Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en cours258|2025-2 – Politiques de Backla...

258|2025-2 – Politiques de Backlash et développement durable en Amérique latine

Date de soumission : 16 juillet 2024

Coordination du numéro

  • Catia Grisa, Universidade Federal do Rio Grande do Sul (UFRGS), Brésil

  • Carla Tomazini, Marie Skłodowska–Curie Postdoctoral Fellow (EUTOPIA-SIF Cofund), University of Warwick, UK

  • Jean-François Le Coq, Cirad, France

Politiques de Backlash et développement durable en Amérique latine

Élément essentiel du paysage politique contemporain, le terme backlash politics ou l’expression « retour de bâton », est utilisé dans divers contextes pour faire référence aux mobilisations conservatrices (anti-droits de l’homme, antiféminisme, anti-LGBT…), mais également aux mouvements en faveur de l’autonomie locale, au populisme de droite radicale, aux rejets des institutions internationales, entre autres. (Alter & Zürn, 2020) Les objectifs de développement durable (ODD) ne sont pas épargnés : perçus comme un programme politique mondial hégémonique, ils constituent un agenda de plus en plus questionné, voire contesté (Munro, 2023). Dans divers contextes, les mouvements qui s'opposent aux ODD expriment leur désaccord à travers une multitude de canaux, allant des mobilisations de rue à des prises de position officielles au plus haut niveau, y compris présidentiel. Leur opposition se manifeste par un rejet explicite de certaines notions et recommandations institutionnelles qui sont actuellement considérées comme prédominantes à différents niveaux, que ce soit localement, nationalement, régionalement ou internationalement (Alter & Zürn, 2020). Ces mouvements remettent en question des principes fondamentaux tels que les droits humains, l'importance de la protection de l'environnement et des écosystèmes, la nécessité des vaccins pour la santé publique, ainsi que des avancées sociales telles que la parité de genre et les droits des femmes. Ils contestent également les politiques et les mesures mises en place dans le cadre de l'Agenda 2030, arguant souvent que ces initiatives compromettent la souveraineté nationale, entravent le développement économique ou menacent des valeurs culturelles et traditionnelles.

Alors que l’intérêt pour l’action collective conservatrice était limité jusqu’à très récemment (Poulson, Caswell, & Gray, 2014), en particulier dans le monde francophone (Agrikoliansky & Collovald, 2014), l’avènement de gouvernements d’extrême droite au pouvoir dans plusieurs pays représente désormais un défi et un nouveau terrain d’enquête pour tous les chercheurs et les acteurs, en particulier dans le champ du développement, y compris pour ceux s'intéressent à l’Amérique latine.

La région latino-américaine a vu émerger des gouvernements d'extrême droite néolibérale après la période de la « marée rose » des années 2000 (Bull, 2013), qui a été caractérisée par l'ascension au pouvoir de gouvernements progressistes dans des pays tels que le Brésil, l'Argentine, le Chili, l'Uruguay, la Bolivie, le Venezuela et l'Équateur, ainsi que des progrès significatifs dans les indicateurs de développement socio-économique. Au cours des dernières années, des candidats et des partis d'extrême droite ont gagné en influence au sein des organisations sociales et des institutions législatives de plusieurs pays, et ont même accédé au pouvoir exécutif dans certains cas. Ils trouvent souvent leur fondement dans les forces sociales, politiques, économiques et religieuses les plus conservatrices. Ces mouvances politiques partagent des idées telles que la préservation des identités traditionnelles, la valorisation des masculinités, le suprémacisme racialisé, et prônent des politiques visant à restreindre le rôle de l'État social, à réduire les avancées en matière d'égalité des genres, et à remettre en question les attributs démocratiques, conduisant ainsi à des formes de restauration autoritaire.

