Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Dossier thématiqueL’IPC à l’épreuve du kéré

Dossier thématique

L’IPC à l’épreuve du kéré

Des pérégrinations d’un modèle voyageur en pays malgache
The IPC put to the test of kéré. The wanderings of a travelling model in Madagascar
El IPC a prueba del “Kéré”. Peregrinaciones de un “modelo viajero” en Madagascar
François Enten
p. 31-58

Résumés

Cet article interroge les modalités et effets de mise en épreuve d’un dispositif international d’évaluation de sécurité alimentaire et de nutrition, le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) qui est un modèle voyageur basé sur un « consensus technique » dont les résultats sont diffusés par les médias. Il décrit les multiples distorsions qui surviennent dans le contexte institutionnel malgache face à la faim chronique (kéré) et à son aggravation dans la région du Grand Sud. Il montre comment sa gestion centralisée, son protocole standard et sa complexité freinent l’adoption de ses résultats et de ses diagnostics par les décideurs et les médias pour le déclenchement des réponses aux urgences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Associé aux périodes de soudure (période de l’année précédant les premières récoltes), le kéré sig (...)
  • 2 ONU Info, 23 juin 2021, « Le spectre de la famine menace le sud du pays », https://news.un.org/fr/ (...)

1Touchées de façon récurrente par les sécheresses, les populations du Grand Sud malgache souffrent chroniquement de la faim – dite kéré1. Fin juin 2021, à la suite de deux années sans pluie, la situation bascule en une catastrophe imminente, décrite sans détour par le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley : « Plus d’un million de personnes sont menacées par la famine et quelque 14 000 personnes sont déjà dans des conditions proches de la famine2. » Relayés par les canaux médiatiques et les réseaux sociaux, ces constats chiffrés sont renforcés par les images et les témoignages de familles affamées, pour mieux saisir toute l’étendue de la faim et l’atrocité du dénuement des populations. Cette médiatisation tardive survient après une lente montée de signaux d’alerte lancés depuis 2019, où les publications des Nations unies, communiqués de presse des ONG et reportages médiatiques se sont succédé, visant à mobiliser l’opinion publique et à renverser ce processus par des aides d’urgence et politiques appropriées. Pourtant, les réponses de l’aide internationale et de l’État malgache sont restées insuffisantes et trop lentes pour enrayer la crise.

  • 3 La rédaction a été conduite en étroite collaboration avec Mathieu Fortoul, chargé de communication (...)
  • 4 Au total, huit membres d’ONG internationales, trois chercheurs, deux responsables des Nations unies (...)

2Ces diagnostics et leur médiatisation s’appuient sur les données et catégories du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (Integrated Phase Classification, ci-après IPC). Créé au début des années 2010, l’IPC est une plateforme d’acteurs institutionnels et de dispositifs d’évaluation de sécurité alimentaire et de nutrition. Il permet de produire des analyses basées sur une classification standardisée afin de planifier l’aide internationale. Dispositif d’alerte précoce érigé en modèle voyageur, l’IPC s’impose en norme « comparable et applicable à tous les endroits », suffisamment rigoureuse et générique pour s’appliquer à un large éventail de situations (FSIN, 2021). « Robuste », « cohérente » et « transparente », son approche analytique reposant sur une base factuelle est décrite comme « pertinente » pour la prise de décision, grâce à des présentations « pratiques et compréhensibles sur le terrain » (IPC, 2019). Pour autant, les délais de mobilisation humanitaire pour répondre à la récente crise en révèlent les limites. Ceci conduit à nous interroger sur les pratiques et les représentations des acteurs institutionnels produisant des écarts entre les effets attendus et réels de ce modèle appliqué au contexte du Grand Sud. Elle questionne aussi la médiatisation progressive de ses résultats qui a été tardive et peu audible. Pour tenter de répondre à ces questions, sans toutefois avoir conduit d’enquêtes de terrain, l’auteur3 s’appuie sur des entretiens conduits auprès de professionnels des mondes humanitaire ou médiatique et de la recherche4, ainsi que sur un corpus bibliographique.

3L’article est composé de quatre parties : la première problématise le modèle voyageur de l’IPC dans le contexte du Grand Sud, la suivante déroule la chronologie du traitement du kéré par l’IPC et les médias, la troisième rentre dans le cœur de l’IPC malgache, et la dernière décrit ses limites rencontrées lors de la crise de 2020-2021.

1. Les paradoxes du modèle voyageur dans le Grand Sud malgache

4Cette partie met en perspective les enjeux de standardisation de l’IPC dans le contexte des crises complexes du Grand Sud.

1.1. L’IPC, un modèle voyageur paradoxal

5Adopté à Madagascar fin 2016, en réaction aux impacts d’El Niño, l’IPC est encore dans une phase d’appropriation et d’apprentissage par les acteurs institutionnels malgaches. Comme dans les autres pays, l’IPC résulte d’un « assemblage de méthodes et d’institutions » faisant converger un faisceau de dispositifs d’évaluation préexistants et combinant les outils de suivi des politiques de développement avec ceux dédiés aux alertes aux crises, sur la base desquels les catégories des situations et les niveaux de seuil d’alerte sont déterminés. Chaque situation est référencée et cartographiée par un code couleur, par exemple, selon qu’elle se situe dans une phase de « crise » (phase 3), « d’urgence » (phase 4) ou de « catastrophe ou famine » (phase 5). Élaboré entre 2004 et 2006 dans le but d'anticiper les crises somaliennes, l’IPC a été progressivement appliqué en Afrique et Asie, en élargissant l’évaluation des crises aux situations chroniques. Comme « dispositif d’intervention planifiée, élaboré par des experts, visant à implanter ou modifier des institutions et/ou des comportements dans des contextes variés » (Olivier de Sardan, 2021: 7), le modèle voyageur de l’IPC est standardisé dans des manuels, détaillant minutieusement les protocoles d’évaluation, enrichis à chaque version, mis en réseau sur un site dédié5 où sont actualisés les bulletins de situation. L’IPC est évolutif, s’enrichissant de nouvelles méthodes d’évaluation, tout en adaptant les catégories, telle que la phase intermédiaire de « famine probable » pour jauger les situations de zones inaccessibles ou lorsque les données sont de médiocre qualité, voire inexistantes. Enfin, il revendique la facilitation d’un « consensus technique » entre les parties prenantes (ONG, États, Nations unies et bailleurs) grâce à une « approche de convergence de preuves, selon un faisceau de paramètres et sur la base de documents et données fiables » (FSIN, 2021).

  • 6 Le Système mondial d’information et d’alerte rapide sur l’alimentation et l’agriculture (Smiar) a (...)
  • 7 Le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine (Famine Early Warning Systems Network, Fe (...)

6Si l’IPC n’a pas encore été étudié comme objet sociologique, les travaux conduits sur les systèmes d’alerte précoce (SAP) qui le composent nous permettent de l’interpréter comme un dispositif d’allocation d’une aide internationale soumise à une pénurie chronique de moyens, en régulant l’arbitrage entre pays, régions et populations affectés de façon chronique ou aiguë (Hopkins, 2009). L’IPC emprunte ses méthodologies aux SAP préexistants, institués en réponse aux sécheresses des années 1970 et 1980, qu’il s’agisse du Smiar de la FAO6, du Fews d’Usaid7 et de systèmes régionaux ou nationaux. Ces dispositifs sont considérés par les professionnels comme des « systèmes expert flous », dont les procédés d’évaluation des crises alimentaires sont « fondamentalement imprécis » (Boulanger et al., 2004: 181). Leur fiabilité repose avant tout sur les processus de validation des informations recueillies (Aedes & Iram, 2002) et sur l’obtention d’un consensus entre experts et entre organisations (Jézéquel, 2007). Consistant en une série d’approximations méthodologiques et de négociations informelles entre agents techniques et cadres hiérarchiques des agences de l’aide et des gouvernements, ces procédures participent d’un investissement de forme technique, chiffrée et cartographiée (Enten, 2017). Le « caractère ambigu » (Boulanger et al., 2004) des méthodes et des négociations des résultats des SAP contribue ainsi à renforcer les capacités d’extraversion des États récipiendaires par l’aide internationale (Enten, 2017).

