Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89Actualité internationaleNotes de lectureAbdeljalil Akkari, Magdalena Fuen...

Actualité internationale
Notes de lecture

Abdeljalil Akkari, Magdalena Fuentes, Repenser l’éducation. Alternatives pédagogiques du Sud

UNESCO, 2021, 162 p. [en ligne] https://bit.ly/3Je9CBz
Bernadette Plumelle
p. 37-39
Référence(s) :

Abdeljalil Akkari, Magdalena Fuentes, Repenser l’éducation. Alternatives pédagogiques du Sud, UNESCO, 2021, 162 p. [en ligne] https://bit.ly/3Je9CBz

Entrées d’index

Géographique :

Afrique, Amérique du Sud, Asie

Palabras claves:

pedagogía, modelo educacional
Haut de page

Texte intégral

1Ce rapport dédié aux pédagogies du Sud propose « une décentration par rapport aux orientations dominantes de l’éducation et de la pédagogie ». Les systèmes éducatifs actuels sont en crise. Ils pourraient trouver dans les concepts et chez les penseurs de l’éducation des continents asiatique, africain et sud-américain d’autres modèles éducatifs. Avec la crise climatique et l’inquiétude qu’elle suscite au niveau mondial, les savoirs autochtones ont gagné en crédibilité et sont étudiés dans des secteurs comme la médecine, la botanique ou l’agriculture. Les pédagogies du Sud peuvent également être source d’inspiration.

2La circulation des idées pédagogiques dans le monde s’effectue essentiellement du Nord vers le Sud. En introduction, les auteurs font un détour historique sur la forme scolaire présente d’abord dans les sociétés européennes, diffusée ensuite en Amérique du Nord et du Sud puis en Asie et enfin en Afrique, en particulier depuis les indépendances. Ce modèle s’est imposé au xxe siècle, rejetant de facto les traditions éducatives anciennes des cultures confucéenne, bouddhiste, hindoue ou islamique. Mais d’autres modes de pensée et d’éducation existent ; les savoirs autochtones sont présentés ici comme un héritage pédagogique riche de possibilités pour la pédagogie et l’éducation du xxie siècle.

  • 1  Actuel secrétaire général de la Conférence des ministres de l’éducation des États et gouvernements (...)

3Le rapport, organisé en deux parties, passe en revue plusieurs concepts puis s’attache à quelques pédagogues représentatifs de conceptions et idéologies des continents du Sud. La responsabilité collective de l’éducation au sein de la société et l’amalgame entre savoirs sacrés et profanes se retrouvent généralement dans les modes de pensée des peuples autochtones. Deux chapitres sont consacrés à des concepts propres aux populations autochtones sud-américaines ou aux sociétés africaines. Le professeur Abdel Rahamane Baba-Moussa1 expose ainsi le concept africain d’ubuntu, « philosophie du vivre-ensemble sur la base de l’attention et du respect, qui se construit grâce à la conviction que les actions d’un individu ont un impact sur les autres, et inversement, ce qui conduit à la notion de responsabilité mutuelle ». En Amérique du Sud, le Buen Vivir, notion issue de la résistance des mouvements autochtones, conçoit la nature (Terre-mère ou Pachamama) comme un tout dans lequel les êtres humains et l’environnement sont indissociables. Deux systèmes éducatifs l’ont introduit dans leur politique éducative : la Bolivie a voulu l’appliquer dans le cadre d’une réforme (2010) ; l’Équateur a mis en place en 2008 un Plan national du Buen Vivir.

4Le bouddhisme, à la fois religion et philosophie de vie, comporte des dimensions pédagogiques et éducatives dont certaines sont examinées avec intérêt par les systèmes éducatifs du Nord. Axées sur le développement personnel et spirituel de la personne, certaines pratiques comme la méditation ont inspiré des modes d’apprentissage pour amener les élèves à prendre conscience de leurs processus mentaux. Des recherches ont mesuré les effets positifs de ces pratiques sur le stress ou les comportements violents des élèves. Autre application pratique au Bhoutan, où les principes et les valeurs du BNB (« bonheur national brut ») ont été introduits dans les écoles, qui doivent les intégrer explicitement aussi bien dans le curriculum que dans les activités parascolaires.

