Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Actualité internationaleLe point sur l’actualité internat...L’accueil et l’éducation des jeun...

Actualité internationale
Le point sur l’actualité internationale en éducation

L’accueil et l’éducation des jeunes enfants : une composante essentielle de la politique éducative européenne

Bernadette Plumelle
p. 16-19

Texte intégral

1Les premières années de la vie d’un enfant sont déterminantes pour son développement cognitif et émotionnel, lequel dépend de l’éducation qu’il reçoit au sein de sa famille et de son environnement. L’économiste J. Heckman, prix Nobel en 2000, a montré l’importance des gains économiques et sociaux pour une société qui investit massivement dans des services à l’enfance de qualité, particulièrement auprès des enfants défavorisés de moins de 5 ans et de leur famille. Consciente de ces enjeux, l’Union européenne (UE) considère comme essentielle la généralisation de l’éducation des enfants avant l’école obligatoire. Un des six objectifs de la « stratégie Éducation et formation 2020 » porte sur l’accueil et l’éducation des jeunes enfants (objectif 2). Chaque année, la publication d’un rapport, Education and training monitor, permet de suivre les progrès réalisés dans chaque pays pour la réalisation des objectifs et de connaître les politiques nationales mises en œuvre. Quelle est la situation dans les vingt-sept pays de l’UE ? L’article propose une synthèse des résultats publiés dans l’édition 20221 et s’intéresse notamment à l’inégalité d’accès aux différents modes d’accueil des enfants pour les milieux défavorisés.

L’accès à l’établissement d’accueil du jeune enfant (EAJE) pour les enfants de plus de 3 ans

2« D’ici à 2030, au moins 96 % des enfants ayant entre 3 ans et l’âge du début de l’enseignement primaire obligatoire devraient participer à des programmes d’éducation et d’accueil de la petite enfance. » L’objectif est presque atteint en 2020, puisque le taux de participation est en moyenne de 93 %. Deux pays affichent un taux de participation de 100 %, la France et l’Irlande ; trois pays ont dépassé l’objectif fixé pour 2030 : la Belgique (98,5 %), le Danemark (97,6 %) et l’Espagne (97,2 %). La participation des autres pays atteint plus ou moins 90 %, à l’exception de l’Europe centrale, où elle va de 85,8 % en République tchèque à 78,2 %, en Roumanie, la Hongrie se distinguant avec un taux de 92,8 %. Enfin, la Grèce (71,3 %) se classe au dernier rang pour l’accueil et l’éducation des enfants.

3Dans la plupart des pays, les taux de participation augmentent entre 3 et 6 ans. Pour limiter les obstacles aux enfants issus de milieux défavorisés, un levier important est d’abaisser progressivement l’âge de début de l’enseignement obligatoire. Des pays ont fait ou vont faire des réformes en ce sens, comme la Belgique ou la Slovaquie pour les enfants de 5 ans, la Bulgarie ou la Grèce pour ceux de 4 ans. Cependant, les effets ne sont pas toujours immédiats. En République tchèque, l’école maternelle obligatoire dès l’âge de 5 ans a été une mesure clé pour accroître l’accès aux établissements d’accueil des jeunes enfants mais elle n’a pu être effective partout, faute de places en nombre suffisant.

4L’accessibilité financière est un frein pour les familles pauvres. Dans la quasi-totalité des pays, la part des enfants défavorisés dans les structures d’accueil est inférieure à celle des autres enfants, les écarts de taux de participation à ces structures étant en moyenne de 7,5 points de pourcentage, et variant de 1,5 point en Espagne à 35,7 points en Croatie.

Les services de garde d’enfants pour les moins de 3 ans

  • 2  L’objectif de Barcelone, approuvé en 2002 par les dirigeants de l’UE afin d’améliorer les services (...)

5Le développement des modes d’accueil de la petite enfance est l’une des priorités de la politique européenne. Il permet d’augmenter la participation des femmes au marché du travail et de leur offrir un meilleur équilibre entre vie familiale et vie professionnelle. L’objectif de Barcelone2, fixé par l’UE, répond à cette nécessité : chaque pays est incité à offrir un service d’accueil formel aux enfants de moins de 3 ans, avec un objectif minimum de 33 % d’enfants bénéficiant de services de garde.