7Enfin, pour déclencher une mobilisation de l’opinion publique et des réponses aux crises de la part de la communauté internationale, l’IPC se prolonge par la diffusion de ses chiffres au travers des canaux médiatiques et de la communication des organisations humanitaires. Aujourd’hui, cette médiatisation internationale ne génère plus de remise en question des SAP, ni de crises institutionnelles, comme ce fut le cas en Éthiopie lors des années 1970, 1980 et 2000, ou au Niger en 2005, lorsque les médias, en contradiction avec les SAP, firent brutalement basculer les actions en cours dans le régime de l’urgence (Delcombel, 2008 ; Gill, 2010). Les registres techniques actuels de l’IPC sont plutôt relayés par les médias et les ONG, amplifiés par des registres émotionnels ou par la mise en avant des projets.

8Outre qu’il doit être combiné à la médiatisation de ses résultats pour assurer sa fonction d’alerte précoce, le modèle voyageur de l’IPC exprime des intentions paradoxales. Invoquant une multiplicité d’expertises et d’institutions pour réduire les incertitudes liées aux méthodes d’évaluation et aux contextes, il participe à une complexification des processus de « consensus techniques », sans jamais en énoncer les jeux d’acteurs institutionnels et leurs dimensions politiques sous-jacentes. Cette recherche de simplification « technique » des processus décisionnels participe ainsi à leur complexification sociopolitique et institutionnelle. En ce sens, le « mécanisme » du modèle voyageur de l’IPC est doublement « épuré » de ses « variables contextuelles » (Olivier de Sardan, 2021: 37), tant celles relatives aux situations de crise que celles découlant des jeux d’acteurs institutionnels enrôlés dans ces processus évaluatifs et décisionnels.

1.2. Le Grand Sud : une région délaissée et livrée aux crises multiples

  • 8 En 2018, selon l’Institut national de statistiques, la population répartie sur dix districts attei (...)

9Le Grand Sud regroupe les régions de l’Androy, l’Anôsy et l’Atsimo-Andrefana8 dont les populations rurales dépendent d’une agriculture vivrière et de l’élevage de zébus. Souffrant d’un déficit d’accessibilité, cette zone géographique la plus pauvre du pays est restée, plus encore que les autres, « à l’écart du développement » (Morlat & Castellanet, 2012). Les causes de ce déséquilibre sont multifactorielles : un historique ancien de résistance au pouvoir central royal nourri d’antagonismes politiques entre populations côtières et des Hautes Terres, un désintérêt de l’État pour y implanter des infrastructures – en partie lié au maintien de son caractère centralisé malgré la politique de décentralisation (Châtaigner, 2014 ; Razafindrakoto et al., 2014). Il en résulte de multiples dysfonctionnements des équipements et un réseau routier précaire, une insuffisance de personnel administratif et technique qualifié, et enfin, une insécurité chronique liée aux vols de zébus. Le facteur climatique est aggravant dans certaines zones aux variations météorologiques caractérisées par de fortes variabilités pluviométriques et spatiales, enchaînant sécheresses chroniques et inondations (Bidou & Droy, 2007).

  • 9 Selon Mahatante Tsimanaraoty Paubert, chercheur à l’université de Tuléar interviewé pour Le Monde (...)

10En conséquence, les famines et crises alimentaires sont inscrites dans la mémoire collective et sont répertoriées depuis 18969. Associé aux périodes de soudure, le kéré signifie « faim » en langue tandroy, mais pour se démarquer de la banalisation de sa chronicité, il est traduit par les humanitaires en « famine » pour caractériser l’aggravation des crises alimentaires et nutritionnelles. En effet, depuis les années 1980, la sécheresse a sévi quatre fois, dont un grave épisode en 1989-1992 qui a frappé près de 1 million de personnes et provoqué plusieurs milliers de morts. De 2000 à 2004, déjà affectées par les irrégularités des pluies, les économies familiales furent fragilisées par les blocages post-électoraux du trafic routier (Châtaigner, 2014). Plus récemment, des chocs climatiques se sont renouvelés en 2007, ainsi qu’en 2015, suite au phénomène El Niño. Épuisant les stratégies d’adaptation des familles de paysans, ces crises à répétition amplifient les phénomènes de migrations saisonnières et de ventes de biens (bétail, ustensiles, etc.) (Canavesio, 2015 ; OIM, 2020), accentuant encore leur vulnérabilité aux chocs climatiques.

11Sur fond de pauvreté endémique, la récurrence historique de crises dans le Grand Sud et son couplage avec la répétition des kéré – ces soudures alimentaires qui, à l’instar du Sahel, semblent « faire partie de l’ordre banal des choses » (Janin, 2004: 921) – entretiennent paradoxalement son invisibilisation aux yeux des institutions humanitaires et des médias. Et ce, d’autant que le contexte d’information fragmentaire, ainsi que la variabilité géographique et temporelle des catégories et des espaces à risque rendent difficile toute caractérisation du risque d’insécurité alimentaire, sa quantification sur la base d’indicateurs apparents et sa modélisation à grande échelle selon les catégories des crises et des urgences (Janin, 2004). Cela pose donc un double défi à l’IPC, tant dans sa fonction évaluative, du fait de l’enclavement et de l’étendue de la région, que dans sa fonction d’alerte, du fait de l’invisibilité du kéré liée à sa banalisation et sa faible médiatisation. Dans ce contexte de crises chroniques et oubliées, comment la standardisation du modèle voyageur de l’IPC répond-elle à la tension inhérente à sa double fonction de mobilisation des décideurs ou des opinions publiques et de facilitation des consensus techniques ?

12Avant d’approfondir notre analyse, revenons tout d’abord sur le traitement de la crise récente du kéré et sa médiatisation.

2. Le discours sur le kéré : entre expertise et plaidoyer médiatisé

13Cette deuxième partie montre comment l’IPC n’est pas parvenue à anticiper la gravité et l’urgence du kéré.

2.1. Chronologie de la crise vue par l’IPC et les médias

14Comme nous l’avons évoqué précédemment, l’IPC entreprend à partir de 2016 la coordination des systèmes préexistants pour publier des bulletins faisant état des situations dans le Grand Sud, régulièrement classées en phases 3 (crise) et 4 (urgences), ce qui est encore le cas en septembre 2020. Sans pour autant prévoir de catastrophe, ces alertes conduisent l’État malgache, avec les agences des Nations unies, au travers du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) et de l’Office national de nutrition (ONN), à lancer un premier plan de réponse au kéré. Sont déployées des distributions alimentaires (Caravane du Sud) et un centre de prise en charge nutritionnel et médical, sous la coordination de l’armée (Centre de coordination opérationnelle contre le Kéré). Le PAM lance un appel aux dons pour renforcer les distributions alimentaires, et certaines ONG présentes sur le terrain lancent des appels individuels, telles que Catholic Relief Services (CRS), le Gret qui déclenche une « opération Kéré » à partir de la Réunion, ou Action contre la faim (ACF).

Figure 1 : Bulletin IPC, décembre 2020

Figure 1 : Bulletin IPC, décembre 2020

Source : IPC.

