Navigation – Plan du site

AccueilNuméros86Dossier - L'oral dans l'éducationL’oratie dans les écoles anglaises

Dossier - L'oral dans l'éducation

L’oratie dans les écoles anglaises

Oracy in English schools
La oracía en las escuelas inglesas
Will Millard
Traduction de Sylvaine Herold
p. 69-79

Résumés

Cet article présente les résultats d’une recherche menée en 2016 par le Centre for Education and Youth et Voice 21, intitulée The State of Speaking, en s’appuyant également sur les thèmes issus de l’enquête 2020-21 Speak for Change du groupe parlementaire multipartite sur l’oratie. L’article explore la signification du terme « oratie » (oracy) dans le système éducatif anglais, avant d’examiner sa place et son statut au sein du curriculum. Une discussion sur les obstacles qui entravent l’oratie au niveau de la classe et de l’école s’accompagne ensuite d’une description de pratiques de l’oral en usage dans les écoles anglaises. Selon l’auteur, il y a des raisons d’être optimiste quant à l’avenir de l’oratie dans le système scolaire anglais.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit de l’anglais par Sylvaine Herold.

Texte intégral

  • 1Oracy en anglais, terme construit par analogie avec les termes numeracy et literacy, désigne la co (...)

1Nous vivons à une époque de progrès technologique sans précédent. Pourtant, l’essentiel de notre discours social et politique est dominé par des débats qui plongent leurs racines dans la Grèce antique, et non dans la Silicon Valley. La démocratie, la souveraineté, la moralité et la citoyenneté sont des sujets d’actualité brûlants. De même pour l’oratie1. La façon dont les gens se parlent et, surtout, dont ils le font de manière constructive et courtoise est l’un des défis les plus pressants qui se posent aux sociétés modernes. Mais, de manière regrettable, l’oratie brille plus souvent par son absence que par sa présence.

2L’oratie – c’est-à-dire le fait de bien apprendre par la parole et d’apprendre à bien parler – occupe une place fondamentale dans les écoles. Elle demeure le vecteur prédominant de l’enseignement et de l’apprentissage.

  • 2  De plus amples informations sur Voice 21 sont disponibles sur : https://voice21.org/
  • 3  De plus amples informations sur le groupe parlementaire multipartite sur l’oratie sont disponibles (...)

3En 2016, Voice 212, une organisation caritative basée au Royaume-Uni, a chargé le Centre for Education and Youth (CfEY), un groupe de réflexion et d’action, de mener des recherches sur l’état de l’oral dans les écoles britanniques. J’ai dirigé les recherches pour le rapport State of Speaking (Millard et Menzies, 2016). Sur la base d’une enquête nationale menée pour nous par YouGov (une société mondiale de données sur l’opinion publique), nous avons interrogé plus de 900 enseignants du Royaume-Uni sur leurs opinions et leurs expériences en matière d’oratie. En parallèle, nous avons passé en revue la littérature existante sur l’oratie, interrogé des experts et visité des écoles afin d’observer l’oratie en pratique. Dans cet article, j’expose les principales conclusions de cette recherche menée en 2016, en m’appuyant également sur les premières conclusions de l’enquête 2020-2021 du groupe parlementaire multipartite sur l’oratie (Oracy APPG, 2020)3.

4S’il existe un terrain propice pour l’oratie à l’école, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant qu’un oral de qualité ne devienne vraiment monnaie courante en classe, au bénéfice d’un meilleur enseignement et d’un meilleur apprentissage dans les classes et de citoyens mieux à même de communiquer entre eux.

Qu’est-ce que l’oracy ?

5Le terme « oracy » est attribué à l’universitaire Andrew Wilkinson de l’Université de Birmingham dans les années 1960. Il considérait que la lecture et l’écriture – souvent décrites conjointement dans les pays anglophones par le terme « littératie » – étaient favorisées par rapport aux compétences orales d’écoute et de parole. Il forgea alors le terme « oracy » pour donner à ces compétences orales une plus grande visibilité.

  • 4  L’éducation est un domaine politique décentralisé au Royaume-Uni, ce qui signifie que l’Angleterre (...)

