Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Dossier thématiqueArène de l’orpaillage : acteurs e...

Dossier thématique

Arène de l’orpaillage : acteurs et enjeux des centrales d’achat d’or de Kadiolo, au Mali

The gold panning arena. The actors and stakes of gold group purchasing organizations in Kadiolo, Mali
Escenario de la extracción artesanal del oro. Actores y desafíos de las centrales de compra de oro de Kadiolo, Mali
N’gna Traoré
p. 147-172

Résumés

Depuis plus d’une décennie, les gisements aurifères de Kadiolo dans la région de Sikasso attirent de nombreux orpailleurs locaux et migrants de nationalités diverses. Dans ce contexte de flux humain et de pression sur les ressources émerge l’idée des centrales d’achat d’or comme modèle de gestion approprié pour faire profiter l’exploitation de l’or aux communautés locales et compenser ses effets environnementaux. Cet article s’appuie sur des données ethnographiques afin d’analyser, selon une perspective mixte par le bas et par le haut, les enjeux et les confrontations entre acteurs autour des centrales d’achat. Il montre comment les centrales d’achat reposent sur la patrimonialité et la politique de l’appartenance et font de l’orpaillage une arène minière et un tremplin électoral.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’orpaillage fait référence a l’exploitation artisanale de l’or et est régi par un système de fina (...)

1La hausse et la stabilité du prix de l’or depuis les années 2000 ont fait de l’orpaillage une activité en plein essor dans la région ouest-africaine. Ceci a entrainé un flux humain vers les sites et la reconversion de nombreuses populations résidentes, auparavant réticentes à l’exploitation de l’or, du fait que celle-ci contrasterait avec leur traditionnelle économie agricole. Opposées initialement à l’orpaillage1, les populations du sud de Kadiolo, à la frontière avec la République de Côte d’Ivoire (RCI), majoritairement composées de paysans sénoufo, intègrent l’orpaillage dans leur économie basée sur les cultures vivrières et de rente, à cause notamment des coups de chance réalisés par des orpailleurs et des échos de production des sites. Ces orpailleurs résidents ont appris aussi bien des techniques d’exploitation que des modes d’organisation des sites auprès des migrants orpailleurs qui demeurent les mieux expérimentés et les mieux équipés. L’expansion de l’orpaillage a impulsé de nouvelles dynamiques économiques et sociales à l’espace local.

2Pourtant, dans le même temps, les externalités environnementales de la production artisanale de l’or, jugée négative, suscitent une des questions centrales de la problématique minière, celle de l’apport des ressources aux communautés locales et de la post-mine, des droits coutumiers et des rapports entre autochtones/résidents et allochtones/migrants. Cette problématique soulève une question éthique autour de l’égalité dans l’accès aux ressources. Elle est à la fois au cœur du débat sur le secteur artisanal et sur l’extractivisme en tant qu’idéologie référant au caractère prédateur du secteur industriel et dont la politique de compensation imposée par les revendications des travailleurs et les contestations communautaires repose sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) (D’Angelo & Pijpers, 2022).

3Cet article met en évidence le rôle des centrales d’achat d’or, communément appelées « comptoirs », dans les dynamiques de gestion de la ressource minière et des questions environnementales et de distribution de revenu qu’elle suscite. Au Mali, ces centrales émergent sur les sites d’orpaillage à partir de l’articulation des exigences autochtones du respect du droit foncier coutumier, et des politiques d’appartenance avec les stratégies allochtones d’intégration sociale et d’accès aux ressources. Les premières centrales d’achat de Kadiolo ont été mises en place à la suite d’une convention entre orpailleurs migrants et résidents, autorités villageoises, chefs de sites, autorités communales et représentants locaux de l’État, afin de donner plus de contenu éthique à l’orpaillage en recouvrant 10 % de la vente de la production d’or pour le développement local et la restauration de l’environnement. Adoptée initialement selon une démarche inclusive de tous les acteurs de l’orpaillage et mise en place pour la première fois sur les sites de la commune de Misseni, la politique des centrales d’achat a pu bénéficier d’un processus de mise en agenda politique et/ou de légalisation. Elle a été prise en compte dans les recommandations du Forum national sur l’orpaillage, à Bamako, en 2014 et dans la déclaration de politique minière du gouvernement de la République du Mali en 2018.

4Cependant, au-delà du consensus apparent entre acteurs de l’orpaillage et des politiques minières autour des centrales d’achat, celles-ci font de l’orpaillage une arène de confrontation entre groupes stratégiques (orpailleurs migrants, autorités foncières, responsables des sites, autorité communale). Selon quels enjeux les centrales d’achat font-elles de l’orpaillage une arène de confrontation entre différents acteurs et groupes stratégiques ? Comment l’arène de l’orpaillage s’imbrique-t-elle au jeu politique local et à l’arène minière nationale ? L’étude de ces différentes logiques et des positionnements stratégiques permet de mettre en évidence les enjeux politiques de l’éthique de l’or sur le terrain.

5Cet article commence par une réflexion sur l’arène comme concept analytique de la mine inspirée de l’anthropologie politique et du développement. Le recours à ce concept permet d’appréhender, au-delà de l’économie morale mise en évidence dans certains travaux (Panella, 2005, 2007), les jeux d’acteurs, les conflits et les positionnements stratégiques qui parcourent l’espace de l’orpaillage. L’étude adopte une approche mixte, « par le haut » et « par le bas », et ses exigences méthodologiques sont présentées. La deuxième section de l’article présente l’émergence des centrales d’achat comme phénomène endogène, par le bas, et met en évidence l’importance de la patrimonialité locale en son sein. La section suivante aborde les acteurs et les enjeux de confrontation des centrales d’achat. Elle montre comment l’arène de l’orpaillage, traversée par une logique de patrimonialité plurielle, imbrique le jeu politique local à celui national. Les deux dernières parties mettent l’accent sur deux types de rapports de force particulièrement présents au sein de cette patrimonialité plurielle : les usages électoraux de deux centrales d’achat d’or à la fois comme ressource de pouvoir et pôle d’opposition à la politique locale, et les oppositions entre orpailleurs migrants et populations autochtones, du fait du caractère translocal et transnational de l’orpaillage. L’article conclut sur quelques réflexions autour de l’utilité du concept d’« arène de l’orpaillage » pour appréhender les rapports politiques de l’orpaillage tels qu’ils s’insèrent dans une problématique majeure du secteur minier africain, où les ressources minières participent à la conquête et à la consolidation des pouvoirs politiques.

1. Pertinence et approche de l’arène de l’orpaillage dans le cercle de Kadiolo

  • 2 Olivier de Sardan (1995:179) utilise le concept de groupe stratégique pour désigner « des agrégats (...)

6Utilisé depuis plusieurs décennies dans différents domaines des sciences sociales, notamment dans les analyses du développement et des dynamiques politiques, le concept d’« arène » prend place dans une analyse générale du changement social « orientée vers les acteurs » (Dartigues, 2001). Il évoque des rapports sociaux de confrontation entre groupes stratégiques2. Dans l’arène du développement, les groupes stratégiques rivalisent autour des ressources économiques, politiques et symboliques. Cette compétition, selon Bierschenck, fait que le projet n’est ni un échec total, ni un succès complet conformément au but initial (Bierschenck, 2008).

7L’utilisation du concept d’arène dans l’analyse du secteur minier trouve d’abord sa pertinence dans les usages qui en sont fait sous le couvert des concepts d’enclave (Levacher, 2016 ; Ferguson, 2005) et de frontière (Grätz, 2002), selon lesquels les mines sont des espaces d’interaction ayant leurs propres normes et où les acteurs sont engagés dans des compétitions. Les travaux de Le Meur (2015) offrent une analyse assez spécifique de l’« arène minière », terme utilisé pour analyser les relations asymétriques, les confrontations et/ou négociations entre sociétés minières et communautés avec implication et/ou engagement d’autres acteurs, comme les organisations non gouvernementales (ONG) et les chercheurs. Mais il s’agit ici d’une arène marquée par la présence d’investisseurs étrangers que sont les sociétés minières, notamment les multinationales qui en donnent une configuration spécifique (Le Meur, 2017).