15En décembre 2020, le bulletin IPC dédié aux Grand Sud et Grand Sud-Est identifie près de 1 million de personnes en situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle aiguës, rentrant toujours en phases 3 et 4. La projection d’ici avril 2021 prévoit une augmentation des populations touchées à 1,35 million, notamment pour les districts d’Amboasary Atsimo dans l’Anôsy et Bekily dans l’Androy, classés en phase 4. Pour les ONG humanitaires, telles que Médecins sans frontières (MSF), qui n’interviennent qu’en cas de crise avérée, les prévisions IPC ne semblaient pas catastrophiques. Mais à la suite d’une déclaration des Nations unies basée sur l’IPC, et par mesure de précaution, MSF lance en janvier 2021 une mission exploratoire qui débouchera sur des opérations d’urgence.

Figure 2 : Bulletin IPC, mai 2021

Figure 2 : Bulletin IPC, mai 2021

Source : IPC.

16En mai 2021, si le nouveau bulletin IPC n’annonce que 1,14 million de personnes en insécurité aiguë élevée, il fait état d’une dégradation subite, où les situations d’urgence se sont étendues à d’autres districts, Ampanihy Ouest (Atsimo-Andrefana) et Beloha et Tsihombe (Androy), avec des poches de 14 000 personnes en situation de famine (phase 5) qui devraient s’étendre à 28 000 personnes d’ici la fin de l’année. Révélé tardivement en mai 2021, ce saut brutal de gravité, qui « laisse bouche bée » car « les dégradations sont généralement progressives » selon un des membres d’ONG interviewés, questionne les capacités d’anticipation du dispositif. Ce n’est finalement qu’en mai, que le gouvernement malgache reconnaît officiellement le risque de famine, par une déclaration commune avec les Nations unies pour exhorter une mobilisation aux aides d’urgence. Les événements s’accélèrent les jours suivants, lorsque le 15 juin, un Plan de développement du Grand Sud est solennellement lancé par le président malgache, et que le 23 juin, le directeur du PAM communique sur « le spectre de la famine qui menace Madagascar ».

2.2. Les vagues successives du traitement médiatique

  • 10 Consulter la vidéo rétrospective « Atimo Mivoatse » du BNGRC : https://www.facebook.com/watch/?v=33 (...)
  • 11 Bezain, L. (2020, 1er octobre). Madagascar : les populations de l’extrême sud victimes de la séche (...)
  • 12 Cochez, P. (2020, 25 novembre). La famine frappe au sud de Madagascar. La Croix. https://www.la-cr (...)
  • 13 ACF (2021, 15 janvier). Le Grand Sud face à la faim. https://www.actioncontrelafaim.org/a-la-une/m (...)
  • 14 MSF (2021, 6 avril). Madagascar : MSF démarre des activités d’urgence en réponse à la malnutrition (...)
  • 15 ONU (2021, 12 janvier). Madagascar : 1,35 million de personnes menacées par la faim en raison de l (...)
  • 16 Verneau, L. (2021, 19 janvier). À Madagascar, les victimes de la famine quittent massivement le su (...)
  • 17 PAM (2021, 11 mai). Sud de Madagascar : le Gouvernement et l’ONU alertent sur le risque de famine (...)
  • 18 Wane, F., & Caracena, C. (2021, 15 mai). Famine à Madagascar : 1,5 million de personnes ont besoin (...)

17En termes de médiatisation, fin 2020, des posts sur les réseaux sociaux malgaches sont relayés par le BNGRC10, mais ils restent associés à une aggravation du kéré chronique, sans basculement en une reconnaissance de famine. Le ton de la presse internationale est partagé, parfois évoquant « sécheresse et crise alimentaire11 » ou plus ponctuellement, en annonçant la « famine12 ». Les ONG maintiennent un ton prudent, mentionnant « la faim13 » ou « la crise alimentaire et nutritionnelle chronique14 », à l’instar du registre modéré des médias des Nations unies15. La presse saute le pas dès janvier, en faisant plus systématiquement référence à la « famine16 ». La déclaration officielle de famine est publiée en mai17, en phase avec les publications de l’IPC. Certains médias télévisuels mettent plus en scène la détresse et l’épuisement des populations que la « famine », en explicitant la multiplicité des facteurs de crise, et en donnant voix à l’incompréhension, voire à la colère, des autorités locales face à l’inertie des institutions gouvernementales et humanitaires18. Calés sur le tempo des annonces officielles, même s’ils utilisent abusivement le terme de « famine » pour décrire une crise alimentaire, les médias ne remettent pas tant en question les résultats de l’IPC que les retards de l’alerte et de l’aide, sans déclencher de mobilisation internationale.

18Une seconde vague médiatique a lieu fin juin alors que le pays est fermé aux journalistes internationaux à cause des restrictions sanitaires liées au Covid-19. Le 21 juin, la journaliste Gaëlle Borgia, correspondante à Madagascar pour l’AFP, TV 5 Monde et France 24, poste sur Facebook une vidéo montrant des femmes et des enfants manger des chutes de cuir de zébu, rebuts du marché d’Ambovombe19. Ces éléments donnent à voir la crudité du dénuement des populations, ultime témoignage dépouillé de tout registre technique et expert de l’IPC. La séquence fait rapidement le tour de la toile et provoque une réaction des autorités malgaches, orchestrant une campagne de dénigrement par presse interposée pour l’accuser de propagande antigouvernementale20. Le post de Gaëlle Borgia créé une polémique montrant la frilosité des autorités à reconnaître la crise et la difficulté des médias à couvrir les événements. Cette polémique va amener les médias à s’intéresser de nouveau au kéré alors que, le 23 juin, le directeur général du PAM tire la sonnette d’alarme en appelant « le monde à ne pas détourner le regard des familles qui souffrent de la faim ». Sa rhétorique reprend des topiques émotionnels qui font écho aux images de Gaëlle Borgia. D’après lui, « la très dure réalité prévalant dans le sud de Madagascar donnerait les larmes aux yeux aux humanitaires les plus endurcis ». Mais surtout, il pointe la responsabilité directe du changement climatique dans la crise. Cette mise en abîme, couplée à la puissance des images diffusées au même moment sur les réseaux sociaux, provoque un renouvellement de la médiatisation de la crise, cette fois-ci sous l’angle du changement climatique. Dès le 29 juin, France Info fait un sujet sur « Madagascar, une famine causée le réchauffement climatique ». France 24, début juillet, évoque « une crise alimentaire causée par des phénomènes climatiques exceptionnels ». Libération publie également un article sur « Madagascar frappé de plein fouet par la famine ». En fin d’année, précédant la période de soudure à venir en novembre 2021, les médias des Nations unies21 et internationaux22 exposent une « famine climatique » avec ses cohortes de « déplacés climatiques » et leurs repas composés de cuir bouilli. Ce discours sur la « famine climatique », plaçant le changement climatique comme la cause de tous les maux, sera au centre d’une déclaration du président malgache lors de la COP 26 de novembre 202123. Cette lecture tend à reléguer au second plan, voire à oublier, les causes politiques d’une crise qui trouve aussi son origine dans le manque d’infrastructures et l’isolement de la région. Elle souligne également les limites de l’IPC dont les indicateurs ne mesurent que les impacts de ces carences des politiques de développement. Enfin, cette lecture univoque sera nuancée par le chercheur Paubert T. Mahatante24 et sera remise en question par une étude concluant que le déficit prolongé de précipitation n’est pas tant causé par un dérèglement climatique anthropique que par des variations naturelles (World Weather Attribution, 2021).

Figure 3 : Chronologie des publications officielles et des médias

Figure 3 : Chronologie des publications officielles et des médias

Source : élaboration de l'auteur, 2021.

