Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Actualité internationaleLe point sur l’actualité internat...La récente grève des enseignants ...

Actualité internationale
Le point sur l’actualité internationale en éducation

La récente grève des enseignants au Québec : le canari dans la mine ?

Claude Lessard
p. 16-19

Entrées d’index

Mots-clés :

enseignant, grève, syndicat

Géographique :

Québec

Palabras claves:

docente, huelga, sindicato
Haut de page

Texte intégral

1À l’automne 2023, les enseignants de l’école primaire et secondaire publique ont fait grève. Sa durée a varié suivant les centrales syndicales concernées : parmi les syndicats membres de la Fédération des syndicats de l’enseignement-Centrale des syndicats du Québec (FSE-CSQ), qui regroupe 60 % des enseignants, les élèves ont été privés d’enseignement pendant une dizaine de jours ; pour ceux de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), regroupant surtout des syndicats de la grande région de Montréal, la grève a privé les élèves de vingt-deux jours de classe, et dès son déclenchement, elle a été illimitée. Cette grève s’est soldée par une augmentation substantielle de la rémunération des enseignants – entre 20 et 24 %. Pourtant, la ratification des nouvelles conventions collectives par les assemblées syndicales n’a pas été massivement positive, loin de là, plusieurs syndicats affiliés à l’une ou l’autre des centrales exprimant par leur vote une large insatisfaction. Certains syndicats ont même refusé l’entente. Que s’est-il passé au juste pour que, malgré ces gains indéniables, on en arrive à un tel résultat ?

2Depuis plusieurs années, la situation de l’école publique québécoise et de ses travailleurs occupe l’avant-scène médiatique. La représentation dominante qui s’est construite et qui a pénétré de larges secteurs de l’opinion publique est que l’école publique connaît de multiples problèmes et carences et semble incapable par elle-même de redresser la barre : vétusté des lieux, qualité éducative très variable suivant les établissements et les milieux socio-économiques environnants, lourdeur et inefficacité bureaucratique, enseignants sous-qualifiés et enclins à quitter la profession… Cette longue liste n’est pas de nature à redorer le blason de l’école publique, et encore moins à contrer l’attirance des classes moyennes pour le secteur privé. Au Québec, comme ailleurs, une pénurie d’enseignants se maintient depuis plusieurs années et ne semble pas vouloir se résorber. Les enseignants du secteur public se plaignent de conditions de travail de plus en plus difficiles, qu’ils estiment s’être considérablement détériorées au fil des ans. Ils réclament une plus grande valorisation de l’éducation et de leur contribution par la société en général et par les instances politiques, en particulier.

3À l’automne 2023, au moment du déclenchement de la grève, les enseignants pouvaient compter sur le soutien de la population, ce qui a renforcé leur sentiment que le rapport de force était à leur avantage. Comme il arrive à chaque renouvellement des conventions collectives – entre trois et cinq ans, selon la durée convenue de la convention –, plus la grève a duré, plus une partie de ce soutien s’est estompée. Cependant, fait inusité, il est demeuré fort et constant tout au long de la négociation, à telle enseigne qu’on ne peut dire qu’une stratégie gouvernementale consistant à faire traîner les négociations en longueur, le temps que l’opinion publique se retourne contre les grévistes, a ou aurait pu fonctionner. C’est dire la sensibilité et l’empathie de l’opinion publique à la condition de l’école publique et de ses agents.

  • 1  Voir Angrand R. et al. (2023), « Déficience auditive en milieu scolaire canadien : conditions pour (...)