En raison de ces dynamiques, l'Amérique latine représente un laboratoire particulièrement intéressant pour analyser les backlash politics en période de bouleversements politiques. Bien que d'autres régions du monde soient également touchées par ces mouvements intellectuels, forums politiques (comme le Forum de Madrid) et mobilisations populaires, l'Amérique latine offre un contexte riche pour appréhender ces phénomènes. Comprendre les dynamiques (les idées, l’agenda, les stratégies, les alliances...) et les effets politiques et institutionnels de ces mouvements en Amérique latine est devenu une préoccupation majeure pour les universitaires et les chercheurs spécialistes de cette région. Ces phénomènes de retour de bâton ne préoccupent pas seulement les courants nationaux « progressistes », mais aussi les institutions internationales et les acteurs du développement, dans la mesure où ils parviennent à contourner, fragiliser voire pervertir certains processus démocratiques par des formes de populisme, souvent démagogiques. Par ailleurs, nous observons qu’actuellement les néo-pentecôtistes se rallient souvent à des secteurs conservateurs catholiques pour soutenir certaines propositions politiques et partis de droite (Pérez Guadalupe, 2018). Bien que l’actuelle offensive conservatrice se déploie en partie en réaction aux avancées, en termes d’indicateurs socio-économiques et de changements sociaux, des années 1990 et 2000, il est crucial de ne pas la limiter à une dimension réactive, mais plutôt de la percevoir comme intrinsèquement productive (Serrano Amaya, 2017), avec sa propre idéologie, ses répertoires d'actions, ses instruments, ses relais, ses sociologies et ses agendas spécifiques.

Nous partageons la vision selon laquelle les partisans/tenants des politiques de « retour de bâton » n’agissent pas simplement en réaction à un ensemble spécifique de circonstances, mais portent un programme original qui obéit à ses propres logiques. Les politiques de backlash sont définies par quatre éléments : (1) des objectifs rétrogrades, de repli de moins-value sociétale (pouvant également avoir des éléments orientés vers le passé avec des appels explicites à une tradition magnifiée tout en plaidant pour un futur différent) ; (2) des buts et des stratégies exceptionnelles s’appuyant sur l’état d’urgence permanent ou de mise en péril des principes fondamentaux démocratiques ; (3) une grande visibilité dans le débat public par la diffusion de propos démagogiques, de solutions simplificatrices et d’idées outrancières, brutales et choquantes, qui sont ainsi banalisées (Alter & Zürn, 2020) ; et (4) parfois également un détournement, voire un dévoiement, de sens des engagements pour le DD.

En cette période de reconfiguration politique marquée par la montée en puissance des mobilisations et des dirigeants conservateurs, ce dossier thématique a pour objectif d'explorer les dynamiques du backlash et de comprendre ses implications et ses effets sur les politiques publiques en matière de développement durable dans la région. Il vise à contribuer, tant sur le plan théorique qu'empirique à ce pan émergent de la littérature (Alter & Zürn, 2020; Patashnik, 2019; Paternotte, 2021; Patterson, 2023; Snyder, 2020), en se concentrant à la fois sur l'analyse des acteurs du backlash, leurs forces de mobilisation et leurs idées, ainsi que sur les politiques qu'ils démantèlent, contournent ou adoptent lorsqu'ils accèdent au pouvoir. Ces analyses seront abordées en lien avec les contraintes et exigences du développement durable, depuis les enjeux de renforcement des agricultures familiales, de l’appui aux pratiques agroécologiques, de l’adaptation au changement climatique, de préservation de la biodiversité, en passant par la lutte contre les inégalités de genre, d’éducation, de santé, la reconnaissance des peuples, communautés traditionnelles et savoirs autochtones. Au demeurant, ce dossier entend surtout examiner, de manière fine et approfondie, les spécificités contextuelles de l'émergence de ces acteurs, mouvements et politiques de backlash, ainsi que leur cristallisation et leur diffusion.

