Navigation – Plan du site

AccueilNuméros254Introduction. Financer les transf...

Introduction. Financer les transformations agricoles et alimentaires

Repères pour l’Afrique subsaharienne
François Doligez, Mamadou Goïta, Marc Mees et Gifty Narh
p. 7-52

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple les numéros suivants de la Revue Tiers Monde (qui devient en 2017 la Revue interna (...)

1Depuis bientôt trente ans, la Revue internationale des études du développement, s’est fait l’écho des enjeux et des pratiques dans le domaine du financement, au travers de plusieurs dossiers thématiques1. La revue s’est ainsi constituée – en parallèle des réformes de libéralisation financière qui ont, elles-mêmes, façonné les systèmes financiers nationaux dans la plupart des pays des Suds – en observatoire des transformations du champ du financement et des innovations qui s’y sont succédé : microcrédit, microfinance, inclusion financière, etc.

  • 2 Le présent article se penche, en priorité, sur le versant agricole des systèmes alimentaires et, de (...)
  • 3 On retrouve ce double niveau de questionnement dans un ouvrage récent sur la financiarisation du dé (...)

2Huit ans après la publication du dernier dossier thématique sur le sujet, il s’avère particulièrement intéressant de reprendre l’analyse dans un contexte en pleine mutation, notamment dans le domaine du financement des transformations agricoles et alimentaires2. Si le terme « transformation » englobe le champ des trajectoires possibles, et indéterminées, des systèmes alimentaires, en lien avec l’évolution des systèmes économiques dans leur ensemble, la notion de transition renvoie au basculement progressif, avec des effets cependant rémanents d’hybridation et de coexistence, d’un modèle dominant à un autre dans les domaines agricoles et alimentaires, face à un ensemble de défis sociaux, économiques ou environnementaux. Certains articles positionnent en priorité les enjeux alimentaires, et donc l’augmentation de la production, du fait de la croissance démographique et des enjeux d’approvisionnement de l’économie agroalimentaire (Allaire & Daviron, 2017) ; d’autres mettent l’accent sur la durabilité sociale et environnementale nécessaire des nouveaux modèles agricoles et alimentaires à promouvoir, dans la mesure où les trajectoires des systèmes actuels sont de plus en plus menacées par le dérèglement climatique, l’effondrement de la biodiversité ou le franchissement de certains seuils sociaux et environnementaux (Raworth, 2018 ; Springmann et al., 2018 ; Valiorgue, 2020). Du point de vue de ces transformations et de leur financement, se pose donc une double question : celle des changements induits par l’évolution globale des systèmes économiques et financiers, d’une part, et celle de l’organisation des financements comme leviers des transitions des systèmes agricoles et alimentaires, d’autre part3.

  • 4 Voir l’analyse par les filières agrofinancières développée dans le cas de l’Afrique du Sud (Ducaste (...)
  • 5 Systèmes agricoles et alimentaires parfois qualifiés de nouvelle « classe d’actifs » ou de « fronti (...)

3Depuis une quinzaine d’années, les liens entre systèmes financiers et systèmes alimentaires ont suscité un regain d’intérêt à l’échelle internationale, dans le sillage des travaux sur la financiarisation de l’économie et de la « transformation de l’agriculture et de l’alimentation » (Allaire & Daviron, 2017). Il a pu porter notamment sur les effets de l’augmentation des prix des aliments en matière d’investissements agricoles, sur les accaparements de terre4, sur la concentration de plus en plus élevée des firmes au sein de l’industrie agroalimentaire (Clapp, 2023), ou encore, sur le « rapport à la nature » et les impacts socio-écologiques (Clapp & Isakson, 2019). Or ces différents phénomènes, qui concernent les systèmes alimentaires globalisés, ont à voir avec le comportement spéculatif de nombreux acteurs financiers et font écho à la financiarisation croissante des systèmes agricoles et alimentaires (Fairbairn, 2014). L’empreinte, ou l’emprise, de ce mouvement de financiarisation (Chambost et al., 2018 ; Braun et al., 2022), appréhendée à l’échelle internationale, s’étend aussi aux pays des Suds et à leurs systèmes agricoles5, même si le mouvement de financiarisation y revêt des formes spécifiques (Koddenbrock et al., 2022).

4Pour autant, peu de connaissances offrent, à cette échelle, une vision actualisée des transformations en cours et des mutations que le « paysage » du financement agricole a connues depuis les crises alimentaires et financières des années 2007-2008. De quels financements les agriculteurs et agri-cultrices, éleveurs et éleveuses disposent-ils pour transformer leurs pratiques productives ? Comment évoluent les institutions et dispositifs pour articuler leur offre de financement aux objectifs de cette transformation des systèmes productifs ? Et qu’est-ce que ces changements produisent en termes d’évolution des pratiques agricoles et d’effets dans les territoires ruraux ? Jusqu’où les États parviennent-ils à assurer une convergence entre stratégies de financement agricole et politiques agricoles et alimentaires ? Plus largement, en s’inscrivant dans le fil des dossiers précédents, quel état des lieux est-il possible de produire autour du financement agricole dans les pays des Suds, quel bilan peut-on faire des réformes antérieures et comment s’y renouvelle la question de l’accès aux services financiers en milieu rural ?

  • 6 Au sein, notamment, de l’Inter-réseaux développement rural, les auteurs ayant partagé les instances (...)

5Sans prétendre apporter des réponses exhaustives à d’aussi vastes questions, le présent article introductif s’efforce d’organiser les différentes connaissances accessibles sur ces sujets, en ciblant l’Afrique subsaharienne, là où les coordinateurs du dossier partagent analyses et mises en débat de ces questions6. L’article contextualise les enjeux de la transformation des systèmes alimentaires (partie 1) ainsi que de l’environnement financier global (partie 2) avant de développer un cadre d’analyse de la « triple impasse » en matière d’accès des producteurs agricoles et de leurs organisations aux services financiers (partie 3). Il ouvre ensuite sur une mise en perspective, adossée au contexte ouest-africain, tout en se référant aux dynamiques similaires dans d’autres pays des Suds (partie 4). De ces éléments introductifs découle un cadre permettant de présenter les articles du dossier (partie 5) avant de conclure sur les perspectives de recherche ouvertes par ce travail. De fait, le présent article, qui n’est pas adossé à un programme de recherche structuré dont il s’agirait de présenter les résultats, constitue un travail exploratoire sur le sujet dont les prolongements demeurent à approfondir.

1. Relever les défis des transitions/transformations agricoles durables

6Les transformations agricoles et alimentaires désormais évoquées concernent les systèmes alimentaires pris dans leur globalité. Ces derniers sont à considérer comme :

L’ensemble des étapes nécessaires pour nourrir une population : cultiver, récolter, conditionner, transformer, transporter, commercialiser et consommer. Le système alimentaire englobe toutes les interactions entre les personnes et l’environnement naturel – la terre, l’eau, le climat, etc. – ainsi que les effets de l’environnement naturel sur la santé humaine et la nutrition. Il inclut également les intrants, les institutions, les infrastructures et les services qui sous-tendent la réalisation de toutes ces étapes, ainsi que la place des régimes alimentaires et des pratiques culturelles7.

7Dans une perspective de transition, un système alimentaire est qualifié de durable dès lors « qu’il permet à tous de se procurer des aliments nutritifs en quantité suffisante, sans compromettre la santé de la planète ou la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins alimentaires et nutritionnels », même si d’autres dimensions viennent progressivement se greffer (sociétale, économique et politique). De nombreux travaux scientifiques ont exploré cette notion de système alimentaire, depuis le milieu de la décennie 2000, avant d’en faire un élément de centralité dans les questions de développement durable (Dury et al., 2019 ; Bricas et al., 2021 ; Fanzo et al., 2021 ; Ambikapathi et al., 2022 ; Pita et al., 2022) et celles des enjeux de leur gouvernance et de leur transformation (Ruben, 2021 ; Muiderman et al., 2022 ; Slater et al., 2022). Par suite, cette notion a été déclinée et réappropriée par de nombreuses institutions internationales.

8Si les enjeux agricoles et alimentaires sont, toujours, à contextualiser, le secteur agricole et alimentaire fait face, en Afrique subsaharienne, à un quadruple défi : pauvreté rurale persistante, croissance démographique élevée, conflictualités d’accès aux facteurs de ressources et dérèglement climatique aggravé. En découlent des enjeux agricoles et agroalimentaires combinant, à l’échelle des territoires, différentes dimensions : économiques – augmentation de la production agricole pour réduire la facture des importations alimentaires et comme source de devises internationales ; sociales – amélioration des moyens d’existence, de l’emploi et des revenus ruraux, intégration des femmes dans les chaînes de valeur agroalimentaire et installation des jeunes dans l’activité agricole ; et environnementales – gestion durable des ressources naturelles, des sols et de leur fertilité, de la biodiversité, atténuation des émissions de gaz à effet de serre, passage à l’échelle de l’agroécologie et adaptation face aux effets du dérèglement climatique.

9Vues sous l’angle des transitions, les transformations attendues des agricultures africaines visent, en priorité, à renforcer la mise à l’échelle de pratiques agroécologiques et la souveraineté agricole et alimentaire. L’amorce a été donnée par les crises alimentaire et financière de 2007-2008 (BAD, 2016 ; CEDEAO, 2017), puis s’est approfondie en raison des deux crises systémiques globalisées qu’ont été la pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine. Mais, depuis lors, les enjeux de durabilité et de résilience face, notamment, à ceux de la globalisation et du dérèglement climatique se sont fortement accrus (Belay et al., 2023 ; HLPE, 2023). Leurs objectifs ambitionnent d’accompagner l’évolution des pratiques agricoles vers des trajectoires de transition agroécologique pour transformer durablement les systèmes de production à l’échelle des territoires et des socio-écosystèmes.

La transformation des agricultures doit, tout à la fois, permettre d’accroître considérablement la production agricole, fournir des aliments sains et nutritifs à une population en forte croissance, préserver durablement les ressources naturelles et offrir des emplois et des revenus décents à des dizaines de millions de jeunes arrivant chaque année sur le marché du travail, le tout dans un contexte de tensions de plus en plus fortes autour de l’accès aux ressources naturelles et de changements climatiques. (Inter-réseaux, 2019)

  • 8 Voir Balineau et al., 2020.
  • 9 On dénombre plus de 120 écorégions en Afrique de l’Ouest (CILSS, 2016).

10En y associant, notamment en Afrique subsaharienne, un objectif de sécurité alimentaire et nutritionnelle (Faivre-Dupaigre et al., 2023), les transitions visent à accompagner, en complément d’une augmentation de la production agricole, l’organisation des filières et des marchés à l’aval de la production8 (stockage, agro-transformation alimentaire, distribution et circuits courts) à l’échelle des systèmes alimentaires territoriaux afin de réduire leur empreinte écologique (David-Benz et al., 2022). Bien que la caractérisation de ces transitions demeure complexe et incertaine (prise en compte des hétérogénéités au niveau des territoires ruraux9, des différents produits agricoles et d’élevage ainsi que de la typologie des systèmes techniques de production), les changements à accompagner, et donc à financer, visent à associer une pluralité de modèles de développement agricole avec les nouveaux enjeux de durabilité environnementale. Ils visent à répondre aux défis climatiques par la baisse des émissions de gaz à effet de serre (atténuation) et par la contribution à l’adaptation des systèmes agricoles grâce à la diminution de leur vulnérabilité (résilience), y compris leur insécurité alimentaire et nutritionnelle, mais aussi par la préservation des ressources (eau, sol et économie circulaire), ainsi que par la limitation de leurs impacts sur la biodiversité et les agrosystèmes (réduction de la pollution, protection et restauration des écosystèmes).

2. Financer les agricultures (durables) à l’heure du capitalocène

  • 10 Le titre de cette section fait référence à l’ouvrage de Bertrand Valiorgue. Pour une définition du (...)
  • 11 Les études disponibles sur le financement agricole reposent, en général, sur des typologies d’explo (...)
  • 12 Voir Doligez, 2013, mais aussi, plus largement, Chiapello, 2020.

11En matière de financement10, s’est développé, à l’échelle internationale, un ensemble d’initiatives et de coalitions autour de ce que certains auteurs qualifient de « paradigme des investissements verts » (Magalhaes, 2021), pour lequel le chiffrage des besoins tient lieu de mesure du « volontarisme » des décideurs internationaux. À l’échelle des agricultures et, notamment en Afrique subsaharienne, les estimations en termes de besoins de financement sont plus ou moins fiables11, mais le constat d’un déficit (gap) semble, globalement, partagé. L’accès aux ressources appropriées pour les unités d’exploitation constitue une contrainte en matière de transition agricole et alimentaire. Les causes invoquées sont multiples. Les niveaux de pauvreté rurale sont élevés et les revenus des ménages faibles ; ils limitent les capacités d’investissement, tout comme leur possibilité d’inclusion financière. Les travaux historiques sur la périodisation du développement financier ont amené à constater, de longue date, la « double impasse » du financement agricole et rural12. Initialement, le financement des agricultures de la part de banques agricoles qui relevaient, en grande partie, d’un système d’économie publique a été remis en cause par les politiques d’ajustement, sans que le secteur privé ait été en mesure de prendre la relève à la hauteur des besoins et de leur diversité. En parallèle, les innovations du microcrédit et de la microfinance – si elles n’ont apporté ni miracle ni révolution (Yunus, 1997 ; Robinson, 2001) – ont connu un essor important, y compris en milieu rural, grâce à la numérisation des services financiers et au développement du « mobile banking » (Ndiaye et al, 2021).

12De nouveaux intermédiaires et prestataires financiers en lien avec la finance numérique (Derreumaux, 2022) et d’autres investisseurs sont apparus, décrits à grand trait pour l’Afrique de l’Ouest par Ribier & Gabas (2016) :

fondations privées, nouveaux fonds portés par des entreprises privées, acteurs venant des pays émergents (Chine, Inde, Brésil notamment), fonds d’investissement privés qui se positionnent sur le secteur agricole suite à la crise financière de 2007-2008, fonds de garantie. Sans oublier les fonds issus de la diaspora, ceux venant des exploitations agricoles elles-mêmes ainsi que des financements en provenance du secteur bancaire.