19Cette revue souligne le retard d’appréciation de la crise par l’IPC, dont les diagnostics en décembre 2020 ne projettent que des scenarii en deçà d’une « catastrophe », qui ne sera officialisée que six mois après. Entre-temps, la communication humanitaire reste modérée, surfant sur des termes techniques fidèles à l’IPC, quand seuls quelques médias évoquent le risque de « famine ». Une fois la crise rendue officielle, une accélération médiatique se produit, amplifiée par les réseaux sociaux aux messages parfois dépouillés de tout registre expert, mais sous-tendus par une remise en cause des décideurs politiques. La crise prend plusieurs formes au gré du temps : une crise « silencieuse » jusqu’à la fin 2020 où, conjointement avec la publication de l’IPC, elle se mue en « crise contrôlée » par les actions médiatisées de l’État, puis en « famine climatique », lorsque ce dernier, à l’issue de la publication de l’IPC, reconnaît la famine.

3. L’IPC malgache : une « boîte noire » entre consensus technique et politique

20Cette partie décrit comment la maîtrise par l’IPC du « consensus technique » entre les acteurs humanitaires et gouvernementaux peine à stabiliser les consensus politiques nécessaires à la validation et la publication officielle de ses analyses.

3.1. Une multiplicité de dispositifs plaqués sur un organigramme pyramidal

21À l’instar de son modèle voyageur, l’IPC malgache est composé d’un corpus méthodologique hétérogène, développé et mis en œuvre par une multitude d’institutions – dont un descriptif sommaire est présenté dans le tableau 1. Cette articulation de dispositifs préexistants et leurs évolutions au travers de l’IPC témoignent d’une tension entre le souci de tendre à plus d’exhaustivité et de précision, avec une couverture significative, et la recherche de flexibilité des flux d’informations et le maintien de coûts proportionnés.

Tableau 1 : Synoptique des principaux dispositifs intégrés à l’IPC malgache

Tableau 1 : Synoptique des principaux dispositifs intégrés à l’IPC malgache

a Voir Unicef (2020) ; b Le MUAC se mesure avec un bracelet gradué en codes couleurs qui s’enroule autour du bras de l’enfant pour mesurer son périmètre brachial et son degré de malnutrition ; c Voir Droy et Rasolofo (2004) et Saint Macary (2018) ; d Voir Aedes & Iram (2002) ; e Voir FAO et PAM (2017).

Source : élaboration de l'auteur, 2021.

  • 25 Au travers des Plans de stratégie nationale de gestion des risques et des catastrophes et des Plan (...)

22Intriquées dans les organigrammes des institutions nationales, notamment celles de gestion des crises, les principales instances décisionnelles de l’IPC sont centralisées à la primature. En effet, l’Office national de la nutrition (ONN), en charge des stratégies de lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, et le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), chargé de la prévention et réponses aux catastrophes25, sont tous deux étroitement dépendants de la primature. Appuyés et financés par les Nations unies, ces organes sont dédiés à la mise en cohérence des dispositifs de surveillance nutritionnelle et d’alerte précoce préexistants (ONN, 2012 ; Rambinintsaotra, 2008 ; Rodriguez, 2010). Selon une structure pyramidale concentrant les décisions au niveau central, l’IPC est donc coordonnée par le BNGRC, qui préside un Comité national d’analyse de la vulnérabilité (VAC) rassemblant les différents ministères, agences des Nations unies et ONG.

23D’après les personnes interviewées, le VAC planifie et organise les calendriers de collecte de données et d’évaluation des analyses locales, car les comités régionaux d’évaluation ne sont pas encore opérationnels. Les cycles d’évaluation et d’analyse sont calés sur les calendriers culturaux, avec deux analyses annuelles, conduites lors de la grande soudure d’avril à juin et lors de la post-récolte de juillet à octobre. Le cycle démarre par la collecte de données qui constitueront les preuves directes et référencées. Pour finaliser l’analyse en combinant les éléments et facteurs contributifs, élaborer les phasages et les valider, un groupe de travail réunit un atelier d’une quarantaine d’analystes de différents secteurs et institutions. Il bénéficie du soutien d’équipes internationales de l’IPC de Rome et de la Communauté de développement de l’Afrique australe. Qualifiés de « grand-messes » par les interviewés, ces ateliers sont coordonnés par un noyau d’experts malgaches et internationaux. Formés à l’IPC et expérimentés, ils jouent un rôle d’animateurs, jaugeant la cohérence géographique et historique des analyses locales, dont l’ensemble est partagé en assemblée générale avant sa validation par la primature.

24En quelque sorte promue, appuyée et financée par les agences internationales, l’adaptation du modèle voyageur relève tant d’une structuration qui participe à renforcer la qualité et l’agilité des dispositifs existants et nationaux, que d’un placage sur une structuration décisionnaire pyramidale rigide et « top-down » – générant une double dépendance, l’une à l’égard des expertises et des fonds de l’aide internationale, et l’autre à l’égard des rouages de l’État. L’IPC reste maîtrisé et porté à bout de bras par les experts nationaux et internationaux, réduisant considérablement la portée du « consensus technique » ayant au final peu de contradicteurs. Si ce placage sur les organigrammes institutionnels relève de la fonction propre à tout dispositif national, la forte concentration du pouvoir demeure une spécificité de l’État malgache. La centralisation du dispositif faisant remonter les données à l’instance centrale du VAC, doublée de la lourdeur des circuits d’information et d’un protocole exigeant, questionnent aussi la souplesse de l’IPC et ses décalages avec la temporalité des crises.

3.2. Évolutions et contradictions de la citadelle des experts

25Pour les membres des ONG interviewés, l’IPC est à la croisée entre un « processus politique » et un « consensus technique ». Si ce dernier se comprend comme un exercice entre experts, lorsque les membres doivent aboutir à un consensus politique, « cela pose question » car il est composé de « parties prenantes institutionnelles » pouvant défendre des méthodes, voire des agendas divergents. À leurs yeux, la combinaison des deux logiques s’apparente à une « boîte noire », soulignant un manque de transparence. Derrière les « belles cartes », « l’ensemble des indicateurs » et le « narratif destiné au grand public », pour ceux qui ne sont pas « dans la confidence », la méthode et le processus décisionnel restent « obscurs », « opaques », et soulèvent encore une série de questions.

26Au sujet du corpus de données, les acteurs interviewés des ONG et de l’IPC ne remettent pas tant en cause la qualité des méthodologies, mais plutôt leur difficile mise en œuvre par les acteurs nationaux ou les ONG, car « la représentation statistique exige une quantité, une qualité et une précision des données, que seules les organisations dédiées et ayant les moyens peuvent satisfaire, telles que le PAM, la FAO ». Il s’avère que « les acteurs de terrain éprouvent beaucoup de difficultés à exploiter les données de manière appropriée du fait de la multiplicité des manifestations de la vulnérabilité ». La plus-value de la précision du cadrage méthodologique de l’IPC est amoindrie par sa trop grande complexité, dont la maîtrise exige expertise et temps disponible, peu compatibles avec « ceux qui sont sur le terrain et dont le temps est dédié aux opérations » et n’ayant qu’une « connaissance grossière par rapport à ceux qui conduisent régulièrement les analyses ». Ce déséquilibre génère un biais sur la capacité d’en débattre ou de l’enrichir en collectif au sein de la plate-forme IPC, lorsque les équipes des ONG nationales ou internationales, y compris les membres du gouvernement « peinent à s’engager dans les analyses » ou les reçoivent « trop passivement » sans les questionner. De par cette complexité, les résultats de l’IPC évoluent avec la montée en compétences des équipes locales dans la maîtrise du protocole d’analyse. Du fait du manque d’expérience des participants, il est reconnu que les premières analyses de l’IPC étaient surévaluées : « En 2016, on n’avait pas le niveau, mais nous étions épaulés par la FAO de Rome, mais avec des experts qui eux-mêmes n’avaient pas la connaissance du Grand Sud. On avait mal géré à la fois le protocole, l’analyse et le contexte du Sud. Dans l’urgence de boucler nos résultats, on avait conduit la collecte et l’analyse sans avoir le temps de la contextualiser. Depuis, le groupe de travail a demandé une formation IPC au dernier trimestre 2018. Aujourd’hui avec nos données actuelles, on peut dire qu’en 2016, nous n’étions pas en phase 4 [urgence]. La fiabilité depuis s’est améliorée, avec l’avantage de pérenniser le groupe de travail, qui constitue une barrière contre les tendances à déclarer la famine » sinon, du fait de l’inexpérience pour relativiser la gravité dans le Grand Sud, « nous serions toujours en phase 4 [urgence] ou 5 [famine] ! » (Expert Nations unies, Antananarivo, le 07 juin 2021).

