Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels clos257|2025-1 - Risques, protections...

257|2025-1 - Risques, protections, et dérèglement climatique

11 mars 2024

Coordination du numéro

- Hamidou Diallo, économie, économiste et chercheur associé à l'UMR DIAL, IRD, France

- Elsa Gautrain, économie, post-doctorante, Université de Fribourg, Suisse

- Karine Marazyan, économie, enseignante-chercheure, Université de Rouen - LASTA, France

Selon le rapport du GIEC (IPCC, 2022), environ 3,3 à 3,6 milliards de personnes vivent actuellement dans des zones fortement exposées au dérèglement climatique et à ses effets. Les pays du Sud concentrent les zones où les manifestations du dérèglement climatique sont déjà et seront plus nombreuses, qu’il s’agisse d’événements climatiques extrêmes (par exemple, les typhons et les dômes de chaleur), ou de phénomènes modifiant fondamentalement les caractéristiques de l’environnement (comme la montée du niveau des eaux, l’acidification des sols et le changement des régimes de précipitations). Par ailleurs, les populations des pays du Sud sont particulièrement vulnérables aux conséquences de ces bouleversements du fait de leur système de production largement orienté vers le secteur primaire et de leur développement économique et humain relativement faibles. Cela induit une capacité limitée à faire face aux événements destructeurs d’envergure et des options restreintes pour en atténuer les effets.

D’une part, l’exposition aux risques augmente, d’autre part, ces risques interagissent avec d’autres sources de vulnérabilités dans les pays du Sud, liées aux niveaux de pauvreté et d’informalité, aux inégalités sociales, ou encore à l’instabilité de contextes politiques ou sécuritaires. Ainsi, le dérèglement climatique soulève-t-il des interrogations quant aux moyens mis à la disposition des populations pour se couvrir contre des risques émergents et susceptibles d’être de plus grande envergure à l’avenir, et à la capacité effective de ces moyens de protéger le niveau de vie des individus et de leur ménage.

Les moyens dont disposent les individus pour se couvrir contre les risques sont divers. Dans cet appel à contributions, un intérêt particulier est porté aux mécanismes informels de couverture basés sur les relations familiales et communautaires ainsi qu’à deux outils formels que sont les politiques publiques de renforcement de la résilience des ménages et les produits d’assurance climatique accessibles sur les marchés.

L’analyse des outils et mécanismes n’est pas nouvelle dans les études du développement. Cependant, la hausse des risques ainsi que le changement de leur nature, avec des chocs climatiques d’envergure pouvant affecter simultanément un plus grand nombre d’individus (on parle de « chocs communs ») soulèvent une interrogation majeure : dans quelle mesure ces outils informels et formels existant restent-ils efficaces ? Un enjeu de ce dossier thématique est notamment de mieux comprendre l’adéquation de ces instruments de protection des individus à des besoins attendus accrus, et d’identifier des groupes d’individus en marge de toute protection.

Propositions attendues et objectifs du dossier

Ce dossier thématique a pour but de réunir des articles interrogeant la façon dont individus et organisations repensent ou non leurs modalités de gestion des risques pour mieux faire face aux défis climatiques. Pour croiser regards et méthodes, cet appel à contributions encourage la soumission de travaux s’inscrivant dans les quatre axes ci-dessous, de toutes les disciplines des sciences sociales. Les analyses proposées peuvent reposer sur des données originales tirées d’enquêtes quantitatives et sur des données qualitatives issues d’entretiens, de récits de vie, de corpus de textes (presses, discours, etc.), en mobilisant des outils d’analyses quantitatives, qualitatives ou mixtes.

Axes de recherche

Pour orienter les contributions à ce dossier, nous proposons quatre axes de recherche, étant entendu qu’un article pourra s’inscrire dans plusieurs axes.

Axe 1 – Défis climatiques et stratégies informelles de gestion des risques : quelles reconfigurations ?

Dans un contexte où les besoins de protection sont substantiels, et où les moyens de protection formelle, tels que ceux proposés par l’État ou les marchés, demeurent peu accessibles, les familles forment l’un des premiers réseaux informels sur lequel les individus peuvent compter pour bénéficier d’une protection contre les aléas du quotidien.

