Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses bibliographiquesBrigitte Bariol-Mathais (dir.), V...

Analyses bibliographiques

Brigitte Bariol-Mathais (dir.), Vers des villes africaines durables, Gallimard, 2020

Ayité Mawussi
p. 262-264
Référence(s) :

Brigitte Bariol-Mathais (dir.), Vers des villes africaines durables, Gallimard, 2020, 191 pages, ISBN : 9782072864513, 29 €

Texte intégral

1Alors que l’urbanisation des villes africaines se fait à un rythme accéléré et pose la question de la durabilité des espaces produits, la recherche ne les aborde que peu sous cet angle. C’est ce à quoi s’attelle l’ouvrage Vers des villes africaines durables, dirigé par Brigitte Bariol-Mathais, en posant le débat dans la perspective du sommet Afrique-France qui devait avoir lieu en juin 2020 avant d’être annulé à cause de la crise du Covid-19. Les contributeurs issus du monde du développement urbain (responsables d’agence de développement, acteurs de think-tank ou de fablabs, élus locaux, experts, etc.), de celui de la formation (responsables d’école d’urbanisme, étudiants) proposent une analyse sous plusieurs angles des enjeux, défis et opportunités pour tendre vers des villes africaines durables. À partir d’un point de vue d’acteurs de terrain, les auteur·e·s proposent des pistes pour rendre les villes africaines de demain durables et capables d’offrir des services de qualité à leurs habitants. Ils et elles se proposent de penser ces villes dans une perspective autre que celles qui ont prévalu jusqu’ici et qui se montrent inopérantes. L’ouvrage est structuré autour de huit parties qui représentent différents angles d’analyses de la durabilité des villes. Richement illustré avec des cartes et des photos, ce livre se veut une invitation à penser des villes africaines de demain.

2Les textes sont regroupés sous les thématiques des enjeux urbains et territoriaux de la durabilité urbaine, de la planification urbaine, des défis de l’habitat abordable et durable, de la mobilité, de la transition numérique, du financement, de la coopération, de la mise en réseau et des clés pour la transition urbaine. En étudiant les réalités de plusieurs villes au Cameroun, au Bénin, au Togo, au Bénin, au Sénégal, etc., les contributions participent, dans l’ensemble, à soutenir l’idée que si les défis que pose la métropolisation des villes africaines sont d’une grande ampleur, ces villes ont les capacités d’assurer les meilleures conditions de vie à leurs habitants et devenir durables si elles partent de leurs réalités propres et mobilisent des ressources tant endogènes qu’exogènes.

3Il ressort de la cinquantaine de textes rassemblés que la métropolisation et la révolution urbaine qui s’opèrent de façon vertigineuse dans les villes du continent africain sont au cœur d’enjeux environnementaux et de durabilité, tant dans leurs modes de production que dans leurs fonctionnements. Ces enjeux sont multiples et touchent entre autres la maîtrise foncière, les inondations, les services urbains, la mobilité ou encore la gouvernance, etc. Afin de faire face à ces différents défis, la planification semble être un élément important de la stratégie pour non plus subir l’urbanisation, mais la contrôler et la réguler.

4Résoudre l’équation de la durabilité des villes africaines, c’est aussi proposer des solutions pour donner accès à tous à un habitat accessible et décent. Car c’est l’absence de politiques de logement qui génère l’autoproduction de l’habitat par les habitants. Cela est un moteur de l’étalement urbain qui lui-même fragmente les fonctions des différents espaces des métropoles et crée un besoin de mobilité. Tout l’enjeu est la définition de politiques de logements qui soient à la portée de tous.

5Pour tendre vers la ville durable, l’action doit aussi porter sur le champ de la mobilité et des transports, car l’accroissement continu des distances parcourues génère une pollution pour des systèmes de transport qui sont aux mains du secteur informel et privé. Les enjeux sont donc économiques, gestionnaires et environnementaux. Dans ce contexte, il est question de faire prendre leurs responsabilités aux autorités locales pour, non seulement, la construction de politiques de mobilités cohérentes et qui intègrent tous les acteurs, mais aussi pour les financer, les réguler et les gouverner.

