohistorique. Première partie : l’Âge du Bronze, Paris, Picard.

Déchelette, J., 1913, Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, Tome II, Archéologie celtique ou protohistorique. Deuxième partie : premier âge du Fer ou époque de Hallstatt, Paris, Picard.

Déchelette, J., 1914, Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, Tome II, Archéologie celtique ou protohistorique. Troisième partie : second âge du Fer ou époque de La Tène, Paris, Picard.

Dresch, J., 1913, « 1° Die Herkunft der Germanen (1911) ; 2° Die deutsche Vorgeschichte, eine hervorragend nationale Wissenschaft (1912), von Gustaf Kossinna (Mannus Bibliothek, n° 6 ; n° 9) », Revue des Études Anciennes, 15, p. 107-109.

Dubois, S., 2011, Émergence et développement de l’archéologie préhistorique en Midi toulousain entre xixe et xxe siècle, thèse de doctorat en préhistoire, université Toulouse 2 Le Mirail.

Fustel de Coulanges, N. D., 1872, « De la manière d’écrire l’histoire en France et en Allemagne depuis cinquante ans », Revue des deux mondes, 102, p. 241-251.

Fustel de Coulanges, N. D., 1879, « De l’enseignement supérieur en Allemagne d’après des rapports récents », Revue des deux mondes, 34, p. 813-833.

Guyot, Y., 1919, « Appel aux anthropologistes alliés », Revue anthropologique, 29, p. 52-54.

Henri-Martin, G., 1957, Hommage à l’abbé Henri Breuil pour son quatre-vingtième anniversaire. Sa vie, son œuvre. Bibliographie de ses travaux, Macon, Imprimerie Protat.

Hubert, H., 1900, « Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques », Revue de synthèse historique, 1, p. 219-228.

Hurel, A., 2007, La France préhistorienne, Paris, CNRS Éditions.

Hurel, A., 2011, L’abbé Breuil, un préhistorien dans le siècle, Paris, CNRS Éditions.

Hurel, A., 2015, « La possibilité d’un Paléolithique chinois. La première “Mission paléontologique française en Chine” (1923-1924) », Organon, 47, p. 111-135.

Hurel, A., Coye, N., 2016, « Moulin Quignon 1863-1864 : détours inédits et bilan historiographique », L’Anthropologie, 120/4, p. 314-343.

Jeanblanc, H., 2004, « Rudolf Virchow et la “race prussienne” : anthropologie et idéologie », dans Trautmann-Waller, C. (dir.), Quand Berlin pensait les peuples : Anthropologie, ethnologie et psychologie (1850-1890), Paris, CNRS Éditions, p. 77-92.

Kaeser, M.-A., 2000, « Nationalisme et archéologie : quelle histoire ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 2, p. 155-163.

Kaeser, M.-A., 2010, « Une science universelle ou “éminemment nationale” ? Les congrès internationaux de Préhistoire (1865-1912) », Revue germanique internationale, 12, p. 17-31.

Kleinert, A., 1988, « Considérations sur les relations scientifiques franco-allemandes au xixe siècle », Revue de Synthèse, 109, p. 219-229.

Kossinna, G., 1912, Die deutsche Vorgeschichte – eine hervorragend nationale Wissenschaft, Wurtzbourg, Kabitzsch.

Kossinna, G., 1921, Die Indogermanen : ein Abriss, t. 1, Das indogermanische Urvolk, Leipzig, Curt Kabitzsch.

Lamaing-Emperaire, A., 1964, Origines de l’archéologie préhistorique en France. Des superstitions médiévales à la découverte de l’homme fossile, Paris, A. et J. Picard et Cie.

Lantier, R., 1936, « Un siècle d’archéologie protohistorique », Congrès archéologique de France 97e session tenue à Paris en 1934. Centenaire du service des monuments historiques et de la société française d’archéologie, Paris, Picard, t. 2, p. 85-126.