Plusieurs caractéristiques du réseau familial, telles qu’un niveau élevé d’altruisme entre les membres, une circulation facilitée de l’information en son sein (liée à la multiplicité des interactions), expliquent son efficacité relative à assurer ses membres contre les aléas de la vie (Cox, 2007). Bien que la fonction de protection ne soit pas le seul déterminant (Platteau, 2014), elle contribue à expliquer les transferts nombreux de revenu observés entre membres au sein des familles. Les transferts de revenu au sein d’un réseau familial participent à la protection des individus contre des chocs affectant négativement leur revenu sous quelques conditions simples et notamment si les sources de revenu des membres de la famille sont diversifiées. Or, les événements climatiques peuvent toucher un vaste espace géographique et ainsi affecter négativement le revenu de communautés et de familles entières. Le dérèglement climatique remet donc potentiellement en cause la soutenabilité du réseau familial, quand il est local, pour faire face aux chocs climatiques et au besoin de protection. Comment le réseau familial s’adapte-t-il pour gérer les nouveaux risques liés au dérèglement climatique ? En particulier, observe-t-on une modification des choix de résidence des noyaux des membres de ce réseau dans un objectif de diversification des sources du revenu ?

Dans le contexte africain, la migration des individus vers des zones agro-climatiques (au sein du même pays ou dans un autre pays) différentes du milieu de départ est une des façons de construire ou de renforcer la résilience des familles contre les risques communs (Gubert, 2002 ; Marchetta, 2013, Defrance et al., 2023). Avec le dérèglement climatique, observe-t-on une intensification de telles migrations  ? Comment ces migrations se recomposent-elles, à l’échelle nationale et internationale, quand les conditions d’accueil des migrants se dégradent (avec le durcissement des conditions d’accueil de migrants internationaux par exemple) ? Les familles exercent-elles une pression plus accrue sur leurs membres migrants pour transférer davantage d’argent ou plus fréquemment ?

Se couvrir contre les chocs grâce aux remises de fonds de migrants suppose en amont de pouvoir financer la migration d’un ou de membres de la famille. Or, il s’agit d’un coût significatif. L’envergure des chocs climatiques peut rendre ce financement plus difficile et plonger des familles dans une forme de trappe à immobilité. De telles trappes sont-elles observées ?

D’autres pratiques répondent, en partie, au besoin de protection des familles. C’est par exemple le cas du confiage des enfants pour renforcer les liens de solidarité au sein de la famille (et les transferts) (Isiugo-Abanihe, 1985) ou pour reporter, au moins ponctuellement, la charge d’un enfant à d’autres membres de la famille mieux lotis (Akresh, 2009 ; Beck et al., 2015 ; McGavock, 2023 ; Ronnkvist et al., 2023). C’est aussi le cas des mariages précoces des filles, en particulier là où leur mariage est associé au versement de compensations matrimoniales à leurs parents (Corno et al., 2020 ; Chort et al., 2022). Du fait du dérèglement climatique, comment ces pratiques évoluent-elles ?

D’autres réseaux confèrent une certaine protection sociale à leurs membres et donc aux individus. C’est notamment le cas des associations religieuses (Auriol et al., 2020), des groupes d’épargne (Baland et al., 2019), des entreprises (informelles ou formelles), mais aussi des associations de migrants pouvant subvenir aux besoins des membres non-migrants grâce aux ressources accumulées à destination (Chauvet et al., 2015). Comment le dérèglement climatique impacte-t-il la capacité de ces groupes à protéger leurs membres ?

Enfin, comment s’articulent, à l’échelle individuelle, ces potentielles différentes sources de protection : la famille, le groupe religieux, l’employeur (informel ou formel) ? Leurs actions se complètent-elles ? Se substituent-elles les unes ou autres ?

Axe 2 – Défis climatiques et outils de protection formels : quelles réponses des organisations formelles et des marchés ?

Plusieurs initiatives, introduites et financées (au moins en partie) par des organisations non-gouvernementales ou par les organisations internationales octroient une certaine protection aux populations. Ces initiatives peuvent être regroupées dans deux grandes catégories :

les transfert monétaires ou d’actifs productifs, tels que ceux de la BRAC (Bangladesh Rural Advancement Committee) visant à renforcer la résilience économique des ménages face aux chocs (Balboni et al., 2022) ;

les programmes visant directement la réduction des risques climatiques en subventionnant les mesures de protection de l’environnement (comme les transferts pour services environnementaux, voir Jayachandran et al., 2017).

Ces initiatives atteignent-elles leurs objectifs ? Quels est le coût de telles interventions ? Comment assurer leur pérennité ?  L’efficacité de ces programmes repose en partie sur le bon ciblage des populations bénéficiaires. Comment ce ciblage est-il effectué et comment est-il perçu par les populations ? Cet appel encourage les propositions qui abordent la question de la méthodologie de ciblage, la façon dont l’exposition aux risques climatiques est objectivée pour identifier les bénéficiaires mais aussi potentiellement instrumentalisée par les élites locales pour capturer les ressources.