  • 26 Voir note 7.

27Par ailleurs, les chevauchements des dispositifs et de leurs contenus les rendent parfois concurrentiels, lorsque chaque institution publie ses bulletins tout en relayant ceux de l’IPC, parfois en le contredisant – ce qui complexifie les prises de décisions finales. Aujourd’hui, le Fews-Net26 élabore une classification indépendante selon sa propre méthode, mais tout en restant « IPC compatible ». Il est surtout considéré que les analyses de Fews-Net ne se basent que sur leurs « méthodes mathématiques », sans procéder à un « consensus technique », c’est-à-dire une consultation avec les autres membres de l’IPC. De fait, leurs résultats divergent avec ceux de l’IPC : « lorsque l’IPC conclut une situation en phase 4, le Fews estime être en phase 3 ». La principale différence résiderait dans la prise en compte ou non des aides humanitaires qui contribuent à améliorer la sécurité alimentaire. Toutefois, si le Fews publie simultanément des bulletins contradictoires, il participe à l’IPC, où leurs experts posent des questions, « font barrière » et apportent des indications ou des réserves pour améliorer les conclusions de l’IPC.

4. La « revanche des contextes » malgaches

28Cette dernière partie décrit comment, dans le contexte du Grand Sud, les (non-)choix de méthodes et indicateurs ont faussé le diagnostic de l’IPC sur une crise peu médiatisée.

4.1. Les angles morts irréductibles de l’IPC

29Une série de facteurs de nature technique et politique a émergé lors des entretiens pour expliquer la sous-estimation du diagnostic de l’IPC en décembre 2020 et les délais de son réajustement en mai 2021. En premier lieu, les projections de l’IPC reposent sur des exercices de prospectives ignorant les remontées de signaux diffus. Nous avons vu précédemment que l’IPC pose un diagnostic à un temps T et projette la situation à six mois, sur la base d’hypothèses d’évolution de la situation dont les projections sont notées selon la fiabilité des données. Les interviewés expliquent ainsi l'élaboration de ces projections :

nous posons des hypothèses basées sur les fluctuations historiques saisonnières de la pluviométrie, des prix, des invasions acridiennes, etc., et de leurs impacts sur la malnutrition et la sécurité alimentaire. Nous avions projeté la reprise des pluies et un retour à des récoltes normales, ainsi qu’une courbe descendante de malnutrition, grâce aux aides planifiées par le PAM et CRS. Mais contre toute attente, la sécheresse s’est prolongée et la délivrance des aides a été retardée (Expert Nations unies, Antananarivo, le 07 juin 2021)

  • 27 Voir tableau 1.

30Surtout, les effets du Covid n’ont pas été pris en compte : « En le prenant à la légère, on n’a pas pris la peine d’étudier sous tous les angles les impacts du Covid sur l’inflation monétaire, la réduction des possibilités de travail et la circulation monétaire. » Ces choix des critères et de leur évolution affectent considérablement ces exercices de prospectives, comme le montrent les résultats du Fews-Net de mai qui, « sur la base d’autres critères, notamment la prise en compte des aides humanitaires », aboutissent à un diagnostic moins alarmant n’atteignant qu’un stade 4 d’urgence. À l’inverse, le respect du protocole de convergence de preuves sur lequel s’arc-boutent les équipes de l’IPC les rend inaptes à considérer les remontées diffuses d’informations, telles que les déclarations de mortalité envoyées directement par les maires ou agents de santé, ne rentrant pas dans les circuits officiels ou standards de traitements d’information. « Nous avons bien eu des remontées informelles de mortalité, mais nous attendions le traitement des données du SMART27. Et il était difficile de distinguer si la mortalité était liée à une épidémie de paludisme ou à la malnutrition », d’autant que « les cas annoncés n’étaient pas observables et le ministère de la Santé n’avait pas accès aux données sur le terrain ». Ces délais de remontée et de traitement des données au niveau central pour « avoir toutes les cartes en main » et « bien appréhender les difficultés de la zone » expliquent ce retard de publication du bulletin de mai.

31En deuxième lieu, une série d’indicateurs intraitables se révèlent sur le terrain, lors de la mission exploratoire de MSF. Hors protocole de l’IPC, ils rendent difficile l’implantation d’un modèle standardisé.

Pour rendre compte des migrations, la dispersion de l’habitat rend difficile les tentatives de corroborer rapidement les données éparses. Aussi, la mortalité adulte n’est pas déclarée dans les centres de santé avant l’inhumation des personnes décédées. Parce que la tradition du Sud veut que l’on conserve les corps jusqu’à pouvoir construire un tombeau, ce qui peut prendre plusieurs mois. La mortalité ne rentre donc pas dans le circuit de collecte de données sanitaires. Alors comment faire : on ne peut pas compter les tombes non plus car il n’y a pas de cimetière, il faudrait aller de village en village mais la dispersion des habitations et l’état des routes ne le permettent pas. Je ne sais pas, on pourrait peut-être compter les changements de coiffure des femmes lorsqu’elles sont veuves ? Un autre critère hors norme est celui de la malnutrition adulte, identifiée par les agents de santé locaux, mais se plaignant de n’être pas écoutés parce qu’elle ne rentre pas dans le protocole national…En fait, c’est l’IPC qui fait foi et non les informations de terrain ! (Chargée de mission, MSF, Paris, le 27 mai 2021).

32L’obtention du « consensus technique » de l’IPC ne suffit pas à trouver le « consensus politique ». Ce décrochage est entretenu par une défiance mutuelle entre institutions, qui imprègne les négociations sur les résultats de sous-entendus amoindrissant leur validité, laquelle serait biaisée par des agendas institutionnels ou partisans, entre les autorités centrales « qui minimiseraient la situation » pour ne pas être remise en question dans la conduite de leur politique publique, ou le PAM « qui aurait tendance à faire de la surenchère car c’est son gagne-pain ». Subsiste également un enjeu de maîtrise de la communication, pouvant générer des conflits entre le gouvernement et les ONG, lorsque ces dernières exacerbent un discours sur la famine qui « dégraderait l’image du pays ». À la fin de l’année 2020, plusieurs alertes ont convergé pour inciter la primature à l’action : ACF avait déjà alerté, le BNGRC soutenu par le PAM a demandé au gouvernement de lancer un Flash Appeal international, mais les difficultés de la gestion de la crise Covid auraient retardé les réactions. Finalement, le Plan de réponse est déclenché en octobre 2020 à la suite d'une visite du Président et des ministres. Ces mesures ont permis de baisser temporairement la malnutrition. Mais la réponse, en partie inappropriée du fait de l’absence d’appui en sécurisation alimentaire et de distribution de rations de protection, n’a pu empêcher une remontée de la malnutrition, accélérée par la prolongation des sécheresses. En juin 2021, à l’issue d’un colloque régional sur l’émergence du Grand Sud, le président officialise le lancement de plans de développement du Grand Sud pour « sortir de la pauvreté ».

