Navigation – Plan du site

AccueilNuméros86Actualité internationaleRepères sur les systèmes éducatifsEnjeux et défis du système éducat...

Actualité internationale
Repères sur les systèmes éducatifs

Enjeux et défis du système éducatif roumain avant et après le régime communiste

Gabriela Motoi
p. 37-42

Texte intégral

Le système d’éducation roumain pendant le communisme

1Immédiatement après la Première Guerre mondiale, le système éducatif roumain s’est inspiré du modèle français (avec un accent mis sur l’étude de l’art, de la littérature, de l’histoire, de la philosophie) et du modèle allemand (notamment en ce qui concerne les disciplines techniques). Les changements politiques et sociaux que la Roumanie a connus après la Seconde Guerre mondiale ont également affecté de manière significative le système éducatif : c’est le moment où l’on est passé de l’éducation « bourgeoise » (sur le modèle français) à l’éducation sur le modèle soviétique (construite autour de l’idée d’un « homme nouveau »), et cela a été réglementé par la réforme de 1948, en vigueur jusqu’en 1968. Son but principal était de « développer une main-d’œuvre qualifiée et des citoyens bien disciplinés » (Brint, 2006) et elle a eu de nombreux effets négatifs sur le système éducatif. Parmi les plus fréquemment cités et qui restent significatifs dans l’esprit collectif roumain, on peut mentionner les sanctions extrêmement sévères (destitution par retraite forcée, arrestation, torture et même élimination) des enseignants et intellectuels qui critiquaient ce modèle soviétique d’éducation. Dans le même temps, il y a eu des changements très importants dans le curriculum, parmi lesquels la suppression de certaines disciplines (logique, sociologie, psychologie, etc.) et leur remplacement par celles qui servaient le mieux l’objectif de la réforme de 1948 – la création de l’homme nouveau et la diffusion de l’idéologie communiste (Croghan, 1980).

2De plus, la loi de 1948 stipulait que les processus éducatifs étaient de nature laïque et organisés exclusivement par les autorités de l’État, abolissant ainsi toute forme d’enseignement privé. L’enseignement supérieur a été particulièrement touché par les dispositions de cette loi : plusieurs disciplines des sciences sociales et humaines (sociologie, droit, philosophie, psychologie) ont été remplacées par des cours de marxisme-léninisme, rendus obligatoires quel que soit le domaine d’études. De plus, le réseau institutionnel s’est développé avec l’émergence de nouveaux centres universitaires dans toutes les régions du pays : bien que cela ait représenté une extension des possibilités d’accès à l’éducation de nombreux jeunes, l’accès à l’enseignement supérieur était influencé par l’environnement social d’origine, perpétuant ainsi des pratiques discriminatoires (les jeunes provenant des familles « bourgeoises » étaient stigmatisés en raison de leur « origine sociale malsaine »). Le plus souvent, le but déclaré était d’orienter ces jeunes vers les écoles professionnelles, pour faire d’eux des ouvriers qualifiés et changer, ainsi, leur mentalité. Le seul succès de cette réforme de 1948 fut le doublement de la population scolaire en Roumanie et la lutte contre l’analphabétisme, car loi favorisa, en quelques années, l’inclusion dans l’éducation de tous les enfants d’âge scolaire (7-11 ans) (Radulescu, 2006). Au-delà de ces aspects, en reprenant le modèle de la structure soviétique du système éducatif, la réforme de 1948 n’a réussi qu’à faire sortir l’école roumaine du modèle européen d’avant 1948, ce qui a eu des effets extrêmement négatifs sur la qualité de l’éducation. L’éducation de 1948-1968 n’était pas centrée sur l’idée du développement professionnel de l’individu, mais vue comme un moyen de construire l’« homme nouveau ». Par exemple, l’accès aux universités devait être assuré surtout pour les jeunes qui appartenaient aux catégories sociales les plus basses, ceux qui n’étaient pas intéressés à améliorer leur parcours personnel et professionnel, mais uniquement à obtenir un diplôme. Ainsi, cette loi « réussit » à bloquer « le développement de la culture, de la pensée critique ou de l’esprit d’innovation » (Apostu et Fartușnic, 2016).