Les politiques publiques de protection sociale, inspirées des modèles européens, couvrent habituellement le risque santé. Cependant, l’exposition accrue des populations à des risques santé liées au changement climatique (zoonoses, risques cardio-vasculaire, affections respiratoires, etc.) peut poser la question de la capacité des États à continuer de couvrir ce risque. Par ailleurs, la couverture exclut les nombreux travailleurs du secteur informel. Comment les travailleurs informels se couvrent-ils contre les risques de santé ? En affectant le rendement des travailleurs et donc la rentabilité des entreprises (Aguilar-Gomez et al., 2023), le dérèglement climatique peut inciter les entrepreneurs à adapter leur organisation, leurs méthodes et temps de travail pour réduire l’exposition de leurs travailleurs formels et informels aux effets négatifs de certaines manifestations du dérèglement climatique. Quelles sont les adaptations observées ? Par quels types d’entreprises de telles adaptations sont-elles mises en œuvre ?

La demande d’assurance face aux aléas climatiques et/ou face à des risques pour la santé induits par le dérèglement climatique peut également être satisfaite par les marchés. La dernière décennie s’est notamment caractérisée par le développement de produits d’assurance indexés au climat (Surminski et al., 2016 ; Leblois et al., 2020). Le recours à ce type de produits semble cependant encore limité, soulevant un certain nombre d’interrogations : comment sont-ils perçus par les populations ? Quels segments de la population y ont recours, lesquels restent en marge ? Les clients en sont-ils satisfaits ? Pour améliorer le recours à ces produits complexes, des actions complémentaires peuvent être envisagées portant sur la numératie des populations, sur les techniques de productions agricoles, etc. Cet appel accueillera des études de cas autour de la portée de telles actions complémentaires. Plus généralement, jusqu’où se fait la marchandisation de la couverture assurantielle contre le risque climat et comment est organisée/régulée la construction sociale et politique de ce marché ?

Axe 3 – Stratégies informelles et outils formels : quelle articulation ? Pour quels bénéfices ?

La pluralité des outils de protection mobilisables par les individus pour se protéger contre les aléas, y compris climatiques, soulève des interrogations sur leur articulation à l’échelle individuelle, et sur les logiques de coopération/compétition entre acteurs « offrant » de la protection : État, familles, entreprises, chefs d’associations religieuses, mais aussi ONG. Dans ce cadre, plusieurs questions sont d’intérêt.

Une première question concerne la disposition des individus à transférer une partie de leur revenu à l’État plutôt qu’au chef de famille pour financer la protection sociale publique, dans un contexte marqué par une incertitude sur l’efficacité de l’État dans la conduite de sa politique sociale. Cette interrogation gagne en pertinence dans un contexte de dérèglement climatique dont les effets se font sentir de manière étendue, touchant des territoires considérables par leur nature. En effet, dans ce cas, l’État peut détenir un avantage comparatif par rapport aux familles (et à tout acteur local) dans l’offre de protection puisque la mutualisation des risques peut être plus efficace en coordonnant les actions sur un espace géographique plus vaste.

Une deuxième question est relative à la façon dont les flux de transferts, liés à l’appartenance des individus à des réseaux d’assurance informels ou à leur adhésion à des systèmes formels d’assurance interagissent ensemble : en particulier, y a-t-il le risque d’un effet d’éviction ? Ces interactions sont importantes à documenter, l’efficacité des outils formels étant susceptible d’être influencée par les mécanismes préexistants de redistribution des ressources à l’échelle du réseau familial (Angelucci, 2018).

Une troisième interrogation porte sur les logiques de coopération/compétition entre les acteurs offrant des instruments de protection. Par exemple, à quelles conditions le chef de famille ou le chef religieux est-il prêt à transférer son pouvoir de taxation des ressources de la famille à l’État ?

Axe 4 – Mesures, perceptions, représentations

Il est important de noter que les choix des individus en matière d’assurance peuvent être influencés par leur perception des risques climatiques et la compréhension de leur échelle d’impact. Il peut donc être utile de revenir sur la notion de risque, sur sa perception par les individus eux-mêmes et par les décalages éventuels avec les mesures objectives. En effet, la perception des risques se présente comme une combinaison de la probabilité perçue de subir un choc et de l’anticipation des conséquences de ce choc (Kellens et al., 2013). Si des facteurs cognitifs entrent en compte, les croyances peuvent aussi influencer la perception des risques. Par exemple, dans quelle mesure le capital humain des individus influence-t-il leur perception des risques climatiques et de leur échelle d’impact ? La perception varie-t-elle suivant la source de l’information et de ses relais (média, leader religieux, experts scientifiques, État) ? Quels sont les déterminants des écarts entre les risques réels et leur perception ?

