Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90Actualité internationaleNotes de lectureAndreea Capitanescu Benetti, Caro...

Actualité internationale
Notes de lecture

Andreea Capitanescu Benetti, Caroline Letor et Suzanne Guillemette (sous la dir. de), Les nouvelles formes de travail scolaire. Changer l’école pour la renforcer ?

Presses universitaires de la Méditerranée, 2019, 260 p.
Jean-Marie De Ketele
p. 34-36
Référence(s) :

Andreea Capitanescu Benetti, Caroline Letor et Suzanne Guillemette (sous la dir. de), Les nouvelles formes de travail scolaire. Changer l’école pour la renforcer ?, Presses universitaires de la Méditerranée, 2019, 260 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

forme scolaire

Géographique :

Suisse, Italie, France, Belgique

Palabras claves:

forma de educación escolar
Haut de page

Texte intégral

1Le concept de « forme scolaire » établi par Guy Vincent en 1980 est de plus en plus évoqué par ceux qui se penchent sur l’avenir de l’école. De grandes figures de l’éducation dans le monde1 ont tenté en vain de la faire évoluer. Les centaines de tentatives de réformes (plus de cinq cents depuis l’an 2000, selon l’OCDE) n’ont guère eu d’effets significatifs sur celle-ci, si ce n’est à la marge2. La forme scolaire va-t-elle continuer imperturbablement ainsi, la force de l’inertie étant plus puissante que celle de l’innovation et des besoins ? Ou devoir s’ouvrir, composer avec d’autres espaces d’apprentissage et d’éducation, construire de nouvelles formes hybrides ? Ce questionnement guide notre recension.

2Pour nous aider à y répondre, cet ouvrage collectif offre un corpus de douze chapitres organisés en cinq parties, selon le secteur ou l’angle d’attaque concernés. La première se centre sur l’organisation de l’institution scolaire, en dégageant d’abord les leçons à tirer des diverses réformes menées à Genève, puis en examinant les effets d’une expérimentation de modularisation de l’enseignement au sein d’un collège français, enfin en interrogeant les acteurs concernés par des classes genevoises d’accueil d’enfants vivant en contexte d’asile. La deuxième partie concerne l’organisation de la formation des enseignants à travers deux dispositifs, l’un mené dans une université d’été du secteur langues du Groupe français d’éducation nouvelle (GFEN) en France, l’autre conduit au sein de la Haute École pédagogique de Vaud ayant expérimenté la « classe renversée » (et non « inversée »). La troisième partie explore deux dispositifs qualifiés de « tiers lieux éducatifs » : le premier exploite les ressources d’interventions sociales externes auprès d’élèves québécois en difficulté d’apprentissage scolaire ; le second, encouragé par les autorités éducatives belges, permet aux enseignants volontaires de mener un travail collaboratif avec des structures externes, telles les fablabs (espaces d’échanges de ressources et de conseils) ou le MakerHUB édu de Technobel (espace d’accompagnement des enseignants dans la découverte des sciences, technologies, ingénieries et mathématiques). La quatrième partie fait état de trois dispositifs qui concernent les établissements scolaires et leur organisation : le premier étudie les effets de la mise en place d’un comité de pilotage au sein des établissements de la Belgique francophone ; le deuxième étudie pendant quinze mois la façon dont la direction et l’équipe-école organisent des dispositifs québécois de différenciation pédagogique en faveur d’élèves présentant un handicap ou des difficultés d’apprentissage ; le troisième fait de même en Belgique francophone dans le cadre du projet Décolâge, suivi pendant plusieurs années, où l’équipe de l’établissement est accompagnée par des ressources externes (les centres psycho-médico-sociaux et les acteurs intermédiaires du système scolaire). Enfin la dernière partie, organisée en deux chapitres, sert de conclusion aux coordonnateurs : l’observation de la Scuola dell’infanzia au Tessin auprès de jeunes enfants semble indiquer qu’il faudrait sortir de la schoolification de l’enseignement et adopter une approche « co-évolutive » de l’apprentissage ; l’observation des bouleversements induits par la pandémie de la Covid-19 soulève des enjeux pour le futur de l’éducation, dont le rôle joué et à faire jouer par les parents et les organisations externes à l’école et donc la création d’espaces bienveillants de collaboration entre les divers acteurs internes et externes.

