Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses bibliographiquesPhilippe Marchesin, La politique ...

Analyses bibliographiques

Philippe Marchesin, La politique française de coopération. Je t’aide, moi non plus, L’Harmattan, 2021

Lyla André
p. 265-267
Référence(s) :

Philippe Marchesin, La politique française de coopération. Je t’aide, moi non plus, L’Harmattan, 2021, 688 pages, ISBN : 9782343221625, 57 €

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Philippe Marchesin propose une déconstruction de la politique française de coopération dans toute sa complexité, depuis sa création au sortir des décolonisations. Il s’inscrit dans une tradition critique de mise en évidence des paradoxes du couple « solidarité-intérêt » qui caractérise l’aide française au développement (Jacquet et Naudet, Servet) et leurs effets sur les relations donateur-receveur (Jean-François Bayart, Marc-Antoine Pérouse de Montclos). Cependant, l’ouvrage s’insurge également contre des analyses récentes qui rendent compte d’un certain équilibre dans la relation unissant bailleurs de fonds et pays récipiendaires d’aide et qui la définissent comme « une activité par laquelle des pays transfèrent vers d’autres des ressources publiques en vue de contribuer à leur développement » (Philippe Marchesin citant Olivier Charnoz et Jean-Michel Severino, p. 18). L’objectif principal de l’ouvrage est d’« inverser le regard habituellement porté sur l’aide en envisageant moins ce que le donateur donne que ce qu’il garde ou reçoit » (introduction, p. 23). Ainsi, l’ouvrage va au-delà de la démonstration du caractère intrinsèquement politique de l’aide publique au développement, souvent considérée par les pouvoirs publics comme une simple « variable d’ajustement » de la politique étrangère française. Il renouvelle la définition de l’aide publique au développement en démontrant qu’elle constitue une « transaction » entre deux parties et non un flux à sens unique (p. 567).

2Pour réaliser ce travail, l’auteur a eu accès à des archives diplomatiques et des données empiriques issues de plus de 1 000 entretiens menés par ses étudiants de master auprès d’acteurs de la coopération et de chercheurs.

3La démonstration illustre à quel point d’anciennes logiques d’influence politique liées aux intérêts de la France et héritées de la colonisation orientent l’action des individus qui mettent en œuvre l’aide publique au développement (chefs d’État, fonctionnaires et opérateurs de terrain). L’auteur met ainsi en avant la logique de continuité qui permet de retracer une filiation entre le ministère des colonies et l’Agence française de développement en démontrant, par exemple, à quel point les intérêts liés à la sécurité nationale ont contribué à entretenir d’anciennes pratiques clientélistes issues de la période coloniale. Philippe Marchesin enrichit cette lecture par le biais d’une approche constructiviste, prêtant une attention particulière aux logiques d’acteurs de l’aide publique au développement, à la co-construction de leurs relations, à l’évolution des normes et à leur influence sur les pratiques de la coopération. Ce faisant, il met particulièrement en évidence le poids des logiques impulsées par les différentes présidences de la Ve République et celui des logiques interpersonnelles unissant les représentants de l’État français aux États récipiendaires de l’aide.

4Faisant écho à la théorie du don de Marcel Mauss, la démarche invite ainsi à considérer la politique française de coopération comme un échange et en divise la démonstration en deux grandes parties. L’objectif de la première partie est de sortir de l’ambiguïté du couple « solidarité/intérêt » pour mettre en avant la « contrepartie d’un avantage accordé au donateur » (p. 291, 344-345). Si l’aide fournie apparaît comme un « attribut de la puissance » française (p. 344), celle-ci doit cependant « être rentabilisée, que ce soit à travers un retour direct ou en la monnayant contre tel ou tel avantage d’ordre économique » (p. 353). Une illustration en est donnée à travers le « lien entre l’aide et l’intérêt des entreprises » qui « permet au patronat français de profiter de retombées commerciales non négligeables », faisant écho au marché que permettait le « pacte colonial » (p. 353). Consécutivement, la seconde partie introduite par la maxime Do ut des (« je donne afin que tu donnes ») prête une attention particulière aux intérêts partagés du donateur et du receveur aux fondements de la relation d’« aide-échange » (p. 347). Les accords de coopération sont décidés « au plus haut niveau, celui des chefs d’États » et « c’est à un couple d’États dont chacun recherche le maximum de bénéfices à travers la relation de coopération que nous avons affaire » (p. 347).