6Le Danemark se distingue avec un taux de participation très élevé (67,7 %) mais il reste une exception. La moyenne des pays est de 32,3 %, proche de l’objectif fixé, mais il existe de très grandes disparités entre les pays et, à l’intérieur des pays, entre les milieux socio-économiques. Cette inégalité d’accès aux services de garde est beaucoup plus marquée que pour les enfants de plus de 3 ans avec plusieurs obstacles : coût financier, manque de places, accessibilité des structures.

  • 3  Le Danemark, la Suède, l’Estonie, la Finlande, la Lettonie et la Slovénie garantissent, par la loi (...)
  • 4  Cadre stratégique de l’UE pour les Roms en matière d’égalité, d’inclusion et de participation pour (...)

7Les pays qui ont les meilleurs taux de participation ne réussissent pas à offrir un accès à tous les enfants. En Belgique, 54,6 % des enfants sont inscrits dans des structures de garde mais seulement 16 % des enfants exposés au risque de pauvreté, écart le plus élevé de l’Union européenne. La France, avec un taux de participation de 57,2 %, connaît un écart du même type ; ainsi, environ 80 % des familles vivant en dessous du seuil de pauvreté n’ont pas recours aux services de garde. En Allemagne, l’écart de participation reste également important, malgré le droit à une place inscrit dans la loi3. Les pays d’Europe du Nord n’échappent pas à cette situation. En Suède, les enfants ayant un faible statut socio-économique ou issus de l’immigration sont moins nombreux. La République tchèque et la Slovaquie ont des taux d’accès très bas (2,3 %) pour les enfants en situation de pauvreté ou d’exclusion sociale. Comme les enfants roms, les plus nombreux en Europe centrale et orientale, ont très peu accès à l’EAJE, à l’exception notable de la Hongrie, des mesures sont demandées par l’UE4 pour améliorer leur participation.

8Les frais de garde sont déterminants pour un accès aux structures d’accueil. En 2016, 29,4 % des familles ont déclaré avoir des difficultés à s’en acquitter, et cette part atteignait 48,3 % pour les familles à faible revenu. De plus, les infrastructures sont souvent insuffisantes pour répondre à la demande. En France, près d’un quart des parents n’obtiennent pas de place dans la structure de leur choix. Dans beaucoup de pays, il existe des différences régionales importantes. En Allemagne, la participation s’est stabilisée autour de 30 %, avec un manque de places plus marqué à l’ouest qu’à l’est. En Espagne, le taux de participation des enfants de moins de 3 ans est élevé (55 %) mais le chiffre varie du simple au double selon les régions. En Italie, il existe de grands écarts entre le nord et le sud.

9Les critères d’accès sont une autre cause d’inégalité. Les familles dont les deux parents travaillent sont privilégiées, comme en Italie où le taux de participation des enfants de moins de 3 ans est faible (27 %). La politique familiale a aussi un impact important sur la fréquentation. Dans les pays d’Europe centrale, les congés de naissance très longs expliquent en partie le faible taux d’accueil des jeunes enfants : deux ans en Hongrie, un an en République tchèque et en Slovaquie.

Réformes et actions en cours

10Dans beaucoup de pays, les dépenses publiques consacrées à ce secteur de l’éducation sont en hausse mais tous les pays n’ont pas les mêmes capacités de financement. Des fonds européens permettent à des pays comme Chypre, la Croatie, la Lituanie ou la Pologne d’améliorer l’accessibilité et la qualité des services d’accueil des enfants. En contrepartie, ces pays s’engagent à prendre des mesures spécifiques pour les publics discriminés. La Croatie a adopté un plan qui a notamment pour objectif, en 2027, d’inscrire 54 % d’enfants roms dans des structures d’accueil.

11En Belgique, l’enseignement pré-primaire est gratuit à partir de 2,5 ans. La Pologne a diminué les frais de garde et a mis en place des aides financières ciblées pour les familles les plus défavorisées. Aux Pays-Bas, le système d’aide a été réformé : jusqu’à 95 % des frais de garde sont versés directement à la structure d’accueil. En Bulgarie, une nouvelle loi (2022) devrait permettre aux parents d’inscrire sans frais leurs enfants dans les jardins d’enfants.