  • 13 Évaluées par rapport aux autres ressources financières mobilisées en complément, publiques comme pr (...)

13À ce premier inventaire, il faut désormais ajouter les Fintech (World Bank, 2022) et les relais de la finance climat ou en lien avec les enjeux de biodiversité (fonds vert, crédits carbone, fonds biodiversité, etc.) (AFI, 2022 ; Climate Policy Initiative, 2022), les fonds d’investissement « à impact » (Watts et al., 2020 ; Finance for Tomorrow, 2021) et ceux qui trouvent des relais financiers dans la nouvelle architecture financière de l’aide internationale au développement (financement des ODD, etc.). À l’échelle internationale, l’étude menée par Coordination Sud rend bien compte de ces nouveaux acteurs et de leur émergence (Coordination Sud, 2023). Un certain nombre d’entre eux combinent, en outre, investissement public et privé, dans des logiques de « leviers » ou de « catalyseurs »13 promues à différentes échelles : locales (UNCDF, 2022), nationales et sous-régionales (Harrison et al., 2018 ; Miller et al., 2018 ; Ahairwe, et al., 2022).

14Pour l’ensemble de ces acteurs, les orientations en matière de choix de financement, l’encadrement des autorités de régulation ou l’alignement vis-à-vis des politiques agricoles et alimentaires nationales et régionales font débat, tout comme les effets qu’ils produisent sur les systèmes agricoles. Malgré ce paysage financier renouvelé, les montants mobilisés en volume (Oxfam, 2022) comme en proportion (CIDSE, 2020) sont considérés, globalement, comme insuffisants vis-à-vis des enjeux des transitions agricoles et alimentaires. De nombreux travaux récents actualisent ce constat (Balana et al., 2022 ; Iyabano et al., 2023 ; Raza et al., 2023) et l’exclusion financière des ménages agricoles ou des petites entreprises agroalimentaires les plus exposés aux risques climatiques pourrait encore s’accroître (Davis et al., 2022 ; Findev, 2023). Par ailleurs, si les transitions apparaissent comme une manière de projeter le changement à long terme dans les systèmes agricoles et alimentaires, elles posent de nombreuses questions en matière de temporalités et d’échelles d’action (Valegeas, 2020), mais, également, de modalités de mise en œuvre. Plus largement, la question du financement et de la « transformation profonde de la finance » que les transitions présupposent est soulevée (Couppey-Soubeyran & Espagne, 2022 ; Vignes et al., 2023).

15Le présent dossier se centre, de façon spécifique, sur le financement de la production agricole, des activités rurales et, plus largement, des unités économiques qui les mettent en œuvre, exploitations familiales, entreprises agricoles et organisations professionnelles gérant de nombreux services d’accompagnement (formation, conseil, prestations de services) ou de fonctions en amont et aval de la production (approvisionnement, collecte et commercialisation des productions, etc.) dans les territoires ruraux.

3. La triple impasse du financement des transitions agricoles et alimentaires

16Pour analyser les contraintes du financement de la transition agricole et alimentaire, il faut rappeler en quoi l’intermédiation financière est essentielle au fonctionnement économique.

Ses grandes fonctions sont l’allocation inter-temporelle et géographique des flux financiers ainsi que l’évaluation et la gestion des risques financiers. Elle permet aux différents acteurs économiques de s’endetter et de ne pas être contraints dans leurs décisions d’investissement et de consommation par leur épargne préexistante. Les ménages peuvent alors différer ou anticiper leurs consommations dans le temps et les entreprises peuvent financer un investissement sur la base des anticipations de rentabilité de celui-ci et non uniquement sur la base de l’autofinancement. (Vignes et al., 2023: 87)

  • 14 Le rapport 2012 de la FAO Investir pour l’agriculture pour un monde meilleur estime que les agricul (...)
  • 15 Voir Basic, 2015.

17Dans ce cadre, les agriculteurs demeurent les premiers « investisseurs » par l’autofinancement14, généralement ignoré mais souvent contraint pour les ménages agricoles aux revenus les plus faibles. Plusieurs raisons concourent à cette faible capacité d’investissement : systèmes agricoles de subsistance avec excédents commercialisables souvent modestes, éloignement du crédit bancaire, agricultures familiales soumises à la concurrence internationale, avec des écarts de productivité importants et une faiblesse des protections tarifaires dans les échanges commerciaux internationaux15, y compris en matière d’approvisionnement des marchés alimentaires nationaux.

  • 16 De façon à réduire l’asymétrie d’information entre prêteur et emprunteur grâce à l’information four (...)

18L’offre de financement agricole et rural se caractérise par deux formes institutionnelles. D’une part, celle offerte par le secteur financier et ses institutions intermédiaires (banques, institutions de microfinance, fonds d’assurance ou de garantie) comme point de départ de l’organisation des services financiers et de l’inclusion financière. D’autre part, celle qui contractualise leur financement en l’articulant à d’autres fonctions au sein des filières ou des chaînes de valeur agricoles et alimentaires16 (Lapenu, 2008 ; Brulé-Françoise et al., 2016).

19La première des deux formes, à saisir au travers des évolutions du système financier, correspond à l’inclusion financière, c’est-à-dire à l’accessibilité de tous aux services financiers de base (compte d’épargne, moyens de paiements, crédit, virement, assurances). Sa portée s’est élargie en milieu rural, grâce à la numérisation des moyens de paiement via la téléphonie mobile. Mais le financement direct des activités des agriculteurs reste limité.

  • 17 Roppa, 2018 et FAO & Afraca, 2020. Plus largement, voir German et al., 2020 ; Schoneveld, 2022 ; Vi (...)

20La deuxième forme correspond à la finance « de filière17 ». Cette dernière permet un élargissement du financement du cycle de production au travers des contrats de préfinancement de la collecte des produits agricoles au sein des chaînes de valeur agro-alimentaire. Les entreprises, coopératives et PME à l’amont et l’aval de la production sont, elles-mêmes, refinancées par le secteur bancaire ou la « mésofinance » (AFD, 2010). L’impact sur le financement agricole dépend alors des rapports entre institutions financières et organisations de producteurs (Wampfler et al., 2010) et de l’équilibre dans les relations de contractualisation établies entre acteurs des filières (IFC, 2019 ; Inter-réseaux, 2021). Cette forme, qui permet de mieux contrôler les risques par la commercialisation des produits agricoles, a actuellement la faveur des investisseurs internationaux et de leurs partenaires financiers.

21De la mise en contexte précédente se dégage le constat d’une « triple impasse » en matière de financement agricole durable : celle de l’économie publique, de la finance de marché et de la finance « verte » orientée sur le financement de la transition écologique. La promesse « d’écosystèmes financiers responsables et inclusifs en faveur d’un monde vert, résilient et équitable » (Knaack P. et al., 2023) semble encore lointaine alors que, de façon paradoxale, la rentabilité du secteur agricole se renforce pour les investisseurs avec la hausse globale des prix agricoles et alimentaires et la valorisation des actifs qui y sont rattachés (foncier agricole, matières premières agricoles, firmes agroalimentaires). Différents travaux s’essayent à la construction d’un cadre d’analyse par une approche de la transformation structurelle destinée à renforcer la contribution de l’agriculture au développement (De Janvry et al., 2023) ou par l’analyse systémique des contraintes de financement – structurelles, institutionnelles ou techniques – des systèmes alimentaires (ECDPM, 2023). De façon croisée, il est nécessaire de prendre en compte les différentes échelles d’analyse de la financiarisation, laquelle, selon la typologie de Van der Zwan (2014), doit être étudiée « en tant que nouveau régime d’accumulation, en tant que processus de redistribution à travers l’imposition d’une création de valeur pour l’actionnaire ou par une invasion de notre quotidien » (Chambost et al., 2018). La grille, qui intègre ces trois échelles – macro (économies nationales et sous-régionales), méso (celle des filières et des institutions) et micro (celle des pratiques monétaires et financières) –, s’applique aux systèmes alimentaires (Clapp & Isakson, 2019 ; Clapp, 2021) et s’articule, en concordance avec les théories sur le « pouvoir de la monnaie » (Aglietta et al., 2002), à l’économie politique des systèmes alimentaires (Backer et al., 2021 ; Davis et al., 2021 ; Béné, 2022 ; Lipper et al., 2022 ; HLPE, 2023). En combinant cette double approche, on peut alors approfondir les hypothèses de la « triple impasse » évoquée.

3.1. L’impasse du financement par le marché

  • 18 Au sens large si, en complément des coûts liés à l’information et à la coordination entre prêteurs (...)
  • 19 Se référer, par exemple, aux publications de l’Oakland Institute.
  • 20 Certaines études comme celles de FINCA dans la filière cacao en Côte d’Ivoire, font un lien entre f (...)

22Contrairement aux théories de la libéralisation financière (McKinnon, 1973 ; Banque mondiale, 1989 ; de Boissieu et al., 2020), la segmentation et le rationnement du financement agricole sont restés élevés, depuis les années 1960-1970, en raison des imperfections des marchés financiers ruraux associées aux contraintes d’accès (coûts de transaction18) ainsi qu’aux risques inhérents aux activités agricoles. Le « derisking » du financement agricole a, pour partie, été couvert par des fonds de garantie spécifiques (Benni, 2021) ou des modèles assurantiels, aux résultats plus ou moins probants, notamment dans leurs formes paramétriques (Aguiton, 2020). Mais l’hypothèse d’imperfection des marchés financiers ruraux a fait l’objet de nombreux travaux historiques (Stiglitz et al., 1981 ; Hoff et al., 1993) et s’accompagne de la prise de garanties collatérales par les investisseurs, et ce, alors que le débat est sensible au niveau des institutions internationales – et particulièrement, de la Banque mondiale19 – sur la sécurisation des actifs agricoles (foncier20, warrant, etc.) à cette fin.

  • 21 Financement des activités commerciales ou de services, crédit à la consommation, gestion des vireme (...)
  • 22 Notamment de la part des institutions collectant de l’épargne locale et donc moins tributaires du r (...)

23Par ailleurs, depuis les années 1980, le secteur de la microfinance avait porté les innovations dans le domaine des contrats de financement (information, garantie sociale, proximité, etc.). Mais, depuis les années 2000, tout comme le secteur bancaire auparavant, ce secteur a connu un mouvement de « commercialisation » ou de financiarisation (Doligez, 2017 ; Ducastel et al., 2018 ; Mees, 2023). La recherche d’indépendance financière s’est traduite par un contrôle croissant des investisseurs, ce qui a entraîné la concentration des institutions, une standardisation des activités (« industrialisation »), ainsi qu’une recherche accrue de profitabilité (Delaite, 2019) via sa réorientation vers les segments financiers les plus rentables21. Ce mouvement a été, à l’échelle du secteur, propice à de nouvelles crises (Guérin et al., 2015). Dans l’ensemble, à quelques exceptions près22, les institutions se sont progressivement éloignées du financement agricole et rural (Doligez et al., 2008 ; Bedecarrats, 2013).

  • 23 Ugwuanyi et al., 2022 ou, pour la Chine, Wang et al., 2023.
  • 24 Ainsi, au Sénégal, une enquête récente montre que 32 % des utilisateurs de services numériques ont (...)
  • 25 En raison des calculs d’actualisation, voir Vignes et al., 2023.
  • 26 Dans le cas des scénarios discutés en France, qu’il s’agisse de transition « land sparing » (agricu (...)

24Les politiques d’inclusion financière et leur révolution numérique « 2.0 » avec le « mobile banking » n’ont permis de compenser que partiellement23 le rationnement financier agricole et rural. Elles demandent, de toute façon, une infrastructure de proximité pour les paiements (Blackburn et al., 2022) et s’accompagnent de risques accrus pour les utilisateurs24. D’autres raisons économiques expliquent également les difficultés rencontrées en matière de financement de la transition. En adossant les décisions d’investissement sur le « paradigme rendement-risque », les intermédiaires financiers ont intérêt à privilégier, à risque donné, les options à plus forte rentabilité. Les intermédiaires financiers n’ont pas d’intérêt à investir dans un horizon temporel trop lointain compte tenu de la dépréciation du futur dans la détermination du prix des actifs financiers25. Les décisions financières obéissent ainsi à des calculs de rentabilité des investissements à court ou moyen terme (« préférence pour la liquidité »), alors que de nombreux scénarios de transition agricole et alimentaire impliquent des investissements « lourds » et non rentables à court terme (infrastructures d’irrigation par exemple), des surcoûts en travail additionnel26 ou des avantages extra-financiers non monétisés (externalités vis-à-vis de la résilience climat, préservation de la biodiversité, transition alimentaire, etc.). Les seuls rendements perçus sont les rendements monétaires sans que les bénéfices sociaux et environnementaux, associés à la transition, ne soient comptabilisés. L’écart avec les rendements sociaux et environnementaux traduit donc une asymétrie d’information et une nouvelle « défaillance de marché » (Vignes et al., 2023).

