Navigation – Plan du site
Rubriques
Le point sur

Bagatelles

Riccardo Held

Texte intégral

1Depuis presque trente ans je traduis en allemand tout ce que j’écris en vers. En général dès que le texte italien me paraît accompli je commence à travailler à la version allemande. J’ai besoin de procéder ainsi parce que le monde linguistique allemand est devenu la chose la plus proche de ma langue maternelle, l’italien ; parce que je vis entre Venise et Vienne, la ville de ma femme ; et enfin parce que l’allemand est la langue de ma famille paternelle. Quant aux traductions françaises, il y a là d’autres raisons. J’ai commencé en 2001 pendant notre premier semestre à Montréal : il me fallait un équivalent acceptable de mes poèmes pour mes amis francophones et avec l’encouragement affectueux de Nicole Brossard, j’ai fait mes premiers essais de traduction. La deuxième raison est plus curieuse... Un grand nombre d’amis viennois étaient des camarades de classe de ma femme au lycée français et tous francophiles de façon militante et j’ai remarqué au fil du temps qu’ils accueillaient avec plus de plaisir un de mes textes en français plutôt qu’en allemand.

2Il n’y a pas de doute que ces petits poèmes en français sont un exemple de auto-quelque chose, mais je ne suis pas sûr que la définition correcte de ce quelque chose soit le mot traduction. À vrai dire, bien que le français soit une partie centrale de ma vie depuis l’âge de dix ans, je ne crois pas pouvoir contrôler assez de strates de cette langue pour réaliser une vraie et bonne traduction. Et encore je ne me propose pas d’en faire une. Ce que je désire serait plutôt de refaire la même chose dans une autre langue.

3Avec ces bagatelles la chose est moins difficile qu’avec d’autres textes. D’abord parce qu’elles sont très courtes. Mais surtout parce qu’elles sont axées sur la même idée, celle d’un déplacement qui ne serait pas congruent sur le plan de la vraisemblance, mais qui se veut crédible au niveau de la sensation, de l’émotion. Par conséquent si, pour des raisons métriques ou pour sauvegarder la rime, il me faut remplacer un petit animal ou un objet par un autre, cela ne va pas forcément détruire la structure du quatrain, à condition que je garde grosso modo inaltéré le rapport entre l’élément nouveau et les autres éléments du poème. Pour faire ce que j’appelle « la même chose », il serait donc suffisant de préserver la cage métrique et de ne pas trahir ce qui est selon Goethe le point de repère de toute compréhension de la poésie ce qu’il appelle « le vrai sentiment », l’intention véritable. Le résultat de cette opération n’est pas toujours entièrement satisfaisant, voilà pourquoi je prie mes lecteurs de me faire cadeau d’un regard bienveillant.

Bagatelle

Bagatelles

1
Beau Coiffeur sans merci
Questa sì è permanente !
Dice Perseo a Medusa
Che ormai fissa confusa
Lo scudo e non lo sente.

1
Le Beau Coiffeur sans merci
Voilà l’indéfrisable !
Dit Persée à Méduse
Qui désormais confuse
Se perd dans son bouclier

2
Medusa è insoddisfatta
Non saprei dire cosa
Ma non sono più quelli
Sento che c’è qualcosa
Che non va nei capelli!

2
Méduse n’est pas satisfaite
Mais oui, que ça me dérange !
Ça fait déjà longtemps,
Qu’il y a dans mes cheveux
Quelque chose d’étrange !

3
Medea ai suoi servi
Se vi fa impallidire
Vedermi contrariata
Mi dovreste vedere
Quando sono infuriata !

3
Médée à ses servantes
Si ça vous fait rougir
De me voir contrariée
Je vous ferais pâlir
Quand je suis enragée !

4
Tre mosche e due zanzare
Conversano su un pero
Queste amicizie invero
Si sono fatte rare.

4
Trois moustiques et deux mouches
Dissertent sur l’amour :
Des amitiés si douces
Sont rares de nos jours !

5
Il granchio malinconico
Mentre scende la sera
Ascolta l’Estro Armonico
Laggiù sulla brughiera.

5
Un crabe mélancolique
Au coucher du soleil
Écoute de la musique
De Haydn dans son fauteuil.

6
Una razza veloce
Affiancando un delfino
Mormora a bassa voce
« Che profilo divino ! »

6
Une raie bien rapide
S’approchant d’un dauphin
Dit d’une voix languide
– Mais quel profil divin !

7
La volpe dissenziente
La volpe ingenua
Mesta si dice:
– Quanto mi estenua.
Questa mia specie!

7
Problèmes identitaires
Ce renard ingénu
Songe à changer de place
Il ne supporte plus
De vivre avec sa race

8
La coppia di candelabri
Noi, una coppia ? strano !
Ma che idea deprimente
Che può venire in mente
Solo a un essere umano !

8
Un couple de chandeliers
Mais voyons donc, un couple !
Mais quelle idée malsaine
Qui ne peut arriver
Que de la race humaine !