  • 3 Le terme « étranger » est utilisé ici pour désigner les non-résidents et/ou les orpailleurs immigr (...)
  • 4 Autant la formalité ne signifie pas le respect de toutes les règles, autant l’informalité n’est pa (...)
  • 5 Nos enquêtes ont d’abord eu lieu dans le cadre d’une collaboration avec l’Organisation pour la réf (...)

8Utiliser le concept d’arène pour l’analyse de l’orpaillage suggère d’abord de comprendre le secteur minier artisanal comme un champ où interviennent une multitude d’acteurs institutionnels, associatifs, résidents et « étrangers3 » parfois en confrontation et parfois en négociation autour d’enjeux économiques, sociaux et politiques. Une telle arène diffère peu ou prou de l’arène minière marquée par la présence des multinationales du fait de la « formalité » (contrats, conventions d’établissement) qui les régissent contrairement à l’« informalité4 » ou l’illégalité d’orpaillage, où l’activité a lieu en marge des normes définies par le code minier. L’arène d’orpaillage est néanmoins caractérisée par le conflit, comme toute autre arène, et elle permet d’appréhender les enjeux éthiques de l’orpaillage et la manière dont ceux-ci s’imbriquent dans la politique de gouvernance minière nationale et internationale. Appréhender cette arène suggère une entrée par les conflits, des astuces et des détours méthodologiques que seule une immersion sur le terrain5 et une démarche qualitative rigoureuse peuvent commander.

  • 6 Les leaders d’orpailleurs ou les chefs-Tonboloma servent toujours d’interface entre les orpailleur (...)

9Méthodologiquement, l’arène d’orpaillage s’étudie ici selon une approche mixte : « par le bas » et « par le haut ». S’inspirant des travaux classiques de Bayart sur les groupes sociaux subordonnés dans son approche « politique par le bas en Afrique » (1981), de Bierschenck et Olivier de Sardan (1998) sur les pouvoirs locaux en contexte de décentralisation, l’approche de l’arène de l’orpaillage par le bas privilégie le local à la fois dans sa relative autonomie et dans ses connexions avec le niveau politique national. Elle s’appuie sur les acteurs locaux des sites d’orpaillage : autorités villageoises, élus communaux, représentants locaux de l’État et responsables de sites qui sont soit mandatés par les villages abritant les sites, soit investis par leurs statuts de leader d’orpailleurs, nantis non seulement d’expérience, de ressources financières et matérielles mais aussi de ressources politiques locales et nationales utiles pour influencer les prises de décision et préserver le site de déguerpissement par les pouvoirs publics6.

10Nos enquêtes de terrain dans le cercle de Kadiolo ont porté sur neuf sites d’orpaillage (quatre dans la commune de Misseni et cinq dans la commune de Fourou) entre 2015 et 2018. Les sites de Massiogokoura, Massiogokoro, Bia et Téguéré, où les centrales d’achat fonctionnent depuis leur mise en place en 2011 pour les trois premiers et en 2017 pour Téguéré, ont prioritairement attiré notre attention, mais ceux de Badalabougou et de Tabacorni dans la commune de Fourou, où les centrales d’achat ont disparu dès leur mise en place dans les années 2015, ont été également investigués, l’objectif étant de faire une analyse des enjeux à travers la réussite et l’échec. Trois autres sites ont servi d’unités d’observation et d’exploration de la pratique de l’orpaillage, des normes circulatoires entre les sites et des relations entre les acteurs. L’entrée méthodologique par le haut a été réservée à l’analyse des politiques minières orientées sur la mise en œuvre des centrales d’achat. Elle s’est intéressée aux acteurs institutionnels, à la société civile du secteur minier, aux représentants locaux de l’État, aux élus communaux et aux institutions coutumières de gestion des sites appelées « Tonboloma ».

11Les enquêtes de terrain ont consisté en des entretiens libres, semi-structurés ou informels auprès d’acteurs individuels ou de focus group. L’observation directe des acteurs présents dans les centrales d’achat, des opérations et outils de commercialisation de l’or, la récension des quantités d’or écoulées et des pourcentages prélevés au compte de la caisse de développement local, ainsi que la participation aux forums sur les mines et aux réunions d’acteurs locaux, ont permis de compléter les données d’entretien. Le matériau empirique a été valorisé au moyen d’une analyse thématique des données et de contenu des discours autour des enjeux et de la dynamique d’évolution des centrales d’achat.

2. Émergence des centrales d’achat de Kadiolo : une initiative patrimoniale par le bas

12Caractérisées par l’existence de gisements aurifères faisant la convoitise d’opérateurs miniers nationaux et de multinationales depuis les années 1990, le Mali abrite des centaines de sites d’orpaillage. Dans les communes de Misseni et de Fourou dans le sud et l’ouest de Kadiolo, où les centrales d’achat ont notamment été lancées, l’économie est essentiellement agricole et la multiplication des sites est le fait d’orpailleurs migrants venus de différentes régions du Mali et d’Afrique de l’Ouest, en interaction avec des paysans initialement réticents à l’orpaillage. Jusqu’aux années 2000 marquées par la hausse du cours mondial de l’or et les ruées vers les sites, l’orpaillage était peu connu des paysans de Kadiolo. Cependant, faisant suite aux ruées inédites, notamment à Massiogo en 2006 où une vingtaine de nationalités avait été dénombrée par des autorités locales, les populations résidentes finissent par intégrer l’orpaillage dans leurs systèmes de production. L’orpaillage impulse des dynamiques économiques à l’espace local : développement des activités commerciales, artisanales et des infrastructures de mobilité

  • 7 L’usage des produits chimiques dans le traitement de l’or et l’emploi d’équipements mécanisés, tel (...)

13L’afflux d’orpailleurs « étrangers » plus expérimentés et équipés7, et les pressions sur les ressources naturelles ont suscité l’affirmation d’une nouvelle patrimonialité locale pour renforcer les droits « autochtones » déjà à l’œuvre depuis la création des sites. Le droit autochtone, qui est celui des premiers venus (Lentz, 2006) ou des fondateurs, s’exprime dans l’exploitation des ressources naturelles partout en Afrique (Chauveau, 2000 ; Côte, 2019). Elle est tantôt exclusive et tantôt inclusive de droits allochtones (de migrants) selon le niveau d’intégration ou d’autochtonisation (Jacob, 2007) de ceux qui sont venus après. Les expressions : « An ka dugukolo » (« notre terre »), « An ka sanu » (« notre or »), « An ka dji » (« notre eau ») qui structurent les discours des résidents de Kadiolo traduisent l’affirmation d’une primauté des droits sur les ressources naturelles, dont l’or. Dans ce contexte émerge une idéologie de développement communautaire suggérant des mesures compensatrices des externalités de l’orpaillage qui se révèlent compromettantes pour l’agriculture. Le projet de centrale d’achat s’inscrit dans cette idéologie.

14L’objectif initial des centrales d’achat d’or était de centraliser la vente de l’or de chaque site et d’instaurer un système de prélèvement sur la production d’or, dans le but d’une redistribution. Inspirées des sites ivoiriens de proximité dans la sous-préfecture de Tengrela, les centrales d’achat d’or sont apparues au Mali pour la première fois dans les années 2011 autour des sites de Massiogokoura et de Bia dans la commune de Misseni. L’initiative est partie d’une concertation entre les orpailleurs allochtones influents des deux sites, les autorités villageoises, les élus communaux et le représentant local de l’État auprès de la commune, en réponse aux critiques autochtones concernant le danger des mines sur les ressources foncières et environnementales et aux exigences de la décentralisation de faire profiter l’exploitation minières aux collectivités. Les centrales collectent 10 % du prix de vente du gramme de l’or qui sont versées au compte d’une « caisse de développement communautaire ». Les sommes sont recouvrées et gérées par les comités de gestion des centrales d’achat composés de responsables de sites, de représentants des autorités villageoises, communales et du représentant local de l’État.