4Assez rapidement, il est devenu évident que l’enjeu central de cette négociation était ce que, à des fins de communication publique, tous les acteurs scolaires concernés ont appelé la « composition de la classe ». Ce vocable englobe diverses réalités problématiques qui ont deux implications politiques majeures. Tout d’abord, l’existence de trois parcours scolaires différenciés sur les plans socio-économique et socioculturel : l’école privée sélective et payante, qui recrute ses élèves dans les classes moyennes instruites ; les programmes enrichis du réseau public, eux aussi sélectifs et payants (par exemple, les programmes d’éducation internationale) ; et les « classes ordinaires » des écoles publiques, dans lesquelles se retrouvent à la fois des élèves aux capacités moyennes ou faibles et les élèves en difficulté d’adaptation et d’apprentissage. Cette dernière catégorie était autrefois isolée dans des classes ou des établissements spécialisés, mais depuis quelques décennies, ces élèves ont été, pour la plupart, intégrés dans les classes dites ordinaires, suivant une politique gouvernementale d’intégration et d’inclusion1. C’est l’« école à trois vitesses », selon l’expression convenue et les enjeux de mixité sociale et scolaire qu’elle porte. Dans ces classes qui n’ont plus rien d’« ordinaire », la gestion de l’indiscipline, de la démotivation et des incivilités parfois violentes s’avère difficile. De plus, il manque des professionnels et des techniciens pour encadrer les élèves et permettre aux enseignants de faire leur travail tel qu’ils le souhaitent. Et lorsque ces professionnels sont disponibles, leur temps est accaparé par des protocoles bureaucratiques qui diminuent considérablement leur temps d’intervention. C’est le thème de la remise en question de la politique d’intégration et d’une de ses conséquences importantes pour les enseignants : le « travail empêché », impossible à réaliser dans les conditions actuelles, de manière à atteindre convenablement ses finalités et à en tirer une certaine satisfaction. Derrière la question de la composition de la classe, il y a donc des enjeux politiques et institutionnels importants : l’alarme sonnée par les syndicats d’enseignants remet potentiellement en cause sinon la politique d’intégration scolaire, du moins sa mise en œuvre, d’une part, et le développement d’un quasi-marché scolaire, le soutien gouvernemental aux écoles privées et la concurrence entre les écoles, y compris entre les écoles publiques, d’autre part.

5Qu’ont obtenu les enseignants dans le cadre de cette négociation ? Tout d’abord, des gains salariaux importants, entre 20 et 24 % sur cinq ans. Le gouvernement s’est de plus engagé à accorder la permanence d’emploi à plus de 5 400 enseignants actuellement en statut précaire. Il a accordé plus de temps de travail aux techniciens en éducation spécialisée et a consenti à ce que 4 000 éducatrices de garderies en milieu scolaire consacrent jusqu’à quinze heures par semaine à du soutien aux enseignants du primaire (cette mesure concernera 15 000 classes du primaire). Pour le secondaire, il a été convenu que lorsque, dans une classe, 50 à 60 % des élèves bénéficient d’un plan d’intervention spécial (PI) impliquant du travail avec un professionnel de l’inadaptation, un protocole sera automatiquement mis en œuvre afin d’ouvrir une classe spécialisée, réduisant ainsi le nombre d’élèves à PI dans la classe « ordinaire ». Si cela s’avère impossible, faute de personnel, une prime à l’enseignant de 4 000 à 8 000 dollars canadiens sera versée.

*
**

  • 2  Voir Boissinot A. et Lessard C. (dir.) (2023), « Enseignant, un métier d’avenir », Revue internati (...)

6Pour la plupart des analystes, ces gains sont substantiels. Le gouvernement a répété à de très nombreuses reprises qu’il ne pouvait aller plus loin, à cause de la pénurie de personnel, un problème qui ne peut se régler rapidement2. Néanmoins, les enseignants, et notamment ceux de la FAE, se sont montrés insatisfaits. À mon avis, cela tient à la hauteur de leurs demandes et aspirations, qui débordent largement la seule question salariale, et aux sacrifices qu’ils ont accepté de faire, soit vingt-deux jours de grève sans salaire.

7Même s’ils ne se sont pas encore manifestés pour la plupart, les effets de cette entente sont multiples et variés. Je n’en mentionne que trois : d’abord, les parties ont appris qu’il y a des enjeux qui, même s’ils ont des conséquences sur le plan des conditions de travail et d’emploi, ne peuvent se régler dans le cadre d’une négociation de convention collective. La politique d’intégration des élèves en difficulté, les inégalités scolaires, la concurrence entre les établissements ont des conséquences concrètes sur le travail des enseignants mais ne peuvent être affaire de négociation entre des parties patronales et syndicales. Ce sont des enjeux institutionnels qui, en démocratie, concernent l’ensemble des citoyens et doivent être débattus sur la place publique et mener à des politiques gouvernementales. De plus, l’élaboration et la mise en œuvre de ces politiques prennent du temps : on ne peut en convenir durablement en vingt-deux jours.