4.2. Le kéré, c’est un « bruit de fond » !

33Si ce décalage entre la temporalité de l’urgence et celle des réponses institutionnelles n’a pas pu être comblé par l’IPC en partie du fait des imprécisions et retard des diagnostics, il est aussi notable que la communication des ONG et des médias n’ait pas non plus permis de rendre audible la crise du kéré à l’échelle internationale. En effet, les crises chroniques du Grand Sud restent un sujet « sous-traité par les médias » leur octroyant une faible couverture. Plusieurs facteurs y contribuent. Tout d’abord, les personnes interviewées soulignent une usure des institutions face à la chronicité des crises du Grand Sud qui rend insensible aux crises aiguës. Certain qualifie le kéré de « crise silencieuse » car « depuis des années, il y a une alerte au kéré pendant la période de soudure, créant une lassitude de la part des bailleurs ». Les résultats IPC de décembre 2020 ont plus été interprétés comme une « routine » et « un bruit de fond » plutôt qu’une annonce de « vrai kéré ». Aussi, des confusions sémantiques contribuent à rendre les crises inaudibles. A été cité l’usage réducteur du terme kéré par les institutions, l’accolant systématiquement à la « famine » quand, pour le paysan de l’Androy, le terme exprime la faim (kere raho : « j’ai faim », ou kere i tane’i : « la terre a faim »). Cette incompréhension tourne à la caricature car « même lors des enquêtes, le paysan utilise kéré pour dire qu’il n’a juste pas mangé pendant un jour ! », conduisant les enquêteurs à l’interpréter comme symptôme de famine – mais rendu peu crédible par les institutions du fait de sa chronicité. Est citée également l’incompatibilité de réduire en langage simple la complexité d’une crise et de son traitement par l’IPC. Pour les médias malgaches, voire les interlocuteurs gouvernementaux, il y a une confusion entre insécurité alimentaire et malnutrition, traduites en malgache en une expression unique (tsy-fanjarian-tsakafo). Quant au kéré, « il est systématiquement associé à la mortalité, avec une logique de surenchère pour ne pas être en reste ».

34D’autre part, pour les médias ou les communicants des ONG, la mise en concurrence entre médias traditionnels et nouveaux médias pour « séduire » des publics jeunes exige un « jeu d’équilibriste de vulgarisation » entre « approche scientifique et simplification, sans tomber dans un discours binaire ». Les différences entre les phases 4 et 5 sont peu audibles et « le journaliste aura tendance à utiliser le mot famine selon une définition du Larousse » sachant que « ça aura plus d’écho » en procédant à des raccourcis. Des facteurs liés aux techniques de communication contribuent aussi à la simplification des messages. En effet, dans une logique similaire de captation d’un public follower d’influenceurs, la communication humanitaire tend à en reproduire les règles de mise en scène d’instantanéité, de spontanéité et de proximité avec les « bénéficiaires », en donnant directement la parole « au mec sous la tente » sans passer par le filtre du discours expert, voire en s’affranchissant des circuits de validation interne et de la prudence tatillonne exigée par ce dernier. Enfin, la diffusion sur les réseaux sociaux formate également le texte et les images pour « coller » aux algorithmes permettant d’être visible sur Facebook. Si ces logiques communicationnelles de la famine 2.0 nous éloignent des traductions expertes de l’IPC, elles peuvent aussi nous rapprocher des réalités du kéré, comme nous le démontre l’épisode du post de Gaëlle Borgia, bousculant l’establishment malgache, médiatique et humanitaire.

35Pour autant, le flux d’informations concurrentielles à traiter par les médias accorde peu de place aux sujets marginaux et « plombants », notamment dans les rédactions, où le « tropisme fait qu’on se concentre sur d’autres régions ». À ce titre, la pandémie en 2020, en outre d’avoir monopolisé une « actualité obsédée par la gestion du Covid », a empêché les journalistes de se rendre sur le terrain, de par la suspension des vols internationaux et des règles sanitaires, limitant la couverture médiatique de la crise coupée de témoignages « en direct ». En effet, indépendamment de l’analyse critique de l’IPC mais impactant le faible écho de ses résultats sur la scène médiatique, la fermeture des frontières aériennes du pays en mars 2020, après l’annonce des premiers cas de Covid-19, a empêché la venue de journalistes internationaux, tout comme le déploiement des opérations humanitaires. En juillet 2021, les entrées furent encore plus restrictives, excluant les humanitaires, restreignant leurs opérations et leur communication, alors que la crise nutritionnelle continuait de sévir. Certaines ONG ont négocié avec les autorités malgaches, via les bailleurs de fonds, pour obtenir l’accès d’une partie de leurs employés au territoire. De son côté, MSF a choisi la voie publique, dénonçant une situation intenable, ce qui a permis de lever le blocage. La fermeture des frontières, la lassitude et la concurrence de l’information et des médias n’ont donc pas favorisé la médiatisation de la crise qui est restée faible et ponctuelle, comparativement à la crise du Yémen en 2018, faisant dire qu’« il y a des IPC sur lesquels on s’assoit », et d’autre non.

Conclusion

36La vocation d’alerte précoce du modèle voyageur de l’IPC, revendiquée par l’obtention de « consensus technique », est amoindrie sur le terrain malgache par la complexité de ses méthodes, parfois contradictoires, son centralisme calqué sur le schéma gouvernemental et l'absence de prise en compte de signaux non standardisés. Le tout procède d’un décrochage avec les terrains et d’une difficulté à parvenir à un « consensus politique » nécessaire à l’officialisation du kéré pour lancer les opérations d’urgences. Certes, les cas de force majeure des aléas météorologiques ou de la pandémie ont aggravé ses dysfonctionnements et la faible couverture médiatique de la crise, montrant combien ce modèle voyageur doit encore évoluer pour coller aux réalités des terrains et temporalités des crises.

  • 28 Le terme est emprunté à Jean-Hervé Jézéquel, tiré d’un rapport interne (non publié) écrit en 2008 (...)

37Cette étude de cas montre aussi comment l’IPC doit être relayée par les médias conventionnels et les médias sociaux pour mieux incarner la crise. Ils orchestrent la « chorégraphie »28 des positionnements vis-à-vis de la crise par les organisations humanitaires ou par l’État, qui alternent entre déni, reconnaissance et surenchère. Les réseaux sociaux, en endossant une forme de plaidoyer politique, revitalisent la fonction d’alerte du discours expert, peu audible jusqu’ici, ne serait-ce que parce que l’IPC, de par sa complexité et son intrication dans les institutions malgaches, peine à statuer sur la situation. Ce discours expert reste ténu face à la force de l’imaginaire collectif invoqué par les médias, qu’il s’agisse des images d’enfants affamés ou des analogies avec le péril climatique, en dépit de leur approximation factuelle. Ces emballements médiatiques, où un pays jusqu’ici peu médiatisé devient pour l’ONU le premier pays victime de « famine climatique », occultent les racines politiques de la crise plus profondes et complexes, racines que l’IPC ne parvient finalement pas à mettre en lumière.

38Enfin, cette étude ouvre quelques pistes incitant l’IPC à explorer des voies moins institutionnalisées et standardisées, dans le choix de méthodes et d’indicateurs mieux partagés par les acteurs et réseaux locaux. La réduction des décalages entre le modèle voyageur et les contextes contribuerait à combler ce « vide politique » face aux crises complexes (Flores et al., 2005), et à faciliter la formulation de réponses mieux adaptées aux besoins prioritaires des populations touchées tout en menant à des actions à la fois plus efficaces et pérennes.