  • 8 Cf. l’arrêté interministériel n° 03-0239/MIC-MMEEMEF du 17 février 2003 fixant les conditions d’ag (...)
  • 9 Des jeunes étudiants et recalés scolaires, ressortissants des villages de la commune sont employés (...)
  • 10 Les Donsow sont des chasseurs traditionnels qui jouent le rôle d’auto-défense dans de nombreuses c (...)

15Les centrales n’avaient pas de base légale, car aucune disposition, ni du code minier ni de la décentralisation, ne prévoyait leur création sur les sites. Elles sont communément aussi appelées « comptoirs », ce qui crée la confusion avec les comptoirs agréés pour le raffinage et l’exportation de l’or prévus par les textes règlementaires de la commercialisation de l’or8. À la différence des comptoirs agréés dirigés par des commerçants grossistes installés à Bamako, les centrales d’achat d’or sont des espaces aménagés à proximité des sites où les collecteurs s’installent avec des outils de pesée dans l’attente des productions de la journée. Ces marchés à or sont animés les après-midis par la présence, non seulement des collecteurs d’or et des orpailleurs mais aussi des pointeurs9, des marchands ambulants et des agents de sécurités (gendarmes, militaires, Donsow10). C’est une initiative nouvelle qui, en plus des objectifs de développement communautaire et de préservation de l’environnement, révèle une stratégie économique de la part de ses initiateurs tous impliqués dans le suivi et dans le partage des dividendes.

3. Une patrimonialité plurielle : consensus et confrontation d’acteurs autour des centrales d’achat

  • 11 La notion de communauté doit être perçue ici à ces deux niveaux (village et commune), qui entrent (...)
  • 12 Cf. Art. 46 de l’ordonnance n° 2019-022/P-RM du 27 septembre 2019 portant code minier en Républiqu (...)

16Si l’instauration des caisses de développement communautaire sur les sites d’orpaillage porte une connotation du droit foncier coutumier et du droit communautaire sur les ressources, plusieurs acteurs n’appartenant ni aux communautés villageoises abritant les sites, ni aux communes, sont impliqués dans l’orpaillage11. Pour élargir la base consensuelle des centrales d’achat, divers autres acteurs ont été inclus dans la convention de gestion et dans le partage des montants prélevés. Le tableau 1, extrait de la convention des sites de Bia et de Massiogokoro, illustre la diversité des acteurs impliqués et la distribution faites à ces différents acteurs sur la base d’un prélèvement de 2 000 francs CFA (FCFA) pour la caisse. La pluralité des catégories d’acteurs suit une stratégie d’inclusion pour obtenir l’adhésion de tous les acteurs influents aux centrales d’achat. Vu le statut illégal des sites qui ne sont pas officiellement attribués pour l’exploitation artisanale telle que prévue par le code minier12 et qui, en outre, sont parfois situés dans la forêt classée interdite de toute activité d’exploitation des ressources, la stratégie d’inclusion vise à prévenir les tensions pouvant conduire à une décision d’arrêt de l’initiative et/ou de fermeture des sites.

Tableau 1 : Dividende « caisse de développement communautaire » des centrales d’achat de Massiogokoura et Bia (commune de Misseni)

Acteurs Part en FCFA Part en %
Appui au sous-préfet pour encadrement, coordination et suivi des activités 150 8
Appui au sous-préfet pour carburant, fourniture et équipements 50 3
Part de la mairie de Misseni 300 15
Appui au conseil communal pour le suivi des activités 50 3
Part du conseil de cercle 50 3
Appui à la chambre des mines 50 3
Caisse des villages 300 15
Appui aux chefs de villages 50 3
Appui aux propriétaires coutumiers des terres 125 6
Appui aux Tonboloma 75 4
Appui aux orpailleurs (business) 225 11
Sécurité des comptoirs 100 5
Sécurité générale 50 3
Gestion des comptoirs 50 3
Mission, réunion, restauration 50 3
Imprévus 100 5
Appui au service des Eaux et Forêts 25 1
Appui à l‘éducation à l’échelle de la commune de Misseni 25 1
Appui à la santé à l’échelle de la commune de Misseni 25 1
Restauration des sites 150 8
Total 2000 100

Source : Procès verbal de concertation sur les sites d’orpaillage, janvier 2011.

17Les relations entre acteurs autour des enjeux environnementaux liés à l’orpaillage illustrent pourtant différentes logiques et tensions entre ceux impliqués à diverses échelles de gouvernance. Par exemple, la convention de gestion des centrales d’achat, adoptée en 2011 dans la commune de Misseni, n’avait pas prévu la Chambre des mines du Mali (CMM), un des acteurs clés de la mise en œuvre des politiques minières au Mali. Celle-ci voulait également imposer un modèle de convention, qui lui donnait le contrôle de la gestion des centrales d’achat et la part de dividende la plus élevée, soit 50 %, au nom de la restauration de l’environnement. Tout en rejetant ce modèle, les acteurs locaux ont fait une concession en incluant la CMM dans une version révisée de la convention. L’inclusion de la Chambre montre les connexions de l’arène de l’orpaillage avec l’arène nationale. La CMM, au nom de ses prérogatives en matière de proposition de politique minière peut servir de courroie de transmission des initiatives locales à l’État. L’acte modifié lui attribue alors 3 % du dividende. La même logique a suscité l’inclusion du sous-préfet et des autres services de l’État, les Eaux et Forêts, et services de sécurité. L’attribution au service des Eaux et Forêts d’une part des montants recouvrés indique a priori une prise en compte de la question environnementale, mais, dans la pratique, ce montant est remis aux agents en poste de surveillance de la forêt et sert de rétribution pour leur silence plutôt que d’appui à la préservation de l’environnement. En effet, ces agents n’imposent aucune mesure de restauration aux orpailleurs. Cela est d’autant plus paradoxal que la question de la compensation des externalités environnementales négatives de l’orpaillage a été au centre des discours légitimant les centrales d’achat.

18Une autre tension s’exprime autour des enjeux environnementaux au sein des populations locales, entre chefferies des villages abritant les sites et autorités communales. Dans la logique des chefferies villageoises, le revenu de l’or devait être d’abord investi dans les villages qui abritent les sites pour compenser le péril environnemental de l’orpaillage : déforestation, pollution des eaux, modification du relief par la multiplication des excavations qui constituent des pièges pour les animaux en divagation (Traoré, 2020). C’est l’économie agro-pastorale à l’échelle micro-territoriale villageoise qui est impliquée avant tout. En revanche, les autorités communales et les représentants locaux de l’État s’approprient le code minier et les textes sur la décentralisation pour exprimer leur légitimité dans le contrôle sur les centrales d’achat. La confrontation des deux logiques est traduite par ce propos d’un chef de site : « Le maire dit qu’il veut développer la commune. Je lui ai dit que nous, nous voulons développer nos villages » (Entretien avec S. C., chef du site de Massiogokoro, 22 mars 2017). Au-delà de l’enjeu environnemental, ce propos traduit un manque de confiance des autorités des sites et des villages en la gouvernance communale des ressources et face aux réinvestissements qui ont parfois lieu, non pas selon les besoins et les priorités des communautés mais selon des logiques électoralistes telle que l’importance de la population du village et les alliances politiques. Selon ces logiques, les villages peu peuplés et/ou non alliés du pouvoir communal ne sont pas priorisés dans les investissements communaux même s’ils sont le plus dans le besoin.