Lanzarote-Guiral, J.-M., 2011, « La stratigraphie d’une vie consacrée à la Préhistoire. L’abbé Hugo Obermaier, sa chaire de l’Institut de Paléontologie humaine et les fouilles du Castillo », dans Lumley,  H. de, Hurel, A. (dir.), Cent ans de préhistoire. L’Institut de paléontologie humaine, Paris, CNRS Éditions, p. 65-82.

Lartet, É., 1868, « Discours de clôture », Congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques, Compte-rendu de la 2e session. Paris, 1867, Paris, C. Reinwald, p. 425-426.

Lefort, J., 1918, La science et les savants allemands, Paris, De Boccard.

Lehoërff, A., 2009, « Les paradoxes de la Protohistoire française », Annales. Histoire, Sciences sociales, 5, p. 1107-1133.

Lewuillon, S., 2014, « Joseph Déchelette, un archéologue européen », dans Kott, C. (dir.), Sauve qui veut. Des archéologues et des musées mobilisés, 1914-1918, Douai/Bavay, Ville de Douai/Forum antique de Bavay, Musée archéologique, p. 53-63.

Lilienthal, G., 1997, « Muckermann, Hermann », Neue Deutsche Biographie, 18, p. 257-258, en ligne : https://www.deutsche-biographie.de/gnd119371448.html#ndbcontent.

Lyell, C., 1860, « On the Occurrence of Works of Human Art in Post-pliocene Deposits », Report of the Twenty-ninth meeting of the British Association for the Advancement of Science held at Aberdeen in September 1859 (Notices and Abstracts), Londres, John Murray, p. 93-95.

Monod, G., 1876, « Du progrès des études historiques en France depuis le xvie siècle », Revue historique, 1, p. 5-38.

Myres, J. L., 1930, « Presidential Adress. Anthropology: national and international », The journal of the royal Anthropological Institute, 60, p. 17-45.

Neumayer, H., 2017, « Les relations du Musée de préhistoire et protohistoire de Berlin avec les archéologues français avant et après la Première Guerre mondiale », dans Nivet, P., Lewuillon, S. (dir.), La Grande Guerre des archéologues, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 143-166.

Nordiguian, L., Salles, J.-F. (dir.), 2000, Aux origines de l’archéologie aérienne. A. Poidebard (1878-1955), Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph.

Octobon, F.-C.-E., 1927, « État des connaissances actuelles sur le Néolithique en France », Bulletin de la Société préhistorique française, 24, p. 252-277.

Pape, W., 2002a, « Zur Entwicklung des Faches Ur- und Frühgeschichte in Deutschland bis 1945 », dans Leube, A., Hegewisch, M. (dir.), Prähistorie und Nationalsozialismus. Die mittel- und osteuropäische Ur- und Frühgeschichtsforschung in den Jahren 1933-1945, Heidelberg, Synchron (Studien zur Wissenschafts- und Universitätsgeschichte, 2), p. 163- 226.

Pape, W., 2002b, « Ur- und Frühgeschichte », dans Hausmann, F.-R. (dir.), Die Rolle der Geisteswissenschaften im Dritten Reich 1933-1945, Munich, R. Oldenbourg Verlag, (Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien, 53), p. 329-358.

Papillault, G., 1919, « Quelques mots sur la science allemande », Revue anthropologique, 29, p. 326-330.

Péquart, M., Péquart, S.-J., 1928, « Technique de fouilles préhistoriques », Revue des Musées et Collections archéologiques, 3/14, p. 2-19.

Péré-Noguès, S., 2014, « Les réseaux en France et en Europe », dans ead (dir.), Joseph Déchelette. Un précurseur de l’archéologie européenne, Arles, Errance, p. 211-241.

Proctor, R., 1988, « From Anthropologie to Rassenkunde in the german anthropological tradition », dans Stocking, G. W. (dir.), Bones, Bodies, Behavior. Essays on Biological Anthropology, Madison, University of Wisconsin Press (History of Anthropology, 5), p. 138-179.

