Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94Dossier - Enseignant, un métier d...Le recrutement des enseignants au...

Dossier - Enseignant, un métier d’avenir

Le recrutement des enseignants au Japon : situation et tendances

Recruiting teachers in Japan: situation and trends
La contratación de los profesores en Japón: situación y tendencias
Shogo Harakita et Wataru Hanai
Traduction de Sylvaine Herold
p. 47-56

Résumés

Cet article présente une analyse globale de la situation du recrutement des enseignants au Japon, en s’intéressant spécifiquement à l’enseignement obligatoire (primaire et secondaire inférieur). Il expose les mécanismes du système de recrutement des enseignants, les facteurs sous-jacents de la pénurie d’enseignants et les réformes actuelles visant à remédier à cette situation. L’étude met en lumière les défis et perspectives pour améliorer l’attractivité de la profession enseignante au Japon. Ses apports peuvent intéresser les décideurs, les enseignants et les chercheurs en vue de développer des stratégies efficaces pour remédier à la pénurie d’enseignants et revaloriser la profession enseignante.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article traduit de l’anglais par Sylvaine Herold.

Texte intégral

Caractéristiques institutionnelles du recrutement des enseignants au Japon

1Au Japon, l’enseignement est traditionnellement considéré comme une profession attractive en raison du statut social élevé, des niveaux de rémunération intéressants et des avantages dont bénéficient les enseignants. De ce fait, l’essentiel du débat politique a porté sur la formation et le recrutement d’enseignants qualifiés. Une fois recrutés, les enseignants demeuraient en outre engagés dans la profession jusqu’à l’âge de la retraite.

2Cependant, le nombre de personnes aspirant à devenir enseignants s’est considérablement réduit ces dernières années, et un nombre croissant d’enseignants choisit de partir à la retraite de manière anticipée, conduisant à une pénurie d’enseignants qualifiés. Dans ce contexte, cet article donne un aperçu des enjeux actuels en matière de recrutement et de rétention des enseignants au Japon, compte tenu de l’ampleur inégalée de la pénurie actuelle d’enseignants. Nous analyserons pour cela le contexte dans lequel s’inscrivent ces difficultés ainsi que les principales caractéristiques des mesures actuellement mises en œuvre pour y remédier. Nous présenterons dans un premier temps les mécanismes fondamentaux du système de recrutement des enseignants au Japon, avant d’exposer brièvement les réalités de la pénurie d’enseignants dans le pays et les facteurs qui y contribuent. Nous examinerons ensuite les tendances actuelles en matière de réforme du système de recrutement des enseignants et analyserons leur impact potentiel sur les grands principes institutionnels. Sur cette base, nous discuterons enfin des perspectives pour le renforcement de l’attractivité de la profession enseignante.

3Pour bien appréhender l’état du système de recrutement et de rétention des enseignants au Japon, il convient de présenter brièvement trois caractéristiques du système d’enseignement japonais. La première est la pratique générale consistant à recruter des enseignants permanents. Au Japon, le concept d’emploi permanent et de travail à temps plein est un principe fondamental dans de nombreuses professions – ce que l’on désigne fréquemment par l’expression « emploi à la japonaise ». Les enseignants des écoles publiques, qui sont des fonctionnaires publics locaux, ne font pas exception, mais le fait que les enseignants soient des employés permanents à temps plein est particulièrement important, dans la mesure où le système éducatif japonais est fondé sur la « formation du caractère ». L’implication continue d’enseignants permanents est essentielle pour favoriser la formation du caractère à travers des activités dédiées, une direction morale et d’autres activités, au-delà des enseignements disciplinaires.

  • 1  Après-guerre, les écoles normales ont été abolies au Japon au profit d’un système de formation des (...)

