Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Actualité internationaleNotes de lectureChloé Pellegrini (dir.), Vivre l’...

Actualité internationale
Notes de lecture

Chloé Pellegrini (dir.), Vivre l’école : dynamiques plurielles de construction des savoirs et des identités

Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 154, 2023, https://doi.org/10.4000/remmm.19713
Sylvaine Herold
p. 42-44
Référence(s) :

Chloé Pellegrini (dir.), Vivre l’école : dynamiques plurielles de construction des savoirs et des identités, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 154, 2023, https://doi.org/10.4000/remmm.19713

Entrées d’index

Mots-clés :

école, éducation

Keywords:

schools, education

Géographique :

Méditerranée

Palabras claves:

escuela, educación
Haut de page

Texte intégral

1La dernière livraison de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée s’intéresse à l’école, dans un dossier thématique intitulé « Vivre l’école : dynamiques plurielles de construction des savoirs et des identités » et coordonné par Chloé Pellegrini, chercheuse associée à l’Institut d’études et de recherches sur les mondes arabes et musulmans (Université Aix-Marseille, IREMAM-CNRS).

2Comme l’expose l’introduction, ce dossier entend s’intéresser à « l’expérience de l’école » et de ses acteurs dans les mondes arabes et musulmans, en se proposant d’aller observer ce qui se passe concrètement au sein des établissements, une « boîte noire » encore peu étudiée jusqu’à présent, alors que ce qui s’y joue est « centr[al] dans la construction des identités individuelles, sociales et nationales ».

3Mais ces terrains et leurs réalités quotidiennes demeurent peu accessibles aux chercheurs et chercheuses, ce qui explique certainement la grande diversité des textes rassemblés dans ce dossier, que ce soit en termes d’objets étudiés, de méthodes déployées (analyses de sources historiques, approches ethnographiques, entretiens avec des acteurs) ou d’aires géographiques traitées. Les textes rassemblés portent sur des pays arabes (Égypte, Iraq, Liban, Maroc), musulmans (Iran, Turquie) et sur des pays et territoires où les populations musulmanes ont une forte présence historique (Israël, Mayotte, Tanzanie) ou sont issues de l’immigration (Italie). De ce fait, l’ambition initiale du dossier, d’explorer « la vie quotidienne, les rythmes et les situations d’enseignement et d’apprentissage à l’intérieur d’établissements scolaires des sociétés contemporaines des mondes arabes et musulmans », ne semble atteinte que partiellement. Il faut dire que les contextes étudiés sont particulièrement complexes en termes éducatifs, ayant tous la particularité d’être plurilingues et pluriculturels, du fait d’une histoire marquée par l’expérience de la colonisation et de la coexistence de plusieurs systèmes d’enseignement parallèles, voire concurrentiels (écoles publiques, privées, établissements d’enseignement religieux).

4Cependant, certaines thématiques communes aux articles rassemblés nous semblent particulièrement intéressantes. Tout d’abord, la pluralité des modèles éducatifs auxquels sont confrontés les élèves dans les contextes étudiés du fait de la coexistence de plusieurs systèmes d’enseignement, porteurs de modalités de savoirs et de relations pédagogiques différentes, générant des tensions et des injonctions identitaires multiples pour les apprenants et leurs familles. Ainsi, à Mayotte, département français d’outre-mer où plus de 95 % de la population est musulmane et où le système éducatif national présente de nombreuses lacunes, un grand nombre d’élèves suivent à la fois les enseignements d’une école publique et ceux d’une école coranique (dans les écoles coraniques traditionnelles, les shionis ou, plus récemment, dans les madrasas). À travers une série d’entretiens, Alison Morano – elle-même enseignante dans le secondaire – décrit dans son article les expériences d’élèves musulmans et de leurs familles face à ce double enseignement, républicain français d’une part, traditionnel coranique d’autre part. Elle montre que les familles les considèrent comme complémentaires et ont des attentes différentes à leur égard : formation cognitive et citoyenne à l’école publique, formation au vivre-ensemble et au fait d’être un bon musulman à l’école coranique. Mais, en rendant l’école publique obligatoire en 1992 dans ce département d’outre-mer, l’État français est venu bousculer un ordre traditionnel bien établi. Les familles doivent désormais opérer des choix et la montée en puissance des écoles coraniques modernes (madrasas) à Mayotte depuis le début des années 2000 vient concurrencer encore plus directement une école publique trop longtemps délaissée par l’État.

5En Égypte, Noha Roushdy montre que la négociation identitaire se situe au niveau de la langue pour les élèves de l’enseignement supérieur, dans une société où l’enseignement d’élite est de plus en plus représenté par l’enseignement privé international en langue anglaise. Les élèves entretiennent alors des relations complexes avec leur langue maternelle, faites de sentiments de rejet ou de culpabilité, que l’autrice tente de comprendre et de dépasser à travers une observation ethnographique dans une école privée internationale.

6La plus ou moins grande absence de l’État est une autre des caractéristiques communes aux contextes étudiés. Au Maroc, l’expérience des enseignants contractuels recrutés massivement ces dernières années pour faire face aux enjeux de la scolarisation de masse, puis livrés à eux-mêmes dans leur apprentissage du métier, est décrite par Tarik Hari. À travers des entretiens avec ces enseignants, l’auteur analyse leurs motivations diverses pour entrer dans le métier, qui demeure attractif en dépit de sa précarisation, ainsi que les stratégies qu’ils développent pour faire face au peu d’accompagnement dont ils bénéficient de la part de l’institution scolaire.

7Si relativement peu d’articles portent sur des situations contemporaines, ce qui ressort néanmoins à la lecture de ce dossier est la grande diversité (culturelle, éducative, linguistique) des mondes arabes et musulmans et des vécus scolaires de leurs acteurs éducatifs (enseignants, élèves, parents). L’école y apparaît comme un lieu de négociations identitaires multiples, dont les acteurs s’emparent de diverses façons pour façonner ou défendre leur identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvaine Herold, « Chloé Pellegrini (dir.), Vivre l’école : dynamiques plurielles de construction des savoirs et des identités »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 95 | 2024, 42-44.

Référence électronique

Sylvaine Herold, « Chloé Pellegrini (dir.), Vivre l’école : dynamiques plurielles de construction des savoirs et des identités »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 95 | avril 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ries/15033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11o8z

Haut de page

Auteur

Sylvaine Herold

Sylvaine Herold est éditrice et traductrice. Courriel : sylvaineh[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search