Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88Dossier - (S’)Éduquer par l’engag...Apprendre par l’engagement : étud...

Dossier - (S’)Éduquer par l’engagement

Apprendre par l’engagement : étude de trois dispositifs de travail de jeunesse en Turquie

Learning through participation: three case studies of youth work in Turkey
Aprender por el compromiso: estudio de tres ejemplos de trabajo de la juventud en Turquía
Demet Lüküslü et Berrin Osmanoğlu
Traduction de Sylvaine Herold
p. 125-134

Résumés

Cet article s’appuie sur une étude ethnographique de six cadres de participation des jeunes dans la ville étudiante d’Eskişehir, en Turquie. Cette étude poussée permet d’observer les nuances de la participation des jeunes et d’identifier les différences entre elles, ainsi que les relations de pouvoir entre les différents acteurs et institutions concernés. L’article souligne la diversité des contextes de l’engagement des jeunes ainsi que l’importance de les mettre en relation pour les étudier. Le besoin de reconnaissance est un élément clé de l’engagement, lequel comprend une dimension conflictuelle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit de l’anglais par Sylvaine Herold.

Texte intégral

1Cet article s’appuie sur une étude ethnographique de trois dispositifs de travail de jeunesse et de volontariat des jeunes, dans lesquels les adultes jouent un rôle important, qu’il s’agisse de leur création ou de leur fonctionnement, dans la ville étudiante d’Eskişehir, en Turquie. Les résultats montrent que les jeunes apprennent à utiliser ces dispositifs pour leur propre développement personnel et leur future carrière professionnelle, mais qu’ils essaient également de s’ouvrir un espace en leur sein, y créent des liens émotionnels et en font une composante essentielle de leur socialisation. À la suite de Paulo Freire (2006), les autrices considèrent que l’apprentissage devrait être abordé de manière dialogique et que les jeunes devraient être considérés comme des participants actifs, dont le point de vue est important pour mettre en lumière ce qu’ils apprennent par l’engagement.

  • 1Youth work dans le texte original (NdT).

2La Turquie est le pays le plus jeune d’Europe. Les quelque 13 millions de jeunes (12 893 750) âgés de 15 à 24 ans représentaient 15,4 % de la population totale en 2020 (TUIK, 2020). Bien que la culture politique soit dominée par un « mythe de la jeunesse » (Lüküslü, 2009) définissant la jeunesse comme une catégorie politique dotée d’une mission politique, la Turquie ne dispose ni de politiques de jeunesse efficaces pour traiter les problèmes des jeunes ni d’un secteur du travail de jeunesse1 développé. Le travail de jeunesse et les politiques de jeunesse ne se sont développés et n’ont fait leur apparition dans les débats politiques que récemment, en lien avec la candidature de la Turquie à l’Union européenne notamment, rendant perceptible une « touche européenne » dans le travail de jeunesse, devenu un nouveau terrain de compétition politique (Lüküslü et Osmanoğlu, 2018). On en sait bien peu cependant sur la manière dont les jeunes réagissent à ces évolutions ou, plus généralement, sur l’état de la participation des jeunes en Turquie, notamment du fait de l’actuel recul autoritaire du régime, consécutif à une période de démocratisation.

  • 2  Pour en savoir plus, voir Walther et al. (2019).

3Dans cet article, nous aborderons l’engagement des jeunes à partir de l’étude ethnographique que nous avons menée dans le cadre d’une recherche européenne, Partispace, dans la ville étudiante d’Eskişehir. Le projet Partispace visait à repenser la participation des jeunes et à étudier différentes formes de participation des jeunes (formelle, non formelle et informelle) dans différentes villes européennes2. Eskişehir (qui peut se traduire par « vieille ville ») est une ville d’Anatolie centrale, reliant deux villes d’importance, Istanbul et Ankara. Elle se situe à 240 km à l’ouest d’Ankara, la capitale de la Turquie, et à 315 km à l’est de la ville mondiale d’Istanbul. Elle a la réputation d’être une ville étudiante, avec ses trois universités publiques (l’université Anadolu fondée en 1982, l’université Osmangazi d’Eskişehir fondée en 1993 et l’Université technique d’Eskişehir fondée en 2018). Nous avons mené une recherche ethnographique dans six contextes différents de participation des jeunes, représentant une grande variété de lieux de jeunesse (deux centres d’animation jeunesse, une ONG, des fans de football et des musiciens de rue). Dans cet article, cependant, nous ne traiterons que des structures de participation non formelle : les cas de deux centres d’animation jeunesse et d’une ONG.