Haut de page

Bibliographie

Aedes & Iram. (2002). Les outils de mesure et de suivi/évaluation des politiques de sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté. Aedes/Iram. https://www.iram-fr.org/ouverturepdf.php?file=446.pdf

Bidou, J.-É., & Droy, I. (2007). Pauvreté et vulnérabilité alimentaire dans le Sud de Madagascar : les apports d'une approche diachronique sur un panel de ménages. Mondes en développement, 140(4), 45-64. https://doi.org/10.3917/med.140.0045

Boulanger, P.-M., Michels, D., & De Jaegher, C. (2004). Systèmes d’information pour la sécurité alimentaire : l’expérience AEDES en Afrique. L’Harmattan.

Canavesio, R. (2015). Les migrations dans le Sud de Madagascar. Entre sécheresses occasionnelles et crises socio-économique structurelle. Autrepart, 74-75(2-3), 259-278. https://doi.org/10.3917/autr.074.0259

Châtaigner, J.-M. (2014). Madagascar : le développement contrarié. Afrique contemporaine, 251(3), 107-124. https://doi.org/10.3917/afco.251.0107

Delcombel, E. (2008). La gestion de la crise alimentaire au Niger vue de l’intérieur. Afrique contemporaine, 225(1), 75-101. https://doi.org/10.3917/afco.225.0075

Droy, I., Rasolofo, P., & Robilliard, A.-S. (2004). Le réseau des observatoires ruraux à Madagascar : quel apport pour le suivi-évaluation de la politique de lutte contre la pauvreté ? Réseau Impact. http://madadocv1.irenala.edu.mg/documents/6663_pauvrete.pdf

Enten, F. (2017). Temporalités des systèmes d’alerte précoce et extraversion de l’État éthiopien (2003-2016). Politique Africaine, 145(1), 65-83. https://doi.org/10.3917/polaf.145.0065

FAO & PAM. (2017). Mission FAO/PAM d’évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire à Madagascar. FAO.

Flores, M., Khwaja, Y., & White, P. (2005). Food Security in Protracted Crises: Building More Effective Policy Frameworks. Disasters, 29(1), 25-51. https://doi.org/10.1111/j.0361-3666.2005.00283.x

FSIN. (2021). Global Report on Food Crisis: Joint Analysis for Better Decisions. Food Security Information Network. https://www.ifpri.org/publication/2021-global-report-food-crises-joint-analysis-better-decisions

Gendreau, P. (2021). Raymond Decary, « administrateur d’abord, naturaliste ensuite ». Revue internationale des études du développement, 247(3), 233-262. https://doi.org/10.3917/ried.247.0233

Gill, P. (2010). Famine and Foreigners: Ethiopia since Live Aid. Oxford University Press. https://doi.org/10.1093/acprof:osobl/9780199569847.001.0001

Hopkins, R. F. (2009). Responding to 2008 “Food Crisis”. Lessons from the Evolution of the Food Aid Regime. In Clapp, J., & Cohen, M. J. (Eds). The Global Food Crisis: Governance Challenges and Opportunities (79-93). Wilfrid Laurier University Press.

IPC. (2019). IPC Technical Manual Version 3.0. http://www.ipcinfo.org/ipcinfo-website/resources/resources-details/en/c/1152025/.

Janin, P. (2004). Gestion spatio-temporelle de la soudure alimentaire dans le Sahel burkinabé. Revue Tiers Monde, 180(4), 909-933. https://doi.org/10.3917/rtm.180.0909

Jézéquel, J.-H. (2007). D’un consensus à l’autre ? Politiques et pratiques de sécurité alimentaire autour de la crise nigérienne. In Crombé, X., & Jézéquel, J.-H. (dir.). Niger 2005. Une catastrophe si naturelle (31-57). Karthala.

Morlat, L., & Castellanet, C. (2012). Intervenir dans une région « à l’écart du développement ». L’action du Gret dans l’Androy au sud de Madagascar. Coopérer aujourd’hui, 75. Gret. https://www.gret.org/wp-content/uploads/Coop_auj_75_integral.pdf

OIM. (2020). Rapport d’évaluation : intégrer la migration au développement rural et urbain à Madagascar. Organisation internationale pour les migrations. https://publications.iom.int/fr/node/2991

Olivier de Sardan, J.-P. (2021). La revanche des contextes. Des mésaventures en ingénierie sociale en Afrique et au-delà. Karthala.

ONN. (2012). Plan de suivi et évaluation de la lutte contre la malnutrition à Madagascar, 2012-2015. https://scalingupnutrition.org/wp-content/uploads/2013/02/Madagascar_PSE_ONN_20121.pdf

Rambinintsaotra, S. (2008). Analyse institutionnelle des plates-formes nationales et des organes référents de la réduction des risques de catastrophes. Projet d’appui au programme national de gestion des risques et catastrophes. DPC/SSIPRC/PNUD.

Razafindrakoto, M., Roubaud, F., & Wachsberger, J.-M. (2014). Élites, pouvoir et régulation à Madagascar. Une lecture de l’histoire à l’aune de l’économie politique. Afrique contemporaine, 251(3), 25-50.

Rodriguez, F. K. (2010). Stratégie nationale de gestion des risques et des catastrophes. UNDP/CNN. https://dev.humanitarianlibrary.org/sites/default/files/2013/07/SNGRC.pdf

Saint-Macary, C. (2018). Le suivi des dynamiques de pauvreté en milieu rural : retour d’expérience des observatoires ruraux à Madagascar. Statéco, 112, 63-67.

Unicef. (2020). Bulletin d’information du cluster nutrition. Résultats de la surveillance nutritionnelle dans dix districts du sud de Madagascar. Unicef. https://www.unicef.org/madagascar/media/4411/file/Bulletin%20d'information%20du%20cluster%20Nutrition%20T3%202020.pdf

Verneau, E. (2021, 19 janvier). À Madagascar, les victimes de la famine quittent massivement le sud de l’île. Le Monde. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/19/a-madagascar-les-victimes-de-la-famine-quittent-massivement-le-sud-de-l-ile_6066842_3212.html

World Weather Attribution (2021, 1er décembre). Factors other than climate change are the main drivers of recent food insecurity in Southern Madagascar. https://www.worldweatherattribution.org/factors-other-than-climate-change-are-the-main-drivers-of-recent-food-insecurity-in-southern-madagascar/

Haut de page

Notes

1 Associé aux périodes de soudure (période de l’année précédant les premières récoltes), le kéré signifie « faim » en langue tandroy.

2 ONU Info, 23 juin 2021, « Le spectre de la famine menace le sud du pays », https://news.un.org/fr/story/2021/06/1098762.

3 La rédaction a été conduite en étroite collaboration avec Mathieu Fortoul, chargé de communication chez Action contre la faim, que je remercie chaleureusement pour ses apports consistants et ses avis éclairés. Cet article a été écrit à titre personnel et n’engage pas le Gret.

4 Au total, huit membres d’ONG internationales, trois chercheurs, deux responsables des Nations unies et un journaliste ont été interviewés. Leurs propos sont repris en italique dans l’article. C’est avec gratitude que je les remercie pour leur disponibilité et intérêt à partager leurs analyses et questionnements relatifs au kéré et aux dispositifs d’alerte précoce.

5 Voir le site dédié : http://www.ipcinfo.org/.

6 Le Système mondial d’information et d’alerte rapide sur l’alimentation et l’agriculture (Smiar) a été créé en 1975 par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Food and Agriculture Organization of the United Nations, FAO). Voir http://www.fao.org/giews/fr/.

7 Le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine (Famine Early Warning Systems Network, Fews-Net) a été constitué en 1985 par l’Agence de coopération américaine en charge de l’assistance humanitaire (United States Agency for International Development, USAID) Voir https://www.fews.net/.