12Des programmes sont conçus pour réduire les écarts d’apprentissage entre les enfants. Aux Pays-Bas, un dispositif d’éducation stimule le développement cognitif et socio-émotionnel des enfants défavorisés et ceux dont les parents ne parlent pas la langue du pays. En Belgique germanophone, les enfants de 5 ans qui échouent à un test de compréhension en néerlandais doivent suivre des parcours d’intégration linguistique. En Suède, les municipalités doivent offrir une place aux enfants qui vivent en Suède depuis peu, même si les parents n’en ont pas fait la demande.

13Enfin, la qualité des programmes et la formation des personnels sont source de difficultés. L’amélioration de la qualité passe par la révision des programmes et la professionnalisation des personnels. Pour y parvenir, des pays établissent des normes de qualité, à l’exemple du Luxembourg, ou révisent les programmes éducatifs (Slovénie). En Suède, les municipalités ont commencé à tester les connaissances en suédois des personnels issus des populations immigrées, pour leur proposer une formation linguistique. La pénurie des personnels est présente dans toute l’Europe. En Allemagne, des dispositifs d’accueil dans les grandes villes souffrent d’un manque de personnel qualifié et le ratio personnel/enfants y est insuffisant. En Finlande, cette pénurie a été aggravée par une réforme (2018) qui exige que deux tiers du personnel des EAJE soient titulaires d’un diplôme de niveau licence. En Lettonie, le passage au letton comme seule langue d’enseignement à partir de septembre 2023 pourrait aggraver la pénurie d’enseignants.

14L’accueil et l’éducation des enfants avant l’âge obligatoire de scolarisation sont une nécessité pour les pays qui veulent limiter les inégalités et favoriser le consensus social. Les gouvernements ont développé les mesures pour une meilleure accessibilité et ont mené des réformes, l’Union européenne les incitant à mettre en œuvre des plans d’action pour démocratiser l’accès aux établissements d’accueil des enfants. Si les chiffres de fréquentation sont en hausse, les obstacles pour les enfants de milieux défavorisés, en situation de vulnérabilité, sont encore trop nombreux. Un nouvel indicateur européen sur l’équité dans l’éducation et la formation va être mis en place pour mesurer le lien entre statut socio-économique et résultats scolaires. Le manque de personnel existe dans tous les pays et ne sera résolu qu’à condition de rendre le métier plus attractif. Les gouvernements sont-ils prêts à y mettre le prix, à l’heure où les défis politiques et économiques sont nombreux ?

Haut de page

Notes

1  On trouvera sur la page https://bit.ly/3Z3IdKD l’accès au rapport comparatif et aux rapports pays [consultée le 10 février 2023].

2  L’objectif de Barcelone, approuvé en 2002 par les dirigeants de l’UE afin d’améliorer les services de garde d’enfants, a été réévalué à plusieurs reprises. La recommandation du Conseil de l’Europe de décembre 2022 encourage les États membres à accroître la participation aux services d’accueil de la petite enfance, en particulier pour les enfants issus de milieux défavorisés. Aujourd’hui, il est attendu que, d’ici 2030, au moins 50 % des enfants âgés de moins de 3 ans participent à des structures d’accueil formelles.

3  Le Danemark, la Suède, l’Estonie, la Finlande, la Lettonie et la Slovénie garantissent, par la loi, une place dans une structure formelle après le congé postnatal. Pour l’Allemagne, la garantie commence à l’âge d’un an.

4  Cadre stratégique de l’UE pour les Roms en matière d’égalité, d’inclusion et de participation pour 2020-2030.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Plumelle, « L’accueil et l’éducation des jeunes enfants : une composante essentielle de la politique éducative européenne »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 92 | 2023, 16-19.

Référence électronique

Bernadette Plumelle, « L’accueil et l’éducation des jeunes enfants : une composante essentielle de la politique éducative européenne »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 92 | avril 2023, mis en ligne le 01 avril 2023, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/13590 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.13590

Haut de page

Auteur

Bernadette Plumelle

Bernadette Plumelle est ingénieure de recherche honoraire (documentation) et membre du comité de rédaction de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. Courriel : bernadette.plumelle[at]hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search