4En nous concentrant sur les dispositifs du travail de jeunesse et du bénévolat, nous souhaitons éclairer plus en détail les objectifs poursuivis, mais également ce que les jeunes y apprennent à travers leur implication. Il s’agit de structures dans lesquelles les adultes jouent un rôle important, que ce soit pour leur création ou leur fonctionnement. Nous commencerons par présenter brièvement ces trois dispositifs de participation avant d’aborder ce que les jeunes apprennent par l’engagement. Les jeunes apprennent non seulement à utiliser ces dispositifs (en référence à Michel de Certeau) pour leur propre développement personnel et pour leur future carrière professionnelle, mais ils essaient également de s’y aménager un espace, y créent des liens émotionnels et en font une composante essentielle de leur socialisation.

Trois dispositifs de travail de jeunesse comme structure de participation des jeunes dans la ville étudiante d’Eskişehir

5À la suite d’un travail de terrain exploratoire dans la ville, nous avons choisi six cas dans le but de refléter la diversité des structures de participation existantes : les différents types d’activités, d’organisation, de ressources, mais aussi leur diversité sociale et politique. Si nous avons intégré à notre étude des dispositifs informels, afin d’explorer de nouvelles formes de participation, nous avons également étudié des dispositifs formels, tels que le travail de jeunesse et le bénévolat, en raison de leur expansion récente. Il faut préciser néanmoins que les spécificités de la ville et l’accessibilité aux groupes/dispositifs ont également été déterminantes pour la constitution de nos cas. Une étude ethnographique a été menée dans six cas, qui concernent tous des étudiants, représentant une grande diversité de situations. Dans ces différents contextes, nous avons mené des observations participantes, des discussions de groupe ainsi que deux entretiens biographiques par cas. Dans cet article, cependant, nous nous concentrerons uniquement sur les trois cas relevant du travail de jeunesse et de bénévolat, dont les dispositifs ont tous été créés par des adultes et dans lesquels les jeunes sont invités à participer, à acquérir les compétences nécessaires pour leur avenir, à s’engager bénévolement et à se former pour devenir de bons citoyens.

6Les trois dispositifs étudiés – que nous décrivons brièvement dans ce qui suit – sont tous directement liés au travail de jeunesse et au bénévolat comme types de participation, qui ne se sont développés que récemment en Turquie. Le travail de jeunesse est un nouveau secteur en Turquie et ses normes ne sont pas encore bien établies. Dans trois de nos cas, cependant, on trouve des acteurs qui s’identifient comme des animateurs de jeunesse, c’est-à-dire comme des professionnels en la matière. Notre étude a révélé, d’une part, certains éléments sur l’état actuel des normes du travail de jeunesse en Turquie, notamment l’influence de la politique européenne de la jeunesse, mais aussi celles des dynamiques locales, telles que la concurrence interinstitutionnelle, ou encore l’influence des dynamiques politiques. Il semble que, même si une politique de jeunesse n’est pas encore une priorité, le travail de jeunesse soit devenu un objet de compétition politique. D’autre part, ces trois dispositifs montrent comment les caractéristiques organisationnelles et la nature des ressources financières sont des déterminants majeurs des types de participation associés à des contextes particuliers. Dans nos trois dispositifs, le type de participation est le bénévolat. Si les taux de bénévolat sont très faibles en Turquie, le bénévolat a commencé à être encouragé avec la candidature de la Turquie à l’Union européenne. Depuis peu, en outre, le bénévolat est en pleine évolution. S’il existe encore de nombreuses formes différentes de bénévolat, en Turquie, dans le cadre de la professionnalisation de la société civile et du travail de jeunesse, on observe également une tendance à la professionnalisation du bénévolat. Parmi les caractéristiques de cette nouvelle forme de bénévolat, on note qu’il requiert désormais des qualifications, qu’il est plus étroitement lié au marché du travail et dissocié de la politique (Lüküslü et Osmanoğlu, à paraître).