4La deuxième caractéristique est que les systèmes de formation initiale (certification), de recrutement et de formation continue sont considérés comme un tout unifié et continu constituant le système de formation des enseignants au Japon. Pour être recruté en tant qu’enseignant, un candidat doit être titulaire d’un diplôme de niveau licence et doit avoir reçu un « certificat d’aptitude à l’enseignement » (standard) en obtenant le nombre de crédits requis dans les cours de formation à l’enseignement. La formation initiale des enseignants est fondée sur deux principes : d’une part, la « formation initiale des enseignants à l’université » et, d’autre part, la « formation initiale des enseignants dans le système ouvert », qui relèvent toutes deux des missions des universités1. La source d’approvisionnement en enseignants est donc l’université, à travers un mécanisme selon lequel la fluctuation des quotas d’admission dans les universités et facultés de formation initiale des enseignants entraîne des variations dans l’offre d’enseignants.

  • 2  Les « villes désignées par ordonnance gouvernementale » sont des villes japonaises peuplées de plu (...)

5La troisième caractéristique est le recrutement et la gestion du personnel sur un territoire étendu. Pour être recrutés comme enseignants des écoles publiques, les candidats doivent réussir l’examen de recrutement des enseignants, administré par le conseil de l’éducation de leur préfecture ou de la ville désignée par ordonnance gouvernementale2. Ainsi, une fois admis à l’examen de recrutement des enseignants, les nouveaux enseignants sont employés dans cette même préfecture ou ville désignée (dans les deux cas, en tant que fonctionnaires locaux). Ils sont en outre tenus de changer régulièrement d’affectation, entre différentes circonscriptions locales (villes, bourgs et villages) de la préfecture ou dans n’importe quel endroit dans la ville désignée. Selon les conditions géographiques de leur circonscription, ils peuvent donc être régulièrement affectés dans des zones montagneuses, reculées ou dans des îles isolées. Ainsi, au Japon, le cas de figure où des enseignants ne sont pas affectés à certaines écoles du simple fait qu’elles se trouvent dans ces zones ne se présente pas, ce qui constitue une différence majeure par rapport aux pays où les établissements recrutent eux-mêmes leurs enseignants.

La pénurie actuelle d’enseignants : un équilibre perturbé entre l’offre et la demande

6Tout comme dans d’autres pays, les pénuries d’enseignants sont devenues de plus en plus visibles au Japon, sous l’effet de plusieurs facteurs, et il est devenu urgent d’introduire et de mettre en œuvre des mesures pour y remédier. En janvier 2022, le ministère de l’éducation, de la culture, des sports, des sciences et des technologies (MEXT) a publié les résultats d’une enquête visant à dresser un état des lieux de la « pénurie d’enseignants ». Cette enquête a montré que la pénurie globale d’enseignants dans les établissements publics primaires, secondaires et spécialisés s’élevait à 2 065 personnes, soit un taux de pénurie de 0,25 % sur la base du contingent total attribué aux écoles. Si ce taux peut sembler suggérer que la situation n’est pas alarmante, dans les faits, ce manque d’enseignants signifie (sur la base d’un calcul simple) que le droit à l’éducation des élèves (35 à 40 par classe) de chacune de ces 2 065 classes n’est pas garanti pour environ 70 000 à 80 000 élèves.

7L’intérêt pour le thème de la pénurie d’enseignants s’est accru avec la publication de l’enquête du MEXT. Le Syndicat des enseignants du Japon a publié un Avis informel du secrétaire-général sur l’enquête du MEXT sur la « pénurie d’enseignants ». Dans ce document, le syndicat exprime des doutes quant à l’affirmation du ministère selon laquelle la pénurie d’enseignants n’entraînera pas de retards dans les cours et demande au gouvernement de proposer et de mettre en œuvre rapidement des mesures pour y remédier.

Les personnes sur le terrain dans les écoles [ont] signalé des impacts sur les cours, ainsi qu’une augmentation de la charge de travail, des effets sur la possibilité de prendre des congés et d’autres perturbations (Japan Teachers’ Union, 2002).

  • 3  La divergence entre les chiffres associés à la pénurie dans l’enquête du MEXT et le sentiment de p (...)

8L’avis suggère enfin qu’il est possible que les chiffres avancés par l’enquête du MEXT ne reflètent pas précisément les conditions de la pénurie sur le terrain. On peut donc penser que la pénurie d’enseignants est plus importante que l’estimation du MEXT3.