9
Il cardellino agli Uffizi
Queste pale d’altare !
Medita il cardellino
Sempre lì a cinguettare
Come fossi un cretino!

9
Un moineau en visite au Louvre
Ces retables, mon Dieu !
Pense le vieux moineau
– Toujours là à gazouiller
Comme si j’étais un idiot !

10
Un granello di sabbia
Io non sopporto il vento
Non voglio essere in volo
Vorrei per un momento
Restare fermo e solo !

10
Un petit grain de sable
Je déteste ce vent
Je ne veux plus voler
J’aimerais simplement
Rester seul, sans bouger !

11
Cose d’altri tempi
Vederla a mani nude
Fa un effetto terribile
Pensa un guanto di seta
Dall’animo sensibile.

11
Old fashioned
De voir que dans la rue
Elle s’en va, ses mains nues
Ça m’est tellement pénible !
Pense un beau gant de soie
À l’âme trop sensible.

12
Mémoire et politesse
Una cornacchia e un corvo
Volteggiano affiancati
Lei pensa « Non ricordo
Chi ci abbia presentati ! »

12
Souci de politesse
Une corneille et un corbeau
Voltigent appariés
Elle se dit : qu’il est beau !
Si seulement je savais
Qui nous a présentés !

13
La falena
A volte mi domando
Se ne valga la pena!
Mormora ferma in volo,
Nella notte serena,
Esausta la falena.

13
La phalène
Parfois je me demande
Si tout cela vaut la peine
Réfléchit dans son vol
Là, dans la nuit sereine
Épuisée la phalène.

14
L’usignolo
– Io non saprei da quanto
Medita l’usignolo
– Ma sono così stanco
Di cantare da solo!

14
Le rossignol
À mon âge vraiment !
Pense un vieux rossignol
Ça me fatigue tellement
De chanter toujours seul !

15
La manta innamorata
Sotto il pelo dell’acqua
Una manta in amore
Scivola stretta all’ombra
Di un magnifico airone.

15
La raie manta amoureuse
Sous la surface de l’eau
Une raie manta pudique
Glisse à côté de l’ombre
D’un héron magnifique.

16
Nel parco di Versailles
Pensa un merlo francese
Tra i fiori dell’ibisco
Io il giardino all’inglese
Proprio non lo capisco !

16
Dans le Parc de Versailles
L’hirondelle française
Pense, parmi les oléandres
« Moi, les jardins à l’anglaise
J’arrive pas à les comprendre ! »

17
I passeri di Calais
Noi coi passeri inglesi
Non ci parliamo più
Appena li conosci
Già ti danno del tu !

17
Les moineaux de Calais
Avec ces moineaux anglais
On ne se parle plus !
Ils veulent te tutoyer
À peine ils t’ont connu !

18
Pregiudizi di carta
La costola lucente
Di una Pléiade mirabile
Guarda condiscendente
Un misero tascabile !

18
Préjugés de papier
Le vieux dos flamboyant
D’une Pléiade admirable
Regarde condescendant
Un livre de poche minable.

19
Autunno
Una foglia di croco
Dice alla sua vicina
« Lo facciamo quel gioco
Di chi cade per prima ? »

19
Automne
Une feuille de laurier
À une feuille de bruyère :
T’as pas envie de jouer
À qui tombe la première ?

20
La lucciola innamorata
– Se mi potessi spegnere
Anche una volta sola
E ti potessi stringere
Al buio per un’ora!

20
La luciole amoureuse
Si seulement je pouvais
M’éteindre pour une fois
Et dans l’obscurité
Te serrer contre moi !

21
Il ponte innamorato dell’acqua
Se potessi crollare
Spaccarmi qui nel centro
E potessi affondare
E rimanerti dentro !

21
Le pont amoureux de l’eau
Oh ! Rien que m’effondrer
Fendu ici dans mon centre !
Et sombrer, et sombrer
Et rester dans ton ventre !

22
Predilezioni linguistiche
Adoro il verbo spegnere !
Medita sconsolata
Una candela immobile
E quasi consumata.

22
Prédilections linguistiques
J’adore le mot s’éteindre !
Murmure inconsolée,
Et immobile, une chandelle
Qui ne veut plus brûler.

23
Un Cezanne osserva un Warhol
Se avessi mai pensato
Che il destino era quello
Mi sarei ben guardato
Dal toccare un pennello !

23
Un Cézanne regarde un Wahrol
Si j’avais deviné
Ce genre de futur
Jamais je n’aurais songé
À faire de la peinture !

24
La clessidra si annoia a morte
No ! No ! Ve l’assicuro
Il tempo io lo rispetto
Vorrei solo che il foro
Fosse un po’ meno stretto !

24
Le sablier s’ennuie mortellement
Non ! Le temps, croyez moi,
Que ça me plaît comme tout !
Si simplement ce trou
Était un peu moins étroit !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Riccardo Held, « Bagatelles », Revue italienne d’études françaises [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rief/1517 ; DOI : 10.4000/rief.1517

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la RIEF sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ANVUR
  • Logo Seminario di Filologia Francese
  • OpenEdition Journals