Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90Actualité internationaleNotes de lectureMark Bray et Anas Hajar, Shadow e...

Actualité internationale
Notes de lecture

Mark Bray et Anas Hajar, Shadow education in the Middle East: Private supplementary tutoring and its policy implications

Routledge, 2022, 122 p.
Thierry Chevaillier
p. 36-39
Référence(s) :

Mark Bray et Anas Hajar, Shadow education in the Middle East: Private supplementary tutoring and its policy implications, Routledge, 2022. 122 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

tutorat

Keywords:

tutoring

Géographique :

Moyen-Orient

Palabras claves:

tutoría
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir les articles de Bray et al. publiés dans la Revue internationale d’éducation de Sèvres. https (...)

1Cet ouvrage présente une analyse régionale d’un sujet déjà traité ailleurs par les auteurs, spécialistes de la question de « l’école de l’ombre1 ». Ce terme recouvre les services d’enseignement supplémentaires fournis aux élèves contre paiement, en dehors de l’école, pour améliorer leur réussite, accroître leurs chances d’accéder aux parcours qui favorisent la réussite sociale ou remédier aux insuffisances de l’enseignement scolaire.

2Après un rapide panorama de la littérature consacrée à l’école de l’ombre dans le monde, les auteurs décrivent le contexte éducatif, économique et social des pays du Moyen-Orient, la diversité des pratiques, de leur étendue et de leurs effets sur le fonctionnement des systèmes éducatifs et de la société. Ils montrent ensuite la disparité des cadres réglementaires nationaux et des politiques mises en œuvre. L’ouvrage s’accompagne d’une bibliographie très complète et à jour.

3Apparu avec la généralisation de la scolarisation, le soutien scolaire privé a pris beaucoup d’ampleur à partir du milieu du xxe siècle, en particulier en Asie. Les formes qu’il prend sont multiples. Il est principalement fourni par des enseignants à la recherche d’un revenu supplémentaire mais aussi, pour une part croissante, par des entreprises, souvent locales, mais parfois nationales ou internationales, et par des tuteurs indépendants (étudiants, retraités ou entrepreneurs individuels). Une part croissante du soutien scolaire se déroule en ligne, selon diverses modalités, au détriment de l’enseignement en face-à-face.

4Parmi ses avantages sur le plan social et scolaire, figurent les revenus qu’il engendre (il rapporte parfois plus aux enseignants que leur traitement) et sa capacité à stimuler les meilleurs élèves. Ses principaux effets néfastes sont l’accroissement des inégalités sociales, puisqu’il n’est pas à la portée des ménages les plus modestes, et la baisse de la qualité de l’enseignement assuré par l’école lorsque les enseignants négligent ou limitent leur activité principale au profit d’une telle activité privée.

5La région du Moyen-Orient se caractérise par de grandes différences de richesse et de taille entre pays. Les six plus riches, exportateurs de pétrole, sont les pays du Golfe (Bahrein, le Koweit, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis). Les autres (Irak, Jordanie, Liban, Palestine, Syrie et Yémen) ont pour la plupart un revenu très faible, souvent conséquence de conflits armés.

6Dans les pays du Golfe, une part importante de la population (jusqu’à 90 % au Qatar et dans les Émirats arabes unis) est constituée d’immigrés, indispensables au fonctionnement de l’économie, qui s’installent souvent avec leurs familles, ce qui accroît l’hétérogénéité du public scolaire.

7Ces pays ont en commun la même organisation scolaire et l’usage de la langue arabe. La part du secteur privé d’éducation y varie cependant fortement : deux tiers au Qatar, plus de la moitié au Liban et moins de 5 % au Yémen. Dans les pays les plus riches, la présence d’écoles internationales, où l’enseignement se fait souvent en anglais, exerce une forte influence sur les écoles publiques et privées.

  • 2Trends in Mathematics and Science Study.