Nous cherchons à stimuler une réflexion approfondie sur les mobilisations conservatrices et les réponses variées qu'elles suscitent en Amérique latine, à travers différents domaines politiques et à différentes échelles (locale, nationale, régionale et internationale). Nous appelons à des contributions innovantes et à des perspectives peu explorées, guidant les auteurs vers trois axes d'analyse centrés sur les idées, les institutions et les intérêts (Hall, 1997; Palier & Surel, 2005; Patterson, 2023). Cette approche permet de rendre compte des dynamiques, des effets, ainsi que des différentes dimensions et complexités que ce sujet exige.

Axe 1 : Agendas conservateurs : reconfigurations et contestations des discours et des cadres du DD

Quels sont les discours dominants en termes de principes partagés, d’objectifs, de procédures et de pratiques contestées par ces mouvements conservateurs ? Quels sont les propositions et programmes alternatifs défendus ? Quels sont les éléments clés des situations antérieures que ces mouvements et ces extrêmes droites considèrent comme préférables ? Quels sont les éléments « modernisateurs » avancés ? Les revers à divers niveaux connus par l’agroécologie, l’une des causes progressistes dans le domaine rural, sont particulièrement emblématiques. En 2018-2019, la critique formulée à l'égard de la FAO pour son soutien à l'agroécologie s’inscrivait dans une réaction plus globale de remise en question de la vision agroécologique des mouvements paysans pour la transformation des systèmes alimentaires. Ses pourfendeurs défendaient, a contrario, une conception « étroite de la science et du savoir, favorisant le développement de systèmes alimentaires orientés vers la technologie, la numérisation et la financiarisation » (Canfield, Duncan, & Claeys, 2021).

D’un autre point de vue, comment les politiques de « retour de bâton » deviennent-elles partie intégrante du discours politique courant ? Quels (re-)cadrages en termes de développement durable ces mouvements proposent-ils ? De fait, les systèmes internationaux et régionaux des droits de l’homme semblent de plus en plus menacés par des acteurs anti-droits, cherchant à « à miner les droits liés au genre et à la sexualité en utilisant des références mensongères à la religion, à la culture, à la tradition et à la souveraineté de l’État » (Shameem, 2017). Ces mouvements adoptent, de plus en plus, le langage des droits et de la modernité, dans une perspective différente et inversée, pour suggérer la nature émancipatrice de la récupération des valeurs et des priorités locales (Bob, 2019; Snyder, 2020). Corredor (2021) montre par exemple comment les personnes opposées à la perspective de genre et à l’accord de paix en 2016 en Colombie ont utilisé la « rhétorique des droits de l’homme pour créer un présent alternatif et promouvoir un imaginaire futur ancré dans l’exclusion et la répression ».

Axe 2 : Institutionnalisation du backslash : changements de normes et de politiques

Les politiques de backlash, par leur non-respect des procédures et des normes d'opposition habituelles dans les jeux démocratiques, remettent profondément en question la légitimité de l'action politique (Alter & Zürn, 2020; Madsen, Cebulak, & Wiebusch, 2018; Patashnik, 2019), engendrant des griefs particulièrement intenses et instables (Patterson, 2023). Dans quelle mesure ces mouvements (groupes sociaux, partis d’extrême droite...) peuvent-il inscrire des backlash politics dans les institutions elles-mêmes de façon à les perpétuer ? Quels sont les espaces politiques et institutionnels occupés ? Quelles sont les arènes et échelles privilégiées ? Comment les arrangements institutionnels sont-ils, dans ces contextes, renégociés ? Peuvent-ils mener à des changements profonds de politiques publiques, tant dans leur forme que dans leurs fonctions ? Observons-nous des changements institutionnels plus graduels ou plutôt des ruptures institutionnelles provoquées par le « retour de bâton » ? À rebours des interprétations courantes, les changements de politique, vus comme allant « trop loin » ou comme étant déployés « trop rapidement », n’expliquent pas, en général, les politiques de backlash (Alter & Zürn, 2020). En Amérique latine, par exemple, les réactions hostiles envers les personnes LGBTQ+ se manifestent dans des régions où il n’y a pas de progrès sur lesquels revenir en matière de droits LGBTQ+, et la réaction peut ne pas se manifester en réponse à des victoires dans ce domaine (Encarnación, 2020). C’est pourquoi les analyses portant sur les possibles effets de contagion ou de diffusion dans la région sont également les bienvenues.