Un centre d’animation jeunesse du ministère de la jeunesse et des sports

7Créé par le ministère de la jeunesse et des sports en 2014 et situé à proximité d’un campus universitaire, ciblant particulièrement les étudiants, ce centre offre un espace de socialisation et des activités de loisirs et de développement personnel, comme des cours gratuits, des possibilités de camping ou des activités bénévoles. Le ministère met en place des centres d’animation jeunesse standardisés depuis le début des années 2000 et, aujourd’hui, ces centres existent dans toutes les villes. Avant ce centre particulier (et un centre similaire ciblant les lycéens), un centre d’animation jeunesse rattaché au ministère existait à Eskişehir mais était totalement délaissé, jusqu’à ce que le travail de jeunesse commence à se développer et que la municipalité dirigée par l’opposition crée un centre. La décision de créer un centre d’animation jeunesse, son emplacement, ses activités, les ressources qui lui sont allouées, tous ces indicateurs indiquent que des normes pour le travail de jeunesse sont en cours d’élaboration, mais aussi que ce dernier est perçu comme politiquement rentable et que la politique de la jeunesse est devenue un objet de compétition politique. En effet, même si la politique du ministère est conçue à Ankara, la capitale, les dynamiques et les conditions locales influencent sa mise en œuvre et ses résultats.

Un centre municipal d’animation jeunesse

8Ce centre a été créé par une municipalité locale d’Eskişehir en 2011. Comme le centre du ministère, il propose un espace de socialisation, des cours gratuits, notamment de langues étrangères, de musique, de photographie, etc., des possibilités de bénévolat pour des projets caritatifs et des opportunités de voyage. En vertu de la loi sur les municipalités, les autorités locales sont chargées de fournir des services destinés aux jeunes. Jusqu’à présent cependant, ce type de centre d’animation jeunesse n’est pas très répandu et il n’existe pas de structure standardisée de centre pour la jeunesse créé par les municipalités en Turquie. La création de ce centre d’animation jeunesse semble être liée, d’une part, à la récente expansion du travail de jeunesse et à l’émergence de certaines normes spécifiques au secteur et, d’autre part, aux dynamiques et conditions locales liées à la jeunesse et à la politique de la jeunesse. Eskişehir est un bastion de l’opposition (parti républicain laïc) et une ville où le gouvernement local a beaucoup investi pour améliorer les conditions de vie des étudiants et créer une ville universitaire. Par ailleurs, il importe également de souligner l’influence des structures et des réseaux liés à l’Union européenne dans la formation de ce centre, qui ont pesé presque autant que les ressources et politiques de la municipalité. Malgré toutes ces caractéristiques, ce centre demeure une structure vulnérable et non institutionnalisée.

Une organisation de jeunesse d’une ONG humanitaire

9Ce cas est la section jeunesse de l’antenne locale d’une ONG humanitaire d’envergure nationale. L’ONG, qui est l’une des plus importantes associations nationales de Turquie en termes de membres inscrits et de personnel employé, avec plus de 600 antennes locales dans le pays, dispose également de ressources financières considérables, immobilières notamment. Cette ONG s’engage dans une vaste gamme d’activités : dons de sang, aide humanitaire d’urgence, services de santé, formations aux premiers secours et aide sociale. Si les antennes locales se créent de leur propre initiative, elles dépendent financièrement et administrativement du siège à Ankara (et sont contrôlées par celui-ci). Les activités dépendent tout de même de l’engagement et de la capacité organisationnelle des antennes locales. La section jeunesse d’Eskişehir a été créée en 2010, ce qui n’est pas une coïncidence : cela correspond au moment où le travail de jeunesse et le bénévolat ont été promus et, plus spécifiquement, cela fait suite à la nomination d’un nouvel administrateur professionnel de l’antenne locale, qui se définit lui-même comme un animateur jeunesse professionnel. La section jeunesse est composée de jeunes bénévoles engagés dans des activités caritatives traditionnelles, mais également dans divers projets visant leur développement personnel (notamment la recherche de projets européens ou de volontariat international) ainsi que dans des activités de camping.

