Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses bibliographiquesJean-Pierre Olivier de Sardan, La...

Analyses bibliographiques

Jean-Pierre Olivier de Sardan, La revanche des contextes. Des mésaventures en ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021

Erhard Friedberg, David Lewis, Jean-François Bayart et Jean-Pierre Olivier de Sardan
p. 245-258
Référence(s) :

Jean-Pierre Olivier de Sardan, La revanche des contextes. Des mésaventures en ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021, 480 pages, ISBN : 9782811123628, 30 €

Notes de la rédaction

La rédaction en chef a exceptionnellement souhaité ici solliciter trois chercheurs pour qu’ils proposent une lecture critique de l’ouvrage de Jean-Pierre Olivier de Sardan, à laquelle ce dernier devait apporter des éléments de réponse. L’ensemble constitue donc les éléments d’un débat sur la fécondité de l'approche en termes de revanche des contextes.

Texte intégral

1. L’aide au développement et conseils en management : des impasses identiques ?

Commentaire de Erhard Friedberg

1Avec La revanche des contextes, Jean-Pierre Olivier de Sardan présente le bilan de longues années de recherches sur la réalité de l’aide au développement en Afrique. Il s’agit sans conteste d’un livre important, ambitieux sur le plan théorique, nourri d’une connaissance empirique approfondie et riche des réalités de l’aide au développement. Avant toute chose, je voudrais donc souligner l’intérêt de cet ouvrage, qui est un témoignage convaincant de la qualité et la fécondité de travaux menés dans la continuité d’une socio-anthropologie qualitative de terrain.

2Ce court commentaire ne peut faire justice à un tel livre et à l’ensemble de son argumentation. Je m’en tiendrai donc à deux réflexions, l’une de nature empirique, l’autre au plan plus théorique et méthodologique.

3Ma première réflexion porte sur la similitude frappante entre le monde du développement décrit par l’auteur et le monde du management, national et international, que j’ai pu côtoyer dans ma pratique de recherche. Tous les phénomènes observés par l’auteur dans le monde du développement et ses dérives se retrouvent, terme à terme, dans le monde du management : mêmes modèles voyageurs (best practices), même abstraction et même décontextualisation des analyses et des solutions, même dédain pour la réalité des contextes dans lesquels ces bonnes pratiques doivent être « mises en œuvre », même négligence – méconnaissance – des écarts prévisibles dans la mise en œuvre et des dérives de trajectoires qui en résultent, même euphémisation de ces écarts comme phénomènes temporaires ou négligeables, même quête obsessive de l’observance, même survalorisation des méthodes quantitatives, même dédain pour les études qualitatives qualifiées d’anecdotes, même connivence entre consultants et dirigeants des organisations clientes, etc.

4Ayant vécu une expérience similaire à celle dont fait état l’auteur dans son chapitre 10, je souscris complètement aux analyses des difficultés qu’il a éprouvées pour promouvoir sinon pour faire accepter un autre regard et des pratiques de recherches différentes dans ses rapports avec les décideurs des institutions du développement. C’est encore un autre parallèle, et non des moindres, entre le monde du développement et le monde du management : la triple problématisation dont il parle y est tout aussi difficile à acclimater, car elle y est souvent considérée comme une pure perte de temps. De même, les contraintes structurelles mises en place par les milieux dirigeants des organisations privées et publiques d’un côté, et des organisations de conseil de l’autre, enserrent le monde de la consultance managériale tout comme elles enserrent le monde de la consultance dans le développement. Des succès sporadiques et exceptionnels ne changent rien à ce diagnostic de fond.

5Ma deuxième série de remarques sera plutôt de nature théorique et méthodologique. Je m’inscris sans hésitation dans la perspective des discordances avec laquelle l’auteur caractérise dans sa conclusion sa socio-anthropologie des dissonances, des écarts, des contradictions et des diversités. Cette perspective est centrale pour une approche qui cherche à comprendre les contraintes qu’imposent à la volonté des dirigeants les contextes d’action réels, dans lesquels se joue concrètement la coopération nécessaire à la réussite de n’importe quelle entreprise collective. À cet égard, les développements que l’auteur consacre aux normes pratiques et surtout aux logiques sociales me semblent poser question, car quelque peu hétérogènes par rapport à l’insistance que le livre met justement sur la revanche des contextes et partant sur la nécessaire contextualisation des analyses.

6Prenons d’abord les normes pratiques. J’étais prêt à suivre l’auteur dans son insistance sur les normes pratiques qui caractérisent des contextes réels de coopération, donc d’action collective, et qui obligent à chercher derrière la façade des discours l’écart de la réalité des comportements. Présenté comme un concept exploratoire, je le comprenais spontanément comme un autre nom pour ce que j’ai habitude d’appeler les « règles du jeu », c’est-à-dire des éléments de structures émergeant de la coopération et permettant d’en gérer les inégalités, les tensions et les compromis indispensables. En sociologie des organisations, nous avons l’habitude d’insister sur la troisième dimension correspondant justement aux régularités de comportements réels des participants et aux règles auxquelles celles-ci renvoient, régularités que nous concevons comme le résultat à demi conscient d’une structure d’interaction concrète et localisée ainsi que de ses (dés)équilibres de pouvoir sous-jacents. Mais l’argumentation de Jean-Pierre Olivier de Sardan dans ce troisième chapitre et l’usage qu’il en fait ultérieurement dans son livre m’ont fait douter de cette équivalence que j’avais établie, et je m’interroge donc sur le statut épistémologique de ces « normes pratiques ». Sont-elles strictement contextualisées, c’est-à-dire propres au contexte d’interaction analysé, et ce contexte peut-il être plus large que la structure d’interaction observée ? Et que signifie la référence aux normes pratiques du secteur de la santé, faisant de la norme pratique quelque chose comme une norme professionnelle ? Si on n’y prend garde, les « normes pratiques » ne risquent-elles pas de perdre leur qualité heuristique et d’être assimilées à une donnée structurelle qui s’impose aux acteurs en quelque sorte derrière leur dos, faisant ainsi perdre de vue la dimension d’ajustement actif et « complice » des acteurs dans la création et le maintien de ces normes pratiques ? L’auteur fait comprendre qu’il a conscience de cette ambiguïté et s’en défend. Je crains que, pour cette raison, ce concept ne connaisse les mêmes mésaventures et les mêmes mésinterprétations auxquelles la notion de « stratégie d’acteur » a été soumise en son temps.