Bien que les politiques de « retour de bâton » ne soient pas simplement réactives, elles peuvent être mises à l'agenda à des moments politiques opportuns, exploitant par exemple le pouvoir symbolique pour remporter des élections. Il est également important de noter les effets de rétroaction, c'est-à-dire comment les politiques influencent d'autres politiques (Pierson, 1993). Cet effet est particulièrement évident dans les politiques de développement durable lorsqu'elles rencontrent une résistance locale, comme dans le cas du NIMBY (Not In My Back Yard). Ces résistances peuvent toucher diverses politiques, telles que climatiques (Patterson, 2023; Vihma, Reischl, & Nonbo Andersen, 2021), migratoires (Alesina & Tabellini, 2022; Zhou, Grossman, & Ge, 2023) ou liées à la participation des femmes (Kjelsrud & Sjurgard, 2022). Prendre en compte les effets rétroactifs des politiques publiques signifie considérer simultanément les conséquences inattendues et les effets d'inertie de ces politiques (Spire, 2017), cela permet de décrypter l'influence des groupes d'intérêts et des acteurs (non) étatiques.

Axe 3 : Stratégies et intérêts des acteurs du backlash

Quels sont les acteurs du backlash et quels sont les assemblages qui les portent et les relient ? Quels sont les clivages politiques et les alliances impliquées dans la défense des politiques réactionnaires ? Selon Della Porta (2020), ces mouvements conservateurs bénéficient du soutien de diverses coalitions de classes, incluant non seulement les élites économiques mais aussi d'autres segments de ce qui fut autrefois considéré comme la classe ouvrière. Quelles sont leurs stratégies et quels intérêts sont en jeu ? Quels en sont les « intermédiaires » et les « entrepreneurs » ? Quel rôle les médias et les plateformes numériques tiennent-ils dans l’émergence de ces mouvances et mobilisations ?

Dans une autre perspective, quels sont les différents modes de financement et les ressources matérielles qui contribuent à catalyser ces mobilisations ? Cela nous amène à réfléchir à des questions cruciales pour les enjeux du développement : comment l'aide étrangère est-elle utilisée, ou est-elle supposée être utilisée, pour faire pression en cas de violations des droits humains (Dasandi & Erez, 2023) ? Au-delà de remettre en question les droits humains, les politiques de backlash contestent également la crise écologique. Par conséquent, quelles sont les tactiques mises en œuvre pour entraver les efforts visant à la limiter ou à s'y adapter ?

Le présent dossier est ouvert à des approches disciplinaires, géographiques et méthodologiques variées. Les articles peuvent explorer diverses échelles spatiales et temporelles d’analyse, dans une perspective monographique ou comparative, ou en se penchant sur des problématiques transnationales. Les contributions interdisciplinaires sont particulièrement encouragées, tout comme la diversité des perspectives du développement (sociétales, environnementales, organisationnelles, etc.). Ce dossier vise à enrichir la discussion sur la politisation et la dépolitisation des programmes de développement à l’heure du développement durable, les diverses dynamiques d'engagement et de politisation au sein des sociétés des Suds, ainsi que les risques que représentent les mobilisations conservatrices pour les processus démocratiques. Il contribue ainsi à une meilleure compréhension des politiques de backlash, en mettant l'accent particulièrement sur les contextes latino-américains.

Modalités de soumission des articles au dossier du n° 258 (2025-2) de la Ried

Les auteur·e·s s’engagent à lire la ligne éditoriale de la Revue internationale des études du développement et s’engagent à respecter la charte éthique.