9Pour qu’il y ait pénurie d’enseignants, il faut que l’offre se contracte, que la demande augmente, ou les deux à la fois. Indépendamment de la nature problématique de l’enquête du ministère, on peut synthétiser les causes de la pénurie d’enseignants du point de vue de l’offre et de la demande.

10Le premier aspect est la diminution de l’offre d’enseignants. Les principales causes de cette baisse sont liées à l’évitement de la profession enseignante en raison de la charge de travail élevée et à la baisse des quotas d’admission dans les universités et facultés nationales de formation initiale des enseignants.

11Les longues heures de travail des enseignants japonais constituent un problème grave. Les résultats de l’enquête Talis 2018 révèlent que les enseignants japonais du primaire et du secondaire travaillent davantage que les enseignants de tous les autres pays participants. Les durées de travail hebdomadaires des enseignants du primaire (54,4 heures) et des enseignants du secondaire (56 heures) dépassent le temps de travail prescrit par la loi sur les conditions de travail (40 heures par semaine). De plus, un nombre progressivement croissant de personnels d’éducation prend des arrêts maladie en raison de troubles psychiques. Le nombre de personnes en arrêt maladie pour cause de troubles psychiques, qui oscillait autour de 5 000 entre 2012 et 2020, s’est élevé à 5 897 au cours de l’année scolaire 2021, soit le niveau le plus haut jamais atteint (MEXT, 2022a). Si cela est en partie lié aux effets de la Covid-19, il faut néanmoins également reconnaître que l’environnement de travail entourant la profession enseignante ne cesse de se détériorer. De nombreux aspirants enseignants ont eu vent de ces conditions de travail dégradées, ce qui les a incités à changer de voie et à se tourner vers d’autres professions.

12De surcroît, la réduction des quotas d’admission dans les universités et facultés nationales de formation initiale des enseignants a entraîné une réduction de l’offre d’enseignants. En 1986, le quota pour l’ensemble du pays était de 20 100 places ; ce chiffre est tombé à environ 15 000 au début des années 2000 et n’était plus que de 12 730 en 2018 (MEXT, 2019). Un facteur important de la réduction des quotas est le déclin de la population infantile. Le nombre d’enfants détermine en effet le nombre d’enseignants recrutés au Japon, à travers un mécanisme faisant en sorte qu’une diminution du nombre d’enfants s’accompagne d’une diminution du nombre d’enseignants recrutés. Le cas du Japon est inhabituel en ce que le pays a adopté une stratégie consistant à ajuster le nombre de personnes qualifiées (détentrices de certificats), à travers la réduction des quotas d’admission, plutôt que de limiter le nombre de personnes reçues à l’examen de recrutement des enseignants. À défaut d’adopter une politique de réduction des effectifs au moment du recrutement des enseignants, plutôt que de réduire le nombre de personnes qualifiées, la pénurie chronique d’enseignants risque de devenir un problème à long terme.

13Examinons à présent les aspects liés à la demande d’enseignants. Les principales raisons de la hausse de la demande sont une augmentation des classes spécialisées, le départ à la retraite massif de la génération des enseignants recrutés pour faire face au second baby-boom et l’augmentation concomitante des congés maternité et de garde d’enfants chez les enseignants.

  • 4  Voir à ce sujet : A. Nakayama (2023), « Comment répondre à la hausse des élèves à besoins éducatif (...)
  • 5  Au Japon, l’enseignement obligatoire concerne les enfants âgés de 6 à 15 ans et couvre l’enseignem (...)

14Le Japon est confronté au déclin de sa population infantile et le nombre absolu d’enfants ne cesse de diminuer. En revanche, le nombre d’enfants ayant des besoins éducatifs particuliers a augmenté rapidement ces dernières années et cela s’est accompagné d’une augmentation des classes spécialisées4. Au cours de l’année scolaire 2021, on comptait 326 457 élèves à besoins éducatifs particuliers dans l’ensemble du pays, en prenant en compte les déficiences intellectuelles, les handicaps physiques, les invalidités et les infirmités, les déficiences visuelles et auditives, les troubles de la parole, l’autisme et les troubles émotionnels, dans les établissements primaires et secondaires chargés de l’enseignement obligatoire5, au sein de 73 145 classes (que ce soit dans des établissements nationaux, publics ou privés) (MEXT 2022b). Si l’on considère qu’ils étaient 145 431 en 2010, le nombre de ces élèves a plus que doublé au cours de la décennie passée. Ainsi, bien que le nombre absolu d’enfants diminue, si le nombre d’enfants à besoins éducatifs particuliers augmente, cela entraînera une croissance du nombre de classes spécialisées et, par conséquent, une demande accrue d’enseignants.

