Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89Actualité internationaleLe point sur l’actualité internat...L’essor contrasté de l’enseigneme...

Actualité internationale
Le point sur l’actualité internationale

L’essor contrasté de l’enseignement supérieur au Burundi

Françoise Tuyisenge
p. 19-23

Texte intégral

1À sa naissance en 1964, l’université du Burundi comptait 53 étudiants. En 1990-1991, les effectifs inscrits étaient de 3 554 pour une capacité d’accueil de 3 000 étudiants. Cette contrainte s’ajoutant au déficit budgétaire des années 1980, le gouvernement autorise l’investissement privé en 1995.

2L’université burundaise connaît une forte expansion dès les années 2000, due au développement des premières universités privées. Le nombre d’étudiants va plus que doubler en huit ans, passant de 19 215 en 2004-2005 à 44 887 en 2012-2013. Dès 2017, plus de 70 % des 41 869 étudiants sont inscrits dans le privé. Le taux d’enrôlement féminin est de 19 %.

La question des coûts

3Malgré son offre croissante et la massification des effectifs qui s’est ensuivie, la question de l’accès à l’université continue à se poser pour certains groupes d’étudiants. Dans les années 1980, avec l’avènement des programmes d’ajustement structurel, l’université burundaise, comme les autres universités africaines, commence à affronter ses premières crises majeures. La politique de partage des coûts ne favorise pas tous les parents d’étudiants. Jusqu’en 2000, en effet, l’enseignement supérieur au Burundi est totalement public et gratuit. L’État finance seul l’enseignement supérieur et la contribution des parents est quasi nulle (Masharabu et al., 2017). C’est à la naissance des institutions supérieures privées en 1999 que les parents commencent à payer les études de leurs enfants.

4Or le contexte social burundais reste peu favorable à l’éducation, de façon générale, du fait de l’extrême pauvreté de la population. En 2014, près de deux Burundais sur trois ne parvenaient pas à satisfaire leurs besoins alimentaires et non alimentaires (Enquête sur les conditions de vie des ménages au Burundi, 2013-2014).

  • 1  Le minerval (ou écolage) payable se situe entre 150 000 Fbu (63 euros) et 300 000 Fbu par trimestr (...)
  • 2  Cette enquête par entretiens et questionnaires a été conduite dans le cadre de notre thèse de doct (...)
  • 3  Décret n° 100/18 du 1er février 2017 portant réorganisation du système de gestion des bourses d’ét (...)

5Aussi l’enseignement supérieur reste-t-il très coûteux, au regard du niveau de vie de la population, en particulier en milieu rural. Le coût de formation et, le plus souvent, l’ensemble des coûts de fonctionnement des universités, répercutés en totalité sur les étudiants, sont une barrière à l’accès. Ces universités profitent en grande partie aux familles en milieu urbain, qui sont en mesure de payer les frais d’inscription et du minerval1 de leurs enfants. Ce coût élevé lié à la formation supérieure est à mettre en relation avec l’estimation de la contribution des familles à l’éducation, qui indique que, malgré le prêt-bourse, continuent de subsister des frais liés à la fois à la location du logement, aux déplacements, à la communication, à la nourriture, etc. Plus de 60 % des répondants à une enquête que nous avons menée, bénéficiaires de ce prêt-bourse, ont indiqué que ce dernier ne couvre pas les frais mensuels2. Le montant de ce prêt-bourse, instauré en 20173, s’élève à 180 000 Fbu (78 euros). Il est octroyé par trimestre aux étudiants bénéficiaires et est remboursable sans intérêt à la fin de leur cursus académique. Contrairement à la bourse, qui était auparavant accordée à tout étudiant du public ou privé éligible, seuls les étudiants du public perçoivent désormais le prêt-bourse. Une ordonnance conjointe des ministères de l’enseignement supérieur et des finances de mars 2018 stipule que le prêt-bourse est accordé sur demande écrite au ministère en charge de l’enseignement supérieur une seule fois pour un cycle de formation et pour une seule filière. Pour l’obtenir, le candidat doit d’abord signer un contrat annuel et renouvelable, précisant les obligations de chaque partie.

Les contraintes portant sur le choix des études supérieures

6Trente-six pour cent des répondants à notre questionnaire font état d’une orientation « forcée ou contrainte » dans une faculté ou institut qui n’est pas de leur choix, d’où des mécontentements conduisant fréquemment à des abandons ou à des échecs. D’autres ont rencontré des difficultés pour trouver des filières ou instituts où s’inscrire, en raison d’un manque d’adéquation avec leurs parcours dans le secondaire. Le manque d’information constitue aussi un frein à une meilleure orientation académique. Certains étudiants ont déclaré n’avoir reçu aucune information en amont de l’inscription dans une université. Enfin, pour certaines disciplines telles que la médecine, les sciences de l’ingénieur et les statistiques, une sélection est opérée à l’entrée. Le coût lié à la passation de ces tests est un handicap pour certains lauréats du secondaire désireux de suivre ces formations.

