Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Introduction : pour une approche ...

Introduction : pour une approche comparatiste des modèles voyageurs

Introduction: For a comparative approach to travelling models
Introducción: Enfoque comparativo de los “modelos viajeros”
Jean-Pierre Olivier de Sardan et Ilka Vari-Lavoisier
p. 7-28

Texte intégral

1Microcrédit, programmes de cash transfers, paiements basés sur la performance ou journées nationales de vaccination : les « interventions miracles » dupliquées d’un pays ou d’un continent à l’autre ne manquent pas. L’existence de politiques publiques standardisées mises en place dans des contextes variés n’est pas nouvelle. On pourrait en trouver de nombreux exemples bien avant la mondialisation capitaliste de l’économie, ne serait-ce que sous des formes impériales, autrement dit despotiques : l’empire romain ou l’empire chinois n’imposaient-ils pas des régulations uniformes à des populations hétérogènes ? À l’époque moderne, les colonisations française, anglaise, portugaise ont fait de même en Afrique, comme d’ailleurs la Russie soviétique ou la Chine communiste l’ont fait dans leurs espaces politiques internes. Dans ces divers cas, des politiques publiques unificatrices ont été imposées par la conquête, la contrainte, la répression, la violence structurelle de l’État, et grâce à des corps professionnels spécialisés. De façon plus douce, et avec l’aval de majorités parlementaires, les régimes démocratiques à travers la planète ont eux aussi, à plus petite échelle, délivré des services et biens publics de façon uniforme sur l’ensemble de leur territoire, et élaboré et mis en œuvre à cet effet des politiques publiques nationales applicables de façon identique quels que soient les contextes régionaux ou locaux.

2De leur côté, les marchés ont toujours diffusé des produits standardisés, qui circulent non pas par la force, mais par l’imitation, le jeu de la concurrence, les stratégies de l’offre ou la pression de la demande, le déploiement publicitaire.

3Les interventions dans le domaine du développement, elles aussi largement standardisées, relèvent d’un troisième type de voyage. Il ne s’agit ni de la toute-puissance de l’État, ni de la main invisible du marché, mais d’un assemblage original, exporté massivement vers les pays à faibles revenus, qui s’est peu à peu mis en place après la Seconde Guerre mondiale et surtout à la suite des indépendances africaines, et où interviennent des institutions internationales (en particulier le système des Nations unies), des coopérations bilatérales, des banques et agences de développement, des gouvernements nationaux, des bureaux d’études et des armées de consultants, et de multiples ONG, grandes ou petites. Cette « configuration développementiste » (Olivier de Sardan, 1995) est particulièrement hétérogène, peu coordonnée, emplie de contradictions, sensible aux modes, bardée de certitudes autant que traversée de doutes. Et pourtant, elle offre quelques traits communs. Son goût prononcé pour les « modèles voyageurs » est incontestablement l’un d’entre eux.

1. Vous avez dit « modèle voyageur » ?

4La perception de l’aide au développement et de l’aide humanitaire comme privilégiant les interventions standardisées à haut facteur d’impact diffusées un peu partout dans les pays du Sud, et plus encore en Afrique, a été souvent soulignée. De nombreuses analyses de ce phénomène (en général critiques) ont été produites depuis des décennies par des chercheurs en sciences sociales (voir notamment, Li, 2007 ; Mosse, 2005, 2013) ou même par des acteurs de l’aide (Naudet, 1999).

5Le concept de « modèle voyageur » (traveling model) se situe donc dans cette continuité, tout en apportant des intelligibilités supplémentaires. Divers chercheurs en sciences sociales, pour la plupart anthropologues et publiant en anglais, ont utilisé depuis une quinzaine d’années cette expression dans le cadre d’études de cas portant sur des programmes d’aide : Tsing, 2007 ; Tait & Jensen, 2007 ; Reyna, 2007 ; Steur, 2011 ; Behrends, Park & Rottenburg, 2014 ; Beek & Göpfert, 2015 ; Barry, 2016 ; Kelbert, 2016 ; Schnegg & Linke, 2016 ; Olivier de Sardan, Diarra & Moha, 2017 ; Nicaise, 2018 ; Olivier de Sardan & Piccoli, 2018 ; Falisse, 2019 ; Olivier de Sardan, 2021.

6C’est en anthropologie du développement que le terme a été surtout utilisé. À notre connaissance, il a été formulé pour la première fois en 2002 par un anthropologue allemand (Rottenburg, 2002 ; voir Rottenburg, 2009, pour la traduction anglaise). Dans cet ouvrage pionnier présenté sous forme de fiction, Richard Rottenburg, qui s’inspire sur divers plans de Bruno Latour, privilégie comme ce dernier une approche particulièrement abstraite, qui se situe de préférence à un niveau cognitif et discursif (les dimensions organisationnelles des modèles voyageurs sont certes mentionnées, mais sans être développées). Le « voyage des modèles » recoupe alors des travaux proches sur le « voyage des idées » (Czarniawska & Sevon, 1996) ou le « voyage des rationalités » (Craig & Porter, 2006). Richard Rottenburg reprend aussi la perspective de la « traduction » énoncée par Michel Callon et Bruno Latour (Callon, 1986 ; Akrich, Callon & Latour, 2006) et introduite également par David Mosse dans le champ du développement (Mosse, 2005 ; Mosse & Lewis, 2006). Les limites de cette perspective ont déjà été soulignées : une focalisation sur les aspects idéels, symboliques ou cognitifs, au détriment des dimensions organisationnelles et pragmatiques (Olivier de Sardan, 2021).

7Un ouvrage collectif ultérieur coédité par Rottenburg (Behrends, Park & Rottenburg, 2014) suit, en revanche, une perspective plus empirique, basée sur des études de cas, et préfigure d’une certaine façon le présent numéro. Sa définition d’un modèle voyageur se situe à mi-chemin du texte de 2002 et de notre propre définition.

  • 1 Haraway, D. J. (1991). Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of (...)