7Je serai plus bref sur les logiques sociales. À vrai dire, je ne vois pas bien leur lien avec le sujet du livre, sinon pour insister sur la diversité des logiques à l’œuvre dans n’importe quel contexte social. Il me semble que c’est là un énoncé général sans lien organique avec le propos du livre, faisant plutôt référence aux controverses abstraites entre sociologues opposant une version de l’homo sociologicus animé par une multiplicité de logiques d’action à l’homo economicus cher aux économistes et aux tenants dogmatiques du choix rationnel.

8Il est vrai que les logiques d’action peuvent être et sont effectivement diverses. Et rien ne permet à l’avance de savoir quelles seront les logiques à l’œuvre dans tel ou tel contexte d’action concret. À ce titre, la critique au chapitre 8 du culturalisme ou du néo-patrimonialisme et le rappel de la diversité des logiques d’action sont naturellement bienvenus. Mais la liste dans le chapitre suivant n’est qu’un simple inventaire des logiques d’action possibles, sans contextualisation. Cette liste est certes utile, mais ne frise-t-elle pas le danger de l’essentialisation de ces logiques, conduisant à les distinguer et les figer artificiellement alors qu’elles sont inextricablement mêlées et hybridées dans l’action ? Si, dans une perspective macrosociale, la pluralité des logiques d’action est un fait évident, et s’il faut combattre les perspectives réductionnistes, la question demeure de savoir quels sont la place et le statut épistémologique de cette pluralité dans la « revanche des contextes d’action concrets ».

9Voilà quelques-unes des interrogations que la lecture de ce livre a suscitées en moi et qui n’ont pour but que d’amorcer une discussion avec l’auteur. Elles n’enlèvent rien à l’intérêt primordial de ce livre et du grand nombre de recherches de terrain dont il constitue une synthèse personnelle.

Réponse de Jean-Pierre Olivier de Sardan

10J’étais déjà fermement convaincu (et j’en ai souvent fait état) des nombreux points communs entre la socio-anthropologie du développement sous sa forme euro-africaine et la sociologie des organisations telle que développée en France, en particulier par Erhard Friedberg. Je me réjouis donc que Erhard Friedberg se sente en quelque sorte chez lui avec la « perspective des discordances » que j’ai tenté de formaliser. Il évoque aussi un autre rapprochement, qui tient moins (ou pas seulement) à notre proximité de posture épistémologique mais provient d’un air de famille de nos objets respectifs, quand il souligne « la similitude frappante entre le monde du développement et le monde du management », deux mondes distincts mais unis, entre autres, par une même obsession quantitativiste, une même ignorance des contextes, un même refus des critiques. Un premier niveau d’interprétation de cet air de famille invoquera un facteur commun évident, à savoir le new public management, venu des entreprises, passé dans les politiques publiques, et aujourd’hui de plus en plus présent dans l’aide. Mais il faut sans doute aller plus loin, creuser plus profond, et y voir plus généralement un même effet de la croyance (car c’en est une) en l’efficacité intrinsèque de l’ingénierie sociale, au-delà des idéologies du moment (les mésaventures de la planification soviétique d’antan témoignent de ce que l’idéologie néolibérale n’est pas seule en cause). On rejoint l’illusion planificatrice ou prométhéenne dénoncée il y a longtemps déjà par Michel Crozier et Erhard Friedberg sous la forme du mirage du one best way.

11Sur la base de cet accord fondamental entre nous, Erhard Friedberg émet deux critiques qui ouvrent un débat intéressant, et m’obligent à clarifier ma position ou à dissiper des malentendus dont je suis sans doute responsable.