Financer la transition, c’est donc réorienter les fonds privés vers les investissements verts rentables, mais c’est aussi allonger l’horizon de placement des investisseurs, mobiliser les investisseurs patients, et trouver comment financer des dépenses indispensables, mais non rentables. (Couppey-Soubeyran & Espagne, 2022)

3.2. L’impasse de l’économie publique

25De nombreux observateurs voient dans le « contrôle [des financements] par l’État » (Clapp & Isakson, 2019) la possibilité de mobiliser les ressources nécessaires et de réorienter les financements privés « là où précisément la finance privée n’ira pas » (Couppey-Soubeyran & Espagne, 2022). Les instruments publics de financement et les banques de développement27 constituent, en théorie, des investisseurs « patients28 » et capables de rémunérer des coûts, ou des avantages, non monétisés et pris en compte par le marché. Mais différentes limites en matière d’économie publique demeurent, néanmoins, à approfondir. Tout d’abord, pour les économies en développement, les contraintes budgétaires s’accumulent et, aggravée par la crise du Covid-19 puis la guerre en Ukraine, la crise de la dette souveraine menace, de nouveau, de nombreux pays29. Jusqu’alors, malgré les engagements pris à Maputo (2003) très peu de pays africains (7 sur 5230) ont été en mesure de consacrer 10 % de leurs dépenses publiques annuelles à l’agriculture. Sans retomber dans l’approche caricaturale de la « répression financière » (McKinnon, 1973), la gouvernance des banques de développement nationales, notamment agricoles, demeure fragile et sensible au risque politique (Le Breton, 1989 ; Yaron, 1992). Les dispositifs de gouvernance mixte (ou co-gouvernance), en associant des représentants professionnels, représentaient une ouverture dans la gestion de ces instruments étatiques de financement depuis les années 2000 (Morvant-Roux, 200931). Mais ils peuvent, aussi, contribuer à orienter les choix d’investissement sur les approches « productionnistes », en privilégiant les firmes agricoles ou les agriculteurs les plus capitalisés, dominants dans les instances de concertation ou les conseils d’administration, entraînant, de fait, l’éviction des autres catégories d’agriculteurs et d’éleveurs (Soullier et al., 2018 ; Davis et al., 2022). Sous forme de mélange ou « mixage » entre fonds publics et privés32, le capital-investissement peut constituer un instrument privilégié de l’action publique, mais contribue également à « financiariser le développement » ou la « transition » (Ducastel, 2016 ; Chiapello et al., 2023), dès lors que leur gestion reste alignée sur les critères privés. Malgré ces interrogations, le « financement de la transition ne parviendra à s’étendre aux investissements et dépenses à moindre rentabilité qu’en mobilisant davantage les investisseurs de long terme et en innovant plus radicalement dans les formes de financement public » (Couppey-Soubeyran & Espagne, 2022).

26Par ailleurs, d’un point de vue stratégique, différents scénarios peuvent concrétiser autant de chemins possibles vers la transition. Les solutions mises en avant ne sont pas seulement technico-économiques mais reposent sur des choix sociétaux, ou des arbitrages entre objectifs économiques, sociaux et environnementaux, différents. Les modèles de développement intégrant les ressources naturelles peuvent reposer sur différentes hypothèses de substitution des formes de capital (ressources naturelles, capital manufacturé, capital social ou humain) et ouvrent à des trajectoires de durabilité plus ou moins « fortes » (Godin et al., 2022). Les solutions avancées peuvent, en outre, davantage relever de « l’intensification durable » (Jayne et al., 2019) ou de l’innovation technologique (Schiller et al., 2020), du type Climate smart agriculture (Hrabanski, 2020). Il existe de nombreuses controverses sur les référentiels de transition agroécologique (Bener et al., 2023) comme, par exemple, l’utilisation des fertilisants minéraux en Afrique subsaharienne (Falconnier et al., 2023) et les modèles de transition sont en concurrence en matière de financement (Cabral et al., 2022). Les solutions techniques peuvent également se baser sur les savoir-faire locaux, endogènes, et l’accompagnement d’innovations « incrémentales » (Cochet et al., 2019). Dans ce dernier cas, les innovations que les agriculteurs décident de mettre en œuvre accroissent peu, a priori, les dépenses d’exploitation courantes et, de ce fait, les besoins de financement complémentaire. En outre, elles permettent, par extension, de démultiplier le financement disponible de la transformation durable des systèmes de production grâce à l’auto-investissement des agriculteurs. Encore faut-il que des services d’accompagnement adaptés existent (accès aux semences, conseil agricole, formation, recherche, etc.) et que les arbitrages sur les trajectoires et les modèles agricoles soient co-construits avec les principaux intéressés. Le plus souvent, la construction des scénarios et la multiplication des objectifs associés aux transitions débouchent, selon les jeux d’acteurs, sur un empilement de politiques et de programmes dans les domaines agricoles et alimentaires (AFSA, 2017), se traduisant souvent, pour les agriculteurs, en combinaisons d’injonctions contradictoires (Coste et al., 2021). Ces dernières produisent alors une « nouvelle coexistence » entre différentes trajectoires de transition, en interaction et en partie conflictuelles, notamment sur les ressources territoriales (Van der Ploeg, 2021).

3.3. L’impasse de la finance « verte »

  • 33 On les retrouve, à une autre échelle, dans les principes d’investissement responsable (CSA, 2014).
  • 34 Certains économistes vont jusqu’à développer la proposition d’une monnaie carbone (Calame et al., 2 (...)
  • 35 Voir, par exemple, Cerise-SPTF, 2022.
  • 36 Voir, par exemple, le label finance agricole et rurale du Groupe AFD (https://www.afd.fr/fr/agreenf (...)
  • 37 Voir Clapp & Isakson, 2019 ; OCDE-FAO, 2016.
  • 38 Producteurs, financiers, exportateurs, industriels, supermarchés, ONG sociales et environnementales (...)

27Pour financer la transition, il est donc nécessaire que les investisseurs et intermédiaires financiers abandonnent le « principe exclusif de maximisation de la performance financière ajustée du risque » (Vignes et al., 2023). Mais quelle contrepartie apporter et sur quelle base l’établir ? Comment rendre « sensible » la finance à la transition agroécologique (Rigourd & Djamen, 2023) ? Il s’agit d’introduire de nouveaux critères « ESG » (environnemental, social et gouvernance) afin que les acteurs financiers puissent piloter leurs engagements33, communiquer en matière de « responsabilité sociale et environnementale » et rendre des comptes34. Ces critères et indicateurs constituent des supports sous forme de cahiers des charges ou référentiels35 sur lesquels peuvent s’adosser des normes, volontaires36 (Larrea, 2023) ou réglementaires, nationales ou internationales37, permettant une labellisation et donnant, parfois, accès à un soutien public complémentaire. Ces critères s’inscrivent dans « des perspectives multidisciplinaires (environnementales, sociales, économiques) avec des indicateurs multidimensionnels (dans le cadre de différentes empreintes « écologiques » telles que l’utilisation du carbone, des terres ou de l’eau), différents horizons temporels (infra-générationnels et inter-générationnels) et différentes considérations spatiales (locales, nationales, internationales ou polycentriques) » (Godin et al., 2022). Censés découler de « processus inclusifs, permettant à tous les acteurs concernés des filières agricoles et alimentaires38 de participer à la construction du consensus », ces dispositifs font, pour certains observateurs, l’objet d’analyses critiques sur leur efficacité et leur transparence en tant que « greenwashing institutionnalisé » (Fouilleux et al., 2022).

  • 39 https://www.agroecology-pool.org/methodology/.
  • 40 https://www.fao.org/agroecology/tools-tape/fr/.
  • 41 Voir, par exemple, Agrobanco au Pérou (GFA-Libélula, 2018).
  • 42 C’est, par exemple, le cas de l’outil TAPE de la FAO.
  • 43 Voir Wolff et al., 2017, avec dix-huit outils recensés pour les entreprises dans le domaine de la b (...)
  • 44 Suivi des engagements « zéro déforestation importée » par exemple.

28En ce qui concerne la transition agroécologique et les systèmes alimentaires, il existe, pour qualifier les financements, différentes références internationales. Les cinq niveaux de transition des systèmes alimentaires, développés par Gliessman (2017), constituent une base pour situer les systèmes alimentaires et leur degré de transition. Les trois premiers niveaux décrivent les étapes de transformation possibles au niveau des exploitations agricoles (en conversion depuis un système de production industrielle ou conventionnelle) et les deux niveaux suivants décrivent les évolutions allant au-delà du niveau de l’exploitation agricole avec une transformation incluant les systèmes alimentaires, voire les sociétés dans leur ensemble. En complément, la FAO propose dix éléments et le comité de sécurité alimentaire en propose 13 (HLPE, 2019) afin de qualifier les principes de l’agroécologie (AFD, 2023). Plusieurs référentiels et outils peuvent en découler. La fondation Biovision propose un outil, l’Agroecology Criteria Tool (ACT39). La FAO a, quant à elle, développé un référentiel d’évaluation des performances de l’agroécologie, TAPE40. La difficulté à laquelle la plupart de ces standards sont confrontés demeure de définir, à l’échelle des territoires, ce que doivent être les trajectoires en matière de transition et de se doter, au niveau des systèmes de gestion et d’information, d’instruments de vérification en matière d’allocation des financements. Le risque est grand de voir les référentiels de transition se convertir en liste d’activités, ou de pratiques, agricoles et d’élevage, « bonnes » (ou « vertes » à impact environnemental positif) ou « mauvaises » (ou « brunes » à impact environnemental négatif). De nombreux systèmes de reporting41 ou d’évaluation42 se traduisent ainsi en listing d’activités ou de notations (scores) environnementales (eau, sol, biodiversité, etc.) correspondant à l’adoption de certaines pratiques (par exemple : compost, biodigesteur). Or, dans de nombreuses situations, les activités sont à contextualiser en fonction des territoires et des catégories d’agriculteurs et soulèvent des interrogations sur l’efficacité environnementale de la transition agroécologique (Leménager & Ehrenstein, 2016 ; Sophie, 2017). Compte tenu de la diversité des agrosystèmes et des inégalités entre unités de production, il s’avère impossible de généraliser l’adoption d’une même technique alors qu’existent des besoins différenciés en matière de financement (Christen et al., 2013). Si on se reporte directement à l’analyse des impacts et de la durabilité, on trouve également de nombreux indicateurs (Bergez et al., 2022) et outils développés par domaine : gaz à effet de serre (outil Ex-Act/FAO), biodiversité43, analyses de cycle de vie, etc. Certaines méthodes reposent sur des approches multifactorielles au niveau de l’exploitation (Zahm et al., 2019 ; Gaitan-Cremashi, 2020) ou expérimentent le recours aux données de la télédétection (FAO-FIDA, 2023) ou de l’imagerie satellite44. Or, pour l’évaluation, les dispositifs doivent être construits et maîtrisés avec les acteurs. Le risque est en effet élevé que les critères retenus ne reflètent pas les choix des porteurs de projet et que les indicateurs soient déclinés en activités incohérentes et déconnectées des agrosystèmes.

29Quoi qu’il en soit des méthodes et des outils, ce reporting extra-financier pose deux contraintes majeures au niveau des institutions financières. La première est celle du coût de gestion de la collecte et du traitement des données. Cette information demeure, le plus souvent, inaccessible aux institutions locales directement en contact avec les agriculteurs, sauf à renchérir le coût du financement (taux d’intérêt) alors que ce dernier accompagne, a contrario, des projets « à moindre rentabilité » monétaire. La seconde, bien connue des économistes financiers, est celle de la « fongibilité » des flux monétaires (Von Pischke & Adams, 1980 ; Clapp & Isakson, 2019), notamment au niveau de l’unité « famille-exploitation » (Gentil et al., 2009). La substituabilité entre sources et allocations des financements réduit fortement la capacité à leur attribuer les effets que l’on peut observer.

4. Impasses et apories du financement de la transition agricole en Afrique de l’Ouest

  • 45 FAO, Banque mondiale à l’échelle internationale, institutions financières régionales, autorités nat (...)

30Quel tableau donnent les statistiques disponibles en Afrique de l’Ouest par rapport à ce cadre d’analyse ? Il est délicat, d’une façon générale, de produire une vision d’ensemble sur la question du financement agricole. Il existe, en effet, de nombreuses sources et échelles d’information sur les statistiques financières et bancaires45, mais leur recoupement s’avère difficile et les informations sont parfois contradictoires. Par ailleurs, les frontières du financement peuvent s’avérer poreuses entre les catégories et les pratiques (Sossou et al., 2019). Par exemple, des pratiques financières de solidarité féminine, promues par des ONG (Care, 2015), ne sont pas comptabilisées dans les statistiques et enregistrées par la régulation financière. En se focalisant sur les statistiques des dernières années, on peut mettre en évidence, par les graphiques ci-après, trois grandes tendances : la croissance du crédit bancaire dans le secteur agricole, celle des volumes financiers intermédiés en milieu rural et, enfin, l’augmentation du nombre de personnes incluses financièrement. Malgré ces progrès, il est difficile de conclure à une réelle amélioration de la situation.

  • 46 Il s’agit du rapport, exprimé en monnaie constante, entre le crédit agricole et la valeur de la pro (...)
  • 47 À comparer, à l’échelle de l’Afrique, à la part de l’agriculture dans le PIB (16 % en moyenne) ou d (...)

31Dans le secteur bancaire, on constate une inflexion à partir des années 2010 où le taux de financement agricole46 passe de 2-3 % à 5-7 % (figure 1). Cependant, ce taux demeure faible47 et reste orienté vers les entreprises agricoles, les filières d’agro-exportation et les entreprises de l’amont et de l’aval des filières qui contractualisent avec les agriculteurs ou leurs organisations. Très peu de producteurs ont directement accès au secteur bancaire et l’allocation agricole des fonds intermédiés demeure indirecte – et, dans la finance de filière, souvent asymétrique pour les agriculteurs.

  • 48 La dénomination réglementaire de la microfinance en zone UEMOA.
  • 49 Incitation aux regroupements en réseaux, retrait d’agrément des mutuelles isolées et fragilisées pa (...)
  • 50 La part agricole des financements est estimée entre 10 et 30 % des volumes financiers intermédiés s (...)

32Du côté de l’offre intermédiée en milieu rural par les systèmes financiers décentralisés (SFD48), on constate une progression continue du nombre de déposants, avec une inflexion à la hausse à partir de 2015 (figure 2). Cette dernière est principalement due à la numérisation des services financiers grâce à la diffusion des applications sur téléphone mobile. Au niveau du nombre des institutions, une rupture peut être constatée à la fin des années 2000, où il diminue fortement en raison des réformes réglementaires49. L’accès au crédit demeure plus ouvert dans ce type d’institution, mais reste relativement limité, en particulier dans les activités « coûteuses et à risques » comme le financement agricole50.

Figure 1 : Taux de financement agricole, Afrique de l’Ouest, 2000-2021

Figure 1 : Taux de financement agricole, Afrique de l’Ouest, 2000-2021

Source : Élaboration des auteurs à partir de FAOStats.

Figure 2 : Situation du secteur de la microfinance dans l’Union monétaire ouest-africaine, 1993-2021

Figure 2 : Situation du secteur de la microfinance dans l’Union monétaire ouest-africaine, 1993-2021

Source : Élaboration des auteurs à partir des bilans de la BCEAO.

  • 51 Enquête statistique réalisée périodiquement au niveau d’un échantillon de la population (https://ww (...)