15Nous entrons en outre dans une période où la génération des enseignants liée au second baby-boom démissionne massivement. Ces enseignants, aujourd’hui âgés de 50 ans et plus, qui avaient été recrutés en masse pour répondre aux besoins, sont désormais proches de l’âge de la retraite. Une pénurie importante d’enseignants étant prévisible, un grand nombre de jeunes enseignants, âgés d’une vingtaine d’années, ont été recrutés dernièrement. Or une augmentation du nombre de jeunes enseignants implique également une augmentation du nombre d’enseignants bénéficiant de congés de garde d’enfants ou d’autres prestations sociales. Leur nombre était de 37 851 au cours de l’année scolaire 2021 (MEXT 2022a), contre 35 274 en 2018, et la tendance est légèrement à la hausse depuis quelques années. Le besoin d’enseignants remplaçants (non permanents) au cours de leurs périodes de congés augmente donc également.

16Nous avons exposé brièvement la situation actuelle de la pénurie d’enseignants du point de vue de l’offre et de la demande d’enseignants. Un facteur impactant de façon significative l’équilibre entre l’offre et la demande est le déclin de la population infantile. Tandis que des réductions des quotas d’admission dans les universités et facultés de formation initiale des enseignants (contraction de l’offre) sont mises œuvre afin de refléter le déclin de cette population, le départ à la retraite massif de la génération des enseignants du second baby-boom est à l’origine de la demande actuelle de recrutement de nouveaux enseignants. La baisse du nombre d’enfants est un problème social majeur et durable au Japon. D’après les projections démographiques régionales de l’Institut national de recherche sur la population et la sécurité sociale (estimations 2018), si l’on attribue la valeur 100 à la population des 0-14 ans en 2015, la moyenne nationale sera de 82,9 en 2030, soit une baisse de 20 % du nombre d’enfants en quinze ans. Dans ces conditions, certains considèrent que la baisse des quotas d’admission dans les universités et facultés de formation initiale des enseignants est inévitable. À l’inverse, d’autres avancent que, du fait de la complexité croissante des défis éducatifs et de la diversification toujours plus grande des besoins des élèves, il faudrait au contraire chercher à accroître et à garantir une offre d’enseignants adéquate. Cela a engendré des débats houleux entre les différentes parties prenantes. S’il est nécessaire d’adapter le nombre d’enseignants à la population d’élèves, préserver un équilibre entre offre et demande nécessite d’établir un plan global de recrutement des enseignants au niveau national avec des perspectives à moyen et long terme.

Réformer le recrutement des enseignants : tendances et impacts institutionnels

17Jusqu’alors le thème du développement professionnel a été le principal point d’achoppement des débats sur le recrutement des enseignants au Japon. Par rapport à d’autres pays, les enseignants japonais sont moins nombreux à être titulaires d’un master ou d’un doctorat. Si le Japon est parvenu à mettre en œuvre une formation initiale avancée des enseignants dans l’après-guerre, grâce au principe de la « formation initiale des enseignants à l’université », nombreux sont ceux qui admettent que le niveau ne s’est guère amélioré depuis.

18C’est pourquoi des établissements supérieurs de formation des enseignants ont été créés, afin de former des professionnels de haut niveau capables de faire face à la diversité et à la complexité croissantes des enfants et des enjeux éducatifs (besoins éducatifs particuliers, harcèlement, postures de rejet, volonté d’apprendre, etc.). Les étudiants de ces établissements, qui suivent un cycle d’études équivalent à un master, se voient décerner un master (professionnel) en éducation. Ces établissements supérieurs de formation des enseignants ont été proposés en 2006 dans un rapport intitulé Orientations pour un système de formation et de certification des enseignants tourné vers l’avenir du Conseil central de l’éducation et mis en place lors de l’année scolaire 2008. Des rapports ultérieurs du Conseil ont par la suite développé les arguments et stratégies pour la formation et le recrutement d’enseignants hautement qualifiés.