6Cependant, assimiler l’oratie à l’écoute et à la parole ne suffit pas car des questions demeurent : qui parle, comment, où et quand ? Qu’est-ce qui se dit ? Qu’est-ce qui différencie l’oratie de n’importe quelle conversation banale ? Les recherches menées par le CfEY en 2016 et les travaux du groupe parlementaire multipartite sur l’oratie révèlent quelques points communs quant au sens que les enseignants en Angleterre donnent au terme4.

L’oratie concerne ce que font élèves et enseignants

7En Angleterre, les enseignants tendent à considérer l’oratie comme quelque chose que les élèves développent à mesure qu’ils acquièrent des connaissances et des compétences linguistiques, cognitives, physiques et socio-affectives spécifiques rendant possible une communication verbale efficace dans toute une série de contextes. L’oratie n’est pourtant pas une activité que les élèves pratiquent isolément, leurs enseignants en sont aussi partie prenante. La manière dont ils aident les élèves à construire leur pratique de l’oral est très importante, tout comme la façon dont eux-mêmes, en classe, modèlent et initient la participation orale. Le professeur Robin Alexander décrit ainsi cinq grands types d’« oral d’enseignement » (teaching talk) (Alexander, 2008, voir encadré 1).

Encadré 1. Les cinq types d’« oral d’enseignement » de Robin Alexander

1. Répétition « par cœur » : transmettre des connaissances en amenant les élèves à répéter des informations clés pour transmettre des faits, des idées et des routines.

2. Récitation : avoir recours à des questions pour tester les connaissances et la compréhension des élèves, contrôler leurs progrès et stimuler la mémorisation.

3. Instruction : dire aux élèves ce qu’ils doivent faire et expliquer les faits, principes ou processus clés pour transmettre l’information.

4. Discussion : encourager l’échange d’idées au sein d’une classe, pour partager l’information.

5. Dialogue : avoir recours à des questions et des discussions structurées, aider les élèves à approfondir la compréhension des connaissances, des principes et des processus clés.

L’oratie peut être générique et spécifique à une matière

8Les enseignants reconnaissent que l’oratie peut être à la fois générique et spécifique à une matière dans sa mise en pratique. Elle est générique lorsqu’elle implique le développement et l’utilisation de compétences utiles dans l’ensemble du curriculum et au-delà. Cette dimension de l’oratie intègre les composantes interpersonnelles de la parole et de l’écoute, telles que le ton de la voix et le langage corporel. En outre, une part du vocabulaire est également générique. La recherche sur le vocabulaire menée en 2020 par le CfEY pour les presses universitaires d’Oxford se fonde sur la classification de Beck et al. des différents « niveaux » de vocabulaire (Menzies et al., 2020a). Le niveau 1 comprend les mots utiles dans une grande variété de situations quotidiennes, comme « lire » et « bien » ; le niveau 2 comprend des termes nécessaires à toutes les matières, tels que « comparer » et « analyser ».

9Mais l’oratie peut aussi être spécifique à une matière. Le vocabulaire de niveau 3 comprend des termes plus spécialisés, tels que « allegro » et « iambe », moins susceptibles d’apparaître hors de leur contexte spécialisé. Et cette dimension spécifique de l’oratie va au-delà du vocabulaire. Tout enseignant sait que les cinq types de parole définis par Alexander (voir encadré 1) se distribuent différemment selon le domaine d’étude. Les disciplines possèdent en outre chacune leurs propres traditions complexes et nuancées en matière d’oratie. « Parler comme un scientifique » sera différent de « parler comme un musicien », et il ne s’agit pas seulement de vocabulaire. L’oratie aide à codifier et à rendre explicites ces nuances. Parfois, cependant, la croyance selon laquelle l’oratie serait l’apanage de certaines matières scolaires centrées sur la langue, comme l’anglais ou le français, est de nature à limiter la disposition des enseignants des autres matières à considérer l’oratie comme étant de leur responsabilité. C’est un point sur lequel je reviendrai.