19Ces différentes rationalités et confrontations des acteurs font état d’une patrimonialité plurielle dans l’arène minière qu’est l’orpaillage. Elle imbrique le jeu politique local et national, et différentes normes y cohabitent : normes coutumières de production et de partage des dividendes de l’orpaillage qui circulent entre les sites, normes foncières locales parfois spécifiques au milieu et textes de la décentralisation. Le document de convention qui déterminait les partages n’est plus d’actualité, mais jusqu’en octobre 2021, les centrales d’achat étaient toujours fonctionnelles sur les quatre sites que compte la commune de Misseni, et les prélèvements au compte de la caisse de développement communautaire y avaient toujours lieu. Les acteurs locaux communiquent sur les usages des prélèvements, cependant la comptabilité de la caisse de développement ainsi que les modes de répartition des fonds selon les secteurs et les acteurs sont tenus dans l’opacité. Une patrimonialité plurielle se joue autour de l’environnement, mais aussi de quelques infrastructures sociales réalisées dans les villages abritant les sites grâce à l’argent des centrales d’achat (centres de santé, écoles, forages et mosquées). Sur la superposition de ces différentes normes, Grätz (2004) conclut à un pluralisme normatif qui régulent les sites d’orpaillage contrairement à leur apparente informalité. Les confrontations qu’elles suscitent au sein de la communauté locale entre sites/villages et commune sont d’autant plus aiguës qu’elles s’insèrent dans le jeu électoral, comme le cas des sites de Misseni le démontre ci-après.

4. Les centrales d’achat d’or comme tremplin électoral

  • 13 Jusqu’en octobre 2021, c’était encore les seules centrales d’achat fonctionnelles en République du (...)
  • 14 Les deux sites, créés l’un après l’autre, sont sur la même continuité territoriale dont la proprié (...)
  • 15 Ces informations sont obtenues de manière orale. Aucun accès à la documentation n’a été permis pou (...)

20Les sites d’orpaillage de Misseni, qui affichent une relative réussite en termes d’expérience des centrales d’achat13, offrent un cadre d’analyse des connexions entre l’orpaillage et le jeu politique local. Une juxtaposition de deux études de cas consacrés à Massiogokoura (nouveau site de Masiogo) et Massigokoro (ancien site de Massiogo14) met en évidence le lien entre l’orpaillage et les compétitions électorales. Ces deux sites soulignent les enjeux de pouvoir particulièrement visibles en raison des quantités d’or produites et des montants collectés pour la caisse de développement locale. Après avoir institué la centrale d’achat, le site de Massiogokoura avait réalisé en un mois d’exploitation une économie de 20 000 000 FCFA au titre de cette caisse. La production journalière du site de Massiogokoro variait aléatoirement entre 60 et 300 grammes d’or en 201715. Celle de Massiogokoura a connu également des périodes d’abondance et de baisse. En raison de ces enjeux économiques, l’opposition politique locale et les pouvoirs communaux œuvrent depuis 2015 à établir, chacun, son contrôle sur les centrales d’achat de ces sites.

4.1 Les centrales d’achat de Massiogokoro

21Créés autour d’un site reconstitué après un premier déguerpissement en 2010, les centrales de Massiogokoro, au nombre de trois, constituent un enjeu politique pour les compétiteurs locaux. Les responsables de ce site sont des alliés de l’ancien maire de la commune de Misseni. Autant celui-ci déclarait en 2015 que ce sont ses opposants qui dirigent la centrale de Massiogokoura, autant le pouvoir communal en place à l’issue des élections de novembre 2016 dénonce des manipulations des leaders du site de Massiogokoro par l’opposition politique locale représentée par l’ancien maire :

Ce sont mes opposants, avec à leur tête Sinè Dagnoko, l’ami de Bamba (mon opposant décédé), qui ont fait venir l’actuel maire sur leur liste, un diplomate à la retraite, natif de Massiogo. Ils ont été appuyés par l’association des ressortissants de la commune à Bamako avec comme mot d’ordre : changer la vieille équipe. Ils ont utilisé l’argent du comptoir dans leurs campagnes. Maintenant qu’ils ont passé, ils veulent avoir le contrôle sur le site de Massiogokoro qui est dans mon contrôle. Si je veux, je leur rends la monnaie de leur opposition au pouvoir communal à Massiogokourani. (Entretien avec N. Coulibaly, ancien maire, conseiller CNID, 17 mars 2017)

  • 16 Au-delà des centrales d’achat, les forages et l’équipement mécanisé, sur lesquels sont prélevés de (...)

22En effet, l’ex-maire est un allié des leaders du site de Massiogokoro. Avec eux, il avait négocié, auprès de l’administration minière, un couloir d’orpaillage dans la zone de ce site qui n’a pas abouti. Mais les démarches ont permis d’obtenir une acceptation tacite des autorités sur la reconstitution de l’ancien site situé dans une forêt classée. De par ce lien, l’ancien maire est plus écouté par les leaders du site de Massiogokoro que le pouvoir communal, représenté par l’actuel maire et ses adjoints. Ils apprécient ses méthodes de recouvrement des taxes qui leur paraissaient plus stratégiques et moins « gourmandes » que celles de l’autorité communale actuelle qui veut « tout prendre », s’agissant des dividendes des centrales d’achat, de l’eau et de l’équipement mécanisé16.

4.2 La centrale d’achat de Massiogokoura

  • 17 Cette fonction, qui est ici celle de la propriété foncière des sites d’orpaillage, est assurée par (...)
  • 18 Massiogo est le village qui abrite le site. En raison de ce statut, l’autorité foncière du village (...)
  • 19 Le site, à sa création, n’exploitait pas dans la forêt classée. C’est à la recherche d’un dakun (e (...)

23L’enjeu politique de la centrale d’achat de Massiogokoura s’est révélé dès sa mise en place en 2011. En effet, son installation avait fait l’objet de négociations politiques de la part d’acteurs engagés dans la conquête du pouvoir communal depuis la décentralisation. Le maire de Misseni et son principal opposant cherchaient tous les deux à se positionner auprès du chef de terre17 de Massiogo18 pour avoir le contrôle de la centrale d’achat. La centrale fut finalement créée avec l’implication du sous-préfet qui en fut le président du comité de gestion. Le maire fut le vice-président et le représentant de la famille du chef de canton de Misseni fut désigné responsable du sous-comité de gestion. La centrale fonctionna selon ce consensus pendant deux ans, de 2011 à début 2013. Mais dès l’entrée des orpailleurs dans la forêt classée19, un nouveau groupe s’empara du contrôle de la centrale d’achat. Il s’agit de leaders d’orpailleurs qui avaient négocié l’accord tacite des autorités du pays sur l’exploitation dans cette forêt. Cette aventure avait lieu suivant deux stratégies. Premièrement, elle menait vers plus de ressources, la forêt de Massiogo étant considérée par les acteurs locaux comme l’endroit le plus riche en or. Deuxièmement, elle était l’occasion, pour l’opposition, de rompre avec la gouvernance de l’orpaillage en cours à Massiogokoura. En effet, cette gouvernance attirait des ressources financières importantes au pouvoir communal. La caisse de développement, mise en place autour de la centrale d’achat, permit à la mairie de recouvrer un équilibre financier, de s’équiper et de payer les retards de salaire de ses agents.