Following Richard Rottenburg, a model can be understood essentially as an analytical representation of particular aspects of reality created as an apparatus or protocol for interventions in order to shape this reality for certain purposes. Models – and the ideas about reality inscribed into them – always come objectified and combined with material technologies to put them into practice and to transfer them as blueprints to new sites. The notion of the model implies that the travelling apparatus is already circulated widely – otherwise it would not have the status of a model. Models, however, do not diffuse by themselves and they cannot be transferred without being translated. Translating models means that they travel by being conveyed, carried, picked up, called for and interpreted by various actors or – as we will call them – mediators. The working of models also presupposes techniques understood as “skilled practices” (Haraway, 1991: 1941) in how to deal with the standardised blueprint in concrete circumstances that are always unique. These techniques consist of embodied knowledge that does not travel with the objectified model but needs to be re-invented at the new sites through experimental practice and experience. Similarly, the working of models presupposes whole sets of surrounding institutions with their stabilising forms and conventions that, again, do not travel with the objectified model. (Behrends, Park & Rottenburg, 2014: 1-2)

8Thomas Bierschenk (2014) critique, à juste titre, le flou sémantique de traveling model et clarifie le débat, auquel il fait faire un pas décisif en se plaçant dans une perspective délibérée d’« ingénierie sociale », qui est aussi la nôtre ici. C’est pour cette raison qu’il propose de remplacer traveling model par traveling blueprint. Mais ce terme se traduit mal en français. Dans la lignée d’un ouvrage récent (Olivier de Sardan, 2021) qui consacre de longs développements à cette question (la seconde partie du livre porte spécifiquement sur les modèles voyageurs), nous avons gardé « modèle voyageur », tout en modifiant, précisant et développant ce concept, en lui donnant une signification plus concrète, et en insistant sur le niveau organisationnel :

Nous utiliserons ici le concept de modèle de façon nettement plus circonscrite en appelant « modèle voyageur » toute intervention institutionnelle standardisée (une politique publique, un programme, une réforme, un projet, un protocole, selon les échelles ou les domaines), en vue de produire un quelconque changement social, et qui repose sur un « mécanisme » et des « dispositifs » [...] censés avoir des propriétés intrinsèques permettant d’induire ce changement dans des contextes de mise en œuvre variés. (Olivier de Sardan, 2021: 26).

9Il s’agit donc, bel et bien, d’ingénierie sociale (ou de politiques publiques), étant entendu que les politiques et les projets de développement ne sont rien d’autre que des formes particulières d’ingénierie sociale – élaborées et financées au Nord et mises en œuvre au Sud. C’est ce que Darbon (2009) appelle « la politique des modèles ».

10En abordant le monde du développement par la porte d’entrée des modèles voyageurs ainsi définis, un vaste champ de recherche s’ouvre, essentiellement sur deux axes. Le premier concerne la « fabrique » des modèles voyageurs : comment se construit un modèle voyageur, sur la base de quelle expérience initiale, à partir de quels narratifs ; par quels processus de décontextualisation et de recontextualisation passe-t-il ; de quelle façon son « mécanisme » sous-jacent (qui fonde son originalité et qui est censé garantir son efficacité intrinsèque dans des contextes variés) est-il opérationnalisé en « dispositifs » et en « instruments » ; comment le modèle est-il certifié, promu, reconnu, et par quels processus voyage-t-il ?

11Le second axe de travail se situe en aval du premier, car il est relatif à la mise en œuvre du modèle dans des contextes précis (implementation) : dans tous les cas de figure, les acteurs nationaux et locaux concernés (gouvernements, autorités administratives, agents de terrain chargés de son application, populations ciblées) – autrement dit les divers groupes stratégiques impliqués (Bierschenk, 1988) – réagissent « à leur manière » à l’arrivée d’un modèle, aux ressources auxquelles il permet d’accéder, aux contraintes qu’il impose, aux normes qu’il importe. Le modèle est donc soumis à « l’épreuve » des contextes, et à divers processus de transformation, de sélection, de contournement, de détournement, de refus. Autrement dit, l’épreuve des contextes tourne fréquemment à la « revanche des contextes », dans la mesure où, le plus souvent, ceux-ci n’ont pas été suffisamment pris en compte, où leur rôle a été sous-estimé – d’où l’accumulation d’effets inattendus.

12Cette perspective est à la base des études regroupées dans ce numéro, qui fournissent une documentation précieuse tantôt sur le premier axe, tantôt sur le second, tantôt sur les deux. Mais on trouvera ici une autre dimension, particulièrement intéressante en sciences sociales : le comparatisme. En effet, les travaux, jusqu’ici consacrés aux interventions standardisées, se sont, pour l’essentiel, focalisés sur tel ou tel type de modèle particulier, dans telle ou telle zone. L’approche est donc restée principalement monographique. Mais la présence, dans les pages qui suivent, d’une large palette de modèles voyageurs, relevant de mécanismes distincts, dans des domaines et des pays variés, avec des trajectoires hétérogènes, permet de faire jouer toute la potentialité comparative du concept. Nous allons esquisser quelques pistes de réflexion dans cette perspective.

2. Modèle voyageur et comparatisme

13On peut assez facilement définir un idéal-type du modèle voyageur dans le champ du développement. Il est élaboré le plus souvent à partir d’une expérience considérée comme réussie quelque part dans le monde. Au-delà des facteurs contextuels et conjoncturels propres au site initial d’émergence, cette réussite est toujours expliquée par un « mécanisme » spécifique, original, censé être doté d’une efficacité intrinsèque, qui deviendra le cœur du modèle et justifiera sa diffusion dans des contextes très différents. Ce mécanisme, en son principe simple, ne peut fonctionner qu’à travers des « dispositifs » organisationnels complexes, eux-mêmes composés d’« instruments » techniques divers. C’est cet ensemble « mécanisme + dispositifs + instruments » qui sera exporté de façon standardisée (mais avec quelques adaptations locales par des experts et décideurs nationaux) vers les pays du Sud, par une ou plusieurs « agences de voyages » (organisations internationales, agences de coopération, ONG), en étant soutenu par un narratif particulièrement élogieux assurant sa promotion. Chaque modèle engendre une configuration parfois pléthorique de conférences, d’experts, de publications. Voilà pour ce qui concerne sa « fabrique ».

14Quant à l’« épreuve » de la mise en œuvre du modèle dans des contextes variés, elle ne peut pas donner lieu à une description idéal-typique, dans la mesure où les réactions des acteurs de chaque contexte seront inéluctablement différentes. Tout au plus peut-on énoncer une règle qui ne souffre guère d’exception : la mise en œuvre sur le terrain ne peut pas être exactement conforme aux attentes et aux prévisions des concepteurs ; aussi bien préparée soit une intervention, elle connaîtra toujours des écarts de « mise en œuvre » (implementation gaps) entre ce qui figurait sur le papier et ce qui existera dans la réalité, écarts dus aux jeux, perceptions, stratégies et routines des acteurs locaux concernés.

  • 2 Dans La revanche des contextes (Olivier de Sardan, 2021), nous avons construit le type idéal du mo (...)