L’oratie consiste à s’engager dans des formes diverses de communication motivée

10En Angleterre, l’oratie est parfois considérée comme une activité exclusivement formelle, associée aux échanges grandiloquents dans le cadre du Parlement ou des séances de la société de débat de l’Oxford Union. Les débats et les exposés représentent en effet une part importante de l’oratie, mais celle-ci ne s’y résume pas. Barnes et Todd (1976) distinguent la « version définitive » de la « version exploratoire », « marquée par de fréquentes hésitations, des reformulations, des faux départs et des changements de direction ». Il est important que les élèves aient la possibilité de s’engager dans ces deux types de production orale, mais il convient de ne pas sous-estimer le rôle que jouent les « versions exploratoires » dans l’appui à l’apprentissage et au développement. De façon essentielle, l’oratie implique d’apprendre à parler et d’apprendre en parlant; il s’agit à la fois d’un processus et d’un résultat.

  • 5  De plus amples informations sur la langue des signes britannique sont disponibles sur : https://ww (...)
  • 6  Pour plus d’informations sur la communication améliorée et alternative (CAA), voir : https://www.c (...)

11En outre, les éléments rassemblés par l’enquête du groupe parlementaire multipartite ont souligné que l’oratie consiste à écouter aussi bien qu’à parler, et qu’elle n’est pas liée à une prononciation ou à un dialecte spécifique. Les participants à l’enquête ont souligné que l’enseignement de l’oratie devrait valoriser les différents accents et registres, et pas seulement les modes d’expression « traditionnels ». Au Royaume-Uni, des organisations soutenant les enfants et les jeunes ayant des besoins spéciaux en matière de langage et de communication (Speech, Language and Communication Needs, SLCN) ont également souligné l’importance de valoriser des formes de communication autres que la langue parlée, telles que la langue des signes britannique5 et la communication améliorée et alternative (CAA)6.

La place actuelle des pratiques orales dans le curriculum

Le contexte de l’oratie en Angleterre

12En 1825, Sir Edward Curtis soulignait l’importance des « 3R » (reading, writing and arithmetic : lire, écrire et compter). Le « quatrième R », l’oratie, est remarquablement absent de sa liste.

13Le Curriculum national anglais couvre l’apprentissage tout au long de l’enseignement primaire et secondaire pour les enfants âgés de 5 à 16 ans. En 2014, un nouveau Curriculum national a été introduit, précisant que les élèves doivent développer leur « langage oral ». Les normes pour la profession enseignante formulées en 2011 par le ministère de l’éducation précisent que tous les enseignants doivent promouvoir l’aisance verbale, et l’inspection scolaire, l’Ofsted, examine dans quelle mesure les établissements scolaires développent les compétences de communication des élèves.

14L’oratie occupe cependant une place ambivalente dans le Curriculum anglais, pour un certain nombre de raisons que j’explorerai ici successivement.

Un objet d’attention dans seulement certaines parties du système éducatif

15Il arrive trop souvent que l’oratie soit considérée comme l’apanage de certaines matières, de certains niveaux éducatifs ou de certains secteurs.

16Le Curriculum national indique que les élèves doivent avoir la possibilité de développer leur langage oral dans toutes les matières, particulièrement en anglais. Cela peut sembler intuitif à la plupart d’entre nous car, après tout, l’étude de la langue et de la littérature nécessite l’usage de la communication orale.

17C’est ce qui ressort de l’enquête 2016 du CfEY. Les enseignants d’anglais, de langues et de théâtre se sentent davantage responsables du développement de l’oratie chez leurs élèves. Cette hiérarchisation semble également affecter la pédagogie, ces enseignants signalant une plus grande tendance à intégrer l’oratie dans leurs cours. Les enseignants des autres matières, comme les sciences et les mathématiques, ont moins tendance à considérer l’oratie comme de leur responsabilité, estimant qu’elle relève de celle d’autres enseignants (notamment d’anglais).

  • 7  Nous avons également constaté que cela était vrai pour les enseignants des écoles spéciales, qui t (...)

18De même, nous avons observé des différences dans la façon dont les enseignants des différents niveaux considèrent l’oratie. Les enseignants du primaire sont beaucoup plus nombreux à faire état de pratiques de guidage et d’appui à l’oratie dans l’ensemble ou la plupart de leurs cours que leurs collègues enseignant dans le secondaire et l’enseignement secondaire supérieur (après 16 ans). Les enseignants de la petite enfance (préscolaire) et du primaire sont plus nombreux à considérer le développement de l’oratie dans leurs cours comme « très important ». Cela reflète sans doute, en partie, la place accordée à l’oratie dans les documents stratégiques nationaux, « la communication et le langage » constituant l’un des trois principaux domaines de développement du cadre réglementaire sur la petite enfance (Early Years Framework), qui concerne les enfants de 0 à 5 ans. Mais cela reflète également la réalité quotidienne : sans un niveau de communication orale adéquat, les plus jeunes élèves ne peuvent accéder aux autres possibilités d’apprentissage qui leur sont offertes7.