12La première critique touche à un concept important de La revanche des contextes, puisqu’il s’agit des « normes pratiques ». Erhard Friedberg accepte le concept s’il correspond à ce qu’il appelle des « régularités de comportements réels des participants ». C’est bien ainsi que je l’entends, et jusqu’ici nous sommes parfaitement d’accord. Mais il définit ces régularités de comportement « comme le résultat à demi conscient d’une structure d’interaction concrète et localisée ainsi que de ses (dés)équilibres de pouvoir sous-jacents ». Dans cette perspective, il les nomme « règles du jeu ». Cette référence aux interactions en liaison avec les relations de pouvoir dans une structure spécifique est en effet un des thèmes porteurs et un des apports majeurs de la sociologie des organisations. Mais le sens que je donne à l’expression « normes pratiques » est plus large, et c’est d’ailleurs ce qui inquiète Erhard Friedberg. Il y voit le danger que ces normes pratiques deviennent des règles surplombantes s’imposant aux acteurs. Mon usage des termes « normes » et « culture professionnelle » alimentent sa crainte et il n’est pas convaincu par les arguments que j’ai avancés à cet égard dans le chapitre 3 pour m’en défendre (car j’avais bien perçu le piège). Je vais donc essayer d’aller un peu plus loin dans l’explicitation. Les écarts (convergents) aux règles officielles, ces régularités de comportements « non observants » que j’appelle « normes pratiques » ne sont pas seulement coconstruits par les acteurs au sein d’une organisation particulière par rapport à des enjeux de pouvoir précis (ils peuvent bien sûr l’être parfois), ce qui est la perspective de Friedberg. Ils sont aussi le produit de routines sédimentées, qui proposent un répertoire de pratiques s’écartant des prescriptions réglementaires, ceci dans des sites variés, et pas seulement autour d’enjeux de pouvoir. À côté du coconstruit interactif, il y a aussi du « déjà là » de plus vaste amplitude (on pourrait parler entre autres de path dependency). Bien évidemment, les normes pratiques ne tombent pas du ciel et elles sont le produit des pratiques des acteurs, qui les suivent ou non (ou les modifient) en fonction des interactions dans lesquelles ils sont engagés. Bien évidemment aussi, et j’insiste beaucoup sur ce point, elles ne s’imposent pas radicalement, elles fournissent un autre répertoire de conduites banalisées, à côté du répertoire officiel, et les acteurs « jouent » dans l’espace ainsi ouvert et puisent dans tel ou tel répertoire selon leurs stratégies ou leurs logiques, selon leurs interactions et selon les situations concrètes. Mais, alors que les « règles du jeu », pour Erhard Friedberg, relèvent principalement de rapports de force et de jeux de pouvoirs dans une arène particulière, et donc ne sont pas en elles-mêmes valables dans une autre arène (sauf bien sûr à y rencontrer le même système d’interactions et de pouvoirs), les normes pratiques ont une plus vaste extension, en ce qu’elles deviennent des modes d’action largement répandus au sein de chaque métier de l’État au Niger, quels que soient les services, et voire au-delà dans les pays voisins. Il s’agit là avant tout d’un constat empirique irrécusable. Les pratiques non observantes des sages-femmes observées dans une maternité de Niamey se retrouvent dans presque toutes les maternités du Niger.  Et on peut les observer (pas toutes, mais la plupart) au Bénin ou au Sénégal.

13N’étant ni enseignées ni prescrites, elles s’apprennent et se reproduisent certes au niveau de chaque service et dans les interactions propres à ce service, mais elles débordent les situations locales pour devenir des éléments d’une « culture professionnelle » (si on incorpore dans cette expression l’informel autant que le formel, si on est vigilant et rigoureux quant à son ancrage empirique, et si on ne la durcit pas pour en faire une « explication » fourre-tout). Les normes pratiques fonctionnent donc à différents niveaux : certaines sont communes à tous les fonctionnaires, d’autres sont spécifiques à chaque métier de l’État, d’autres enfin sont liées à tel ou tel service (et sont alors assimilables à des « règles du jeu » locales). De nombreuses normes pratiques construites dans un contexte professionnel donné échappent en quelque sorte à leurs créateurs, échappent aux interactions d’origine, font tache d’huile et deviennent des habitudes professionnelles de vaste périmètre, distinctes des normes professionnelles officielles, et qui ne supposent pas nécessairement, pour fonctionner, le même système d’interactions qu’au départ (par exemple, un infirmier isolé dans un dispensaire reproduira les mêmes normes pratiques qu’on constate dans un hôpital à l’autre bout du pays), ou qui fonctionnent de façon analogue dans de multiples contextes d’interaction différents.

  • 1 Je ne mobilise pas ici le terme de « motivation », parce qu’il a des connotations trop subjectives (...)

14En ce qui concerne mon usage de l’expression « logiques sociales », la critique de Erhard Friedberg est plus sévère et, sur le plan théorique où il se situe explicitement, je suis enclin à lui donner quelque peu raison car il s’agit plus d’une notion que d’un concept. Contrairement aux titres des trois parties précédentes de l’ouvrage, qui portent sur des concepts relativement originaux au moins dans le sens que je leur donne (« modèles voyageurs », « normes pratiques », « modes de gouvernance »), concepts que je crois utiles et que je m’efforce de justifier théoriquement, celui de la quatrième partie, « logiques sociales », n’a pas cette prétention, il n’est en effet pas de même niveau et il me sert, par son caractère plus général et indéterminé, et par son usage du pluriel, à souligner le refus des explications mono-causales et des dichotomies (fréquentes en sciences sociales), et à plaider pour une prise en compte de la diversité des raisons d’agir. « Raisons d’agir » est une expression qui pourrait d’ailleurs se substituer à « logiques sociales »1. « Logiques sociales » me permet de regrouper deux chapitres (qui proposent par ailleurs des analyses très différentes) dans cette perspective de la diversité des raisons d’agir qu’ils ont fondamentalement en commun. Le premier chapitre est une critique érudite des interprétations culturalistes de l’État en Afrique qui rabattent les spécificités des États africains sur une logique traditionnelle et (néo)patrimoniale, et propose une analyse historique de l’émergence de l’idéologie culturaliste en tant que biais scientifique. Le second chapitre, celui qui en fait gêne Erhard Friedberg, fait au contraire reposer le plaidoyer pour la diversité des raisons d’agir sur des données essentiellement empiriques, que je crois originales. Ma défense se situera donc au niveau empirique, et non pas théorique. Quand Erhard Friedberg y voit un projet théorique « décontextualisé », il y a un grand malentendu entre nous. Ce chapitre est en effet, à mes yeux, complètement « contextualisé », puisque les logiques qu’il décrit (en particulier le cadeau, la pitié, la honte, l’échange généralisé de faveurs, et à un moindre degré l’ostentation) sont rarement un objet d’attention des sciences sociales, alors qu’elles sont très souvent invoquées au Niger pour expliquer les écarts aux normes officielles. Elles fonctionnent comme des sortes de « méta-normes pratiques » (une autre appellation qu’on pourrait substituer à « logiques sociales ») favorisant l’application ou non de telle ou telle catégorie de normes dans des conjonctures professionnelles variées. Elles sont transversales aux normes pratiques et sous-tendent des normes pratiques multiples, dans des situations différentes. Les données nigéro-nigériennes de ce chapitre ne sont donc pas de simples exemples au service d’un projet théorique fondé sur les « logiques sociales » (cette notion, en effet, ne mériterait pas un tel honneur), c’est à l’inverse le terme fort hospitalier de « logiques sociales » qui me sert à proposer une série d’options (indexées sur des situations que tout Nigérien rencontre fréquemment), peu ou mal analysées dans la littérature sur l’Afrique ou le développement. Certes ces « logiques sociales » peuvent se rencontrer ailleurs qu’au Niger, sous des formes ou des styles nécessairement différents, mais c’est bien leur nigérianité qui est dans ce chapitre mise sur le devant de la scène.