8Plusieurs réclament au Québec une réflexion profonde sur l’école. Espérons que cette demande, sous une forme ou une autre (des États généraux sur l’éducation, par exemple), soit entendue. Cependant, la volonté politique ne semble pas au rendez-vous.

9Ensuite, un effet domino peut se produire : si les enseignants obtiennent de telles augmentations de salaire, quid des autres catégories de personnel, et d’abord les chefs d’établissement ? Si l’on réduit l’écart salarial entre ces deux catégories de travailleurs, et sachant que les personnels des directions ont une charge horaire plus lourde que les enseignants, doit-on anticiper l’accentuation des problèmes de recrutement des premiers, dans un contexte où, pour reprendre l’expression du président d’une association de direction, « la banque est vide », personne ne semblant postuler présentement sur ce type de poste ? On peut donc prévoir une révision salariale pour les directions, en espérant qu’elle permettra sinon d’assurer leur renouvellement complet, mais au moins de stopper les départs à la retraite ou les retours à l’enseignement. Enfin, s’agissant des professionnels, du personnel de soutien, etc., du secteur public, la rémunération a une dimension systémique : revoir celle des uns a des conséquences pour les autres.

  • 3  Mon propos ne se veut pas antisyndical. Les problèmes que je soulève ici existent aussi dans plusi (...)

10Il est possible et souhaitable que s’enclenche une réflexion sur la démocratie syndicale qui par certains aspects, est aussi mal en point que la démocratie scolaire ou municipale3. Qu’un petit nombre d’enseignants d’un syndicat soit responsable d’une grève illimitée, que les assemblées durent jusque tard dans la nuit si bien que des résolutions sont votées dans une salle dégarnie, que les syndicats ne diffusent pas l’entente négociée, sauf en assemblée, tout cela mérite d’être questionné et réévalué. On devrait aussi réfléchir à ce que devraient être les services essentiels en éducation : par exemple, aurait-on pu maintenir les écoles ouvertes, afin que les élèves puissent en utiliser les locaux (gymnases et bibliothèques, par exemple) ? Aurait-on pu épargner les élèves en fin de secondaire qui doivent au printemps se soumettre à des examens aux conséquences significatives pour leurs parcours post-secondaire ?

11Force est de constater que cette grève a marqué un moment fort de prise de conscience au Québec : l’école publique ne se porte pas bien et ses acteurs en souffrent. Espérons que les voix qui se font entendre et qui réclament une réflexion profonde, de fond en comble, seront entendues.

Haut de page

Notes

1  Voir Angrand R. et al. (2023), « Déficience auditive en milieu scolaire canadien : conditions pour agir autrement », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 92. https://doi.org/10.4000/ries.13815 (NdlR).

2  Voir Boissinot A. et Lessard C. (dir.) (2023), « Enseignant, un métier d’avenir », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 94.

3  Mon propos ne se veut pas antisyndical. Les problèmes que je soulève ici existent aussi dans plusieurs institutions : notre démocratie est mal en point et ce n’est pas un problème syndical.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Lessard, « La récente grève des enseignants au Québec : le canari dans la mine ? »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 95 | 2024, 16-19.

Référence électronique

Claude Lessard, « La récente grève des enseignants au Québec : le canari dans la mine ? »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 95 | avril 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/14908 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11o8k

Haut de page

Auteur

Claude Lessard

Claude Lessard a été pendant quarante ans professeur de sociologie de l’éducation à la faculté des sciences de l’éducation de l’université de Montréal, dont il a été le doyen de 1991 à 1995. Cofondateur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE), il s’y est intéressé au travail enseignant et à l’analyse des politiques éducatives. Membre de l’Académie des sciences sociales (Société royale du Canada), il a été titulaire d’une chaire de recherche du Canada portant sur les métiers de l’éducation. De 2011 à 2015, il a été président du Conseil supérieur de l’éducation du Québec. Courriel : claude.lessard[at]umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search