24Ces deux exemples montrent la place des centrales d’achat dans les positionnements et les repositionnements politiques. Au-delà des accusations réciproques d’usage de l’argent de tel ou tel « comptoir » dans les campagnes de tel candidat, des témoignages révèlent l’appui des comptoirs aux actions communautaires à connotation politique. Des alliés de l’actuel maire affirment avoir donné un appui financier de la centrale d’achat de Massiogokoura à un projet du maire quand celui-ci n’était pas encore candidat : « Il y a une école entre Massiogo et Hèrèmakono. C’est l’actuel maire qui a cherché le projet. Il a été financé à plus de 30 000 000 FCFA. On avait demandé une contribution de 6 000 000 FCFA au village. C’est dans l’argent du comptoir que j’ai pris cet argent » (Entretien avec K. Kamissoko, chef du site de Massiogokoura, 26 mars 2017). Ce propos du chef de site de Massiogokoura, en même temps premier responsable de la centrale d’achat dudit site et allié politique du maire de Misseni, montre à suffisance que les centrales d’achat d’or sont un tremplin électoral. Elles sont dirigées par des acteurs majeurs du jeu politique local ou leurs soutiens qui utilisent les ressources pour financer des projets électoralistes. La construction de cette école demeure encore de nos jours un capital politique pour le maire. Elle est citée par ses alliés comme sa contribution au développement local avant même qu’il ne s’engage dans la politique.

25L’usage des ressources de l’orpaillage dans les projets politiques à court et long terme, et les oppositions à la gouvernance communale menées à partir des centrales d’achat, révèlent la connexion entre l’arène de l’orpaillage et celle politique en contexte de décentralisation démocratique. L’orpaillage impulse des transformations économiques qui font émerger une nouvelle classe d’acteurs politiques sur l’arène des compétitions locales. À l’issue des élections municipales de 2016, l’un des initiateurs du « comptoir » de Massiogokoura fut élu conseiller communal à la mairie de Misseni. Outre les ressources de son parcours politique, les capitaux économiques et politiques acquis grâce à sa position de leader d’orpailleurs avaient contribué à lui donner une popularité, faisant de la mine un tremplin politique. L’usage de la mine comme ressource électorale révèle finalement, telle dans l’analyse des mines burkinabè par Côte (2012), une ambivalence entre le rôle des institutions démocratiques dans la gestion des ressources minières et leurs implications et propensions à en tirer profit. En effet, si la décentralisation confère des compétences minières aux élus communaux, la gestion de ce secteur pose des défis à la gouvernance communale. Les pouvoirs communaux manquent de ressources pour faire face aux défis notamment environnementaux de l’exploitation minière. Cela est plus complexe quand ils deviennent des acteurs stratégiques dans la production aurifère qui apparaît comme une ressource électorale. L’analyse de la gestion des centrales d’achat comme arène de l’orpaillage révèle les connexions entre l’orpaillage et les joutes électorales. Elle témoigne également des connexions entre les arènes minières locales et nationale à travers la politique de l’appartenance qui avive les divergences entre orpailleurs résidents/autochtones et migrants/allochtones.

5. Politique de l’appartenance autour des centrales d’achat de Fourou et de Misseni

26Le projet de centrales d’achat dans la commune de Fourou intervient après le Forum national sur l’orpaillage qui s’est tenu à Bamako en septembre 2014 sous le leadership de la CMM. Parmi les recommandations de ce forum figurait la mise en place des centrales d’achat d’or sur tous les sites d’orpaillage au Mali. Elle fut adoptée par le ministère des Mines comme un élément de sa déclaration de politique minière. L’intégration de l’initiative locale des centrales d’achat dans l’agenda politique national visait à trouver la réponse à une problématique majeure du secteur minier malien, celle de la traçabilité de l’or et de l’évasion fiscale. Au-delà du Mali, il s’agit d’une problématique générale du secteur minier de plusieurs pays ouest-africain. Qu’il s’agisse du Burkina Faso ou du Sénégal, par exemple, pays voisins du Mali, le circuit commercial de l’or est marqué par son caractère informel, ce qui a pour conséquence l’absence de données tangibles (Alvarez et al., 2016). Le Mali est particulièrement présenté comme le plus grand passage de la région ouest-africaine pour les exportations illicites d’or (Martin & De Balzac, 2017).

27Les initiatives politiques, privées et locales ont montré tour à tour leurs limites. L’une des expériences de l’organisation du commerce de l’or dans la sous-région est le Comptoir burkinabé des métaux précieux (CBMP) mis en place sous le régime révolutionnaire de Thomas Sankara. Les insuffisances de ce système sous l’égide de l’État (Werthmann, 2012) et la disparition du système ont par exemple créé un vide institutionnel occupé par des comptoirs privés présentant à leur tour des limites en termes de contrôle sur la production (Arnaldi di Balme & Lanzano, 2013). Au Mali, les politiques règlementaires sur l’organisation des acteurs de la filière commerciale en collecteurs et en comptoirs agréés pour l’exportation n’ont permis ni de quantifier la production d’or, ni de lutter contre les circuits informels. Les projets de centrales d’achat sur les sites, après avoir suscité un enthousiasme des politiques publiques, sont demeurés un défi à relever, notamment autour de la prise en compte du caractère translocal et transnational de l’orpaillage.

28L’analyse du cas de la commune de Fourou, à travers les sites de Tabacorni et de Badalabougou, permet d’appréhender le rôle des relations entre autochtones et migrants au centre de la mise en œuvre de ces politiques. Un responsable de site explique les difficultés rencontrées :

C’est à la suite du Forum national, à Bamako, que nous avons pris l’initiative des comptoirs dans la zone. On a beaucoup parlé du comptoir à Bamako. En plus, j’ai vu l’expérience du comptoir à Zanika (RCI), où j’ai acheté ma moto. Mais le comptoir n’a pas marché ici, car la plupart de nos clando dorment à Dadia. Ils se cachent pour aller vendre notre or à Dadia. C’est là-bas qu’il y a des business grossistes. Nous avons mis en place le comptoir, mais nous ne gagnons pas. Nous exploitons l’or, mais on ne peut rien montrer au village comme investissement. Il y a des difficultés dans la mise en place des comptoirs dans la commune de Fourou. (Entretien avec S. Berthé, chef tonboloma, site de Tabacorni, 19 décembre 2015)

29Le terme « clando » employé dans ce propos est un raccourci du mot « clandestin ». Il est utilisé pour désigner les orpailleurs, en particulier les exploitants de puits, étrangers à la localité et parfois même au pays. L’identité et la localité d’origine réelle du « clando », parfois désigné par l’expression « bôyôrôdjan » (« qui vient de loin »), font souvent l’objet de doute de la part des autochtones qui les accusent de comportements entravant la marche des centrales d’achat. L’échec des « comptoirs » sur les sites de Fourou s’explique par la faible implication des représentants locaux des pouvoirs publics et de la CMM, promoteurs de la mise en œuvre de la politique, mais elle est surtout expliquée par les autochtones comme le résultat de la non-coopération de certains orpailleurs, notamment les « clandos ».

30Les mesures de taxation de la production d’or instituées avec l’installation des centrales d’achat sont perçues par les exploitants de puits (creuseurs, laveurs et financeurs) comme des ponctions sur leurs revenus. Ils adhèrent difficilement au principe. Or, la condition de la réussite de ces centrales d’achat est l’adhésion de ces différents acteurs. Des propos expliquent l’échec du « comptoir » de Badalabougou :

Chez nous, ce sont les « business » et les « clandos » qui étaient de connivence pour faire échouer le comptoir. Il n’y a pas de site dans la commune de Fourou qui n’est pas allé à la justice à cause du comptoir. (Entretien avec Y. Konaté, chef tonboloma de Badalabougou, 1er avril 2017).

  • 20 Tabcorni et Finkolo-Dadia sont deux sites de proximité, séparés par la route de Tengrela.

31Ce sont les stratégies de contournement des « comptoirs » mises en place par certains orpailleurs qui expliquent leur échec. La proximité d’autres sites de la commune et la porosité des frontières facilitent la mise en œuvre de ces stratégies. Par exemple, les orpailleurs du site de Tabacorni peuvent écouler leur or sur le site de Dadia et vice versa20. Il en est de même pour les orpailleurs de Badalabougou qui peuvent vendre leur or aux acheteurs des sites ivoiriens de proximité.