15Mais je suis d’accord avec Erhard Friedberg : parler de « logiques sociales » en général n’aurait pas plus d’intérêt, il le dit très justement, que de parler de « stratégies d’acteurs » en général (on peut ajouter : ou d’agency en général), cela n’aurait d’autre mérite que de rappeler une position de principe sur la capacité d’agir et la pluralité des raisons d’agir. Tout cela ne devient vraiment intéressant que lorsqu’on analyse des logiques sociales particulières (ou des stratégies d’acteur particulières) dans un contexte spécifique. C’est justement ce que j’ai essayé de faire.

2. Working with discordances

Commentaire de David Lewis

16Researchers and practitioners have long been preoccupied by the problem of explaining why policies and projects often fail to bring about their intended outcomes. Is “implementation failure” simply the result of a gap between the unrealistic, ill-informed or over-ambitious ideas of policy makers and the resources, expertise, systems and information required to put plans into practice – or is there something more complicated going on?

17This is the central question posed by Jean-Pierre Olivier de Sardan in this timely and informative book. It offers a comprehensive critical review of anthropological and other social science literature, combined with an original analysis that draws on many decades of practical ethnographic research experience in West Africa, and in Niger in particular. Organised across five main sections, covering “travelling models”, “practical norms”, “modes of governance”, “social logics”, and “critical reformism”, the book skilfully combines theory and empirical material.

18Central to the argument is “social engineering”, defined as the various forms of planned intervention devised by development actors (and the military) in their efforts to create or reshape institutions and practices in unfamiliar contexts. This approach draws on Karl Popper’s contrast between social engineering and historicist approaches to change, and the book’s conclusion lends support to the idea of “piecemeal engineering” rather than to more utopian approaches to change, and to the argument for “critical reformism”.

19Despite the potential value of expert and other forms of knowledge in these interactions, he argues, the “revenge of the contexts” expresses the idea that developers are all too often rendered incompetent by local realities – where there are multiple local actors with their own interests and with strategies of non-compliance and circumvention. The way forward, he concludes, is to acknowledge and pay more attention to these “discordances” – the contradictions, gaps, and diversities – of implementation, and in doing so paying more attention to the importance of context.

20Standardized approaches to development – termed here “travelling models” – cannot simply be implanted into the diverse settings of Africa, or indeed anywhere. They are analysed in terms of different modes of governance, including both state-bureaucratic and developmentalist forms, and seen as necessarily reshaped by the actions of others. These include formal social actors responsible for local implementation, such as street level bureaucrats, and informal actors who become involved in more unplanned, opportunistic ways. Planned interventions, the author suggests, are always going to be subject to revision, disruption, and adaptation of everyday practice. We therefore need to pay closer attention to these realities – which he terms “practical norms” – if we are to have a chance of achieving desired outcomes.

21The book also addresses important questions of knowledge creation. Development actors are not necessarily rendered incompetent because they lack ambition in this area. On the contrary, they may operate using technically sophisticated planning approaches, including producing their own in-house reports, designing complex evaluation and impact assessment systems, and commissioning expert research studies. Nor do they necessarily fail to see the importance of field level information, with many agencies having responded to criticisms for top-down interventions by developing more “participatory” approaches.

22Decision makers have problems interpreting and using knowledge in ways that limit their ability to incorporate it into their operational systems. Planners rely on their own means-ends logics and do not necessarily respond to complex information that inevitably problematizes and questions those logics, and even the purpose of the intervention itself. This was certainly my experience in considering similar questions in the context of Bangladesh, where policy makers taking part in health and education reforms found it difficult to engage with qualitative, people-centred information that they experienced as local and messy. Today there is increasing reliance on tools such as randomized control trials. In the context of this book, these are paradoxical in that they are both technical and contextual. They claim to show “what works”, but only in the specific context of the trial.

23When it comes to development interventions, there is no doubt that limited information has often provided a more comfortable basis for operations than complex, detailed data. To remedy this, Olivier de Sardan argues that there is a need for more qualitative, context-sensitive data to inform interventions. But it is not just up to anthropologists – he also makes a case for more critical dialogue drawing on political science, anthropology, sociology and public policy, combined with the sort of fine-grained field data that can be produced through careful ground-level collaborative and participatory knowledge production. The book makes the case for balanced contextual knowledge that can better inform the design and implementation of interventions, in an approach that recognizes complexity and contradiction – which he calls a “perspective of discordances”.

  • 2 Tett, G. (2021). Anthro-Vision: How Anthropology Can Explain Business and Life. Random House Busine (...)

