Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94Actualité internationaleLe point sur l’actualité internat...L’enseignement des mathématiques ...

Actualité internationale
Le point sur l’actualité internationale en éducation

L’enseignement des mathématiques au Brésil à l’époque coloniale

Adriana Richit et José Dilson Beserra Cavalcanti
p. 18-20

Texte intégral

  • 1   La période du Brésil colonial va de 1500, année de l’arrivée des Portugais, à 1815, date à laquel (...)

1L’enseignement élémentaire des mathématiques a débuté au Brésil à l’époque coloniale1 avec la création d’écoles élémentaires sous la responsabilité de la Compagnie de Jésus (connue sous le nom d’Ordre des Jésuites) et se limitait à l’écriture des nombres dans le système de numération décimale et à l’étude des quatre opérations principales (addition, soustraction, multiplication et division). Les écoles élémentaires jésuites apprenaient aux enfants des colons à lire, à écrire, à calculer et, surtout, leur assuraient une formation religieuse leur permettant de vivre la vie chrétienne.

  • 2  Arrivés au Brésil en 1549, les Jésuites créent des missions et fondent plusieurs villes, dont São (...)

2L’enseignement secondaire a également été mis en place dans le Brésil colonial. Il était dispensé dans des « gymnases » et son programme privilégiait principalement les humanités classiques, dans lesquelles étaient enseignées des matières telles que la grammaire (qui incluait la langue latine), la rhétorique (l’art oratoire), la philosophie, la théologie, l’histoire, la géographie et, dans une moindre mesure, des contenus mathématiques liés à l’astronomie et à la géométrie. L’enseignement des mathématiques était peu développé pendant la période durant laquelle les Jésuites en étaient responsables2 (Gomes, 2013).

3Dans le cadre de la formation militaire, les connaissances mathématiques ont toujours été considérées comme essentielles. Dans le Brésil colonial, ces connaissances étaient importantes pour l’étude des tactiques militaires, des fortifications, de la balistique, de la navigation et de la cartographie. Ainsi structuré, l’enseignement militaire a influencé de manière décisive l’enseignement secondaire au Brésil, en particulier avec la création d’institutions telles que l’Académie royale d’artillerie, de fortification et de design en 1810. Cette institution proposait un programme d’études comprenant des mathématiques avancées, axées sur les applications militaires. Cette orientation s’est poursuivie au fil du temps, s’élargissant et se consolidant avec la création d’autres écoles militaires et techniques qui mettaient également l’accent sur l’enseignement des mathématiques dans leurs programmes.

4Après cette période de faibles progrès, un fait historique important a eu un impact positif sur l’éducation brésilienne, en particulier sur l’enseignement des connaissances mathématiques. En 1759, le marquis de Pombal a expulsé des colonies portugaises les jésuites qui étaient jusqu’alors les principaux responsables des établissements d’enseignement dans les domaines du Portugal. Il a ensuite introduit une importante réforme de l’éducation, connue sous le nom de réforme pombaline, qui visait à moderniser le système éducatif brésilien en suivant les principes des Lumières qui prévalaient en Europe.

5Avec la réforme de Pombal, l’influence des Jésuites a été considérablement réduite. En outre, l’enseignement, jusque-là axé sur les humanités classiques et peu sur les sciences, a été remplacé par un enseignement plus laïque, mettant davantage l’accent sur les matières scientifiques, y compris les connaissances mathématiques. Dans le cadre de cette réforme, les « classes royales » ont été instituées, dans lesquelles la grammaire, le latin, le grec, la philosophie et la rhétorique étaient enseignées (Gomes, 2013) et, plus tard, l’arithmétique, l’algèbre et la géométrie. Les matières enseignées comprenaient des contenus mathématiques, abordés de manière plus large, généralement dans le cadre de l’éducation humaniste proposée par les écoles religieuses.

Les mathématiques comme domaine structurant de l’éducation militaire dans le Brésil colonial

6À l’aube des années 1800, d’importants progrès ont été réalisés, en particulier depuis le transfert de la famille royale portugaise au Brésil en 1808. Parmi les principales avancées, il convient de souligner la création de l’Académie royale militaire (ARM) en 1810, destinée à former des officiers d’artillerie et du génie, ainsi que des géographes et des topographes du génie, aptes à développer des ouvrages « de mines, routes, ports, canaux, ponts, fontaines et chaussées » (Telles, 1997). L’ARM se consacrait à l’élaboration de cours essentiels pour la formation professionnelle dans les domaines mentionnés, à savoir les sciences mathématiques, les sciences d’observation telles que la physique, la chimie, la minéralogie, la métallurgie et l’histoire naturelle (règne végétal et animal), ainsi que les sciences militaires, y compris la tactique, la fortification et l’artillerie (Telles, 1997).