Modalités de soumission des articles au dossier du n°257 (2025-1) de la Ried

Les auteur·e·s s’engagent à lire la ligne éditoriale de la Revue internationale des études du développement et s’engagent à respecter la charte éthique.

Le processus de sélection se déroule comme suit selon les dates indiquées dans le calendrier de production ci-dessous :

1- Envoi de la proposition d’article

Les auteur·e·s envoient un résumé, en français, anglais, ou espagnol, présentant le projet d’article en environ 4 000 signes, espaces comprises, soit environ 500 mots ou une page.

Le fichier Word du résumé, intitulé « NOM DE L’AUTEUR-Proposition-257 », comprend :

- Le titre : court et précis, de 70 signes maximum (avec possibilité d’ajouter un sous-titre)

- La question de recherche, le cadre théorique, le terrain étudié, les principaux résultats

- Des jalons bibliographiques (hors du décompte des signes)

Un second fichier Word, intitulé « NOM DE L’AUTEUR-Infos » indique de manière exhaustive les noms et prénoms des auteur·e·s, leur discipline, statut, rattachement institutionnel, adresses courriel, l’indication de l’auteur correspondant.

Ces éléments sont indispensables à l’examen de la proposition d’article. L’adéquation de la proposition à l’appel à contributions est vérifiée par les coordinateurs·trices et la rédaction de la revue.

2- Envoi de l’article

Les auteur·e·s dont les propositions d’article ont été sélectionné·e·s à l’étape précédente s’engagent à envoyer une première version de leur article qui doit impérativement correspondre aux normes de la revue, indiquées à cette page : consignes aux auteurs (disponible en français, anglais, espagnol).

Les articles (de 45 000 signes environ, espaces comprises, hors résumé et bibliographie), pourront être rédigés en français, anglais ou espagnol. Ils doivent être originaux. Ils pourront toutefois avoir fait l’objet de communications à un colloque (avec actes), à condition d’être réadaptés au format exigé par la Revue internationale des études du développement.

Les articles sont alors soumis à une lecture en double-aveugle auprès de deux évaluateurs spécialistes et extérieurs à la revue.

Les références citées doivent être présentées selon le format indiqué à cette page : Normes bibliographiques (format APA).

Calendrier de production

Les auteur·e·s s’engagent à respecter le calendrier indiqué par la rédaction.

Les propositions dʼarticles sont à soumettre avant le 11/03/2024 aux quatre adresses ci-dessous :

elsa.gautrain96@gmail.com

hamidoudiallo93@gmail.com

karine.marazyan@gmail.com

revdev@univ-paris1.fr

- Les auteur·e·s présélectionné·e·s par les coordinateur.ice.s et le comité de rédaction seront prévenu·e·s par l’équipe de la revue la semaine du 22/03/2024.

- Les premières versions des articles, conformes aux consignes aux auteur·e·s de la revue, seront envoyées par les auteur·e·s aux courriels précités avant le 3/06/2024.

- Le processus d’évaluation durera quelques mois, chaque article - anonyme - sera soumis à une double lecture aveugle par des relecteurs extérieurs à la revue, experts sur le sujet traité, et la sortie en librairie de ce n°257 2025-1 est prévue pour mars 2025.

Bibliographie

Références citées

Akresh, R. (2009). Flexibility of household structure: Child fostering decisions in Burkina Faso. Journal of Human Resources, 44(4), 976-997. https://doi.org/10.3368/jhr.44.4.976

Aguilar-Gomez, S., Gutierrez, E., Heres, D., Jaume, D. & Tobal, M. (2022). Thermal stress and financial distress: Extreme temperatures and firms’ loan defaults in Mexico. http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.3934688

Anderson, S., Baland, J. M. & Moene, K. O. (2009). Enforcement in informal saving groups. Journal of development Economics, 90(1), 14-23. https://doi.org/10.1016/j.jdeveco.2008.09.003

Angelucci, M., De Giorgi, G. & Rasul, I. (2018). Consumption and investment in resource pooling family networks. The Economic Journal, 128(615), 2613-2651. https://doi.org/10.1111/ecoj.12534