19À l’inverse, le pays a également cherché à recruter et à employer des enseignants par une voie alternative à la « formation initiale des enseignants à l’université ». Ainsi, un système de certificats spéciaux d’aptitude à l’enseignement a été créé, conçu pour agréer comme enseignants des personnes n’ayant pas de certificat d’enseignement mais disposant d’un savoir ou d’une expérience exceptionnelle. Dans un premier temps, un système de certificats spéciaux permettant de recourir à des enseignants vacataires à temps partiel a été mis en place à travers différents amendements institutionnels. Cette stratégie va à l’encontre de l’orientation en faveur du développement professionnel des enseignants précédemment évoquée, dans la mesure où elle instaure un cadre permettant de recruter activement des personnes n’ayant pas nécessairement reçu une formation initiale pour enseigner (non qualifiées) ou n’ayant pas réussi l’examen de recrutement des enseignants. Les arguments avancés en faveur de ce système, fondés sur la philosophie de la « garantie de la diversité », peuvent néanmoins se prévaloir d’une certaine cohérence : à ce jour, dans les débats sur le recrutement des enseignants, les deux positions – celle en faveur de la spécialisation de la profession enseignante et celle qui s’y oppose – coexistent.

  • 6  L’ère Reiwa a commencé le 1er mai 2019, avec l’accession au trône de l’empereur Naruhito (NdlR).

20Sans entrer dans les détails, faute de place, le thème de la professionnalisation et de la déprofessionnalisation comme avenir de la profession enseignante a également fait couler beaucoup d’encre, et la théorie de l’enseignement en tant que profession spécialisée continue d’être un sujet majeur en pédagogie. Cependant, la situation actuelle de pénurie d’enseignants favorise des stratégies qui viennent ébranler jusqu’à la philosophie du développement professionnel et de la garantie de la diversité. Un rapport récent (19 décembre 2022), Avenir de la formation initiale, du recrutement, de la formation continue, etc., des enseignants qui seront en charge de l’éducation à la japonaise à l’ère Reiwa6 : mettre en œuvre une nouvelle approche de l’apprentissage pour les enseignants et former des groupes d’enseignants de qualité dotés d’expertises diverses, a proposé les orientations suivantes :

  1. Mettre en place un cycle de formation accéléré dans les établissements universitaires à cycle long, qui permette aux étudiants d’obtenir les qualifications nécessaires en un minimum de deux ans, et développer des modèles d’étude pour soutenir cette initiative.

  2. Permettre l’intégration des cours de formation initiale des enseignants du primaire dans les matières correspondantes des cours de formation initiale des enseignants du secondaire existants, en se concentrant sur les matières prioritaires pour la conduite des cours spéciaux à l’école primaire, telles que les langues étrangères, les sciences, l’arithmétique et l’éducation physique.

  3. Étudier plusieurs options de planification de l’entrée dans la profession enseignante en collaborant avec le gouvernement central et les autorités en charge des affectations. Cela peut impliquer de proposer et de mettre en œuvre des examens de sélection à voies multiples pour le recrutement des enseignants.

  4. Organiser des examens de sélection spéciaux pour le recrutement de candidats ayant des atouts et compétences spécifiques.

  5. Revoir le fonctionnement des certificats spéciaux d’enseignement en établissant des normes et procédures claires pour leur attribution et définir des critères permettant aux détenteurs de certificats spéciaux d’obtenir un autre certificat d’enseignement pour un autre type d’établissement.

  6. Développer les examens de reconnaissance de qualifications des enseignants.

  • 7  Les parenthèses précisent le nom de la matière de spécialité.