Apprendre par l’engagement : l’usage de ces dispositifs par les jeunes

10Les trois dispositifs de participation étudiés nous permettent d’analyser les motifs pour lesquels ils sont utilisés par les « adultes » et la façon dont les jeunes en « font usage » et apprennent à travers leur engagement. Dans les trois contextes, la professionnalisation, le développement personnel et le carriérisme sont des valeurs plus ou moins présentes, sinon prédominantes.

11Le centre pour la jeunesse du ministère a été créé sur décision du gouvernement, qui est l’acteur le plus puissant du champ politique. En premier lieu, par rapport à d’autres structures de jeunesse, ce centre dispose de ressources substantielles allouées par le gouvernement, notamment en ce qui concerne l’espace physique, le personnel et les activités. Mais il semble que ces investissements soient principalement motivés par des calculs politiques, plutôt que par souci de la jeunesse. Le travail de jeunesse est certes encouragé, mais selon une approche particulière, qui privilégie le développement personnel, en complément de l’éducation, et prépare les jeunes au marché du travail. L’influence des valeurs conservatrices représentées par le parti au pouvoir y est également palpable, comme dans les ateliers sur les valeurs religieuses, les voyages séparés pour les filles et les garçons ou la priorité donnée à la lutte contre l’alcoolisme. Surtout, une perspective autoritaire, qui tend à considérer les jeunes comme des objets plutôt que des sujets, y est prépondérante, y compris dans la structure organisationnelle.

12Si les municipalités disposent de moins de ressources que le gouvernement, les ressources du centre d’animation jeunesse de la municipalité ne sont pas moins importantes, Eskişehir étant une ville universitaire. Cependant, les investissements liés à la jeunesse ne semblent pas être conçus comme des investissements à long terme et structurels, ce qui peut entraver l’institutionnalisation du centre d’animation jeunesse. L’approche en termes de développement personnel, en complément de l’éducation, et de préparation au marché du travail est également présente. S’agissant des aspects idéologiques, les valeurs laïques, représentées par le parti qui dirige la municipalité, et l’appétence pour la culture européenne conduisent à une approche plus libérale vis-à-vis de la jeunesse, qui se reflète dans les activités du centre. De plus, le fait d’être dans l’opposition conduit également à promettre davantage en termes de libertés et pour les jeunes.

13Si la section jeunesse de l’ONG semble a priori ne pas être concernée par la politique partisane, elle est directement liée à la politique. À l’exception d’une brève période de démocratisation dans les années 1990 et 2000, le contrôle de l’État sur la société civile a toujours été important et, avec le recul autoritaire de la dernière décennie, la répression et le contrôle idéologique de la société civile ont été plus forts que jamais. La structure organisationnelle de l’ONG est en outre très hiérarchisée. Mais, dans le même temps, au niveau local, le contrôle vis-à-vis de la structure de jeunesse est relativement faible, notamment à cause du manque d’intérêt qui y est attaché. S’agissant de la politique de bénévolat des jeunes de l’ONG, on peut dire qu’il n’y a aucune perspective d’autonomisation des jeunes, mais plutôt une instrumentalisation. Ce que ce dispositif offre, ce sont des opportunités et des contacts aux jeunes qui en sont demandeurs, et il attire ainsi un profil de bénévole qui y correspond.

14Ce qui permet, en effet, de mieux saisir l’usage de ces dispositifs par les jeunes, ce sont leurs positions au sein de ces institutions. Par exemple, au centre d’animation jeunesse du ministère, les participants aux cours gratuits ou aux activités de camping, les jeunes venant régulièrement au centre pour socialiser sont tous considérés comme des bénévoles. Ils ne font pourtant que participer à un cadre plus vaste organisé pour eux sans qu’ils aient leur mot à dire. Les jeunes du centre n’ont pas de pouvoir de décision ni d’autonomie. Quant à l’ONG, formellement, les jeunes bénévoles n’ont pas voix au chapitre en son sein. Mais en même temps, ceux-ci sont à l’initiative d’activités et de projets. Même s’ils privilégient leur développement personnel et sont à la recherche d’opportunités de carrière et de contacts, le manque de contrôle dans l’organisation leur permet de s’autonomiser. Le dernier cas de bénévolat, celui du centre d’animation jeunesse de la municipalité, est également influencé par la professionnalisation du secteur, tant sur le plan financier qu’idéologique. Mais, dans le même temps, il s’agit d’une structure créée par un parti d’opposition, reflétant sa condition et ses calculs politiques. En dépit des contraintes politiques et financières, les bénévoles ainsi que les jeunes animateurs jeunesse professionnels sont plus autonomes dans ce cadre que dans les deux autres, même si cela semble résulter, outre les facteurs cités précédemment, d’un manque de contrôle.