Auriol, E., Lassebie, J., Panin, A., Raiber, E. & Seabright, P. (2020). God insures those who pay? Formal insurance and religious offerings in Ghana. The Quarterly Journal of Economics, 135(4), 1799-1848. https://doi.org/10.1093/qje/qjaa015

Baland, JM., Guirkinger, C. & Hartwig, R. (2019) Now or later? The allocation of the pot and the insurance motive in fixed roscas. Journal of Development Economics, 140, 1-11. https://doi.org/10.1016/j.jdeveco.2019.04.001

Balboni, C., Bandiera, O., Burgess, R., Ghatak, M. & Heil, A. (2022). Why do People Stay Poor?. The Quarterly Journal of Economics 137(2), 785-844. https://doi.org/10.1093/qje/qjab045

Beck, S., Vreyer, P. D., Lambert, S., Marazyan, K. & Safir, A. (2015). Child Fostering in Senegal. Journal of Comparative Family Studies, 46, 57-73. https://doi.org/10.3138/jcfs.46.1.85

Besley, T. & Persson, T. (2009). The origins of state capacity: Property rights, taxation, and politics. American economic review, 99(4), 1218-1244. http://doi.org.10.1257/aer.99.4.1218

Chauvet, L., Gubert, F., Mercier, M. & Mesplé‐Somps, S. (2015). Migrants’ home town associations and local development in Mali. The Scandinavian Journal of Economics, 117(2), 686-722. http://www.jstor.org/stable/43673717

Chort, I., Hotte, R., & Marazyan, K. (2022). Income Shocks, Bride Price and Child Marriage in Turkey. IZA Discussion Paper No. 15288.

Corno, L., Hildebrandt, N. & Voena, A. (2020). Age of marriage, weather shocks, and the direction of marriage payments. Econometrica, 88(3), 879-915. https://doi.org/10.3982/ECTA15505

Cox, D. (2007). Biological Basics and the Economics of the Family. Journal of Economic Perspectives, 21(2), 91-108. http://www.jstor.org/stable/30033719

Defrance, D., Delesalle, E. & Gubert, F. (2023). Migration response to drought in Mali. An analysis using panel data on Malian localities over the 1987-2009 period. Environment and Development Economics, 28(2), 171-190. https://doi.org/10.1017/S1355770X22000183

Gubert, F. (2002). Do migrants insure those who stay behind? Evidence from the Kayes area (Western Mali). Oxford development studies, 30(3), 267-287. https://doi.org/10.1080/1360081022000012699

Jayachandran, S., De Laat, J., Lambin, E. F., Stanton, C. Y., Audy, R. & Thomas, N. E. (2017). Cash for carbon: A randomized trial of payments for ecosystem services to reduce deforestation. Science, 357(6348), 267-273. https://doi.org/10.1126/science.aan0568

Leblois, A., Le Cotty, T. & d’Hôtel, E. M. (2020). How might climate change influence farmers’ demand for index-based insurance?. Ecological economics, 176, 106716. https://doi.org/10.1016/j.ecolecon.2020.106716

Marchetta, F. (2013). Migration and nonfarm activities as income diversification strategies: the case of Northern Ghana. Canadian Journal of Development Studies/Revue canadienne d’études du développement, 34(1), 1-21. https://doi.org/10.1080/02255189.2013.755916

Parmesan, C., Morecroft, M. D., & Trisurat, Y. (2022). Climate change 2022: Impacts, adaptation and vulnerability (Doctoral dissertation, GIEC).

Platteau, J.-P. (2014). Redistributive Pressures in Sub-Saharan Africa: Causes, Consequences, and Coping Strategies. In Akyeampong, E., Bates, R. H., Nunn, N. & Robinson, J. (Ed.), Africa’s Development in Historical Perspective, 153-207. Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9781139644594.008

Ronnkvist, S. R., Thiede, B. C., & Barber, E. (2023). Child fostering in a changing climate: evidence from sub-Saharan Africa. Population and Environment, 45(4), 29. https://doi.org/10.1007/s11111-023-00435-2

Sindzingre, A. (2003). Liberalisation, multilateral institutions and public policies: the issue of sovereignty in sub-saharan africa. Monde en développement, 3, 23-56. https://doi.org/10.3917/med.123.0023

Stark, O., & Bloom, D. E. (1985). The new economics of labor migration. The american Economic review, 75(2), 173-178. http://www.jstor.org/stable/1805591

Surminski, S., Bouwer, L. & Linnerooth-Bayer, J. (2016). How insurance can support climate resilience. Nature Clim Change, 6, 333-334. https://doi.org/10.1038/nclimate2979

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search