Prost, A., 1996, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil (Points).

Rasmussen, A., 2003, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser : les formes d’investissement scientifique en France dans la Grande Guerre », 14-18 Aujourd’hui, today, heute, Paris, Noesis, p. 49-59.

Reinbothe, R., 2010, « L’exclusion des scientifiques allemands et de la langue allemande des congrès scientifiques internationaux après la Première Guerre mondiale », Revue germanique internationale, 12, p. 193-208.

Sabatier, P., 1915 (26 juin-3 juillet), « Sur les relations scientifiques internationales après la guerre », Revue scientifique, p. 281.

Schöbel, G., 2007, « Hans Reinerth: From Archaeologist to Reichsamtsleiter (1918-1945) », dans Legendre, J.-P., Olivier, L., Schnitzler, B., L’archéologie nazie en Europe de l’Ouest, Gollion, Infolio éditions, p. 45-59.

Schuchhardt, C., 1914, « Joseph Déchelette 1862-1914 », Prähistorische Zeitschrift, VI, p. 368-369.

Staël-Holstein, G. de, 1810, De l’Allemagne. La Littérature et les arts, t. 1, Paris, H. Nicolle.

Taté, É., 1915, « Discours de rentrée pour 1915 : discours de M. le président », Bulletin de la Société préhistorique française, 12, p. 35-36.

Thalmann, R., 2005, « Ploetz, Rüdin, Fischer, Lenz, von Verschuer : pionniers et cautions scientifiques de l’“hygiène raciale” », Revue d’Histoire de la Shoah, 183, p. 211-225.

Topinard, P., 1884, « Les mesures craniométriques allemandes en 1883 », Revue d’anthropologie, 7, p. 367-374.

Trigger, B., 1999, « Vere Gordon Childe (1892-1957) », dans Murray, T. (éd.), Encyclopedia of archaeology. The Great Archaeologists, t. 1, Oxford, ABC-Clio, p. 385-399.

Vallois, H.-V., 1929, « Le nouvel Institut anthropologique de Dahlem », L’Anthropologie, 39, p. 216-217.

Vallois, H.-V., 1932, « L’enseignement de l’anthropologie physique en Europe centrale », L’Anthropologie, 42, p. 338-348.

Van Riper, B. A., 1993, Men Among the Mammoths: Victorian Science and the Discovery of Human Prehistory, Chicago, Chicago University Press.

Vaufrey, R., 1931a, « Les congrès internationaux et le XVe congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique ». L’Anthropologie, 41, p. 95-129.

Vaufrey, R., 1931b, « Le nouveau congrès des sciences préhistoriques & protohistoriques », L’Anthropologie, 41, p. 306-315.

Vaufrey, R., 1931c, « Les progrès de la paléontologie humaine en Allemagne », L’Anthropologie, 41, p. 517-551.

Vaufrey, R., 1932, « Le premier congrès international des Sciences préhistoriques et protohistoriques », L’Anthropologie, 42, p. 526-544.

Vaufrey, R., 1933, « La Préhistoire et les Hommes politiques. En Allemagne », L’Anthropologie, 43, p. 205.

Vaufrey, R., 1934, « Préhistoire et Politique : “l’Histoire made in Germany” », L’Anthropologie, 44, p. 447-450.

Vaufrey, R., 1936, « France, éveille-toi ! », L’Anthropologie, 46, p. 415-416.

Vaufrey, R., 1941, « L’organisation des recherches et des études préhistoriques en France », La Revue scientifique, 10, p. 483-518.

Verneau, R., 1921, « HOUZÉ (Dr É.). L’Allemand à travers les âges. Bull, de la Soc. d’Anthropologie de Bruxelles, t. XXXIV, 1919, p. 20-47 », L’Anthropologie, 31, p. 142-144.

Weiss, G., 1921 (1er octobre), « Lettre aux médecins de France », La Presse médicale, 79, p. 1422-1441.