15Même s’il existe de nombreuses différences, dans les trois dispositifs de participation, les jeunes bénévoles bénéficient des ressources relativement importantes qui leur sont offertes. La plupart des participants semblent profiter de la gratuité des cours, de l’espace de socialisation et des activités de camping. Même si les bénévoles de l’ONG ont une attitude plus entrepreneuriale, recherchant activement opportunités et contacts, tout en cherchant également à s’autonomiser, ils ne se permettent de critiquer ouvertement l’ONG et son administration que lorsqu’ils sont en dehors de celle-ci – ce qui est arrivé à certains d’entre eux lors d’un différend politique pendant notre travail de terrain. Ainsi, il est possible de dire qu’à travers leur engagement, ils tendent à reproduire les tendances carriéristes et au développement personnel qui prédominent dans ces milieux.

16Les trois jeunes avec lesquels nous avons réalisé des entretiens biographiques sont de bons exemples de la façon dont les jeunes mettent à profit leur engagement pour leur développement personnel et leurs carrières futures.

17Hakan, 25 ans, est né dans la région sud-est de la Turquie, où il a vécu jusqu’à ce qu’il commence ses études supérieures. Étudiant, il a suivi de nombreux cours au centre d’animation jeunesse du ministère. Après avoir obtenu son diplôme, il a été recruté sur un poste qui s’était ouvert.

18Salih, 23 ans, né à Mersin, est venu à Eskişehir pour ses études supérieures. Il étudie l’économie à l’université Anadolu et n’est pas encore diplômé. Il a été recruté comme animateur au centre municipal d’animation jeunesse après avoir été formateur bénévole dans ce même centre pendant six ans.

  • 3  Service volontaire européen (NdT).

19Narin, 21 ans, née à Eskişehir, est en troisième année de sciences politiques et relations internationales à l’université Osmangazi. Elle a de grandes ambitions pour l’avenir et souhaite travailler aux Nations unies. Bénévole active de l’ONG depuis sept ans, elle est également la coordinatrice bénévole du programme SVE3, qui est mené par la section jeunesse de l’ONG. Elle a passé l’été précédent au Royaume-Uni, où elle a fait un stage dans une ONG.

20Si les jeunes cherchent à rendre leur participation significative du point de vue de leur développement personnel et de leur carrière, ils ont aussi tendance à créer du sens et des valeurs nouvelles ; en d’autres termes, ils essaient de s’ouvrir un espace. C’est une tendance que nous avons pu observer dans nos trois cas, à des degrés différents, puisque les jeunes semblent adopter des « tactiques », en référence à Michel de Certeau (1984), et utiliser les failles du système, ces failles étant présentes à différents degrés. En particulier, les bénévoles et les jeunes professionnels du centre municipal d’animation jeunesse, même s’ils exercent leurs activités dans un espace créé par la municipalité et par les « adultes », tentent de conquérir un espace d’autonomie au sein de ce centre. Par exemple, les formateurs bénévoles, dont les motivations sont plutôt d’ordre professionnel au départ, créent progressivement du sens et des valeurs nouvelles à partir de leurs activités. Les jeunes animateurs professionnels du centre, qui doivent répondre à leurs supérieurs de la municipalité et organiser leurs activités de jeunesse dans une perspective complémentaire à l’éducation et orientée vers le marché du travail, ont également commencé à organiser d’autres activités, comme un marché du troc.