15Nous venons d’énoncer en quelque sorte le type idéal du modèle voyageur. Comme tous les lecteurs de Max Weber le savent, un type idéal n’est autre qu’un étalon commode, construit par un chercheur à partir d’un processus de synthèse et d’apurement basé sur quelques cas significatifs2, et permettant d’évaluer en quoi chaque réalité particulière, telle que révélée par une analyse en profondeur, s’éloigne plus ou moins de cet étalon. On constate alors un ensemble de nuances, de différences, de zones grises, de cas limites ou douteux. On est donc amené à affiner l’analyse, à produire des typologies plus précises, à questionner le périmètre du concept (modèle voyageur) et de ses concepts associés (mécanisme, dispositifs, instruments), parfois même à remettre en question au moins partiellement leur validité ou leur pertinence.

16Le mécanisme central des modèles voyageurs peut ainsi se décliner parfois en une configuration de plusieurs mécanismes (comme dans le cas de la gestion de l’eau, voir dans ce dossier l'article de Catherine Baron, Yamba Siri et Anne Belbéoc’h, « La GIRE : un modèle voyageur confronté à la revanche des territoires ») ; mais on peut aussi choisir une option différente, où la distinction entre « mécanisme » et « dispositifs » devient floue : dans le modèle GIRE, la participation d’une part, le rôle dévolu aux femmes d’autre part, sont-ils des « mécanismes », comme le disent les auteurs, ou peut-on plutôt y voir des « dispositifs » ?

  • 3 Le cas des transferts monétaires (cash transfer), aussi appelés « filets sociaux » par la Banque m (...)

17Dans ce numéro spécial, le lecteur sera confronté à des textes qui présentent des cas proches de l’étalon (voir Ronan Jacquin, « Les cash transfers à l’épreuve de l’intermédiation administrative en Ouganda », sur les transferts monétaires3 ; Elisabeth Paul et Valéry Ridde, « Le financement basé sur les résultats (FBR) en Afrique », sur le paiement basé sur la performance), mais il découvrira aussi des cas plus éloignés, tel que la promotion d’une redevabilité parlementaire (voir Quentin Deforge et Déborah Perez, « La fabrique transnationale de l’accountability ») ou l’évaluation des crises alimentaires (voir François Enten, « L’IPC à l’épreuve du kéré »). La diversité des cas présentés ici permet d’ouvrir divers débats comparatifs. Nous en esquisserons cinq.

3. Cinq débats

3.1. L’enchâssement social d’un noyau technique

  • 4 L’Alliance du Vaccin (anciennement Gavi, pour Global Alliance for Vaccines and Immunization) est u (...)

18Le premier débat concerne la dimension technique de certains modèles voyageurs. Par exemple, est-ce que l’introduction d’une nouvelle technique peut constituer en soi un modèle voyageur ? Ce qui est ici en jeu est l’articulation entre ingénierie sociale et ingénierie technique ou biologique. De nombreux modèles voyageurs comportent, en effet, des éléments techniques, nécessairement enchâssés dans une vaste panoplie d’instruments relevant de l’ingénierie sociale. Ainsi, un programme de forage de puits (opération typiquement technique très bien maîtrisée) suppose, entre autres, de sélectionner les villages bénéficiaires, et, dans un village où s’affrontent souvent des groupes divisés selon des lignes de pente variables, de choisir le quartier où le puit sera foré, d’obtenir l’accord des autorités nationales et locales, de « sensibiliser » les populations, de déterminer des règles d’accès, de maintenance et de financement, de constituer des comités de gestion, de distribuer des avantages et parfois de l’argent à divers décideurs et intermédiaires, toutes ces opérations étant typiquement sociales, sociopolitiques et organisationnelles. De même, les journées nationales de vaccination, prenant place annuellement à travers toute l’Afrique sur financement du fonds Gavi4 autour d’un produit issu de l’ingénierie biologique à l’efficacité intrinsèque avérée, constituent un programme d’ingénierie sociale, avec des modes de rémunérations basées sur la performance, une programmation spécifique, des incidences nombreuses sur l’organisation des soins et le fonctionnement ordinaire des systèmes de santé, et des effets inattendus en termes de sur-vaccination ou de statistiques biaisées.

19L’élément technique ou biologique (forer, vacciner) apparaît, dans les deux cas, comme placé au centre du modèle d’intervention, et c’est lui que la communication des institutions concernées met d’ailleurs largement en valeur, en vantant son efficacité et ses succès. Néanmoins, autour de ce noyau technique ou biologique se déploie une variété complexe de règles du jeu, de protocoles de délivrance du bien ou du service, de normes d’accès à la ressource, de pratiques organisationnelles et managériales, mais aussi de discours, de routines, de normes pratiques et de représentations sociales, qui sont à l’origine des nombreux écarts entre le modèle d’ingénierie sociale sur le papier (élaboré par des experts internationaux) et le modèle placé dans le monde réel (soumis à l’épreuve des contextes locaux).

20Rappelons ici cette distinction fondamentale : l’ingénierie technique ou biologique a bel et bien une efficacité intrinsèque, relativement indépendante des contextes où elle est mise en œuvre (on fore les puits de façon quasi identique aux quatre coins de la planète ; le vaccin contre la rougeole protège les pauvres comme les riches, les Africains comme les Américains) ; l’ingénierie sociale est, au contraire, extrêmement dépendante des contextes où elle est mise en œuvre : le paiement basé sur la performance n’a pas du tout les mêmes effets chez les infirmiers du Burkina Faso et chez les traders de Londres ; une coopérative aux Pays-Bas et une coopérative au Mali ont peu en commun dans leur fonctionnement quotidien.

21Même si le noyau d’une politique publique est d’ordre technique (et, en tant que tel, peut être fonctionnel partout où celle-ci est implantée), la configuration sociale, la structure organisationnelle et les dispositifs qui, bien au-delà de ce noyau, constituent cette politique publique, sont soumis aux aléas de toute construction sociale (en ses aspects économiques, sociaux, politiques, gestionnaires) et la rendent très vulnérable à l’épreuve des contextes.