32Les tensions entre autochtones et migrants sont exacerbées par les dispositifs mis en place pour éviter la fraude. Les chasseurs, autochtones, constituent par exemple la police de veille pour éviter les contournements de « comptoir ». Ils fouillent les orpailleurs suspectés de dissimuler l’or pour des réseaux de vente parallèles au « comptoir ». Cependant, les chasseurs n’étant composés que d’hommes, la fouille corporelle des femmes pose des questions de droit et suscite des tensions relatives à la violation de l’intimité. Un acteur explique cette difficulté :

On a essayé le comptoir deux fois ici. On a failli faire de la prison pour ça… Quand on a commencé le comptoir en 2015, les clandos sont venus se plaindre qu’on est en train de fouiller les femmes et de ne fouiller personne. Les clandos m’ont convoqué. Quand on est allé à la gendarmerie pour le problème de comptoir, nous, les « dugukolotigiw » (« propriétaires de terre ») avons fait deux jours et une nuit à la gendarmerie. Ceux qui nous ont convoqués, les clandos « minuw ko u bè na u ta gnini » (« ceux qui sont venus chercher leur profit »), sont retournés dormir au campement.

  • 21 Le terme est utilisé ici pour désigner les orpailleurs immigrants.

33Pour un autochtone, le fait d’être convoqué par un « étranger21 » pour des ressources de sa localité est une atteinte à l’honneur. Être traité par la justice sur le même pied d’égalité qu’un « étranger » est ressenti comme une injustice. En effet, les autorités coutumières comptent sur des traitements judiciaires privilégiés dans les litiges qui les opposent aux orpailleurs immigrants autour de l’organisation des sites. Pour eux, c’est aux orpailleurs de se conformer à leurs exigences ou de partir. C’est pourquoi dans la localité de Fourou, certains chefs de sites expliquent l’échec des « comptoirs » par le manque de justice et de soutien de certains acteurs nationaux et locaux au projet. Il s’agit des administrations et des services juridictionnels (gendarmerie et justice) locaux ainsi que de la CMM. Autrement dit, dans la logique de certains « autochtones », quand les pouvoirs publics échouent à faire mieux profiter de l’or aux communautés, cela est perçu comme une injustice au profit des migrants.

34Pourtant, l’expérience de Misseni enseigne que le principe dans la mise en place des « comptoirs » devait plutôt consister à la persuasion et à des stratégies d’inclusion qu’à la coercition. Le fait d’avoir inclus les acteurs, notamment financeurs de puits étrangers dans le dividende des centrales d’achat, a fortement participé à minimiser les réticences des orpailleurs à Misseni. Mais tel ne fut pas le cas à Fourou, où les stratégies de contournement et les tensions ont fait échouer le projet dans cette localité. De plus, les « comptoirs » de Misseni sont le résultat d’une diffusion horizontale, et non verticale, de politique comme dans le cas de Fourou. Les acteurs de Misseni ont par consensus essayé de reproduire un modèle d’organisation qui a fait ses preuves chez leurs voisins des sites ivoiriens, or l’expérience de Fourou fait suite à une recommandation du forum national sur l’orpaillage au Mali et constitue de ce fait l’expression d’une politique top down (« de haut en bas ») confrontée à des difficultés de réappropriation par des acteurs du bas, d’où son échec.

Conclusion

35Au centre de la question des centrales d’achat se trouve la problématique de la construction d’une chaîne de commercialisation juste et rentable pour la communauté et l’État. Les centrales d’achat tendent à compenser les externalités de l’orpaillage sur l’environnement et les activités agricoles, et à contribuer au développement local et national. Cependant, l’analyse des relations autour de la mise en place de ces centrales au Mali montre que le souci de traçabilité, de fiscalité et de redistribution des revenus de l’or, n’est pas seulement un défi technique mais également politique. L’adoption du concept d’« arène minière » pour analyser ces relations met en évidence plusieurs aspects de ces rapports de force politique.

36L’enjeu des centrales d’achat fait de l’orpaillage une arène de confrontation entre différents acteurs et groupes stratégiques agissant à diverses échelles de gouvernance, faisant référence a une notion de patrimonialité que l’on peut qualifier de « plurielle ». Droit coutumiers, développement local, protection de l’écosystème, patrimoine national, intégration régionale et réciprocité de droit d’accès aux ressources, sont différents registres et concepts mobilisés par les acteurs soit pour défendre la pertinence des centrales d’achat, soit pour dénoncer l’injustice des ponctions imposées par cette politique de gestion et l’usage fait des ressources, soit pour revendiquer l’inclusion dans le partage des dividendes. Dans la logique des chefferies villageoises, le revenu de l’or devait être d’abord investi dans les villages qui abritent les sites pour compenser le péril environnemental de l’orpaillage. En revanche, les autorités communales et les représentants locaux de l’État s’approprient le code minier et les textes sur la décentralisation pour exprimer leur légitimité dans le contrôle sur les centrales d’achat. À ces multiples rationalités s’ajoutent celles de la Chambre des mines du Mali agissant au nom de son statut institutionnel et en tant qu’acteur incontournable de l’organisation du secteur minier national.

37Autour de cette patrimonialité plurielle, un premier rapport de force mis en évidence à travers le concept d’arène minière tourne autour du rôle de l’orpaillage comme tremplin électoral. Si la confrontation de ces logiques et légitimités concurrentes s’est traduite par l’échec des centrales d’achat dans la commune de Fourou, elle révèle une imbrication de l’orpaillage à la politique locale, aux stratégies de conquête du pouvoir ainsi qu’aux oppositions politiques dans l’espace communal de Misseni. À Misseni, chaque fois qu’une autorité communale arrive à coopérer avec les pouvoirs traditionnels et les leaders d’un site d’orpaillage, elle fait face, dans le même temps, à un pôle d’opposition qui se constitue à partir d’autres sites. Ces alliances et oppositions des acteurs appartenant à des groupes stratégiques différents nous poussent à concevoir les sites d’orpaillage, à la fois comme enjeux et arènes de luttes pour le pouvoir. Cette approche analytique s’inscrit dans la perspective d’une anthropologie politique des mines et permet d’appréhender la spécificité de l’arène d’orpaillage au niveau local et ses imbrications avec d’autres arènes, notamment les arènes minière et politique, locale et nationale, toutes caractérisées par des négociations et des conflits.

38Enfin, l’analyse des centrales d’achat comme instrument de redistribution des revenus de l’orpaillage met en évidence un dernier rapport de force qui se déroule autour de la politique de l’appartenance, entre autochtones et allochtones. L’initiative de formalisation des centrales d’achat sous forme de « comptoirs » à Misséni, est mise au défi par la dimension translocale et transnationale de l’orpaillage. Pour les populations locales, il n’est pas juste que des orpailleurs migrants, en particulier transnationaux – les plus doués dans l’exploitation de l’or – « s’accaparent » leurs ressources sans contrepartie pour l’économie locale et la réhabilitation de l’environnement. Les orpailleurs migrants agissent plutôt selon l’idée d’une patrimonialité nationale ou de la réciprocité que leurs pays accordent aux orpailleurs maliens.

39En fin de compte, contre l’éthique de l’or et l’idéologie de développement communautaire à l’origine des divers prélèvements et des centrales d’achat, émerge celle de justice au nom d’une patrimonialité nationale des ressources et l’esprit d’intégration. L’éthique de l’or inclut et engage la responsabilité des exploitants dans la prédation et dans les effets environnementaux (sociaux et physiques) pervers de l’exploitation d’une ressource épuisable au détriment des communautés résidentes. Elle s’appuie sur des exigences d’équité et de durabilité pensées dans leur acception de « satisfaire les besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à satisfaire leurs propres besoins » (Bruntland, cité dans Kirsch, 2017: 130). Ces exigences qui imposent des compensations aussi bien pour le secteur industriel que pour l’artisanat minier, ont, dans le cas spécifique de l’orpaillage, une connotation de patrimonialité locale qui oppose les acteurs miniers non résidents. Pour les orpailleurs nationaux, les ressources du sous-sol sont des ressources du pays pour tous les citoyens. Elles ne doivent faire l’objet de prélèvements abusifs de la part d’aucune autorité locale. Cette revendication d’une citoyenneté nationale face à la politique de l’appartenance exprimée par l’autochtonie de résidence locale devient particulièrement courante et complexe en contexte de démocratie et de décentralisation (Chauveau, 2000 ; Hagberg, 2006 ; Côte, 2019).