Le processus de sélection se déroule comme suit selon les dates indiquées dans le calendrier de production ci-dessous :

Envoi de la proposition d’article

Les auteur·e·s envoient un résumé, en français, anglais, ou espagnol, présentant le projet d’article en environ 4 000 signes, espaces comprises, soit environ 500 mots ou une page.

Le fichier Word du résumé, intitulé « NOM DE L’AUTEUR-Proposition-258 », comprend :

  • Le titre : court et précis, de 70 signes maximum (avec possibilité d’ajouter un sous-titre)

  • La question de recherche, le cadre théorique, le terrain étudié, les principaux résultats

  • Des jalons bibliographiques (hors du décompte des signes)

Un second fichier Word, intitulé « NOM DE L’AUTEUR-Infos » indique de manière exhaustive les noms et prénoms des auteur·e·s, leur discipline, statut, rattachement institutionnel, adresses courriel, l'indication de l'auteur correspondant.

Ces éléments sont indispensables à l’examen de la proposition d’article. L’adéquation de la proposition à l’appel à contributions est vérifiée par les coordinateurs·trices et la rédaction de la revue.

Envoi de l’article

Les auteur·e·s dont les propositions d’article ont été sélectionné·e·s à l'étape précédente s'engagent à envoyer une première version de leur article qui doit impérativement correspondre aux normes de la revue, indiquées à cette page : consignes aux auteurs (disponible en français, anglais, espagnol).

Les articles (de 45 000 signes environ, espaces comprises, hors résumé et bibliographie), pourront être rédigés en français, anglais ou espagnol. Ils doivent être originaux. Ils pourront toutefois avoir fait l’objet de communications à un colloque (avec actes), à condition d’être réadaptés au format exigé par la Revue internationale des études du développement.

Les articles sont alors soumis à une lecture en double-aveugle auprès de deux évaluateurs spécialistes et extérieurs à la revue.

Les références citées doivent être présentées selon le format indiqué à cette page : Normes bibliographiques (format APA).

Calendrier de production

Les auteur·e·s s’engagent à respecter le calendrier indiqué par la rédaction.

Les propositions dʼarticles sont à soumettre avant le 16 juillet 2024 aux adresses ci-dessous :

- Les auteur·e·s présélectionné·e·s par les coordinateur.ice.s et le comité de rédaction seront prévenu·e·s par l’équipe de la revue la semaine du 8 juillet 2024.

- Les premières versions des articles, conformes aux consignes aux auteur·e·s de la revue, seront envoyées par les auteur·e·s aux courriels précités avant le 15 septembre 2024.

- Le processus d’évaluation durera quelques mois, chaque article - anonyme - sera soumis à une double lecture aveugle par des relecteurs extérieurs à la revue, experts sur le sujet traité, et la sortie en librairie de ce n°258 2025-2 est prévue pour juin 2025.

Bibliographie

Références bibliographiques

Agrikoliansky, É., & Collovald, A. (2014). Mobilisations conservatrices : Comment les dominants contestent ? Politix, N° 106(2), 7.

Alesina, A., & Tabellini, M. (2022). The Political Effects of Immigration: Culture or Economics? (Rapport No. w30079). Cambridge, MA: National Bureau of Economic Research.

Alter, K. J., & Zürn, M. (2020). Theorising backlash politics  Conclusion to a special issue on backlash politics in comparison. The British Journal of Politics and International Relations, 22(4), 739752.

Bob, C. (2019). Rights as weapons: Instruments of conflict, tools of power. Princeton ; Oxford: Princeton University Press.

Bull, B. (2013). Social Movements and the ‘Pink Tide’ Governments in Latin America: Transformation, Inclusion and Rejection. Dans K. Stokke & O. Törnquist (Éds), Democratization in the Global South (pp. 7599). London: Palgrave Macmillan UK.

Canfield, M. C., Duncan, J., & Claeys, P. (2021). Reconfiguring Food Systems Governance: The UNFSS and the Battle Over Authority and Legitimacy. Development, 64(34), 181191.

