Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87Actualité internationaleLe point sur l’actualité internat...L’éducation à Cuba  : une excepti...

Actualité internationale
Le point sur l’actualité internationale

L’éducation à Cuba  : une exceptionnalité en voie de normalisation ?

Thomas Posado
p. 20-22

Texte intégral

  • 1  Pour plus de détails, voir Bayard P., Herrera R. et Mulot É. (2008). « Le système éducatif cubain (...)

1Le système éducatif cubain figure parmi les références mondiales en la matière : cette île des Caraïbes aux faibles revenus atteint des niveaux de scolarisation comparables, voire supérieurs aux pays les plus développés1. Toutefois, l’« actualisation du modèle cubain » et le cheminement tortueux vers l’économie de marché qui en découle tendent à amoindrir cette exceptionnalité.

L’investissement éducatif dans la société cubaine

2Cuba conserve un système éducatif universel et de qualité. Cependant, la conjoncture économique défavorable amène le gouvernement à procéder à des restrictions budgétaires dans l’ensemble des dépenses sociales (éducation, santé, retraites, logement, assistance sociale). Entre 2008 et 2013, celles-ci ont diminué de 36,6 % à 27,3 % du PIB. La chute est également visible si l’on prend en compte seulement celles concernant l’éducation, passant de 14,1 % à 10,8 % du PIB durant le même intervalle de temps. Ce qui est paradoxal, et qui montre le caractère tout à fait exceptionnel de l’investissement éducatif dans la société cubaine, c’est que malgré ces réductions budgétaires, Cuba était encore saluée par l’Unesco et la Banque mondiale comme le pays ayant le plus investi dans l’éducation durant la période. Ces coupures budgétaires ont eu un impact dans le niveau de scolarisation, diminuant de 19 points au niveau primaire, de 17 au niveau secondaire et de 34 dans le premier cycle universitaire. Les zones rurales ont été encore plus affectées : la baisse y est estimée à 27 points dans le primaire, 68 dans le secondaire et 88 dans le premier cycle universitaire.

3Ainsi, ce sont les premières années de l’enseignement supérieur qui ont été les plus impactées. On constate un déclin significatif de tous les indicateurs : investissement, nombre d’élèves, d’établissements, de bourses, d’enseignants et de diplômés… Selon les données de l’institution publique, l’Office national de statistique et d’information (Oficina Nacional de Estadística e Información : ONEI), les contractions ont atteint une amplitude inédite (passant de 743 979 à 165 926 étudiants) dans une période courte (entre l’année scolaire 2007-2008 et 2015-2016).

Des réformes de l’enseignement supérieur aux conséquences majeures

4Si ces indicateurs ont autant évolué, c’est précisément en raison de réformes de l’enseignement supérieur aux conséquences majeures dans la société cubaine. L’année scolaire 2007-2008 a constitué l’apogée du processus de « municipalisation » des universités développé dans le cadre de la « Bataille des idées » lancée par Fidel Castro en 1999. En effet, le Líder máximo avait pour volonté, au début des années 2000, de mettre en avant le caractère éthique de la révolution cubaine et ses progrès en matière de justice sociale, d’intégrité nationale et d’internationalisme par le biais de deux cents programmes, dont l’un concernait le développement d’antennes universitaires au niveau local, dans l’objectif de parvenir à l’universalisation de l’enseignement supérieur. Trois mille sièges universitaires municipaux avaient alors été créés en l’espace de seulement trois ans.

5En 2010, deux résolutions du ministère de l’enseignement supérieur, alors dirigé par le futur chef de l’État, Miguel Díaz-Canel, vont profondément transformer l’institution universitaire. Le premier texte, publié en juillet, la RM 120/10, met fin à l’expérience de municipalisation. Le second, la RM 236/10, promulgué en novembre, se réfère aux normes pour l’entrée dans l’enseignement supérieur. Cette disposition institue un examen d’entrée dans trois matières (espagnol, mathématiques et histoire de Cuba) et l’établissement de critères spécifiques dans dix cursus (dont journalisme, culture physique, relations internationales…). Seuls un tiers des candidats réussissent ces épreuves, diminuant d’autant le nombre d’étudiants effectivement inscrits. Ces décisions, justifiées par la nécessité d’améliorer le niveau des étudiants, s’inscrivent dans le cadre d’une recherche de l’efficacité économique maximale. La réduction de 78 % du nombre d’étudiants en l’espace de huit ans représente un décrochage de Cuba par rapport à l’exceptionnalité qu’elle représentait jusqu’alors. Alors qu’en 2005, l’Unesco rendait hommage au système capable d’intégrer plus de 60 % d’une classe d’âge dans l’enseignement supérieur, ce chiffre est inférieur à 20 % en 2015, en deçà du seuil de 30 %, standard d’un accès massif à l’université.