19Par ailleurs, les enseignants des écoles indépendantes (privées) ont tendance à accorder plus d’importance à l’oratie que leurs homologues du secteur public. Cela est notamment visible dans le fait que ces écoles sont plus nombreuses que celles du secteur public à proposer des clubs de débat et à recourir aux services d’organisations spécialisées, telles que l’English Speaking Union8 et la London Academy of Music and Dramatic Art (LAMDA)9. Une explication probable est que ces écoles sont tenues de mettre l’accent sur l’oratie en raison de la pression des parents, conscients de l’importance déterminante que la facilité à l’oral aura pour l’avenir de leurs enfants. Une autre explication possible est que les enseignants des écoles indépendantes sont plus enclins à considérer l’oratie comme ayant un rôle majeur dans la construction des connaissances disciplinaires. Sans compétence orale – faite à la fois de connaissances (telles que le vocabulaire) et de compétences (telles que la capacité à présenter des idées de manière convaincante) –, il sera difficile aux élèves d’exceller sur le plan scolaire.

L’évaluation de l’oratie

  • 10Office of Qualifications and Examinations Regulation.

20Les réformes des tests et des examens menées en Angleterre depuis 2010 ont eu tendance à négliger l’oral comme outil d’évaluation. Parallèlement à l’abandon plus général des devoirs écrits et oraux au profit d’examens finaux sur table, la réforme de l’évaluation a visé spécifiquement l’expression et la compréhension orales. En 2015, le régulateur des examens et des qualifications anglais, l’Ofqual10, a décidé de supprimer la prise en compte des notes d’expression et de compréhension orales des élèves dans leurs notes finales au certificat général de fin d’études secondaires en anglais (GCSE English).

21La raison avancée pour cette décision était l’équité. L’expression et la compréhension orales étaient jusqu’alors évaluées par les enseignants et l’Ofqual a considéré que les établissements n’avaient pas mis en œuvre des pratiques d’évaluation systématiques. Cette situation a probablement été exacerbée par un système de reddition de comptes mettant l’accent sur les résultats des établissements et exerçant une pression sur les enseignants afin qu’ils gonflent (sciemment ou non) les notes de leurs élèves (Ofqual, 2013). Bien que l’Ofqual ait assuré que l’expression et la compréhension orales demeuraient des « compétences extrêmement importantes, qui devraient continuer à être enseignées », de nombreux enseignants ont considéré cette décision comme un revers pour la reconnaissance et la crédibilité de l’oratie. Désormais, la composante orale du nouvel examen GCSE en anglais doit être évaluée, mais ne contribue pas aux notes finales des élèves.

22Bien que l’oratie ait été reléguée au second plan dans les examens formels et sommatifs du système éducatif anglais, elle demeure un pilier de l’évaluation formative continue. Comme le montre l’enquête de 2016, les enseignants s’appuient énormément sur le questionnement verbal pour évaluer de manière formative l’apprentissage des élèves. Nombreux sont ceux qui demandent aux élèves de faire des présentations orales pour évaluer de manière sommative leurs progrès. Mais les éléments rassemblés par l’enquête du groupe parlementaire multipartite sur l’oratie montrent que les enseignants se sentent toujours obligés de donner la priorité aux évaluations écrites. Cela vient du fait qu’ils ont le sentiment de devoir « prouver » les résultats de leurs élèves et de la crainte de n’avoir « rien à montrer » pour les évaluations orales. Si ce sentiment est présent chez les enseignants de tous les groupes d’âge, ceux dont les élèves approchent des points d’évaluation obligatoires le ressentent de manière particulièrement aiguë.

La formation des enseignants

23Plusieurs documents stratégiques du ministère de l’éducation (le cadre sur les contenus fondamentaux de la formation initiale des enseignants, le cadre sur la petite enfance et les normes pour les enseignants) font référence à l’importance du langage oral des enseignants et à leur capacité d’appui au développement du langage oral des élèves.