  • 22 Voir Art. 53 du code 2011 de la Guinée et Art. 71 du code 2015 du Burkina Faso.

40Le discours de certains orpailleurs transnationaux, en particulier les ressortissants des pays où migrent les orpailleurs maliens, repose sur une autre échelle de citoyenneté, celle de la citoyenneté régionale en contexte de politique d’intégration. Leurs arguments reposent sur la réciprocité de droit que leurs pays accordent aux Maliens. En effet, tout comme le Mali, nombreux sont les pays où les codes miniers22 accordent l’autorisation d’exploitation artisanale aux ressortissants des pays qui permettent la réciprocité à leurs ressortissants. Bien que le processus d’acquisition de cette autorisation ne soit respecté nulle part, il est clair que les orpailleurs maliens réalisent des exploitations dans ces pays. Seulement, dans le cas des centrales d’achat, il ne s’agit pas d’un refus de la réciprocité d’exploitation mais plutôt du respect de nouvelles normes du droit autochtone. Ce droit est déjà appliqué à travers de nombreuses règles informelles de dividende et de gestion qui circulent sur tous les sites de l’espace ouest-africain (Grätz, 2002 ; Traoré, 2019). Ce registre d’informalité s’applique également aux centrales d’achat dont le processus de mise en agenda politique et de formalisation, encore en cours, connaît des balbutiements à cause des enjeux multiples qui peuvent particulièrement bien être appréhendés à partir de l’« arène de l’orpaillage ».

Haut de page

Bibliographie

Alvarez, Y. B., Schein, P., & Coué, B. (2016). Filière de comercialisation de l’or artisanal en Afrique de l’Ouest. Rapport d’analyse. FFEM/ ONUDI. https://open.unido.org/api/documents/5759323/download/ARM%20ONUDI%20Rapport%20sur%20les%20chaines%20commerciales%20de%20l%20or%20au%20Burkina%20Faso%20et%20Senegal.pdf

Arnaldi di Balme, L., & Lanzano, C. (2013). « Entrepreneurs de la frontière » : le rôle des comptoirs privés dans les sites d'extraction artisanale de l’or au Burkina Faso. Politique africaine, 131(3), 27-49. https://doi.org/10.3917/polaf.131.0027

Bayart, J.- F. (1981). Le politique par le bas en Afrique noire. Question de méthode. Politique africaine, 1, 53-82. http://www.politique-africaine.com/numeros/pdf/001053.pdf

Bierschenck, T. (2008). Developpement Projects as Arena of Negociation for Strategic Groups: A Case Study from Bénin. Sociologia Ruralis, 28(2‐3), 146-160. https://doi.org/10.1111/j.1467-9523.1988.tb01035.x

Bierschenk, T., & Olivier de Sardan, J.-P. (1998). Les pouvoirs au village : le Benin rural entre démocratisation et décentralisation. Karthala.

Chauveau, J-P. (2000). Question foncière et construction nationale en Côte d’Ivoire. Les enjeux silencieux d’un coup d’État. Politique africaine, 78(2), 94-125. http://doi.org/10.3917/polaf.078.0094

Côte, M. (2019). Community-Based Citizenship: Autochthony and Land Claim Politics under Forest Decentralization in Burkina Faso. Geoforum, 109, 171-179. https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2019.07.012

Côte, M. (2012). What’s in a Right? The Liberalisation of Gold Mining and Decentralisation in Burkina Faso. LDPI Working Paper 25.

D’Angelo, L. & Pijpers, R. J. (2022). The Anthropology of Resource Extraction: An Introduction (1-19). Routledge.

Dartigues, L. (2001). La notion d’arène. Intérêts pour la recherche en anthropologie politique. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00634920

Ferguson, J. (2005). Seeing like an Oil Company: Space, Security, and Global Capital in Neoliberal Africa. American Anthropologist, 107(3), 377-382. http://www.jstor.org/stable/3567023

Grätz, T. (2004). Les frontières de l’orpaillage en Afrique occidentale. Autrepart, 30(2), 135-150. http://doi.org/10.3917/autr.030.0135

Grätz, T. (2002). Gold Mining Communities in Northern Benin as Semi-Autonomous Social Fields. Working Paper 36, Max-Planck Institute for Social Anthropology.

Hagberg, S. (2006). Bobo buveurs, Yarse colporteurs. Cahiers d’études africaines, 184, 861-886. http://doi.org/10.4000/etudesafricaines.15412

Jacob, J.-P. (2007). Terres privées, terres communes. Gouvernement de la nature et des hommes en pays winye (Burkina Faso). IRD.

Kirsch, S. (2017). L’industrie minière répond aux critiques. In Leclerc-Olive, M. (Ed.). Anthropologie des prédations foncières. Entrepises minières et pouvoirs locaux (121-136). Éditions des archives contemporaines.

Le Meur, P.-Y. (2017). Le destin commun en Nouvelle-Calédonie : entre projet national, patrimoine minier et désarticulations historiques. Mouvements, 91, 35-45.

Le Meur, P.-Y. (2015). Anthropology and the Mining Arena in New Caledonia: Issues and Positionalities. Anthropological Forum, 25(4), 405-427.

Lentz, C. (2006). Is Land Inalianable ? Historical and Current Debates on Land Transfers in Northern Ghana. Collogue international « Les frontières de la question foncière – At the frontier of land issues ». Montpellier, 17-19 mai.

Levacher, C. (2016). Penser la ressource minière en Nouvelle-Calédonie. Souveraineté, développement et valeur des lieux. Développement durable et Territoires, 7(3). http://developpementdurable.revues.org/11429

Martin, A., & De Balzac, H. H. (2017, 12 mai). L’Eldorado ouest-africain. Cartographier le commerce illicite de l’or en Côte d’Ivoire, au Mali et au Burkina Faso. Impact.

Olivier de Sardan, J.-P. (1995). Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social (34-38). Karthala/APAD.

Panella, C. (2007). L’éthique sociale du damansen. Éducation familiale et orpaillage artisanal dans le Basidibé (Wasolon, Mali). Cahiers d’études africaines, 186, 345-370. https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.7261

Panella, C. (2005). « Je vais chercher le prix de condiments ». Rapports de genre, économie domestique et symbolique de l’or du yemasu (vallée du Sankarani, Mali). Africa, 3(4), 426-443. http://www.jstor.org/stable/40761812

Traoré, N. (2020). Pratiques d’acteurs et coproduction de la sécurité en zone d’orpaillage de Misseni (Mali). Revue nigérienne des sciences sociales, 001, 119-133.

Traoré, N. (2019). Politique minière et gouvernance de l’orpaillage dans le cercle de Kadiolo : Enjeux, dynamiques et logiques d’acteurs. Thèse de doctorat en anthropologie du changement social et du développement, Institut de pédagogie universitaire de Bamako.

Werthmann, K. (2012). Gold Mining in Burkina Faso since the 1980s. In Werthmann, K., & Grätz, T. (Eds.). Mining Frontiers in Africa: Anthropological and Historical Perspectives (119-132). Köppe.

Haut de page

Notes

1 L’orpaillage fait référence a l’exploitation artisanale de l’or et est régi par un système de financement des équipes d’exploitants de puits : creuseurs, tireurs de corde, laveurs. La nourriture, les soins de santé et l’équipements des équipes sont pris en charge par des financeurs qui sont pour la plupart des acheteurs d’or. Par orpailleurs, nous désignons ici les creuseurs, les tireurs et les laveurs. En effet, le collecteur, qui fait partie du groupe des exploitants par le système de financement, a une autre posture ici, celle du commerçant.

