Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85Dossier - La recherche en éducationLa recherche en sciences de l’édu...

Dossier - La recherche en éducation

La recherche en sciences de l’éducation : pour qui et pour quoi faire ?

Le cas suédois
Research in education science: What for and for whom? The Swedish case
La investigación en ciencias de la educación: ¿para quién y para qué? El caso sueco
Elisabet Nihlfors et Staffan Selander
Traduction de Thierry Chevaillier
p. 127-134

Résumés

Les liens entre la formation des maîtres, la pratique des enseignants et la recherche n’ont pas toujours été très étroits, c’est le moins qu’on puisse dire. Cependant, au cours des dernières décennies, on a beaucoup fait pour renforcer ces liens et on s’attache avec constance à identifier les domaines et les principaux sujets qui nécessitent de nouvelles connaissances systématiques. Cela ressemble à un paysage fluctuant dans lequel ces sujets se modifient au fil du temps en fonction de la situation politique et économique et des possibilités offertes par la technologie. Cet article s’intéresse à quelques-unes de ces principales questions dans le contexte suédois.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit de l’anglais par Thierry Chevaillier.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Le contexte suédois
Le système scolaire suédois
La position de la Suède
L’initiative expérimentale ULF
Deux exemples
Un tiers lieu est-il nécessaire ?

Aperçu du texte

Le contexte suédois

Nous souhaitons aborder, pour commencer, la question du point de vue adopté par la recherche. Au cours du temps, on peut décrire de différentes manières la place donnée aux enseignants dans cette recherche : avant 1950, on voit les enseignants comme des sujets actifs de recherche et de développement professionnel ; de 1950 à 1980, on les considère plutôt comme des objets pour la recherche et la conduite du changement ; après 1980 ils redeviennent des sujets mais le financement de la recherche se tarit (Carlgren, 2010). Cependant, il faut souligner que, dans la dernière décennie, des réformes de grande ampleur ont été introduites par le pouvoir politique dans des domaines tels que l’organisation des écoles, leurs responsabilités et leur gouvernance, les programmes scolaires, les méthodes d’évaluation des élèves et la formation de maîtres, initiale et continue…

On peut également noter l’écart qui s’est creusé entre un discours populiste et la réalité de ce qui se pas...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabet Nihlfors et Staffan Selander, « La recherche en sciences de l’éducation : pour qui et pour quoi faire ? »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 85 | 2020, 127-134.

Référence électronique

Elisabet Nihlfors et Staffan Selander, « La recherche en sciences de l’éducation : pour qui et pour quoi faire ? »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 85 | Décembre 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ries/10096 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.10096

Haut de page

Auteurs

Elisabet Nihlfors

Elisabet Nihlfors est docteure en sciences de l’éducation, professeur d’éducation, et s’intéresse en particulier au leadership en éducation. Elle dirige l’équipe de recherche Research on Educational Leadership (REL) au département d’éducation de l’Université d’Uppsala, Suède. Ses recherches portent sur l’administration scolaire, le leadership, les politiques éducatives en démocratie. Elle a été secrétaire générale du Conseil suédois de la recherche, de la commission des sciences de l’éducation et doyenne de la faculté des sciences de l’éducation de l’Université d’Uppsala. Courriel : elisabet.nihlfors[at]edu.uu.se

Staffan Selander

Staffan Selander est docteur en sciences de l’éducation et professeur émérite au département d’informatique de l’Université de Stockholm. Ses recherches portent sur la théorie du curriculum, les manuels scolaires, l’ingénierie des apprentissages, les représentations du savoir et les environnements numériques d’apprentissage. Il a été professeur invité en Australie, en Norvège, en Finlande, au Brésil, au Chili et au Danemark. Il a dirigé plusieurs projets de recherche nationaux et internationaux, a encadré 45 doctorants, et a été à l’origine en 1990 de l’IARTEM – International Association for Research on Textbooks and Educational Media (https://iartemblog.wordpress.com/) et, en 2008, de la revue en ligne Designs for Learning (www.designsforlearning.nu). Courriel : staffan.selander[at]dsv.su.se

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre international d’études pédagogiques
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search