Navigation – Plan du site
Rubriques
Seuils Poétiques

Le Savon

Traduction d'un extrait et note à la traduction
Andrea Inglese
Référence(s) :

F. Ponge, Le Savon, Gallimard, 1967, p. 60-63 ; Id., Œuvres complètes, éd. B. Beugnot, t. II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2002, p. 383-384.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1          Faut-il parler des événements ou des spectacles pour le moins désagré-
ables que nous avons été obligés de supporter depuis que nous sommes au monde. J’en éprouve quelque scrupule. Bien qu’à la vérité je pense qu’à aucune époque il n’en ait pu se trouver de plus effroyables, de plus éprouvants pour la sensibilité.
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………… (En faire un petit développement) ………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………
         Mais peut-être, à bien considérer les choses, tout cela n’est-il pas plus grave qu’une simple maladie, — ou que le sentiment simplement de la condition humaine.
          Plus spectaculaire seulement, peut-être ! Je n’en déciderai pas.
         Toujours est-il que la société — et chaque individu — s’en sont montrés comme affolés, jetés dans l’égarement er le désespoir. Et il est apparu que la seule maîtrise de soi, le seul sang-froid, la seule patience et équanimité ne suffisaient pas à redresser les esprits et à réconforter les âmes.
          C’est en même temps que, ces temps-ci, les sentiments de la responsa-
bilité et de la culpabilité humaines, se sont trouvés — à tort ou à raison — fort développés dans les esprits. Et que cela soit à raison ou à tort, je trouve cela fort admirable et fort pathétique.
        D’où un désespoir moral, un remords et une résolution (suivis de désillu-
sions, etc.) également éprouvants.
         Si bien que les leçons des sages de l’antiquité ont paru insuffisantes et à proprement parler inapplicables à la mentalité moderne. Comment un homme troublé par de tels sentiments aurait-il pu se contenter des conseils de Socrate, d’Aristote, de Montaigne ou de Pascal, de Voltaire ou de Vauvenargues ? Je vois bien que beaucoup d’esprits s’y sont réfugiés. J’ai peur que ce soit au détriment d’une certaine intégrité.
         Pour ma part, je ne me hasarderai donc pas à conseiller aux hommes le repliement de chacun sur soi et la recherche de la tranquillité comme le seul bien souhaitable, etc. J’aurais vraiment scrupule à le faire, notamment parce que je pense pouvoir être lu par des personnes d’une classe misérable, dont j’estime que le devoir est de s’élever d’abord, à la force du poignet et du courage, à une situation matérielle meilleure. Et je pense aussi que ces personnes et que ces classes ayant eu la chance de trouver récemment une doctrine qui les exalte et un parti qui les conduise dans les chemins de la victoire, auraient bien tort de s’en détourner au profit de je ne sais quelles anciennes théories de résignation et de stoïcisme, dont je vois bien qu’elles favorisent leurs exploiteurs.
        Et quant à ces exploiteurs, comment un artiste pourrait-il les aimer quand il les voit, insensibles au bien et aux qualités de goût, de délicatesse et d’esprit, faire regretter leurs prédécesseurs (aristocrates dans l’exploitation humaine ? Comment ne pas souhaiter leur défaite et leur remplacement par cette classe misérable qui possède probablement en elle les ressources de ferveur et de pureté propres à l’enfantement du beau et du délicat, lesquels sont le souverain bien que je souhaite aux hommes.
         Ainsi, je ne détournerai personne du devoir d’action et de révolte. Au contraire, lorsque la situation est prégnante (et elle ne cesse pour ainsi dire de l’être), considérant que chaque homme (fût-il artiste) doit accorder une part au moins de son activité à l’action civique, je prendrai parti du côté que j’ai dit.
          Quoi qu’il en soit, il ne serait pas honnête de ma part (et d’ailleurs il ne servirait de rien, cela percerait quand même), de renoncer le moins du monde aux valeurs qu’une formation, bourgeoise sans doute, mais enfin humaine aussi, m’a amené à considérer une fois pour toutes comme les plus dignes d’être recherchées ou défendues (à tel point que si je souhaite la révolution, — ou enfin ce mouvement historique qui amènera au pouvoir la classe actuellement exploitée — c’est dans l’espoir que le plus grand nombre de personnes — et à la limite tous les humains — soient placés un jour dans la condition de pouvoir rechercher ces valeurs, les introniser et en jouir). Quelles sont ces valeurs ? Je viens de le dire : le beau et le délicat.