Haut de page

Notes

1 Lyell, 1860.

2 Laming-Emperaire, 1964, 153-186.

3 Hurel, Coye, 2016.

4 Cette contestation est singulièrement plus forte en Grande-Bretagne qu’en France et s’explique par divers facteurs, dont l’existence d’un important public d’amateurs de sciences naturelles qui n’hésite pas à s’impliquer dans les débats, et la place importante de la religion dans la société. De plus, les événements de 1863 interviennent au moment où se tiennent des discussions, parfois vives, autour de la théorie darwinienne de l’évolution. Sur ce moment particulier pour la préhistoire en Grande-Bretagne voir Van Riper, 1993, 144-183.

5 Déchelette, 1908, 1910, 1913, 1914.

6 Péré-Noguès, 2014.

7 Binétruy, 1994, 197

8 Jeanblanc, 2004.

9 Topinard, 1884.

10 Hurel, 2007, 149-203

11 Neumayer, 2017

12 Hurel, 2011, 192-199.

13 Schuchhardt, 1914 dans Lewuillon, 2014, 63.

14 Rasmussen, 2003.

15 Sabatier, 1915, 281.

16 Cet article prolonge et complète une communication de l’auteur « Préhistoires françaises à l’épreuve de la guerre : le cas de l’abbé Breuil » lors du colloque international « Archéologue(s) en guerre », Amiens, Université de Picardie, 15-16 novembre 2016.

17 Les séances avaient été suspendues à compter du 21 juillet 1870 et n’avaient repris que plusieurs semaines après les événements de la Commune de Paris, le 6 juillet 1871.

18 Ces membres associés étrangers sont Ferdinand Leopold Freiherr von Andrian-Werburg (1835-1914) président de la Société anthropologique de Vienne, Georg Buschan (1863-1942) de Stettin, Pr Morizt Hoernes (1852-1917) de Vienne, Felix von Luschan (1854-1924) directeur du musée ethnographique de Berlin, Pr Lubor Niederle (1865-1944) professeur d’anthropologie à l’université de Prague, Johannes Ranke (1836-1916) professeur d’anthropologie à l’université de Munich, Pr Gustav Schwalbe (1844-1916) directeur de l’institut d’anatomie de Strasbourg, Ludwig Stieda (1837-1918) professeur d’anatomie à l’université de Hessen, Heinrich Wilhelm Waldeyer (1836-1921) de Berlin. Les correspondants étrangers sont Franz Heger (1853-1931) conservateur du département d’anthropologie et d’ethnographie des musées d’histoire naturelle de Vienne, Dr Oskar Hovorka von Zderas (1866-1930), Josef Szombathy (1853-1943) conservateur du département de préhistoire du musée d’histoire naturelle Vienne et Dr Stephan Wateff (1863-?) de Sofia.

19 Ernest Solvay (1838-1922), Alfred de Loë (1858-1947), Louis De Pauw (1844-1918), Auguste Houzeau de Lehaie (1832-1922), Marcel de Puydt (1855-1940), Édouard de Pierpont (1871-1946), Charles Comhaire (1869-1931), Charles de Fraipont (1883-1946).

20 Pr Aldabert Bezzenberger (1851-1922) de la Société allemande de Préhistoire, Karl Haake, Hofrath Schlitz, L. Cervinka (1869-1952) président de la société archéologique de Moravie.

21 Taté, 1915, 36.

22 Partant de ce constat, Henri-Martin va aller jusqu’à conseiller de profiter des tranchées creusées pendant la guerre pour faire des économies de terrassement.

23 Ce point doit être mis en regard avec le peu de recrutements de membres français au début des années 1930.

24 « Séance du 22 janvier 1920 », Bulletin de la Société préhistorique française, 1920, vol. 17, n° 1, p. 27-33, ici p. 27-28.