21Le principal objectif de ces mesures est de garantir des ressources humaines variées, dotées de spécialisations diverses. Cependant, si l’on considère les mesures 1 et 3, on peut s’interroger sur le type de personnel que cette stratégie cherche véritablement à garantir : ces mesures apparaissent comme des solutions de fortune pour remédier à la pénurie d’enseignants actuelle. Si l’on peut reconnaître un certain bien-fondé aux mesures 4 et 5 en vue de garantir la diversité des personnels, leur cohérence avec le principe de la « formation initiale des enseignants à l’université » pose problème. Le système d’octroi d’un certificat d’enseignement standard après une formation initiale à l’université est censé garantir une spécialisation minimale en tant qu’enseignant. Comment la « spécialisation » envisagée par le rapport du Conseil central de l’éducation s’articule-t-elle avec la spécialisation en matière d’enseignement ? Jusqu’à présent, les principaux parcours professionnels des personnes ayant obtenu des certificats spéciaux sont les suivants : professeur de conversation anglaise (langues étrangères7), chercheur dans le secteur privé (sciences), médaillé du championnat national d’athlétisme (éducation physique), cuisinier de formation (économie domestique) et ingénieur système (sciences de l’information). Si ces personnes disposent certes d’une spécialisation poussée dans un domaine particulier, elles n’ont pas nécessairement les qualités et aptitudes requises pour exercer la profession d’enseignant. Nul besoin de s’étendre ici sur le fait qu’une « spécialisation en anglais » et une « spécialisation en enseignement de l’anglais » sont deux choses fondamentalement différentes. Alors que l’octroi d’un certificat d’enseignement spécial ne devrait être considéré que comme un traitement « spécial », l’évolution actuelle de l’organisation des examens de sélection spéciaux et du fonctionnement de l’octroi des certificats spéciaux pourrait potentiellement conduire à considérer comme inférieure une spécialisation dans l’enseignement. De manière générale, la tendance globale à l’assouplissement des systèmes de formation initiale (certification) et de recrutement peut être considérée comme caractéristique des mouvements de réforme actuels du recrutement des enseignants. L’érosion de la voie légitime de la « formation initiale des enseignants à l’université » et l’expansion de la voie alternative (affectation de personnels externes et de personnes non qualifiées) viennent ébranler les principes institutionnels clés qui ont fondé le recrutement des enseignants au Japon et suscitent un débat sur les conditions d’existence de la profession enseignante.

22Le MEXT a récemment publié les résultats d’une enquête dans un document intitulé Mesures globales pour le développement d’un environnement propice à l’emploi d’enseignants de qualité pour mettre en œuvre l’éducation à la japonaise à l’ère Reiwa (22 mai 2023). Il en ressort que le recrutement des enseignants pourrait être considérablement impacté en fonction de l’orientation que prendrait le développement dudit environnement dans un contexte d’évitement et d’attractivité décroissante de la profession enseignante. La manière dont seront traités les aspects suivants sera cruciale :

  • la poursuite de la réforme des manières de travailler dans les écoles ;

  • l’amélioration du traitement des enseignants ;

  • le perfectionnement des modes de direction et de gestion des établissements.

23Ces pistes laissent entrevoir une volonté d’améliorer le traitement des enseignants afin d’accroître l’attrait de la profession, mais de nombreux médias ont déjà émis des doutes quant à leur faisabilité. Des points de controverse ont également été soulevés concernant l’affectation des enseignants et des personnels de soutien comme mesure du perfectionnement des modes de direction et de gestion des écoles. Cependant, aucune discussion n’a eu lieu pour garantir des financements, ce qui devrait être un préalable indispensable à l’affectation des personnels, et il n’est pas certain qu’un rapport au ministre soit le bon vecteur pour proposer des mesures spécifiques visant à résoudre la pénurie d’enseignants.

24Compte tenu de l’urgence qu’il y a à résoudre la pénurie d’enseignants, les mesures visant à garantir le niveau des effectifs enseignants et les financements associés devraient faire l’objet d’efforts substantiels (par exemple, en formulant des plans pour accroître les quotas de personnel enseignant, ou en revenant à une part de prise en charge des coûts de l’enseignement obligatoire par le Trésor public de 50 %, etc.). Des garanties de financement de l’État sont essentielles pour résoudre fondamentalement la pénurie d’enseignants et il conviendra d’observer attentivement la façon dont les différents acteurs s’engageront, à l’avenir, pour favoriser la formulation de garanties de financement.