22Mais il faut reconnaître aussi que, parfois, un élément technique ou biologique peut « voyager seul », ou presque, sans être nécessairement inséré dans un modèle standardisé, ou en échappant à celui dans lequel il était initialement inséré. Il sort alors de l’industrie du développement proprement dite, souvent en enfreignant ses prescriptions, pour suivre d’autres modes de circulation, par exemple sous la forme d’une diffusion marchande, laquelle elle-même ne s’opère pas toujours au grand jour. C’est ainsi que les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (ATPE) – dont le plus connu est le Plumpy’Nut –, qui sont un pilier essentiel des politiques publiques de lutte contre la malnutrition infantile, peuvent se retrouver vendus sur les marchés du Sahel ou servir de base à des tontines. De même, le misoprostol, promu en Afrique par des ONG dans le cadre d’une politique de soins post-avortement (PAC : post-abortion care) en raison du refus des pouvoirs publics de dépénaliser les IVG (Storeng & Ouattara, 2014), est disponible désormais dans les « pharmacies par terre » et chez les colporteurs comme produit servant aux avortements provoqués (ou bien il est parfois prescrit à cet effet et en sous-main par de rares médecins).

23Parfois aussi, ce qui apparaît comme « technique » pour les experts relève du « social » pour les acteurs locaux. Le choix d’opérer au niveau des bassins versants pour la gestion de l’eau, qui correspond à une logique technique, est contesté par les populations concernées au nom de logiques sociales (voir Baron, Siri et Belbéoc’h).

24Il conviendrait donc de questionner et de mieux définir les articulations souvent complexes au sein du monde du développement entre l’ingénierie technique (et biologique), ayant une efficacité intrinsèque, et l’ingénierie sociale, dont l’efficacité dépend des contextes de mise en œuvre, pour explorer dans quelle mesure l’épreuve des contextes affecte de façon différente l’une ou l’autre.

3.2. Le préexistant et l’intervention

25Un autre débat mérite attention : l’articulation (anticipée ou non par les interventions) entre le préexistant sur le terrain et le modèle importé. Elle est au centre de l’épreuve des contextes. Contrairement à ce que beaucoup de programmes semblent supposer, une intervention n’arrive jamais en terre vierge, elle n’abolit jamais (et ne remplace jamais intégralement) les codes, les usages, les normes et les façons de faire déjà en place, qui faisaient le quotidien des groupes-cibles et de leurs contextes personnels, sociétaux, professionnels. Et même si certains programmes se préoccupent d’une telle articulation, celle-ci ne suivra jamais fidèlement les chemins prévus par les experts.

  • 5 Voir aussi Sholkamy (2018) à propos d’un programme de cash transfer en Égypte ignorant les service (...)

26L’articulation s’opère à trois niveaux au moins. D’une part, les populations locales, bénéficiaires supposés des interventions, ont leurs propres logiques, leurs propres normes, leurs propres stratégies (voir dans ce dossier l'article de Ronan Jacquin). D’autre part, les agents chargés de la mise en œuvre des interventions ont développé leurs propres routines, habitudes et tours de main et suivent fréquemment des normes pratiques distinctes des protocoles officiels (voir également l'article de Marc Raffinot, « Un si long voyage. Les budgets par objectifs en Afrique »). Et enfin, il existe toujours des configurations institutionnelles locales ou nationales qui prenaient déjà en charge, même partiellement, même inefficacement, les « problèmes » auquel les interventions entendent apporter des solutions nouvelles (voir Deforge et Perez)5.

27Peut-on opérer des distinctions entre ce que devient une intervention lorsque le préexistant est documenté (mais comment ?) et intégré dans le processus de mise en œuvre (mais de quelle façon ?) et lorsque rien n’est prévu à cet égard ? Peut-on proposer (mais selon quels critères ?) des typologies entre plusieurs types d’articulation ? Peut-on, malgré l’issue fondamentalement imprévisible de l’épreuve des contextes, définir au moins sur une base comparative ex post quelques tendances fortes ? Les cas ici présentés ne permettent pas de répondre à ces questions, mais permettent de les poser.

3.3. Plusieurs types de modèles voyageurs ?

28Un troisième débat peut également être lancé, concernant l’existence (parfois contestée) de modèles voyageurs « alternatifs ». Face au rouleau compresseur des grands modèles voyageurs promus, entre autres, par le bateau amiral de l’industrie du développement qu’est la Banque mondiale (comme les filets sociaux – voir Jacquin – ou le paiement basé sur la performance – voir Paul et Ridde), ne faut-il pas accorder une place à part à des modèles autrement conçus et autrement diffusés, issus d’expériences populaires et associatives, et circulant sur une base militante ? Ce débat est plus compliqué et soumis à plus de pièges que le précédent, dans la mesure où les présupposés idéologiques sont facilement mobilisables sur un tel sujet. On peut, en effet, être tenté d’accorder un préjugé systématiquement favorable à tout « petit » modèle voyageur, initié « d’en bas », circulant « par en bas » à destination d’« en bas », ce qui amène le chercheur à se faire le promoteur d’un modèle alternatif en oubliant l’exigence critique propre à son métier. Mais on peut, inversement, renvoyer sans autre forme de procès tout modèle alternatif à la loi générale des modèles voyageurs, en fonction d’une idéologie « anti-développement », ou pour refuser toute exception qui mettrait en cause la thèse du chercheur. La seule réponse possible est empirique. C’est l’enquête qui doit déterminer en quoi un modèle voyageur, qui se présente comme alternatif ou bottom-up, peut franchir victorieusement (ou non) l’épreuve des contextes, et pour quelles raisons (dues à sa « fabrique » ou à sa « mise en œuvre »).

29En ce qui concerne la fabrique, la différence ne saute pas toujours aux yeux au niveau de la « mise en récit » et de la « mise en ingénierie », car pour les « petits » modèles voyageurs on constate toujours (comme pour les « grands ») l’existence d’un narratif particulièrement élogieux à propos de l’expérience fondatrice, arrimé à la croyance en un mécanisme ayant une efficacité intrinsèque, avec un oubli corrélatif des difficultés et problèmes et du rôle spécifique qu’a pu jouer le contexte initial ainsi que des difficultés et problèmes survenus par la suite dans les autres contextes de mise en œuvre. On constate aussi l’intervention d’experts en ingénierie sociale validant le succès de l’expérience « modeste » des origines, y compris dans sa perspective dissidente. Quant à la « mise en réseau », elle est portée également par des acteurs et des institutions du monde du développement, mais qui sont le plus souvent extérieurs aux opérateurs majeurs et se présentent comme alternatifs (coopératives versus Banque mondiale, groupements paysans versus FAO, ONG versus État), bien qu’une porosité ou un tuilage entre les uns et les autres puisse toujours intervenir. Néanmoins, des modèles alternatifs échappant à l’idéal-type des modèles voyageurs sont toujours possibles : encore faudrait-il que ces exceptions soient documentées avec rigueur.

  • 6 Voir Bellas-Cabane et al. (2021). Il s’agit de la diffusion du portage des bébés sur le ventre de (...)