33En termes d’inclusion financière, les enquêtes Findex51 (figure 3) fournissent un éclairage complémentaire au niveau de l’accès aux services financiers. Si, dans la sous-région Afrique de l’Ouest, le taux de bancarisation global demeure modeste (de l’ordre de 25 %, soit 30 millions d’habitants sur un total de 120 millions environ en zone UEMOA), un fort déséquilibre existe entre zone rurale et milieu urbain. L’accès au crédit demeure très restrictif, autour de 4 % de la population adulte. Les innovations que le secteur a connues – concentration et capitalisation des institutions et numérisation des services financiers – sont donc de portée limitée en termes d’accès au financement, notamment pour le financement des activités agricoles et rurales.

Figure 3 : Nombre de comptes d’épargne et de prêts, UEMOA, 2011-2021

Figure 3 : Nombre de comptes d’épargne et de prêts, UEMOA, 2011-2021

Source : Élaboration des auteurs à partir des enquêtes Findex de la Banque mondiale.

  • 52 Deux communautés régionales se chevauchent en Afrique de l’Ouest : l’Union économique et monétaire (...)
  • 53 Il existe également d’autres références, en Afrique subsaharienne comme dans d’autres contextes pou (...)

34En complément de ces statistiques en matière d’inclusion financière et de financement agricole, un éclairage supplémentaire peut être donné sur les initiatives spécifiques qui proposent des outils de financement innovants en lien avec les transitions agricoles et alimentaires et l’agriculture durable (Traoré et al., 2020). Ainsi, la CEDEAO52, en charge de la politique agricole régionale a mené, via son Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (ARAA), une étude des dispositifs de financement dans le cadre du programme agroécologie (CEDEAO, 202353).

  • 54 Pour la délivrance de biens et services (comme l’eau d’irrigation).

35Sur les quinze pays que compte la CEDEAO, l’étude a inventorié 159 dispositifs de financement de la transition agroécologique, regroupés en cinq grandes catégories (figure 4) : les dispositifs portés par les institutions financières locales (catégorie 1, au nombre de 73), ceux des projets de développement (46 projets à composante financière en catégorie 2), les instruments publics (29 fonds et dispositifs en catégorie 3), les mécanismes intégrés au financement des chaînes de valeur agricole (20 dispositifs, entre préfinancement, accompagnement ou fonds de crédit pour la catégorie 4) et, enfin, ceux regroupés sous la catégorie de « financements innovants » (plateformes numériques, fonds d’impact, crédit carbone, crowdfunding, « pay as you go54 », fondations philanthropiques ou mécanismes d’épargne numérique, soit 25 dispositifs de catégorie 5).

Figure 4 : Inventaire du financement de la transition agroécologique en Afrique de l’Ouest

Figure 4 : Inventaire du financement de la transition agroécologique en Afrique de l’Ouest

Source : Élaboration des auteurs à partir de CEDEAO, 2023.

36119 dispositifs sont de portée nationale, quarante couvrent plusieurs pays et trois couvrent l’ensemble des pays CEDEAO. Parmi les dispositifs recensés, 72 ciblent l’agriculture en général, 67 financent des pratiques en lien avec l’agroécologie et 23 accompagnent explicitement la transition agroécologique. L’essentiel des fonds provient de bailleurs de fonds internationaux ou du secteur privé. Sur les 145 dispositifs qui ont renseigné l’origine de leurs ressources, 57 sont financés par l’aide internationale (39 %), 51 de fonds privés (35 %) : collecte d’épargne (20) privés commerciaux (16) ou privés « à impact » (15). Les États de la CEDEAO financent prioritairement 26 dispositifs (18 %) et, enfin, 11 sont mixtes « public-privé » (8 %).

  • 55 106 dispositifs proposent du crédit, aux producteurs ou aux entreprises amont et aval et 51 d’entre (...)

37La grande majorité des dispositifs finance la petite agriculture (150), 49 ciblent les entreprises en amont et en aval des filières et 64 ciblent les PME opérant dans le secteur agricole (Larson, 2016). L’ensemble des filières agricoles et d’élevage sont couvertes et 23 dispositifs sont destinés exclusivement aux filières d’agro-exportation. Si l’offre est large en termes d’objets financés (équipements, bio-intrants, semences et races adaptées, agroforesterie, aménagement, stockage et infrastructures de commercialisation, etc.), l’étude pointe les lacunes en matière de financement du besoin additionnel en main-d’œuvre lié à la transition agroécologique ainsi que pour la commercialisation dans les filières non exportatrices. Une majorité de dispositifs couple un accompagnement technique aux financements proposés (84, soit plus de la moitié). Ces derniers articulent, ou plutôt, juxtaposent prêts et subventions55 sans que la pérennité de ces dernières soit assurée, notamment au niveau des projets. Enfin, parmi les différentes perspectives ouvertes, face à la diversité des dispositifs et des situations rencontrées, l’étude s’interroge sur la possibilité d’établir un cadre de financement propre à la transition agroécologique et des « modalités de reporting pragmatiques, transparentes et, si possible, harmonisées ».

38Les données statistiques auxquelles il est possible d’avoir accès illustrent donc, avec acuité dans le cas de l’Afrique de l’Ouest, la double impasse précédemment mentionnée en matière de finance agricole et rurale. En ce qui concerne la finance « verte » ou, plus spécifiquement, le financement de la transition agroécologique et de l’agriculture durable, l’inventaire entrepris à l’échelle de la CEDEAO dévoile un foisonnement de dispositifs, diversifiés et, principalement, issus de source privée. S’il est hasardeux de dimensionner la portée de ces initiatives, elles demeurent modestes et, sous leur forme de projets, peu durables au regard de « l’exclusion financière » des petits agriculteurs familiaux qui représentent l’essentiel des unités de production agropastorales de la sous-région. Dans leur ensemble, leur portée demeure peu significative au vu des défis à relever au niveau des systèmes de financement agricole. Reste à se donner l’ambition et les moyens de suivre leurs évolutions pour savoir s’il s’agit, à terme, d’un simple palliatif pour les acteurs des systèmes financiers ou, à l’inverse, d’une source féconde en matière d’innovations et de refondations des institutions et des politiques de financement agricole.

5. Positionnement du dossier

  • 56 Les coordinateurs du dossier et de la revue remercient, à ce titre, le travail des évaluateurs, ano (...)

39Bien que la littérature institutionnelle ne soit pas avare sur le sujet, il n’existe que peu de travaux de recherche et de publications sur le thème du financement des transitions agricoles et alimentaires, en particulier dans les pays émergents et en développement du « Sud global ». De nombreux articles de recherche traitent le sujet par des analyses statistiques et économétriques à partir de données financières, mais peu de connaissances remontent, au final, de l’observation de terrain56.

40Les articles du dossier proposent un certain nombre d’éclairages que l’on peut présenter de façon organisée en fonction de leur échelle géographique, d’une part, et de la grille issue des travaux sur le processus de financiarisation (Van der Zwan, 2014), d’autre part. Trois contributions traitent de questions globales ou d’autres contextes que l’Afrique, point d’appui de ce cadrage, et une seule renvoie à une expérience africaine. De façon croisée, deux articles peuvent être reliés à l’échelle des pratiques financières, l’un renvoyant à l’analyse des dispositifs de financement et le dernier traitant de politiques publiques. Le tableau ci-après résume cette grille de lecture croisée des quatre articles du dossier.

Répartition des articles selon la grille d’analyse de la financiarisation

Échelles

Pratiques

Dispositifs

Politiques

Global

Numérisation des services financiers

Agriculture décarbonée au Brésil

Soutiens agricoles, comparaison pays

Afrique

Femmes au Sénégal

41Au niveau des pratiques financières, la contribution de Marie Thérèse Daba Sene et Sadio Ba Gning développe les résultats d’une enquête sur le financement de groupements de femmes maraîchères au Sénégal, dans la région de Kaolack. Elles y dévoilent les effets des dispositifs d’appui technique et financier des ONG qui accompagnent les groupements féminins et induisent des logiques d’accaparement et de recherche de financement complémentaire, en dehors des enjeux de durabilité de ces initiatives féminines. À une échelle plus globale, l’article de Patrick Arnold Ombiono Kitoto explore, d’un point de vue économétrique, les liens entre l’inclusion financière numérique et la productivité agricole justifiée, en termes de transition agricole, sur la base des besoins alimentaires accrus. Les corrélations positives qui ressortent de l’analyse d’une base de données sur 18 pays d’Afrique subsaharienne s’inscrivent dans des modalités d’intensification assez classique, adossées notamment au subventionnement des intrants. L’article illustre à la fois les méthodes d’analyse et les orientations de politiques agricoles qui dominent les approches du développement agricole, tout en faisant l’objet des controverses précédemment évoquées.

42Au niveau des dispositifs, l’article de Livia Kalil étudie la mise en œuvre d’un programme brésilien d’encouragement des pratiques agricoles décarbonées, le plan ABC. Son analyse, basée sur la documentation disponible et des entretiens, révèle les interactions et les intérêts des divers acteurs impliqués, dans le cadre dual de l’agriculture brésilienne, entre agrobusiness et agriculture familiale. Constatant l’exclusion des agriculteurs familiaux des instruments du programme, elle conclut au « changement par superposition » de la politique agricole brésilienne.

43Enfin, l’article d’Abdoul Fattath Yaya Tapsoba et de Matthieu Brun présente les données assemblées par l’observatoire mondial des soutiens publics à l’agriculture et l’alimentation, dispositif promu par la Fondation FARM et organisé à partir de diverses sources d’information homogénéisées en matière de soutien public à l’agriculture (OCDE, Banque interaméricaine de développement et FAO). Grâce à cette comparaison et par la mise en perspective globale des politiques agricoles, l’article met en évidence les inégalités, considérables, entre différentes classes de pays du Nord et des Suds en matière de soutien aux agriculteurs et les carences existantes en termes d’outils et d’instruments pour accompagner le financement des transitions agricoles.

Conclusion

44Au terme de cette revue, même si les perspectives en matière de financement des transitions agricoles et alimentaires dans les Suds apparaissent plutôt sombres, de nouvelles pistes existent pour sortir de la triple impasse. Ce bilan n’est pas, au regard des analyses critiques sur la finance agricole ou en lien avec les enjeux environnementaux, particulièrement original (Chiapello et al., 2020 ; Cardona, 2022). Certains auteurs comme Thierry Pouch (2023) font l’hypothèse que la transition agroécologique irait même jusqu’à constituer « un nouveau vecteur de l’absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste », en particulier dans sa vision dépendante de la technologie, la robotique, les équipements lourds, etc. De fait, les soutiens publics à l’agriculture continuent de croître, aggravant les inégalités de financement entre modèles agricoles, d’une part, et entre pays du Nord et des Suds d’autre part (OCDE, 2023). Et, en pointant la focale sur les investisseurs de la « seconde financiarisation », le financement de l’innovation écologique, et la crise écologique par la même occasion, seraient à même de se transformer en « opportunité économique » pour certains fonds d’investissement spéculatifs internationaux (Benquet et al., 2020). Comment penser un dispositif de financement au service d’une politique de souveraineté alimentaire axée sur une agriculture familiale durable (Nubukpo, 2022) ? La tendance globale semble à l’opposé de la perspective revendiquée par l’inclusion financière « 2.0 », « plus inclusive, plus résiliente et plus verte » (Sirtaine, 2023).

  • 57 Laquelle peut être couplée aux associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) dans (...)
  • 58 Voir aussi l’expérience de Compensaction, programme lancé en 2022 par le ministère fédéral allemand (...)
  • 59 Voir la présentation du FISAN au niveau du réseau des chambres d’agriculture du Niger (https://reca (...)
  • 60 Voir aussi IPES-Food, 2020.
  • 61 https://mitigation-action.org/.
  • 62 https://unfccc.int/fr/news/un-cafe-sobre-en-carbone-pour-le-climat.

45Pour autant, comme l’illustre l’inventaire de la CEDEAO en Afrique de l’Ouest et en écho à d’autres références internationales, de nombreuses initiatives émergent pour sortir de la triple impasse. Qu’il s’agisse de finance participative57 (Elouaer-Mrizak, 2022), de finance communautaire (Behrendt et al., 2022), de biocrédits à l’échelle locale (Ducros et al., 2022) de finance ou monnaie sociale (Stephens, 2021), le but est de favoriser les institutions financières qui font « de la responsabilité fiduciaire une valeur intangible. […] Au cœur de ce projet, il y a la traçabilité de ce qui est fait de l’épargne : créer des circuits courts dans lesquels l’usage de l’épargne est transparent pour l’épargnant et ciblé sur des projets locaux à fort impact social et écologique » (Vignes et al., 2023: 111). En Afrique de l’Ouest comme dans d’autres contextes (Sparkassenstiftung Alemana, n.d. ; Redcamif, 2023), les expériences existent et méritent, en complément des rapports institutionnels, un approfondissement par la recherche (SOS Faim, 2020). Dans le prolongement des analyses précédentes, ces expériences, ou dispositifs, articulent, en général, crédit et subvention, et sont le plus souvent couplées à des accompagnements non financiers (Global Alliance for the Future of Food, 2022). En complément, des solutions sont testées pour rémunérer, sous forme de paiements pour services environnementaux, le travail additionnel des agriculteurs ou les externalités sociales et écologiques qui ne sont pas prises en compte dans l’évaluation financière58 (Biodiv’2050, 2014 ; Treyer et al., 2023). En termes de changement d’échelle, l’articulation avec les fonds publics, nationaux ou régionaux, sous forme de financement « à coût partagé », tel que l’illustre le fonds d’investissement pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (FISAN59) dans le cadre de l’initiative « les Nigériens nourrissent le Niger » (i3N), et les contrats tripartites associant institutions financières, organisations de producteurs et fonds publics ouvrent des perspectives novatrices dans le financement de la transition agricole60, qu’il agisse d’articulation entre prêt et subvention, mais aussi de couplage entre services financiers et accompagnement. Des relais d’agrégation sous la forme, par exemple, des mesures d’atténuation appropriées au niveau national (Nationally appropriate mitigation actions ou NAMA)61, pourraient, à terme, élargir l’accès aux refinancements internationaux au travers, par exemple, du Fonds vert climat comme l’expérimente le Costa Rica dans l’agroforesterie associée à la caféiculture ou l’élevage62.