Perspectives pour améliorer l’attractivité de l’enseignement

25Nous avons évoqué dans cet article les mécanismes fondamentaux du recrutement des enseignants au Japon, les réalités actuelles de la pénurie d’enseignants et ses facteurs sous-jacents, ainsi que les tendances actuelles des réformes visant à résoudre ce problème. Sur cette base, nous souhaiterions pour conclure exposer des perspectives pour améliorer l’attrait de la profession enseignante.

26En premier lieu, la priorité est de résoudre le problème de la charge de travail. Comme évoqué précédemment, au Japon, les enseignants travaillent plus que dans la plupart des autres pays. Ils consacrent notamment plus de temps aux tâches administratives générales qu’aux cours et autres activités éducatives. Dans l’enseignement secondaire, ils doivent également consacrer du temps à l’enseignement des activités des associations d’élèves. Il est indispensable de revoir l’organisation du travail pour distinguer les tâches que seuls les enseignants peuvent effectuer en tant que professionnels spécialisés et les autres types d’activités, en prenant également en compte ce que les enseignants considèrent comme « épanouissant ».

27Le deuxième aspect est de recruter les enseignants en tant que personnel permanent. L’affectation d’un grand nombre d’enseignants vacataires est devenue une tendance importante du recrutement des enseignants au Japon. Si cette situation a certes été favorisée par le déclin du nombre d’enfants, plus fondamentalement, elle est surtout liée à la conduite de réformes éducatives sans garantie de financement par l’État. Ainsi, il est attendu des écoles qu’elles mettent en œuvre les révisions des orientations curriculaires nationales en prenant en compte, à la fois, la « société 5.0 », l’éducation à la programmation, l’éducation financière, etc. Mais le financement de ces activités n’ayant pas été garanti, les établissements sont contraints de faire appel à des enseignants vacataires et à des personnels externes. Or plus on fera appel à des enseignants vacataires, plus on « épuise » les contextes scolaires et plus les enseignants quittent la profession, créant un cercle vicieux qui conduit à de graves pénuries d’enseignants.

28Le dernier aspect concerne la profusion de débats sur la théorie de la spécialisation de la profession enseignante. Si cette théorie semble avoir accumulé suffisamment d’éléments en sa faveur, il reste que la plupart ne s’intéressent qu’aux enseignants permanents. Le temps est peut-être venu de prendre en compte la spécialisation et le rôle des enseignants, en partant du principe que des ressources humaines variées, notamment des enseignants vacataires et des personnes ayant une expérience autre au sein de la société, sont recrutées dans les écoles.

29Remédier à la pénurie d’enseignants et renforcer l’attrait de la profession enseignante nécessite un effort global sur le long terme. Avant tout, il semble essentiel d’examiner de façon critique les tendances de réforme actuelles tout en accordant de l’attention aux voix de ceux qui travaillent dans les écoles. Favoriser les débats et impliquer les différentes parties prenantes sera crucial pour garantir le droit des enfants à l’éducation.

Haut de page

Bibliographie

Japan Teachers’ Union (2022). 文科省『教師不足』に関する実態調査についての書記長談話, Monkashō ‘kyōshi busoku’ ni kan suru jittai chōsa ni tsuite no shokichō danwa [Avis informel du secrétaire général sur l’enquête du MEXT sur la « pénurie d’enseignants »] (2 février).

MEXT (2019). ½Ì教員養成のフラッグシップ大学検討ワーキンググループ(第1回), Kyōin yōsei no furaggushippu daigaku kentō wākingu gurūpu (dai 1-kai) [Groupe de travail chargé d’évaluer les universités phares pour la formation initiale des enseignants (1re session)]. Document de référence no 1]. dgxy.link/gcrUE, consulté le 6 juin 2023.

MEXT (2022a). 令和3年度 公立学校教職員の人事行政状況調査について, Reiwa 3-nendo kōritsu gakkō kyōshokuin no jinji gyōsei jōkyō chōsa ni tsuite [Sur l’enquête d’information sur l’administration du personnel enseignant et administratif des écoles publiques (AY2021)]. http://dgxy.link/AvwRW, consulté le 6 juin 2023.