Traduction

2         È necessario parlare degli avvenimenti o degli spettacoli per lo meno spiacevoli che abbiamo dovuto sopportare dal giorno della nostra nascita? Ne ho qualche scrupolo. Anche se, a dire il vero, penso che in nessuna epoca ve ne siano potuti essere di più spaventosi, di più intollerabili per la sensibilità.
………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………… (Sviluppare un poco) ……………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………
          Ma forse, riflettendoci bene, tutto ciò non è più grave di una semplice malattia — o del mero sentimento della condizione umana. Forse soltanto più spettacolare! Non sarò io a decidere. Rimane il fatto che la società — e ogni individuo — sono apparsi come inorriditi, travolti dallo smarrimento e dalla disperazione. E si è visto che l’autocontrollo, il sangue freddo, la pazienza e l’equanimità da soli non bastavano a raddrizzare i caratteri e a riconfortare gli animi.
           Al tempo stesso, oggigiorno, i sentimenti di responsabilità e di colpevo-
lezza umani si sono trovati — a torto o a ragione — sviluppatissimi nelle persone. E a torto o a ragione trovo questo molto ammirevole e molto patetico.
       Ne consegue una disperazione morale, un rimorso e una risolutezza (seguiti da disillusioni, ecc.) altrettanto intollerabili.
           A tal punto che, per la mentalità moderna, le lezioni dei saggi dell’anti-
chità sono apparse inadeguate e, a essere precisi, inapplicabili. In che modo un uomo sconvolto da tali sentimenti avrebbe potuto accontentarsi dei consigli di Socrate, Aristotele, Montaigne o di Pascal, Voltaire, Vauvenargues? Mi rendo conto che molte persone vi hanno cercato rifugio. Temo che sia avvenuto a detrimento di una certa integrità.
          Per quanto mi riguarda, non mi azzarderei quindi di predicare agli uomi-
ni il ripiegamento individualistico su di sé e la ricerca della tranquillità come unico bene desiderabile, ecc. Avrei davvero scrupoli a farlo, specialmente perché credo di poter essere letto da persone di una classe povera, che ritengo debba elevarsi prima di tutto, con grandi sforzi e coraggio, a una migliore condizione materiale. E ritengo ugualmente che queste persone e queste classi, avendo avuto la fortuna di trovare in tempi recenti una dottrina che le esalti e un partito che le guidi verso la vittoria, avrebbero davvero torto di rinunciarvi, per perseguire non so quali antiche teorie di rassegnazione e stoicismo, che evidentemente avvantaggiano i loro sfruttatori.
           E quanto a questi sfruttatori, come potrebbero essere amati da un arti-
sta che, vedendoli talmente insensibili al bene e alle qualità del gusto, della delicatezza e dello spirito, finisce per rimpiangere i loro predecessori (aristocratici) nell’opera di sfruttamento dell’umanità? Come non augurarsi la loro disfatta e la loro sostituzione con questa classe povera che detiene probabilmente risorse di fervore e di purezza capaci di generare il bello e il delicato, che sono i beni supremi da me desiderati per gli uomini.
        Quindi non distoglierei nessuno dal dovere di agire e di ribellarsi. Al contrario, considerando che ogni uomo (fosse pure un artista) deve dedicare una parte almeno della sua attività all’azione civile, quando la situazione diverrà pregnante (e non smette, per così dire, di esserlo) sarò schierato con la parte in questione.
         Comunque sia, non sarebbe onesto da parte mia (e d’altro canto non servirebbe a nulla, finendo comunque per trapelare) rinunciare minimamente ai valori che una formazione, borghese senza dubbio, ma in definitiva anche umana, mi ha portato a considerare una volta per tutte come i più degni di essere perseguiti e difesi (a tal punto che se desidero la rivoluzione, — o questo movimento storico che alla fine condurrà al potere la classe attualmente sfruttata — è nella speranza che il più gran numero di persone — e al limite tutti gli esseri umani — siano messi un giorno nella condizione di poter perseguire questi valori, di consacrarli e goderne). Quali sono questi valori? L’ho appena detto: la bellezza e la delicatezza.

Note à la traduction

3Aujourd’hui les savons n’existent presque plus. C’est par cette phrase que je suis obligé de commencer. Par ce hors-sujet qui n’a rien à voir avec mes (prétendus) propos de traducteur. Le savon est en voie de disparition parce qu’un étrange esprit du « beau » et du « délicat » a tellement gagné notre monde que le savon véritable, le savon d’hier, celui de Ponge au moins, n’a pas été considéré comme étant suffisamment beau et délicat par quelques concepteurs d’entreprise. Il se consommait d’une manière très inesthétique le vieux savon, il se lézardait, il devenait un peu gris vers la fin, un peu trop acéré, il se désintégrait en débris. Donc aujourd’hui on est passé à un savon plus « spirituel » : on est dans une société liquide qui préfère un savon liquide. Il n’y pas d’agonie, pas de consomption, pas de restes difficilement utilisables. Le savon est là jusqu’à la dernière goutte. Et quand il n’y en a plus, la boîte en plastique transparente est vide, propre. À part ce constat, je ne crois pas pouvoir dire grand-chose à propos de mes choix et de mes difficultés de traduction.