46Mais, dans tous les cas, se pose la question de la coconstruction des référentiels d’action avec les agriculteurs et leurs organisations (Méral et al., 2022) et ce, à une échelle territoriale cohérente vis-à-vis des leviers de la transition agroécologique (Côté et al., 2022). En effet, si les expériences en matière d’approches participatives dans des systèmes de garantie agro-écologique peuvent révéler des limites (Lemeilleur et al., 2020), les « ambiguïtés » (Stephens, 2021) de la finance sociale comme des banques publiques en matière de cogouvernance des dispositifs de financement durable des systèmes agricoles et alimentaires demeurent, au-delà des dispositifs de proximité, à l’état de friches. En ce sens, l’enjeu de la gouvernance locale et du rôle des collectivités locales se pose, de plus en plus, dans la régulation du secteur agricole (Pahun, 2022).

  • 63 « They both produce an increase in the power and wealth of private financial actors and their abili (...)

47Au stade actuel, l’accès des agriculteurs au financement se heurte à une triple impasse qui constitue, parmi d’autres facteurs, un frein à la transition agricole et alimentaire. Plus largement, la double question initialement posée, celle, d’une part, de l’évolution globale des systèmes économiques ainsi que, d’autre part, celle de la réorganisation des dispositifs de financement, amène à réinterroger le processus de financiarisation globale, tout comme les modalités d’insertion des acteurs et dispositifs locaux dans les systèmes financiers. En rejoignant des observations plus générales63, la tendance à l’augmentation du pouvoir des acteurs financiers privés et de leur capacité à extraire de la valeur des économies, des entreprises, des États et des ménages des pays en développement constitue le cadre dans lequel l’enjeu du financement des transitions des systèmes agricoles et alimentaires demeure posé, à l’échelle globale comme à celle des territoires ruraux des pays des Suds.

Haut de page

Bibliographie

Adams, D., & Fitchett, D. (1994). Finance informelle dans les pays en développement. Presses universitaires de Lyon.

Adeniyi, D. (2023). Adaptation Finance to Local Food Systems in Kenya. Discussion Paper no 348. ECDPM.

Agence française de développement (2023). Pour une meilleure intégration de la transition agroécologique dans les projets financés par le groupe AFD. https://www.afd.fr/fr/ressources/meilleure-integration-transition-agroecologique-projets-finances-groupe-afd.

Agence française de développement (2010). L’AFD et la mesofinance, financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud. https://www.mfw4a.org/fr/publication/lafd-et-la-mesofinance-financer-les-petites-et-tres-petites-entreprises-des-pays-du-sud.

Alliance for Food Sovereignty in Africa (2017). Une étude des politiques, cadres et mécanismes liés à l’agroécologie et aux systèmes alimentaires durables en Afrique. Kampala. https://afsafrica.org/wp-content/uploads/2018/09/agroecology-policy-fr-online-single-pages.pdf.

Aglietta, M., & Orléan, A. (2002). La monnaie entre violence et confiance. Odile Jacob.

Aguiton, S. A. (2020). La pluie, le rendement et l’assurance. In Chiapello, È., Missemer, A., Pottier, A. (Eds.). Faire l’économie de l’environnement (59-78). Presses des Mines. https://doi.org/10.4000/books.pressesmines.6470.

Ahairwe, P. E., Bilal, S. (2022). AgrInvest-Food Systems Project: Leveraging Private Finance for Sustainable Agrifood Value Chains in Burkina Faso, Ethiopia, Kenya and Niger. FAO. https://doi.org/10.4060/cc0558en.

Allaire, G., & Daviron, B. (Eds.) (2017). Transformations agricoles et agroalimentaires, entre écologie et capitalisme. Quae. http://books.openedition.org/quae/21587.

Alliance for Financial Inclusion (AFI) (2022). Measuring Inclusive Green Finance: Considerations for Supply Side Data, Funding Sources, Risk Management and Reporting. https://www.afi-global.org/publications/measuring-inclusive-green-finance/

Ambikapathi, R., Schneider, K. R., Davis, B. et al. (2022). Global Food Systems Transitions have enabled Affordable Diets but had Less Favourable Outcomes for Nutrition, Environmental Health, Inclusion and Equity. Nat Food 3, 764-779. https://doi.org/10.1038/s43016-022-00588-7.

Angely, C. (2023). Régulation internationale et inclusion financière. Entre impasse et renoncements. Note brève, nB255. Fondation pour les études et recherches sur le développement international. http://hdl.handle.net/10419/277006.

Aubert, P. M., Gardin, B., Schiavo, M., Alliot, C. (2021). Vers une transition juste des systèmes alimentaires. Enjeux et leviers politiques pour la France. Iddri. https://www.iddri.org/fr/publications-et-evenements/rapport/vers-une-transition-juste-des-systemes-alimentaires-enjeux-et.

Banque africaine de développement (BAD) (2016). Nourrir l’Afrique. Stratégie pour la transformation de l’agriculture africaine 2016-2025.

Baker, P., Lacy-Nichols, J., Williams, O., Labonté, R. (2021). The Political Economy of Healthy and Sustainable Food Systems: An Introduction to a Special Issue. International Journal of Health Policy and Management, 10, 734-744. https://dx.doi:10.34172/ijhpm.2021.156

Balana, B. B., Mekonnen, D., Haile, B., Hagos, F., Yimam, S., Ringler, C. (2022). Demand and Supply Constraints of Credit in Smallholder Farming: Evidence from Ethiopia and Tanzania. World Development, 159. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2022.106033

Balineau, G., Bauer, A., Kessler, M., & Madariaga, N. (2020). Les systèmes agroalimentaires en Afrique, repenser le rôle des marchés. AFD/Banque mondiale.

Banque mondiale (1989). Rapport sur le développement dans le monde 1989. Systèmes financiers et développement.

Bureau d’analyse sociétale d’intérêt collectif (Basic) (2015). Qui a le pouvoir ? Revoir les règles du jeu pour plus d’équité dans les filières agricoles. Rapport d’étude pour la plateforme pour le commerce équitable.

Finance for Tomorrow (2021). Définition de la finance à impact.

Bédécarrats, F. (2013). La microfinance. Entre utilité sociale et rentabilité financière. L’Harmattan.

Béné, C. (2022). Why the Great Food Transformation may not happen: A Deep-dive into Our Food Systems’ Political Economy, Controversies and Politics of Evidence. World Development, 154. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2022.105881.

Benquet, M., & Bourgeron, T. (2021). La finance autoritaire, vers la fin du néolibéralisme. Raisons d’agir.

Benni, N. (2021). Impact Evaluation of Credit Guarantee Schemes in Agriculture: Methodology and Guidelines. https://doi.org/10.4060/cb7917en.

Bergez, J. E., Béthinger, A., Bockstaller, C., et al. (2022). Integrating Agri-environmental Indicators, Ecosystem Services Assessment, Life Cycle Assessment and Yield Gap Analysis to Assess the Environmental Sustainability of Agriculture. Ecological Indicators, 141. https://doi.org/10.1016/j.ecolind.2022.109107.

Behrendt, G., Peter, S., Sterly, S., Häring, A. M. (2022). Community Financing for Sustainable Food and Farming: A Proximity Perspective. Agriculture and Human Values, 39, 1063-1075. https://doi.org/10.1007/s10460-022-10304-7.

Belay, M., Lim L. C., Clapp, J., et al. (2023). Breaking the Cycle of Unsustainable Food Systems, Hunger, and Debt. A special Report. International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES Food).

Bezner Kerr, R., Madsen, S., Stüber, M. et al. (2021). Can Agroecology Improve Food Security and Nutrition? A Review. Global Food Security, 29. https://doi.org/10.1016/j.gfs.2021.100540.

Biodiv’2050 (2014). Regards croisés sur les paiements pour services environnementaux du Sud au Nord. Les cahiers de Biodiv’2050, 2. CDC Biodiversité.

Blackburn, C., & Hernandez, E. (2022). Agent Networks at the Last Mile: Implications for Financial Service Providers. Consultative Group to Assist the Poor.

Braun, B., & Koddenbrock, K. (2022). The Three Phases of Financial Power: Leverage, Infrastructure and Enforcement. In Capital, Claims: Power and Global Finance. SocArXiv, September 2. https://doi.org/10.31235/osf.io/kcwy7.

Bricas, N., Conaré, D., & Walser, M., (Ed.) (2021). Une écologie de l’alimentation. Quæ. https://doi.org/10.35690/978-2-7592-3353-3.

Brulé-Françoise, A., Faivre-Dupaigre, B., Fouquet, B., Tafforeau Neveu, M. J., Rozières, C., & Torre, C. (2016). Le crédit à l’agriculture, un outil-clé du développement agricole [Note no 16]. FARM.

Cabral, L., Rainey, E., & Glover, D. (2022). Agroecology, Regenerative Agriculture, and Nature-Based Solutions. Competing Framings of Food System Sustainability in Global Policy and Funding Spaces. Smoke & Mirrors. IPES Food/IDS.

Calame, P., Morvant-Roux, S., Prieur, A., Servet, J. M., Simon, C., Tiran, A. (2023). Pour un Bretton Woods de la monnaie carbone. Le Monde, 27 octobre 2023.

Cardona, M. (2022). Les limites des engagements climat volontaires des acteurs financiers privés. Institute for Climate Economics (I4CE).

Care (2015). Les championnes de la résilience. Les contributions de l’épargne féminine et de l’adaptation à base communautaire à la résilience des communautés du Sahel.

CEDEAO (2023). Étude sur les mécanismes de financement de la transition agroécologique dans la CEDEAO. Rapport d’études de cas. Commission des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)/Horus Developement Finance/Salva Terra.

CEDEAO (2017). Cadre d’orientation stratégique à l’horizon 2025. Département agriculture, environnement et ressources en eau de la CEDEAO (DAERE).

Cerise & SPTF (2022). Les normes universelles de gestion de la performance sociale et environnementale.

CGAP (2023). Les risques de la finance numérique pour les consommateurs. Étude nationale au Sénégal.

Chambost, I., Tadjeddine, Y., Vincensini (2018). Empreintes et emprises de la financiarisation. Terrains & Travaux, 33, 5-23. https://doi.org/10.3917/tt.033.0005.

Chiapello, È. (2020). La financiarisation de la politique climatique dans l’impasse. In Chiapello, È., Missemer, A., Pottier, A. (Eds.). Faire l’économie de l’environnement (39-58). Presses des Mines. https://doi.org/10.4000/books.pressesmines.6465.

Chiapello, È., Engels, A., Gonçalves Gresse, E. (2023). Financializations of Development, Global Games and Local Experiments. Routledge.

Christen, R. P., & Anderson, J. (2013). Segmentation des ménages de petits exploitants agricoles : répondre aux divers besoins financiers des familles agricoles. Note d’information no 85. CGAP.

CIDSE (2020). Finance for Agroecology: More than Just a Dream? An Assessment of European and International Institutions’ Contributions to Food System Transformation [Policy Brief]. CIDSE. https://www.cidse.org/2020/09/30/finance-for-agroecology-more-just-than-a-dream/

CILSS (2016). Les paysages de l’Afrique de l’Ouest : Une fenêtre sur un monde en pleine évolution. US Geological Survey EROS.

Clapp, J. (2023). Concentration and Crises: Exploring the Deep Roots of Vulnerability in the Global Industrial Food Systems. The Journal of Peasant Studies, 50(1), 1-25. https://doi.org/10.1080/03066150.2022.2129013.

Clapp, J. (2021). The Problem with Growing Corporate Concentration and Power in the Global Food System. Nature Food, 2, 404-408. https://doi.org/10.1038/s43016-021-00297-7.

Clapp, J., & Isakson, S. R. (2019). Cosechas especulativas. Financiarizacion, alimentación y agricultura. Icaria.

Climate Policy Initiative (2022). The State of Climate Finance in Africa: Climate Finance Needs of African Countries. climatepolicyinitiative.org.

CNRS (2020). Dictionnaire critique de l’anthropocène. CNRS Éditions.

Colin, J.-Ph., Lavigne Delville, Ph., Léonard, E. (2022). Le foncier rural dans les pays du Sud, enjeux et clés d’analyse. IRD Éditions. https://doi.org/10.4000/books.irdeditions.44677.

Cochet, H., Ducourtieux, O., Garambois, N. (Eds.) (2019). Systèmes agraires et changement climatique au Sud. Les chemins de l’adaptation. Quae.

Coordination Sud (2023). Acteurs et actrices de la solidarité internationale : quelle(s) mutation(s) ?, ONGLab. www.coordinationsud.org.

Coste, J., Doligez, F., Egg, J., Perrin, G. (Eds.) (2021). La fabrique des politiques publiques en Afrique. Agricultures, ruralités, alimentations. Karthala.

Côte, F. X., Rapidel, B., Sourisseau, J. M., et al. (2022). Levers for the Agroecological Transition of Tropical Agriculture. Agronomy for Sustainable Development, 42. https://doi.org/10.1007/s13593-022-00799-z.

Couppey-Soubeyran, J., & Espagne, É. (2022). La transition écologique : vers un changement de paradigme monétaire et financier ? Revue économique, 73, 147-149. https://doi.org/10.3917/reco.732.0147.

CSA (Comité de sécurité alimentaire) (2014). Principes pour un investissement responsable dans l’agriculture et les systèmes alimentaires, www.fao.org/cfs.

David-Benz, H., Sirdez, N., Deshons, A., Orbell, C., Herlant, P. (2022). Cadre conceptuel et méthode pour des diagnostics nationaux et territoriaux. Activer la transformation durable et inclusive de nos systèmes alimentaires. FAO/Cirad/Union européenne. https://doi.org/10.4060/cb8603fr.

Davis B, Lipper L, & Winters, P. (2022). Do not transform Food Systems on the Backs of the Rural Poor”. Food Security, 14, 729-740. https://doi.org/10.1007/s12571-021-01214-3.

de Boissieu, C., & Pollin, J.-P. (2020). Introduction. Revue d’économie financière, 137, 9 -20. https://doi.org/10.3917/ecofi.137.0009.