24Pourtant, l’accès des enseignants à la formation à l’oratie est, au mieux, inégal et de nombreux enseignants ne reçoivent pas de formation explicite en matière d’oratie, que ce soit pendant leur formation initiale ou en cours de carrière. Notre étude de 2016 a révélé que plus de la moitié des enseignants interrogés n’avaient reçu aucune formation en matière d’oratie depuis trois ans et qu’ils ne sauraient pas où chercher des informations supplémentaires s’ils le souhaitaient. Peut-être nous faut-il croire que la capacité des enseignants à utiliser efficacement une pédagogie de l’oral se développera « naturellement ».

25Les enseignants admissibles ne bénéficient d’aucune garantie de formation de base en matière d’oratie, en raison du caractère fragmenté du système de formation en Angleterre. Il existe cependant une multitude de formations et de dispositifs de soutien en matière d’oratie auprès d’organisations indépendantes et non gouvernementales, y compris des organisations caritatives. Ainsi, parallèlement aux cours de formation organisés pour les enseignants, l’Université de Cambridge et Voice 21 ont développé le cadre sur les compétences orales (Oracy Skills Framework), afin d’aider les enseignants à évaluer et à suivre le développement des élèves en termes d’oratie. Ce cadre couvre les compétences physiques, linguistiques, cognitives, sociales et émotionnelles des élèves11. Les demandes de formation et de soutien dans ce domaine ne cessent de croître.

Réalités et problèmes de la pratique orale en salle de classe

26Lorsqu’on leur demande pourquoi l’oratie compte, les enseignants soulignent son importance pour le développement linguistique, social et émotionnel des jeunes. Les enseignants établissent également un lien entre la compétence orale et l’amélioration des connaissances disciplinaires des élèves ainsi que leur développement en tant que citoyens. Dans notre étude de 2016, les enseignants étaient moins nombreux à établir un lien entre l’oratie et les perspectives professionnelles des jeunes, mais les résultats de l’enquête du groupe parlementaire multipartite sur l’oratie ainsi que de nombreuses enquêtes auprès des employeurs soulignent la pertinence de l’oratie en tant que compétence professionnelle. Les enseignants considèrent également l’oratie comme un facteur favorisant l’égalité, particulièrement bénéfique pour les élèves issus de milieux défavorisés, ayant des résultats scolaires inférieurs ou ayant des besoins éducatifs spéciaux ou des handicaps. Les recherches montrent qu’en moyenne, ces groupes entrent à l’école avec un niveau de développement du langage oral plus faible et que les écarts linguistiques entre les élèves les plus et les moins favorisés continuent de se creuser au fil de la scolarité (Menzies et al., 2020a).

27Il n’est donc pas surprenant que les enseignants accordent en classe une grande importance à l’oratie. Selon notre enquête, plus des deux tiers (68 %) déclarent qu’il leur paraît « très important » d’aider leurs élèves à développer leurs compétences orales. Dans l’ensemble, les enseignants accordent plus d’importance à l’oratie qu’à la numératie. Cependant, comme je l’ai mentionné, si les enseignants reconnaissent intuitivement l’importance de l’oratie, leur engagement dans ce domaine est influencé et parfois réduit par d’autres facteurs.

28Selon notre enquête, les techniques les plus courantes pour soutenir l’oratie consistent à : modeler, créer des attentes, initier des travaux en binôme et en groupe et fournir aux élèves un retour verbal sur leur production orale. Plus de 50 % des enseignants ayant répondu à notre enquête ont déclaré utiliser ces techniques dans plus de la moitié de leurs cours. D’autres techniques, moins utilisées, comprennent l’évaluation de l’oratie en tant que compétence distincte, l’organisation de débats, les présentations orales et les activités théâtrales.

29Si les enseignants des écoles primaires et privées étaient particulièrement portés à déclarer planifier le travail de l’oratie dans les activités de leurs classes, les enseignants de l’ensemble du cursus intègrent systématiquement l’oratie dans leurs pratiques. Ainsi, l’une des études de cas du rapport The State of Speaking met en lumière l’approche adoptée par l’école primaire d’Eastwood, où les enseignants ont indiqué filmer les activités de cours et diffuser les vidéos aux élèves, qui analysent ensuite leur langage et leurs interactions. Cela permet aux élèves d’améliorer leur compréhension des contenus, tout en développant leurs interactions sociales.