  • 2Voir Mesa-Lago C. (2017). « Social welfare and structural reforms in Cuba, 2006-2017 », 2017 Annua (...)

6Cette diminution de la capacité d’accueil de l’enseignement supérieur ne concerne pas toutes les filières avec la même intensité. Les sciences sociales et les humanités, qui avaient connu une augmentation exponentielle des étudiants dans les années précédentes (3 943 % d’augmentation entre 1989 et 2007), paient un lourd tribut à ces réformes et voient leurs effectifs fondre de 90 %. À l’inverse, les sciences naturelles et les mathématiques ne voient pas de changement substantiel dans le nombre d’élèves accueillis. Globalement, le système universitaire cubain évolue, à l’instar d’autres dans le monde, vers une spécialisation en fonction du marché du travail. La majorité des étudiants est désormais concentrée dans les filières de médecine et de pédagogie2.

  • 3« La educación cubana a debate ». Cuba Posible, cahier no 30, juillet 2016.
  • 4  De 2010 à février 2021, l’État déterminait la liste des activités autorisées au secteur privé. Dés (...)

7Cette restriction de l’accès à l’université crée par ailleurs des inégalités sociales parmi les jeunes candidats. L’inscription dans l’enseignement supérieur demeure gratuite mais la sélectivité de l’examen d’entrée est telle que le recours à des repasadores (des professeurs faisant réviser les élèves en cours particulier) est commun pour les familles disposant de moyens financiers3. Ces repasadores bénéficient depuis 2010 de l’autorisation étatique de travailler à leur compte pour offrir des services d’aide scolaire4. La faible rémunération salariale dans l’enseignement public les conduit à privilégier ces cours particuliers soit à temps plein soit comme complément de revenus. Il n’existe pas de données officielles pour mesurer l’ampleur de ce phénomène.

*
**

8Cette dynamique de restriction des investissements s’est ralentie. Entre 2016 et 2019, le nombre d’étudiants a un peu réaugmenté, passant de 165 926 à 240 813, toujours loin de l’apogée des 700 000 étudiants atteint entre 2007 et 2009. Pour reprendre les termes de l’économiste Carmelo Mesa-Lago, Cuba connaît une succession de cycles idéaliste et pragmatique, alternant, d’une part, expansion de la dépense publique et projets internationalistes et d’autre part, restrictions budgétaires et realpolitik. Depuis 2008, « l’actualisation du modèle cubain » emmène l’île vers un processus de restauration lente et tortueuse de l’économie de marché, avec toutes les conséquences que cela comporte sur le système éducatif, sans pour autant remettre en cause totalement l’exceptionnalité du modèle cubain en vigueur depuis la révolution de 1959.

Haut de page

Notes

1  Pour plus de détails, voir Bayard P., Herrera R. et Mulot É. (2008). « Le système éducatif cubain depuis la crise des années 1990 ». Revue internationale d’éducation de Sèvres, no 48, p. 153-160.

2Voir Mesa-Lago C. (2017). « Social welfare and structural reforms in Cuba, 2006-2017 », 2017 Annual Proceedings of The Association for the Study of the Cuban Economy, p. 12.

3« La educación cubana a debate ». Cuba Posible, cahier no 30, juillet 2016.

4  De 2010 à février 2021, l’État déterminait la liste des activités autorisées au secteur privé. Désormais, c’est l’inverse, seules quelques activités sont réservées au secteur public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Posado, « L’éducation à Cuba  : une exceptionnalité en voie de normalisation ? »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 87 | 2021, 20-22.

Référence électronique

Thomas Posado, « L’éducation à Cuba  : une exceptionnalité en voie de normalisation ? »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 87 | septembre 2021, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/10738 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.10738

Haut de page

Auteur

Thomas Posado

Thomas Posado est docteur en science politique à l’Université Paris 8, chercheur associé au CRESPPA et membre scientifique de la Casa de Velázquez (EHEHI, Madrid). Il est le coauteur (avec Jean-Baptiste Thomas) de Révolutions à Cuba, de1868 à nos jours. Émancipation, transformation, restauration (Syllepse, 2020) et a codirigé (avec Franck Godichaud) Gouvernements progressistes en Amérique latine (1998-2018). La fin d’un âge d’or (Presses universitaires de Rennes, 2021). Courriel : thomas.posado[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search