3Ce riche corpus nous permet-il de répondre à nos deux questions initiales : puissance de la force d’inertie de la forme scolaire ou espoir de voir naître des dispositifs hybrides qui transforment profondément les systèmes éducatifs ?

4Si l’on examine les effets de la plupart des dispositifs expérimentaux ou des innovations rapportés dans l’ouvrage, force est de constater que si des modifications de la forme scolaire ont pu être mises en place, elles ne concernent au mieux que des publics restreints et très localisés ; de même, si des effets positifs sur le développement professionnel et la posture des acteurs sont observés, ils ne touchent que les acteurs impliqués par le dispositif ; et on peut craindre un double risque, à court terme une mise à l’écart de ces acteurs et à long terme un retour aux anciennes pratiques (parfois sous l’effet des changements de prescrits des autorités éducatives elles-mêmes, comme dans le projet Décolâge).

5Un regard un peu plus optimiste peut être porté si l’on raisonne à plus long terme et si l’on prend en compte le rôle que peuvent jouer des facteurs de l’environnement externe sur l’organisation des établissements scolaires et plus largement sur les systèmes éducatifs. Le dernier chapitre de l’ouvrage a déjà évoqué des prises de conscience liées à la pandémie de la Covid-19. D’autres bouleversements tout aussi fondamentaux se dessinent à l’horizon et sont susceptibles de continuer à contrecarrer les forces de l’inertie. Dans ce cadre, l’organisation scolaire devra se réorganiser en s’ouvrant aux opportunités externes de l’environnement et aux ressources internes qui ont déjà expérimenté des formes alternatives. C’est en ce sens qu’on tirera profit des dispositifs qui ont osé s’ouvrir à l’externe ou qui, à l’interne, ont brisé les formes d’organisation individualiste et bureaucratisée (géographique, temporelle, programmatique) qui caractérise la forme scolaire actuelle, comme le souligne Richard Étienne dans la préface.

Haut de page

Notes

1  Voir le no 79 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. https://journals.openedition.org/ries/6726

2  Voir le no 83 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. https://journals.openedition.org/ries/9237

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie De Ketele, « Andreea Capitanescu Benetti, Caroline Letor et Suzanne Guillemette (sous la dir. de), Les nouvelles formes de travail scolaire. Changer l’école pour la renforcer ? »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 90 | 2022, 34-36.

Référence électronique

Jean-Marie De Ketele, « Andreea Capitanescu Benetti, Caroline Letor et Suzanne Guillemette (sous la dir. de), Les nouvelles formes de travail scolaire. Changer l’école pour la renforcer ? »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 90 | septembre 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ries/12684 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.12684

Haut de page

Auteur

Jean-Marie De Ketele

Jean-Marie De Ketele est professeur émérite de l’Université catholique de Louvain (Belgique) et de l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, où il a créé la chaire Unesco en sciences de l’éducation (1994). Docteur honoris causa de plusieurs universités, il a présidé l’Association internationale de pédagogie universitaire ainsi que l’Association pour le développement des méthodologies de l’évaluation en éducation (ADMEE-Europe). Il préside actuellement le conseil scientifique international du Test de connaissance du français (TCF) de France Éducation international (FEI) et celui du Comité national de pilotage du projet de développement de l’enseignement des sciences et de la technologie (CNPDEST) à Dakar. Ses travaux portent principalement sur la pédagogie universitaire, sur l’évaluation des apprentissages et des systèmes éducatifs ainsi que sur l’engagement professionnel des acteurs de l’éducation et de la formation. Il dirige plusieurs collections d’ouvrages scientifiques aux éditions De Boeck et est rédacteur en chef de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. Courriel : jean-marie.deketele[at]uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo France Education international
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search