L’inégale répartition de l’offre universitaire et ses effets

7L’offre universitaire est inégalement répartie dans les provinces. Sa distribution territoriale reflète une géographie sociale révélatrice d’inégalités. Les universités se concentrent dans les centres urbains, en raison des capacités financières des étudiants et de la disponibilité du corps enseignant. Une très grande concentration s’observe dans la capitale, Bujumbura, avec plus de 90 % des universités et instituts, alors que d’autres provinces sont moins bien dotées, bien que certaines universités aient essayé d’y ouvrir des campus. Cela constitue un énorme défi pour les étudiants issus du milieu rural, qui s’inscrivent à plus de 80 % dans les universités publiques.

8Au Burundi, la scolarisation supérieure est caractérisée par un problème d’accessibilité sociale. Depuis 1998-1999, le gouvernement a décidé de généraliser l’externat pour tous les étudiants nouvellement admis à l’université du Burundi. Or cette mesure sanctionne les étudiants non boursiers et issus du milieu rural qui n’ont pas de famille d’accueil dans la capitale. La paupérisation de la majeure partie de la population, surtout rurale, est de plus en plus marquée. Pour les familles de ces étudiants, il est difficile d’apporter l’appui financier nécessaire, d’autant que le montant des prêts-bourses ne permet pas de combler les besoins mensuels.

Les inégalités d’accès liées au genre

9Une autre forme de disparité est liée au genre. La parité fille/garçon a tendance à diminuer en fonction des niveaux de scolarité. Au niveau primaire, on enregistre plus de filles que de garçons, mais au secondaire, le taux de déperdition des filles est considérable. Le pourcentage de scolarisation des filles au niveau supérieur reste extrêmement faible par rapport à celui des garçons. En 2017-2018, elles représentaient 38 % des effectifs inscrits dans le supérieur, et seulement 21 % dans les établissements publics (RESEN, 2020). Les filles sont en revanche relativement mieux représentées dans les universités privées, où elles avoisinent 44 % des effectifs. Les études disponibles mentionnent, parmi les facteurs d’explication, les mariages précoces, les pesanteurs culturelles, l’éloignement des universités, etc. Les filles sont aussi plus représentées dans les filières sociales et littéraires que dans les filières scientifiques.

Un paradoxe apparent

10Compte tenu du coût des études dans le secteur privé, l’importance des effectifs inscrits dans le privé par rapport au public pourrait surprendre. Actuellement, on dénombre plus de cinquante universités et instituts sur tout le territoire, dont une seule université publique avec sept campus. Comme l’accès à l’enseignement supérieur public est très sélectif et que la capacité d’accueil y est faible (3 000 étudiants), nombreux sont les étudiants à s’inscrire dans le privé. Avant 2018, la bourse d’études pouvait leur être octroyée. Au Burundi, contrairement aux autres pays de la sous-région africaine où l’enseignement supérieur public a connu une plus grande expansion que le privé, ces dernières années, c’est plutôt le privé qui a proliféré.

Perspectives actuelles

11L’accès à l’université burundaise reste socialement très différencié, et certaines caractéristiques des étudiants (niveau socio-économique, origine urbaine/rurale et géographique, genre) sont sources de privilèges ou constituent des limitations d’accès.

12Dans le but d’accroître l’accès à l’enseignement supérieur dans les territoires les plus reculés, les universités ont tenté de décentraliser certaines filières et d’en créer de nouvelles. L’université publique du Burundi, la seule du pays jusqu’en 1999, a ainsi créé récemment deux nouveaux campus dans les provinces de Bubanza et Cankuzo : le campus Nyamugerera abrite depuis mars 2019 l’Institut des statistiques appliquées, et le campus Buhumuza, opérationnel depuis février 2020, a ouvert un Institut d’administration et de cartographie foncière avec actuellement 370 étudiants, dont 70 filles. Pour plus d’efficacité, ce campus a déjà noué des partenariats avec des institutions universitaires de la région, comme l’université de Kisangani, en République démocratique du Congo, pour l’enseignement à distance. En outre, un mémorandum d’entente est en passe d’être signé entre Ardhi University, basée en Tanzanie, et l’université du Burundi. L’institut de Buhumuza ouvrira bientôt des départements de géomatique et de géodésie ainsi que d’aménagement du territoire et valorisation du sol. L’université privée des Grands Lacs, quant à elle, compte actuellement cinq campus, dont trois dans les provinces de Bururi, Makamba et Rutana.