3À partir de 1968, le système éducatif roumain a commencé à se développer et a connu des changements de structure, qui ont eu des effets à la fois positifs et négatifs : par exemple, la durée de l’enseignement obligatoire a été fixée à dix ans, mais les inscriptions dans les lycées d’enseignement général ont considérablement diminué, parallèlement à une augmentation de celles dans les lycées techniques et professionnels. Dans l’enseignement supérieur, on a assisté à une augmentation des inscriptions dans les facultés techniques (étroitement liée au développement de la politique nationale d’industrialisation), en même temps qu’à une diminution du nombre de places en sciences humaines ou sociales (histoire, sociologie, philosophie, droit), où l’un des critères d’admission était l’appartenance à l’organisation de jeunesse communiste. Les années 1980 ont été marquées par des suppressions d’emplois massives dans le système éducatif et par une baisse du financement de l’éducation, ce qui a conduit à une insatisfaction collective accrue.

4La structure du système éducatif roumain, telle qu’elle se présente en 1989, avant l’effondrement du régime communiste, se présentait ainsi : un cycle primaire, un cycle secondaire inférieur, appelé gymnase, un cycle secondaire supérieur, appelé lycée (conclu par l’examen du baccalauréat) et un cycle universitaire (pour lequel l’examen d’entrée était très difficile). Ces deux cycles comportaient un processus d’évaluation en deux étapes : une évaluation à la fin du gymnase, pour l’admission au lycée ; une évaluation pour accéder aux deux dernières années de lycée. Les élèves n’ayant pas réussi ces étapes étaient réorientés vers des écoles professionnelles.

Changements et de réformes après le communisme : quelle efficacité ?

5Après 1990, il a fallu modifier substantiellement le cadre institutionnel-législatif, corriger les dysfonctionnements qui s’étaient manifestés au cours des années 1980, et s’adapter aux évolutions qui s’annonçaient aux niveaux européen et international dans le domaine de l’éducation.

6De nombreuses mesures relatives à l’activité éducative ont été révisées, soit parce qu’elles étaient dépassées, soit parce qu’elles n’étaient pas adaptées aux réalités d’une nouvelle société, articulée autour de l’économie de marché. Ainsi, les premières mesures adoptées au niveau national dans le domaine de l’éducation visaient à réintroduire l’étude des langues étrangères, comme le français, l’allemand ou l’anglais, à réintroduire certaines disciplines dans les sciences sociales et humaines (philosophie, sociologie, psychologie), à rétablir les établissements d’enseignement privés à tous les niveaux.

7À travers la réforme de 1995, on a tenté de passer à un système éducatif décentralisé aux valeurs occidentales : réforme des programmes, formation des enseignants et outils d’évaluation, libre accès à l’éducation grâce l’augmentation progressive de l’offre éducative dans les écoles, lycées et universités, etc. Les changements ont continué en 2005, année de l’européanisation de l’enseignement universitaire roumain, qui rejoint le processus de Bologne.

8Le système éducatif roumain est actuellement centralisé, à la fois horizontalement et verticalement. Toutes les responsabilités clés liées aux stratégies, aux politiques et à la mise en œuvre de l’enseignement sont concentrées au niveau du ministère de l’éducation et de la recherche. Le système pré-universitaire est structuré sur quatre niveaux d’enseignement : préscolaire ; primaire ; gymnasium (secondaire inférieur) ; secondaire (lycée ; professionnel). La structure de l’enseignement universitaire s’aligne sur le modèle de Bologne (licence, master, doctorat).

9L’un des principaux défis du système éducatif roumain, après 1990, réside dans l’impossibilité de mettre en œuvre des réformes claires, principalement en raison de la rapidité avec laquelle les changements se sont produits au niveau institutionnel. Au cours des 31 années écoulées depuis la révolution anticommuniste de décembre 1989, la Roumanie a compté plus de 30 ministres de l’éducation, chacun ayant sa propre vision du changement et de l’optimisation du système éducatif, la plupart du temps à partir du modèle des pays d’Europe du Nord (en particulier la Finlande).

10Les deux principaux documents législatifs sont la Loi nationale sur l’éducation (1/2011) et la Loi sur l’assurance qualité de l’éducation (2005), toutes deux articulées autour de quatre principes : qualité, équité, décentralisation et implication de tous les acteurs clés. Ce que l’on peut remarquer au sujet de ces deux lois, c’est le fait qu’il n’y a pas d’uniformité de leur application. Par exemple, la loi de 2011 a subi de nombreux changements et certaines des mesures initialement envisagées, comme une décentralisation plus large, ont été abrogées, en l’absence d’une politique et d’une stratégie claires et cohérentes.

  • 1  Voir l’article de Hatos et Gyarmati (à paraître dans le n87) à ce sujet.