De Janvry, A., & Sadoulet, E. (2023). Sept propositions pour soutenir et financer le secteur agricole en Afrique subsaharienne dans le contexte du changement climatique. Document de travail P324. Fondation pour les études et recherche sur le développement international (Ferdi).

DeLonge, M. S., Miles, A., & Carlisle, L. (2016). Investing in the Transition to Sustainable Agriculture. Environmental Science & Policy, 55, 266‑273. https://doi.org/10.1016/j.envsci.2015.09.013.

Derreumaux, P. (2022). Les systèmes financiers de l’UEMOA en 2021 : croissance, consolidation et restructurations. Note brève no 242. Ferdi.

D’Espallier, B., Goedecke, J., Hudon, M., Mersland, R. (2017). From NGOs to Banks: Does Institutional Transformation alter the Business Model of Microfinance Institutions? World Development, 89, 19-33. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2016.06.021.

Doligez, F. (2017). La microfinance, précurseur de la financiarisation de l’aide au développement ? Mondes en Développement, 178, 41-58. https://doi.org/10.3917/med.178.0041.

Doligez, F. (2015). L’ambivalence de la microfinance, une recherche appliquée aux économies rurales des pays en développement. Habilitation à diriger des recherches, université de Rennes-2.

Doligez, F., Lemelle, J.-P., Lapenu, C., Wampfler, B. (2008). Financer les transitions agricoles et rurales. In Devèze, J.-C. (Ed.). Défis agricoles africains (313-330), AFD/Karthala.

Ducastel, A. (2016). Le capital-investissement comme instrument de l’action publique ou la financiarisation du développement en Afrique subsaharienne. Politique africaine, 144, 135-155. https://doi.org/10.3917/polaf.144.0135.

Ducastel, A., & Anseeuw, W. (2017). Investissements fonciers à grande échelle et financiarisation de l’agriculture : une analyse par les filières agrofinancières. In Allaire, G., & Daviron, B. (Eds.). Transformations agricoles et agroalimentaires, entre écologie et capitalisme (257-274). Quae. http://books.openedition.org/quae/21832.

Ducastel, A., & Anseeuw, W. (2018). Facing Financialization: The Divergent Mutations of Agricultural Cooperatives in Postapartheid South Africa. Journal of Agrarian Change, 18(3). 555-570. https://doi.org/10.1111/joac.12255.

Ducros, A., Steele, P. (2022). Biocredits to Finance Nature and People : Emerging Lessons, IIED, Londres.

Dury, S., Bendjebbar, P., Hainzelin, E., et al. (Eds.). (2019). Food Systems at Risk. New Trends and Challenges. FAO/CIRAD/Union européenne. https://doi.org/10.19182/agritrop/00080.

Edafe, O. D., Osabuhohien, E., Matthews, O., Olurinola, I. Edafe, J., Osabohien, R. (2023). Large-Scale Agricultural Land Investments and Food Security in Nigeria. Heliyon, 9(9). https://doi.org/10.1016/j.heliyon.2023.e19941.

Elouaer-Mrizak, S. (2022). Exploring the Potential Role of Crowdfunding for Agri-Food Transition. Systèmes alimentaires/Food Systems, 7, 257-280.

Fairbairn, M. (2014). “Like Gold with Yield”: Evolving Intersections between Farmland and Finance. The Journal of Peasant Studies, 41(5), 777-795. https://doi.org/10.1080/03066150.2013.873977.

Faivre-Dupaigre, B., & Goura Soulé, B. (2023). L’insécurité alimentaire en Afrique. In AFD. L’économie Africaine 2023 (45-60). La Découverte.

Falconnier, G. N., Cardinael, R., Corbeels, M., et al. (2023). The Input Reduction Principle of Agroecology is Wrong When It comes to Mineral Fertilizer Use in Sub-Saharan Africa. Outlook on Agriculture, 52(3), 311-326. https://doi.org/10.1177/00307270231199795.

Fanzo, J., Haddad, L., Schneider, K. R., et al. (2021). Viewpoint: Rigorous Monitoring is Necessary to Guide Food System Transformation in the Countdown to the 2030 Global Goals. Food Policy, 104. https://doi.org/10.1016/j.foodpol.2021.102163.

FAO (2017). Intensification de la production durable et développement des chaînes de valeurs en Afrique. Initiative régionale pour l’Afrique.

FAO (2012). Investir dans l’agriculture pour un monde meilleur.

FAO & Afraca (2020). Agriculture Value Chain Finance Innovations and Lessons: Case Studies in Africa. https://doi.org/10.4060/cb4776en.

Dionisio, D., Audebert, P., Schiettecatte, L.-S., et al. (2023). Technical Guide for the Adaptation, Biodiversity and Carbon Mapping Tool. FAO. https://doi.org/10.4060/cc4116en.

Findev (2023). ¿Como se vinculan el clima, la inclusión financiera y la estabilidad financiera ? Portail Findev. https://www.findevgateway.org/es/blog/2023/08/como-se-vinculan-el-clima-la-inclusion-financiera-y-la-estabilidad-financiera.

Fouilleux, E., & Berlan, A. (2022). Agriculture durable. In Berlan, A., Carbou, G., & Teulières, L. (Eds.). Greenwashing. Manuel pour dépolluer le débat public. Seuil.

Gaitán-Cremaschi, D., Klerkx, L., Duncan, J., et al. (2020). Sustainability Transition Pathways through Ecological Intensification: an Assessment of Vegetable Food Systems in Chile. International Journal of Agricultural Sustainability, 18(2), 131-150. https://doi.org/10.1080/14735903.2020.1722561.

Gasselin, P., Lardon, S., Cerdan, C., et al. (Eds.) (2021). Coexistence et confrontation des modèles agricoles et alimentaires. Un nouveau paradigme du développement territorial ? Quae. https://books.openedition.org/quae/40055.

Gentil, D., & Doligez, F., 2002. Le crédit rural. Mémento de l’agronome, 155-177. Quae.

German, L., Bonanno, A., Foster, L. C., Cotula, L. (2020). “Inclusive business” in Agriculture: Evidence from the Evolution of Agricultural Value Chains. World Development, 134. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2020.105018.

Germidis, D., Kessler, D., Meghir, R. (1991). Systèmes financiers et développement : quel rôle pour les secteurs financiers formels et informels ? OCDE.

GFA-Libélula (2018). Lecciones aprendidas sobre el proyecto banco verde y recomendaciones para una potential réplica, Informe de reflexión y síntesis.

Gliessman, S. R. (2007). Agroecology: The Ecology of Sustainable Food Systems. CRC Press.

Global Alliance for the Future of Food (2022). Mobilizing Money & Movements: Creative Finance for Food Systems Transformation.

Godin, A., David, A., Lecuyer, O., Leyronas, S. (2022). Appréhender les trajectoires de développement à l’aune de la soutenabilité forte. AFD.

Graham, S., & Tevosyan, A. (2023). Des horizons plus prometteurs pour les cultivateurs de cacao. Portail Findev, 5 septembre 2023.

Grain (2022). De l’accaparement des terres à l’accaparement des sols : le nouveau business de l’agriculture carbone. https://grain.org/fr, 10 mars 2022.

Guérin, I., Labie, M., Servet, J.-M. (2015). The Crises of Microcredit. Zed Books.

Harrison, E., Mdee, A. (2018). Entrepreneurs, Investors and the State: The Public and Private in Sub-Saharan African Irrigation Development. Third World Quaterly, 39(11), 2126-2141. https://doi.org/10.1080/01436597.2018.1458299.

Havemann, T., Negra, C., Werneck, F. (2020). Blended Finance for Agriculture: Exploring the Constraints and Possibilities of Combining Financial Instruments for Sustainable Transitions. Agriculture and Human Values, 37, 1281-1292, https://doi.org/10.1007/s10460-020-10131-8.

Hayward, D. (2022). Le lien entre la microfinance et la perte de terre. Land Portal.

Hoff, K., Braverman, A., & Stiglitz, J. E. (1993). The Economics of Rural Organization. Theory, Practice and Policy. World Bank.

Hrabanski, M. (2020). Une climatisation des enjeux agricoles par la science ? Les controverses relatives à la Climate-smart agriculture. Critique internationale, 86, 189-208. https://doi.org/10.3917/crii.086.0189.

HLPE (2023). Résumé du rapport intitulé Réduction des inégalités au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition. Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition du Comité de la sécurité alimentaire mondiale.

HLPE (2019). Approches agroécologiques et autres approches novatrices pour une agriculture et des systèmes alimentaires durables propres à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition. Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition du Comité de la sécurité alimentaire mondiale. http://www.fao.org/3/ca5602fr/ca5602fr.pdf.

HLPE (2013). Paysans et entrepreneurs : investir dans l’agriculture des petits exploitants pour la sécurité alimentaire. Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition du Comité de la sécurité alimentaire mondiale.

Hubert, B., Couvet, D. (Eds) (2021). La transition agroécologique. Quelles perspectives en France et ailleurs dans le monde ? Presses des Mines.

IFC (2019). Working with Smallholders. A Handobook for firms Building Sustainable Supply Chains. World Bank. https://doi.org/10.1596/978-1-4648-1277-4.

Inter-réseaux (2021). Partenariats entre producteurs et entreprises agro-alimentaire. Grain de Sel, 81.

Inter-réseaux (2019). Le rôle croissant du secteur privé dans les politiques agricoles et alimentaires en Afrique, contexte, enjeux et formes. Inter-réseaux développement rural/Issala/SOS Faim.

IPES-Food (2020). Valeur(s) ajoutée(s) de l’agroécologie : déverrouiller le potentiel de transition en Afrique de l’Ouest. IPES-Food.

Iyabano, A., Leeuwis, C., Lie, R., Toillier, A., Waters-Bayer, A. (2023). Making Decisions about Agroecological Innovations: Perspectives from Members of Farmer’s Organizations in Burkina Faso. International Journal of Agricultural Sustainability, 21(1). https://doi.org/10.1080/14735903.2023.2239056.

Jacquemot, P. (2023). Quel financement pour l’économie paysanne africaine ? willagri.com (15/08/2023).

Jayne, T. S., Snapp, S., Place, F., Sitko, N. (2019). Sustainable Agricultural Intensification in an Area of Rural Transformation in Africa. Global Food Security, 20, 105-113. https://doi.org/10.1016/j.gfs.2019.01.008.

Knaack, P., & Zetterli, P. (2023). Climate Risk and financial Inclusion: A Regulatory Perspective on Risks and Opportunities. cgap.org.

Koddenbrock, K., Harvold Kvangraven, I., Sylla, N. S. (2022). Beyond Financialisation: The Longue Durée of Finance and Production in the Global South. Cambridge Journal of Economics, 46(4), 703-733. https://doi.org/10.1093/cje/beac029.

Koloma, Y. (2019). État des lieux de quelques expériences d’instruments de promotion de la finance agricole par les banques nationales de développement agricole dans le monde. African Development Group. Disponible sur ResearchGate. https://doi.org/10.13140/RG.2.2.14608.02564.

Lapenu, C. (2008). Évolutions récentes dans l’offre et les stratégies de financement de l’agriculture, Réseau français de la microfinance.

Larrea, C. (2023). Normes volontaires de durabilité des investissements dans le domaine de l’agriculture durable. International Institute for Sustainable Development.

Le Breton, P. (1989). Les banques agricoles en Afrique de l’Ouest. Caisse centrale de coopération économique.

Lemeilleur, S., & Sermage, J. (2020). Building a Knowledge Commons: Evidence from the Participatory Guarantee System for an Agroecology Label in Marocco. International Journal of the Commons, 14(1), 465-480. https://doi.org/10.5334/ijc.1020.

Leménager, T., & Ehrenstein, V. (2016). Des principes agroécologiques à leur mise en pratique. Quels effets environnementaux en Zambie et quels enseignements pour les bailleurs de fonds ? Revue Tiers Monde, 226-227, 65-93. https://doi.org/10.3917/rtm.226.0065.

McKinnon, R. I. (1973). Money and Capital in Economic Development. Brookings.

Magalhães, N. (2021). Désinvestir le paradigme des investissements verts. Natures, Sciences, Sociétés, 29(4), 439-449. https://doi.org/10.1051/nss/2022010.

Mees, M. (2023). 1983-2023 : gloires et limites de la microfinance. Défis Sud, 140, 41-46.

Mélonio, T., Naudet, J. D., Rioux, R. (2022). L’aide publique au développement à l’âge des conséquences. AFD.

Méral Ph., Andriamahefazafy, F., Castella, J. C., Neang, M., Serpentié, G., Tittonel, P. (2022). Intégrer la notion de service écosystémique dans les politiques et les pratiques agricoles des pays du Sud. Cahiers Agricultures, 31(9). https://doi.org/10.1051/cagri/2022005.

Miller, C., Ono, T., Petruljeskov, M. (2018). Agriculture Investment Funds for Development, Descriptive Analysis and Lessons Learned from Fund Management, Performance and Private-Public Collaboration. FAO.Moore, J.W. (2016). Anthropocene or Capitalocene: Nature, History and the Crisis of Capitalism. PM Press.

Morvant-Roux, S. (Ed.) (2009). Exclusion et liens financiers. Microfinance pour l’agriculture des pays du Sud, Economica.

Muiderman, K., Zurek, M., Vervoort, J., et al. (2022). The Anticipatory Governance of Sustainability Transformations: Hybrid Approaches and Dominant Perspectives. Global Environmental Change, 73. https://doi.org/10.1016/j.gloenvcha.2021.102452.

Ndiaye, C. T., Rietsch, C., Sarr, F. (Eds.) (2021). La microfinance contemporaine, les frontières de la microfinance. Presses universitaires de Rouen et du Havre.

Nubukpo, K. (2022). Une solution pour l’Afrique. Du néoprotectionnisme aux biens communs. Odile Jacob.

OCDE (2023). Politiques agricoles : suivi et évaluation 2023. Adapter l’agriculture au changement climatique. https://doi.org/10.1787/9dae6a9d-fr.

OCDE-FAO (2016). Guide OCDE-FAO pour des filières agricoles responsables. https://doi.org/10.1787/9789264264038-fr.