21La reconstruction, en tant que « processus biographique » (Walther et Lüküslü, 2021), de la participation des jeunes, permet justement de réfléchir non seulement aux raisons pour lesquelles les jeunes s’impliquent, mais également à ce qui les incite à demeurer engagés dans ces structures de participation. Leur principale raison de demeurer impliqués est d’ordre émotionnel, elle est liée à ce qu’ils ressentent au sein des dispositifs dans lesquels ils s’engagent et aux amitiés qu’ils y nouent. Ainsi, ces dispositifs de participation deviennent également des lieux de socialisation et d’apprentissage par les pairs. Hakan, par exemple, animateur au centre d’animation jeunesse du ministère, raconte comment il a commencé puis continué à travailler dans ce centre :

Je ne connaissais pas Eskişehir. Quand je suis arrivé, j’ai décidé de chercher à m’améliorer au lieu de seulement profiter de la vie sociale. On est toujours conscients d’avoir des choses à rattraper. J’ai suivi des cours gratuits dispensés par les administrations locales dans différents établissements. C’est ainsi que j’ai découvert le centre d’animation jeunesse du ministère. Je suis allé à des cours de Photoshop, de diction. J’ai appris l’existence de ces lieux par mes amis, puis j’ai découvert d’autres activités sur les affiches. Je me suis fait beaucoup d’amis ici.

22De son travail en tant qu’animateur jeunesse (selon la terminologie du centre, les animateurs jeunesse sont appelés « leaders de la jeunesse »), il dit :

Je venais déjà souvent au centre d’animation jeunesse. L’idée de devenir un leader de la jeunesse m’a plu, car je sentais que je pourrais faire un travail utile. S’occuper des jeunes, leur offrir des opportunités, c’est très satisfaisant. Je sentais que j’avais envie d’aider.

23De la même façon, Salih, qui a commencé à travailler comme bénévole au centre municipal d’animation jeunesse, puis comme animateur jeunesse, raconte à quel point il s’était approprié le centre et savait presque tout de son fonctionnement, même en tant que bénévole :

J’étais déjà comme quelqu’un qui travaille ici. Il n’y a pas eu de formation ou quoi que ce soit… Je connaissais tout du centre, de la procédure officielle d’envoi du courrier au nettoyage des toilettes. Je sais où se trouve le papier toilette, vraiment.

24Salih explique également tout ce qu’il a appris grâce à son expérience au centre d’animation jeunesse, mais aussi combien il aime y socialiser :

J’ai rencontré un tas de gens différents au centre d’animation jeunesse, j’ai un environnement social très large grâce au centre. J’ai appris ce qu’est le travail de jeunesse, qu’il existe un domaine spécifique dédié à la jeunesse. Jusque-là, je ne savais pas qu’il existe des droits des jeunes, une politique de jeunesse ou des besoins spécifiques des jeunes…

25On observe ainsi que dans ces trois dispositifs de participation, au sein desquels les jeunes disposent de pouvoirs limités, ce qui incite les jeunes à demeurer impliqués est étroitement lié au fait qu’ils y ont des amis et y font des rencontres, ce qui leur permet de poursuivre leurs activités de développement personnel et de se doter d’atouts supplémentaires pour leurs carrières futures.

*
**

26Notre recherche montre que, bien que les trois dispositifs de participation étudiés aient une certaine structure et soient dirigés par des adultes, les jeunes essaient de s’y ouvrir un espace (même limité) et de les mettre à profit. Ce qu’ils apprennent est lié à leurs expériences émotionnelles et à leur volonté de demeurer impliqués, ce qui leur permet de poursuivre leur engagement, de l’utiliser de différentes manières et d’apprendre de cette expérience. Il est donc important de ne pas se concentrer seulement sur l’éducation des jeunes en tant que processus descendant et sur l’enseignement des compétences nécessaires, mais de réfléchir à des moyens de leur ouvrir des espaces qui leur permettent de socialiser avec leurs pairs et d’apprendre de leurs expériences. Comme le soulignait Paulo Freire, le grand nom de la pédagogie critique, il est nécessaire de passer du modèle d’éducation dit « bancaire » à une éducation « dialogique et posant les problèmes » (Freire, 2006). Le modèle bancaire de l’éducation implique un acte de dépôt, dans lequel « les élèves sont les dépositaires et l’enseignant est le déposant » (ibid.). Dans cette conception de l’éducation, le rôle assigné aux élèves est passif et n’implique que le fait de « recevoir » des connaissances. Or, la connaissance « n’émerge que par l’invention et la réinvention, par l’enquête agitée, impatiente, continue et pleine d’espoir que les êtres humains poursuivent dans le monde, avec le monde et les uns avec les autres » (ibid.). Il est certainement très important de développer une telle conception de la participation/de l’éducation non formelle, car celle-ci peut avoir tendance à adopter un modèle bancaire de l’éducation. Il est également important de développer une conception similaire pour analyser l’apprentissage par l’engagement. L’apprentissage devrait être abordé de manière dialogique et les jeunes devraient être considérés comme des participants actifs. Leur point de vue est important pour mettre en lumière ce qu’ils apprennent par l’engagement.