11En ce qui concerne les documents de politique publique, à partir des nombreux documents élaborés au niveau national, qui avaient pour objectif l’année 2020, il convient de mentionner la Stratégie nationale de réduction de l’abandon scolaire précoce (2015-2020) et la Stratégie pour l’éducation et la formation (2016-2020). Actuellement, deux autres stratégies, pour la période 2021-2027, sont développées : le Cadre politique stratégique pour le système d’éducation et de formation et la Stratégie de numérisation de l’éducation en Roumanie1. L’éducation représente un chapitre bien significatif de la Stratégie nationale pour l’inclusion sociale et la réduction de la pauvreté (2021-2027), dans la mesure où de nombreux défis auxquels le système éducatif est confronté (exposés ci-après) sont considérés comme des facteurs favorisant le risque de pauvreté et d’exclusion sociale.

Les enjeux et défis majeurs du système éducatif roumain

12Le système éducatif roumain doit encore aujourd’hui faire face à de nombreux enjeux : sous-financement, infrastructure déficitaire (surtout dans les milieux ruraux), taux élevé d’abandon scolaire (15,3 % en 2019), ce qui contribue d’une certaine manière à l’analphabétisme fonctionnel (voir tableau 1) ; participation des élèves roms à l’éducation ; école à distance (faible niveau, avant la pandémie de Covid-19 et en plein processus d’amélioration, à présent) ; équité (grand écart entre les zones rurales et les zones urbaines) ; enseignement professionnel insuffisamment corrélé avec le marché du travail ; faible participation des adultes au processus d’apprentissage tout au long de la vie, etc.

Tableau 1. Quelques données sur le système éducatif roumain

Tableau 1. Quelques données sur le système éducatif roumain
  • 2 Article à paraître dans le no 87 de la revue, en septembre 2021. Sources : A. Mihai, « STUDIU: Pest (...)

Source : données rassemblées par A. Hatos et B. F. Gyarmati2.

13Le premier défi que nous devons mentionner, et qui est souvent considéré comme la cause des nombreux problèmes auxquels le système éducatif est confronté, est son sous-financement. Selon les statistiques européennes, la Roumanie est l’État de l’Union qui alloue le plus faible pourcentage du PIB à l’éducation (seulement 3,2 %, en 2019). De plus, le financement de base est calculé selon un coût standard par élève, ajusté en fonction de l’emplacement géographique de l’école, le type d’école, le nombre d’élèves par classe et le niveau d’enseignement. Alors que le système éducatif et le système de santé devraient être ceux dans lesquels les sociétés investissent le plus, en tant que sous-systèmes directement liés au capital humain, et bien que cet aspect soit connu au plan théorique (tous les documents stratégiques mettent en évidence cet objectif), paradoxalement, en réalité, la situation en Roumanie est souvent différente : l’éducation et la santé sont souvent les domaines qui reçoivent les allocations budgétaires les plus faibles lors de la répartition du budget national sur des domaines clés.

14Le sous-financement du système éducatif a des conséquences négatives sur les infrastructures éducatives, sur les investissements dans l’éducation pour corriger certains déséquilibres du système, sur l’investissement dans les ressources humaines (les statistiques montrent que les salaires des enseignants, inférieurs à 9 000 € par an, sont parmi les plus bas de l’Union européenne), sur l’équité du système éducatif (perpétuant l’existence de situations dans lesquelles l’accès à l’éducation n’est pas autorisé aux groupes vulnérables, tels que les élèves des zones rurales ou les élèves roms).

15À long terme, toutes ces conséquences négatives peuvent avoir un impact sur les résultats scolaires des élèves. Les résultats dans les évaluations internationales en attestent. Par exemple, en Roumanie, les résultats du PISA 2015 montrent que le taux d’élèves sous-performants dans les compétences de base en Roumanie (24,3 %) est l’un des plus élevés de l’Union européenne.

16L’indice de risque socio-éducatif montre que les écoles financièrement défavorisées se concentrent principalement dans les zones pauvres et marginalisées, surtout dans les zones où vivent des Roms. Partant de cet aspect, un autre défi apparaît pour le système éducatif national : la participation encore faible des élèves des groupes vulnérables à l’éducation et le décrochage scolaire. Concernant ce dernier point, la Roumanie enregistre l’un des taux d’abandon scolaire les plus élevés de l’Union européenne, tant dans l’enseignement primaire que dans le secondaire (15,3 % en 2019, selon un rapport de la Commission européenne de 2020). Cet indicateur est particulièrement élevé dans les zones rurales (27,1 %) et dans la population rom (77 %), ce qui a conduit la Roumanie à ne pas atteindre les objectifs de l’Europe 2020 (diminution de l’abandon scolaire à 11,3 %, jusqu’en 2020). Pour l’abandon scolaire en milieu rural, les données statistiques confirment l’hypothèse qu’il existe un lien entre l’abandon scolaire et le niveau socio-économique de la famille, ce qui nous amène à conclure que l’éducation roumaine est souvent injuste en ce qui concerne l’égalité des chances en matière d’accès à l’éducation pour tous les élèves.