25 Neumayer, 2017, 160-163.

26 Ce comité de perfectionnement fait office de conseil scientifique. Dans sa formule initiale, il est composé de douze membres dont plus de la moitié sont de nationalité étrangère. Présidé par le Prince de Monaco, il comprend Salomon Reinach, René Verneau (1852-1938), Marcellin Boule, Émile Cartailhac (1845-1921), Louis Capitan (1854-1929), l’anthropologue suédois Gustaf Retzius (1842-1919), le géologue et paléontologue italien Arturo Issel (1842-1922), l’ethnologue autrichien Felix Von Luschan, le préhistorien autrichien Moritz Hoernes, le zoologiste britannique Sir Edwin Ray Lankester (1847-1929), le chapelain et bibliothécaire du Palais princier de Monaco Léonce de Villeneuve (1858-1946).

27 Hurel, 2011, 227-249.

28 Lanzarote-Guiral, 2011.

29 Boule annoncera la mort du marquis de Cerralbo en ces termes : « Enrique Aguilera y Camboa, marquis do Cerralbo, né à Madrid en 1845, est mort, dans la même ville, le 27 août 1922. Il était connu du grand public par sa qualité de leader du parti carliste et, malheureusement aussi, par son altitude germanophile au cours de la grande guerre. » (Boule, 1922b, 593).

30 Balout, 1963.

31 Henri-Martin, 1957.

32 Voir en particulier Boule, 1916.

33 « Séance du 19 novembre 1919. Présidence de M. Marcellin Boule, président », L’Anthropologie, 1920, vol. 29, p. 149-154, ici p. 149.

34 Ibid., p. 152.

35 Verneau, 1921.

36 Lefort, 1918.

37 Sur les usages de la notion de « science allemande » jusqu’à la Première Guerre mondiale voir Kleinert, 1988.

38 Papillault, 1919, 330.

39 Sur les ambiguïtés historiques et épistémologiques originelles des CIAAP voir Kaeser, 2010.

40 Hubert, 1900, 221.

41 « Acte de fondation d’un Congrès paléoethnologique international, faite par la Société Italienne des sciences naturelles dans sa réunion extraordinaire à la Spezia », Matériaux pour l’histoire positive et philosophique de l’homme, t. 2, 1866, p. 214-215, ici p. 214.

42 Lartet, 1868, 426.

43 Guyot, 1919, 52-54.

44 Nations alliées et neutres (France, Belgique, Italie, États-Unis, Grande-Bretagne et Dominions, Portugal, Suisse, Pays-Bas, Norvège), Chine, nouveaux États créés par les traités de paix (Pologne, Roumanie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie). Le prince Roland Bonaparte (1858-1924), président de la Société d’anthropologie de Paris, devient président de l’IIA.

45 Capitan, 1920, 213.

46 Sur la tradition anthropologique allemande et ses évolutions, voir Proctor, 1988.

47 Sur la question de l’exclusion des Allemands et de leur retour dans les instances scientifiques internationales au tournant des années 1920-1930, voir Reinbothe, 2010.

48 Lettre de Marcellin Boule à Louis Marin, 2 juillet 1928, AIPH.

49 Lettre de Charles Fraipont à Marcellin Boule, 11 janvier 1928, Archives de l’Institut de paléontologie humaine, Fondation Prince Albert Ier de Monaco (AIPH).

50 Lettre de Marcellin Boule à Charles Fraipont, 13 janvier 1928, AIPH.

51 Lettre d’Hugo Obermaier à Raymond Vaufrey, 2 août 1930, AIPH.

52 Oswald Menghin (1888-1973), professeur à l’université de Vienne.

53 À cette date ont été consultés : Bersu,

Unverzagt

, Breuil, Lantier, Louis de Marton, Jenô Hillebrand (1884-1950), Józef Kostrzewski (1885-1969), Koslowski, Włodzimierz Antoniewicz (1893-1973), les Suisses Paul Vouga (1880-1940) et David Viollier (1876-1965), Josef Schranil (1893-1940), Karel Absolon (1877-1960).