30Cependant, outre la croyance erronée selon laquelle l’oratie serait l’apanage de certaines matières plus que d’autres, une autre opinion répandue mais inexacte est que l’oratie « s’attrape » plus qu’elle ne s’enseigne. En d’autres termes, les enfants apprendront de toute manière à parler quoi qu’il se passe à l’école et l’énergie des enseignants est donc mieux investie ailleurs. S’il est bien sûr vrai que la plupart des interactions verbales des enfants et des jeunes auront lieu en dehors de l’école, les recherches montrent que l’attention portée au langage et à l’oratie peut être extrêmement bénéfique en termes de développement scolaire, social et émotionnel des enfants (Education Endowment Foundation, 2020). Cela est particulièrement vrai pour les enfants ayant moins accès à une langue riche et variée, un thème que les recherches du CfEY sur le vocabulaire explorent en profondeur (Menzies et al., 2020a). En réalité, le langage oral « s’attrape » et s’enseigne tout autant, et les enseignants ont un rôle essentiel à jouer à cet égard.

31Un autre obstacle potentiel à l’oratie est la croyance des enseignants selon laquelle les activités verbales mettent en difficulté les élèves timides ou stressés. Or cela peut aussi aboutir à pénaliser encore davantage ces élèves, alors qu’ils pourraient bénéficier d’un encouragement et d’un soutien pour s’impliquer davantage dans les discussions en classe.

  • 12  Alice Stott et Amy Gaunt décrivent en détail la façon dont les enseignants peuvent renforcer leur (...)

32Pour de nombreux enseignants, « oratie » est par ailleurs synonyme de travail en groupe, de « bruit » et de « désordre ». Si cela peut être vrai, la pédagogie de l’oral est plus ou moins interactive selon les objectifs de l’enseignant, comme en atteste la typologie d’Alexander (voir encadré 1). En outre, certains enseignants craignent que les activités interactives et le comportement de leurs élèves ne dégénèrent. Certaines activités basées sur l’oral nécessitent certes, par leur nature même, un relatif abandon du contrôle par l’enseignant mais, comme l’ont montré les participants à nos recherches, ces tâches peuvent s’avérer extrêmement efficaces si les élèves y sont préparés12.

33Hormis un engagement relativement minimal dans le Curriculum national, il n’existe pas non plus de norme nationale ou de programmes en faveur de l’oratie en Angleterre. Cela signifie que les interactions des élèves avec l’oratie pendant les cours dépendent largement de leurs enseignants.

L’engagement des établissements

34De nombreux établissements apportent leur soutien à des occasions d’expression orale régulières ; les activités les plus courantes comprennent les présentations en public par des élèves et la participation à des clubs de débat. Si ces opportunités doivent être saluées, nos recherches indiquent que certains établissements – à savoir les écoles sélectives et les écoles indépendantes – sont plus susceptibles que les écoles non sélectives et les écoles publiques d’offrir de telles possibilités. De plus, nous avons rencontré des enseignants qui s’inquiètent que certains élèves soient plus que d’autres en position de tirer avantage de ces possibilités. Ils peuvent être issus de familles accordant une plus grande importance sociale et culturelle à la prise de parole en public. Par conséquent, les élèves qui pourraient en profiter le plus risquent de rester à l’écart.

35Autre difficulté : ces activités ponctuelles consacrent la langue de la « version finale ». Les élèves doivent aussi bénéficier d’occasions régulières de travailler des versions préliminaires, exploratoires.

36Les tentatives des responsables politiques de promouvoir l’usage de différents types d’oral dans les classes n’ont donné jusqu’à présent que des résultats mitigés. Des stratégies nationales ont été introduites dans les écoles primaires à la fin des années 1990 qui visaient à relever le niveau en littératie et numératie en encourageant le dialogue de classe (voir encadré 1). Mais, en dépit des sommes investies par le gouvernement dans la formation et les ressources, les recherches ont montré que les activités de discussion avaient tendance à ressembler aux styles d’enseignement traditionnels sous forme de questions/réponses plutôt qu’à un véritable dialogue (Smith et al., 2004). Demander aux enseignants d’être plus interactifs dans leur enseignement n’aboutit pas à coup sûr à des cours véritablement plus interactifs.