30Quant à l’épreuve des contextes, là aussi, seule une enquête approfondie peut fournir des indications sur les modalités réelles d’« appropriation » locale d’un modèle « simple » se présentant comme alternatif. L’étude menée par Christine Bellas-Cabane à propos des « bébés kangourou » à Madagascar montre qu’en l’occurrence les effets inattendus restent nombreux6.

31Autrement dit, seule la multiplication d’études de cas sur des modèles voyageurs différant selon leurs thèmes, leurs ambitions, leurs acteurs peut permettre d’identifier divers « profils » et de déboucher sur une éventuelle typologie interne aux modèles voyageurs.

3.4. Des modèles voyageurs réellement appropriés ?

32Un autre débat concerne la pérennisation, la « vernacularisation » ou la « nationalisation » d’un modèle voyageur. En effet, pour l’essentiel, les modèles voyageurs sont introduits par des partenaires étrangers (du Nord) et financés par eux, au moins pour une phase dite expérimentale (de type « projets pilotes »), et souvent aussi pour une première étape dite de « mise à l’échelle ». Dans le contexte de dépendance à l’aide, où les ressources fournies par les institutions humanitaires ou de développement fonctionnent comme une véritable « rente » dont chacun souhaite « avoir sa part », la capacité des institutions africaines (États, collectivités locales, associations) à prendre le relais à la fin du financement est extrêmement douteuse, à la fois pour des raisons de coût (dénuement général, faible recouvrement fiscal), mais aussi humaines (manque de personnel qualifié et/ou motivé, captation des meilleurs cadres locaux par les institutions de développement, absence de politique gouvernementale cohérente). On peut ainsi prévoir que les politiques de paiement basé sur la performance, introduites à coups de milliards par la Banque mondiale dans les systèmes de santé de beaucoup de pays africains (voir Paul et Ridde), seront en crise profonde dès lors que la Banque cessera ses perfusions et ses appuis massifs.

33Néanmoins, la multiplication d’exemples négatifs ne signifie pas que des exemples positifs soient impossibles. Là aussi, seule une recherche empirique rigoureuse peut apporter des réponses.

3.5. Faut-il prendre parti contre les modèles voyageurs ?

34Le dernier débat va au-delà du seul cas des modèles voyageurs puisqu’il s’agit de l’implication normative éventuelle du chercheur par rapport à son objet d’étude. Compétent en matière de diagnostic, lequel doit être établi avec autant de rigueur et d’impartialité que possible même s’il s’agit d’un idéal jamais complètement atteint (Olivier de Sardan, 2008), le chercheur est souvent amené à juger et/ou prescrire, sous diverses formes (approbation, condamnation, proposition, etc.). D’où l’interrogation suivante : alors que la démarche scientifique implique de mettre à distance autant que faire se peut les perspectives normatives et de se méfier de nos propres préférences, les résultats de nos enquêtes nous autorisent-ils néanmoins à proférer sur nos objets d’étude des jugements basés sur des options citoyennes ? Lorsque le chercheur prend position, sa prise de position se fonde-t-elle alors essentiellement sur des données scientifiques, ou plutôt sur des choix idéologiques, ou les deux ? La question se pose évidemment aussi à propos des politiques publiques.

  • 7 Il y a dans le monde du développement une prévalence importante des conflits d’intérêts (au sens l (...)

35Le simple fait de mettre en évidence les effets inattendus des interventions place le chercheur dans une position critique, d’un point de vue purement épistémologique (c’est-à-dire sans faire intervenir pour autant des a priori idéologiques, des préférences citoyennes ou des opinions politiques). Cette position critique « de fait » est souvent mal perçue par les experts en ingénierie sociale, les décideurs, ou même les acteurs de terrain, qui y voient – à tort – l’expression d’un parti pris hostile. La plupart des professionnels qui élaborent, promeuvent ou mettent en œuvre tel ou tel modèle voyageur préfèrent, en effet, les histoires édifiantes vantant les mérites du modèle, d’autant qu’eux-mêmes sont évalués sur leur réussite7.

36Mais, au-delà de leur « positionnalité épistémologique » qui les amène à chercher l’informel derrière le formel, le dissensus derrière le consensus, la diversité derrière l’unanimité, l’imprévu derrière le prévu, les chercheurs, qui sont aussi citoyens, sont confrontés à des choix qui sont de l’ordre de la « positionnalité civique », et plus précisément ils sont amenés à adopter (au moins pour un temps, et parfois alternativement) une des quatre options suivantes : (a) analyse scientifique « pure », (b) collaboration directe avec le monde du développement, (c) rejet radical de ce monde, ou (d) dialogue critique.

37Pour mieux comprendre ces options dans le cas des modèles voyageurs, on peut soit se situer au niveau global (les modèles voyageurs « en général », comme constituant un méta-modèle d’ingénierie sociale), soit au niveau particulier (l’appréciation de tel ou tel modèle spécifique).

38L’accumulation d’analyses (fondées sur des données qualitatives rigoureuses) qui montrent que les modèles voyageurs ne fonctionnent pas comme ils le prétendent, et qu’il y a de nombreux écarts entre les prévisions et les résultats (comme pour toute politique publique, mais de façon exacerbée), peut faire légitimement penser que les chercheurs qui étudient ce type d’intervention (par exemple les auteurs réunis dans ce numéro spécial) sont loin d’être des soutiens convaincus de ce méta-modèle, et que leurs résultats débouchent, de facto, sur une critique plus générale et, à certains égards, implacable du principe même des modèles voyageurs. C’est sans doute vrai, mais il ne s’agit pas pour autant de partir nécessairement à l’attaque tous azimuts et de se situer comme des pourfendeurs attitrés des modèles voyageurs. À partir de cette critique globale, en général implicite, mais parfois explicite, diverses positions sont en effet possibles. On peut par exemple considérer que les modèles voyageurs sont une composante, certes regrettable, mais incontournable du monde actuel, et qu’il s’agit alors soit d’en prendre son parti et de faire avec, soit de tenter de les réformer de l’intérieur en dialoguant avec les experts en ingénierie sociale développementiste, soit de mettre en place progressivement des alternatives.

39Si on se situe plutôt au niveau d’un modèle voyageur particulier, l’option « diagnostic seul » coexiste, là encore, avec l’option « réformisme critique » et l’option « refus radical ». Dans ce numéro, certains auteurs analysent divers effets inattendus sans prendre position « pour » ou « contre » le modèle lui-même (voir Deforge et Perez). D’autres suggèrent, explicitement ou en creux, que des modifications importantes du programme d’intervention qu’ils analysent seraient nécessaires (voir Enten). Un article, enfin, celui de Paul et Ridde, rend compte des différentes positions possibles des praticiens et chercheurs face à un modèle voyageur, et se situe dans une perspective de rejet complet.