54 Lettre de Raymond Vaufrey à Gerhard Bersu, 11 juillet 1930, AIPH.

55 La décision de supprimer le pluriel à l’adjectif qualificatif « préhistoriques » aurait été prise en 1929 lors de la séance de l’IIA préparatoire à ce congrès. Ce choix sera dénoncé comme « une grave irrégularité de plus » par Vaufrey (Vaufrey, 1931a, 95).

56 « International Congress of Archaeology and Anthropology, Portugal, 1930 », Nature, n° 3157, vol. 125, 1930, p. 690. En janvier 1930, la Commission britannique pour les recherches et l’enseignement anthropologiques et le Royal Anthropological Institute of Great Britain avaient refusé d’adhérer à un congrès qui ne serait pas constitué de façon pleinement international conformément au vœu qu’ils avaient soutenu en 1927 à Amsterdam (Myres, 1930).

57 Ce comité est composé du président de l’IIA, Louis Marin, du président du Royal Anthropological Institute, John Linton Myres (1869-1954) et des membres survivants du comité permanent des anciens CIAAP. Ces derniers sont Paul Cazalis de Fondouce (1835-1931), Joseph de Baye (1853-1931), René Verneau, Alfred de Loë, Marcellin Boule, Eugène Pittard (1867-1962), Waldemar Deonna (1880-1959). Il peut également appeler toutes personnes auxquelles il jugera bon de recourir.

58 « Institut français d’anthropologie. Séance du 19 novembre 1930 », L’Anthropologie, t. 40, 1930, p. 463-466, ici p. 466.

59 Vaufrey, 1931a, 97.

60 Lettre de Raymond Vaufrey au Comte Henri Bégouën, 26 octobre 1930, AIPH.

61 [Bégouën H.], 1930, 3.

62 Ibid., 7.

63 Sont présents : Louis Marin, président de l’IIA, Verneau membre du conseil permanent des CIAAP et de l’IIA, John Linton Myres président du Royal Anthropological Institute of Great Britain, Georges Papillault, secrétaire de l’IIA.

64 Vaufrey, 1931b, 313.

65 Pays représentés au Conseil permanent : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grande-Bretagne, Hollande, Hongrie, Indes Néerlandaises, Italie, Lettonie, Norvège, Pologne, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie. Pays représentés au Secrétariat : Allemagne, Espagne, Finlande, France, Grande-Bretagne, Hongrie, Italie, Norvège, Pologne, Suède, Tchécoslovaquie.

66 Les archéologues anglais Charles Peers (1868-1952), président, et John Linton Myres, secrétaire général, l’archéologue norvégien Anton Wilhelm Brøgger (1884-1951), secrétaire général, le banquier archéologue anglais Robert Holland-Martin (1872-1944), trésorier. Les six vice-présidents sont l’archéologue polonais Włodzimierz Antoniewicz, l’archéologue suédois Ture Johnsson Arne (1879-1965), Gerhard Bersu, Henri Breuil, Hugo Obermaier pour l’Espagne, le préhistorien italien Ugo Rellini (1870-1943).

67 Lettre de Raymond Vaufrey à Jacques Breuer, 27 octobre 1931, AIPH.

68 Dubois, 2011.

69 Staël-Holstein, 1810, 5.

70 Fustel de Coulanges, 1872, 245.

71 Sur le « voyage en Allemagne », la « supériorité » de la contribution allemande au « travail historique » selon Gabriel Monod (1844-1912), les études de Charles Seignobos (1854-1942) et de ses confrères menées au titre de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur, voir le programme de la Revue historique présenté par Gabriel Monod, 1876 et Numa Denis Fustel de Coulanges, 1879.

72 Prost, 1996, 33-34.

73 Weiss, 1921, 1441.

74 À partir de juillet 1932, la réglementation allemande permet de recourir aux chômeurs pour les fouilles archéologiques placées sous la surveillance des scientifiques.

