Navigation – Plan du site
Rubriques
Seuils Poétiques

La figue ou de la poésie à peu près comme d’une figue

Traduction d'un extrait et note de traduction
Michele Zaffarano
Référence(s) :

F. Ponge, Comment une figue de paroles et pourquoi, éd. J. Ristat, Paris, Flammarion, « Digraphe », 1977, p. 176-178.

Texte intégral

                               La figue
                                    ou
     de la poésie à peu près comme d’une figue

1  J’avoue ne pas trop savoir ce qu’est la poésie, interrogez-moi plutôt sur la figue.
  Pas grand-chose
évidemment qu’une figue, seulement voilà une de ces façons d’être — j’ose le dire — ayant fait leurs preuves qui les font encore quotidiennement et s’offrent à l’esprit sans lui demander rien en échange qu’un minimum de considération.
  Mais nous plaçons ailleurs notre devoir.

*

2 Symmaque selon Larousse grand païen de Rome se moquait de l’empire devenu chrétien : « Il est impossible, disait-il, qu’un seul chemin mène à un mystère aussi sublime ».
  Il n’eut pas de postérité spirituelle, mais devint beau-père de Boèce auteur de la Consolation philosophique. Puis tous deux furent mis à mort par l’empereur barbare Théodoric, en 525.
  Barbare et chrétien je suppose.

  Cela fait il fallut attendre plusieurs siècles pour que l’on rebaisse les yeux et regarde à nouveau par terre.
  C’est alors qu’un beau jour enfin selon Du Cange : « Icelluy du Rut trouva un petit sachet où il y avait mitraille, qui est appelé billon ».

   La belle affaire.
 
 Eh bien moi ces jours-ci j’ai trouvé une figue, qui sera l’un des éléments de ma Consolation matérialiste.

*

3 Ce n’est pas qu’entre-temps plusieurs tentatives n’aient été faites — ou approximations (en sens inverse) tentées — dont les souvenirs ou vestiges restent touchants.

 Ainsi avez-vous pu comme moi rencontrer dans la campagne, au creux d’une région bocagère, quelque église ou chapelle romane, comme un fruit tombé.
  Bâtie sans beaucoup de façons, le temps, l’herbe, l’oubli l’ont rendue extérieurement presque informe.
  Mais parfois le portail ouvert luit au fond un autel scintillant.

 La moindre figue sèche, la pauvre gourde, à la fois rustique et baroque, certes ressemble fort à cela.
  À cela près pourtant qu’elle me semble beaucoup plus sainte encore.
  Ou si l’on veut, dans le même genre,
bien que d’une modestie inégalable, une petite bombe dans notre sensibilité d’une réussite à tous égards plus certaine. Plus ancienne et plus actuelle à la fois.

  Si je désespère bien sûr d’en tout dire, si mon esprit avec joie la restitue à mon corps.
  Ce ne soit donc pas sans lui avoir rendu au passage le petit culte à ma façon qui lui revient.
  Ni plus ni moins intéressé qu’il ne faut.

*

4  Voilà l’un des rares fruits, qu’on le constate, dont nous puissions à peu de chose près manger tout :

                                Il fico
                                ovvero
       della poesia all’incirca come di un fico

5  Confesso di non sapere molto bene cosa sia la poesia, le domande fatemele invece sul fico.
  Senza dubbio non è cosa di gran conto, il fico, soltanto che ecco, è uno di quei modi di essere che — oserei dire — hanno dato prova di sé, che ancora quotidianamente danno prova di sé e si offrono al nostro spirito senza chiedere nulla in cambio, solo un minimo di considerazione.
  Noi però poniamo altrove il nostro dovere.

*

6  Secondo il Larousse Simmaco grande pagano di Roma si prendeva gioco dell’impero diventato cristiano : « È impossibile, diceva, che un solo cammino possa condurre a un mistero tanto sublime ».
  Simmaco non ebbe una posterità spirituale però diventò suocero di Boezio, l’autore della Consolazione della filosofia. In seguito, nel 525, furono entrambi messi a morte
dall’imperatore barbaro Teodorico.
  Barbaro e cristiano, suppongo.

 Dopo di che ci vollero parecchi secoli perché si riabbassasse lo sguardo e si tornasse di nuovo a guardare per terra.
È allora che finalmente un bel giorno secondo Du Cange : « Quell’istesso Du Rut trovò picciola sacca in quale haveasi minuta moneta, ch’è chiamata biglione ».

   Un grande passo.
  Ebbene io in questi giorni ho trovato un fico, questo fico sarà uno degli elementi della mia Consolazione materialista.

*

7  Non che nel frattempo non siano stati tanti i tentativi fatti — o (in senso inverso) le approssimazioni tentate — di cui resta, commovente, qualche ricordo o vestigio.

 Sarà successo anche a voi, com’è successo a me, di incontrare in piena campagna, nel profondo di una regione di boschetti sparsi, una qualche chiesa o cappella romanica, come un frutto caduto.
  Costruita com’era senza troppe pretese, il tempo, l’erba e l’oblio sono riusciti a renderla esteriormente pressoché informe.
 Capita, però, che dal portale aperto risplenda sul fondo un altare scintillante.

  Di sicuro, il fico secco, anche quello più misero, povera borraccia, rustico e barocco allo stesso tempo, le assomiglia molto.
  Con l’unica differenza, però, che a me sembra addirittura più santo.
  Oppure, se vogliamo, rimanendo sullo stesso genere,
per quanto di ineguagliabile modestia, una piccola bomba per la nostra sensibilità, dal successo sotto ogni punto di vista più certo. Allo stesso tempo più antico e più attuale.

  È ovvio che io disperi di poter mai raccontare tutto su di lui, e che con gioia il mio spirito lo restituisca al mio corpo.
  Non senza, però, avergli reso a mio modo di passaggio il piccolo culto che si merita.
  Interessato né più né meno di quanto non sia necessario.

*

8  Prendiamone atto, è uno dei rari frutti di cui possiamo praticamente mangiare tutto :

Note à la traduction

9Nous avons établi cette traduction dans le respect des conventions typographiques adoptées par Jean Ristat pour l’édition originale de Comment une figue de paroles et pourquoi, parue en 1977 chez Flammarion. En présentant les différents feuillets manuscrits, dactylographiés et notés à la main par l’auteur, Ristat a décidé de transcrire la première rédaction en caractères gras et les corrections suivantes (rajouts, ratures et variations) en romain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Zaffarano, « La figue ou de la poésie à peu près comme d’une figue », Revue italienne d’études françaises [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rief/1831 ; DOI : 10.4000/rief.1831

Haut de page

Auteur

Michele Zaffarano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la RIEF sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ANVUR
  • Logo Seminario di Filologia Francese
  • OpenEdition Journals