40Ce dernier texte est d’ailleurs révélateur de la porosité de la frontière entre position scientifique et position idéologique, surtout dès lors que deux camps s’affrontent, comme c’est le cas avec le paiement basé sur la performance. Une arène scientifico-polémique s’est en effet constituée, où chacun accuse l’autre d’idéologie. Paul et Ridde considèrent que leur propre condamnation du paiement basé sur la performance repose uniquement sur des données probantes et qu’elle est donc scientifiquement fondée ; ils estiment en revanche que ceux qui critiquent leurs critiques ou les trouvent excessives font preuve d’idéologie (car défendre un modèle fondé sur l’idéologie néolibérale serait s’aligner sur cette idéologie). Pour ces derniers, à l’inverse, Paul et Ridde proposent une analyse excessivement critique et radicale, uniquement à charge, qui relève d’un parti-pris idéologique inverse. Le débat, qui dure depuis plusieurs années, n’est donc pas clos ; mais ce modèle voyageur circule toujours dans les pays en développement, à grands frais et sans trop d’encombres.

4. Une palette d’études de cas

41Le présent numéro, à défaut de proposer un échantillon représentatif de modèles voyageurs dans le champ du développement (tâche actuellement impossible), offre néanmoins une palette variée d’études de cas qui peuvent chacune alimenter la réflexion autour des cinq débats que nous avons esquissés, mais qui ont aussi chacun leur propre dynamique. Les modèles étudiés prétendent résoudre les problèmes contemporains les plus pressants dans les pays à faible revenus : la famine, la pauvreté, la défaillance des États.

42Ainsi, François Enten décrit un modèle voyageur développé en réponse aux famines chroniques qui frappent le Grand Sud malgache. Institutionnalisée au début des années 2010, le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (ou IPC pour Integrated Food Security Phase Classification) est une plateforme d’acteurs institutionnels et de dispositifs d’évaluation en matière de sécurité alimentaire et de nutrition qui repose sur une classification standardisée, utilisée pour planifier l’aide internationale, et qui a été exportée à travers le monde entier. L’analyse de ce « modèle voyageur paradoxal » révèle de multiples distorsions survenues dans le contexte institutionnel malgache, notamment du fait d’une gestion centralisée et de protocoles inadaptés et complexes, non dépourvus d’angles morts. L’analyse des failles de l’IPC conduit l’auteur à souligner la nécessité d’« expertises militantes » pour répondre aux enjeux locaux.

43Quentin Desforges et Déborah Perez se penchent sur une organisation tunisienne dédiée au suivi du travail parlementaire, Al-Bawsala (la Boussole), considérée comme un exemple de Parliamentary Monitoring Organization (PMO), visant à accroître la redevabilité parlementaire. Les auteurs analysent conjointement la production de ce modèle voyageur et son importation en Tunisie. L’article soulignela façon dont les élites nationales ont été associées au processus et conclut que le succès de l’organisation Al-Bawsala ne tient pas tant à sa conformité au modèle initial qu’au contexte très spécifique de son importation, qui a coïncidé avec un changement de régime politique et la rédaction d’une nouvelle constitution. L’importation du modèle de PMO témoigne ainsi du renouvellement des pratiques des groupes d’opposition au régime, avec la captation de ressources globalisées, leur permettant de se situer au centre du nouveau jeu politique. En d’autres termes, la diffusion des processus de redevabilité, promues à l’échelle internationale, a rencontré dans le cas très particulier de la Tunisie des pratiques politiques locales favorables à leur adoption et s’insère dans des enjeux locaux.

44Depuis une vingtaine d’années, les cash transfers (CT) sont devenus l’un des nouveaux instruments privilégiés des politiques de développement et de lutte contre la pauvreté (Olivier de Sardan & Piccoli, 2018). L’une des raisons de leur succès tient à leur simplicité apparente résumée par un slogan, « donner de l’argent aux pauvres » (Hanlon et al., 2010). Ronan Jacquin analyse le rôle des administrations et des publics cibles dans l’adaptation locale d’un programme de CT sous forme de pensions pour personnes âgées en Ouganda, dans une perspective de policy feedbacks. Il explore plus particulièrement le rôle des autorités politiques et administratives des districts dans la mise en œuvre de ce programme et leur attitude systématiquement paternaliste envers les bénéficiaires. Ceux-ci perçoivent la pension comme une faveur et non comme un droit et se sentent ainsi redevables d’une dette morale, sur laquelle jouent les autorités afin de les orienter (sans contrainte directe) vers des usages « positifs » de la pension.

45Catherine Baron, Yamba Siri et Anne Belbéoc’h analysent les déboires de la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) au Burkina Faso. La GIRE préconise une « bonne gouvernance de l’eau » à travers une coordination pacifiée entre des acteurs dont les intérêts divergent. Mais la vision (dé)territorialisée de la gestion de l’eau promue par l’outil ne parvient pas à susciter l’adhésion des populations. Les auteurs soulignent les décalages manifestes entre la théorie et les règles prescrites d’une part, et les normes locales autour de l’eau d’autre part. Alors que la finalité de la GIRE est la protection des ressources en eau, les conflits que son introduction exacerbe mettent en péril les ressources environnementales.

46Marc Raffinot étudie comment les budgets par objectifs (BPO) s’insèrent dans les rapports de pouvoir des pays d’Afrique subsaharienne où ils ont été mis en place, et les effets (attendus ou inattendus) qu’ils entraînent. Les BPO viennent du secteur privé, puis ont été transposés dans le secteur public des pays industrialisés. Malgré les avertissements soulignant que cette approche n’était pas adaptée aux contextes subsahariens, les pressions externes des partenaires techniques et financiers (PTF) se sont combinées avec des pressions internes de la part de groupes sociaux qui voyaient dans les BPO soit une opportunité pour renforcer un contrôle sur l’exécutif, soit une opportunité pour affaiblir les contrôles. La transplantation des BPO dans le cadre des pays en développement a donné lieu à des stratégies de retardement, de contournement et d’instrumentalisation de la part des élites dirigeantes.