24The ideas in the book are important and topical. Anthropology is currently having a moment of popularization and making new claims to relevance. For example, Gillian Tett’s book2 makes the case for anthropological thinking (valuing diversity, paying attention to context, being empathic about difference) as both necessary and useful for addressing contemporary problems, by broadening, supplementing and challenging other forms of available knowledge.

25Also refreshing is the author’s refusal to collude with a binary North/South view of the world in which the Global South is seen as posing a distinctive set of problems, with solutions required from the Global North. The author challenges the frequent tendency to view development settings as qualitatively different (while acknowledging that the “developmentalist” variant of social engineering is a particularly visible example of discordance). He resists the tendency to exoticize African countries, or to view their development through a Eurocentric lens. As Olivier de Sardan points out, developmentalist social engineering “reveals phenomena that also exist in the North but are less visible here”. There’s almost nothing, he says, that is found in Africa that can’t also be found in Europe, and vice versa.

26The book’s analysis drawing on a combination of the Chicago school of sociology, and the actor-oriented tradition of the Manchester School of anthropology, while also discussing scholarship from public policy, management and organization studies. Recognition of the need for a multi-disciplinary approach is another highly commendable feature of the book, in contrast to the common tendency – particularly among anthropologists – to remain largely within disciplinary boundaries.

27This is an analytically and empirically rich book, but in some respects, it raises as many questions as it answers. Is context the only or the main reason as to why intentions do not translate into desired outcomes? Are strategies of circumvention and non-compliance as much about unequal power as they are about context? Some readers might also find the argument for an incrementalistic approach to change suggestive of conservatism at the expense of radical action. But the sheer scale of Olivier de Sardan’s immersion in this subject over five decades, including 25 years with LASDEL, lends the book an incomparable rigour and depth.

28The contexts of international development are changing fast. Today’s agencies seem to pay even less attention to context, with their generic managerialist models of change, and increasingly business-centred visions of development assistance as “shared prosperity”. It is the private sector – rather than policies, projects, and programmes – that is now seen to hold the key to change. Aid increasingly takes the form of development finance, or is used to try to leverage private investment. For example, the days when the UK’s Department for International Development (DFID) used to employ special advisers in governance or social development have passed, in favour of even more decontextualised approaches. Will business-led development engage more successfully with questions of context? Here we will doubtless find new examples of discordance that anthropology, as a “science of the contexts”, will need to unravel.

Réponse de Jean-Pierre Olivier de Sardan

29Le texte de David Lewis insiste particulièrement sur la façon dont La revanche des contextes se situe dans le champ du développement d’une part, de l’anthropologie du développement d’autre part, et je ne peux qu’approuver la lecture qu’il en a faite. J’ai, en diverses occasions, souligné la complémentarité entre les analyses de David Lewis (ou celles de David Mosse) et les miennes, au-delà de quelques divergences secondaires. Néanmoins j’ai eu un problème avec un petit passage de son texte, relatif à la dernière partie du livre (« De la recherche aux réformes et vice versa »), partie où je quitte ma zone de confort de chercheur pour entrer dans l’espace ô combien plus incertain du citoyen, avec les risques que comportent des préconisations ou des jugements. Ce passage m’a bousculé en touchant manifestement un point sensible, et j’ai donc, grâce à lui, l’opportunité de clarifier ma position en quelque sorte politique. Voici ce passage : « Some readers might also find the argument for an incrementalistic approach to change unnecessarily conservative. »

30J’ai bien compris que David Lewis ne prenait pas à son compte cette opinion et qu’il pensait, par contre, que d’autres que lui pouvaient s’en convaincre, mais j’avoue avoir été vexé sur le moment à l’idée que des lecteurs pourraient m’ assimiler à un « conservateur », parce que je n’aime pas les conservateurs (plus exactement les prises de positions conservatrices) et que mon livre me semble être une critique radicale (bien que non polémique) de l’industrie du développement telle qu’elle est aujourd’hui, critique qui implique donc la nécessité profonde de changements. Je ne sais si l’incrémentalisme de Charles Lindblom (autrement dit le changement à petit pas) auquel je me suis référé en une ou deux occasions a parfois été connoté comme situé « à droite », mais il est en tout cas vrai que quiconque proclame qu’il faut une rupture radicale avec les actuelles politiques de développement sera étiqueté comme « progressiste », et qu’on étiquettera plus facilement comme conservateur celui qui dit que tout changement prendra du temps et se fera pas à pas. Mais je pense que ce type de jugement est erroné.

31Bien sûr je souhaiterais qu’un changement radical soit possible. Mais il est hélas impossible. L’industrie du développement est un supertanker qui ne peut facilement changer de cap, elle est mondialisée, elle mobilise non seulement des sommes colossales, mais elle emploie aussi des millions de professionnels à travers le monde et fournit des ressources à des centaines de millions de personnes. On pourrait souhaiter que des mobilisations populaires nationales et internationales l’obligent à modifier complètement et subitement ses pratiques, mais c’est plus qu’improbable. Plutôt que d’appeler à grands cris un changement radical irréaliste dans les conditions actuelles, mieux vaut contribuer à des transformations progressives allant dans le bon sens.

32On rejoint donc à divers égards le vieux débat entre révolutionnaires (je le fus) et réformistes (je le suis devenu). Les faillites (souvent sanglantes) de toutes les révolutions du xxe siècle m’ont rendu, comme beaucoup d’autres, très sceptique quant aux avantages de l’option révolutionnaire.