Ouédraogo, A., & Gentil, D. (Eds.) (2008). La microfinance en Afrique de l’Ouest : histoires et innovations. CIF/Karthala.

Olivier de Sardan, J. P. (2021). La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà. Karthala.

Oxfam (2022). Les financements climat en Afrique de l’Ouest. Évaluation de l’état des financements climat dans l’une des régions les plus vulnérables au climat dans le monde.

Pahun, J. (2022). Gouverner l’agriculture localement ? La capacité politique des collectivités territoriales sur la régulation agricole. Géocarrefour, 96(4). https://doi.org/10.4000/geocarrefour.21213.

Pita, N., Anderson, M., Frison, E., Goïta, M., et al. (2022). Smoke & Mirrors: Examining Competing Framings of Food System Sustainability: Agroecology, Regenerative Agriculture, and Nature-based Solutions. International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES Food).

PNUE (2023). Adaptation Gap Report 2023: Underfinanced, Underprepared, Inadequate Investment and Planning on Climate Adaptation leaves World Exposed. https://doi.org/10.59117/20.500.11822/43796.

Pouch, T. (2023). Essai sur l’histoire des rapports entre l’agriculture et le capitalisme. Classiques Garnier.

Prato, B., Clubb, C., Rossmann, R. (2021). Deploying Blended Finance to Mobilize Investiment at Scale in Food and Agriculture. SAFIN.

Raworth, K. (2018). La théorie du donut. L’économie de demain en 7 principes. Plon.

Raza, A., Tong, G., Erokhin, V., et al. (2023).Sustaining Performance of Wheat-Rice Farms in Pakistan: The Effects of Financial Literacy and Financial Inclusion. Sustainability, 15(9). https://doi.org/10.3390/su15097045.

Redcamif (2023). Sistematización de experiencias de Proyectos Pilotos para el Diseño e Implementación de Servicios Financieros Inclusivos Verdes, Redcamif/ADA.

Ribier, V., & Gabas, J. J. (2016). Vers une accentuation des disparités dans le financement de l’agriculture en Afrique de l’Ouest ? Cahiers Agricultures, 25(6). https://doi.org/10.1051/cagri/2016045.

Rigourd, C., & Djamen, P. (2023). Le conseil en agroécologie en Afrique de l’Ouest : constats et leviers stratégiques pour son développement. Note d’orientation politique. Iram/Cirad/Inter-réseaux développement rural/Rescar-AOC.

Robinson, M. (2001). The Microfinance Revolution: Sustainable Finance for the Poor. World Bank.

Roppa (2018). Études sur les mécanismes/outils nationaux et régionaux de financement du secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest. Synthèse régionale. Réseau d’organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest. http://roppa-afrique.org/IMG/pdf/004-synthese_regionale-v5_bdef.pdf.

Roudié, P., & Dia, D. (2021). Une troisième voie pour l’agriculture ouest-africaine ? Le cas de l’agroécologie au Sénégal. In AFD. L’économie africaine 2021 (39-56). La Découverte.

Ruben, R., Cavatassi, R., Lipper, L. et al. (2021). Towards Food Systems Transformation: Five Paradigm Shifts for Healthy, Inclusive and sustainable Food Systems. Food Security, 13, 1423-1430. https://doi.org/10.1007/s12571-021-01221-4.

Schiller, K. J. F., Klerkx, L., Poortvliet, P. M., Godek, W. (2020). Exploring Barriers to the Agroecological Transition in Nicaragua: A Technological Innovation Systems Approach. Agroecology and Sustainable Food Systems, 44(1), 88-132. https://doi.org/10.1080/21683565.2019.1602097.

Schoneveld, G. (2022). Transforming Food Systems through Inclusive Agribusiness. World Development, 158. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2022.105970.

Shakhovskoy, M., Colina, C., Clason Höök, M. (Eds.) (2019). Pathways to Prosperity: Rural and Agriculture Finance State of the Sector Report.

Sirtaine, S. (2023). L’avenir de l’inclusion financière. L’inclusion financière 2.0 : construire un avenir plus inclusif, plus résilient et plus vert. Portail Findev, 17 octobre 2023.

Slater, S., Baker, P., Lawrence, M. (2022). An Analysis of the Transformative Potential of Major Food System Report Recommendations. Global Food Security, 32. https://doi.org/10.1016/j.gfs.2022.100610.

Sophie, S. (2017). Concilier développement agricole et la préservation des biodiversités. Vertigo, 17(3). https://doi.org/10.4000/vertigo.18973.

SOS Faim (2020). Formation d’organisations paysannes sahéliennes en finance agricole : premiers enseignements tirés du dispositif AGRI+.

Sossou, K. B., & Fok, M. (2019). Crédit de trésorerie des producteurs de coton au centre du Bénin : modalités et conséquences. Cahiers Agricultures, 28. https://doi.org/10.1051/cagri/2019015

Soullier, G., Moustier, P., Bourgoin, J., Ba, A. (2018). Les effets des investissements d’agrobusiness sur les agriculteurs familiaux. Le cas de la vallée du fleuve Sénégal. Économie rurale, 366, 61-79. https://doi.org/10.4000/economierurale.6262.

Sparkassenstiftung Alemana, n.d., Productos, servicios y programas de finanzas verdes globales en áreas rurales, 10 casos de estudio.

Springmann, M., Clark, M., Mason-D’Croz, D. et al. (2018). Options for keeping the food system within environmental limits. Nature, 562, 519-525. https://doi.org/10.1038/s41586-018-0594-0.

Stephens, P. (2021). Social Finance for Sustainable Food Systems: Opportunities, Tensions and Ambiguities. Agriculture and Human Value, 38, 1123-1137. https://doi.org/10.1007/s10460-021-10222-0.

Stiglitz, J. E., & Weiss, A. (1981). Credit Rationing in Markets with Imperfect Information. The American Economic Review, 71(3), 393-410.

Storchi, S., Hernandez, E., McGuiness, E. (2020). A Research and Learning Agenda for the Impact of Financial Inclusion. CGAP/World Bank.

Traoré, A., Bocoum, I., Tamini, L. D. (2020). Services financiers : quelles perspectives pour le déploiement d’innovations agricoles en Afrique ? Économie rurale, 371, 77-94. https://doi.org/10.4000/economierurale.7549.

Treyer, S., Karsenty, A., Mushiete, O. (2023). Financement international de la biodiversité : remettre les paiements pour services écosystémiques dans le cadre d’une approche de co-investissement pour le développement durable. IDDRI/Sciences Po.

Trivelli, C., & Venero, H. (2007). Banca de desarrollo para el Agro, experiencias en curso para América Latina. Instituto de Estudios Peruanos.

Ugwuanyi, U., Ugwuoke, R., Onyeanu, E., et al. (2022). Finance Inclusion-Economic Growth Nexus : Traditional Finance Versus Digital Finance in Sub-Saharan Africa. Cogent Economics and Finance, 10. https://doi.org/10.1080/23322039.2022.2133356.

UNCDF (2022). Local Government Finance is Development Finance.

Union Africaine-OCDE (2023). Dynamiques du développement en Afrique 2023. Investir dans le développement durable. CUA/OCDE. https://doi.org/10.1787/b0920649-fr.

Valegeas, F. (2020). Transition écologique. In CNRS. Dictionnaire critique de l’anthropocène (780-782). CNRS Éditions.

Valiorgue, B. (2020). Refonder l’agriculture à l’heure de l’anthropocène. Le Bord de l’eau.

Van der Ploeg, J. D. (2021). Préface. Un ouvrage courageux et vraiment nécessaire. In Gasselin, P., Lardon, S., Cerdan, C., et al. (Eds.). Coexistence et confrontation des modèles agricoles et alimentaires. Un nouveau paradigme du développement territorial ? (7-12). Quae. http://books.openedition.org/quae/40095.

Van der Zwan, N. (2014). Making Sense of Financialization. Socio-Economic Review, 12(1), 99-129. https://doi.org/10.1093/ser/mwt020.

Veillard, P. (2022). Améliorer la quantité et la qualité des financements pour l’agroécologie. Défis Sud, 140.

Vignes, A., Lefournier, J., Pottier, A., et al. (2023). Déverrouiller l’économie. Une approche systémique de la transition écologique et sociale. Les liens qui libèrent.

Villalba, R., Venus, T. E., Sauer, J. (2023). The Ecosystems Approach to Agriculture Value Chain Finance: A Framework for Rural Credit. World Development, 164. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2022.106177.

Von Pischke, J. D. (1991). Finance at the Frontier. Debt Capacity and the Role of Credit in the Private Economy. World Bank. https://doi.org/10.1596/0-8213-1818-7.

Von Pischke, J. D., & Adams, D. W. (1980). Fungibility and the Design and Evaluation of Agricultural Credit Projects. American Journal of Agricultural Economics, 62(4), 719-726. https://doi.org/10.2307/1239770.

Wade, I., & Niang, A. (2014). L’engagement de Maputo : le mot d’ordre a-t-il été respecté ?. Passerelles, 15(3), 21-23.

Wampfler, B., Lapenu, C., & Doligez, F. (2010). Organisations professionnelles agricoles et institutions financiers rurales : construire une nouvelle alliance au service de l’agriculture familiale. Les Cahiers de l’IRC/Supagro Montpellier.

Wang, Y., Weng, F., Huo, X. (2023). Can Digital Finance Promote Professional Farmers’ Income Growth in China? An Examination Based on the Perspective of Income Structure. Agriculture, 13(5). https://doi.org/10.3390/agriculture13051103.

Watts, N., Scales, I. R. (2020). Social Impact Investing, Agriculture, and the Financialisation of Development: Insights form sub-Saharan Africa. World Development, 130. https://doi.org/10.1016/j.worlddev.2020.104918.

Wolff, A. Gondran, N., & Brodhag, C. (2017). Les outils d’évaluation de la biodiversité et des services écosystémiques recommandés aux entreprises : compromis entre crédibilité, pertinence et légitimité. Développement durable et territoires, 8(1). https://doi.org/10.4000/developpementdurable.11649.

World Bank (2022). Fintech and the Future of Finance Overview Paper. World Bank.

Yaron, J. (1992). Successful Rural Finance Institutions. World Bank.

Yunus, M. (1997). Vers un monde sans pauvreté. J. C. Lattès.

Zahm, F., Alonso Ugaglia, A., Barbier, J. M., et al. (2019). Évaluer la durabilité des exploitations agricoles. La méthode IDEA v4, un cadre conceptuel combinant dimensions et propriétés de la durabilité. Cahiers Agricultures, 28. https://doi.org/10.1051/cagri/2019004.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les numéros suivants de la Revue Tiers Monde (qui devient en 2017 la Revue internationale des études du développement) : 145, Le financement décentralisé. Pratiques et théories (1996) ; 172, Microfinance : petites sommes, grands effets ? (2002) ; 197, La microfinance est-elle socialement responsable ? (2009) ; 225, L’inclusion financière : aider les exclus ou servir les financiers ? (2016).

2 Le présent article se penche, en priorité, sur le versant agricole des systèmes alimentaires et, de ce fait, le financement des agriculteurs.

3 On retrouve ce double niveau de questionnement dans un ouvrage récent sur la financiarisation du développement (Chiapello et al., 2023).

4 Voir l’analyse par les filières agrofinancières développée dans le cas de l’Afrique du Sud (Ducastel et al., 2017) ou les liens effectués entre microfinance et perte de terre (Hayward, 2022) mais aussi, plus largement la spoliation foncière en lien avec l’investissement privé, urbain et étranger (Colin et al., 2022) ou dans le cas du Nigeria (Edafe et al., 2023).

5 Systèmes agricoles et alimentaires parfois qualifiés de nouvelle « classe d’actifs » ou de « frontière émergente » pour les capitaux spéculatifs dans un cadre de marchandisation et de privatisation des ressources comme autant de matières premières ou « commodities ».

6 Au sein, notamment, de l’Inter-réseaux développement rural, les auteurs ayant partagé les instances de cette association d’acteurs africains et européens qui anime une veille et des échanges d’expériences sur le développement agricole en Afrique de l’Ouest et du Centre (www.inter-reseaux.org). En parallèle, une veille scientifique et technique a été menée dans la durée en accompagnement d’études de terrain. Pour ne pas alourdir la bibliographie de l’article, les références clés et les publications récentes ont été privilégiées.

7 https://www.ifad.org/fr/web/guest/systemes-alimentaires. Pour plus d’informations sur le pôle des Nations unies sur les systèmes alimentaires, voir https://www.unfoodsystemshub.org.

8 Voir Balineau et al., 2020.

9 On dénombre plus de 120 écorégions en Afrique de l’Ouest (CILSS, 2016).

10 Le titre de cette section fait référence à l’ouvrage de Bertrand Valiorgue. Pour une définition du capitalocène, notion militante issue des travaux de James W. Moore (2016) afin d’envisager les responsabilités du système économique dans le changement climatique et la crise écologique, voir l’article « Capitalocène » de F. Argounès et Ph. Pelletier (CNRS, 2020 : 140-143).

11 Les études disponibles sur le financement agricole reposent, en général, sur des typologies d’exploitation et l’estimation de leur capacité d’endettement ou, surtout, sur des approches filières qui extrapolent les besoins de financement potentiel en projetant l’évolution des quantités produites et les investissements nécessaires dans la continuité de l’existant. Pour une approche orientée « agriculture durable », voir le chapitre 7 (« Investir dans les chaînes de valeur agroalimentaires pour le développement durable en Afrique de l’Ouest ») de Union Africaine-OCDE, 2023. Voir également Jacquemot, 2023. Ce dernier estime le déficit de financement à 200 milliards de dollars par an pour l’Afrique subsaharienne.

12 Voir Doligez, 2013, mais aussi, plus largement, Chiapello, 2020.

13 Évaluées par rapport aux autres ressources financières mobilisées en complément, publiques comme privées.

14 Le rapport 2012 de la FAO Investir pour l’agriculture pour un monde meilleur estime que les agriculteurs consacrent, dans les pays à faible ou moyen revenu, quatre fois plus de financement que les investissements publics dans l’équipement de leurs propres exploitations agricoles (FAO, 2012 ; Ribier et al., 2016).

