Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89Actualité internationaleNotes de lectureMichael J. Sandel, La tyrannie du...

Actualité internationale
Notes de lecture

Michael J. Sandel, La tyrannie du mérite

Albin Michel, 2021.
Bernadette Plumelle
p. 39-41
Référence(s) :

Michael J. Sandel, La tyrannie du mérite, Albin Michel, 2021 (traduction Astrid von Busekist)

Texte intégral

1Michael J. Sandel, professeur de philosophie politique à Harvard, livre ici une critique radicale de l’idéal méritocratique largement partagé par nos sociétés. L’ouvrage s’ouvre sur le rappel d’un scandale survenu aux États-Unis en 2019, lorsque des parents fortunés furent accusés d’avoir participé à une tricherie en déboursant des sommes considérables pour faire admettre leurs enfants dans des universités américaines prestigieuses, violant ainsi le principe d’une admission des étudiants selon leurs capacités et talents.

2L’éthique méritocratique, en rupture avec le modèle des sociétés traditionnelles dans lesquelles les positions sociales et la richesse étaient héritées, est une promesse d’égalité des chances qui permet à chacun d’aller aussi loin que ses talents et son travail le lui permettent. L’amélioration des conditions d’accès à l’enseignement supérieur pour tous sans barrière de race, de sexe ou d’origine sociale a été présentée par les partis politiques aux États-Unis comme la porte d’entrée pour une vie meilleure. L’auteur revient aux années 1990 et 2000 pour mettre en évidence les slogans qui saturent les discours des partis politiques républicain et démocrate de l’époque : « Ils doivent aller aussi loin que leurs talents les portent » (R. Reagan) ; « Nous pensons que tout le monde devrait pouvoir aller à l’université, car ce que vous gagnez dépend de ce que vous apprenez » (B. Clinton) ; « Si vous essayez, vous le pouvez » (B. Obama).

3L’enseignement supérieur américain est considéré par Michael J. Sandel comme le centre de l’aspiration méritocratique depuis les années 1950 et 1960. Dans les années 1940, James Conant, président de l’université de Harvard, a voulu mettre en pratique l’égalité des chances. Pour sélectionner les lycéens les plus prometteurs, quelle que soit leur origine familiale, il a mis en place le test SAT (Scholastic Aptitude Test) pour mesurer l’intelligence du candidat. Le test, considéré comme impartial, est repris dans toutes les universités afin que ceux qui sont admis soient les plus capables. Les universités développent aussi des politiques d’aides, afin que les élèves prometteurs de milieux modestes puissent tenter leur chance. L’ascension sociale est au cœur du rêve américain ; les très fortes inégalités de revenu (1 % des plus riches gagnent plus que les 50 % les moins riches) sont tolérées à condition que la société et l’éducation favorisent la mobilité sociale.

4Aujourd’hui, la plupart des universités sélectionnent les candidats selon leur livret scolaire et leurs résultats aux tests SAT, même si d’autres facteurs sont pris en compte – la personnalité, les prouesses athlétiques, les activités extrascolaires. Les aides fournies par les universités et le gouvernement fédéral n’ont pas permis d’augmenter la part d’étudiants issus de familles défavorisées dans les établissements sélectifs. Les recherches montrent que les aptitudes scolaires mesurées par le SAT sont fortement corrélées à l’origine sociale et à la fortune des parents. Même sans corruption, les étudiants issus de familles aisées bénéficient d’un avantage essentiel pour accéder aux universités sélectives. Plus de 70 % des étudiants inscrits dans les établissements très compétitifs viennent de familles à hauts revenus, contre 3 % d’étudiants issus de milieux défavorisés.

5Le tableau actuel de l’enseignement supérieur américain présente une réalité inverse de ses idéaux méritocratiques. Les normes d’admission ont augmenté et le classement des universités étant de plus en plus lié à leur taux de sélectivité, les candidats font de cette sélectivité le critère déterminant de leur choix. Le soutien financier aux universités d’État décroît depuis plusieurs décennies et la dette des étudiants a atteint des sommets inégalés, soit 1,5 milliard de dollars en 2020. Cette lutte méritocratique produit une culture parentale invasive et la course au diplôme favorise le développement du tutorat privé, industrie générant des milliards de dollars. Les étudiants sont sujets à des niveaux de stress sans précédent et le taux de suicides parmi les jeunes entre 20 et 24 ans a augmenté de 36 % entre 2000 et 2017.