33Ceci étant, il y a un réformisme de droite (conservateur) et un réformisme de gauche (progressiste). Le réformisme conservateur introduit certains changements pour que, sur le fond, rien ne change (ce qu’exprime si bien la phrase fameuse du marquis de Lampedusa dans Le Guépard). Le réformisme progressiste veut aller vers des changements profonds, voire radicaux, mais il sait que cela exigera de nombreuses étapes et prendra beaucoup de temps. C’est exactement le cas de l’industrie du développement. Couper l’aide en raison de ses effets pervers (ce que certains appellent de leurs vœux) serait un remède pire que le mal. Prétendre la transformer d’un coup serait irréaliste. Pour arriver à des politiques publiques radicalement différentes en matière de développement et d’aide humanitaire (ce qui est éminemment souhaitable), il faudra de longues années, voire des décades, pour de multiples raisons : parce que les illusions de l’ingénierie sociale sont loin de se dissiper, parce que le néolibéralisme n’est pas prêt d’abandonner la place, parce que ni les égoïsmes nationaux, ni les régimes despotiques ou corrompus, ni les multinationales ne vont se faire hara-kiri, parce que modifier l’ADN, les savoir-faire et les routines des institutions internationales, des agences d’aide ou des grandes ONGs n’est pas une petite affaire.

34Autant donc tenter de changer ce qui peut l’être compte tenu de l’état actuel du monde (un état que nous sommes nombreux à déplorer). L’ingénierie développementiste telle qu’elle est va encore longtemps continuer sur sa lancée. Néanmoins, parfois des fenêtres d’opportunité s’ouvrent en son sein, des alignements de planètes se produisent, des interlocuteurs du monde de l’aide écoutent, dialoguent, osent. On peut gagner de mini-batailles, promouvoir de mini-réformes, voire de plus ambitieuses réformes. J’ai tenté dans cet ouvrage de combiner, pour reprendre l’expression de Gramsci, le pessimisme de la raison, autrement dit l’analyse critique de l’existant (les quatre premières parties du livre) avec l’optimisme de la volonté, autrement dit des pistes de réformes qui peuvent sembler marginales mais dont il n’est pas impossible de croire qu’elles peuvent être suivies (la cinquième partie). Un peu comme des chaloupes qu’on mettrait à l’eau à partir du supertanker pour explorer de nouveaux passages. Ce n’est pas du conservatisme, ce n’est pas du réformisme de droite, c’est du réformisme de gauche, c’est une prise de position citoyenne, dont les objectifs modestes sont en réalité plus ambitieux qu’il n’y paraît : améliorer la qualité des services offerts aux populations, réhabiliter les initiatives internes aux administrations africaines, réduire progressivement la dépendance à l’aide.

3. Un moment d’historicité scientifique

Commentaires de Jean-François Bayart

  • 3 Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local.

35Jean-Pierre Olivier de Sardan nous donne à lire un ouvrage important et ambitieux qui couronne une œuvre personnelle, mais aussi collective : celle qu’il a menée avec ses collègues du LASDEL3, le laboratoire de Niamey dont il est le cofondateur, qui a essaimé au Bénin, et qui est l’un des très rares exemples de coopération scientifique institutionnelle réussie entre la France et l’Afrique subsaharienne. Son propos s’enracine dans cette histoire et y trouve un crédit particulier, celui d’une expérience professionnelle hors pair, de terrain mais aussi d’organisation, d’expertise et bien sûr de recherche fondamentale autant qu’appliquée.

36Néanmoins, il n’en est pas que la défense et illustration. L’un des attraits de ce livre tient à sa volonté d’engager le dialogue avec le champ anthropologique, les disciplines sœurs – fussent-elles « ennemies » ou plutôt « à plaisanterie » – et les institutions internationales ou nationales développementalistes dont les « modèles voyageurs » sont vertement étrillés. Qui aime bien châtie bien, pourrait-on résumer. Car il y a une forme d’amour-haine sous la plume de Jean-Pierre Olivier de Sardan quand il évoque ce monde du développement dont il connaît les faiblesses systémiques, voire les turpitudes, mais aussi parfois la grandeur de ses serviteurs anonymes dont il sait exalter les qualités de « réformateurs invisibles », d’« experts contextuels », en particulier dans le domaine de la santé publique. Sa position est celle – optimisme désespéré ? – du « réformisme critique ». Je ne me situerai pas sur ce plan faute de compétences personnelles, encore que je puisse la partager comme ancien consultant permanent du Centre d’analyse et de prévision du ministère français des Affaires étrangères. En revanche, je prends volontiers la balle au bond de la discussion conduite avec la science politique dont je suis un originaire, peut-être un transfuge.

37L’une des qualités de l’ouvrage est de ne pas sombrer dans le « narcissisme de la petite différence » et d’éviter toute chamaillerie inutile. Quand elle survient, la critique de la science politique est vigoureuse, mais argumentée. Elle mérite d’autant plus d’être écoutée qu’elle repose sur une bonne connaissance de la littérature concernée, tant de langue française que d’expression anglaise, l’avantage étant sans doute donné à cette dernière, ce qui est une bonne chose pour un lecteur qui ne la maîtrise pas nécessairement. Le débat est également facilité par le fait que Jean-Pierre Olivier de Sardan se réclame simultanément de la sociologie et de l’anthropologie, rappelant au passage que Georges Balandier se plaçait sous ce double parrainage. Il invoque lui-même les mânes des Écoles de Chicago et de Manchester et plaide in fine en faveur d’une meilleure lecture, par les anthropologues, de l’œuvre de Max Weber, ce grand analyste des « contextes » et des « écarts ».