6Par ailleurs, la transition numérique offre des opportunités pour rendre durables les villes africaines. Le taux de pénétration important de la téléphonie mobile et d’internet permet aujourd’hui de fournir aux habitants des services urbains essentiels (eau, gestion foncière, électricité, etc.), d’inventer le transport sur demande et de produire des connaissances sur la ville afin de mieux la gouverner. Le numérique permet également l’émergence de projet de smartcity. Bien sûr, les risques de nouvelles inégalités liées au numérique existent. Pour dépasser ces fractures, Agbodjinou interpelle « pour les communs numériques africains » (p. 128).

7Bien entendu, tous ces différents axes d’actions ne peuvent donner des résultats que si la question du financement est réglée et que les villes africaines mobilisent de plus en plus des ressources propres et que le réseautage, la coopération décentralisée et les partages d’expériences sont orientés vers la durabilité des villes africaines. Car l’un des problèmes des villes africaines est aussi l’extraversion et la dépendance dans la gestion de ressources externes qui ne laissent pas toute latitude à l’action.

8Sans conteste, l’ouvrage permet d’explorer les enjeux de la durabilité des villes africaines et les différents axes des actions à mener pour y tendre. Il est une contribution intéressante à la réflexion et à la littérature encore embryonnaire sur la durabilité des villes africaines. Il offre, à partir de cas concrets et du point de vue des acteurs de terrain, un éclairage pertinent et original sur ce qui se joue dans les villes africaines en termes de durabilité. Au-delà de ces qualités, il est important d’interroger le concept autour duquel il est construit.

  • 1 Rodhain, F. (2007). Point de vue : Changer les mots à défaut de soigner les maux ? Critique du déve (...)
  • 2 Pautard, E. (2015). La rhétorique pédagogique au service de l’acceptabilité sociale. Le verdissemen (...)

9Le livre ne définit pas ce qui est entendu par ville durable. Cela rend légitime la critique faite par Rodhain (2007)1 au concept, celle d’être un « fourre-tout », un modèle forgé par les Occidentaux et qui circule pour légitimer le « développement » qu’on refuse d’interroger. Pour Pautard (2015)2, il apparaît comme une forme de contrôle social qui impose un bonheur qui ne correspond pas aux réels besoins des populations africaines en quête de logements décents, de soins de santé, d’écoles pour leurs enfants, d’électricité ou de consommation. Poser la question de la ville durable ici comme s’il s’agissait du besoin profond des urbains en Afrique contredit finalement l’annonce faite dans l’introduction de « penser la ville hors des sentiers battus, hors des paradigmes habituels » (p. 9). Malgré tout, l’ouvrage a relevé son pari qui est de poser, dans le cadre du sommet Afrique-France, le débat sur la ville durable en Afrique et constitue un élément de discussion et d’enrichissement des réflexions sur le sujet.

Haut de page

Notes

1 Rodhain, F. (2007). Point de vue : Changer les mots à défaut de soigner les maux ? Critique du développement durable, Revue française de gestion, 33(176), 203-210.

2 Pautard, E. (2015). La rhétorique pédagogique au service de l’acceptabilité sociale. Le verdissement des conduites individuelles en question. In Boissonade, J. (dir.), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique (105-139), Pétra (Pragmatisme).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ayité Mawussi, « Brigitte Bariol-Mathais (dir.), Vers des villes africaines durables, Gallimard, 2020 »Revue internationale des études du développement, 248 | 2022, 262-264.

Référence électronique

Ayité Mawussi, « Brigitte Bariol-Mathais (dir.), Vers des villes africaines durables, Gallimard, 2020 »Revue internationale des études du développement [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/ried/364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ried.364

Haut de page

Auteur

Ayité Mawussi

École des Ponts Paris Tech (ENPC)/Université de Lomé (UL)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search