75 Boule, 1923, 11.

76 « Séance du 19 novembre 1919. Présidence de M. Marcellin Boule, président », L’Anthropologie, 1920, vol. 29, p. 149-154, ici p. 153.

77 Hurel, 2007, 222-230.

78 Pour une analyse historique et épistémologique des impasses méthodologiques originelles des études néolithiques, voir Coye, 1993.

79 Octobon, 1927, 253.

80 Hurel, 2015.

81 Anne Lehoërff note à cet égard que « la disparition de Déchelette a ramené, d’une certaine manière, la Protohistoire à peine naissante dans le giron de l’archéologie classique, en décalage avec les théories dominantes en Europe » (Lehoërff, 2009, 1122).

82 Lantier, 1936, 97.

83 Il rejoint en cela un sentiment précédemment exprimé par Octobon de façon lapidaire : « En résumé, l’état actuel de nos connaissances sur la période néolithique est pratiquement nul. Le problème à résoudre est intact. » Octobon, 1927, 274.

84 À l’exception notable des travaux du Père Antoine Poidebard s.j. (1878-1955) en Syrie (Nordiguian, Salles, 2000).

85 Vaufrey est un élève de Boule. Boursier de « doctorat et de voyage » du Muséum » (1923-1927), il est ensuite nommé comme attaché à l’IPH (1928-1929). Après avoir soutenu sa thèse de doctorat en paléontologie de l’université de Paris (Les éléphants nains des îles méditerranéennes et la question des isthmes pléistocènes), il est nommé professeur de géologie appliquée à la préhistoire au sein de l’IPH (1929). Il rejoint le CNRS comme boursier de recherche (1933-1936), chargé de recherche (1937-1940), puis maître de recherche (1940-1941). Il démissionne du CNRS en 1942 lorsqu’il est nommé directeur d’études à l’EPHE.

86 Même si ces chroniques donnent peut-être une image partiale de la situation, du fait de l’engagement de R. Vaufrey en faveur d’une réglementation, elles permettent tout de même de mieux appréhender ces questions.

87 Vaufrey, 1932, 545.

88 Voir, par exemple, « Editorial Notes », Antiquity, vol. 10, n° 39, 1936, p. 257-260, ici p. 257-258.

89 Vaufrey, 1936, 416. Il est à noter que cet article est publié peu après les élections législatives des 26 avril-3 mai et la victoire du Rassemblement populaire.

90 Pr Hubert Schmidt (1864-1933), Carl Schuchhardt (1859-1943), Pr Wilhelm Unverzagt (1892-1971), Pr Fritz Wiegers (1875-1955) (Berlin) ; Pr Martin Jahn (1888-1974), Pr Hans Seger (1864-1943) (Breslau) ; Herbert Kühn (Cologne) ; Wolfgang La Baume (1885-1971) (Dantzig) ; Georg Kraft (1894-1944) (Fribourg) ; Gerhard Bersu (1889-1964) (Francfort) ; Dr Carl Hahne (1904-?) (Halle) ; Bolko von Richthofen (1899-1983) (Hambourg) ; Karl Hermann Jacob-Friesen (1886-1960) (Hanovre) ; Pr Gustav Schwantes (1881-1960) (Kiel) ; Wilhelm Gaerte (1890-1958) (Koenigsberg) ; Gero von Merhardt (1886-1959) (Marburg) ; Gustav Behrens (1884-1955), Ernst Sprockhoff (1892-1967), Otto Schmidtgen (1879-1938) (Mayence) ; Ferdinand Birkner (1868-1944), Paul Reinecke (1872-1958) (Munich) ; Julius Andree (1889-1942) (Munster) ; Julius Beltz (1880-1960) (Schwering) ; Pr Peter Goessler (1872-1956) (Stuttgard), Robert Rudolf Schmidt (1882-1950), Hans Reinerth (1900-1990) (Tübingen). Vaufrey, 1931a, 97.