37De nombreuses écoles sont néanmoins parvenues à développer des approches efficaces de l’oratie à l’échelle de l’établissement. Par exemple, à l’école primaire Green Lane de Bradford, tous les enseignants utilisent la langue des signes Makaton comme outil pour développer le langage oral de tous les élèves13. L’école forme ses enseignants et son personnel de soutien, afin que tous puissent communiquer en utilisant la langue des signes. Les élèves apprennent la langue des signes Makaton dès leur entrée dans les premières années et quel que soit leur niveau de développement linguistique lorsqu’ils commencent l’école. Les élèves et les enseignants continuent d’utiliser la langue des signes en plus de la langue parlée, en éliminant progressivement la langue des signes au fur et à mesure que la langue parlée des élèves se développe. L’école estime que cela permet à tous les élèves d’accéder à des activités d’apprentissage sans avoir à éprouver de crainte et de frustration d’être mal compris.

Enseigner l’oratie de façon virtuelle

38Comme pour presque tous les autres aspects de nos vies, la Covid a profondément bouleversé l’éducation. En Angleterre, fermer des établissements signifie que les élèves passent la majeure partie de l’année 2020-2021 à alterner entre classe physique et classe virtuelle. L’enseignement à distance pose toutes sortes de défis aux enseignants et à l’oratie. Entre l’organisation des cours virtuels et le simple fait de parvenir à ce que les élèves se connectent, il est compréhensible que l’oratie recule dans l’ordre des priorités.

39Enseigner à distance présente en outre des difficultés spécifiques en termes d’oratie. Il devient plus difficile pour les enseignants d’engager un dialogue spontané avec les élèves sur le contenu des cours. Les élèves, quant à eux, ne peuvent pas s’engager dans des discussions entre pairs ou en classe entière aussi facilement qu’ils le feraient dans une salle de classe.

40En Angleterre, les examens publics ont été annulés pour les élèves de 16 et 18 ans et une évaluation fondée sur l’interaction verbale jouera un rôle crucial dans l’attribution des résultats des élèves par les enseignants. Lorsque notre système scolaire se remettra en marche après cette période d’incertitude et de bouleversements, nous aurons peut-être l’occasion de réfléchir à la pertinence de nos systèmes d’évaluation et de reddition de comptes.

*
**

41Lorsque nous reviendrons à une forme de normalité relative et que l’école ouvrira à nouveau ses portes, les enseignants s’attacheront, à juste titre, à aider les élèves à rattraper leur retard et à apporter le soutien émotionnel nécessaire à ceux qui en ont besoin. Dans ce processus, l’oratie demeurera tout aussi pertinente et importante que jamais. Les enseignants doivent recevoir le soutien nécessaire pour s’assurer que leurs interactions verbales – qu’elles soient virtuelles ou en présentiel – sont adaptées aux tâches d’apprentissage.

42Il y a toutes les raisons d’être optimiste quant à l’avenir de l’oratie. Les enseignants et les responsables politiques reconnaissent de façon presque unanime son importance, et elle fait l’objet d’un intérêt et d’un engagement croissants de la part des enseignants et des chefs d’établissement. Ceux qui le souhaitent peuvent en outre bénéficier du soutien d’organisations spécialisées.

43Les éléments rassemblés par le groupe parlementaire multipartite sur l’oratie indiquent que nous enfonçons une porte ouverte. Comme le dit la députée Emma Hardy, présidente de ce groupe : « Notre travail consiste désormais à regarder vers l’avenir et à profiter de cet élan. »

Haut de page

Bibliographie

ALEXANDER R. (2008). Towards Dialogic Teaching: Rethinking Classroom Talk. 4e éd. York : Dialogos UK.

BARNES D. et TODD F. (1976). Communication and Learning in Small Groups. Londres : Routledge & Kegan Paul.