38Et, de fait, l’ouvrage traite d’abord de ces derniers et des « discordances » propres à toute société. Il expose sa démonstration sur l’inadéquation de l’ingénierie sociale à propos des politiques publiques de développement. Mais à l’évidence – et Jean-Pierre Olivier de Sardan en fait lui-même la remarque –, son argumentation vaut aussi bien pour n’importe quelle politique publique, singulièrement les politiques économiques d’inspiration néolibérale, même si l’auteur prend soin de ne pas réduire le problème dont il s’empare à la seule question du néolibéralisme et rappelle que ce dernier n’a point le monopole des « modèles voyageurs ». L’ouvrage récuse avec force toute interprétation « exceptionnaliste » des sociétés africaines, tout « orientalisme », et insiste sur leur commensurabilité. Par exemple, l’échec du quinquennat d’Emmanuel Macron, patent bien avant que la pandémie ne s’en mêle, procède largement de son importation de « modèles voyageurs » dont le mouvement des Gilets jaunes a été la sanction immédiate. Il faut prendre au sérieux le sous-titre du livre, « des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà », bien que le provincialisme du débat public en Europe rende assez millénariste l’espérance qu’il soit lu en dehors des cercles des sciences sociales et de l’économie du développement.

  • 4 Bayart, J.-F. (1983). La revanche des sociétés africaines. Politique africaine, 11, 95-127. http:// (...)

39« De quelle anthropologie ce livre se fait-il l’écho ? », se demande Jean-Pierre Olivier de Sardan, en se situant par rapport à sa discipline. On peut étendre l’interrogation à l’ensemble des sciences sociales du politique avec lesquelles il entre en résonance. Sans doute est-ce sur ce plan que l’échange peut être le plus fructueux en ce qui me concerne. Le hasard veut que je publie moi-même, en ce printemps 2022, un livre, L’énergie de l’État (La Découverte), qui reprend et prolonge mon propre itinéraire de recherche dans le domaine de la sociologie historique et comparée du politique, en connivence avec les travaux de plusieurs de mes collègues anthropologues (dont, bien sûr, Jean-Pierre Olivier de Sardan). Au-delà des différences de références théoriques ou méthodologiques, de positionnement disciplinaire – notamment en matière de terrain – et de vocabulaire, la convergence entre les deux approches est claire, et parfois saisissante. Là où Jean-Pierre Olivier de Sardan parle d’« écarts », de « discordances », de « contextes », de « normes pratiques », de « logiques sociales », j’insiste sur le « vide » constitutif de la cité, sur son « inachèvement », sur le travail d’ « énonciation » des discours et des politiques publics auquel se livrent les acteurs, sur l’ « invention paradoxale de la modernité », sur la « greffe de l’État » et son « appropriation », sur l’importance des « terroirs historiques », en bref sur l’ « historicité propre » du politique dans les sociétés, en particulier africaines, décidément commensurables. Les deux ouvrages laissent également la part belle à l’ambivalence dans la production du social en critiquant le « résisto-centrisme » d’un foucaldisme ou de bourdieuseries plus ou moins bien digérés et de l’œuvre d’un James Scott dont le simplisme, l’univocité facilitent son succès commercial dans le champ universitaire. Ils prennent enfin leurs distances par rapport à l’usage paresseux de notions comme celles d’agency ou de « société civile ». Il me revient d’ailleurs, en relisant ces lignes, que j’avais moi-même publié une « revanche des sociétés africaines » en 1983, dans la revue Politique africaine4, qui fait écho à celle des « contextes » qu’étudie aujourd’hui Jean-Pierre Olivier de Sardan, dans la continuité de son œuvre au long cours.

40Cela ne signifie pas que les deux livres, La revanche des contextes et L’énergie de l’État, soient interchangeables et que leur double lecture soit superfétatoire. Ainsi, l’anthropologie de Jean-Pierre Olivier de Sardan entre dans les « logiques sociales » des « écarts » et de l’appropriation de l’État mieux que ne peut le faire la sociologie historique. Elle montre combien l’administration contemporaine en Afrique reste tributaire du modèle colonial de « commandement » et de ses intermédiations locales, dont le poids est plus grand à ses yeux que celui des temps anciens – mais sans reprendre la distinction de Bruce Berman et John Lonsdale entre la « construction » et la « formation » de l’État colonial qu’utilise largement, en France, la sociologie historique du politique traitant de l’Afrique et d’autres « aires culturelles », comme la Chine. Tout en récusant férocement le culturalisme, Jean-Pierre Olivier de Sardan conserve le concept de culture, là où je préfère l’abandonner – tout en reconnaissant que les mots ne sont pas biodégradables – pour lui substituer l’analyse concrète, à l’aune des situations historiques et des contextes sociaux, de l’hybridation de genres discursifs hétérogènes du politique dont l’assemblage confère à une société son style propre de domination et son historicité, et pour montrer en quoi cette dernière participe d’une « compénétration des durées », au sens bergsonien du concept permettant de contourner les apories de la périodisation et de l’évolutionnisme historiciste.

41Mais, précisément, ce sont ces « bougés » d’un auteur à l’autre, plus peut-être que d’une discipline à l’autre, qui font la richesse des sciences sociales et leur permettent d’affiner sans cesse leur regard. Il serait dès lors intéressant de se demander, sous forme de clin d’œil à Jean-Pierre Olivier de Sardan, de quelles sciences sociales ces convergences (et ces discordances minimes) se font-elles l’écho ; de quel moment d’historicité scientifique elles procèdent, et aussi de quelles potentialités politiques elles sont porteuses, dès lors que se confirme le retour en force, urbi et orbi, de la bêtise identitaire et de l’autoritarisme sous le couvert d’une révolution conservatrice qui ne dit pas (encore) son nom mais se nourrit, aujourd’hui comme hier, du culturalisme le plus éculé.