8Le contrôle du système éducatif par l’État diffère fortement : il est très étendu en Arabie saoudite et minimal au Liban. À Dubaï, l’enseignement public accueille principalement les 10 % de nationaux et le secteur privé, peu réglementé, ne reçoit presque pas de financement public. L’Arabie saoudite consacre à l’éducation plus du quart du budget de l’État et près de 10 % du PNB, l’une des parts les plus élevées au monde, bien que les performances du pays restent très faibles dans les enquêtes internationales comme TIMSS2.

9L’éducation de l’ombre est implantée dans tous les pays de la région, quel que soit leur niveau de richesse. Selon une étude de la Ligue arabe (2012), la moitié en moyenne des élèves avait eu recours au soutien scolaire privé durant le primaire et le secondaire ; cette proportion pouvait monter jusqu’à 85 % vers la fin des études secondaires, lorsque les élèves se préparent à leurs examens terminaux. Si les quelques données nationales disponibles sont disparates, l’enquête internationale TIMSS, limitée aux mathématiques et aux sciences, montre que ce recours concerne tous les pays et tous les niveaux de l’enseignement, public ou privé. Il porte essentiellement sur les disciplines scientifiques et sur les langues, essentiellement l’anglais, et concerne principalement les classes moyennes et les zones urbaines.

10Les familles, en particulier les plus fortunées, tendent à préférer les cours particuliers, plus coûteux, aux cours collectifs, en petit ou en grand groupe. Cependant, avec l’expansion d’internet, les cours en ligne se développent rapidement car ils s’adressent à tous les élèves, où qu’ils résident, et permettent de réduire les coûts de déplacement et la rémunération de l’enseignant.

11Les motifs du recours au soutien scolaire privé sont souvent liés à l’intensité de la compétition sociale, qui repose principalement sur la réussite scolaire. Les pays dans lesquels des examens conditionnent les parcours scolaires sont ceux où l’on y recourt le plus. Pour les élèves en difficulté, il s’agit de se maintenir à flot alors que les plus brillants visent avant tout à se détacher du lot, ce qui contribue à creuser les écarts de réussite entre les élèves. Les enquêtes font apparaître d’autres motifs récurrents : la piètre qualité de l’enseignement et l’inadaptation de la pédagogie aux besoins individuels des élèves.

12En ce qui concerne l’offre de soutien scolaire privé, sa principale motivation est le désir ou le besoin des tuteurs, enseignants en poste, retraités ou étudiants en formation, de se procurer un revenu supplémentaire. Dans les pays où leur niveau de salaire est faible par rapport au niveau de vie moyen, les enseignants des écoles publiques ou privées représentent une part importante de cette offre. C’est le cas en Syrie, au Yémen, mais aussi au Qatar ou en Arabie saoudite.

13L’offre n’est pas identique sur tout le territoire. Les cours collectifs se concentrent dans les villes, alors que les cours particuliers sont offerts partout. Dans les pays du Golfe, les familles les plus riches s’assurent les services permanents d’un enseignant chargé de suivre leurs enfants. La publicité se fait de bouche à oreille, par des panneaux d’affichage ou dans la presse. Les enseignants informent leurs propres élèves de leur offre et font parfois pression sur eux pour qu’ils y recourent.

14L’accès aux cours en ligne dépend de la qualité des connexions, problématique en Syrie et au Yémen, mais la généralisation des téléphones mobiles permet de s’affranchir de ces contraintes. Le soutien en ligne ne connaît pas les frontières et des entreprises à visée internationale sont apparues pour s’emparer de ces marchés. Elles recrutent leurs employés dans des pays où l’on trouve une main-d’œuvre qualifiée et peu coûteuse, tels que l’Inde ou l’Égypte.

15Quelle est, pour les bénéficiaires, l’efficacité du soutien scolaire privé ? Les progrès des élèves dépendent de la compétence de leur tuteur, que les parents ont du mal à identifier, et qui ne repose pas seulement sur la qualification académique mais sur la capacité à établir un bon contact avec les élèves. Les progrès dépendent aussi de l’attitude de l’élève, pour lequel ce soutien entraîne un surcroît de travail et d’attention. L’efficacité peut enfin dépendre du mode de soutien employé, cours particuliers, enseignement de groupe, soutien en ligne.