15 Voir Basic, 2015.

16 De façon à réduire l’asymétrie d’information entre prêteur et emprunteur grâce à l’information fournie par les autres biens échangés ainsi que grâce à la constitution de garanties matérielles collatérales (sur le produit commercialisé, notamment).

17 Roppa, 2018 et FAO & Afraca, 2020. Plus largement, voir German et al., 2020 ; Schoneveld, 2022 ; Villalba et al., 2023.

18 Au sens large si, en complément des coûts liés à l’information et à la coordination entre prêteurs et emprunteurs, on agrège les coûts associés liés à la proximité d’un ensemble d’unités agricoles atomisées et dispersées sur un territoire ainsi qu’à l’adaptation de l’offre de crédit à la diversité de cet ensemble.

19 Se référer, par exemple, aux publications de l’Oakland Institute.

20 Certaines études comme celles de FINCA dans la filière cacao en Côte d’Ivoire, font un lien entre formalisation des droits fonciers et amélioration de l’accès aux financement (Graham S. et al., 2023).

21 Financement des activités commerciales ou de services, crédit à la consommation, gestion des virements, notamment de migrants internationaux (D’Espallier et al., 2017).

22 Notamment de la part des institutions collectant de l’épargne locale et donc moins tributaires du refinancement sur marché, ou de la part d’institutions dont la gouvernance demeure contrôlée par les membres, telles que coopératives d’épargne et de crédit (Ouédraogo et al., 2008) ou entreprises sociales dont le capital social est mutualisé (cas, historiquement, de la Grameen Bank du Bangladesh).

23 Ugwuanyi et al., 2022 ou, pour la Chine, Wang et al., 2023.

24 Ainsi, au Sénégal, une enquête récente montre que 32 % des utilisateurs de services numériques ont perdu de l’argent dans leurs opérations financières (CGAP, 2023).

25 En raison des calculs d’actualisation, voir Vignes et al., 2023.

26 Dans le cas des scénarios discutés en France, qu’il s’agisse de transition « land sparing » (agriculture concentrée sur des terres et des cultures intensives pour conserver ailleurs plus d’espaces naturels riches en biodiversité) ou « land sharing » (agriculture diversifiée mais à plus faible rendement, plus extensive et moins économe en espaces naturels), une hausse des prix ou des aides financières complémentaires sont considérées comme nécessaires pour « boucler » financièrement l’effort d’investissement demandé aux agriculteurs (Aubert et al., 2021 cité par Couppey-Soubeyran & Espagne, 2022).

27 https://www.afd.fr/fr/actualites/comprendre-banques-publiques-de-developpement-en-quatre-infographies.

28 Du point de vue du délai de retour sur investissement.

29 Une discussion est, à ce propos, engagée au niveau de l’architecture financière internationale et de l’aide au développement (Melonio et al., 2022). Voir également le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial (https://pactedeparis.org/) ou la déclaration de Nairobi du premier sommet africain sur le climat, sachant qu’il existe un « énorme » déficit de financements internationaux au niveau de l’adaptation (PNUE, 2023), lequel se trouve à l’agenda de la COP28.

30 En moyenne sur la période 2003-2010 : Burkina Faso, Éthiopie, Niger, Malawi, Mali, Sénégal, Zimbabwe (Wade & Niang, 2014).

31 CNCAS au Sénégal ou, pour l’Amérique latine, Trivelli et al., 2007 et, plus largement, Koloma, 2019.

32 « Blending », Havemann et al., 2020 ; Prato et al., 2021.

33 On les retrouve, à une autre échelle, dans les principes d’investissement responsable (CSA, 2014).

34 Certains économistes vont jusqu’à développer la proposition d’une monnaie carbone (Calame et al., 2023).

35 Voir, par exemple, Cerise-SPTF, 2022.

36 Voir, par exemple, le label finance agricole et rurale du Groupe AFD (https://www.afd.fr/fr/agreenfi-label-finance-agricole-et-rurale-groupe-afd).

37 Voir Clapp & Isakson, 2019 ; OCDE-FAO, 2016.

38 Producteurs, financiers, exportateurs, industriels, supermarchés, ONG sociales et environnementales, etc.

39 https://www.agroecology-pool.org/methodology/.

40 https://www.fao.org/agroecology/tools-tape/fr/.

41 Voir, par exemple, Agrobanco au Pérou (GFA-Libélula, 2018).

42 C’est, par exemple, le cas de l’outil TAPE de la FAO.

43 Voir Wolff et al., 2017, avec dix-huit outils recensés pour les entreprises dans le domaine de la biodiversité.

44 Suivi des engagements « zéro déforestation importée » par exemple.

45 FAO, Banque mondiale à l’échelle internationale, institutions financières régionales, autorités nationales, associations professionnelles, etc.

46 Il s’agit du rapport, exprimé en monnaie constante, entre le crédit agricole et la valeur de la production à partir des statistiques FAOStat pour la région Afrique de l’Ouest.

47 À comparer, à l’échelle de l’Afrique, à la part de l’agriculture dans le PIB (16 % en moyenne) ou dans les emplois (54 %) (Roudié & Dia, 2021).

48 La dénomination réglementaire de la microfinance en zone UEMOA.

49 Incitation aux regroupements en réseaux, retrait d’agrément des mutuelles isolées et fragilisées par les réglementations prudentielles à la suite des crises traversées par le secteur. Voir aussi, plus globalement, Angely, 2023.

50 La part agricole des financements est estimée entre 10 et 30 % des volumes financiers intermédiés suivant les institutions.

51 Enquête statistique réalisée périodiquement au niveau d’un échantillon de la population (https://www.worldbank.org/en/publication/globalfindex).

52 Deux communautés régionales se chevauchent en Afrique de l’Ouest : l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA, composée de huit pays) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, avec quinze États membres).

53 Il existe également d’autres références, en Afrique subsaharienne comme dans d’autres contextes pour le financement d’initiatives à petite échelle (Veillard, 2023). Ainsi, le fonds pour l’agroécologie recense les expérimentations pilotes des organisations de producteurs afin de les soutenir à l’échelle internationale (www.agroecologyfund.org).

54 Pour la délivrance de biens et services (comme l’eau d’irrigation).

55 106 dispositifs proposent du crédit, aux producteurs ou aux entreprises amont et aval et 51 d’entre eux (soit 48 %) couplent des subventions au niveau de l’acquisition d’intrants et d’équipement (9 dispositifs), du partage du risque et de la garantie (17 dispositifs) et, enfin, de la bonification des taux d’intérêt (24 dispositifs).

56 Les coordinateurs du dossier et de la revue remercient, à ce titre, le travail des évaluateurs, anonymes, pour l’accompagnement des auteurs dans l’amélioration de leur manuscrit.

57 Laquelle peut être couplée aux associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) dans le préachat des produits (www.alimenterre.org/l-amap-benin-change-d-echelle), mais aussi au co-investissement dans des équipements adaptés (cf. visites de terrain lors de la formation de formateurs sur la réduction de l’usage de pesticides et médicaments vétérinaires et l’adaptation d’alternatives agroécologiques, atelier GRET-AVSF, septembre 2022, Doué la Fontaine, Anjou).

58 Voir aussi l’expérience de Compensaction, programme lancé en 2022 par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement pour promouvoir les innovations dans le domaine des paiements pour services écosystémiques au profit des petits exploitants agricoles dans les pays à faibles revenus et revenus intermédiaires, comme l’Éthiopie, le Brésil ou le Lesotho (https://compensaction.com).

59 Voir la présentation du FISAN au niveau du réseau des chambres d’agriculture du Niger (https://reca-niger.org/spip.php ?article1157#). Faute de ressources propres, les modalités du fonds ont été, surtout, mises en œuvre par des projets de développement.

60 Voir aussi IPES-Food, 2020.

61 https://mitigation-action.org/.

62 https://unfccc.int/fr/news/un-cafe-sobre-en-carbone-pour-le-climat.

63 « They both produce an increase in the power and wealth of private financial actors and their ability to extract value from the economies, firms, states and households of developing countries », Chiapello et al., 2023 : 8.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Taux de financement agricole, Afrique de l’Ouest, 2000-2021
Crédits Source : Élaboration des auteurs à partir de FAOStats.
URL http://journals.openedition.org/ried/docannexe/image/10160/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 2 : Situation du secteur de la microfinance dans l’Union monétaire ouest-africaine, 1993-2021
Crédits Source : Élaboration des auteurs à partir des bilans de la BCEAO.
URL http://journals.openedition.org/ried/docannexe/image/10160/img-2.png
Fichier image/png, 109k
Titre Figure 3 : Nombre de comptes d’épargne et de prêts, UEMOA, 2011-2021
Crédits Source : Élaboration des auteurs à partir des enquêtes Findex de la Banque mondiale.
URL http://journals.openedition.org/ried/docannexe/image/10160/img-3.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 4 : Inventaire du financement de la transition agroécologique en Afrique de l’Ouest
Crédits Source : Élaboration des auteurs à partir de CEDEAO, 2023.
URL http://journals.openedition.org/ried/docannexe/image/10160/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Doligez, Mamadou Goïta, Marc Mees et Gifty Narh, « Introduction. Financer les transformations agricoles et alimentaires »Revue internationale des études du développement, 254 | 2024, 7-52.

Référence électronique

François Doligez, Mamadou Goïta, Marc Mees et Gifty Narh, « Introduction. Financer les transformations agricoles et alimentaires »Revue internationale des études du développement [En ligne], 254 | 2024, mis en ligne le 07 février 2024, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ried/10160 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ried.10160

Haut de page

Auteurs

François Doligez

François Doligez est ingénieur agronome et professeur habilité à diriger des recherches en sciences économiques. Il travaille à l’Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement (IRAM) depuis 1992, après une expérience de terrain en Amérique latine. Spécialisé dans les domaines du développement et de la finance agricole et alimentaire, il est chercheur associé à l’UMR Prodig (Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique) et enseigne au master « Dynamique des pays émergents et en développement » regroupant l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne, l’université Paris-Diderot et AgroParisTech.

A récemment publié
Doligez, F., Coste, J., Egg, J. & Perrin, G. (Eds.) (2021). La fabrique des politiques publiques en Afrique : agricultures, ruralités, alimentation. Karthala/Iram.

Doligez, F. (2021). Le projectorat, un concept voyageur ? Anthropologie & développement, Hors-série, 137-144. https://doi.org/10.4000/anthropodev.1207.

Doligez, F., & Toucas-Truyen, P. (2021). L’économie sociale et solidaire en Afrique de l’Ouest subsaharienne : expériences, dynamiques, questionnements. Recma, 362, 34-35. https://doi.org/10.3917/recma.362.0034.

Doligez, F. (2020). L’aide au développement à l’épreuve des stratégies absurdes. Revue internationale des études du développement, 241, 87-111. https://doi.org/10.3917/ried.241.0087.

Doligez, F., & Toucas-Truyen, P. (2019). Diversité et potentialités de l’économie sociale et solidaire au Maghreb dans un contexte en transition. Recma, 354, 24-26. https://doi.org/10.3917/recma.354.0024.

Articles du même auteur

Mamadou Goïta

Mamadou Goïta est enseignant-chercheur, socio-économiste du développement et ingénieur en gestion des systèmes d’éducation et de formation. Il est le directeur exécutif de l’Institut de recherche et de promotion des alternatives en développement (IRPAD). Il enseigne à l’université Thomas Sankara de Ouagadougou, à Dakar. Son champ de recherches inclut notamment les questions économiques, foncières et sécuritaires, l’agriculture et l’alimentation, la prévention et la gestion des conflits, les marchés territoriaux, les industries extractives, les migrations.

A récemment publié
Goïta, M. (2019). Land Grabbing, a Virus in the Fruit of Food Sovereignty in West Africa: A Case Study from “Office du Niger“ Zone in Mali. In Reclaiming Africa: Scramble and Resistance in the 21st Centuty (121-142). Springer.

Goïta, M,. & Frison, E. (2020). The Added Value(s) of Agroecology: Unlocking the Potential for Transition in West Africa. IPES-Food.

Goïta, M., & Bricas, N. (2018). La crise alimentaire 10 ans après, qu’est-ce qui a changé ? Grain de Sel, 76, 6-8.

Marc Mees

Marc Mees a une formation de bio-ingénieur. Il a assumé la coordination des programmes, la gestion des connaissances et le secrétariat général au sein de l’ONG belge Humundi (anciennement SOS Faim) dont il a coordonné pendant plusieurs années deux publications de capitalisation : Dynamiques paysannes et Zoom microfinance.

A récemment publié
Mees, M. (2023). 1983-2023 : gloires et limites de la microfinance. Défis Sud, 140, 41-46.

Mees, M. (2021). Finance rurale, sociale, solidaire : zoom sur le Sahel. Zoom microfinance, 51.

Mees, M., Morel, D., & Diop, P. A. (2019). Les organisations paysannes, un nouvel acteur des politiques agricoles en Afrique de l’Ouest ? Recma, 352, 109-117. https://doi.org/10.3917/recma.352.0109.

Gifty Narh

Gifty Narh a une formation d’ingénieur en formation. Elle est co-fondatrice et directrice de Corade, une agence privée de conseil, de formation et de gestion de projets de développement rural. Elle est présidente des conseils d’administration d’Inter-réseaux développement rural et du Réseau des services de conseil agricole de l’Afrique de l’Ouest et Centrale.

A récemment publié
Narh, G. (2021). Démarche Tylay : auto-découverte et mise en valeur des savoirs féminins. Grain de Sel, 80, 28-29.

Narh, G. (2019). Évaluer le conseil à l’exploitation familiale. Grain de Sel, 77, 32-33.

Narh, G. (2018) Les dispositifs paysans de formation et conseil à l’exploitation familiale agricole : principales évolutions, caractéristiques et défis, Grain de Sel.

Narh, G. (2017) Formation agricole et rurale : sur quels leviers agir pour stimuler l’insertion des jeunes dans les métiers agricoles et ruraux ? Cas du centre de formation agropastorale de la commune rurale de Silly. Mémoire de master 2, université de Lille 1.

Narh, G., Touré, T., Kaboré, G., & Sautebin, M. T. (2011). Approches de formation originales pour l’autonomie des communautés rurales et le développement durable. ADEA.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search