MEXT (2022b). 特別支援教育資料(令和3年度), Tokubetsu shien kyōiku shiryō (Reiwa 3-nendo) [Matériel éducatif pour les personnes à besoins particuliers (AY2021)].

MEXT (2022c). 教師不足」に関する実態調査, A Fact-Finding Survey on the “Teacher Shortage”. dgxy.link/II47v, consulté le 6 juin 2023.

KAWAKAMI Y. (2022). « Changes in teacher supply structure: Is it possible to realize “Japanese-style school education in Reiwa”? ». Journal of the Japan Society for Educational System and Organization, no 29, p. 37-53.

Haut de page

Notes

1  Après-guerre, les écoles normales ont été abolies au Japon au profit d’un système de formation des enseignants à l’université, dans l’objectif de former un personnel enseignant aux savoirs divers et spécialisés. Dans chaque préfecture (la principale division administrative et territoriale du Japon), une université nationale dotée d’une faculté d’éducation ou d’un établissement supérieur de formation des enseignants a été créée. En parallèle, toute université (qu’elle soit nationale, publique ou privée) peut également participer à la formation des enseignants (principe du système ouvert) en proposant aux étudiants des cours, préalablement accrédités par le ministère, leur permettant d’acquérir le nombre de crédits requis pour l’obtention d’un certificat d’aptitude à l’enseignement (loi sur la certification du personnel éducatif de 1949) (NdT).

2  Les « villes désignées par ordonnance gouvernementale » sont des villes japonaises peuplées de plus de 500 000 habitants et désignées de cette manière dans la loi d’autonomie locale. Les « villes désignées » se voient déléguer de nombreuses fonctions normalement exercées par les gouvernements préfectoraux dans des domaines tels que l’éducation publique, la protection sociale, l’assainissement, les licences commerciales et l’urbanisme (NdT).

3  La divergence entre les chiffres associés à la pénurie dans l’enquête du MEXT et le sentiment de pénurie sur le terrain dans les écoles s’explique en grande partie par la façon dont la « pénurie d’enseignants » est définie dans l’enquête du ministère.

4  Voir à ce sujet : A. Nakayama (2023), « Comment répondre à la hausse des élèves à besoins éducatifs particuliers au Japon », Revue internationale d’éducation de Sèvres, no 92, p. 59-69. https://doi.org/10.4000/ries.13725 (NdlR).

5  Au Japon, l’enseignement obligatoire concerne les enfants âgés de 6 à 15 ans et couvre l’enseignement primaire et le premier niveau du secondaire (collège) (NdT).

6  L’ère Reiwa a commencé le 1er mai 2019, avec l’accession au trône de l’empereur Naruhito (NdlR).

7  Les parenthèses précisent le nom de la matière de spécialité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shogo Harakita et Wataru Hanai, « Le recrutement des enseignants au Japon : situation et tendances »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 94 | 2023, 47-56.

Référence électronique

Shogo Harakita et Wataru Hanai, « Le recrutement des enseignants au Japon : situation et tendances »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 94 | décembre 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/14571 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ries.14571

Haut de page

Auteurs

Shogo Harakita

Shogo Harakita est docteur en éducation de l’université de Kyushu, au Japon. Il enseigne à Sojo University et est affilié au Centre pour l’éducation et l’innovation de cette université. Ses intérêts de recherche portent sur l’administration et la gestion scolaires, la pédagogie et les enseignants non titulaires. Courriel : harakita[at]ed.sojo-u.ac.jp

Wataru Hanai

Wataru Hanai est professeur associé à l’université de Kyushu, au Japon, où il enseigne, dans le département d’éducation et d’éducation comparée, à l’École supérieure d’études humaines et environnementales. Ses recherches portent principalement sur l’articulation lycée-université et l’accréditation, la reconnaissance et l’évaluation des qualifications éducatives internationales (telles que le baccalauréat international) au Royaume-Uni. Plus récemment, il a mené des recherches comparatives sur la justice et l’équité dans les examens d’entrée au Japon et à l’étranger, ainsi que sur les pratiques d’apprentissage fondées sur l’investigation et l’évaluation dans les lycées. Courriel : hanai.wataru.098[at]m.kyushu-u.ac.jp

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search