5Après ce tour d’horizon, la seconde partie du rapport s’attache à plusieurs figures qui ont marqué l’histoire éducative de ces continents, en diffusant des visions alternatives de l’éducation. L’Indien Jiddu Krishnamurti considère le bien-être de l’individu comme une valeur centrale en rejetant l’esprit de compétition ; pour lui, la liberté psychologique prime sur l’acquisition du savoir. Sa philosophie de l’éducation s’est disséminée dans le monde et il existe de nombreuses écoles s’en inspirant en Inde, aux États-Unis, au Canada ou encore au Royaume-Uni.

6Des penseurs africains remettent en question l’école postcoloniale en Afrique. L’écrivain Cheikh Hamidou Kane et l’historien Joseph Ki-Zerbo déplorent chacun la perte des savoirs autochtones, l’étouffement de la diversité culturelle et linguistique, l’exclusion des langues et cultures au profit d’une forme occidentalisée de l’école. Il y a, pour eux, une sous-utilisation des ressources de connaissances locales dans le développement du continent. L’action de Julius Nyerere, premier président de la République du Tanganyika, est également évoquée, en raison de la forte empreinte qu’il a laissée sur les politiques éducatives en Tanzanie et plus généralement en Afrique, en menant une critique radicale de l’éducation formelle et en imposant un autre modèle.

7Le Brésilien Paulo Freire a diffusé sa philosophie de l’éducation bien au-delà du continent sud-américain. Selon lui, il n’y a pas d’éducation socialement neutre. Il prône une éducation dans laquelle les opprimés deviennent leurs propres pédagogues. Dans les pays du Sud, sa pensée est mobilisée dans l’éducation rurale, l’alphabétisation et la formation des adultes.

8Une fois ces personnalités passées en revue, l’ouvrage cherche à distinguer de nouveaux modèles d’apprentissage pour une « autre école » : vision holistique de l’apprenant et du savoir, proximité avec la nature et reconnaissance de celle-ci en tant que sujet et non objet, prise en compte de toutes les facettes de l’apprenant, aussi bien cognitives qu’affectives ou spirituelles.

9Pour l’Unesco, il existe dans les sociétés du Sud des concepts nationaux/locaux/traditionnels qui promeuvent des idées similaires à celles de l’éducation à la citoyenneté mondiale, l’un des concepts phares de l’Agenda international Éducation 2030. Il y aurait donc une convergence entre des savoirs des pays du Sud ignorés des pays développés et les objectifs portés par les organisations internationales. Les auteurs du rapport plaident ici pour un processus d’adaptation et de transformation entre la pensée éducative occidentale et les traditions éducatives du Sud, pour aboutir à une pédagogie hybride et contextualisée.

10Les savoirs autochtones et les pédagogies mises en œuvre dans les sociétés du Sud sont très largement ignorés. L’une des vertus de ce rapport est de nous proposer une initiation à certains de ces concepts et courants d’idées. Une bibliographie (14 p.) très complète invite à approfondir ces modes de pensée méconnus. Mais le lecteur reste parfois sur sa faim, particulièrement lorsque sont discrètement évoqués les systèmes éducatifs qui ont cherché à se distinguer de la forme scolaire occidentale. On aurait aimé en savoir davantage sur les succès et les échecs de la mise en œuvre de ces politiques éducatives.

Haut de page

Notes

1  Actuel secrétaire général de la Conférence des ministres de l’éducation des États et gouvernements de la Francophonie (Confemen).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Plumelle, « Abdeljalil Akkari, Magdalena Fuentes, Repenser l’éducation. Alternatives pédagogiques du Sud »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 89 | 2022, 37-39.

Référence électronique

Bernadette Plumelle, « Abdeljalil Akkari, Magdalena Fuentes, Repenser l’éducation. Alternatives pédagogiques du Sud »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 89 | avril 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ries/12064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.12064

Haut de page

Auteur

Bernadette Plumelle

Bernadette Plumelle est ingénieure de recherche (H) et membre du comité de rédaction de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. Courriel : bernadette.plumelle[at]hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo France Education international
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search