Corredor, E. S. (2021). On the Strategic Uses of Women’s Rights  Backlash, Rights-based Framing, and Anti-Gender Campaigns in Colombia’s 2016 Peace Agreement. Latin American Politics and Society, 63, 4668.

Dasandi, N., & Erez, L. (2023). The flag and the stick: Aid suspensions, human rights, and the problem of the complicit public. World Development, 168, 106264.

Della Porta, D. (2020). Conceptualising backlash movements: A (patch-worked) perspective from social movement studies. The British Journal of Politics and International Relations, 22(4), 585597.

Encarnación, O. G. (2020). The gay rights backlash: Contrasting views from the United States and Latin America. The British Journal of Politics and International Relations, 22(4), 654665.

Hall, P. (1997). The Role of Interest, Institutions and Ideas in the Comparative Political Economy of the Industrialized Nations. Dans M. Lichbach & A. Zuckerman (Éds), Comparative Politics. (S.l.): Cambridge University Press.

Kjelsrud, A., & Sjurgard, K. V. (2022). Public Work and Private Violence. The Journal of Development Studies, 58(9), 17911806.

Madsen, M. R., Cebulak, P., & Wiebusch, M. (2018). Special Issue – Resistance to International Courts Introduction and Conclusion. International Journal of Law in Context, 14(2), 193196.

Munro, L. T. (2023). Are the SDGs a Hegemonic Global Policy Agenda?  Evidence from National Development Plans. Revue internationale des études du développement, (253), 33‑61.

Palier, B., & Surel, Y. (2005). Les « trois I » et l’analyse de l’État en action. Revue française de science politique, 55(1), 732.

Patashnik, E. M. (2019). Limiting Policy Backlash: Strategies for Taming Countercoalitions in an Era of Polarization. Annals of the American Academy of Political and Social Science, 685(1), 4763.

Paternotte, D. (2021). Backlash : Une mise en récit fallacieuse : La Revue Nouvelle, N° 6(6), 11‑15.

Patterson, J. J. (2023). Backlash to Climate Policy. Global Environmental Politics, 23(1), 6890.

Pérez Guadalupe, J. L. (2018). ¿Políticos Evangélicos o Evangélicos Políticos? Los Nuevos Modelos de Conquista Política de los Evangélicos en América Latina. Dans J. L. Pérez Guadalupe & S. Grundberger (Éds), Evangélicos y Poder en América Latina. (S.l.): Konrad Adenauer Stiftung, Instituto de Estudios Social Cristianos.

Pierson, P. (1993). When Effect Becomes Cause: Policy Feedback and Political Change. World Politics, 45(4), 595628.

Poulson, S. C., Caswell, C. P., & Gray, L. R. (2014). Isomorphism, Institutional Parochialism, and the Study of Social Movements. Social Movement Studies, 13(2), 222242.

Serrano Amaya, J. F. (2017). La tormenta perfecta: Ideología de género y articulación de públicos. Sexualidad, Salud y Sociedad, (27), 149171.

Shameem, N. (2017). Religious Fundamentalisms: The Observatory on the Universality of Rights Initiative. Development, 60(12), 100103.

Snyder, J. (2020). Backlash against naming and shaming: The politics of status and emotion. The British Journal of Politics and International Relations, 22(4), 644653.

Spire, A. (2017). État des lieux : Les policy feedbacks et le rapport ordinaire à l’État. Gouvernement et action publique, 5(4), 141‑156.

Vihma, A., Reischl, G., & Nonbo Andersen, A. (2021). A Climate Backlash: Comparing Populist Parties’ Climate Policies in Denmark, Finland, and Sweden. The Journal of Environment & Development, 30(3), 219239.

Zhou, Y.-Y., Grossman, G., & Ge, S. (2023). Inclusive refugee-hosting can improve local development and prevent public backlash. World Development, 166, 106203.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search