16Dans les quelques enquêtes statistiques mesurant cette efficacité, les effets sur les apprentissages sont faibles ou nuls. Cependant la perception des élèves et des parents est positive : à Dubaï, 86 % des élèves interrogés lors d’une enquête estimaient que le soutien avait amélioré leurs notes aux examens. Dans les Émirats arabes unis, des parents estimaient qu’une amélioration substantielle avait été obtenue pour les meilleurs élèves mais moindre pour les plus faibles.

17Dans son ensemble, le soutien scolaire privé a une influence négative sur le système qu’il est censé appuyer. Lorsqu’il est largement répandu, les enseignants des écoles sont incités à réduire leur investissement professionnel et à ne pas apporter une attention suffisante aux besoins de leurs élèves, au motif qu’ils peuvent bénéficier d’un soutien extérieur. Il peut aussi démotiver les élèves et les inciter à l’absentéisme ou à une attitude négative en classe. Les enseignants peuvent délibérément négliger leurs classes afin de pousser les élèves à prendre des cours particuliers. Les élèves deviennent dépendants de ce soutien et se dispensent des efforts que nécessite le parcours scolaire. Plus largement, il exacerbe les conséquences sociales de la méritocratie.

18L’éducation de l’ombre a des implications sur les politiques éducatives : l’État doit définir sa politique vis-à-vis du soutien scolaire privé et établir une réglementation adaptée. Tous les pays de la région (sauf le Liban et le Yémen, partisans du laisser-faire) ont défini des règles pour l’encadrer, dont l’application laisse souvent à désirer. Il s’agit avant tout de contraintes ou d’interdictions imposées aux enseignants en poste dans les écoles publiques. Certains pays n’autorisent les enseignants à fournir un soutien scolaire rémunéré que dans le cadre de structures dédiées qui en supervisent les modalités. D’autres tentent d’agir en améliorant le salaire des enseignants afin de diminuer leur besoin d’un revenu complémentaire, en modifiant le curriculum et les manuels scolaires ou encore en changeant le contenu et l’organisation des examens et des concours de recrutement de l’administration pour réduire la nécessité d’une préparation spécifique. Une dernière politique consiste, pour les États, à financer le soutien scolaire dans les écoles ou à l’extérieur et à fournir des ressources ou des plateformes publiques.

19Toutes ces mesures ont freiné le développement de l’école de l’ombre mais ne l’ont pas fait disparaître, du fait notamment de l’érosion des salaires des enseignants et de la taille toujours importante des classes (avec parfois 50 élèves en Irak et en Palestine).

20En dépit des politiques visant à l’éliminer, l’éducation de l’ombre est toujours présente au Moyen-Orient. Pour les auteurs, une solution équilibrée consisterait à l’encadrer et à la mettre à contribution pour le développement de l’éducation. Dans ce but, ils appellent à poursuivre la recherche, afin de mieux connaître les motivations des acteurs et les effets de leur action.

Haut de page

Notes

1  Voir les articles de Bray et al. publiés dans la Revue internationale d’éducation de Sèvres. https://journals.openedition.org/ries/3129

2Trends in Mathematics and Science Study.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Chevaillier, « Mark Bray et Anas Hajar, Shadow education in the Middle East: Private supplementary tutoring and its policy implications »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 90 | 2022, 36-39.

Référence électronique

Thierry Chevaillier, « Mark Bray et Anas Hajar, Shadow education in the Middle East: Private supplementary tutoring and its policy implications »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 90 | septembre 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ries/12700 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.12700

Haut de page

Auteur

Thierry Chevaillier

Thierry Chevaillier est professeur émérite d’économie de l’éducation à l’université de Bourgogne et chercheur à l’Institut de recherche sur l’éducation (IREDU/université de Bourgogne). Ses recherches portent sur le financement de l’éducation et plus spécialement de l’enseignement supérieur, et privilégient une approche comparative et institutionnelle. Il est membre du comité de rédaction de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. Courriel : thierry.chevaillier[at]u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo France Education international
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search