Réponse de Jean-Pierre Olivier de Sardan

  • 5 Bonnecase, V., & Brachet, J. (dir.) (2021). L’Afrique des sciences sociales. Bas, débats, combats. (...)
  • 6 Roy, A., & Comité « 30 ans » (2021). L’APAD a 30 ans. Anthropologie et développement, hors-série. h (...)
  • 7 J’ai d’ailleurs tenté, dans ce numéro de Politique africaine, de définir cette convergence bénéfiqu (...)

42L’analyse très bienveillante de Jean-François Bayart souligne évidemment les nombreuses convergences entre, d’une part, le projet qu’il a développé depuis fort longtemps, avec d’autres politistes africanistes, et d’autre part la perspective adoptée par La revanche des contextes qui est aussi celle de nombreux socio-anthropologues africains et européens. La publication quasi simultanée en 2021 du numéro spécial de Politique africaine5 pour fêter les quarante ans de cette revue, et du numéro spécial d’Anthropologie et développement6 pour fêter les trente années de l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) souligne, de façon d’ailleurs inopinée, cette forte proximité, voire parenté (en effet parfois à plaisanterie).7 C’est donc sur un fond collectif qu’un dialogue souvent indirect et parfois direct s’est noué entre nous deux depuis longtemps.

43Dans son compte-rendu, Jean-François Bayart esquisse aussi une comparaison plus personnelle entre nos travaux respectifs. Il rappelle à juste titre que, dès 1983, il avait utilisé le terme de « revanche » dans un titre, « La revanche des sociétés africaines ». Le sens qu’il donnait hier à « revanche » est au fond très similaire à celui que je lui donne aujourd’hui, même si les sujets métaphoriques de ces revanches sont en partie différents – mais en partie seulement. Et surtout, il met en résonance nos deux derniers ouvrages, La revanche des contextes d’un côté, L’énergie de l’État de l’autre, lequel doit paraître prochainement. Je ne peux me prononcer sur les points communs qu’il souligne, n’ayant pas encore eu accès à son texte, mais je n’ai évidemment guère de doutes à cet égard, d’autant que Jean-François Bayart fournit ici un certain nombre d’indications, et que ses publications passées nous mettent également sur la piste. Ce qui me semble le plus évident concerne le vocabulaire, et lui-même évoque ce point. Nous parlons souvent des mêmes phénomènes, nous sommes intrigués ou stimulés par les mêmes réalités, mais nous utilisons des expressions très différentes pour en rendre compte, pour les interpréter, chacun mettant sur la table ses propres concepts, ses propres théorisations. Ce vocabulaire différent renvoie aussi à une approche globale différente. Le projet intellectuel de Jean-François Bayart porte sur « une sociologie historique et comparée du politique », il est concerné au premier chef par « l’historicité propre du politique » dans les sociétés contemporaines, en particulier africaines (mais pas seulement). Il se situe donc d’emblée dans une perspective comparative plus ambitieuse, plus générale et plus abstraite que la mienne, laquelle part plus du terrain pour s’élargir progressivement (des sites d’enquête au Niger, du Niger à l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique de l’Ouest à l’industrie du développement, etc.). En outre, son ancrage disciplinaire (la science du politique) est sans doute plus fort que le mien (je n’accorde de préséance à l’anthropologie qu’au niveau méthodologique).

44Mais il est assez remarquable que des approches aussi différentes, utilisant un vocabulaire aussi éloigné, puissent aboutir à des résultats aussi complémentaires. Cela permet un vrai (et rare) dialogue.

Haut de page

Notes

1 Je ne mobilise pas ici le terme de « motivation », parce qu’il a des connotations trop subjectives ou psychologiques et parce que, dans les parlers français d’Afrique de l’Ouest, il a pris le sens d’« incitation financière » ou de « prime ».

2 Tett, G. (2021). Anthro-Vision: How Anthropology Can Explain Business and Life. Random House Business.

3 Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local.

4 Bayart, J.-F. (1983). La revanche des sociétés africaines. Politique africaine, 11, 95-127. http://www.politique-africaine.com/numeros/pdf/011095.pdf.

5 Bonnecase, V., & Brachet, J. (dir.) (2021). L’Afrique des sciences sociales. Bas, débats, combats. Politique africaine, 161-162(1-2). https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2021-1.htm.

6 Roy, A., & Comité « 30 ans » (2021). L’APAD a 30 ans. Anthropologie et développement, hors-série. https://doi.org/10.4000/anthropodev.1115

7 J’ai d’ailleurs tenté, dans ce numéro de Politique africaine, de définir cette convergence bénéfique entre nos disciplines comme la combinaison des thèmes de la science politique et des méthodes de l’anthropologie (une « formule gagnante »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erhard Friedberg, David Lewis, Jean-François Bayart et Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Jean-Pierre Olivier de Sardan, La revanche des contextes. Des mésaventures en ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021 »Revue internationale des études du développement, 248 | 2022, 245-258.

Référence électronique

Erhard Friedberg, David Lewis, Jean-François Bayart et Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Jean-Pierre Olivier de Sardan, La revanche des contextes. Des mésaventures en ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021 »Revue internationale des études du développement [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/ried/354 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ried.354

Haut de page

Auteurs

Erhard Friedberg

Professeur émérite de sociologie, Sciences Po Paris

David Lewis

Professor of Anthropology and Development, The London School of economics and political Science

Jean-François Bayart

Institut de hautes études internationales et du développement, Genève

Jean-Pierre Olivier de Sardan

Directeur de recherche émérite au CNRS, LASDEL, Niamey, Niger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search