13Différents défis et contraintes de ces établissements ont trait essentiellement aux ressources académiques, financières et humaines. Le démarrage a été difficile. Pour le moment, le campus Buhumuza dispose d’assez de locaux, dont le bloc administratif, les auditoriums, une salle informatique, une bibliothèque, etc. Néanmoins, il manque le matériel nécessaire pour équiper le laboratoire du système d’information géomatique. Il manque également des bancs pupitres, ce qui pose des problèmes pour les examens. L’institut de Buhumuza compte seulement six professeurs permanents. D’autres professeurs des facultés de droit, d’économie, des sciences de l’ingénieur et d’agronomie viennent de temps en temps dispenser des cours ou interviennent en visioconférence. Certains campus des universités privées louent à l’extérieur des salles de cours inadaptées. Le budget insuffisant de ces institutions est utilisé pour financer la plupart des coûts de fonctionnement, délaissant les investissements (Tuyisenge, 2020). Enfin, le secteur public et le secteur privé se partagent un corps enseignant vieillissant et peu qualifié. L’on constate ainsi une absence de démarcation ou une hybridation entre le public et le privé au Burundi, avec plus de 90 % des professeurs employés dans le privé venant du public.

14Pour faire face à cette situation, le gouvernement a mobilisé certains leviers visant le développement du privé et l’amélioration de la qualité dans le public, avec la création de l’école doctorale à l’université du Burundi ainsi que des écoles d’excellence. Cette école doctorale, créée en 2017, a notamment pour objectif d’assurer la relève académique. Parmi les mesures prises pour encourager le privé figurent l’exonération des frais de location sur les parcelles et des frais d’enregistrement des titres de propriété, l’exonération des droits de douane et de transaction sur les matériaux de construction, le matériel didactique, les produits de laboratoire, les manuels ainsi que l’octroi de bourses d’études aux étudiants régulièrement inscrits à temps plein dans le privé.

Quelques données de base pour le Burundi

Superficie

27 834 km2

Population totale

12,3 millions d’habitants

Langues d’enseignement

Kirundi, français et anglais

Capitale économique

Bujumbura

Croissance démographique

2,4 %

Taux de pauvreté

66 %

Indice synthétique de fécondité

5,5

Population scolarisable

6,2 millions (0-24 ans)

Taux brut d’admission au primaire, 2019

121 %

Taux brut de scolarisation au fondamental, 2019

89 %

Taux d’achèvement au fondamental

39 %

Nombre d’étudiants dans le supérieur, 2017-2018

41 869, dont 15 917 filles

Bourses d’études et de stages, 2016

32 % des dépenses courantes de l’Enseignement supérieur

Dépenses d’investissement dans l’éducation (en millions de Fbu, 2018)

1 654

PIB réel (milliards de Fbu, base 2005)

1 816,9

Haut de page

Bibliographie

JACKSON T. (2001). L’égalité d’accès à l’éducation. Un impératif pour la paix au Burundi. London : International Alert.

HENAFF N. et LANGE M.-F. (2011). « Inégalités scolaires au Sud : transformation et reproduction ». Autrepart, vol. 59, no 3, p. 3-18.

MASHARABU T. et al. (2017). « La recherche-développement à l’université du Burundi : bilan, défis et perspectives ». RUFORUM Working Document Series, no 15, p. 121-130. http://repository.ruforum.org

Rapport d’État sur le système éducatif burundais (RESEN), UNESCO.

République du Burundi. Enquête sur les conditions de vie des ménages Burundi, 2013-2014.

TUYISENGE F. (2020). « The higher education functional crisis: A case of the University of Burundi ». International Journal of Humanities and Social Science, vol. 10, no 12. Doi : 10.30845/ijhss. v10n12p15

Haut de page

Notes

1  Le minerval (ou écolage) payable se situe entre 150 000 Fbu (63 euros) et 300 000 Fbu par trimestre selon les universités, les filières et les moments d’apprentissage : cours du jour et cours du soir (plus chers). Cela s’ajoute aux frais d’inscription annuels (10 000 à 20 000 Fbu selon les universités).

2  Cette enquête par entretiens et questionnaires a été conduite dans le cadre de notre thèse de doctorat. Le questionnaire en ligne était destiné à une centaine d’étudiants de trois facultés des trois universités burundaises (250 étudiants sur 300 sollicités y ont répondu). Les répondants de l’université du Burundi, éligibles aux prêts-bourses, étaient ceux de la faculté de psychologie et sciences de l’éducation.

3  Décret n° 100/18 du 1er février 2017 portant réorganisation du système de gestion des bourses d’études et de stage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Tuyisenge, « L’essor contrasté de l’enseignement supérieur au Burundi »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 89 | 2022, 19-23.

Référence électronique

Françoise Tuyisenge, « L’essor contrasté de l’enseignement supérieur au Burundi »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 89 | avril 2022, mis en ligne le 01 avril 2023, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/11965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.11965

Haut de page

Auteur

Françoise Tuyisenge

Françoise Tuyisenge prépare son doctorat en sciences politiques et sociales en cotutelle entre l’université du Burundi et l’université de Liège (Belgique). Elle est économiste de formation mais sa thèse relève des sciences sociales sur les questions d’enseignement supérieur burundais. Elle est chercheuse à l’Institut des sciences sociales de l’université de Liège et au Centre universitaire pour la recherche et le développement social du Burundi. Elle enseigne à temps partiel dans les universités burundaises et a travaillé pour le gouvernement burundais dans une structure en charge du suivi des réformes économiques et sociales. Courriel : ftuyisenge550[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search