5En première partie, l’analyse des logiques d’acteurs est enchâssée dans celle de l’architecture institutionnelle. Le passage en revue des chefs d’État, fonctionnaires et acteurs de terrains « qui font la politique de coopération » s’articule autour de la triple distinction traditionnelle entre la décision politique, la gestion administrative de ces politiques et leur mise en œuvre sur le terrain. En filigrane, Philippe Marchesin démontre en quoi l’imposition progressive d’une logique dominante économique et libérale de la politique étrangère influence à la fois les cadres institutionnels de la coopération et les logiques individuelles. D’une part, le poids croissant d’une logique économique sur les institutions est démontré à travers l’avènement en 1998 de l’Agence française de développement : une banque sous tutelle du ministère de l’Économie en tant qu’institution prépondérante comparée « à un nouveau ministère de la Coopération » (p. 189) et qualifiée d’« avatar du ministère des Colonies » (p. 263). L’auteur note ainsi que la « montée en puissance de l’agence est concomitante à la forte augmentation des prêts », passant de 34 % de son activité en 2004 à 84 % en 2011 (p. 263). D’autre part, les effets de cette logique libérale sont lisibles à travers l’uniformisation des profils socio-professionnels des ministres et secrétaires d’État en charge de la coopération (voir le tableau p. 153-169 et 171-174), de leurs directeurs de cabinet (tableau p. 176-188), des directeurs de l’Agence française de développement (tableau p. 190-192) et des conseillers Afrique de l’Élysée (tableau p. 193-196). Ayant dans leur majorité très peu à voir avec le monde de la solidarité internationale, plus d’un tiers d’entre eux se reconvertissent dans les affaires après avoir occupé des fonctions politiques (p. 197).

6La seconde partie dessine la relation bilatérale d’échange entre deux États comme un rapport de force, suivant la même évolution chronologique qu’en première partie. La réflexion autour de la « relation de coopération » se déploie du « moment coopératif », qui réunit les deux chefs d’État, jusqu’à la mise en œuvre de différentes tactiques par le donateur et/ou le receveur ou leurs représentants, au service de leurs intérêts propres. L’auteur analyse les conditions politiques liées à l’intérêt du donateur et qui peuvent être d’ordre économique, diplomatique, stratégique, culturel ou financier (p. 351-352), puis à celles du receveur qui peuvent être d’ordre sécuritaire, économique, diplomatique ou à caractère personnel (p. 374), avant de conclure sur le constat d’une « évaporation de l’aide » (p. 392). Soulignant les intérêts croisés des deux parties, l’auteur affirme ainsi que « le receveur utilise l’argent capté pour la corruption personnelle et sociale » tandis que le donateur récupère « une part conséquente de l’aide à travers ses entreprises sur place, les biens de consommation qu’il vend au receveur et ses banques » (p. 396).

7La section suivante dévoile les mécanismes de ce « moment coopératif » (p. 399) au cœur duquel le rôle de la décision présidentielle des deux bords joue un rôle primordial. Afin de donner corps à sa démonstration, Philippe Marchesin distingue trois formes d’aide : l’« aide contrepartie » (p. 437-488), l’« aide-chantage » (p. 490-494) et l’« aide sanction » (p. 494-495). À travers trois tableaux (p. 437), il recense des événements concrets au cours desquels le pays receveur apporte quelque chose à la France et en échange de quoi celle-ci fournit une aide. L’un des exemples date de 2006 et concerne la multiplication, sous la présidence Sarkozy, de la signature d’accords bilatéraux avec des pays tiers en échange du renforcement du contrôle par ces pays de leurs frontières (p. 475). En conclusion de cette seconde partie, sont considérées les évolutions de la relation d’échange « clientéliste » classique (p. 503) jusqu’à l’avènement de la notion de « partenariat » aujourd’hui. Au moment où l’aide se rapproche du « commerce » (p. 535), les pays émergents deviennent les principaux « partenaires » recevant l’aide française (p. 540). Tout en continuant à dissimuler les inégalités et rapports de force qui pèsent sur la relation de coopération, l’auteur interroge ainsi l’avenir d’une politique d’aide qui s’adresse « de plus en plus à des pays de moins en moins pauvres » (p. 535).

8L’ouvrage prend pour principal repère de son analyse la politique française de coopération avec les pays d’Afrique qui semble être la meilleure illustration de la permanence de logiques héritées de la colonisation. Parfaitement incarnée par la personne de Jacques Foccart, la coopération franco-africaine ou « Françafrique » souligne la pertinence du choix méthodologique de l’ouvrage de donner une place particulière aux logiques qui guident le travail des acteurs de la coopération ainsi qu’à leurs relations interpersonnelles. Cependant, en complément des quelques cas d’étude de la coopération avec des pays d’Asie et d’Amérique latine, plus d’exemples de coopération avec les pays du Moyen-Orient auraient été bienvenus dans la mesure où la région a occupé une place centrale dans la politique étrangère française de la dernière décennie.

9En conclusion, la lecture de cet ouvrage majeur semble incontournable pour tous les acteurs, chercheurs et étudiants du domaine de la coopération internationale, du développement et des relations internationales désireux d’enrichir à la fois leurs connaissances historiques d’un champ fragmenté ainsi que leurs cadres d’analyse de la notion de coopération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lyla André, « Philippe Marchesin, La politique française de coopération. Je t’aide, moi non plus, L’Harmattan, 2021 »Revue internationale des études du développement, 248 | 2022, 265-267.

Référence électronique

Lyla André, « Philippe Marchesin, La politique française de coopération. Je t’aide, moi non plus, L’Harmattan, 2021 »Revue internationale des études du développement [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/ried/368 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ried.368

Haut de page

Auteur

Lyla André

UCLouvain/GERMAC

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search