7Le programme de cours de l’Académie s’inspirait du modèle des institutions européennes, en particulier de l’université de Coimbra et de l’École polytechnique de Paris. D’une durée de sept ans, il offrait plusieurs composantes mathématiques, à savoir : arithmétique, algèbre, géométrie et trigonométrie rectiligne (première année du cours) ; reprise et extension des notions de calcul développées en première année, méthodes de résolution d’équations, application de l’algèbre à la géométrie des lignes et des courbes et au calcul arithmétique, différentiel et intégral (et applications à la physique, à l’astronomie et au calcul des probabilités), en deuxième année ; cours de dessin (troisième et sixième années) ; trigonométrie sphérique (quatrième année) ; géométrie souterraine (septième année).

8Un autre aspect qui a contribué au développement des mathématiques scolaires au Brésil a été la production, au niveau national, de livres et de matériel pédagogique publiés par Impressão Régia, un organe créé en 1808 pour imprimer les documents officiels ou ceux autorisés par l’empire, sous l’égide du secrétaire d’État aux affaires étrangères et à la guerre (Telles, 1997). Cette avancée a été mise à profit par L’ARM, dont les professeurs, en plus de l’enseignement, devaient produire des recueils basés sur les ouvrages les plus utilisés en Europe, en particulier en France. Comme le Brésil venait de cesser d’être une colonie à l’époque, ces documents devaient permettre aux étudiants de l’ARM d’accéder aux connaissances théoriques avant les cours, ainsi que de disposer de matériel d’étude pour les examens.

9Dans le domaine de l’enseignement secondaire, tant la formation militaire que la réforme pombaline ont eu une influence significative sur l’organisation de l’enseignement et le développement des connaissances mathématiques au Brésil. L’un des héritages de la réforme du marquis de Pombal pour l’enseignement secondaire des mathématiques est l’introduction de l’arithmétique, de l’algèbre et de la géométrie, qui sont actuellement des macro-champs de connaissance inclus dans la discipline appelée mathématiques.

10Il est ainsi frappant de constater combien des décisions politiques visant au xviiie siècle à réduire l’influence de la Compagnie de Jésus dans bien des puissances coloniales européennes ont pu avoir un effet sur l’essor de l’enseignement des sciences, notamment mathématiques, dans l’ensemble de leur empire colonial. Au Brésil, cet essor a été favorisé par l’influence de l’Académie royale militaire, qui avait bien saisi l’importance des compétences mathématiques nécessaires aux officiers qu’elle formait.

Haut de page

Bibliographie

GOMES M. L. M. (2013). História do ensino da Matemática: uma introdução. Belo Horizonte : CAED-UFMG.

TELLES P. C. S. (1997). « História da engenharia no Brasil ». Revista do IHGB, vol. 158, no 397, p. 1107-1116.

Haut de page

Notes

1   La période du Brésil colonial va de 1500, année de l’arrivée des Portugais, à 1815, date à laquelle est institué le Royaume uni de Portugal, du Brésil et des Algarves. L’indépendance est déclarée en 1822 et, en 1825, le Portugal reconnaît le Brésil impérial. En 1889, l’armée renverse l’empereur et la république est proclamée (NdlR).

2  Arrivés au Brésil en 1549, les Jésuites créent des missions et fondent plusieurs villes, dont São Paulo. Ils parviennent à convertir les peuples autochtones au catholicisme en raison notamment de leur capacité à comprendre la culture autochtone, en particulier la langue. La première grammaire de langue Tupi, réalisée par José de Anchieta, est imprimée à Coimbra, au Portugal, en 1595 (NdlR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adriana Richit et José Dilson Beserra Cavalcanti, « L’enseignement des mathématiques au Brésil à l’époque coloniale »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 94 | 2023, 18-20.

Référence électronique

Adriana Richit et José Dilson Beserra Cavalcanti, « L’enseignement des mathématiques au Brésil à l’époque coloniale »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 94 | décembre 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/14431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.14431

Haut de page

Auteurs

Adriana Richit

Adriana Richit, docteure en enseignement des mathématiques de l’Universidade Estadual Paulista, au Brésil, est responsable du groupe d’étude et de recherche sur l’enseignement des mathématiques et la technologie à l’Université fédérale de la frontière sud, au Brésil. Dans le cadre du programme de troisième cycle en éducation, elle supervise des travaux de recherche dans le domaine de l’enseignement des mathématiques, travaillant principalement sur les études de leçons, la formation et le développement professionnel des enseignants, les technologies numériques et les pratiques d’enseignement dans l’éducation de base. http://orcid.org/0000-0003-0778-8198 Courriel : adrianarichit[at]gmail.com

José Dilson Beserra Cavalcanti

José Dilson Beserra Cavalcanti est docteur en didactique des sciences et des mathématiques. Professeur adjoint au centre de formation des enseignants, il enseigne à l’Université fédérale de Pernambuco, au Brésil, où il coordonne le programme de troisième cycle en didactique des sciences et des mathématiques. https://orcid.org/0000-0002-6125-3867 Courriel : dilsoncavalcanti[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search