6Cette poursuite du diplôme a des effets destructeurs pour la société et la vie politique américaine. La culture du mérite amène les élites à mépriser les plus défavorisés, incapables selon eux d’avoir mobilisé talent et force de travail, ce point de vue étant partagé par ceux qui ont fait peu d’études et qui s’en jugent responsables. Selon l’auteur, la fracture sociale entre diplômés et non-diplômés explique l’origine du ressentiment que les classes moyennes et laborieuses nourrissent à l’égard des élites, fracture qui a engendré la montée des populismes (Brexit en 2016, élection de D. Trump en 2017).

7L’idéal méritocratique est une fausse promesse, selon l’auteur. Il rappelle la théorie de la justice du philosophe John Rawls, selon laquelle un système juste d’égalité des chances ne conduit pas à une société juste : si les individus s’affrontent dans une situation véritablement égale, les gagnants seront nécessairement ceux qui possèdent le plus de talents, or les différences de talents sont moralement aussi arbitraires que les différences de classe.

8À contre-courant de ce qui existe, l’auteur fait des propositions radicales pour le système universitaire américain : renoncer aux tests d’admission, lever l’exemption fiscale des universités privées qui n’admettent pas au moins la moitié d’étudiants issus de milieux modestes, rendre public le profil socio-économique des étudiants et le taux d’admission des enfants d’anciens diplômés de ces universités d’élite. Sandel conteste la nature même du tri et propose une solution : le tirage au sort parmi les étudiants ayant atteint un seuil satisfaisant de qualifications permettrait de soulager au moins partiellement le stress des années de lycée et d’améliorer le bien-être émotionnel des jeunes. Il propose également d’élargir l’accès aux formations en quatre ans dans les universités publiques, de soutenir davantage les colleges locaux (community colleges), l’enseignement technique et professionnel ainsi que l’apprentissage.

9Il fait également des propositions pour une revalorisation du travail. Baser la réussite sur l’obtention de diplôme a contribué à déprécier ceux qui n’en possèdent pas. L’idée que les rémunérations reflètent la valeur de chacun est, depuis plusieurs dizaines d’années, profondément enracinée dans les esprits. Déconsidérer les emplois manuels et techniques a engendré mécontentement, souffrance et désespoir chez les hommes et les femmes sans diplôme. Il faut donc, selon l’auteur, repenser le travail et restaurer l’estime de soi hors des catégories habituelles d’accès ou non à l‘université.

10Selon Sandel, les responsables politiques qui se sont succédé ces quarante dernières années aux États-Unis et en Europe ont unanimement adopté le modèle méritocratique qui promet la réalisation de soi. Mais cette promesse a une face obscure, en donnant une place centrale à la responsabilité personnelle et en faisant peser sur chacun le fardeau de ses échecs. La méritocratie est corrosive pour le bien commun car elle dévalorise les non-diplômés et sape la dignité du travail. Le philosophe invite le lecteur à reconsidérer la notion de réussite ; à repenser un système éducatif non concurrentiel et à construire un nouveau contrat social centré sur la dignité du travail et sur la participation au bien commun.

11Cet essai engagé et passionnant, d’une lecture accessible, étayé de très nombreuses références, faits et chiffres amène à se départir de la foi dans le mérite : « Peu généreux à l’égard des perdants, oppressif vis-à-vis des vainqueurs, le mérite se transforme en tyrannie. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Plumelle, « Michael J. Sandel, La tyrannie du mérite »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 89 | 2022, 39-41.

Référence électronique

Bernadette Plumelle, « Michael J. Sandel, La tyrannie du mérite »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 89 | avril 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ries/12078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.12078

Haut de page

Auteur

Bernadette Plumelle

Bernadette Plumelle est ingénieure de recherche (H) et membre du comité de rédaction de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. Courriel : bernadette.plumelle[at]hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo France Education international
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search