17Un autre enjeu important du système éducatif roumain est la participation des Roms à l’éducation, qui reste un défi majeur pour la Roumanie, notamment en raison de la mauvaise qualité de l’éducation dans les écoles fréquentées par la plupart des élèves roms. Pour corriger ce déséquilibre, la question de la participation des Roms a été incluse dans des stratégies nationales (par exemple, la Stratégie nationale pour réduire le décrochage scolaire), dans lesquelles des solutions sont avancées pour encourager leur participation à l’éducation et réduire le décrochage scolaire. Parmi celles-ci, nous pouvons mentionner les programmes de rattrapage « L’École après l’école », services scolaires intégrés, et les programmes « Deuxième chance ». De plus, l’ordonnance ministérielle de 2016 interdit la ségrégation (quand on structure des classes de départ). D’autre part, il existe des mesures législatives (souvent perçues comme des instruments de discrimination positive) qui attribuent des places (budgétées par l’État) pour les élèves roms, à l’entrée du lycée et des universités. Hormis cela, on trouve aussi des programmes nationaux, destinés aux groupes vulnérables (Roms et enfants issus des milieux ruraux) comme, par exemple, le programme national de protection sociale « Argent pour le lycée » ou le programme « Assurer le transport des élèves » (l’État rembourse les coûts de transport des élèves, pour des distances allant jusqu’à 50 km). Enfin, la Roumanie bénéficie du soutien financier du Fonds social européen ou de la Banque mondiale, pour lutter contre l’abandon scolaire, améliorer la qualité de l’éducation et développer une éducation inclusive pour toutes les catégories d’élèves ou d’étudiants.

Haut de page

Bibliographie

APOSTU O., FARTUȘNIC C. (2016). « L’enseignement obligatoire en Roumanie : une panoplie de réformes ». Revue internationale d’éducation de Sèvres, no 73, décembre, p. 107-118 [en ligne], http://journals.openedition.org/ries/5625.

BRINT S. (2006). Schools and Societies, 2nd ed., Stanford California : Stanford University Press.

CROGHAN M. (1980). Ideological Training in Communist Education: A Case Study of Romania. Washington : University Press of America.

European Commission (2020). Education and Training Monitor 2020: Romania. Luxembourg : Publications Office of the European Union [en ligne], https://bit.ly/30EBgD5 (consulté le 22 janvier 2021).

RĂDULESCU, D.C. (2006). « Învăţământul românesc 1948-1989: Între derivă și recuperare instituţional-funcţională ». Calitatea Vieţii, vol. XVII, no 3-4, p. 307-318.

Haut de page

Notes

1  Voir l’article de Hatos et Gyarmati (à paraître dans le n87) à ce sujet.

2 Article à paraître dans le no 87 de la revue, en septembre 2021. Sources : A. Mihai, « STUDIU: Peste 25% din copii nu au parte de acces la eduația online » [en ligne], Stiri de Cluj, 20 octobre 2020, https://bit.ly/3bI91tx (consulté le 14 mars 2021) ; M. Peticila, « Din 50 de elevi care au intrat acum 12 ani în clasa I, 23 nu au luat Bacalaureatul sau nu au mai ajuns la acest examen » [en ligne], Edupedu, 6 juillet 2020, https://bit.ly/38Cx8rO (consulté le 14 mars 2021) ; OECD, PISA 2018 Results (Volume I): What Students Know and Can Do [en ligne], Paris : PISA, OECD Publishing, 2019, https://doi.org/10.1787/5f07c754-en.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Quelques données sur le système éducatif roumain
Crédits Source : données rassemblées par A. Hatos et B. F. Gyarmati2.
URL http://journals.openedition.org/ries/docannexe/image/10325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriela Motoi, « Enjeux et défis du système éducatif roumain avant et après le régime communiste »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 86 | 2021, 37-42.

Référence électronique

Gabriela Motoi, « Enjeux et défis du système éducatif roumain avant et après le régime communiste »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 86 | avril 2021, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/10325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.10325

Haut de page

Auteur

Gabriela Motoi

Gabriela Motoi est enseignante-chercheuse en sociologie à la Faculté des sciences sociales de l’Université de Craiova (Roumanie), membre de l’Association roumaine de sociologie. Ses recherches portent sur l’éducation, notamment les politiques publiques et sociales de l’Union européenne et les relations éducation-marché du travail (universités-entreprises). Courriel : gabrielamotoi[at]yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search