8 En 2018, selon l’Institut national de statistiques, la population répartie sur dix districts atteignait environ les 3,5 millions d’habitants sur plus de 110 000 km2. Près de 80 % de la population est rurale. La très faible densité moyenne avoisine 27 habitants par km2, avec néanmoins de très fortes dispersions dans les terres. Voir http://www.instat.mg/madagascar-en-chiffres (consulté le 26 juin 2021).

9 Selon Mahatante Tsimanaraoty Paubert, chercheur à l’université de Tuléar interviewé pour Le Monde (Verneau, 2021). Voir aussi Pascal Gendreau (2021).

10 Consulter la vidéo rétrospective « Atimo Mivoatse » du BNGRC : https://www.facebook.com/watch/?v=334154901647436

11 Bezain, L. (2020, 1er octobre). Madagascar : les populations de l’extrême sud victimes de la sécheresse et de l’insécurité alimentaire. RFI. https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201001-madagascar-les-populations-l-extr%C3%AAme-sud-victimes-la-s%C3%A9cheresse-et-l-ins%C3%A9curit%C3%A9-ali ; Réunion la 1re (2020, 12 octobre). Lancement de l’opération Kéré pour soutenir le Sud de Madagascar. France Info. https://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/lancement-de-l-operation-kere-2020-pour-soutenir-le-sud-de-madagascar-880152.html.

12 Cochez, P. (2020, 25 novembre). La famine frappe au sud de Madagascar. La Croix. https://www.la-croix.com/Monde/famine-frappe-sud-Madagascar-2020-11-25-1201126509.

13 ACF (2021, 15 janvier). Le Grand Sud face à la faim. https://www.actioncontrelafaim.org/a-la-une/madagascar-le-grand-sud-face-a-la-faim/.

14 MSF (2021, 6 avril). Madagascar : MSF démarre des activités d’urgence en réponse à la malnutrition dans le Grand Sud. https://www.msf.fr/actualites/madagascar-msf-demarre-des-activites-d-urgence-en-reponse-a-la-malnutrition-dans-le-grand-sud.

15 ONU (2021, 12 janvier). Madagascar : 1,35 million de personnes menacées par la faim en raison de la sécheresse et de la Covid-19. ONU Info. https://news.un.org/fr/story/2021/01/1086412.

16 Verneau, L. (2021, 19 janvier). À Madagascar, les victimes de la famine quittent massivement le sud de l’île. Le Monde. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/19/a-madagascar-les-victimes-de-la-famine-quittent-massivement-le-sud-de-l-ile_6066842_3212.html ; Le Figaro/AFP (2021, 11 mai). La famine écrase le sud de Madagascar, les chiffres empirent, selon l’ONU. Le Figaro. https://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-famine-ecrase-le-sud-de-madagascar-les-chiffres-empirent-selon-l-onu-20210511.

17 PAM (2021, 11 mai). Sud de Madagascar : le Gouvernement et l’ONU alertent sur le risque de famine et exhortent à une action urgente. https://fr.wfp.org/communiques-de-presse/sud-de-madagascar-le-gouvernement-et-lonu-alertent-sur-le-risque-de-famine-et?_ga=2.264997327.1705839995.1620766367-1570233793.1619634934.

18 Wane, F., & Caracena, C. (2021, 15 mai). Famine à Madagascar : 1,5 million de personnes ont besoin d’une aide d’urgence. France 24. https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/journal-de-l-afrique/20210514-famine-%C3%A0-madagascar-1-5-million-de-personnes-ont-besoin-d-une-aide-d-urgence. L'article recueille les témoignages de Gaëlle Borgia.

19 Post Facebook du 21 juin 2021 : https://www.facebook.com/gail.borgia/posts/10165458529365506.

20 Voir à ce sujet la déclaration de Reporters sans frontières le 30 juin 2021, dénonçant la contre-réaction du gouvernement : https://rsf.org/fr/actualites/madagascar-une-journaliste-victime-dune-campagne-pour-la-discrediter.

Dans une mise en récit concurrentielle sur la famine, la vidéo rétrospective de la crise diffusée sur Facebook par le BNGRC fait l’apologie des actions gouvernementales : https://www.facebook.com/watch/?v=334154901647436.

21 Onu Info, le 2 novembre 2021.

22 France 24, le 4 novembre 2021 et France 2, le 25 novembre 2021.

23 Madagate, le 2 novembre 2021.

24 Voir son interview dans la Tribune de Genève, le 2 juillet 2021 : https://www.tdg.ch/le-rechauffement-climatique-nest-pas-la-cause-principale-de-la-famine-807477651595.

25 Au travers des Plans de stratégie nationale de gestion des risques et des catastrophes et des Plans nationaux d’action pour la nutrition.

26 Voir note 7.

27 Voir tableau 1.

28 Le terme est emprunté à Jean-Hervé Jézéquel, tiré d’un rapport interne (non publié) écrit en 2008 pour MSF Crash, Éthiopie 2008 : Chorégraphie d’une « crise ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Bulletin IPC, décembre 2020
Crédits Source : IPC.
URL http://journals.openedition.org/ried/docannexe/image/445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 2 : Bulletin IPC, mai 2021
Crédits Source : IPC.
URL http://journals.openedition.org/ried/docannexe/image/445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Titre Figure 3 : Chronologie des publications officielles et des médias
Crédits Source : élaboration de l'auteur, 2021.
URL http://journals.openedition.org/ried/docannexe/image/445/img-3.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Tableau 1 : Synoptique des principaux dispositifs intégrés à l’IPC malgache
Légende a Voir Unicef (2020) ; b Le MUAC se mesure avec un bracelet gradué en codes couleurs qui s’enroule autour du bras de l’enfant pour mesurer son périmètre brachial et son degré de malnutrition ; c Voir Droy et Rasolofo (2004) et Saint Macary (2018) ; d Voir Aedes & Iram (2002) ; e Voir FAO et PAM (2017).
URL http://journals.openedition.org/ried/docannexe/image/445/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Enten, « L’IPC à l’épreuve du kéré »Revue internationale des études du développement, 248 | 2022, 31-58.

Référence électronique

François Enten, « L’IPC à l’épreuve du kéré »Revue internationale des études du développement [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/ried/445 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ried.445

Haut de page

Auteur

François Enten

François Enten est docteur en socio-anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et diplômé d’un DEA en gestion et traitement de déchets à l’Institut national des sciences appliquées (INSA). Il est directeur scientifique au Gret depuis 2014 et a travaillé plus de vingt ans comme praticien dans les organisations humanitaires, notamment Médecins sans frontières et l’Unicef, tout en conduisant des enquêtes socio-anthropologiques et en publiant sur ses terrains d’intervention. Il s’est intéressé aux systèmes d’alerte précoce en Éthiopie. Au Gret, il appuie les experts dans la capitalisation d’expériences et l’animation scientifique dans leurs démarches analytiques ou de recherche-action.
A récemment publié
Enten, F., Feuvrier, M.-V., & Oliveira, A. M. (2020). De la capitalisation des expériences au sein des organisations de l’aide internationale. Entre standardisation et approches « sur mesure ». Revue internationale des études du développement, 241(1), 189-211. https://doi.org/10.3917/ried.241.0189
Enten, F. (2018). La fabrique institutionnelle des chiffres de l’aide alimentaire en Éthiopie. In Fresia, M., & Lavigne Delville, P. (dir.), Au cœur des mondes de l’aide internationale. Regards et postures ethnographiques (159-184). Apad/IRD/Karthala. https://doi.org/10.4000/books.irdeditions.27381
Enten, F. (2017). Temporalités des systèmes d’alerte précoce et extraversion de l’État éthiopien (2003-2016). Politique Africaine, 145(1), 65-83. https://doi.org/10.3917/polaf.145.0065

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search