91 Callmer, 2006.

92 Dresch, 1913.

93 Kossinna, 1912.

94 Kossinna, 1921.

95 M. Boule, quant à lui, a utilisé les pages de L’Anthropologie pour dénoncer les théories sur le berceau nordique des civilisations européennes. Voir, par exemple, Boule, 1922a.

96 Vaufrey, 1931c, 517.

97 Breuer est à cette période attaché des Musées royaux d’art et d’histoire (section belgo-romaine) à Bruxelles et directeur du service des fouilles de l’État.

98 Le 28 juillet 1914 se déroulèrent de violentes manifestations anti-guerre à Paris sur le boulevard Poissonnière où se trouvait le siège du quotidien Le Matin et, à proximité, ceux d’autres grands journaux, dont L’Humanité rue du Croissant. Ces manifestants étaient issus de milieux divers (syndicalistes, socialistes, anarchistes, royalistes…).

99 Lettre de Raymond Vaufrey à Jacques Breuer, 31 octobre 1931, AIPH.

100 Sur le parcours politique et scientifique du protohistorien Hans Reinerth, voir Schöbel, 2007.

101 Sur les errements épistémologiques d’une certaine forme d’écriture de l’histoire de l’institutionnalisation de l’archéologie envisagée dans la perspective exclusive et réductrice de la montée des nationalismes, voir Kaeser, 2000.

102 Vaufrey, 1933.

103 Vallois, 1932.

104 Vallois, 1929, 217.

105 Sur le glissement idéologique et scientifique de Fischer de l’hygiène raciale à l’eugénisme et antisémitisme völkish, voir Crips, 1993.

106 Sur les difficultés rencontrées par Verschuer à l’arrivée des nazis (destitution de l’institut Berlin-Dahlem) puis son ralliement au pouvoir et sa nomination en 1935 à la tête d’un centre de recherche du même type à Francfort, voir Thalmann, 2005, 218-224

107 Il sera démis de ses fonctions en juillet 1933, voir Lilienthal, 1997.

108 Vallois, 1932, 341.

109 Sur l’enrôlement des préhistoriens allemands dans le nazisme, voir Pape, 2002a et 2002b.

110 « History Made in Germany », Nature, vol. 133, n° 3356, 24 février 1934, p. 284.

111 « The Teaching of History and Prehistory in Germany », Nature, vol. 133, n° 3356, 24 février 1934, p. 298-299.

112 Vaufrey voit là un trait commun des scientifiques anglais et en veut pour preuve le texte de la leçon d’ouverture du cours d’archéologie préhistorique (1933-1934) de l’université d’Edinburgh prononcée par Gordon Childe (Childe, 1933).

113 Vaufrey, 1934, 450.

114 Ibid., 448.

115 Vaufrey, 1941, 494.

116 Péquart, Péquart, 1928.

117 Trigger, 1999.

118 À l’automne 1944, la Commission du conseil supérieur d’enquête du ministère de l’éducation nationale chargée des établissements extra académiques ouvre une instruction contre Vaufrey pour faits de collaboration en raison de ses relations avec des chercheurs allemands. En 1945, René Capitant (1901-1970), ministre de l’Éducation nationale du gouvernement provisoire de la République, lui retire la direction de la 1re Circonscription des antiquités préhistoriques. Mis en disponibilité pour une durée de cinq ans, Vaufrey perd aussi la direction de son laboratoire de paléontologie de l’École des hautes études.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Hurel, « La fin d’un internationalisme savant », Revue d’histoire des sciences humaines, 33 | 2018, 129-162.

Référence électronique

Arnaud Hurel, « La fin d’un internationalisme savant », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 33 | 2018, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/974 ; DOI : 10.4000/rhsh.974

Haut de page

Auteur

Arnaud Hurel

Département Homme Environnement, Muséum national d’histoire naturelle (UMR 7194, UMR 8560)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals