Navigation – Plan du site
Actualité internationale
Notes de lecture

« Pour que vivent les langues… : l’enseignement des langues étrangères face au défi de la diversification ». Sénateur Jacques Legendre

Rapport du Sénat n° 63, session 2003-2004, Commission des Affaires culturelles, 115 p.
Roger Pilhion
p. 22-23
Référence(s) :

« Pour que vivent les langues… : l’enseignement des langues étrangères face au défi de la diversification ». Sénateur Jacques Legendre, Rapport du Sénat n° 63, session 2003-2004, Commission des Affaires culturelles, 115 p.

Texte intégral

1En 1995, un premier rapport issu des travaux de la mission d’information de la commission des affaires culturelles du Sénat intitulé Vers un nouveau contrat pour l’enseignement des langues vivantes (1995), également publié par Jacques Legendre, avait abouti à cinquante propositions de mesures concrètes. Huit ans plus tard, compte tenu du resserrement de l’offre linguistique dans le système éducatif français, le Sénat lance un nouvel appel, adressé au gouvernement français et aux responsables de l’éducation nationale, à se mobiliser pour sensibiliser l’opinion publique aux enjeux de l’apprentissage des langues, outils de communication et vecteurs d’identités et de cultures différentes. « L’enseignement des langues vivantes ne saurait passer à côté du défi de la diversification, pour que vivent les langues, toutes les langues, régionales, minoritaires ou les plus parlées. »

2Comme en 1995, les conclusions de ce rapport ont été adoptées à l’unanimité par la commission à laquelle appartiennent tous les groupes politiques représentés au Sénat.

3Le rapport part d’un double constat : l’échec de la diversification de l’enseignement des langues à l’école, en dépit de discours favorables et d’une offre théorique de langues vivantes a priori exemplaire en Europe, ainsi que l’homogénéisation croissante des profils linguistiques – malgré la quasi-généralisation de l’enseignement de deux langues vivantes – au profit de l’anglais comme première langue vivante (90 % des élèves) et de l’espagnol comme deuxième langue (près de 70 %). Ces choix s’opèrent principalement au détriment de la langue allemande qui a connu, au cours des dernières années, un recul constant paradoxalement en total décalage avec la qualité des relations politiques et économiques entre les deux pays (8,7 % en LV1 et 13,6 % en LV2 en 2001-2002 contre respectivement 12,7 % et 27 % en 1990-1991) ; si l’italien conserve une quatrième position modeste avec 7 % des effectifs en deuxième langue, les autres langues, et notamment l’arabe, le chinois ou le russe, pour ne citer que ces langues, occupent des positions marginales.

4Le rapport contient un ensemble de propositions :

  • gagner l’opinion publique à la cause du plurilinguisme par une vaste campagne d’information ;

  • décliner des actions au niveau local et notamment établir une carte académique des langues qui tiendrait compte des spécificités et des besoins locaux ;

  • diversifier les parcours d’enseignement afin de rendre l’enseignement plus attractif et efficace, en renforçant l’évaluation, par exemple en dotant chaque élève d’un carnet de route tel que le Portfolio européen des langues, en supprimant la hiérarchie jugée contre-productive entre les langues étudiées (LV1, LV2 et LV3), en favorisant le développement de l’interdisciplinarité et l’enseignement disciplinaire en langue étrangère ;

  • agir sur la formation, notamment en renforçant les compétences linguistiques des enseignants du premier degré et en menant une gestion des ressources humaines adaptée à l’objectif de diversification ;

  • inscrire la dimension internationale et interculturelle au cœur des enseignements.

5Le rapport mentionne plusieurs projets intéressant directement les activités du CIEP, notamment le site portail Primlangues d’appui à l’enseignement des langues vivantes à l’école primaire, la Maison des langues, ou encore le programme d’échange d’assistants de langue.

6Par la somme et la qualité des informations qu’il contient sur l’enseignement des langues en France ainsi que par la pertinence de ses analyses et de ses propositions, ce rapport constitue une référence indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Pilhion, « « Pour que vivent les langues… : l’enseignement des langues étrangères face au défi de la diversification ». Sénateur Jacques Legendre », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 35 | 2004, 22-23.

Référence électronique

Roger Pilhion, « « Pour que vivent les langues… : l’enseignement des langues étrangères face au défi de la diversification ». Sénateur Jacques Legendre », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 35 | avril 2004, mis en ligne le 23 novembre 2011, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/ries/1679

Haut de page

Auteur

Roger Pilhion

Directeur adjoint du Centre international d’études pédagogiques (CIEP).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page