Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90Dossier - Travailler en collabora...La collaboration à l’école : l’ex...

Dossier - Travailler en collaboration à l’école

La collaboration à l’école : l’exemple de la Nouvelle-Zélande – Aotearoa

School Collaboration in Aotearoa-New Zealand
La colaboración en la escuela: el ejemplo de Nueva Zelanda - Aotearoa
Brian Annan, Mary Wootton et Micaela Westrupp
Traduction de Hélène Bréant
p. 139-149

Résumés

Le système scolaire de Nouvelle-Zélande (appelée Aotearoa en langue maorie) a pour finalité de bâtir une société véritablement biculturelle. Le mouvement de renaissance des Maoris a mis leurs leaders en avant et cette société biculturelle est en passe de devenir réalité. L’article présente quatre concepts de collaboration qui convergent dans cette direction (leadership, liens familiaux et sociaux, partage égalitaire du pouvoir et apprentissage horizontal entre pairs), illustrés par deux exemples de démarches appuyant les enseignants, les élèves et leurs familles, toutes écoles et communautés confondues. L’un d’eux présente des enfants de 5 ans utilisant des « cartes heuristiques de l’identité » (Identity Maps) pour tisser davantage de liens culturels. Le second réunit écoles et communautés locales pour former des « communautés d’apprentissage » – une stratégie collaborative visant à atténuer la compétition.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit de l’anglais par Hélène Bréant.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2024.

Plan

Quatre concepts relatifs à la collaboration
Rangatiratanga : chefferie et autorité, leadership
Whanaungatanga : famille, appartenance, ciment qui lie les sociétés, liens
Mana ōrite : partage égalitaire du pouvoir, prise en compte de points de vue différents
Tuakana-teina : apprentissage entre pairs, apprentissage horizontal
La collaboration en vue de bâtir une société biculturelle
Les « cartes heuristiques de l’identité », un outil pour accroître les relations culturelles
Créer des Kāhui Ako ou communautés d’établissements

Aperçu du texte

Cet article traite des pratiques collaboratives au sein du système scolaire néo-zélandais. Une part importante de cette collaboration met l’accent sur son rôle dans la construction d’une société « biculturelle ». Pour le système éducatif, la finalité de la coopération est de tisser des liens forts et, à mesure que la confiance et la bienveillance passent au premier plan, d’associer ces relations à l’exploration du curriculum. Cette ambition implique un apprentissage collaboratif conséquent dans les établissements scolaires, entre les écoles et au sein des communautés, afin que le fait de croiser culture et enseignement bénéficie à tous les élèves.

Nous nous appuierons sur deux groupes de personnes qui contribuent à tracer des chemins positifs et décisifs pour bâtir des ponts entre culture, enseignement et inclusion.

Le premier est constitué de leaders agissant au niveau du système – le gouvernement néo-zélandais et le ministère de l’éducation, les chercheurs et les professionnels qui ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brian Annan, Mary Wootton et Micaela Westrupp, « La collaboration à l’école : l’exemple de la Nouvelle-Zélande – Aotearoa »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 90 | 2022, 139-149.

Référence électronique

Brian Annan, Mary Wootton et Micaela Westrupp, « La collaboration à l’école : l’exemple de la Nouvelle-Zélande – Aotearoa »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 90 | septembre 2022, mis en ligne le 01 septembre 2024, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ries/13033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.13033

Haut de page

Auteurs

Brian Annan

Brian Annan est docteur en éducation. Animé de la conviction que tous les élèves peuvent réussir à l’école et dans la vie, il a commencé sa carrière en tant qu’enseignant avant de prendre la direction d’un établissement scolaire, puis de bifurquer pour œuvrer à l’amélioration de l’école. En 2007, sa thèse de doctorat portait sur l’émergence de l’apprentissage horizontal dans les projets d’amélioration de l’école, partout dans le monde. Il a représenté la Nouvelle-Zélande dans de nombreux réseaux et contribué à de multiples projets internationaux, notamment le projet « Environnements pédagogiques novateurs » de l’OCDE. Courriel : brianannan57[at]gmail.com

Articles du même auteur

Mary Wootton

Mary Wootton, après avoir été enseignante, est aujourd’hui facilitatrice dans le domaine du développement professionnel des enseignants, spécialisée dans l’évaluation pour les apprentissages de la lecture et de la numératie. Elle accompagne une grande palette d’écoles dans toute la Nouvelle-Zélande, y compris des écoles où l’enseignement est dispensé en langue maorie. Elle a également accompagné de nombreux établissements scolaires et services en charge de l’éducation en Australie et aux États-Unis. Courriel : wootts70[at]gmail.com

Micaela Westrupp

Micaela Westrupp est enseignante et facilitatrice autour des questions éducatives liées au traité de Waitangi (Aotarea Nouvelle-Zélande). La sensibilité aux différentes cultures, la question de la compétence et celle de la décolonisation dans le système éducatif néozélandais la passionnent. Elle a récemment travaillé en tant que référente inter-écoles dans une communauté d’apprentissage qui mettait l’accent sur la créativité et sur les approches fondées sur les forces de chacun. Ce travail a réuni des pédagogues, des familles et des leaders communautaires désireux de travailler ensemble dans l’intérêt des apprenants. Courriel : patapataua[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo France Education international
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search