47Pour finir, Elisabeth Paul et Valéry Ridde traitent d’un modèle voyageur controversé : le financement basé sur les résultats (FBR) dans le secteur de la santé (ou performance-based financing). Ces programmes s’adressent aux prestataires de services de santé, qui se voient offrir des primes financières conditionnées par la qualité et la quantité des services qu’ils fournissent. Paul et Ridde avaient été les piliers d’un article collectif extrêmement critique envers le FBR. Leur texte dans ce numéro analyse un large éventail de réponses à ce premier article, lesquelles, non seulement regrettent son caractère polémique, mais, pour la plupart, défendent le principe du FBR. Paul et Ridde en déduisent qu’une fois la réputation idéologique d’un modèle voyageur forgée – même sans preuves de sa pertinence et de son efficacité – il est difficile de le remettre en question. Dans le cas du FBR, ils estiment que l’idéologie néolibérale sous-tendant le modèle empêche de voir que le soutien direct aux systèmes de santé africains est plus efficace que les méthodes d’incitation financière issues du new public management.

48Ce numéro spécial offre un panorama certes incomplet mais significatif d’études de cas qui confirment la pertinence théorique et le potentiel comparatif du concept de modèle voyageur, en ce qu’il permet de donner de l’intelligibilité à des situations en apparence très diverses, mais sous-tendues par un même phénomène, à savoir la production internationale, à destination des pays à faibles revenus, d’interventions standardisées censées reposer sur l’efficacité intrinsèque d’un mécanisme miracle. Ces modèles voyageurs sont le produit phare de l’industrie du développement, au service d’objectifs extrêmement variés : lutte contre la pauvreté, amélioration de la qualité ou de l’efficience des services délivrés aux populations, promotion d’une « bonne gouvernance », réforme des administrations, diffusion de protocoles et de procédures plus efficaces, diminution de la corruption, intégration dans les mécanismes du marché, introduction des techniques du new public management, meilleure transparence et redevabilité, promotion des femmes, lutte contre la dégradation de l’environnement, etc.

49Les études de cas présentées ici ne couvrent qu’une infirme partie du vaste spectre des modèles voyageurs. Elles donnent néanmoins quelques aperçus significatifs de cette « épreuve de contextes » auxquels l’ingénierie sociale développementiste est inéluctablement soumise lorsque ses interventions planifiées sont mises en œuvre sur des terrains qui sont chaque fois différents, spécifiques, hétérogènes, contrastés, du fait des multiples stratégies déployées par les acteurs locaux, qui « accommodent » toujours les interventions à leur manière, selon leurs objectifs spécifiques et leurs logiques propres.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M., Callon, M., & Latour, B. (Eds.) (2006). Sociologie de la traduction. Textes fondateurs. Presses des Mines. http://doi.org/10.4000/books.pressesmines.1181

Barry, A. (2016). The Politics of Contingency: Events, Traveling Models, and Situations. Working Paper 19. DFG.

Beek, J., & Göpfert, M. (2015). Travelling police: the potential for change in the wake of police reform in West Africa. Social Anthropology, 23(4), 465-479. https://doi.org/10.1111/1469-8676.12268

Behrends, A., Park, S.-J., & Rottenburg, R. (2014). Travelling Models: Introducing an Analytical Concept to Globalisation Studies. In Behrends, A., Park, S. J., & Rottenburg, R. (Eds.), Travelling Models in African Conflict Management. Translating Technologies of Social Ordering (1-40). Brill.

Bellas-Cabane, C., et al. (2021). La méthode mère kangourou. L'Autre, 22(2), 221-230. https://doi.org/10.3917/lautr.065.0221

Bierschenk, T. (2014). From the anthropology of development to the anthropology of global social engineering. Zeitschrift für Ethnologie, 139(1), 73-98.

Bierschenk, T. (1988). Development projects as an arena of negotiation for strategic groups. A case study from Bénin. Sociologia Ruralis, 28(2-3), 146-160.

Callon, M. (1986). Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc. L’Année Sociologique, 36, 169-208. http://www.jstor.org/stable/27889913

Craig, D. A., & Porter, D. (2006). Development beyond neoliberalism? Governance, Poverty Reduction and Political Economy. Routledge.

Czarniawska, B., & Sevon, G. (Eds.) (1996). Translating Organisational Change. Walter de Gruyter. https://doi.org/10.1515/9783110879735

Darbon, D. (2009). Modèles et transferts institutionnels vus des Afriques : les nouveaux villages Potemkine de la modernité ?. In Darbon, D. (Ed.), La politique des modèles en Afrique. Simulation, dépolitisation et appropriation. Karthala.

Falisse, J.-B. (2019). Au-delà du modèle voyageur ? Usage stratégique et hybridation du financement basé sur la performance (FBP) dans la santé au Burundi. Politique africaine, 156(4), 83-100. https://doi.org/10.3917/polaf.156.0083

Hanlon, J., Barrientos, A., & Hulme, D. (2010). Just give money to the poor: the development revolution from the global South. Kumarian Press.

Kelbert, T. (2016). Encounters at the Water Point. An Ethnography of the Travelling Model of Community-based Water Management and its Application to Rural Water Supply in Namibia. PhD thesis, Universität zu Köln.

Li, T. (2007). The will to improve: governmentality, development and the practice of politics. Duke University Press.

Mosse, D. (Ed.) (2013). Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development. Berghahn Books.

Mosse, D. (2005). Cultivating development: an ethnography of aid policy and practice. Pluto Press.

Mosse, D. & Lewis, D. (2006). Theoretical approaches to brokerage and translation. In Lewis, D., & Mosse, D. (Eds.) Development brokers and translators: the ethnography of aid and agencies. Kumarian Press.

Naudet, J.-D. (1999). Trouver des problèmes aux solutions. Vingt ans d’aide au Sahel. OCDE. https://doi.org/10.1787/9789264272903-fr

Nicaise, G. (2018). L’Afrique des Grands Lacs (Rwanda, Burundi) à l’heure des réformes de bonne gouvernance : ethnographie comparative d’un « travelling model ». Thèse de doctorat, EHESS.

Olivier de Sardan, J.-P. (2021). La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà. Karthala.

Olivier de Sardan, J.-P. (1995). Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social. Karthala.

Olivier de Sardan, J.-P., & Piccoli, E. (Eds.) (2018). Cash Transfers in Context. An anthropological perspective. Berghahn Books.

Olivier de Sardan, J.-P., Diarra, A., & Moha, M. (2017). Travelling models and the challenge of pragmatic contexts and practical norms: the case of maternal health. Health Research Policy and Systems, 15, 60. http://doi.org/10.1186/s12961-017-0213-9

Reyna, S. P. (2007). The Traveling Model That Would Not Travel: Oil, Empire, and Patrimonialism in Contemporary Chad. Social Analysis, 51(3), 78-102. https://www.jstor.org/stable/23181981

Rottenburg, R. (2009). Far-fetched facts. A parable of development aid. MIT Press.