4J’ai choisi un passage réflexif, qui appartient plutôt au registre de l’essai. Il n’est pas question ici de définitions ou de descriptions, mais d’idées – ces choses que l’auteur considère normalement avec un certain dégoût. Le thème traité – l’extrait date de juillet 1946 – est de nos jours largement inactuel : le rapport que la classe « misérable », comme l’appelle Ponge, entretient avec la beauté. La notion d’engagement aussi est abordée dans ces lignes, mais à travers une formulation qui s’écarte du langage militant (sartrien) de l’époque. Quand il réfléchit, Ponge est très économe. Sa méfiance des opinions et des idées courantes le pousse à chercher toujours les termes – donc les concepts – moins à la mode, moins redevables des doctrines du jour. Cela ne l’empêche pas de prendre position pour le mouvement ouvrier et la lutte anticapitaliste.

5Le traducteur se trouve face au défi de tirer parti de l’inactualité de Ponge, tout en cherchant une communication claire et directe avec, non pas évidemment l’actualité, mais le temps présent. Pour ma part, ce défi s’est concrétisé dans la difficulté de traduire l’adjectif « misérable » que Ponge associe à « classe ». « Miserabile » est un terme qui a une connotation définitivement négative. Quant au terme « indigente », il appartient au langage de la politique, de la bureaucratie ou, au mieux, d’une sociologie qui regarde avec distance scientifique les phénomènes. Ponge n’a pas expressément parlé de classe prolétaire. Il a fait un pas en arrière par rapport au vocabulaire de l’engagement et du marxisme de l’après-guerre. J’ai choisi donc l’adjectif « povera », parce que la « pauvreté » est un mot qui précède le marxisme et qui en sera toujours l’héritier.

6Il fallait aussi résoudre l’écart bizarre entre des « spectacles pour le moins désagréables » – il y a là de l’ironie, un euphémisme volontaire – et ces mêmes spectacles qui, quelque lignes plus loin, sont considérés comme les « plus effroyables », les « plus éprouvants pour la sensibilité ». Ponge parle de la guerre. J’ai donc choisi de radicaliser l’écart sémantique entre les adjectifs et de traduire « éprouvants » par « intollerabili ». (Par ailleurs, toute affection « intolérable » est paradoxalement éprouvée par l’esprit. Comme la torture l’enseigne, ou toute grande souffrance morale, on ne désigne pas à travers le concept d’« intolérable » quelque chose que notre sensibilité ne pourra pas supporter, mais la passivité presque infinie de notre sensibilité face à quelque chose qui l’offense).

7Les individus sont « affolés » par les spectacles de la guerre. Mais la guerre n’est jamais liée à la simple peur. L’effroi s’accompagne d’une répulsion spécifique : on est dans le domaine de l’horrible. J’ai donc traduit : « inorriditi ».

Sous la plume d’un matérialiste athée « esprits » et « âmes » ne peuvent devenir en italien que « caratteri » et « animi », à savoir deux termes synonymes comme dans le texte d’origine.

Je n’ai rien osé inventer pour apprivoiser le péremptoire et un peu énigmatique « prégnante ». Mais on voit bien l’importance que les adjectifs peuvent avoir chez Ponge. Ici il y a comme un renversement de hiérarchie : dans « situation prégnante », c’est l’adjectif qui fait tout.

8In fine. Je ne peux pas être persuadé par « il bello » e il « delicato ». Le masculin refroidit énormément la portée de ces deux termes. Je veux bien reconnaître le double jeu opéré par Ponge : évoquer avec désinvolture des termes qu’il faudrait longuement mettre à jour, expliciter, redécouvrir. Lui, il les utilise comme un traditionnaliste, mais il leur soustrait toute emphase. Néanmoins, il y a une tension à laquelle je ne pouvais pas renoncer entre la dimension abstraite produite en italien par le suffixe « ezza » et la dimension sensuelle des termes féminins (et longs) « bellezza » et « délicatezza ». Je n’ai pas pu les utiliser lors de la première occurrence, parce qu’il y avait déjà « purezza », et trois mots à la suite avec les mêmes suffixes auraient été musicalement insupportables. Donc j’ai renoncé à la cohérence et à la fidélité. Mais si vraiment il faut se battre pour quelque chose, je préfère prendre parti pour « la bellezza » et la « delicatezza » – termes sans doute prétentieux – plutôt que pour « il bello » et « delicato » – plus modestes et sobres, mais pas très entraînants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Inglese, « Le Savon », Revue italienne d’études françaises [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rief/2167 ; DOI : 10.4000/rief.2167

Haut de page

Auteur

Andrea Inglese

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la RIEF sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ANVUR
  • Logo Seminario di Filologia Francese
  • OpenEdition Journals