Haut de page

Bibliographie

DE CERTEAU M. (1984). The Practice of Everyday Life. Trad. Steven Rendall. Berkeley : University of California Press.

FREIRE P. [1970] (2006). Pedagogy of the Oppressed. New York : Continuum.

LÜKÜSLÜ D. (2009). Türkiye’de « Gençlik Miti »: 1980 Sonrası Türkiye Gençliği. Istanbul : İletişim Yayınları.

LÜKÜSLÜ D. et OSMANOĞLU B. (2018). « Youth work in Turkey: A sector newly emerging and marked by political competition ». Social Sciences, vol. 7, no 31. https://doi.org/10.3390/socsci7020031

LÜKÜSLÜ D. et OSMANOĞLU B. (à paraître en 2022). « Professionalization of youth volunteering: Some findings from a youth centre in Turkey ». In Z. Bečevič et B. Andersson (eds), Youth Participation and Learning: Critical Perspectives on Citizenship Practices in Europe. Switzerland AG : Springer.

TUIK (2020). İstatistiklerle Gençlik 2020 [Statistiques sur la jeunesse 2020]. Ankara : TUIK.

WALTHER A., BATSLEER J., LONCLE P. et POHL A. (eds). (2019). Young People and the Struggle for Participation: Contested Practices, Power and Pedagogies in Public Spaces. London : Routledge.

WALTHER A. et LÜKÜSLÜ D. (2021). « Who are the young people who engage as youth representatives? Routes into formal youth participation ». Youth and Globalization, vol. 3, no 1, p. 195-214.

Haut de page

Notes

1Youth work dans le texte original (NdT).

2  Pour en savoir plus, voir Walther et al. (2019).

3  Service volontaire européen (NdT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Demet Lüküslü et Berrin Osmanoğlu, « Apprendre par l’engagement : étude de trois dispositifs de travail de jeunesse en Turquie »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 88 | 2021, 125-134.

Référence électronique

Demet Lüküslü et Berrin Osmanoğlu, « Apprendre par l’engagement : étude de trois dispositifs de travail de jeunesse en Turquie »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 88 | décembre 2021, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/11681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.11681

Haut de page

Auteurs

Demet Lüküslü

Demet Lüküslü est professeure de sociologie à l’Université Yeditepe d’Istanbul, en Turquie, dont elle dirige le département de sociologie. Elle a obtenu son doctorat en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris, en 2005. Experte en recherche qualitative, elle s’intéresse particulièrement aux études sur la jeunesse, les mouvements sociaux, la sociologie de la vie quotidienne et les études de genre. Elle a contribué à des projets financés par l’Union européenne sur la participation des jeunes, tels que Partispace (Horizon2020 2015-2018), Partibridges (Erasmus+ 2019-2021) et Ouye (Erasmus+ 2021-2023). Courriel : dlukuslu[at]yeditepe.edu.tr

Articles du même auteur

Berrin Osmanoğlu

Berrin Osmanoğlu est doctorante en sciences politiques à l’Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis et affiliée au Centre de recherches politiques et sociologiques de Paris. Elle a été maîtresse de conférences en sciences politiques à l’Université Bahçeşehir d’Istanbul (Turquie) et à l’Université Paris-VIII, France. Ses domaines d’intérêt comprennent les institutions politiques, la politique des partis, la démocratisation et le nationalisme. Elle a également contribué en tant que chercheuse au projet financé par l’Union européenne sur la participation des jeunes, Partispace. Courriel : berrin.osmanoglu[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search