Rottenburg, R. (2002). Weit hergeholte Fakten: eine Parabel der Entwicklungshilfe. Lucius and Lucius.

Schnegg, M., & Linke, T. (2016). Travelling models of participation: Global ideas and local translations of water management in Namibia. International Journal of the Commons, 10(2), 800-820. http://doi.org/10.18352/ijc.705

Sholkamy, H. (2018). Are Cash Transfers Rocking or Wrecking the World of Social Workers in Egypt?. In Olivier de Sardan, J.-P., & Piccoli, E. (Eds.), Cash Transfers in Context. An anthropological perspective (264-283). Berghahn Books.

Steur, L. (2011). Traveling models of indigenism and Kerala’s emergent “adivasi” politics. Anthropological Notebooks, 17(2), 91-109.

Storeng, K. T., & Ouattara, F. (2014). The politics of unsafe abortion in Burkina Faso: The interface of local norms and global public health practice. Global Public Health, 9(8), 946-959. https://doi.org/10.1080/17441692.2014.937828

Tait, M., & Jensen, O. B. (2007). Travelling Ideas, Power and Place: The Cases of Urban Villages and Business Improvement Districts. International Planning Studies, 12(2), 107-128. https://doi.org/10.1080/13563470701453778

Haut de page

Notes

1 Haraway, D. J. (1991). Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. In Haraway, D. J. (Ed.), Simians, Cyborgs, and Women. The Reinvention of Nature (183-202). Routledge.

2 Dans La revanche des contextes (Olivier de Sardan, 2021), nous avons construit le type idéal du modèle voyageur en nous appuyant sur trois cas exemplaires : les transferts monétaires, le paiement basé sur la performance, et les protocoles en santé maternelle.

3 Le cas des transferts monétaires (cash transfer), aussi appelés « filets sociaux » par la Banque mondiale, venus du Brésil et du Mexique et aujourd’hui présents à travers d’innombrables programmes dans tous les pays d’Afrique, est en effet emblématique d’un mécanisme simple (donner régulièrement de l’argent à des familles pauvres pour les aider à sortir de la pauvreté) assorti de dispositifs complexes (Olivier de Sardan & Piccoli, 2018 ; Olivier de Sardan, 2021).

4 L’Alliance du Vaccin (anciennement Gavi, pour Global Alliance for Vaccines and Immunization) est une organisation internationale créée en 2000 qui rassemble, entre autres, l’OMS, l’Unicef et la Banque mondiale, et s’appuie sur des donateurs étatiques et privés tels que la fondation Bill-et-Melinda-Gates.

5 Voir aussi Sholkamy (2018) à propos d’un programme de cash transfer en Égypte ignorant les services sociaux mis en place antérieurement.

6 Voir Bellas-Cabane et al. (2021). Il s’agit de la diffusion du portage des bébés sur le ventre de la mère, en s’appuyant sur une success story survenue en Colombie.

7 Il y a dans le monde du développement une prévalence importante des conflits d’intérêts (au sens large) : les critiques sont donc généralement fort mal reçues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Olivier de Sardan et Ilka Vari-Lavoisier, « Introduction : pour une approche comparatiste des modèles voyageurs »Revue internationale des études du développement, 248 | 2022, 7-28.

Référence électronique

Jean-Pierre Olivier de Sardan et Ilka Vari-Lavoisier, « Introduction : pour une approche comparatiste des modèles voyageurs »Revue internationale des études du développement [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/ried/280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ried.280

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Olivier de Sardan

Jean-Pierre Olivier de Sardan est directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique, directeur d’études à l’EHESS, et professeur associé à l’Université Abdou-Moumouni (Niger). Il est un des fondateurs du Lasdel (Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local) à Niamey. Il a publié de nombreux ouvrages en français et en anglais sur diverses dimensions des sociétés ouest-africaines modernes et travaille plus particulièrement sur la délivrance des services publics en Afrique et les effets inattendus des interventions planifiées.
A récemment publié
Olivier de Sardan, J.-P. (2021). La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà. Karthala.
Olivier de Sardan, J.-P., & Bierschenk, T. (2019). How to study bureaucracies ethnographically? Critique of Anthropology, 39(2), 243-257. https://doi.org/10.1177/0308275X19842918
Olivier de Sardan, J.-P. (2019). Les conflits de proximité et la crise de la démocratie au Niger : de la famille à la classe politique. Cahiers d’Études africaines, 234, 405-425. https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.25853
Olivier de Sardan, J.-P., & Piccoli, E. (Eds.) (2018). Cash Transfers in Context. An anthropological perspective. Berghahn Books.
Olivier de Sardan, J.-P. (2018). El rigor de lo cualitativo: las obligaciones empíricas de la interpretación socioantropológica. Centro de Investigaciones Sociológicas.

Articles du même auteur

Ilka Vari-Lavoisier

Ilka Vari-Lavoisier est chercheuse dans le cadre du projet PLAN, une initiative interdisciplinaire menée par Sciences Po et l’université d’Oxford. En tant que chercheuse affiliée au département d’Anthropologie et membre associé du département de Sociologie de l’université d’Oxford, elle étudie le lien entre cognition et migration, en mettant l'accent sur les transferts sociaux et les anticipations.
A récemment publié
Vari-Lavoisier, I., & Fiske, S. T. (Eds.) (2021). Making Sense of One Another while Crossing Borders: Social Cognition and Migration Politics. The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 697(1), 7-14. https://doi.org/10.1177/00027162211061265
Vari-Lavoisier, I. (2021). Forecasting under Uncertainty: How Network Composition Shapes Future-Oriented Cognition. The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 697(1), 99-119. https://doi.org/10.1177/00027162211061259
Vari-Lavoisier, I. (2021). Minds on the move: Crossing disciplines to shed new light on human cognition. WIREs Cognitive Sciences, 12(1), 1-11. http://doi.org/10.1002/wcs.1548
Vari-Lavoisier, I., Boccagni, P., Belloni, M., Bonfanti, S., Massa, A., Miranda, A., & Pérez-Murcia, L. (2019). L’intelligence collective sur le terrain : cognition distribuée et recherches qualitatives multi-sites. Espaces et sociétés, 178, 103-120. https://doi.org/10.3917/esp.178.0103
Vari-Lavoisier, I. (2016). The Economic Side of Social Remittances: How Money and Ideas circulate between Paris, Dakar, and New York. Comparative Migration Studies, 4, 20. https://doi.org/10.1186/s40878-016-0039-6

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search