2 Olivier de Sardan (1995:179) utilise le concept de groupe stratégique pour désigner « des agrégats sociaux plus empiriques, à géométrie variable, qui défendent des intérêts communs, en particulier par le biais de l’action sociale et politique ».

3 Le terme « étranger » est utilisé ici pour désigner les non-résidents et/ou les orpailleurs immigrants/allochtones qui arrivent avec un savoir-faire et, dans certains cas, avec des ressources financières et matérielles dont ne disposent pas les résidents/autochtones dans l’exploitation de l’or. Ils sont différents des investisseurs étrangers, car ils ne disposent pas de titres miniers et n’ont pas le statut légal d’investisseurs, mais comme ceux-ci, ils ont le statut d’altérité et sont perçus comme prédateurs des ressources locales sans compensation du péril environnemental.

4 Autant la formalité ne signifie pas le respect de toutes les règles, autant l’informalité n’est pas une absence de normes. Au contraire, l’orpaillage fonctionne selon les normes établies par la tradition et/ou convenues entre les acteurs.

5 Nos enquêtes ont d’abord eu lieu dans le cadre d’une collaboration avec l’Organisation pour la réflexion, la formation et l’éducation à la démocratie et au développement (Orfed), une ONG de droit national malien, en décembre 2015, puis de nos recherches doctorales de 2015 à 2018. Des enquêtes complémentaires actualisées ont été réalisées en 2021.

6 Les leaders d’orpailleurs ou les chefs-Tonboloma servent toujours d’interface entre les orpailleurs et les autorités administratives et services techniques pour l’application des textes règlementaires et les décisions de fermeture des sites.

7 L’usage des produits chimiques dans le traitement de l’or et l’emploi d’équipements mécanisés, tels que les détecteurs de métaux, les marteaux-piqueurs, les concasseurs et les dragues, ont été introduits par les migrants pendant que les locaux récemment initiés à la pratique, pour la plupart d’entre eux, étaient restés tournés vers le kaladjan (outil de creusage à manche longue), la batée et le lilali (panage dans les rivières et sur les entrepôts de minerai).

8 Cf. l’arrêté interministériel n° 03-0239/MIC-MMEEMEF du 17 février 2003 fixant les conditions d’agrément et d’exercice des collecteurs, des comptoirs d’achat et d’exportation. Le terme « comptoir » n’est pas adopté ici pour éviter la confusion. Le terme « centrale d’achat » est une appellation jugée plus adaptée par l’administration minière et utilisée dans les documents de politique pour désigner ces marchés que les orpailleurs continuent d’appeler « comptoirs », un terme circulatoire référant au commerce en général et à la commercialisation de l’or dans les pays voisins, tels que le Burkina Faso et le Mali.

9 Des jeunes étudiants et recalés scolaires, ressortissants des villages de la commune sont employés par les centrales d’achat pour le pointage des quantités achetées par chaque collecteur d’or. Ils ont un chef d’équipe qui fait les calculs et procède au recouvrement du dividende.

10 Les Donsow sont des chasseurs traditionnels qui jouent le rôle d’auto-défense dans de nombreuses communautés rurales ouest-africaines. Ils assurent habituellement la sécurité des sites. Mais à l’heure du marché des centrales d’achat, ils ne s’occupent pas d’opération de sécurité, ils sont remplacés dans cette tâche par les gendarmes ou les militaires sollicités par les responsables de sites. Le travail des Donsow pendant les heures de marché des centrales d’achat consiste plutôt à surveiller la production des puits et les orpailleurs qui tentent de contourner les centrales d’achat.

11 La notion de communauté doit être perçue ici à ces deux niveaux (village et commune), qui entrent en confrontation pour les ressources de l’orpaillage.

12 Cf. Art. 46 de l’ordonnance n° 2019-022/P-RM du 27 septembre 2019 portant code minier en République du Mali.

13 Jusqu’en octobre 2021, c’était encore les seules centrales d’achat fonctionnelles en République du Mali. Même si elles demeurent traversées par une opacité dans la gestion et des conflits, les négociations font que les acteurs parviennent à un consensus.

14 Les deux sites, créés l’un après l’autre, sont sur la même continuité territoriale dont la propriété foncière est revendiquée par le village de Massiogo.

15 Ces informations sont obtenues de manière orale. Aucun accès à la documentation n’a été permis pour déterminer les quantités de la production journalière commercialisées sur les centrales d’achat.

16 Au-delà des centrales d’achat, les forages et l’équipement mécanisé, sur lesquels sont prélevés des taxes, sont des enjeux d’achoppement entre les responsables des sites et l’autorité communale.

17 Cette fonction, qui est ici celle de la propriété foncière des sites d’orpaillage, est assurée par le patriarche d’un lignage au patronyme de Coulibaly revendiquant en outre le statut de « premiers venus » qui auraient installés de nombreux villages de la zone sur leurs terres.

18 Massiogo est le village qui abrite le site. En raison de ce statut, l’autorité foncière du village, représentée par le chef de terre, était au centre des décisions de la mise en place et de l’organisation de la centrale d’achat.

19 Le site, à sa création, n’exploitait pas dans la forêt classée. C’est à la recherche d’un dakun (extension productive) que les activités se sont poursuivies dans la forêt classée de Lougouani.

20 Tabcorni et Finkolo-Dadia sont deux sites de proximité, séparés par la route de Tengrela.

21 Le terme est utilisé ici pour désigner les orpailleurs immigrants.

22 Voir Art. 53 du code 2011 de la Guinée et Art. 71 du code 2015 du Burkina Faso.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

N’gna Traoré, « Arène de l’orpaillage : acteurs et enjeux des centrales d’achat d’or de Kadiolo, au Mali »Revue internationale des études du développement, 249 | 2022, 147-172.

Référence électronique

N’gna Traoré, « Arène de l’orpaillage : acteurs et enjeux des centrales d’achat d’or de Kadiolo, au Mali »Revue internationale des études du développement [En ligne], 249 | 2022, mis en ligne le 02 septembre 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ried/1040 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ried.1040

Haut de page

Auteur

N’gna Traoré

N’gna Traoré est chercheur à l’Institut des sciences humaines de Bamako, membre du Laboratoire d’anthropologie comparative, engagée et transnationale (LACET), du bureau de l’Association pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) et du point focal Mali de l’Association des études Mandé (MANSA). Ses recherches actuelles portent sur l’orpaillage et les mobilités en Afrique de l’Ouest. Elles ont précédemment porté sur la société civile, l’islam, la pauvreté et le foncier.
A récemment publié
Traoré, N., & Sylla, A. (2020). Du connu à l’inconnu ? Expériences de terrains multi-acteurs et multi-situé en anthropologie des politiques minières et des migrations de retour au Mali (275-297). L’Harmattan Burkina Faso.
Traoré, N. (2020). Pratiques d’acteurs et coproduction de la sécurité en zone d’orpaillage de Misseni (Mali). Revue nigérienne des sciences sociales, 001, 119-133.
Traoré, N. (2020). Pression foncière, mobilité et dynamique des groupes domestiques dans les villages recasés de la zone du barrage de Manantali. Études maliennes, 87, 64-111.
Traoré, N. (2019). Société civile dans l’espace communal de Mountougoula au Mali. In Hagberg, S., Kibora, L., Körling, G., & Sissoko, M (Eds.). Démocratie par le bas et politique municipale en Afrique de l’Ouest : une anthropologie politique comparative (179-193). Forum for Africa Studies/Uppsala University.
Traoré, N. (2019). Vers une gouvernance par la mosquée. Le recours à l’islam dans les cérémonies sociales. Cahiers d’études africaines, 233(1), 47-73. https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.25233

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search