EDUCATION ENDOWMENT FOUNDATION (2020). Oral Language Interventions. En ligne : https://bit.ly/30kkhGf

MENZIES L., YEELES P., MILLARD W. et BAARS S. (2020a). Bridging the Word Gap at Transition. Oxford University Press/CfEY. En ligne : https://bit.ly/3qqVk6y

MENZIES L., ANGUS A., BAARS S., MILLARD W. et al. (2020b). Making Waves: A better future for assessment. CfEY/Peason. En ligne : https://bit.ly/3uXn0TY

MILLARD W. et MENZIES L. (2016). Oracy: The State of Speaking in Our Schools. Voice 21/LKMco. En ligne : https://bit.ly/3bqz0Wh

MILLARD W., SMALL I. et MENZIES L. (2017). Testing the Water: How assessment can underpin, not undermine, great teaching. CfEY/Pearson. En ligne : https://bit.ly/2PEEAvP

OFQUAL (2013). « Our announcement on speaking and listening assessments ». En ligne : https://bit.ly/2O3qFzf%20

ORACY APPG (2020). Initial findings and recommendations from the Oracy All-Party Parliamentary Group Inquiry. En ligne : https://bit.ly/2O3UX4U

SMITH F., HARDMAN F., WALL K. et MROZ M. (2004). « Interactive Whole Class Teaching in the National Literacy and Numeracy Strategies ». British Educational Research Journal, vol. 30, no 3, p. 395-411. DOI : 10.1080/01411920410001689706.

Haut de page

Notes

1Oracy en anglais, terme construit par analogie avec les termes numeracy et literacy, désigne la compétence de communication orale. Nous traduisons, imparfaitement, par « oratie », ou encore par « compétence orale », « oral » ou « expression orale » selon les cas (NdT).

2  De plus amples informations sur Voice 21 sont disponibles sur : https://voice21.org/

3  De plus amples informations sur le groupe parlementaire multipartite sur l’oratie sont disponibles sur : https://oracy.inparliament.uk/

4  L’éducation est un domaine politique décentralisé au Royaume-Uni, ce qui signifie que l’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord ont leurs propres systèmes éducatifs distincts. Cet article se concentre sur le système anglais.

5  De plus amples informations sur la langue des signes britannique sont disponibles sur : https://www.british-sign.co.uk/.

6  Pour plus d’informations sur la communication améliorée et alternative (CAA), voir : https://www.communicationmatters.org.uk/overview/.

7  Nous avons également constaté que cela était vrai pour les enseignants des écoles spéciales, qui travaillent avec des élèves ayant des besoins éducatifs spéciaux et des handicaps.

8  Pour de plus amples informations sur l’English Speaking Union, voir sur : https://www.esu.org/

9  Pour plus d’informations sur la LAMDA, voir : https://www.lamda.ac.uk/

10Office of Qualifications and Examinations Regulation.

11  Ce cadre peut être consulté ici : https://bit.ly/3c9oLVv. Le cadre sur les compétences orales (Oracy Skills Framework) a été testé au cours d’évaluations financées par l’Education Endowment Foundation, basée au Royaume-Uni, et s’est révélé efficace pour aider les écoles à améliorer le statut et l’impact de l’oralité. De plus amples informations sur ces expériences sont disponibles à l’adresse suivante : https://bit.ly/3v5sUmc

12  Alice Stott et Amy Gaunt décrivent en détail la façon dont les enseignants peuvent renforcer leur pratique de l’oratie et la confiance des élèves dans leur livre The Oracy Imperative (2019), publié par Rowman & Littlefield.

13  Pour plus d’informations sur la langue des signes Makaton, voir : https://www.makaton.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Will Millard, « L’oratie dans les écoles anglaises »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 86 | 2021, 69-79.

Référence électronique

Will Millard, « L’oratie dans les écoles anglaises »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 86 | avril 2021, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/10424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.10424

Haut de page

Auteur

Will Millard

Will Millard est responsable de l’engagement au Centre for Education and Youth [Centre pour l’éducation et la jeunesse]. Chercheur et évaluateur de programmes, spécialisé dans les méthodes mixtes, il a dirigé des études sur l’oralité, l’évaluation, le développement des compétences, les technologies de l’information et la formation professionnelle, et a mené des recherches dans des écoles du monde entier, notamment au Japon, en Chine, au Canada et en Afrique de l’Est. Il est également enseignant et a exercé dans une école secondaire à Londres. Il est l’un des administrateurs fondateurs de l’association caritative pour enfants I Can Be et est titulaire de deux masters en politique publique. Courriel : will[at]cfey.org

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search